Bi - Gay - Lesbien Fétiche - BDSM Histoires taboues et histoires de sexe Prostitution Viol Zoophilie

Histoire taboue La déchéance sexuelle d’un couple Chapitre 4

2 maris offrent leur femme à un groupe d'hommes pour une soirée extrême
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire taboue

JACQUES ET NICOLE PERDENT PIED

Ce jour là, Jacques perd définitivement ce qu’il restait de sa dignité de mâle.
André et un autre cousin usent, abusent de toutes les parties de son corps une bonne partie de la nuit. Quand, ils en terminent, son trou est béant, sa bouche ruisselle de foutre, ses seins sensibles à force d’avoir été martyrisés. Jacques en éprouve tout de même une plénitude d’avoir passé cette nuit comme une épreuve, prouvant se qu’il est devenu, la salope qu’il rêvait d’être.
Après une courte nuit de sommeil, André le réveil rapidement. – Vient vite ? Il y a du nouveau !

Nicole est revenue, seule, au petit matin. Jacques la voit marcher lentement comme quelqu’un de très fatigué. Elle s’effondre sur le lit. Jacques croit entendre un sanglot, mais il n’en est pas certain.
Omar entre dans la chambre, la secoue sans trop de ménagement. Dès qu’elle s’aperçoit de sa présence, elle se lève pour l’embrasser, mais il la repousse.
– Va te laver la gueule, ma belle pute, tu pues le foutre.

Ce qu’elle fait, avec soin. Lui s’assoit dans un fauteuil, il la regarde dans la salle de bain, l’air très satisfait. Elle revient, mais elle n’a pas droit au baiser qu’elle désire.
– À genoux devant moi. Et, raconte ?
Elle s’agenouille, se prosterne plutôt.
– J’ai fait tout ce que tu m’as dit.
– Tu as été gentille avec mes amis ?

– J’ai fait tout ce qu’ils voulaient. Ils m’ont déshabillée tout de suite, ils m’ont dit, qu’ils n’aimaient pas les dentelles.

– Oh, la vache ! Quelle bombe ! Putain ! La nuit qu’on va se payer ! A dit Bob. Les autres ont embrayé dans des qualificatifs dégradants.

Immédiatement, Didier m’a servi une bonne dose de vodka, que j’ai dû avaler cul-sec, afin de me détendre. Il m’a demandé, si j’avais bien compris ce qu’on attendait de moi ? J’ai répondu que oui. Sur ce, il s’approche de moi, avec mes talons, j’avais son visage presque à hauteur du sien. Il m’embrasse goulûment, j’ai essayé de résister, mais j’ai fini par lui rendre son baiser. Il me pelotait le cul, passant sa main entre mes fesses. Il s’est mis à me lécher le visage. Il s’est reculé et a déboutonné sa chemise laissant apparaître un ventre plein de poils. Il se déshabilla, les autres se tripotaient l’entre-jambe. Il s’est retrouvé en slip, il me demanda de le lui enlever.

Je me suis exécutée, laissant apparaître une queue énorme, environ vingt centimètres à vue d’œil, voire plus, et surtout, deux énormes couilles, lisses, qui pendaient en dessous de sa queue déjà à moitié dure. – Allez ! ma grande, suce-moi la queue ? Je me suis mise à genoux, et je commence par lécher doucement cette queue impressionnante. – Prends un autre verre, whisky, cette fois, ça va te chauffer ! J’ai bu difficilement le fort breuvage. Ensuite, je me suis remise à l’ouvrage, sous les encouragements de Didier. Là, je l’ai prise en bouche. Elle lui fait une pipe du genre, qu’il s’en souvienne longtemps.

Didier m’encourageait, il me disait que je lui faisais ça bien. Il m’a demandé de lui lécher les couilles. Je le suçais depuis dix minutes et il grognait comme une bête. Il a dit qu’il allait éjaculer. Là, j’ai fait mine de me reculer, mais j’ai avalé le sperme de Didier. Il s’est vidé les couilles dans ma bouche.
– Bois encore, puis viens près de moi, suceuse ! A dit Karl. Je me suis mise accroupie, pendant que Karl enlevait son pantalon et son slip. Là encore, une grosse queue, aussi longue que celle de Didier, qui se caressait la queue tout en buvant un whisky. Je me suis mise à le sucer. Karl me tenait par les cheveux et faisait aller ma tête de haut en bas. – Passe ta langue autour de mon gland ? Ouais, mouille bien ma queue ? Comme ça, OUIII ! C’est bon, tu es douée, tu sais ?

Je pompais, encore et encore, je lui caressais ses énormes couilles tout en le suçant. Ensuite, l’inévitable c’est produit. Il a éjaculé dans ma bouche, je n’ai pas eu d’autre choix que d’avaler une bonne dose de sperme, à nouveau. Puis, instinctivement, je me suis agenouillée face à Bob qui avait déjà enlevé le tout, laissant apparaître une queue ? qui n’avait rien à envier aux deux autres. Je l’ai sucé, sucer encore, lécher ses grosses couilles. Il a éjaculé et de nouveau. J’ai avalé le sperme de Bob, difficilement cette fois. Il m’en a coulé sur le menton.

Puis, Didier s’est levé, il m’a attrapée par la taille. Il m’a amenée sur un fauteuil, et m’a demandé de me mettre sur le côté de celui-ci. Il s’est assis et m’a demandé de le sucer à nouveau, pour le faire redémarrer. Une fois à nouveau en forme, il m’a mise à genoux sur le fauteuil, les coudes sur l’accoudoir et à commencer à me bouffer le cul par derrière. Avec sa grosse langue dans mon anus, son pouce dans ma grotte. Je gémissais de plaisir. Ça a duré comme ça, environ dix minutes jusqu’à ce qu’il se décide à me pénétrer. Sa queue à l’entrée de ma grotte, il me pénétra lentement. Une fois au trois quart en moi, il agrippa mes hanches et commença à me baiser sauvagement, et sans capote ? Je criais de plaisir, son bide claquait contre mes fesses. Il s’est mis à me fesser, en m’arrachant des petits cris aigus. Ensuite, il a mis son énorme pouce dans ma bouche, pour le mouiller. Là, il a commencé à m’entrer lentement son pouce dans l’anus.

Je n’avais pas remarqué que Karl avait ouvert une valise et en avait sorti un plug anal. Plug qu’il a présenté à ma bouche, hébétée par la jouissance, j’ai ouvert la bouche par réflexe pour le sucer, tout en me faisant baiser en levrette par Didier. Karl me l’enleva de la bouche pour le donner à Didier qui, à la place de son pouce, inséra le plug dans mon fondement. Là, j’ai compris qu’ils avaient la ferme intention de m’enculer. Didier s’est ensuite retiré pour que Karl prenne sa place derrière moi. Didier m’a ensuite présenté sa queue que j’engloutis sans protester, pour avaler ma quatrième dose de foutre de la soirée.

Bob, servait un verre aux autres.
– La vache, Didier, tu es un génie ! – AH ! AH ! Quand on a une opportunité, on la saisit, les gars. – Putain, ce qu’elle est bonne ? Hé Didier tu diras à ton pote Omar ! Que franchement, sa copine, c’est une vraie bombe ! Mes seins ballottaient, mes fesses claquaient. Ces types avaient de l’énergie, malgré tout.
Ensuite, Karl se retira et m’a fait mettre à genoux face à lui pour décharger dans ma bouche. Et de cinq, me dis-je, la queue plus gonflée que jamais. J’avalai à nouveau du foutre et bus une autre dose de whisky, pour ensuite me diriger vers Bob, qui me fait m’asseoir sur sa queue, avec le plug toujours dans le cul.

Tout en me baisant et en me léchant les seins, il me l’enleva délicatement le plug, n’omettant pas de me le mettre dans la bouche. Il me mit un doigt dans le cul, tout en continuant de me baiser. J’avais la tête en arrière, les yeux fermés et je me mordais le plug. Pour qu’ils ne voient pas le plaisir qu’ils me donnaient

Peu de temps après, Bob s’est mis à grogner et de nouveau. J’ai dû me mettre à genoux et avaler du sperme. La vache, quelle endurance, tous les quatre !
Là, ils m’ont prise à deux, un par devant dans la bouche, l’autre par derrière dans ma moule. Ils alternèrent ainsi un bon moment, tout en claquant mes fesses qui rougeoyaient bien, à présent. Ils me firent me mettre sur le dos, Karl releva mes jambes et Bob me frottait sa queue sur le visage, en riant.

Là, Karl m’enleva mes escarpins que je portais depuis près de trois heures maintenant, les jeta au milieu de la pièce et me pris les chevilles, les jambes écartées. Bob avait encore sa queue dans ma bouche. Karl s’approcha de mon pied droit et me lécha du talon aux orteils, qu’il se mit à sucer en bavant. Ils jouirent à deux minutes d’intervalle, Bob, le premier dans ma bouche, Karl, sur mon ventre.

Là, Didier, après m’avoir dit de m’essuyer le sperme sur mon ventre, me dit que je pouvais aller à la salle de bain me rafraîchir un peu. J’étais en effet dans un drôle d’état ; le cul rouge, la chatte coulante, l’anus moins serré, les lèvres gonflées, la bouche endolorie. Je suis allée dans la salle de bain pour revenir cinq minutes après, remaquillée. Là, ils m’ont traînée vers la chambre. Bob se coucha sur le lit et me fait m’installer sur sa queue. Karl s’est mis à genoux sur le côté pour se faire sucer, Didier commença à ouvrir un tube de gel transparent, qu’il a badigeonné sur mon anus, en me mettant un doigt dans le cul.

Il s’est badigeonné la queue de gel aussi et s’installa derrière moi. Il me pénétra doucement, en rythme avec les autres. Ils m’ont baisés comme ça environ quinze minutes, pour après me sodomiser un par un. Bob m’enculait sauvagement, puis, il a éjaculé dans mon cul. Karl, m’a présenté sa queue devant la bouche pour se faire sucer, tandis que Didier se branlait lentement en me caressant la moule par derrière. Karl ne tarda pas à jouir, dans ma bouche. Il sortit en compagnie de Bob et sont allés vers la salle de bain. Didier, présenta sa queue à mon puits d’amour, et me pénétra lentement.

Ils se tournèrent pour se rhabiller. Didier me baisait de plus en plus fort, il hurla comme une bête, en se vidant les couilles dans ma grotte. Il fit le tour de moi qui restais le cul en l’air et se fit nettoyer la queue. Il me prit le menton, releva mon visage vers lui, pressa mes joues et me dit : – Quand tu veux pour remettre ça, ma chérie. J’ai pris un pied incroyable. Allez les gars, on y va. Ils sont partis. – Tu as joui ?
– Avec eux, oh ! Oui. – Malgré moi, j’ai aimé ça, j’ai aimé être traitée comme une pute, comme une chienne. J’ai aimé sucer leurs grosses queues, lécher leurs couilles. J’ai aimé, qu’ils crachent dans ma bouche, j’ai aimé qu’ils éjaculent sur ma langue, j’ai aimé avaler. J’aime le goût du sperme. J’aime cette sensation, cette sensation que c’est moi qui les faisais jouir. J’ai aimé me faire mordiller le clitoris, j’ai aimé sentir leurs langues sur mon anus, et dedans aussi. J’ai aimé, les claques sur mon cul, être fessée, j’ai aimé les doigts dans mon cul. J’ai aimé que ces trois types gras me travaillent tous en même temps.


– Tu ne t’es pas vraiment fatiguée, on dirait. Et après ?
– Ils m’ont déposée, comme tu l’avais dit, sur le port, au parking des camionnettes. Là, j’ai fait la pute. Il y avait des mecs près de leur camionnette, je leur ai proposé de leur faire des pipes. Il y en a beaucoup qui ne voulaient pas. Mais quand je suis montée dans la cabine du premier, les autres ont voulu leur tour.
– Combien ?
– Huit.
– Que des pipes ?
– Presque tous, ils y en a seulement deux qui ont voulu faire l’amour.
– Tu l’as fait ?
– Oui.
– Ça t’a plu ma belle pute ?
– Tes amis oui, mais les livreurs ? Ils me tripotaient pendant que je suçais. Leurs doigts partout. Il y en a qui n’étaient pas très propres, même avec la capote, je sentais leur sueur. Il y en a un qui m’a mis ses doigts dans le cul. Il voulait m’enculer, mais j’ai réussi à le faire jouir avec la bouche avant. Écoute ? Je l’ai fait mais ? Je veux plus, j’ai eu trop peur !

Jacques sent qu’Omar s’agace.
– Tu fais ce que je te dis ! Je veux, que tu me prouves, que tu m’aimes. Ce n’est pas à toi de choisir comment. Si je te dis de faire la pute chez des livreurs, tu vas baiser chez les livreurs. C’est tout !
Nicole a compris qu’elle lui a déplu.
– Oui, bien sûr, que je t’aime, mais j’ai eu peur, tu comprends. Des amis à toi autant que tu veux, mais je ne veux pas être seule avec des hommes que je ne connais pas.
– Tu n’as pas le droit de prononcer ? Je veux ! Avec moi. C’est moi qui veux. Toi, tu obéis.

Le ton est glacial est pire que des coups. Jacques la voit se recroqueviller, souffrir littéralement. Son visage est décomposé.
– Je ferai tout ce que tu désires. Tout, tout, mais embrasse-moi.
Il ne l’embrasse pas, pour lui montrer que, pour ça aussi, c’est lui qui décide. Nicole pleure et gémit des excuses. Elle se traîne aux pieds de son amant, en lui répétant qu’elle l’aime, qu’elle fera la pute pour lui avec qui il veut.
– Je sais ma petite pute, tu seras obéissante, mais il faut bien que je te montre qui est le mâle. Tu es encore trop indépendante. C’est ton mari qui t’a abîmée. Au fait, on va s’occuper de lui. Il va recevoir une leçon. Mange-moi dans la main petite pute.

Il tend la main et elle y enfouit sa bouche. Jacques ne voit pas ce qu’elle avale ou renifle. Cela ressemble à un maître qui récompense son chien. C’est sans doute l’image qu’il veut lui imposer. Jacques interroge André sur ce qu’il vient de voir. – Qu’est-ce qu’il lui donne dans sa main ? – C’est un cocktail d’ectasie, de coke, peut-être de LSD ? Et puis d’autres merdes proches des médicaments aussi. Des euphorisants. Jacques demande quel effet ça peut faire sur elle. André est incapable de le dire. Il parle d’amplification des sensations physiques, de soumission. Il dit aussi que c’est très dangereux. On est incapable de prévoir les suites en crise de manque ?

Jacques ne sait vraiment pas quoi faire. Sa femme est amoureuse d’Omar au point de s’humilier devant des inconnus pour lui. Elle lui a jurée, qu’elle sera une bonne salope, que ses puits d’amour sont à lui, qu’elle a besoin qu’il la défonce.

Sam Botte

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

1 commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings