Histoires taboues Inceste Témoignages

Histoire taboue La mère de mon copain

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Damien et moi, nous sommes dans la même classe de terminale. À l’approche du baccalauréat, nous avons décidé de réviser ensemble chez Damien, dont ses parents sont absents pour quinze jours. Les parents de mon copain sont aisés financièrement, Philippe son père est sous directeur d’une société qui construit des machines pour les travaux publics et sa mère Brigitte est femme au foyer. Damien a une sœur Julie. Ils habitent dans une grande maison luxueuse isolée en bordure de forêt.

Après une journée studieuse bien remplie, nous pouvons nous détendre dans la piscine ou dans le hammam, ce qui est particulièrement agréable pour libérer la tension accumulée dans nos corps et nos esprits.
Ce jour-là, Damien m’avait proposé de l’attendre chez lui, Damien devait faire une course en ville et rentrer en fin d’après midi pour que nous reprenions les révisions. C’était donc un jour de relâche, j’étais seul chez Damien et je décidais d’en profiter pour me relaxer dans le hammam.
Soudain un bruit dans la maison me fit sursauter, je pensais que c’était Damien mais cela m’étonnait qu’il soit déjà de retour, il était à peine midi.

Je criais :

« C’est toi Damien, je suis dans le hammam »

Personne ne répondit, quand la porte du hammam s’ouvrit et je vis la maman de Damien entrer.

Histoire taboue La mère de mon copain
Un trans au tél rose !

« Oh ! Bonjour Madame, j’attends Damien pour réviser les examens, il doit rentrer en fin d’après midi. En attendant je me suis permis de… »

« Tu as très bien fait Gatien, il n’y a aucun problème, tu peux en profiter ».

« Je pensais que vous étiez en voyage, si j’avais su que vous deviez rentrer… »

« En effet, je suis là pour quelques heures seulement, je dois prendre un autre avion dans quelques heures ».

« Je peux revenir plus tard si vous préférez »

« Tu peux rester, tu ne me déranges pas, mais peut-être es-tu gêné de voir la mère de ton copain en tenue d’Ève ? »

« Non, non Madame, je ne suis pas gêné »

En réalité j’étais très gêné, moi en tenue d’Adam, avec un slip pour seule étoffe, et cette femme de quarante ans, qui plus est la mère de Damien à mes côtés dans un endroit plutôt propice à la sensualité.
Elle se tenait debout, à moins d’un mètre de moi, elle dénoua la ceinture de son peignoir et le fit glisser lentement le long de son corps. C’est une femme sublime, elle portait un string très sexy. Mon regard se portait sur son corps magnifique, sur sa poitrine voluptueuse, sur le minuscule carré d’étoffe qui cachait à peine son intimité, sur ses jambes longues et fines.

Je me répétais sans cesse :

Histoire taboue La mère de mon copain
Nouveaux profils

« Il ne faut pas que j’aie une érection, il ne faut pas que j’aie une érection ».
Cette femme produisit sur moi un effet que je n’avais jamais connu auparavant. Je sentais mon sexe se durcir progressivement, mais j’arrivais tout de même à le contrôler jusqu’à présent. Elle vint s’asseoir tout près de moi.

« Ces voyages en avion et tous ces décalages horaires sont usants pour le corps, j’ai besoin de me détendre un peu. Toi aussi tu dois avoir besoin d’évacuer les tensions accumulées après plusieurs heures de révisions » dit-elle, en laissant galoper ses mains le long de son corps.

« Comment trouves-tu mes seins ? »

« Très beaux Madame, ils sont vraiment très beaux »

« As-tu une petite amie ? Tu dois certainement avoir beaucoup de succès auprès des filles »

« Je n’ai pas de petite amie, je me dis que j’ai encore le temps pour ça devant moi ».

La mère de Damien portait sans tabou son regard sur la bosse que le sexe d’Gatien, difficilement maintenu au repos, formait sous son slip.

« Ce garçon a un beau corps musclé, et il semble très bien monté » pensa-t-elle intérieurement.

« À tu déjà fait l’amour à une femme, Gatien ? »

« Non Madame, pas encore, je suis encore vierge, j’ai bien eu quelques occasions mais je préfère attendre un moment propice à cela, sans me précipiter, je veux que la première fois soit inoubliable ».

« Comment trouves-tu mes jambes ? »

« Très belles Madame, elles sont vraiment très belles. Vous êtes vraiment très belles »

« Tu as envie de les toucher ? »

« Oui, j’en ai envie, mais que va dire votre mari ? »

« Mon mari n’est pas là, il n’en saura rien et puis ça ne le regarde pas ».

Elle saisit ma main et la posa sur ses genoux, puis la fit remonter lentement le long de ses cuisses, me permettant d’effleurer le bout de tissu posé entre ses jambes, pour continuer le long de son ventre jusqu’à ses seins.
Je ne pouvais plus me retenir, ni dissimuler mon érection. C’est la première fois que je caressais ainsi une femme et qui plus est la mère de mon copain.

« Je vois que ça ne te déplaît pas » me dit-elle en portant son regard sur mon sexe turgescent, prêt à s’échapper de mon slip trop étroit.

« Suis-moi, j’ai envie de te faire un petit cadeau si tu le veux, personne n’en saura jamais rien, ceci restera entre toi et moi, ce sera notre secret ».

« D’accord » dis-je la voix tremblotante. Elle prit ma main et m’entraîna dans la salle de bains. Je pouvais voir à loisir ses fesses galbées danser devant moi dans sa démarche élégante et sensuelle. Je me demandais si je n’allais pas éjaculer avant même d’arriver jusqu’à la douche.
Elle ouvrit le robinet d’eau, agrippa l’élastique de mon slip et le fit glisser lentement. Mon sexe tendu surgit.

« Comme tu es bien monté, encore mieux que mon mari » me dit-elle.

Elle m’entraîna sous la douche, fit mousser du savon dans ses mains et commença à l’appliquer sur mon corps. D’abord sur mon torse, puis sur mon sexe érigé, me branlant d’une main et massant délicatement mes couilles de l’autre. Ce contact m’excitait tant que je ne pus me retenir plus longtemps et j’éjaculais très vite dans ses mains. J’étais un peu honteux de cette éjaculation précoce mais je ne tardais pas à retrouver à nouveau des forces.

« Tu es beau quand tu jouis, j’ai senti ton sexe se gonfler et ton sperme inonder mes mains, quelle force tu as, et quelle quantité de foutre ».

« J’ai été un peu rapide, mais c’est la première fois pour moi vous comprenez… »

« Tu n’as pas à avoir honte, c’est normal tu sais, les premières fois ça fait souvent ça. Viens, sortons de la douche »

Elle m’entraîna ensuite jusqu’à la chambre à coucher et m’allongea sur le lit king-size recouvert de draps de soie. J’avais retrouvé mes forces et arborais à nouveau une magnifique érection. Elle se mit au-dessus de moi, et descendit jusqu’à mon sexe.

« Détends-toi, je te fais découvrir autre chose, tu vas aimer, tous les hommes aiment ça ».

Elle commença à lécher la base de mon sexe, puis remonta lentement, léchant le pourtour de mon gland, l’enfourna dans sa bouche, commença un lent va-et-vient. Elle agrippa la base de mon sexe d’une main qu’elle agitait avec savoir faire, son autre main courait de mon torse jusqu’à ma toison pubienne.
Sous l’effet de cette nouvelle sensation de plaisir extrême que je découvrais aussi pour la première fois, je me demandais si je pouvais me retenir d’éjaculer précocement à nouveau. Je parvins à tenir à peine plus longtemps. Le spectacle sublime de cette femme suçant mon sexe, la vision de ses fesses haut cambrées, me fit éjaculer une deuxième fois, cette fois-ci dans sa bouche. Je fus surpris qu’elle avale ainsi toute ma semence, mais cela ne m’a pas déplu.

« Tu es vraiment bien monté, j’ai pris beaucoup de plaisir à te faire une fellation, j’ai l’impression que ça t’a plu aussi » me disait-elle tout en continuant à caresser mon sexe qui ne tardait pas à durcir à nouveau.

Elle s’allongea à mes côtés.

« Viens sur moi, pénètre-moi maintenant, introduis ton sexe dans le mien »

Maladroitement, je cherchais l’entrée de son intimité entre ses jambes écartées. Je m’enfonçais soudain dans cet antre chaud, humide et si confortable. Quelle sensation extrême, quel plaisir unique. Elle laissait échapper des soupirs et cambrait ses reins, caressait ses seins, ses hanches.

« Ouiii, plus vite maintenant, plus vite, quelle queue tu as, hummmm… »

J’accélérais mes va-et-vient, prenant de l’assurance, embrassant l’intérieur de son cou, ses seins, promenant mes mains sur ses hanches, sur ses cuisses, attrapant ses fesses que je soulevais légèrement.
« Joui en moi, aaaahh… Viens, je vais venir aussi, aaaaaaahhhh ouiiiii… »

Nous atteignons l’orgasme en même temps, ce fut merveilleux. Quelle première fois ! Nous nous sommes rhabillés, la mère de Damien est partie vers d’autres destinations lointaines.

Au retour de Damien, nous avons repris nos révisions, j’avais un peu du mal à trouver ma concentration après ce que je venais de vivre.

Après notre réussite au baccalauréat, Damien me fit une révélation. Sa mère l’a informé le soir même de notre rapport sexuel ainsi que son père.

Pour fêter la réussite du baccalauréat, je suis invité à venir passer une journée sexe. La date reste à définir. Quant à savoir si Damien a des rapports incestueux avec sa mère voir avec sa sœur je l’ai appris lors de cette journée.

Fin !

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

4 Commentaires

Cliquez ici pour poster un commentaire

  • Merveilleux récit
    Je remercie Marie Claude, Véronique, Lucie,Franck, pour cette surprise et leur soutien
    Merci infiniment

  • Gatien tes remerciement nous touchent beaucoup, je viens de les transmettre à Julie l’auteur de ce récit et à Véronique qui a corrigé le texte. Que tu sache que moi Marie-Claude je suis prête à t’aider à surmonter ton handicap, je sais que ce n’est pas facile pour toi, mais en accord avec Lucie nous avons voulu te faire cette surprise.

Webcams sexy

Une TRANS débarque au telrose

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou