Bi - Gay - Lesbien Histoires taboues et histoires de sexe

Histoire taboue Lors d’une soirée au Pussy club avec sa petite amie, Sophie reçoit une surprise inattendue

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire taboue La fête se déroulait bien, dans une salle de club très agréable et bien aménagée, avec un bel éclairage d’ambiance rouge, de nombreux fauteuils et canapés en cuir, des râteliers, des ceps et des croix pour punir, beaucoup de subordonnés légèrement vêtus, dont certains complètement nus.

“Ce n’est qu’une bite, ne t’inquiète pas “, chuchote Martha alors que Sophie se tortille sous l’effet de l’intrusion soudaine d’un pénis chaud et très rigide dans son vagin très humide. Sophie était choquée, “ce n’était pas prévu”, pensait-elle, mais elle ne pouvait rien faire pour l’empêcher. C’était censé être réservé aux filles, une fête de domination et de soumission pour les filles, mais soudain, un homme avait des rapports sexuels avec elle. Elle était littéralement impuissante, nue, les mains attachées dans le dos, les chevilles reliées par une chaîne et un masque bien ajusté l’empêchant de voir ce qui se passait.

Martha emmenait souvent Sophie à des fêtes de filles pour l’exhiber. Sophie jouait fièrement le rôle de l’esclave de Martha, nue et attachée, permettant aux amies de Martha de la doigter, de lui caresser les seins et de faire tout ce qu’elles voulaient. Elle était habituée à ce que des godes monstrueux soient introduits dans son vagin alors qu’elle était penchée sur une table ou sur le dossier d’une chaise, mais jamais une bite. Les hommes n’étaient tout simplement pas autorisés.

Martha était si fière de Sophie, Martha était plus âgée, près de vingt-sept ans, tandis que Sophie sortait tout juste de l’université, à vingt-trois ans.

tel rose pas cher

Elles étaient ensemble depuis longtemps, depuis que Martha avait pris Sophie dans le parc un jour d’été et l’avait ramenée chez elle pour voir son portfolio.

Des bêtes étranges mi-humaines mi-loups, des cygnes aux visages d’ange, des images surréalistes de lieux sombres au fusain sur papier blanc, des paysages sur toile. Martha avait beaucoup de talent.

J’ai su que tu étais une petite gouine dès que j’ai posé les yeux sur toi”, dit Martha alors que Sophie sursaute devant une image d’Adam et Ève avec le serpent enfoui dans la chatte d’Ève, qu’elle embrasse passionnément sur les lèvres et qu’elle baisse sa culotte d’un seul geste.

C’était la première fois que Sophie rencontrait une femme, si douce et si gentille qu’elle y passa la nuit et n’y retourna jamais, si ce n’est pour rendre les clés de son appartement et récupérer ses affaires.

Les mois passèrent, Sophie posa pour les tableaux de Martha, des déesses romaines, des animaux étranges mi-cheval mi-humain furent créés avec les traits de Sophie. Martha présentait Sophie à ses amies, juste pour une visite éclair au début, souvent lorsque Sophie posait seins nus.

“Ne faites pas attention à elle, elle a déjà tout vu”, disait Martha en invitant une amie à entrer, “N’est-elle pas belle ?

Sophie sourit nerveusement et espère que la visiteuse partira rapidement. “Au lieu de chercher désespérément quelque chose pour cacher ses seins nus, Sophie se dirigeait consciencieusement vers la cuisine en passant devant l’invitée. Peu à peu, Sophie prit de l’assurance et accepta les étreintes et les baisers que les visiteurs prodiguaient à Martha et à elle-même lorsqu’ils s’en allaient.

Les baisers devinrent plus intimes, puis Martha expliqua combien cela aiderait sa carrière d’artiste si Sophie jouait son esclave lors d’une soirée intime.

Sophie n’était pas du tout d’accord, mais lorsque Martha lui expliqua qu’elle serait masquée et que personne ne verrait qui elle était, elle céda. C’était il y a longtemps, les soirées étaient devenues des événements réguliers, des fêtes sexuelles, des fêtes sexuelles lesbiennes, mais soudain, une bite glissait profondément dans la chatte humide de Sophie.

D’innombrables doigts l’avaient excitée, deux et trois pressés à l’intérieur, son clito taquiné jusqu’à ce qu’elle soit sur le point de jouir, mais la bite était un choc total. Elle n’avait pas eu de vraie bite depuis qu’elle sortait avec Martha, elle n’avait pas d’objection de principe mais quelqu’un aurait dû lui demander la permission et aurait dû mettre un préservatif avant.

tel rose marie lou

Sophie fit de son mieux pour arrêter l’intrusion, mais c’était sans espoir. “Vous êtes si belle”, dit un homme à l’arrière de la tête encapuchonnée de Sophie. Son bâillon rendait toute réponse impossible.

“Profitez-en, ma chérie, vous méritez d’être gâtée”, dit Martha en roucoulant.

Les émotions de Sophie s’emballèrent, Martha l’avait-elle prostituée ou quoi ? Pourquoi un homme à une fête de filles et un homme hétérosexuel ? Cela n’avait aucun sens. Les filles applaudissaient. “Nous essayons d’avoir un bébé ! annonça Martha.

“Oh mon Dieu”, marmonne Sophie. Martha avait dit qu’elle voulait un bébé, mais Sophie pensait que Martha voulait avoir un bébé et non que Sophie en ait un par procuration. C’était tout à fait déplacé.

Presque immédiatement, la situation s’est aggravée. L’homme était en train de jouir. Sa bite était profondément enfoncée dans Sophie, son casque juste contre le col de son utérus, si serré que tout son sperme était projeté au plus profond de l’utérus, là où les bébés sont faits. C’était bon, mais tellement désordonné que Sophie serra les mains en signe de frustration, tandis que les spasmes d’un plaisir non désiré la troublaient.

Le pénis se retira. “Bonne fille, je t’aime”. Martha roucoule.

“Eh bien, tu as une façon très étrange de le montrer”. pensa Sophie.

Martha emmena Sophie dans la salle de bains et nettoya toute trace de sperme dans le vagin de Sophie en vérifiant la présence de résidus salés avec sa langue. Sophie était furieuse, mais il était difficile de se fâcher avec Martha qui lui mordillait le clito et qui lui enfonçait trois doigts dans la chatte. Bientôt, le poing entier de Martha se glissa à nouveau à l’intérieur de Sophie, comme il l’avait fait plus tôt dans la soirée, avant l’intrusion de la bite. Plus grand qu’une bite, le poing de Marthe avait détendu le vagin de Sophie, ce qui avait permis à la bite d’y pénétrer si facilement. Sophie se détendit et se laissa aller à jouir, elle serait croisée avec Martha plus tard.

tel rose gratuit

================================================================

Le lendemain matin, Sophie était toujours fâchée, mais elle était aussi inquiète : quelqu’un, un homme, un inconnu, avait eu des rapports sexuels non protégés à son insu ou sans son consentement et avait éjaculé en elle. Elle pouvait être enceinte ou pire.

“Cet homme. Qui était-ce ?” demande-t-elle.

“Juste une bite, pas un homme, une bite, ma bite, ce sera notre bébé”, lui a assuré Martha.

“Je pensais que c’était toi qui aurais le bébé”, a répondu Sophie, “c’est comme ça que je me souviens de la conversation”.

“Tu es mon esclave et tu fais ce que je dis, c’est comme ça que ça marche”, lui rappelle Martha, “Je sais ce qui est le mieux pour nous, pas toi”.

“C’est mon corps, c’est moi qui décide qui fait l’amour avec moi”, insiste Sophie.

“Non, pas à une fête, c’est moi qui décide, comme ça tu t’amuses beaucoup”, lui rappelle Martha. “Toutes ces lèvres sur tes seins et ta bouche, tes orteils même, tes doigts et tes poings au fond de toi, quelqu’un doit les organiser, je ne peux pas t’interroger sur chaque chose qui te pique, n’est-ce pas ?”.

“Mais une bite, un homme ? Sophie se plaint : “C’était une fête de filles pour l’amour du ciel, est-ce qu’il a baisé quelqu’un d’autre, est-ce que tu as payé un droit de saillie ?

“Là, tu deviens hystérique”, proteste Martha.

telrose première fois

“Hystérique, peut-être que les flics trouveront son ADN quand je les dénoncerai, lui et toi, pour m’avoir violée”, a défié Sophie, “Ce sera aussi la fin de vos fêtes, n’est-ce pas ?

Martha commençait à s’inquiéter, “Ok, je vais le faire venir et nous en parlerons”, a-t-elle accepté.

==============================================

“Bonjour, je suis Steve, on s’est rencontré à la fête ?” annonce le grand gaillard alors que Sophie ouvre la porte au premier coup de sonnette, “Je peux entrer ?”.

Sophie venait de rentrer du travail et portait encore sa veste, sa chemise et sa jupe de travail. Elle se recula et le laissa entrer. Je me sens un peu gêné”, admit-il, “Martha m’a demandé de… vous savez, de faire le truc du donneur de sperme”.

“Me violer”, corrige Sophie.

Steve est choqué : “Qu’est-ce que tu veux dire ? Il a demandé : “Martha a dit que tu voulais réessayer ?”

“Un petit mensonge pour t’attirer ici”, explique Martha, “Sophie pense que tu l’as violée”.

Steve a été choqué, mais il a tenu bon : “Il n’y a pas eu de viol, Martha a dit que vous vouliez tomber enceinte et je suis aussi proche que possible de Martha du point de vue de l’ADN, nous sommes cousins du côté de nos mères”.

Martha a apporté du café et des biscuits. “Du café ?”, a-t-elle demandé, “Venez dans le salon.”

Steve s’est assis en face de Sophie, de l’autre côté du salon. “Je pensais que ce serait comme mon ADN”, a expliqué Martha.

“Mais tu m’as violée ! Sophie lui rappelle : “Tu n’as même pas dit “Bonjour” avant de m’enfoncer ton engin et tu n’as même pas sorti ton engin pour me cracher dessus”.

“Martha a dit que tu étais cool, tu ne t’es pas vraiment battu, n’est-ce pas ? Steve a insisté, “Je n’avais aucun moyen de le savoir, n’est-ce pas ?

“Comment aurais-je pu. Je ne pouvais ni parler ni bouger.” Sophie insiste.

“Non, je suppose que non, dit Steve, mais comment aurais-je pu le savoir ? Je ne t’ai pas attrapé dans la rue pour t’arracher ton pantalon, n’est-ce pas ?

“C’est sans importance, tu n’as jamais demandé la permission”. Sophie insiste.

Steve commençait à s’agacer, il avait baisé Sophie de bonne foi et maintenant Sophie lui disait qu’elle n’était pas d’accord, et ce qui était encore plus agaçant, c’est que Sophie avait l’air si gentille et si baisable qu’il bandait à mort.

“Comme je l’ai dit, Martha a dit que tu le voulais, que tu voulais un donneur de sperme, a insisté Steve, tu ne sais pas ce qu’est un viol et il est impossible que tu n’aies pas voulu coucher avec moi.

“Tu ferais mieux de partir, tu es un crétin, comment pourrais-tu le savoir alors que je ne pouvais pas dire non, ni même oui d’ailleurs”, a prévenu Sophie.

“Non, Martha m’a dit que tu avais besoin d’un donneur de sperme, tu fais des trucs pervers, je pensais que tu voulais que ce soit anonyme, c’est ce qu’on m’a dit, et maintenant Martha m’a envoyé un texto pour me dire que tu voulais refaire un essai. Steve insista et, furieux et frustré, il se leva. Il se dirigea vers Sophie et la souleva de sa chaise par les épaules.

“Pour éviter toute ambiguïté, voici ce qu’est un viol “, dit-il calmement et il força la veste de Sophie à tomber de ses épaules et à descendre dans son dos, emprisonnant ses bras.

“Arrêtez, vous me faites peur ! ordonna Sophie.

Steve l’a ignorée, il a déchiré sa chemise sur le devant en éparpillant les boutons et a fait tomber son soutien-gorge en exposant ses seins. Sophie s’est débattue, mais Steve lui a ensuite passé la jupe et le collant autour des chevilles et a rapidement libéré sa jambe gauche pour pouvoir lui écarter les cuisses facilement.

Sophie protesta, mais elle était déséquilibrée et effrayée. Elle retomba sur sa chaise tandis que Steve baissait son pantalon et sortait sa bite.

L’adrénaline circulait dans les veines de Sophie, ses mamelons palpitaient, sa chatte était humide, son corps se préparait au pire alors qu’elle essayait en vain de repousser Steve.

Sa chatte était mouillée lorsque Steve pressa sa bite sur les lèvres de sa chatte qui cédait, c’était bon, mais elle détestait ça. Il commença à se bousculer pour s’introduire dans son corps et sa bite s’enfonça un peu plus à chaque poussée jusqu’à ce qu’elle soit entièrement enfoncée la cinquième fois.

C’est un viol, dit Steve, c’est comme si je te forçais, pas comme si je mettais ma bite dans une chatte bien mouillée où Dieu sait combien de poings ont été levés, sauf que tu es encore super mouillée cette fois-ci, tu es sûre que tu ne veux pas faire ça ?

Sophie était choquée au plus haut point.

Steve continua : “Maintenant, ouvre ta bouche, je veux violer ta bouche avec ma langue.”

Steve a tourné la tête de Sophie et a embrassé sa bouche, sa langue a exploré sa bouche, puis la sienne a exploré la sienne, toutes les pensées de viol ont été oubliées, ils n’ont formé qu’une seule entité pour ce moment.

“Quelqu’un veut du café ? Martha demande alors que les deux s’immobilisent après que Steve ait tiré son coup.

“Tu as abîmé ma chemise, tu vas devoir m’en acheter une autre”. Sophie proteste : “Et on a éjaculé sur ma chaise préférée”.

“Du café ?” demande encore Martha.

Sophie remonte sa jupe et remet sa chemise abîmée en place, laissant sa veste tomber par terre. “Tu n’as pas pu t’en empêcher”, dit-elle en ricanant.

“Non, admit Steve, je n’ai pas pu et si tu me suces fort, je le referai.

“J’ai dit non”, protesta Sophie, “Non, comme dans non veut dire non et tu l’as quand même fait, est-ce que ce que je dis ne veut rien dire ?”.

“Non, pas quand tu te mens à toi-même. Tes yeux disaient que tu me voulais, tes seins et tu étais mouillée en bas, et on l’a déjà fait”, dit Steve plaintivement, “Et c’était bon, les deux fois, vraiment bon comme ça devait l’être, toi, moi et un bébé”.

“Alors tu me baises et je suis ta propriété tout d’un coup ?” demanda Sophie.

“Non, responsabilité”, suggère Steve, “on m’a demandé d’être un donneur de sperme, je croyais que tu l’avais demandé, et ce n’était pas difficile, ça m’a évité de t’inviter à sortir et de te payer un repas onéreux”.

“Je lui ai demandé”, explique Martha.

“Alors c’est bien comme ça, n’est-ce pas ?” demanda Sophie.

“Je bande à nouveau, où veux-tu qu’on le fasse cette fois-ci ? demanda Steve en regardant sa bite qui gonflait.

“Où ? Pas toi ? Quel genre d’abruti suffisant tu es ?” demande Sophie.

Steve a l’air blessé.

“Ok, fais ce que tu veux”, suggéra Sophie, “Une fois de plus ne fera pas de différence, ou tu veux me baiser le cul cette fois-ci ?”.

“Non, je ne peux pas embrasser ta bouche si je fais ça”, dit Steve, “Je n’ai pas de cou à double articulation”.

“Tu n’as pas besoin de me baiser pour m’embrasser”, lui rappelle Sophie.

“Non, mais c’est plus agréable”, admet Steve, qui tend la main et attire Sophie vers lui.

Ils s’embrassèrent lèvres contre lèvres et cette fois Sophie sentit la bite de Steve et commença à se branler doucement, cette fois elle allait le violer mais elle se retrouva à le tirer vers le bas dans sa chaise préférée et à guider sa bite en elle.

“Es-tu sûre d’être gay ? “demanda soudain Steve alors qu’il glissait sans effort en elle et commençait à la baiser,

Sophie était choquée, “Ce n’était pas dans le ***********”, pensa-t-elle, et elle réalisa que c’était le meilleur sexe qu’elle avait eu depuis des lustres. Elle saisit les fesses de Steve et le tire vers elle, et des vagues de plaisir commencent à l’envahir à nouveau.

“Tu pourrais prendre la pilule du lendemain et nous pourrions commencer à sortir ensemble si tu le souhaites ? suggère Steve.

“Pas question, répondit Martha, tu es mon esclave.

“Peut-être qu’elle a son propre esprit ?” suggère Steve.

“Elle vit ici sans loyer, c’est le marché”, insiste Martha.

“Peut-être que tu n’aurais pas dû me demander de la baiser alors ? Steve suggéra : “De toute façon, je veux continuer à la baiser, alors il faut faire avec”, dit-il et, tout à coup, il commença à pomper du sperme.

Sophie poussa un cri tandis que des vagues d’orgasme la submergeaient, le sexe avec Martha n’avait jamais été aussi bon, son esprit s’embrouillait.

“La prochaine fois, c’est moi qui déciderai du moment où nous le ferons”, insiste Sophie. “Le jour ou la nuit, tu viendras me faire l’amour, c’est d’accord ?

“Non !” Martha proteste.

“J’aimerais bien”, dit Steve.

Bien sûr, cela n’a pas fonctionné et deux semaines plus tard, Sophie a emménagé avec Steve.

Vous ne vous attendiez pas à une fin heureuse, n’est-ce pas ?

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou