Mettez ce lien en favoris en cas de problèmes de connexion sur le blog. Vous pourrez nous retrouver et avoir des infos !

« Et ils ont continué à faire l’amour oralement après ça ? » J’ai demandé, après qu’elle ait arrêté de lire.

« Oui, au moins pour les prochaines semaines »

« Eh bien... Je suppose que ça peut être bien aussi », ai je dit un peu déçu, mais plein d’espoir pour l’avenir.

« Sympa ? »frere et soeur inceste 2 - Histoire taboue inceste Le secret de Grandma Chapitre 4

« Oui, tu ne trouves pas que c’est bien de se faire lécher la chatte ? » J’ai taquiné.

« Euh, oui bien sûr » elle bégayait, embarrassée.

« Peut-être que tes trois gars ne l’ont pas bien fait », j’ai continué.

« Ils étaient.... Ferme-la et écoute, d’accord ? »

Je gloussai doucement.

« Alors.... et Liv ? » J’ai demandé.

« Hmm? »

« N’ont-ils jamais... ? »

« Oh, ouais. Beaucoup »

« J’adorerais entendre parler de ça »

« Je m’en doutais, mais ne préfères-tu pas entendre parler de quand elle a recommencé à baiser Sébastien ? »

« Bien sûr »

« Cher journal intime

« Bastien et moi avons encore fait l’amour hier soir et c’était super !!!

« Il est venu dans ma chambre après que maman et papa soient allés au lit et m’a demandé si nous pouvions essayer de faire l’amour à nouveau. J’étais d’accord, mais seulement s’il faisait en sorte que ma chatte se sente bien d’abord et qu’il s’en aille si ça faisait encore mal. Il a promis de le faire.

Il s’est mis entre mes jambes et m’a léché pendant longtemps. C’était le meilleur, surtout quand il a poussé deux doigts à l’intérieur de moi et les a déplacés à l’intérieur et à l’extérieur pendant qu’il me léchait le clitoris en même temps. Je ne savais pas que ça pouvait être aussi agréable d’avoir quelque chose à l’intérieur de ma chatte, alors je me suis mise à genoux et j’ai dit qu’il pouvait essayer de le mettre dedans.

Ma chatte était toute mouillée et lisse à cause de ses léchages, alors il n’a pas eu mal du tout quand il m’a pénétrée. Je sentais ses hanches pressées contre mes fesses et je savais que j’avais sa bite à l’intérieur de moi. Il m’étirait encore, mais cette fois-ci, je me sentais vraiment bien, et quand il a commencé à entrer et sortir lentement, c’était tout simplement fantastique. Sa bite a atteint tous les bons endroits et a frotté toute ma chatte à chaque poussée. Je ne pouvais m’empêcher de gémir doucement.

Bastien a arrêté de bouger et m’a demandé s’il me faisait mal. J’ai dit qu’il ne me faisait pas de mal, que j’aimais ce qu’il faisait.

Entendant cela, il a recommencé à avancer, un peu plus vite et plus fort maintenant. J’ai commencé à gémir parce que je me sentais incroyablement bien. Il entrait et sortait très fort, si fort que mes bras ont cédé et que j’ai failli tomber. J’étais allongé là, le visage sur les oreillers, pendant qu’il continuait. Bientôt, il haletait et gémissait comme il le fait avant d’éjaculer. Je voulais que ça dure plus longtemps et lui aussi, mais il a dû se retirer.

Après qu’il eut fini d’éjaculer, Bastien s’est affaissé sur le lit et m’a dit qu’il m’aimait. J’ai dit que je l’aimais aussi et on s’est embrassés.

J’ai demandé à Olivia si elle savait comment se procurer des préservatifs, mais elle ne l’a pas fait. Je lui avais parlé du sexe que j’avais eu avec mon « petit ami » et que j’avais tellement aimé ça. Elle a dit qu’elle savait que j’adorerais ça. Je lui ai dit combien je détestais qu’il doive toujours se retirer, au moment où ça allait bien. J’ai dit que si j’avais des préservatifs, il n’aurait pas à se retirer si tôt et que je me sentirais peut-être bien aussi.

Olivia a dit que sa sœur Eleanor connaissait un moyen d’avoir des relations sexuelles sans qu’il ait besoin de se retirer, sans tomber enceinte. J’ai dit que j’aimerais beaucoup savoir comment faire. Nous avons demandé à Eleanor et elle nous a dit son secret, qu’il n’y a que quelques jours de chaque cycle mensuel pendant lesquels une fille est fertile. Si vous savez ces jours, alors les autres jours sont sûrs. J’avais l’impression que c’était de la foutaise, mais Eleanor nous a assuré qu’elle avait fait l’amour une centaine de fois, avec huit garçons différents et qu’elle n’était jamais tombée enceinte.

« J’ai décidé de faire confiance à Eleanor et d’y aller. J’ai vérifié, et il y a presque quatre semaines que mes règles ont commencé, alors ça devrait être sûr maintenant. J’essaierai demain matin quand maman et papa nourriront les animaux. J’ai hâte d’y être !

C’était génial ! J’ai dit à Bastien que je voulais encore coucher avec lui et que je ne voulais pas qu’il se retire cette fois. Il n’a pas osé au début, mais quand je lui ai expliqué tout ce qu’Eleanor avait dit, il a dit qu’il voulait essayer aussi. Il m’a sauté pendant longtemps, beaucoup plus longtemps qu’il ne l’aurait fait normalement. Puis il m’a saisie encore plus fort qu’avant et a enfoncé sa bite au fond de moi. Il grognait et tremblait, puis je sentais son sperme chaud couler dans mon ventre.

« Quand j’écris ça à mon bureau, c’est comme si je le sentais encore en moi. Le sexe c’est tellement mieux quand il peut éjaculer son sperme dans ma chatte. Je me sens bien et je n’ai pas besoin de nettoyer après. Je pense que je veux le faire comme ça pour toujours. »

« Tu vois, je te l’avais dit. Elle avait juste besoin de s’envoyer en l’air », ai-je dit.

« Oui, mais.... Son propre frère ? »

« Pourquoi pas, c’est parfait. Mamie et Bastien s’aiment clairement et ils aiment tous les deux le faire. Et le mieux, c’est qu’ils vivent déjà ensemble. »

« C’est mal » dit Audrey faiblement, comme si elle n’y croyait pas elle-même.

« Les gens qui disent que c’est mal n’ont jamais eu de sœur canon », j’ai dit.

Audrey a posé le livre par terre et s’est retournée, face à moi. Elle m’a regardé, ses yeux bruns et profonds regardant dans les miens, à la recherche de quelque chose.

« Comme Mamie, tu veux dire ? » demanda-t-elle.

« Ou... comme toi », répondis-je. Quand j’ai entendu ces mots quitter mes lèvres, j’ai eu envie de me donner un coup de pied. Qu’est-ce que je faisais ? Oui, j’étais attiré par ma petite sœur et pas du tout. J’étais là depuis aussi longtemps que je m’en souvienne, mais j’avais juré de ne jamais y donner suite. Maintenant que je l’avais effrayée, je pouvais le voir.

« Tu crois vraiment que tu pourrais coucher avec ta sœur ? » demanda-t-elle au bout d’un moment.

« Essayes-tu de me séduire ? » demandai-je de manière ludique, en essayant d’alléger un peu l’atmosphère.

« NON ! » cria-t-elle, devenant rouge de honte.

frere et soeur inceste 6 - Histoire taboue inceste Le secret de Grandma Chapitre 4Il y avait un autre silence inconfortable. Jusqu’à ce moment, elle aussi plaisantait. Maintenant, je ne le savais plus.

« Eh bien, tu pourrais ? » chuchota-t-elle, à peine audible. Elle semblait sincère et extrêmement vulnérable et, d’une certaine façon, extrêmement attachante. J’étais obligé de lui dire la vérité.

« Je ne sais pas. Je ne peux pas dire que je n’y ai jamais pensé. Tu crois que tu pourrais ? »

« Si mon frère était aussi beau que toi... » dit-elle d’une voix rauque, sa main traînant la bande de mon cou en V. Maintenant, elle flirtait avec moi. Je me suis soudain rendu compte à quel point son visage était proche. Inconsciemment, nous nous sommes rapprochés encore plus et nos lèvres se sont rencontrées. Ce n’était pas bizarre d’embrasser Audrey. Ma sœur et moi flirtions depuis si longtemps, c’était inévitable. Ça devait arriver un jour. Il s’est avéré que nous l’aimions tous les deux beaucoup. Nos lèvres se sont fermées pendant au moins dix minutes pendant que nos langues jouaient et nos mains exploraient nos corps chauffés.

Pendant notre baiser, Audrey s’était roulée sur moi et mes mains avaient envahi le royaume interdit et séduisant couvert par sa chemise de nuit. Ils se sont déplacés sur sa peau douce, toujours plus haut jusqu’à ce qu’ils atteignent ses seins ronds parfaits et ses petits mamelons en érection. Elle gémit doucement et appuya son entrejambe sur ma bite douloureusement gonflée pendant que je pinçais les points sensibles. Seulement quelques minces couches de tissu nous séparaient et je pouvais sentir la chaleur de son sexe pendant qu’elle broyait sa chatte de haut en bas sur toute la longueur de ma cage.

« J’ai besoin de toi à l’intérieur de moi » elle a sursauté quand on a finalement cassé notre baiser. Ses yeux brûlaient de luxure.

« Je te veux aussi », répondis-je en chuchotant.

C’était comme si un rêve humide s’était réalisé. Toujours sur moi, Audrey s’est assise debout et, d’un seul coup de bras, elle a fait voler sa robe. Elle était vraiment magnifique, beaucoup plus belle qu’elle ne l’avait été dans mes rêves. Tout simplement parfait. Tout en elle était parfait : sa peau, ses seins, son sourire et ses yeux. C’était la fille la plus parfaite que je pouvais imaginer, et c’était ma propre sœur.

Mes mains s’étendirent et saisirent sa taille élancée, la caressant de son cul rond à ses seins fermes. Elle gémissait doucement pendant que je lui caressais les seins et que je peaufinais les pointes roses. Pendant que j’appréciais les seins nus de ma sœur, elle luttait encore pour enlever la chemise que je portais pour pyjama.

Un peu à contrecœur, j’ai lâché la magnifique paire et me suis assis un peu. Audrey a maintenant facilement enlevé ma chemise et m’a ensuite couvert la poitrine de petits baisers pendant qu’elle progressait vers le bas. Elle a accroché ses doigts dans la ceinture de mon caleçon et les a tirés vers le bas. Elle souriait de joie lorsque mon érection a surgi et m’a giflé contre l’estomac. Je savais ce qu’elle avait prévu de faire, mais je n’allais pas la laisser faire. Mon premier orgasme en elle ne serait pas dans sa bouche.

Elle m’a regardé affamée et m’a léché les lèvres rouges, mais au moment où elle s’apprêtait à me mettre dans sa bouche, je l’ai saisie et avant qu’elle ne sache ce qui s’était passé, elle était sur son dos sur le matelas. Une autre seconde plus tard, la culotte de ma sœur était quelque part sur le sol et j’étais entre ses jambes, tapotant sa chatte nectarisée. Bientôt, Audrey avait presque oublié ses intentions et pleurait de plaisir.

Pendant que je la mangeais, je sentais un doux chatouillement de barbe me chatouiller le nez. Le monticule d’Audrey était couvert de chaume foncé. Il m’a dit deux choses. D’abord, elle s’est rasé les poils pubiens, ce que j’adorais. Je crois qu’il n’y a rien de plus beau qu’une chatte lisse et glabre sur une fille bien tonique aux seins fermes et gais, surtout si elle avait un bronzage doré, comme ma sœur. Deuxièmement, elle n’était pas sexuellement active pour le moment, et elle ne s’attendait pas à ce que quelque chose de sexuel se produise à l’heure actuelle. D’une certaine façon, la barbe vieille d’une semaine lui donnait un air de chasteté que je trouvais très sexy.

Je ne passais pas beaucoup de temps à contempler les vertus de ma sœur, car j’avais quelque chose de plus pressant dans mon esprit ; faire jouir Audrey sur ma langue. Ses protestations tièdes se sont vite apaisées quand je l’ai embrassée sur les lèvres et que j’ai sondé son trou étroit avec ma langue. Quand j’ai fermé mes lèvres autour de son petit clitoris et que j’ai sucé doucement, ses mains s’agrippaient à ma tête et un fort gémissement s’est échappé de sa bouche.

En quelques minutes, ses jambes ont commencé à trembler, puis les premières vagues de contractions ont couru le long du corps serré de ma sœur. Mon objectif était de la faire jouir, mais cela ne voulait pas dire que j’avais terminé. Je l’ai gardée coincée sur le matelas et j’ai continué mon agression jusqu’à ce que je l’aie fait crier deux autres fois.

Ce n’est qu’après son troisième orgasme qu’il était prêt à passer à autre chose. Je lui ai donné un moment de répit et j’ai passé ma langue sur le ventre plat d’Audrey. Ensuite, j’ai passé un peu plus de temps à explorer ses seins impeccables. J’ai léché et embrassé chaque centimètre de ses monticules mous et j’ai prêté une attention particulière aux pointes roses. J’ai vite appris que ma sœur avait des mamelons extrêmement sensibles. Chaque fois que mes dents égratignaient les points d’érection, son corps se contractait et elle poussait un gémissement doux. C’était de loin le son le plus sexy que je n’aie jamais entendu.

J’ai continué à taquiner Audrey jusqu’à ce qu’elle m’attrape à nouveau la tête et me tire jusqu’au-dessus d’elle. Elle a plié ses jambes autour de ma taille et pressé sa bouche contre la mienne. Pendant que nos langues dansaient ensemble, elle a attrapé ma bite et l’a guidée entre ses lèvres pour que la tête soit à l’entrée de sa chatte. Aucun de nous ne pouvait attendre plus longtemps, et avec une légère poussée de mes hanches, la pointe est entrée dans son orifice soyeux.

Audrey a inhalé brusquement lorsque son corps a accueilli mon membre envahisseur. Elle était tendue comme une vierge, mais très moelleuse et brûlante. Comme j’ai poussé une deuxième fois, ma bite a glissé doucement dans le reste du chemin. Juste au moment où j’ai touché le fond dans son humidité fumante, mon os pubien s’est reposé sur le rembourrage doux de son duvet et j’ai senti les muscles de son vagin se serrer comme un élastique autour de la base de mon corps. J’étais à l’intérieur d’elle et je l’ai complètement remplie, c’était comme si sa chatte était faite sur mesure pour ma bite.frere et soeur inceste 1 - Histoire taboue inceste Le secret de Grandma Chapitre 4

J’avais besoin d’un moment pour traiter et apprécier les sensations qui rayonnaient d’où nos corps étaient intimement unis. Au bout d’un moment, ses jambes se sont détendues autour de ma taille et notre corps a commencé à bouger. Ses yeux regardaient profondément dans les miens et elle chuchota pour que je lui fasse l’amour. On a commencé un peu timidement au début, mais bientôt on a trouvé notre rythme naturel et puis on a vraiment baisé.

J’avais du mal à croire que c’était réel. Audrey était la fille la plus merveilleuse et la plus belle que je connaisse, la plus belle et la plus sexy que je n’aurais jamais pu imaginer. Et le meilleur, c’est qu’elle me voulait autant que je la voulais. Nos lèvres se sont refermées et elle m’embrassait avec une luxure prédatrice beaucoup plus vorace que je ne l’avais jamais attendue de ma douce petite sœur.

Après quelques minutes de poussée dans sa chatte beurrée, un autre orgasme massif l’a envahie. Ses gémissements étouffés se sont transformés en un long gémissement tandis que tout son corps tremblait de façon incontrôlable. Son vagin s’est resserré encore plus, ses muscles essayant frénétiquement de traire le sperme de mes couilles. La seule chose qui m’a empêché de me décharger à l’intérieur d’elle, c’est une vive douleur quand ses dents ont percé la peau de ma lèvre inférieure.

Audrey gloussa de rire en s’excusant alors qu’elle goûtait le sang sur ses lèvres et donna un doux baiser pour apaiser ma douleur. Puis elle m’a poussé sur le dos et a commencé à me monter comme une cowgirl. Elle a habilement rebondi son cul sur mes genoux, glissant sa chatte de haut en bas sur la longueur de ma queue lisse à chaque coup. Ma sœur avait un contrôle musculaire incroyable et serré, presque attrapé, ma bite pendant qu’elle se levait. Puis elle s’arrêtait, avec juste le bout à l’intérieur, inclinait ses hanches et plongeait de nouveau vers le bas. De forts bruits d’humidité retentissaient lorsqu’elle touchait terre et affalait son clitoris sur mon os pelvien.

Elle a alterné entre cette baise énergique et intense, et lentement bercer ses hanches et s’embrasser tendrement chaque fois qu’elle pensait que j’étais sur le point de juter j’avais réussi à durer longtemps, beaucoup plus longtemps que ce à quoi je m’attendais, mais j’ai quand même dû reconnaître que je ne pouvais pas le reporter beaucoup plus longtemps. On s’est encore retournés et je l’ai pompé aussi vite que j’ai pu jusqu’à ce que mes couilles se contractent.

« Je vais jouir » j’ai grogné et j’ai commencé à me retirer.

« Ne... » gémit-elle, me serrant fermement dans ses bras pendant qu’un autre orgasme l’empêchait de parler. J’ai supposé qu’elle ne voulait pas que je me retire, et c’était trop tard pour moi de toute façon. J’ai poussé dans ma sœur une dernière fois et je suis venu profondément dans sa chatte serrée. Jamais auparavant je n’avais atteint mon apogée en même temps qu’une fille, mais c’est arrivé lors de ma première fois avec Audrey. Notre orgasme partagé a été amplifié et a duré plus longtemps, faisant des allers-retours entre nos corps unifiés. Je n’avais jamais été aussi dur ou aussi long. J’avais l’impression de libérer un litre de sperme sur une période de quelques minutes avant de m’effondrer sur ma sœur, drainé mentalement et physiquement.

La suite de cette saga demain même heure ! 

tel rose sans attente
1 Commentaire
  1. Lisa
    arnaud 4 mois Il y a

    Hum que c'est bon

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

©2019 XFR - Histoires taboues et téléphone rose - Mentions Légales  - (DMCA) Remove content - CGU - Cookies et confidentialité

 
hébergement de qualité
Thanks!


Envie d'un dial chaud en direct sans attenteT'es chaud et tu as envie de jouir avec une femme au téléphone rapidement?

Appelle notre service maintenant et discute avec des amatrices coquines et libertines qui sont chez elles. Plus de 25 filles t'attendent 24h/24h et 7j/7j pour te donner du plaisir avec leur voix sensuelle et sexy. Elles feront tout pour te faire jouir ! Tu peux donc prendre ton pied avec une VRAIE femme qui est chez elle et qui a envie de fire l'amour au tél sans sortir de chez toi et en toute discrétion ! Une expérience que tu n'oublieras pas de sitôt !

Clique sur le numéro pour appeler directement.

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account