Histoire erotique Histoires écrites par des femmes Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique

Histoire taboue Le journal intime de Véronique Chapitre 13

Histoire taboue Le journal intime de Véronique Chapitre 13
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Visite en club libertin

Histoire taboue Je deviens de plus en plus libertine et n’hésite pas à faire participer d’autres personnes à mes aventures, soit comme participant direct soit comme témoins ou voyeurs. Après nos aventures avec Philippe et Charlotte, nous les invitons à la maison pour un week-end prolongé. Une sortie en club libertin est prévue.

Nous avons invité Philippe et Charlotte, à passer le week-end de Pentecôte chez nous.

Cependant, hormis nous baigner nus dans notre piscine (nous n’avons pas de vis-à-vis), les possibilités érotiques et coquines sont limitées du fait de la présence de nos enfants. Aussi, nous avons prévu une sortie à vocation libertine.

Nous ne sommes pas des connaisseurs des clubs libertins de la région de Lyon, car nous n’y sommes jamais allés. Nous ne voulons pas aller dans un endroit sordide, comme il doit en exister. Heureusement, un couple de nos amis, Muriel et Damien. Ce dernier m’a déjà vue parfaitement nue, au retour d’une sortie VTT avec Loïc, a pour voisin le directeur d’un club. Lors d’une soirée, ils nous ont dit qu’ils étaient allés visiter ce club. Ils ont trouvé l’ambiance très sympathique. Il y a sauna, hammam, bar, piste de danse, alcôves discrètes. Ils n’ont pas participé, se contentant d’observer les comportements des « invités ». Pas de tenues outrancières dans les lieux communs, personne ne les a importunés. Ils ont vu des femmes refuser des attouchements sans déclencher de problème. Bien qu’excités par ce qu’ils voyaient, ils n’ont pas osé aller plus loin. Damien regrettait un peu, mais il a eu l’impression que Muriel n’était pas prête.

Aussi, quand nous leur avons dit que nous avions eu une expérience d’échangisme avec un couple, que nous avons connu dans un centre naturiste, ils n’ont pas été choqués, peut-être un peu surpris. Nous ne leur avons pas tout raconté ce jour-là, ils ont eu connaissance de nos expériences un peu plus tard.

Du coup, quand Loïc leur téléphone pour leur demander s’ils peuvent nous présenter (Philippe, Charlotte, Loïc et moi) à leur voisin, Damien répond qu’il lui téléphone tout de suite. Il rappelle dans l’heure : son voisin nous invite tous à une soirée spéciale couples. Muriel et Damien sont d’accord pour nous servir de guides.

Charlotte et Philippe arrivent dans la matinée du samedi. Lors du repas, Loïc leur annonce que nous sommes invités ce soir à une soirée dans un club. Charlotte a l’air très satisfaite, car elle nous a avoué récemment, que ce qu’elle aimait le plus, c’est d’être observée par des inconnus. Dans le club qu’ils fréquentent, il n’y a pas souvent de nouvelles têtes.

Après une sieste pour se reposer du voyage, ils nous rejoignent au bord de la piscine. Loïc et moi sommes nus. Ils ont un peignoir de bain et évidemment, rien dessous, car nous les avons prévenus de la situation de notre maison qui permet cette liberté. Philippe plonge directement dans l’eau. Quand il ressort, je vois qu’il s’est rasé le bas-ventre. Charlotte vient s’allonger sur le transat à côté de moi. Elle aussi est complètement épilée, comme moi d’ailleurs. Sa petite motte est déjà bronzée. Je l’ai toujours trouvée mignonne et j’avoue que nue telle qu’elle est, même si ce n’est pas la première fois, je la trouve craquante. Nous profitons de ce bel après-midi, avant d’aller nous préparer pour la soirée.

Loïc s’habille d’un pantalon confortable et d’une chemisette. De mon côté, je mets une robe, un peu au-dessus du genou, comme elle est fermée devant par des boutons, je laisse, en haut, deux boutons ouverts et en bas, trois. Je néglige les sous-vêtements, c’est le meilleur moyen de ne pas les perdre.

Philippe et Charlotte nous rejoignent dans le salon. Philippe est habillé un peu comme mon époux, pantalon et polo. Charlotte porte un chemisier rouge transparent, qui laisse deviner un soutien-gorge en dentelle de même couleur, et une minijupe, vraiment mini, fermée par une fermeture éclair sur toute la hauteur. Elle porte aussi des collants ou des bas. Dès qu’elle s’assied, je vois que ce sont des bas, genre Dim-up : sa jupe est si courte que le haut de ses cuisses est visible au-dessus de la bordure de dentelle.

Nous prenons notre monospace, pour passer prendre Muriel et Damien et nous allons au club.

À l’entrée, ils demandent Herbert, le directeur. Il nous accueille et nous présente le club en nous indiquant la marche à suivre pour profiter au mieux de notre soirée. Damien et Muriel connaissent un peu les lieux, aussi, il nous laisse entre leurs mains.

Après avoir fait le tour des installations, nous allons au bar. Nous discutons de choses et d’autres. Des gens viennent boire, d’autres sortent en direction des différentes salles. Nous allons danser pendant quelque temps. Quand nous revenons, Philippe a envie d’aller au hammam, je décide de l’accompagner, Charlotte veut rester pour s’imprégner de l’ambiance du lieu, Loïc reste avec elle.

Des portemanteaux sont disponibles à l’entrée du hammam. J’enlève ma robe, je me trouve donc complètement nue. Philippe me regarde pendant qu’il se déshabille :

« Bravo, avec une tenue comme ça, tu as vite fait de te déshabiller. »

« Que veux-tu, vu l’endroit, je ne vois pas l’intérêt d’en mettre plus. »

« C’est sûr, surtout pour l’enlever. Et j’adore te voir tout épilée, cela me rappelle la première fois que je t’ai vue. Enfin, la première fois que je t’ai vue de près. »

« Arrête de me parler de ça, tu vas m’exciter »

« Et tu crois que me dire cela va m’empêcher de continuer. »

Je me dirige vers l’entrée du hammam, suivie par Philippe. L’atmosphère chaude et humide est très agréable. Je me dirige vers un banc et commence à me détendre. Pour l’instant, nous sommes seuls.

« Tu sais que tu es toujours aussi excitante, j’aime bien quand tu es parfaitement nue. D’ailleurs, je t’avoue que c’est de te voir comme cela qui m’a fait apprécier l’épilation totale chez Charlotte. »

« Tant mieux, moi aussi j’aime bien sentir la douceur de ma peau quand je me lave, et j’imagine bien le plaisir que vous ressentez, vous les hommes, quand vous caressez une petite chatte toute lisse. »

Joignant le geste à la parole, je pose une main sur mon pubis.

« Ça, tu peux le dire, depuis que Charlotte s’est épilée totalement lors de nos vacances ensemble, je ne peux plus m’en passer. Tu me laisses toucher ? »

« Bien sûr, tout le plaisir est pour moi. »

« Tu sais que je ne vais pas tarder à bander, si on continue. »

« Ah bon ? Ça te dérange ? »

« Non, pas du tout, mais quand je suis allumé par une petite coquine, j’aime bien être éteint. »

« Qui te dit que tu ne seras pas éteint ? »

« J’aime bien le hammam, mais il fait un peu chaud pour s’agiter. »

« Eh bien, on ira dans un petit salon. »

Sa main est posée sur mon minou, ses doigts s’agitent autour de mon clito. J’écarte les cuisses pour favoriser le geste. Son autre main s’occupe de mes seins. Je sens des doigts se diriger vers mon puits d’amour, qui est déjà bien humide.

La porte du hammam s’ouvre pour laisser passer un couple. Elle est visiblement métisse, il est noir. Ils sont nus, évidemment, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils sont magnifiques. Il nous regarde avec un sourire et dit :

« Ne vous dérangez pas pour nous, s’il vous plaît, continuez. »

Ils vont s’asseoir, presque en face de nous. J’ai toujours fantasmé sur les noirs, et j’avoue que celui-là est vraiment beau, grand, baraqué, pas de graisse. Je ne délaisse pas pour autant mon ami Philippe. J’enlève ses mains de sur mon corps et je m’agenouille devant lui. Je prends son sexe dans les mains, il est déjà bien dur. Puis, je me sers de ma bouche et son chibre continue à durcir.

« Arrête, si tu continues, je ne réponds de rien. »

Il me relève et m’assied sur ses genoux. Je sens son sexe contre mon dos. Il reprend ses caresses, une main s’insinue entre mes cuisses, que j’écarte complaisamment. L’autre couple est aussi en train de se caresser, leurs regards se dirigent souvent vers nous.

Loïc entre, il est seul.

« On ne s’embête pas, à ce que je vois ! »

« Tu es seul, ils n’ont pas voulu venir ? »

« Non, Charlotte voulait aller danser, Muriel et Damien l’ont accompagnée. »

Son regard se dirige vers les autres occupants, il s’assied à nos côtés. Il me caresse les seins, puis me murmure à l’oreille :

« Tu m’as bien dit que tu fantasmais sur les noirs ? »

« Oui, mais ce n’est peut-être pas le moment, il est accompagné. »

« On peut leur demander, en plus il est beau, non ? »

Je ne réponds pas, mais cette éventualité ne me déplaît pas. Loïc se dirige vers le couple et leur dit quelque chose que je n’entends pas. Lui me regarde et me fait un signe de la tête et se retourne vers sa compagne. Elle a l’air d’accord, car elle attire Loïc à ses côtés.

De fait, l’homme se lève et vient vers nous. Son sexe a commencé à grossir, je ne sais pas si c’est dû aux caresses de sa compagne ou au spectacle que je lui procure, en tout cas, cette vision m’est agréable.

« Je m’appelle John, suivez-moi, ici ce n’est pas confortable, les salons sont mieux, dit-il. »

« On sort comme ça, ou l’on se rhabille ? » demande Philippe

« Vous pouvez rester nus, prenez juste vos affaires. »

Dans l’entrée, nous nous séchons un peu avec les serviettes mises à disposition, puis John nous précède vers un escalier. Philippe est derrière moi, ses mains caressent mes fesses. Nous arrivons dans une pièce où il y a des fauteuils et un grand canapé d’angle avec une méridienne.

John prend ma main et m’entraîne vers le canapé, il m’aide à m’allonger sur la méridienne. Il prend ma robe et la dépose avec ses habits sur un chevalet.

Je comprends pourquoi il m’a fait prendre place sur la méridienne : les deux hommes peuvent se mettre chacun d’un côté sans se gêner. Ce qu’ils font, évidemment. Puis ils me caressent, partout, les seins, les épaules le ventre, les cuisses, les hanches, c’est une symphonie à quatre mains comme j’en ai déjà bénéficié lors de notre première rencontre avec Philippe. Cela ne me laisse pas indifférente, normal. Philippe change de position et commence à m’embrasser les seins, puis il descend vers mon ventre, puis vers le haut de ma fente. Il me connaît, il sait quelles sont les caresses qui m’excitent le plus. J’écarte les cuisses, sa langue fait des mouvements sur mes lèvres intimes, ensuite elle pointe sur mon bouton.

John continue à me caresser les seins, il s’est mis à genoux. Dans cette position, je vois son chibre à quelques distances de mes yeux, je le prends dans une main. J’ai toujours entendu dire que les noirs ont des sexes énormes, c’est certainement vrai pour certains. John, lui, a un membre viril de bonne taille, mais pas disproportionné, à vue d’œil, je le compare à celui de mon époux, peut-être un peu plus long. Quoi qu’il en soit, il est bien dur.

Philippe s’est déplacé vers le pied de la méridienne, il m’attrape par les hanches et me demande de descendre de manière que j’aie les fesses au bord.

Mes pieds sont posés par terre, ma fente est bien exposée. Il se met à genoux devant moi et frotte sa pine sur mon sexe tout mouillé. Puis, il écarte mes nymphes et s’enfonce en moi. John continue ses caresses, j’essaye d’en faire autant sur son chibre. Les mouvements de Philippe dans ma grotte d’amour et les caresses d’John augmentent mon excitation et je finis par jouir.

Philippe sort de ma petite chatte, il n’a pas joui, il bande donc encore.

John se lève, je sens qu’il veut prendre la place de Philippe. Je suis d’accord, mais je veux qu’il mette une capote. Avec Philippe, ce n’est pas pareil, depuis le temps que l’on se connaît, nous avons eu le temps de discuter, nous savons que ni eux ni nous n’avons eu d’autres expériences non protégées.

John revient avec une capote qu’il a prise dans son pantalon. Il me fait des caresses très douces sur les cuisses, il remonte vers mon ventre, redescend doucement vers ma fente. Ses effleurements amplifient mon excitation, un doigt vient caresser mon clito, un autre pénètre mon sexe. Je lui dis de venir en moi. Je sens son sexe qui entre dans mon corps. Philippe est à nouveau à mes côtés et il approche ses mains de mes seins. Je m’appuie sur les coudes, car je veux pouvoir observer cette tige de chair sombre, aller et venir dans mon corps blanc (je suis très blanche de peau.) Je me dis que j’ai bien fait de m’épiler complètement, le contraste n’est que plus intense. Je ne suis pas tellement voyeuse, plutôt exhibitionniste – on s’en serait douté – mais cette vision insolite m’excite. Ceci, joint aux va-et-vient de ce sexe noir dans ma chatte, me déclenche un nouvel orgasme. Quand j’ai commencé à jouir comme cela, je deviens insatiable. Aussi, je n’hésite pas quand Philippe me dit :

« Lève-toi, je vais me mettre à ta place, tu viendras sur moi »

« D’accord, je veux bien, mais John n’a pas joui ! »

« Moi non plus, ne t’inquiète pas la soirée n’est pas finie. »

Je me lève, il s’allonge à ma place. Cette méridienne est vraiment bien faite : elle est suffisamment étroite et basse pour que je puisse l’enjamber, ce que je fais. Mes deux pieds par terre, je me mets juste au-dessus de la tige dressée de Philippe, je la prends dans la main et la dirige vers mon antre chaud et humide. Je descends lentement pour bien sentir la pénétration. Quand il est complètement en moi, je bouge d’avant en arrière, le contact de nos deux peaux dépourvues de poil est super agréable. Mon clito est bien titillé par cette caresse inhabituelle et je sens que je suis de plus en plus mouillée et excitée.

John s’est mis derrière moi, il passe ses mains sur mes seins aux pointes érigées. Toutes ces caresses entraînent encore un orgasme.

Un peu fatiguée, je repose ma poitrine sur celle de Philippe, mais je continue à me frotter sur Philippe, car le contact de nos peaux nues me donne des sensations fantastiques. Les mains d’John délaissent mes seins, pour mes hanches, puis je les sens sur mes cuisses. Au début à l’extérieur, puis vers l’intérieur, et après sur mes fesses, un doigt parcourt mon sillon et atteint mon œillet. J’ai dû tellement mouiller que John n’hésite pas à me pénétrer de son doigt. J’arrête mes ondulations contre Philippe et je recule à la rencontre du doigt d’John. Il enlève son doigt, je me retourne et lui dis :

« Non, non, continue. »

« J’aimerais mieux avec mon sexe »

« Oui ! Oui ! Si tu veux, vas-y ! »

Je sens une légère fraîcheur sur mon petit trou, John a certainement mis un peu de lubrifiant sur mon anus, par précaution, gentil et galant cet homme !

J’ai l’impression d’être observée et instinctivement, je tourne la tête de l’autre côté : à l’entrée du salon se trouvent Muriel, Damien et Loïc. Loïc est nu, mais Muriel et Damien sont toujours habillés. Au moment où John présente son chibre à l’entrée de mon petit trou, j’entends Muriel qui demande à Loïc :

« Cela ne te gêne pas de voir Véronique se faire pénétrer par un autre homme »

« Non, je sais qu’elle m’aime. Elle ne le ferait pas si je n’étais pas d’accord. »

« Oui, mais enfin, là, elle se fait prendre par deux hommes en même temps, un dans le sexe et l’autre qui la sodomise. »

« Lors de nos expériences échangistes, nous l’avons déjà fait ! »

« Ah ! Bon ! D’accord ! Oui, mais là, tu ne participes même pas ! Ce sont deux « étrangers » si je peux m’exprimer ainsi ! »

« Philippe n’est pas un étranger, cela fait longtemps que nous nous connaissons !

Le reste, je ne l’écoute pas, je préfère me concentrer sur mon plaisir. Le sexe de John continue à ouvrir petit à petit la porte de mes fesses, rendue plus étroite par la présence de Philippe dans mon vagin.

Comme je l’ai déjà écrit, le fait de m’être montrée épilée, à des connaissances aussi bien qu’à des inconnus, l’année de notre rencontre avec Philippe m’a fait découvrir mon exhibitionnisme et le plaisir que j’en retire.

Aussi, cette sensation d’être regardée, dans ces circonstances particulières, décuple mon excitation.

Je sens les mouvements de John dans mon cul et j’imagine la vision que je donne à nos amis et à mon cher et tendre époux : empalée sur un sexe blanc et sodomisée par un chibre noir, le bonheur.

Les va-et-vient de John se font plus rapides, je jouis encore. Et quand, je sens les mains de John qui se crispent sur mes hanches, lorsque lui aussi atteint le septième ciel, je jouis une énième fois.

Quand il se retire, je regarde vers mon mari, je lui fais signe de venir. Il a compris ce que je veux : bien que je ne sois pas une fana de la sodomie, j’apprécie beaucoup de me faire pénétrer le petit trou, quand je suis prise en même temps dans le sexe. De plus, je sais qu’il aime bien m’enculer. Le sexe de Loïc est bien bandé et mon anus bien lubrifié, il entre d’un seul coup dans mes fesses, ses allers et retours longs et profonds augmentent mon excitation jusqu’à déclencher de nouveaux orgasmes dans mon corps et quand il éjacule au fond de mes entrailles, c’est l’apothéose.

Je ne suis plus en mesure de m’agiter sur Philippe, qui est resté bien dur, malgré les pressions de mon vagin sur son sexe. Quand Loïc se retire, Philippe m’aide à me relever, puis il m’installe à genoux devant le canapé, la poitrine reposant sur le siège, la moquette est très douce et j’adore cette position. Philippe pénètre mon sexe tout doucement, je sens son membre turgescent entrer dans mon puits d’amour. Il commence par des mouvements lents et amples, puis accélère, il me connaît bien et sait que cette succession de rythme, m’amènera à la jouissance. Je tourne la tête vers l’entrée du salon, Muriel et Damien sont encore là, cette fois-ci, il est derrière elle. Il a relevé sa jupe et je vois qu’il la caresse, visiblement, elle n’a plus de culotte, car je vois sa toison (apparemment, elle n’est pas adepte de l’épilation intime) et se laisse faire en me regardant. Les mouvements de Philippe me déclenchent de nouveaux orgasmes, puis je sens sa semence qui se répand dans mon corps.

Après un moment de repos, les hommes se rhabillent, je remets ma robe sans la fermer, Muriel et Damien restent dans le salon, je vois que Damien attire Muriel vers la méridienne où j’étais allongée. Nous les laissons tranquilles et partons à la rencontre de Charlotte. Nous la retrouvons sur un fauteuil autour de la piste de danse. Sa position, bien enfoncée dans le moelleux fauteuil, nous dévoile ses cuisses gainées de bas, son string rouge, assorti à son soutien-gorge, est transparente, il dévoile le haut de sa fente épilée.

Elle me dit :

« Toi, tu as la tête de quelqu’un qui a fait l’amour et en plus tu as oublié de remettre ta culotte ! »

« Je n’avais pas de culotte. »

« On dirait que tu t’étais préparée à passer à la casserole. »

« Je te rappelle que je suis une adepte du sans-culotte, et puis nous sommes venus un peu pour ça.

Philippe se dirige vers elle, il glisse ses mains sous sa jupe :

« Toi aussi, tu devrais enlever la tienne, après je t’emmène danser. »

« Dis donc, tu n’aurais pas des idées, toi, répond-elle. »

Cela ne l’empêche pas de se laisser faire. Ils partent sur la piste de danse, au son d’un slow langoureux. La soirée est déjà avancée, les tenues sont beaucoup moins habillées qu’au début. Certaines femmes sont en sous-vêtements, d’autres ont perdu une partie de leurs habits. Dès le début de la musique, Philippe entreprend de descendre la fermeture de la jupe de Charlotte, elle le laisse faire et se retrouve les fesses nues. Avec son chemisier rouge et ses bas noirs, elle est très érotique.

La danse finie, ils reviennent s’asseoir, Philippe a la jupe de Charlotte dans une main et de l’autre, il caresse son postérieur. Charlotte a l’air réjoui, elle qui voulait s’exhiber devant des inconnus, elle est servie. Dès que Philippe s’installe, elle s’agenouille devant lui et ouvre la braguette. Devant une telle envie, Philippe dégrafe sa ceinture et enlève pantalon et slip. Charlotte embouche la tige déjà bien dure.

Loïc et moi sommes assis sur le canapé en vis-à-vis, nous avons une vue imprenable sur l’anatomie de Charlotte, surtout Loïc, qui est juste en face. D’ailleurs il en profite pour lui caresser les fesses. Je regarde autour de nous, de nombreuses personnes se font des câlins plus ou moins poussés.

Charlotte se relève, elle va se mettre sur Philippe. De ma place, je vois bien ses nymphes qui s’écartent pour laisser passer le membre de Philippe. Elle commence à s’agiter sur son chéri, la tête tournée vers la piste, elle voit des danseurs s’arrêter pour profiter du spectacle qui se déroule sous leurs yeux. Philippe descend ses mains vers les fesses de Charlotte, comme il l’a souvent fait en notre présence, il caresse son œillet, avant de la pénétrer avec ses doigts. Elle jouit, en poussant des petits cris.

Charlotte, elle, est une vraie amatrice de la sodomie, nous la voyons donc se séparer de Philippe, se retourner et s’empaler sur lui. Elle monte et descend sur cette tige qui transperce son anus, Philippe caresse en même temps son clito. Charlotte accélère son mouvement et, à nouveau, elle jouit. Elle reste assise sur Philippe, qui n’a pas débandé, sa petite chatte épilée est luisante d’excitation.

Elle fait un signe à Loïc, à qui le spectacle a redonné de la vigueur. Il s’approche d’elle, elle caresse son chibre avec une main, puis elle se penche pour le sucer. Elle recommence des petits mouvements de va-et-vient, le cul toujours occupé par Philippe. Puis elle arrête ses caresses buccales, modifie sa position, pour que Loïc puisse venir l’enfiler par-devant. La position est un peu acrobatique, mais l’excitation de chacun fait oublier ces désagréments. Loïc s’agite en elle jusqu’à prendre son plaisir, partagé par Charlotte qui jouit en poussant toujours des petits cris.

Elle se repose quelques instants, le sexe de Philippe, bien dur, reste enfoncé dans ses fesses. Lui, aussi veut prendre son plaisir, il fait comme avec moi, tout à l’heure : il aide Charlotte à se relever et l’installe à genoux devant le canapé, puis il pénètre sa rondelle d’un mouvement lent et continu. Une fois au fond, il va-et-vient entre ses fesses. D’où je suis, je vois bien sa tige entrer et sortir du petit trou de Charlotte, qui visiblement prend plaisir à se faire sodomiser devant des inconnus. Ils jouissent tous les deux quasiment en même temps.

Ils reprennent place sur le canapé. Nous prenons un rafraîchissement, pour nous remettre de nos émotions. Puis après quelques danses, quand Muriel et Damien nous rejoignent, nous décidons de rentrer.

Le week-end a bien commencé. Nous avons appris plus tard que Muriel et Damien avaient fait l’amour dans le petit salon où ils m’avaient vue avec John et Philippe. En plus, Damien a décidé Muriel à tenter l’épilation totale et le naturisme. Elle a accepté, seulement si elle pouvait débuter avec des gens connus, nous par exemple. Peut-être des futurs partenaires, qui sait ?

À Suivre

Julie et Véronique

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings