Bi - Gay - Lesbien Fétiche - BDSM Histoires taboues et histoires de sexe Prostitution Viol Zoophilie

Histoire taboue La déchéance sexuelle d’un couple Chapitre 2

La baronne Histoire taboue zoophilie extrême Chapitre 11
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire taboue Jacques bascule de l’autre côté

Cela fait deux jours, que Jacques n’a pas vu sa femme.

Il s’est trouvé un petit de coin de plage, plus ou moins isolé. Voir les femmes en bikini où seins nus, lui rappelle trop la plastique de sa Nicole, qui l’a délaissé pour un Martiniquais. Cela lui donne le bourdon. Cette après midi, Nicole rejoint Jacques sur ce petit coin de plage, il en est étonné. Elle est contente de l’avoir retrouvée. – Bonjour mon chéri, je te remercie de m’avoir permis d’aller avec Omar sans faire d’esclandre ?
Jacques port un petit slip de bain, sa femme est seins nus. Elle lui raconte ses nuits avec Omar et ses copains, elle lui confirme qu’elle est amoureuse d’Omar. Son récit excite Jacques.
On se baigne ? J’ai envie de toi, ma chérie ? Je me sens prêt à tout !
Je sais que tu es toujours prêt à tout, pour moi ? Que je peux te demander n’importe quoi.
Exactement, demande-moi n’importe quoi, ma chérie ?
Elle ferme les yeux sans répondre. Elle sourit, elle est sans doute en train d’imaginer ce qu’elle pourrait lui demander.

Jacques tombe le maillot, affichant une semi-érection qui attire le regard de sa femme. Elle fait une moue dubitative.
Mouais ! ça ne vaut pas celle d’Omar et de ses copains.
Jacques va piquer une tête dans l’océan, alors que Nicole reste sous le parasol. Quand il revient sur le sable, il voit que des hommes observent sa femme. En le voyant venir vers elle, elle s’installe en appui sur les coudes et cuisses largement ouvertes.

Quatre types robustes, d’allure un peu rustique, vêtus comme des boucaniers, observent sa femme.
Regardez comme ils sont mignons, les gars.
Elle se retourne, lève la tête, pousse un petit cri et attrape sa serviette pour se couvrir la poitrine.
Quel dommage ? Dit une grosse voix. Ouais, c’est pas tous les jours qu’on voit ça.
Depuis deux mois que j’ai pas vu un autre cul que les vôtres, ça fait du bien ?
Tu vois, le monsieur il s’apprêtait à en profiter, et puis à cause de nous y peut pas ?
Oh ! moi je m’en fous. Il peut y aller.

L’un deux jette à Jacques, un regard soudain glacial.
Ça vous dit plus rien ? Elle en voulait, il n’y a pas deux minutes.
Écoutez, laissez-nous, maintenant. C’est du harcèlement ! Répond elle, fâchée.
Ouais, c’est vrai, on a bien envie de vous harceler un peu.
L’homme tend un long bâton et le glisse habilement sous la serviette que Nicole maintient contre elle. Elle semble apeurée. D’un geste précis de ce bâton, il arrache la serviette de Nicole qui se retrouve donc torse nue face à eux.
On les avait bien vus ! Hein, les gars ?

Ils s’approchent d’elle. Jacques fait un pas pour s’interposer.
C’est bien, tu es courageux, tu la protèges. Mais, tu es bien le seul.
S
a femme se colle contre lui. Le premier des boucaniers, le regard braqué sur sa femme, ouvre les boutons de sa chemise, tout doucement, exhibe un torse musculeux.
Et ? Les gars, ce qui les gêne, c’est d’être à poil alors que nous sommes habillés. Donc, on ne va pas les gêner plus longtemps, c’est pas poli. Proclame-t-il.

Il lance sa chemise et se penche pour ôter ses chaussures. Puis, il défait son pantalon. Les trois autres l’imitent et bientôt tout le monde est nu. Jacques sent le corps de sa femme se coller encore plus au sien. Nicole se dit en elle même : Oh, mon Dieu ? Regarde-moi, tous ses beaux mâles noirs pour me baiser. Elle en a chaud.
On ne vous fera pas de mal, on a juste envie de baiser ? Clame l’un d’eux.
Il faut nous comprendre. On n’a pas une vie facile, dans la plantation cinq mois par an, entre hommes. On s’arrange bien entre nous, mais une femme, c’est pas pareil.
Vous n’avez qu’à vous branler, ça passera ? Dit-elle, furieuse.
C’est ce qu’on fait, mais ?
Alors, vous n’avez qu’à baiser entre vous, et foutez-nous la paix.
Ça aussi, on le fait. Mais une femme, un nouvel homme, ça me tente ! Pas vous ?

Le meneur attrape Nicole par le bras et l’attire vers lui. Sa grosse main se plaque immédiatement sur un de ses seins.
– Oh ! putain, que c’est bon ?
Ses camarades tendent leurs mains géantes vers le corps de la Nicole. Tétanisée, elle les laisse faire.
– Écoutez, je veux bien vous branler, et après, vous partez ! Crie Jacques.
Son cri résonne surtout dans sa tête, il ne sait pas pourquoi, il a dit ça ? Car il bande en pensant que sa pute de femme va ce faire violer devant lui, ça fera la nique à Omar.

Sa femme le regarde, stupéfaite. Il ne sait pas que tout a été organisé par Omar. L’idée lui est venue quand Nicole lui a raconté, que Jacques aime se déguiser en femme avec ses sous-vêtements. Et qu’il aime qu’elle lui mette un doigt dans l’anus pendant qu’ils font l’amour. Il aime sucer le petit gode ceinture avant qu’elle le sodomise avec.
– Une branlette ?
– Ouais, il faudrait au moins nous sucer.
– Chéri, suce-les, qu’on en finisse !
L’homme lâche la femme et elle s’écarte de lui. Ses seins pointent d’excitation ?
– C’est vrai ? Regarde nos grosses queues, elles sont bonnes à sucer, on a les couilles bien pleines et on va te remplir la bouche.
– Oh ! Oui, mon chéri, fais-le pour moi ? STP !

Elle s’approche de son mari. Son regard a changé. Elle pose sa main sur la bosse de son maillot.
– Mais ? Tu bandes ! Allez, fais-le, sinon ils vont vouloir me baiser. Tu ne veux pas qu’ils me baisent là, comme ça. Devant toi ?
Elle passe derrière Jacques et lui baisse son maillot, faisant surgir sa bite tendue. Elle pose les mains sur mes épaules et appuie.
– Allez, vas-y, tu nous sauves. Lui murmure-t-elle à son oreille. Jacques pour l’amour de sa femme, fléchit les jambes.
– Ça m’excite ? Fais-le pour moi, c’est l’occasion de la femme, pour de vrai ? Dit-elle doucement en s’agenouillant elle aussi.

Elle le tient par les hanches. Son bas-ventre est collé à ses fesses. Elle bout littéralement, Jacques sent la chaleur de son sexe contre ses fesses. Un homme s’approche ? Sa bite, lui parait énorme, elle balance devant son ventre.
– Regarde cette bite, tu n’en as jamais vu une comme ça ? Ça va être bon.
L’homme est devant lui. Au bout de son gland turgescent perle une grosse goutte translucide.
– Allez, suce-moi, salope.

Il glisse sa main dans les cheveux de Jacques et l’attire. Son gland se pose sur ses lèvres. Sa goutte s’étale dessus.
– Vas-y, mon chéri, suce. Allez, suce ? C’est une vraie, celle-là.
Jacques ferme les yeux et ouvre la bouche. L’homme y glisse sa queue tandis que sa femme se relève.
– Je vais filmer, ça ne vous dérange pas ? Demande Nicole en sortant un caméscope de son sac.
– Tout ce que tu veux ma belle, on va te donner un beau spectacle ! Dit il avec un clin d’œil.
– Oh oui, s’il vous plaît ? Merci, c’est pour qu’il s’en souvienne !
Elle installe le caméscope et enclenche l’enregistrement. L’homme commence à coulisser dans la bouche de Jacques, jusqu’au fond. Il la lui baise.
– Chéri, fait un effort, lance-toi ?
Jacques lève une main tremblante vers la hampe.
– Oui, c’est bien ! Surenchérit sa femme.

Jacques caresse les couilles velues et arrache un soupir à l’homme. Petit à petit, sa bouche se fait de plus en plus active. Un verrou vient de sauter dans sa tête. Jacques salive abondamment, trempant la bite. Sa langue virevolte autour du gland baveux, glisse sous la hampe fortement veinée. Il la lance sous les couilles, vers le périnée. Jacques sait ce qu’il aime, alors il fait pareil que ce qu’il aime.
L’homme gémit, se cambre, ouvre ses cuisses.
– Ah ! Alors, mon chéri, mais tu aimes ça ? Une vraie queue.
– Putain, oui, il aime ça ! La dernière qui m’a sucé comme ça, c’était une pute à sainte rose, et elle m’a coûté cent tunes.

Les trois autres l’entourent maintenant. Ils présentent la même raideur que leur acolyte.
La proximité de ces queues tendues pour lui, le rendent fou. Sa langue glisse plus loin sur le périnée de son dominant. Les flashes prouvent que sa femme immortalise tout.
– Quelle salope ! La feuille de rose ? J’adore ! Allez, lèche-moi le cul ?
L’homme se retourne et écarte ses fesses à deux mains. Jacques voit son œillet et fond dessus, langue en avant. Il lape cet endroit avec passion. Soudain, une nouvelle queue arrive contre sa joue. Il la prend en main et la caresse vigoureusement. Abandonnant un peu son activité buccale, il avale ce nouveau prétendant.
– Ah ! mon chéri, tu m’excites ! Continue, donne-leur tout ce qu’ils veulent ? Lâche-toi !

Ce commentaire, même s’il lui fait plaisir, est inutile, car il se lâche. Dans sa tête, il s’imagine à la place de Nicole qui veut bouffer de la queue et encore de la queue. Et tout ça, sous ses yeux à elle. Jacques entend les commentaires graveleux de ces quatre types qui se plaisent à le traiter de salope et de pute.
– Je crois que je vais lui faire le cul. Clame le meneur.
– Oh, oui ! Prenez-le ? Je veux l’entendre gémir !
La Nicole semble dans un état d’excitation incroyable. Jacques ne cesse de sucer la belle queue coulante et alterne avec l’œillet, qu’il réussit à dilater pour le lécher en profondeur et faire haleter l’homme de plaisir.
– Je veux que vous le baisiez bien tous les quatre ! Enchérit Nicole.

Jacques jette un coup d’œil à sa salope d’épouse qui l’offre aux désirs de ces inconnus. Elle se masse les seins avec passion. Elle est surexcitée. Tout en la regardant faire, Jacques avale une nouvelle queue. Il y met toute sa fougue, exagérant ses gestes pour qu’elle perçoive bien son intention. C’est un peu sa vengeance, elle se donne à Omar et ses amis et bien lui va se donner à ceux-là, ici sur la plage.
– Laissez-moi le préparer ? Je ne veux pas que vous l’abîmiez ? Dit-elle alors.
– Vas-y ma chérie. Puisque tu le veux. Graisse-moi bien le cul.

Elle prend place derrière lui et il sent sa main caresser sa raie. Jacques, toujours à genoux sur le sable, se cambre plus encore. Elle étale un produit lubrifiant, qu’elle sort d’on ne sait où ? Elle lui tartine la raie d’huile solaire, et glisse un doigt dans son anus.
– Oh ! oui, prends-moi ? Souffle-t-il en se tournant vers elle.
– Oui, je sais que tu vas aimer, comme à la maison. Ils vont bien te sodomiser. Je vais te mettre un deuxième doigt pour bien t’ouvrir.

Elle commence à l’enculer avec deux doigts et petit à petit la douleur s’estompe. Elle écarte sa rondelle, qu’il laisse s’ouvrir. Les hommes la regardent faire en branlant leurs bites géantes pour les tenir raides.
– Bon, allez, je crois qu’il est prêt ? Ordonne alors le meneur.

Jacques ne répond pas. D’un coup, l’homme se met à genoux derrière Jacques. Il pèse de tout son poids sur lui. Son torse se colle à son dos, ses jambes puissantes écartent les siennes au max. Jacques se sent une femelle, soumise, offerte. Son membre viril frotte sur son orifice, lui procurant un nouveau plaisir. Il sait qu’il va céder. Lui offrir sa féminité anale, malgré l’effroi qui l’envahit d’être pris cette une fois par un gros calibre, réelle celui-là.

L’homme sent qu’il cède, qu’il n’oppose pas de résistance et que son corps lui est offert.
Son gland se frotte sur son trou balle. Jacques ne sait pas pourquoi, mais il le sent s’ouvrir, prêt à accueillir cette énorme barre de chair en lui.
– Tu es comme les femmes qu’on ne veut pas engrosser, tu vas être heureux, tu vas être baisée comme la femelle que tu es !

Il lui écarte les jambes le plus possible, et son sexe s’enfonce dans l’anus de Jacques. Malgré ses cris, il continue, son gland franchi la barrière de son anneau. Jacques a l’impression d’être ouvert en deux, malgré le lubrifiant de Nicole, son anus le brûle. C’est gros, trop gros.
L’homme ressort de ses reins, sa femme remet un peu d’huile solaire, elle repositionne le sexe sur son orifice entrouvert.
– Je vais le baiser comme une femme ? Dit-il en faisant un clin d’œil à Nicole.

Dès que le gland est rentré, il s’enfonce d’un coup brutal en entier dans son rectum. Jacques hurle, il est sûr qu’il va mourir, que son anus va éclater ? Il essaye de le pousser hors de lui, mais ses mains ne rencontrent que ses abdominaux.
– Calme-toi mon Chéri ? Tu es enculé maintenant. C’est juste un peu dur au début, mais tu vas encore aimer ? Je t’assure.
Le meneur reste un moment avec sa queue, enfoncé entièrement dans son boyau. Jacques reprend son souffle et se détend. Ensuite, petit à petit, il commence des va-et-viens.

Pas trop important d’abord, mais de plus en plus fort, insérant des mouvements de plus en plus amples.
D’un coup, l’homme hurle ? Jacques le sent s’enfoncer au plus profond de son ventre, soudain des jets chauds lui remplissent ses entrailles. Le meneur vide son plaisir dans son ventre d’enculer.
Il ce retire de son dos, sexe encore dur et le regarde en souriant.

-Tu as aimé Salope ? On n’en a pas fini avec toi. Ça fait que commencer.

Il le fait se cambrer en le poussant dans le dos. Jacques, pose ses mains dans le sable. Il lui écarte les fesses, pour permettre à Nicole de voir de près, son trou rougi et encore bien dilaté.
– Ça t’a plu hein salope de te faire défoncer par une grosse bite ? Hein ? Réponds ! Clame Nicole.
– MMM ? Oui ? Ça m’a plu.
– Tu es notre pute à présent, notre sac à foutre, tu appartiens à Omar ! Dit elle ? Un nouveau vient prendre possession de son cul et commence à l’enculer. – Hein ? Quoi ? Omar ?

L’autre le sodomise pendant au moins dix minutes, s’enfonçant de toutes ses forces dans son cul offert. Il plonge ses trente centimètres de chair au fond de son ventre, lui ouvrant encore plus le cul.
– Tu es fait pour être baisé. Ton cul, qui s’apparente maintenant à une chatte, est un instrument de plaisir pour les hommes.

Lui dit Nicole, en attrapant sa queue qui bande à l’extrême. Elle la branle en le regardant.

– OUOU ? OUUIIIIIIII !
Elle a raison. Jacques sent, que son cul est moins douloureux. Comme il est rempli de sperme, ça coulisse mieux. Il s’imagine être une femme que l’on encule. Et ça ? Ça le transporte ver la jouissance.

Il se laisse sodomiser devant Nicole en gémissant de plaisir. Le pieux de l’autre tape le fond de son ventre lui arrachant à chaque fois des petits cris de plaisir. Jacques sent son sexe devenir de plus en plus dur, de plus en plus épais.
Jacques sait que Nicole ne perd rien du spectacle, qu’il lui offre. Lui, il se concentre sur le plaisir de se faire sodomiser. Les couilles lourdes de l’autre, tapent de plus en plus vite contre les siennes. Jacques se cambre, visage levé vers le ciel. L’autre le tire vers lui de toutes ses forces le faisant crier de douleur.
– Je vais le remplir à ras bord.

Son foutre jaillit dans son ventre. Des jets chauds lui remplissent encore le ventre pendant que Jacques se tord de plaisir. Il éjacule dans la main de sa femme, pendant que l’autre lâche toute sa semence tout au fonds de son boyau. Ses fesses sont collées contre son bas-ventre, il se laisse remplir les intestins jusqu’à ce que l’autre se soit complètement vidé les couilles. Nicole l’embrasse sur la bouche.

L’autre s’est enfin calmé, Jacques reste immobile en tremblant, toujours empalé sur son sexe vigoureux.
– Dorénavant, tu dois obéir à Omar. Tu feras tout ce que l’on te demande. Tu es seras notre pute. Réponds ! tu as compris ? Demande le meneur.
– Oui ? Oui ?
– Oui ? tu es quoi ?
– Je ? Je suis une pute.
– C’est bien.

Quand L’autre sort des entrailles de Jacques, son anus lubrifié recrache un peu de sperme. Il découvre la sensation de vide et de manque, lorsqu’on n’a plus rien dans le cul.
– Voilà Nicole ? Tu vois qu’Omar n’a pas menti en te disant, que ton mari aime se faire niquer.
Jacques a un peu honte, car elle a bien vu qu’il bande encore. Elle a la voix très douce.
– C’est bien mon chéri. Je vois que tu apprécies comme moi le sexe des hommes. Mais ce n’est pas encore fini.

Aussitôt, un troisième s’engouffre sans ménagement dans son anus ouvert. Quant à son premier enculeur, il vient se fait le plaisir de lui enfoncer sa bite souillée, dans sa bouche en le traitant de mange-merde. Un goût âcre lui envahit la bouche et la gorge. Le fantasme de Jacques vient de prendre forme. Il se fait enculer pendant qu’il suce une queue qui sort de son ventre de femme. Car le fantasme de Jacques est d’être une femme que l’on baise. Il en avale en aspirant la queue dans sa bouche et il avale sa jouissance en fermant les yeux. L’image de sa femme faisant la même chose chez Omar lui occupe l’esprit.Il en jouit quelques gouttes sans que sa bite soit touchée.

Son cul, régulièrement nappé d’huile solaire, accepte toutes les bites qui le défoncent sans ménagement. Au fil du temps, les bites qui passent dans son cul deviennent plus acceptables.
Sa bouche et sa gorge tentent de s’adapter à chaque bite qui vient se faire sucer. Chacun des hommes a joui une première fois dans son cul et lors de leur deuxième passage dans sa bouche.
Jacques est heureux d’être une femelle à la merci de ses hommes.

Une bite ramone son cul en feu, une au plus profond de sa gorge, il fait jouir frénétiquement chaque bite qui se présente. Soulagés, les types s’écartent et sa femme s’approche. Elle se penche, approche sa bouche de la sienne et l’embrasse, ils partagent tout le plaisir de ces quatre hommes.
Jacques entend ses enculeurs se rhabiller. Lui en profite pour reprendre sa respiration, bouche et cul béants et dégoulinants.

Jacques est trempé de sueur, il sent un liquide couler de son cul disloqué. Des filets de sperme dans la bouche restent collés entre ses dents. Une bouteille d’eau vient se coller à ses lèvres et il peut se rassasier et rincer la bouche.
Jacques devine que Nicole s’occupe de le caméscope.
Le film deviendra un objet de chantages en souvenir de cette dépravation que sa femme et Omar ont secrètement organisée.

Nicole s’éloigne avec le caméscope, elle retourne auprès d’Omar. Les quatre protagonistes s’éloignent aussi, sauf le meneur qui revient sur ses pas. Jacques après avoir fait sa toilette dans l’océan, est avachi sur sa serviette de plage. Le meneur ce présente, il ce prénomme André ? Il lui raconte comment, il s’est retrouvé dans le piège tendu par Omar et sa femme.

Omar l’a obligé à conduire le quatuor de lascar dans le viol du mari de la femme qu’il drive actuellement. C”est par, on ne sait quel chantage qu’André a été contraint d’agir contre sa volonté. Alors, comme il est féru d’informatique, il informe l’infortuné Jacques, qu’il a installé, à l’insu d’Omar, cinq petites caméras sophistiquées dans la maison d’Omar.

André invite Jacques à venir chez lui pour visionner le résultat, car il craint que Nicole soit la future victime de ce truand et aussi proxénète, bien connu dans le coin.

Sam Botte

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

1 commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings