Confession Intime Histoires taboues

histoire taboue : Le rapt Chapitre 3 Babeth face à son maître

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

A sept heures trente le lendemain matin Marco déverrouille la porte du logement où la veille au soir il a enfermé Elisabeth (plus communément appelée Babeth).

«suis moi! le petit déjeuner t’attend!

Ne sachant pas à quoi s’attendre concernant son destin, se demandant si elle va rester prisonniére ou être libérée elle n’arrivait plus à dormir donc elle s’était lavée et habillée de bonne heure.

Le choix concernant les vêtements a été vite cat elle n’en a pas d’autres que que la jupe et le chemisier qu’elle avait du enfiler la veille pendant le dîner du soir en se mettant nue devant les employés du responsable de son enlèvement.

Descendant les escaliers de pierres puis passant par les couloirs du sous sol que la fille voit plutôt comme des souterrains ils arrivent à l’office dans la pièce qui sert de réfectoire au personnel. Elle trouve que les personnes présentes sont nombreuses. Prévenus qu’une nouvelle tête a fait son apparition ils veulent voir à quoi ressemble l’intruse.

histoire taboue : Le rapt Chapitre 3 Babeth face à son maître
Un trans au tél rose !

De ce qu’elle voit des pièces, elles sont très hautes de plafond et les porte fenêtres à petits bois sont de grandes dimensions, elle en déduit qu’elle ne se trouve pas dans une simple maison mais plutôt dans un manoir ou quelque chose d’approchant avec des dépendances comme les écuries.

Donc elle est aux mains d’un homme qui est loin d’être pauvre, un riche ou un nanti comme on dit dans le milieu où elle vivait jusqu’à son enlèvement.

Le petit déjeuner terminé une cuisinière lui demande de la suivre pour des corvées.

En attendant que le maître des lieux décide du sort réservé à sa prisonnière et pour qu’elle ne soit pas un boulet elle est confinée à des tâches subalternes.

Le personnel est très étonné de voir cette fille paraîssant si jeune qui normalement n’a rien à faire dans cet endroit n’étant pas une employée mais on ne discute pas les ordres que Marco transmet car ils viennent de leur patron.

Environ une heure plus tard Marco fait irruption dans la cuisine et interpelle Babeth qui épluche des légumes.

«le patron te demande!

– qu’est ce qu’il me veut? je n’ai rien fait de mal et je ne peux pas lui en dire plus!

– je pense que cela concerne ton futur!

histoire taboue : Le rapt Chapitre 3 Babeth face à son maître
Nouveaux profils

– il va me libérer? concernant la prostitution il bluffait voulant me faire peur?

– tu verras bien! s’il est resté sur ses positions fais toi à l’idée que tu lui appartiens et qu’il fera ce qu’il veut de toi!

– dans la vie tout être humain est libre, en particulier dans notre pays!

– si lui veut te voir tu dois lui obéir et aller le retrouver sans le faire attendre si tu ne veux pas pâtir de ton indiscipline!

– d’accord monsieur! conduisez moi à lui»

Elle ne comprend pas pourquoi il lui bande les yeux. Elle ne doit surtout pas voir la partie où vit le châtelain et sa famille.

Tenue par un bras Babeth ne peut que suivre le sbire à travers des couloirs interminables, il frappe à une porte et attend qu’une voix lui dise d’entrer.

« monsieur je vous ai amené la prisonnière!

– fais la entrer, j’ai des choses à voir avec elle en tête à tête! Je te dirais quand revenir la chercher!

– bien monsieur!

Marco pousse la fille à l’intérieur de la pièce qui est un grand bureau puis après avoir retiré la serviette de table qui la rendait aveugle il part en refermant la porte.

Babeth intimidée reste plantée sans bouger près de la porte tout en regardant dans la direction de celui qui a demandé à la voir.

Il est masqué tout comme la fois où elle l’a vue dans les écuries et le masque déforme sa voix. Elle comprend qu’elle ne verra jamais son visage et ne pourra donc pas le reconnaître le cas échéant.

– approches!

– encore plus près!

Elle avance et s’arrête devant le bureau derrière lequel le maître des lieux est assis.

– que puis-je pour vous monsieur?

– tu ne m’appelles pas monsieur mais maître car tu es ma propriété et le resteras très longtemps.

– je suis une fille libre d’aller et venir quand et où je veux! vous devez me laisser partir!

– non! j’ai été victime d’un détournement de fonds et il faut que quelqu’un rembourse et pour ça je n’ai que toi sous la main donc je fais de toi ma chose! tu seras celle qui travaillera pour me rembourser!

Se sentant piègée et voulant éviter l’affrontement la fille décide de faire profil bas en attendant de trouver une solution pour s’évader.

– bien maître! j’ai bien compris que n’ayant pas le choix je vous appartiens! mais je ne suis qu’une lycéenne et je n’ai pas encore de métier donc je ne peux pas gagner d’argent!

– tu verras que pour une fille comme toi il est simple d’en gagner!

Elle se demande où il veut en venir et n’a pas le temps de lui poser la question qu’il enchaîne.

– par contre fais toi à l’idée que tu fais partie d’une race inférieure! mes employés valent mieux que toi et tu devras les respecter en toutes circonstances! pour tous les membres du personnel masculin ce sera: monsieur! pour tous les membres féminins ce sera: madame!

– oui maître! mais je suis un être humain tout comme votre personnel masculin ou féminin.

– non! avec l’avenir qui va être le tien tu ne seras plus qu’un être très inférieur même pas du même niveau qu’un animal.

– vous me comparez à un animal?

– mes chevaux et chiens méritent d’être mieux traités et considérés que toi qui n’a aucune valeur à mes yeux.

– je ne comprends pas! pourquoi vous me rabaissez comme ça maître?

– je t’indique simplement qu’elle est dorénavant ta place dans la société!

– et quel sera mon rôle, comment allez vous m’employer?

– pour commencer tu va devenir le paillasson de tous les membres du personnel, tu seras à leur service donc ils et elles pourront faire de toi ce qui leur plaira.

– quelles seront mes attributions? est ce que je serais la larbine?

– tu seras à leur disposition pour le sexe et également toute chose qui leur passera par la tête et qu’ils voudront que tu fasses! s’ils veulent que tu portes un collier et une laisse ou que tu te comportes comme une chienne par exemple libre à eux!

– vous voulez faire de moi non seulement la putain du personnel! donc permettre que chacun se serve de mon corps quand il en a envie mais en plus ils peuvent me considérer comme un animal et faire en sorte que j’en sois un?

– tu as bien compris! ils ont dés maintenant tout droit sur toi! ce qui est valable pour les hommes l’est aussi pour les femmes, elles auront les mêmes pouvoirs.

– je devrais leur faire l’amour avec elles aussi?

– oui! que tu sois hétéro, lesbienne ou bisexuelle n’a pas d’importance ce qui compte est que tu obéisses aveuglément et ne mécontentes personne parmi le personnel.

Babeth comprend qu’elle a tout intérêt à ne pas contrarier l’homme et a du mal à assimiler que dans l’immédiat son destin ne lui appartient plus et que celui qui est devenu son maître décide pour elle.

– maître ce que vous allez faire de moi est difficile à accepter mais soyez assuré que je ferais tout pour vous satisfaire.

– c’est bien! tu as compris! quand tu seras mentalement prête tu deviendras une prostituée, une professionnelle du sexe donc tu ne seras plus une personne respectable et tu feras partie de la lie de la société.

– pourquoi me faites vous ça maître, je n’ai rien fait de répréhensible.

– toi non mais ta sœur si! tu vas payer pour elle! dorénavant tu seras traitée comme tu le mérites ou plutôt comme ta sœur l’aurait mérité: une moins que rien tout juste capable de gagner de l’argent en se faisant souiller par les hommes!

La fille est abasourdie et anéantie par ce que celui dont elle est maintenant la chose vient de lui dire.

– c’est comme ça que vous me voyez maître?

– tout à fait, tu comprendras que j’ai raison et tu t’y feras!

Babeth ne répond pas sachant que dans la situation où elle est il a tous les droits sur elle et que se rebeller ne peut lui apporter que des ennuis. Elle décide de plus objecter comprenant qu’il est vraiment décidé à faire ce qu’il veut d’elle et la soumettra qu’elle le veuille ou non.

Le silence s’établit pendant qu’il l’observe attentivement

– tu as un beau visage à l’ovale parfait avec des yeux de chatte en chaleur et des lèvres pulpeuses comme je les aime, tu es attirante avec en plus l’attrait de la jeunesse.

– merci pour le compliment maître! je sais que les garçons sont beaucoup attirés par mon physique et me dévisagent souvent avec insistance.

– te faire mâter par les puceaux c’est terminé! à partir d’aujourd’hui tu passes à autre chose avec des mâles qui ne feront pas que te regarder.

– c’est vous le maître! pour vous satisfaire je ferais tout pour contenter sexuellement votre personnel bien que je n’aie jamais eu de contacts physiques avec un homme.

– tu as un visage d’ange mais pour le reste du corps je veux voir! pour commencer tu vas te mettre nue.

Sans répondre et obéissante Elisabeth retire son corsage puis laisse tomber sa jupe sur le sol.

– de face ce n’est pas mal pour ton age! ta poitrine commence à être bien formée et ta taille bien marquée! ton pubis avec ses quelques duvets devrait plaire! Tournes toi!

Soumise elle fait un demi tour sur elle même.

– tes fesses et ta chute de reins sont plaisantes!

– vous êtes satisfait de mon corps maître?

– ce sont les centaines ou plutôt les milliers de clients que tu vas recevoir et à qui tu feras l’amour qui devront être inspirés à la vue de ton corps avant d’être ensuite satisfaits de tes prestations sexuelles!

– je comprends maître!

– donc tu comprends que je ne pourrais pas mettre un boudin sur le marché du sexe et risquer un flop question rentrée d’argent!

L’examen semble terminé.

– passons aux choses sérieuses, je veux voir ce que tu vaux.!

– dans quel domaine? je ne sais rien faire maître! je n’ai aucune formation!

– idiote! dans le domaine du sexe!

– vous voulez que je fasse quoi et à qui?

– je vais finir par croire que tu es débile! c’est à moi que tu vas faire des choses; bien que je ne me mélange jamais à la basse classe et surtout pas à la lie de la société! mais aujourd’hui et uniquement parce que tu es vierge je vais faire une exception!

– je suis votre chose maître! bien qu’étant inexpérimentée vous pouvez me demander ce que vous voulez!

– à genoux sous le bureau, tu sors mon pénis et tu t’en occupes avec ta bouche!

Une pipe elle n’a jamais fait ça, elle est un peu traumatisée et d’avance dégoûtée, pendant qu’elle se glisse sous le bureau.

Elle galère pour déboutonner la braguette du pantalon et baisser le zip puis pour écarter le caleçon, saisir la queue aux veines bleutées qui est un peu gonflée sans être bien raide puis la mettre à l’air.

Si elle n’a pas l’habitude de voir des verges, à l’aspect de celle-ci, elle se rend quand même compte qu’elle a devant les yeux celle d’un l’homme pas très jeune.

Elle ouvre la bouche au maximum et l’approche du pénis puis le fait pénétrer dans sa cavité buccale tout en fermant les yeux gênée à la vue d’une chose qu’elle voit de près pour la première fois.

Une main repousse sa tête.

– je sais bien que tu n’es qu’une pucelle mais tu pourrais embrasser et lécher mon sexe avant de le sucer.

Ce n’est pas le cœur léger qu’elle fait ce qu’il demande, maladroitement elle embrasse la queue sur toute sa périphérie et sur toute sa longueur la queue qui heureusement n’est ni trop longue ni trop grosse.

Comme l’homme ne dit rien après quelques minutes elle décide d’utiliser sa langue, elle commence à lécher le membre et comme rapidement il s’agite un peu sur sa chaise elle en conclut qu’il aime ce qu’elle lui fait et y prend du plaisir alors elle accentue les caresses de sa langue sur la peau du pénis veillant à bien lécher partout.

Prenant de l’assurance elle s’active à lui faire plaisir pendant un moment.

L’homme reste silencieux alors espérant qu’il en a assez elle enfonce la queue dans sa bouche et à cause de son inexpérience ne peut éviter les haut le cœur quand elle la fait pénétrer trop profondément dans sa gorge.

Babeth obéissante et résignée fait aller et venir la queue dans sa bouche appréhendant le moment où son maître va se laisser aller mais il en décide autrement ce qui la soulage de ne pas recevoir la semence dans sa bouche et de ne pas avoir à décider si elle devait avaler ou allez recracher le liquide elle ne sait pas où.

– ça suffit, sors de là-dessous.

Babeth ne se fait pas prier.

Son maître reste assis sur son siège qu’il a reculé.

– viens sur moi.

Elle s’approche de lui mais inexpérimentée et empruntée elle ne comprend pas ce qu’il veut.

Il l’empoigne et l’oblige à s’assoir sur lui en lui faisant face.

– ce que tu es niaise, enfonces ma verge dans ton vagin.

– excusez moi si je suis maladroite maître, je n’ai jamais fait ça.

– je sais! mais il faut bien un début à tout et je te redis que ce n’est pas dans mes habitudes de copuler avec des femmes de rang très inférieur mais là je n’ai pas résisté à l’envie d’avoir une relation sexuelle avec une vierge car c’est trop rare!

– je n’avais pas compris que mon hymen vous intéressait maître! je trouve normal que ce soit celui à qui j’appartiens qui en profite.

– ne parles pas et fais ce qu’il faut pour me satisfaire et faire sauter ton pucelage qui dorénavant ne te servira plus à rien!

La fille est déboussolée, même dans ses pensées les plus folles elle ne s’imaginait pas se faire déflorer de manière si vulgaire et surtout par quelqu’un dont elle n’aurait pas envie.

Toujours aussi hésitante et maladroite Elisabeth place la bite, toujours bien érigée, entre les grandes lèvres de sa vulve et tente de la faire pénétrer à l’intérieur ce qui n’est pas aisé car le passage non préparé est très resserré.

Une fois que le membre a légèrement pénétré dans ses parties intimites elle laisse descendre son corps pour peser et lentement, avec difficulté le pénis s’enfonce dans la vulve.

Les mains cramponnées au dossier de la chaise elle ferme les yeux, serre les dents et ne se plaint pas pendant la pénétration douloureuse, elle ressent une douleur encore pire pendant un bref instant au moment où la queue est presque entièrement entrée dans son ventre.

Quand la verge cesse de s’enfoncer dans son ventre elle reste sans bouger.

– tu ne vas pas rester comme ça! allez remues!

Utilisant les muscles de ses jambes et de ses cuisses elle fait monter et descendre son bassin veillant à ce que le pénis toujours bien enserré dans sa gaine n’en sorte pas.

Elle n’a pas besoin de se démener longtemps avant de sentir la queue tressauter dans son ventre, comme le coït n’a pas duré longtemps le membre de l’homme est toujours à l’étroit dans le fourreau qui l’a accueilli.

Comme c’est la première fois que cette chose lui arrive Elisabeth est troublée quand du liquide gicle et se répand dans le vagin pendant qu’elle continue à bouger mais son maître dont le corps s’est crispé la repousse.

– ça suffit! retires toi et tiens ton sexe fermé pour ne pas tâcher le tapis, vas chercher une serviette dans le meuble là bas et essuies ma verge.

La fille se relève en tentant de maintenir pincées les grandes lèvres de son sexe mais du sperme coule dans sa main et aussi sur le tapis.

Bien que gênée elle va chercher une serviette et tout en tenant toujours sa vulve fermée elle revient esuyer le membre de son maître, elle constate la présence de sang et comprend qu’elle a perdu son pucelage au moment où elle a ressenti de la douleur.

Ensuite elle place la serviette entre ses cuisses, laisse couler le sperme, essuie son sexe et sa main poisseuse puis reste debout à côté de l’homme attendant ses ordres.

Il remet le membre dans son pantalon et reprend sa place devant le bureau.

– c’est bon! tu ne m’intéresses plus! rhabilles toi!

La fille retourne à l’endroit où gisent ses vêtements et se rhabille.

– ta jupe est trop longue tu iras voir Marie pour qu’elle la raccourcisse afin de ne cacher que le principal et concernant le chemisier ne boutonne que les deux boutons du bas, on doit voir tes seins quand tu fais des mouvements.

– maître je vais passer pour une putain auprès du personnel.

– oui! c’est le but! je le veux ainsi! je pensais que tu avais compris qu’à partir de maintenant tu deviens la putain de la maison!

– j’avais compris maître mais c’est si rapide que je n’ai pas encore eu le temps d’assimiler mon rôle.

– fais toi à cette situation le plus vite possible! n’oublies pas que le maximum de ton corps doit être visible en permanence.

– bien maître je vais me conformer à vos ordres mais pour la tenue je vais me sentir gênée et honteuse.

Il ne répond pas jugeant qu’il lui a donné un ordre et qu’elle doit s’y conformer.

Babeth attend devant le bureau qu’il lui dise de sortir mais il n’en a pas fini avec elle.

– passons aux choses sérieuses. Concernant ta prestation tu as compris qu’elle a été très décevante!

– je m’excuse maître mais je n’ai jamais eu de relations sexuelles et aucune verge ne m’avait pénétrée avant la votre!

– ça je le sais vu que tu t’es dépucelée quand tu as enfoncé mon membre dans ton vagin, la preuve tu as saigné!

– pour me faire pardonner de ne pas avoir été à la hauteur de ce que vous attendiez de moi que désirez vous que je fasse?

– en premier lieu je vais te donner en pâture à mes employés ce qui sera bon pour ton expérience!

– quels employés maître?

– tous! quels qu’ils soient! hommes et femmes pourront t’utiliser pour assouvir leurs besoins sexuels!

– même les femmes? je ne suis pas attirée par elles!

– ce n’est pas mon problème! j’ordonne et tu obéis!

– si beaucoup veulent le même jour je ne pourrais pas tous les satisfaire car ce sera trop fatiguant pour moi!

– je ne te demande pas ton avis! tu m’appartiens tout comme mes chiens et mes chevaux! eux qui valent mieux que toi obéissent aveuglément et ne posent pas de problèmes!

La fille s’entend répondre sans vraiment réaliser que c’est elle qui prononce ces paroles.

– bien maître! je vous serais entièrement soumise puisque tel est votre désir!

– c’est dans ton intérêt! personne ne discute mes ordres! en cas de manquements les châtiments seront sévères et crois moi tu souffriras beaucoup»

Sans plus se soucier de celle dont autoritairement il vient de faire son esclave le maître des lieux compose un numéro sur son téléphone, il demande à son interlocuteur de venir dans son bureau.

Louloute

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Webcams sexy

Une TRANS débarque au telrose

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou