Mettez ce lien en favoris en cas de problèmes de connexion sur le blog. Vous pourrez nous retrouver et avoir des infos !

Alors que j’avais tout rangé, la voiture de tante Annie a roulé sur notre route. Il me semblait qu’à chaque fois que je voyais cette voiture, elle avait accumulé plus de bosses. J’espérais vraiment que maman conduisait, et pas Annie. Malheureusement, maman est sortie du côté passager et m’a fait signe d’entrer. J’ai discrètement embrassé ma sœur pour lui dire au revoir et j’ai marché sur le chemin. J’ai pris une grande respiration et je suis monté à l’arrière.

Vingt minutes terrifiantes plus tard, nous sommes arrivés chez Mamie. Maman m’a fait du café et m’a parlé de la réunion qu’ils ont eue ce matin, et qu’ils avaient décidé qu’il serait mieux de rénover la maison avant qu’elle ne soit mise en vente. Puis elle m’a donné une liste des choses à faire dans la maison. Elle avait déjà un entrepreneur qui venait à la maison cet après-midi et elle voulait que je sois là quand il viendrait.

Tout compte fait, le temps passait vite et avant que je m’en rende compte, il était six heures et il était temps de rentrer chez moi. Le dîner était de la pizza, et pendant que nous attendions que la nourriture soit livrée, je suis monté voir Audrey. Elle ne m’entendait pas venir, alors je l’ai surprise en enroulant mes bras autour de sa taille souple et en tirant son corps contre le mien.

« Salut bébé »

« Salut », elle a gloussé en se retournant, alors elle était face à moi. « Tu m’as manqué »

« Tu m’as manqué aussi », lui dis-je en l’embrassant sur ses lèvres douces.

Elle m’a poussé sur sa chaise et s’est assise sur mes genoux, ses bras autour de mon cou.

« Et qu’as-tu fait pendant que je te manquais ? » J’ai demandé.xfr secret grandma 15 - Histoire taboue inceste Le secret de Grandma Chapitre 8

« Lecture »

« Laisse-moi deviner... encore ces journaux intimes ? »

« Ouais. J’ai presque fini le troisième volume ».

« Et as-tu découvert quelque chose sur les années manquantes ? »

« Non, rien du tout »

« Quelque chose sur le bébé ? Ou Sébastien ? »

« Pas grand-chose sur eux non plus. Juste ça », dit-elle.

Elle a ouvert le livre à l’un des signets et a partagé le peu qu’elle avait appris.

« J’ai pensé essayer de contacter Sébastien pour lui demander s’il voulait venir voir ma nouvelle maison. Je ne sais pas ce que je veux. Je ne sais même pas où il habite en ce moment.

Il a probablement aussi dû passer à autre chose. Et s’il ne veut plus me connaître, moi ou notre fils ? Peut-être vaut-il mieux laisser le passé derrière soi et se concentrer sur ma nouvelle vie ici. Je ne veux pas compliquer les choses plus qu’elles ne le sont déjà. En plus, je ne saurais pas comment le joindre de toute façon. »

« C’est tout ce qu’elle a dit, c’est la seule fois où elle a mentionné l’un ou l’autre.

« Peut-être qu’elle écrira plus tard ? »

« Peut-être. Mais pour l’instant, tout ce qu’elle écrit c’est sur ce nouveau mec qu’elle a rencontré ».

« Qui est-ce ? »

« Quelqu’un qu’elle a rencontré au supermarché. Elle l’a décrit comme un grand et bel étranger, et son nom est Charles »

« Attends, est-ce que grand-père ne s’appelait pas Charles ? » J’ai demandé.

« Oui, je suppose que c’est lui »

« Ils s’aimaient, non ? Je veux dire, vraiment aimé l’un l’autre ? »

« C’est ce que maman disait toujours. Comme un conte de fées »

Elle avait raison, ce sont les mots exacts de maman.

« Bien, elle mérite un peu de chance », dis-je avec joie.

« Certainement »

L’histoire a dû attendre un peu plus longtemps. Maman nous a appelés, le dîner était prêt. On a mangé une pizza devant la télé et on a discuté un peu. Après le dîner, Audrey a demandé à être excusée et est montée. Environ une heure plus tard, j’ai fait la même chose.

« Tu veux toujours savoir ce qui s’est passé après qu’ils aient enlevé le petit Bastien ? » demanda Audrey en entrant dans sa chambre.

« Bien sûr »

« Maman et papa sont toujours en bas ? »

« Oui, ils regardent toujours la télé »

Elle a récupéré le journal d’où elle l’avait caché et l’a ouvert à l’un des signets. « Tiens, écoute ça ».

« Charles m’a interrogé sur les cicatrices sur mes bras. Il m’a dit qu’il savait ce que c’était et m’a demandé si je voulais lui dire comment je les avais eues, mais qu’il comprendrait si je ne le voulais pas. J’ai dit que je devais y réfléchir. J’aurai du mal à lui raconter l’histoire que j’ai essayé d’oublier depuis si longtemps.

J’ai décidé qu’il n’y aura qu’une seule personne avec qui je pourrai raconter mon histoire, et cette personne sera l’homme avec qui je vieillirai. Charles pourrait-il être cet homme ?

J’espère qu’il l’est.

« Allongée dans ses bras, j’ai réalisé que j’étais heureux. Je ne me sentais pas seulement joyeuse, mais vraiment heureuse, en sécurité et heureuse. C’était un sentiment agréable, presque oublié. C’était presque comme si j’étais de nouveau couchée dans les bras de Sébastien, loin de toutes les difficultés de la vie. J’ai demandé à Charles s’il m’aimait. Il a dit plus que toute autre chose.

Je lui ai dit que je voulais lui parler de mes cicatrices. Il m’a rassurée en me disant que je n’avais pas à le faire si je ne le voulais pas. J’ai dit que je devais le faire, parce que je voulais être avec lui pour le reste de ma vie. Il a dit que ça ferait de lui l’homme le plus heureux du monde.

« Je lui ai raconté toute l’histoire de ma vie et il a tout écouté en silence. Il ne m’a pas jugée quand je lui ai dit que j’avais découvert le sexe avec mon frère et que j’étais tombée enceinte de lui. Il m’a serrée contre sa poitrine et m’a caressé les cheveux et je sentais ses larmes sur mon épaule lorsque j’ai raconté que j’avais perdu mon frère, mes amies et mon bébé.

Il m’a demandé si c’était quand je me suis ouvert les veines. Je lui ai dit que je n’avais aucune raison de vivre et que je voulais mettre fin à la douleur. J’ai pris le couteau dans la cuisine et je me suis coupé dans la baignoire. Je lui ai parlé de la douleur brûlante et du sentiment de délivrance, et comment tout est finalement devenu silencieux et sombre.

Je lui ai parlé de mon réveil à l’hôpital et à quel point je me sentais complètement vaincue. Je lui ai dit qu’ils avaient doublé ma dose de tranquillisants et que trois années s’étaient écoulées dans la brume jusqu’à ce que je m’éloigne enfin de tante Barbara pour m’installer dans ma nouvelle maison en ville.

“Charles m’a dit qu’il m’aimait et qu’il ne laisserait plus jamais rien m’arriver de mal. En prononçant ces paroles, j’ai vu la bonté dans ses yeux et j’ai entendu la sincérité dans sa voix. Je savais qu’il était sincère et que je l’aimerais pour toujours.”

“Ça explique beaucoup de choses”, dit Audrey.

“Oui”

“Peux-tu imaginer, trois années entières ?”

“Non, ça a dû être horrible”

xfr secret grandma 14 - Histoire taboue inceste Le secret de Grandma Chapitre 8“J’espère qu’il y aura des moments plus heureux pour elle maintenant”

“Oui, moi aussi. Elle le mérite”.

Le bien-être de ma grand-mère n’était pas la seule raison pour laquelle j’espérais des moments plus heureux, il y avait aussi une raison un peu plus égoïste. Le dernier jour et demi, Audrey était allongée dans mes bras, lisant l’histoire. Son corps sexy si proche et si séduisant, mais aucun de nous n’était vraiment d’humeur à faire quoi que ce soit. Nous avions à peine fait l’amour et la pression dans mes couilles atteignait des niveaux inconfortables. J’aimerais libérer un peu de cette pression avant de repartir pour l’université demain.

“J’ai dit que je l’aimais aussi et on s’est embrassés. C’est pendant ce baiser que j’ai su que j’avais fait ce qu’il fallait en lui disant. Il savait maintenant tout de moi. Il n’y avait plus rien entre nous et je me sentais plus proche de lui que je ne l’avais jamais été. On a fait l’amour pour la première fois.

‘C’était un peu inattendu quand c’est arrivé, mais je suis content qu’on l’ait fait. Charles est un amant fantastique. Il est doux, passionné et très attentionné, mais en même temps il est comme un animal, fort comme un cheval et tenace comme un loup, poursuivant sans relâche son but, me faisant jouir encore et encore. Faire l’amour avec lui est presque médicinal. À chaque poussée de sa bite, il fait paraître plus loin tous les souvenirs désagréables et à chaque baiser, je l’aime encore plus’.

Et avec cela, les temps heureux étaient revenus. Une fois de plus, le journal était rempli de pages et de pages d’images des aventures sexuelles de Mamie. Audrey était tellement excitée qu’elle ne pouvait même pas attendre la sécurité relative de la nuit. Seulement une demi-heure après que j’aie quitté sa chambre, et pendant que nos parents regardaient encore la télé en bas, elle est venue me voir à nouveau. Elle a posé son doigt sur ses lèvres, me disant de me taire. Elle n’avait pas besoin d’expliquer ce qu’elle voulait, le regard dans ses yeux me disait tout ce que j’avais besoin de savoir, et j’aimais ça.

Elle s’est agenouillée devant moi et a déboutonné ma braguette, a attrapé ma bite et l’a aspirée dans sa bouche. En quelques secondes, elle m’a mis en pleine érection.

‘S’il te plaît Chuck, j’ai besoin de toi, tout de suite’ chuchota-t-elle en baissant son pantalon, en se penchant et en posant ses mains sur mon bureau.

J’ai déplacé ma main entre ses jambes et j’ai senti ses lèvres douces. Je n’avais pas fait l’amour depuis deux jours, et devant moi se trouvait la chatte la plus chaude et la plus humide jamais vue. Même si la menace d’être découvert était importante et que les conséquences seraient désastreuses, mon désir pour elle l’emportait sur tout appel à la prudence. J’ai baissé mon pantalon et j’ai pris position derrière ma sœur.

Je lui ai caressé le cou et l’ai embrassée derrière l’oreille pendant que je la séchais lentement avec ma bite dure entre les joues de son cul. Elle a tourné la tête et me regardait avec le désir brûlant dans les yeux, m’ordonnant non verbalement d’arrêter de faire l’imbécile et de la baiser fort.

J’ai attrapé ma bite, je l’ai penchée vers le bas et je me suis soulagé entre ses lèvres lisses. Audrey gémissait de besoin et roulait ses hanches pour me donner un meilleur accès à sa chatte. Ma queue a trouvé son ouverture et je l’ai poussée. Dans un souffle de libération, ses tissus délicats ont cédé et j’ai été englouti par sa chatte délicieusement serrée et chaude. Lentement j’ai poussé de nouveau vers l’avant jusqu’à ce que les joues de ses fesses soient fermement appuyées contre mon bas-ventre. Audrey s’est mordu la lèvre et a poussé un gémissement tendu quand je lui ai donné ce qu’elle voulait. Les mains sur la taille, je l’ai baisée aussi fort que j’osais, sans faire autant de bruit, ça alerterait nos parents en bas.

En toute honnêteté, la menace de se faire prendre n’a fait qu’augmenter notre excitation. Ma sœur a joui en quelques minutes, et quelques secondes avant moi. Je lui mordais le cou en lui pompant deux jours de sperme dans sa chatte frémissante. La pression dangereuse dans mes couilles avait été soulagée, et je me suis senti instantanément beaucoup mieux.

Audrey s’est retournée et a remué son pantalon sur son cul. Elle m’a donné un petit coup de bec sur les lèvres et m’a juré qu’elle reviendrait plus tard. Puis, aussi discrètement qu’elle est entrée dans ma chambre, elle est repartie. Le sexe avait été précipité, brut et calme, mais c’était fantastique.

Audrey a tenu parole. Dès que nos parents se sont couchés et que le silence est descendu sur la maison, elle s’est glissée dans ma chambre. Elle ne portait rien d’autre qu’une courte chemise de nuit alors qu’elle rampait sur mon lit et s’accroupissait sur mon visage. Elle s’était douchée et rasée. Sa chatte douce et parfumée avait un goût frais et sucré et je me régalais de ses jus qui fuyaient abondamment comme un homme mourant de soif. J’ai léché, embrassé et sucé jusqu’à ce que ses jambes commencent à trembler et que ses gémissements étouffés atteignent des hauteurs. Elle jouissait comme une folle, mais je n’allais pas la laisser s’enfuir maintenant. J’ai enfermé mes bras autour de ses jambes et je l’ai dévorée jusqu’à ce qu’elle me supplie d’arrêter. Je l’ai lâchée et elle est tombée dans mes bras, haletante et murmurant doucement de douces paroles dans mon oreille.

Je n’ai pas laissé beaucoup de temps à ma sœur pour récupérer. Je l’ai roulée et je l’ai mise à genoux. D’un coup, j’étais au fond de sa chatte molle. Nous devions encore nous taire si nous voulions éviter de réveiller nos parents et les alerter de ce qui se passait dans ma chambre. Il y avait beaucoup moins de pression cette fois, alors j’ai pris mon temps et je l’ai baisée à un rythme plus détendu. C’était peut-être mieux comme ça, parce que ça m’a fait durer plus longtemps aussi. C’était notre dernière nuit ensemble, et j’allais en profiter autant que possible.

Quelques minutes plus tard, Audrey mâchait mon oreiller, essayant d’étouffer les gémissements qui s’échappaient inévitablement de sa bouche pendant que je la baisais par-derrière. Ses mains griffaient les draps alors qu’elle essayait de résister à mon pompage sobre, mais vigoureux. Néanmoins, à chaque poussée, elle s’est lentement affaissée vers l’avant jusqu’à ce qu’elle s’allonge sur le ventre et que je chevauche les jambes de ma sœur.

Malgré la position plus difficile, j’ai continué à m’enfoncer à la même vitesse implacable. Ma bite n’a pas atteint un point aussi profond qu’avant et j’ai même glissé quelques fois, mais avec ses jambes fermées comme elles étaient, la chatte d’Audrey se serrait plus fort que jamais. Une minute ou deux plus tard, j’ai senti mes couilles se serrer comme un avertissement que j’allais jouir rapidement.xfr secret grandma 13 - Histoire taboue inceste Le secret de Grandma Chapitre 8

Je l’ai tirée, je l’ai roulée sur le dos et lui ai léché la chatte pendant une minute pendant que je laissais ma bite se refroidir. Puis je me suis assis, appuyé contre la tête de lit, et je l’ai tirée sur mes genoux. Audrey m’a monté à cheval comme une cow-girl. Elle se déplaçait gracieusement et en douceur, avec un mouvement de roulis rapide de ses hanches. Sa poitrine pétillante rebondissait devant moi et je n’avais qu’à plier un peu mon cou et j’ai attrapé un de ses mamelons roses entre mes lèvres. Elle gémit doucement pendant que je tétais et mordais doucement sur le bout sensible. Je me suis déplacé entre les deux mamelons et j’ai également porté une attention particulière à la peau douce entre les mamelons. Il n’a pas manqué son effet escompté, car j’ai senti le corps de ma sœur se raidir à nouveau. Ses gémissements se sont intensifiés et j’ai appuyé ma bouche sur la sienne pour les étouffer. Puis les premières vagues orgasmiques ont traversé son corps. Sa chatte semblait flotter autour de ma bite en une série rapide de contractions. Je ne voulais plus me défendre contre mon propre orgasme. Je lui ai attrapé le cul et je l’ai fait rebondir sur ma bite jusqu’à ce que je lui inonde la chatte.

Après avoir fini de jouir, elle s’est penchée en arrière et a laissé ma bite tomber sur mon ventre. Une boule crémeuse de sperme suintait de ses lèvres rougissantes et tombait en une longue ficelle avant de s’accumuler sur ma cuisse. Elle a gloussé d’une manière mignonne en ramassant une goutte brillante qu’elle s’est léché le doigt.

‘Nous avons bon goût ensemble’, décida-t-elle.

On était bien ensemble aussi. La voir jouer avec mon sperme qui s’est échappé d’elle était de loin la chose la plus outrageusement sexy qui soit. Ma bite est lentement revenue à la vie et, avec un peu d’aide d’Audrey, elle a vite été assez dure pour une autre tournée.

La suite de la sage demain même heure  !

tel rose sans attente
2 Commentaires
  1. Lisa Lucie
    Celine 2 mois Il y a

    J'adore cette position que propose l'article

    • Lisa Lucie
      arnaud 2 mois Il y a

      pareil sa m'en donne la trique juste de lire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

©2019 XFR - Histoires taboues et téléphone rose - Mentions Légales  - (DMCA) Remove content - CGU - Cookies et confidentialité

 
hébergement de qualité
Thanks!


NOUVELLES FILLES ! 

5 nouvelles amatrices coquines ont rejoint le service ! Alexia la charnue, Angélique la mature, Caroline la Milf, Mélanie la folle du sexe et Yasmina une cougar très chaude.

Envie d'un dial chaud en direct sans attenteT'es chaud et tu as envie de jouir avec une femme au téléphone rapidement?

Appelle notre service maintenant et discute avec des amatrices coquines et libertines qui sont chez elles. Plus de 25 filles t'attendent 24h/24h et 7j/7j pour te donner du plaisir avec leur voix sensuelle et sexy. Elles feront tout pour te faire jouir ! Durée moyenne d'une conversation 7 minutes. Tu peux donc prendre ton pied pour 2.80€ sans sortir de chez toi et en toute discrétion ! Une expérience que tu n'oublieras pas de sitôt !

Clique sur le numéro pour appeler directement.

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account