Histoire taboues de l’été : Vacances dans le sud de la France Part 10

10. Exhibition

De retour au camping, ils passent par leurs mobiles homes respectifs pour déposer leurs affaires de plage et prendre à la place serviette et gel douche. Ceci fait, ils se retrouvent tous à proximité du bloc sanitaire, mais celui-ci est plein, il y a même des personnes qui attendent leur tour tout en regardant les autres se laver devant eux.

Alain saisit l’occasion pour proposer un peu de changement à ses amis.

— Et si nous allions à l’autre bloc sanitaire ?

Patrick, quant à lui ne voit guère l’intérêt de se déplacer.

— Pour quoi faire ? Il doit être aussi fréquenté que celui-ci.
— Non. Non. Il y a beaucoup moins de monde.
— Pourquoi donc ?
— Tu vas voir, on va y aller.

Patrick et Lise suivent donc Alain et Catherine, qui semblent sûrs d’eux.

Ce second bloc sanitaire est situé à côté de l’accueil. Et en effet, il est désert, ce qui surprend Patrick. De son côté, Alain vient de parler discrètement à sa femme, celle-ci prend alors Lise par le bras et l’emmène vers les douches sous le regard surpris de son mari. Celui-ci allait les suivre mais il est retenu par Alain.

— Attends un peu. Tu vas comprendre pourquoi il y a si peu de monde à ces douches.

Tandis que les deux femmes commencent à se savonner, Patrick remarque qu’un petit groupe de personnes est attablé sur la terrasse située devant l’accueil, ils sont en train de siroter tranquillement une bière bien fraîche tout en discutant. La plupart sont habillés, ce qui surprend quelque peu Patrick. Dès qu’ils remarquent les deux femmes en train de se laver, ils se tournent pour les observer avec fort peu de discrétion.

Alain donne alors l’explication de ceci à son ami.

— En fait, des personnes extérieures au camping peuvent venir jusqu’à la buvette pour discuter avec des campeurs sans avoir à se déshabiller. C’est une sorte d’espace mixte. Mais il y en a qui abusent, à cette heure-ci, il y a souvent des voyeurs qui en profitent pour se rincer l’œil.
— C’est vrai. Ces gros dégueulasses sont en train de mater ma femme.
— Et la mienne aussi. D’autant plus qu’elles sont en train de se savonner mutuellement, ce qui est très agréable à regarder. Je pense que ta femme n’a pas dû remarquer qu’elle était observée. Ou alors, ça l’excite…
— Ça m’étonnerait. Lise n’est pas comme cela. Je pense qu’elle serait irritée si elle s’en rendait compte.
— Va donc savoir… Catherine, quant à elle, trouve cela super excitant.
— Vraiment ? Et toi ?
— Je dois reconnaître que j’aime bien que ma femme se sente désirée, qu’elle excite d’autres hommes, et même qu’ils se masturbent en pensant à elle ou en la regardant.

Alain continue à parler tout en désignant discrètement certains des hommes attablés, qui semblent suivre avec avidité les caresses des deux femmes.

— Regarde-les, ils bavent devant elles. Il y en a même qui se caressent discrètement le sexe. Je suis sûr qu’ils bandent tous. Et toi, ça ne te fait pas d’effet ?

Alain se tourne vers son ami pour observer son sexe. Cela ne fait aucun doute, la bite de Patrick a commencé à grossir. Alain reprend alors, tout en lui donnant une tape amicale dans le dos.

— Tu commences à bander, mon cochon. Tu vois, ça t’excite aussi. Moi aussi, je sens qu’elle commence à se raidir. Il est temps d’aller se rafraîchir sous la douche.
— Mais tu n’y penses pas ! Pas devant tous ces pervers !
— Ne t’inquiète pas, ce n’est pas toi qu’ils regarderont. De toute façon, tu ne vas pas laisser ta femme se faire mater toute seule. Quand elle saura que tu as laissé faire ceci, elle sera furieuse.
— Évidemment vu comme cela, tu ne me laisses pas trop le choix.

Les deux hommes se dirigent alors à leur tour vers les douches. Alain commence sans attendre et se savonne copieusement sans tenir compte de la présence des voyeurs, n’hésitant pas à se tourner vers eux pendant qu’il se lave le sexe, à croire qu’il le fait exprès et qu’il en ressent du plaisir. Patrick, en revanche, est bien plus gêné. Il reste dos aux voyeurs et essaye de se laver le plus rapidement possible.

Pendant ce temps, Catherine a fini par expliquer à Lise qu’elles étaient observées par un groupe de voyeurs. Cette dernière comprend alors mieux pourquoi son mari s’efforce de prendre sa douche aussi vite. Mais il n’y a pas de raison pour qu’il ne fasse pas également partie du spectacle. Elle suggère alors à Alain de s’occuper de lui, et il ne se fait pas prier, car en fait, il n’attendait que cela. Il s’approche donc de Patrick et commence à lui savonner le dos, son ami fait un bond sous l’effet de la surprise.

— Ah, c’est toi… Je ne t’avais pas vu venir. Ce n’est pas la peine, j’ai presque fini.
— C’est à dire que c’est ta femme qui m’a demandé de t’aider.
— Lise ?

Et tandis qu’il se tourne vers elle, celle-ci le lui confirme d’un mouvement de tête accompagné d’un sourire ambigu.

Patrick comprend alors que sa femme n’a pas envie d’être la seule à s’être fait avoir. Maintenant, c’est lui qui va devoir s’exhiber devant le groupe de voyeurs. Après tout, ce sont les vacances, on est loin de chez soi, alors pourquoi ne pas se laisser aller. Il décide donc de jouer le jeu, tout en se demandant jusqu’où son petit camarade va se permettre d’aller devant ce public inattendu.

Alain a commencé à savonner le dos de son ami, tandis que celui-ci était encore perdu dans ses pensées. Il l’a aussi fait tourner d’un quart de tour pour être mieux vu par les spectateurs. Il passe ensuite aux flancs, se rapprochant encore plus de lui. D’ailleurs Patrick a l’impression de ressentir le sexe en érection de son ami entre ses fesses. Paradoxalement, le fait d’être observés a tendance à le rassurer. Alain n’osera quand même pas aller plus loin dans de telles conditions.

Les deux femmes viennent de changer de position, c’est maintenant Lise qui s’occupe de Catherine. Alain propose évidemment à Patrick de faire de même, ce qu’il accepte de bonne grâce. À son tour, il se met à savonner le dos, puis les fesses et ensuite les flancs de son ami. Pour ce faire, il s’est rapproché. Ressentant alors une sensation curieuse, son regard se porte vers son entrejambe. Il réalise soudain que son sexe vient de se redresser malgré lui et qu’il est en train de s’insinuer entre les fesses de son ami. Évidemment, Alain ne fait rien pour éviter ce contact charnel, bien au contraire, Patrick a même l’impression qu’il recule encore un peu plus pour mieux sentir sa bite, à la limite de la pénétration.

Une bouffée de chaleur le parcourt à nouveau, son sexe se raidit encore plus. La situation devient très embarrassante. S’il s’écarte, les voyeurs pourront voir son érection. S’il reste en place, son érection ne pourra pas cesser, bien au contraire. Finalement, Alain résout le problème très simplement, en se retournant vers son ami. Les deux hommes sont alors face à face, sexe contre sexe. Celui de Patrick, bien raide, et celui de son ami, déjà bien gonflé par l’excitation. Ce n’est pas ainsi que Patrick parviendra à calmer son érection. Finalement il préfère s’approcher de la douche pour se calmer sous l’eau fraîche.

Les deux femmes, qui étaient aux premières loges, ont parfaitement profité du spectacle et ne peuvent s’empêcher de rigoler en constatant la gêne de Patrick. Heureusement pour la réputation de ce dernier, leur public improvisé semble n’avoir rien remarqué de tout cela. À moins qu’ils n’aient tout vu mais fassent semblant de rien. Le doute subsiste dans l’esprit de Patrick.

Tandis qu’ils sont en train de s’essuyer, Alain s’adresse à son ami, un grand sourire sur le visage.

— Tu m’as l’air assez émotif !
— Je n’ai rien pu contrôler. La honte !

Son ami le rassure tout en lui tapotant le dos.

— Mais il n’y a pas de mal. Tout le plaisir était pour moi. Dommage que l’on n’ait pas pu continuer.

Lise, qui discutait avec Catherine, s’approche alors de son mari.

— Chéri, Catherine nous propose de passer la soirée chez eux. Ça te dit ?

Patrick se serait bien passé d’une telle proposition. Il se doute déjà de ce qui risque de se passer. L’inquiétude le gagne, mais refuser serait ridicule. En plus, il n’arrive pas à trouver d’excuse. Du coup, il préfère faire contre mauvaise fortune bon cœur. Tout en articulant sa réponse, il lui semble que les mots qui sortent de sa bouche sonnent faux.

— Oui, c’est une bonne idée. Avec plaisir.

Alain se félicite de cette réponse tandis qu’il lui caresse langoureusement le dos jusqu’aux fesses tout en lui souriant.

— Alors, à tout à l’heure !

Tandis que leurs amis sont en train de s’éloigner, Patrick s’indigne auprès de sa femme.

— Mais enfin… Tu aurais pu refuser.
— Mais pourquoi donc ? Tu as l’air ravi de cette invitation.
— Pas vraiment. Je serais plutôt inquiet, mais je ne savais pas comment refuser.
— Tant mieux ! On va passer une super soirée.
— Pas moi. Peux-tu me dire pourquoi tu sembles si enthousiaste ?
— Parce que j’ai envie de savoir jusqu’où tu peux aller.
— Ah… C’est donc une sorte de défi ?
— Tout à fait.
— Alors c’est valable pour toi aussi. Jusqu’où iras-tu ?
— Je ne sais pas, mais ce n’est pas grave. Du moment que ça ne te rend pas jaloux.
— Non, ça va, j’assume. Si tu n’es pas jalouse, il n’y a pas de raison pour que je sois jaloux.
— Même si Alain me fait des avances ?
— Même dans ce cas-là. Et moi, je m’occuperai de Catherine.
— Ça promet !
— Oui, en effet. Allons donc nous changer pour ce soir.
— Nous changer ? Pour quoi faire ? On reste au camping.
— C’est vrai qu’on peut rester tous nus, c’est quand même plus simple.

Ils viennent juste d’arriver à leur mobile home et d’y déposer leurs affaires de toilette lorsqu’on frappe à leur porte. C’est le gérant du camping.

— Bonsoir. Je recherche des personnes qui accepteraient de poser pour quelques photos. C’est pour refaire la plaquette publicitaire de camping et aussi le site Internet. J’ai vu tout à l’heure que vous étiez assez à l’aise en public, quand vous preniez votre douche, alors j’ai pensé que vous pourriez être d’accord. Ne vous inquiétez pas, on ne verra pas vos visages.

Patrick hésite.

— Je ne sais pas trop… Et toi, ma chérie, ça te tente ?
— Pourquoi pas ? Lâchons-nous, c’est les vacances !

Le gérant acquiesce.

— Vous avez raison. Il faut en profiter. Ça ne dure que quelques jours.

Lise se laisse alors aller à ses pensées.

— C’est vrai que c’est bref. En plus, je n’ai jamais ressenti une telle sensation de liberté. Ça va me manquer ensuite.
— On ressent toujours cela quand on fait du naturisme.
— Mais c’est aussi le cas quand je suis à l’extérieur, habillée.
— Oh, vous n’êtes pas si habillée que cela.

Lise repense à hier, lorsque le gérant les a vus se déshabiller et a pu constater à cette occasion qu’ils ne portaient pas de sous-vêtements. Autant assumer.

— C’est vrai. Mais c’est vacances, il faut en profiter. Bon, alors, on la fait, cette séance de photos ?

Le gérant ouvre alors la sacoche qu’il avait posée sur la table de la terrasse et en sort un reflex numérique équipé d’un bel objectif zoom. L’utiliserait-il également pour faire des photos indiscrètes ? Après plusieurs photos prises à l’intérieur du mobile home et sur la terrasse, le gérant leur propose de faire également quelques photos dans la nouvelle salle de relaxation qui va bientôt ouvrir.

Le nouveau bâtiment en bois est largement ouvert sur l’extérieur. Sur la terrasse couverte, il y a un bain à remous et quelques chaises longues. À l’intérieur, il y a un sauna, d’autres chaises longues et aussi deux tables de massage. Tout cela sent encore la penture fraîche.

Un jeune homme est en train d’accrocher des illustrations sur les murs. Dès qu’il se retourne, Patrick et Lise ont l’impression de l’avoir déjà rencontré. Son corps bronzé, son sexe lisse, il ne leur faut pas longtemps pour reconnaître un des deux garçons qui se suçaient mutuellement, hier à la plage. Le gérant du camping fait alors les présentations.

— Voici mon neveu. Il a un diplôme de masseur kinésithérapeute. Il profite de ses vacances pour me donner un coup de main pour l’installation de cette nouvelle salle.

Le jeune homme leur sourit chaleureusement, il les a probablement reconnus. Sans plus attendre, il propose à Lise de s’allonger sur la table. Il commence alors par verser sur son dos quelques gouttes d’une huile délicatement parfumée puis il se met à l’étaler consciencieusement sur son corps. Lise ressent rapidement l’effet décontractant des huiles essentielles et se relâche complètement pour profiter encore plus du bienfait de ce massage. Quant à Patrick, il sent l’excitation monter en lui tandis qu’il regarde sa femme se faire peloter par ce garçon tout en se faisant photographier par le gérant.

Après lui avoir massé tout le dos ainsi que les cuisses, il propose à Lise de se retourner pour passer à l’autre côté. Celle-ci, totalement détendue, accepte sans sourciller. Il reprend alors de l’huile et continue son massage. D’abord les cuisses, puis le ventre, il remonte encore et lui pétrit même les seins. Patrick, qui suit la scène avec intérêt, est alors au bord de l’érection.

Le masseur lui propose alors de s’allonger à son tour. Il essaye de décliner poliment la proposition, mais il est surpris par la réponse du jeune homme.

— Pourtant, je vous ai vu tout à l’heure, sur la plage, vous aviez l’air de bien apprécier le massage.

Patrick rougit brusquement. Ce garçon l’a vu en train de se faire masser par Alain, peut-être même en train de se faire masturber, voire même lors de son éjaculation. La gêne et la confusion l’envahissent tandis que sa femme termine de se relever et lui cède sa place. Il s’allonge immédiatement sur le ventre avant que son sexe ne se redresse encore plus. Le jeune homme est vraiment un expert du massage, ce qu’il ressent est encore plus agréable que les caresses que lui a prodiguées Alain quelques heures auparavant.

S’abandonnant progressivement à la douceur de ces palpations, il n’hésite pas à se retourner lorsque le masseur le lui demande. Son sexe, qui était bloqué, se redresse alors soudain. Surpris, la gêne le gagne à nouveau tandis que le garçon reprend son travail. Regardant autour de lui, il constate que le gérant du camping a quitté la pièce, seule sa femme est restée et les observe avec le plus vif intérêt. Celle-ci adresse alors une remarque anodine au jeune homme.

— Oh, quelle belle occasion, ce serait dommage de ne pas en profiter.

Celui-ci comprend l’allusion et reprend son massage de plus belle. Il est vraiment très doué car Patrick ressent déjà un plaisir orgasmique alors que le masseur ne s’occupe que de son torse et ses épaules. Quand il sent enfin que le garçon prend son sexe en main, il ne peut s’empêcher de laisser échapper un gémissement. Les caresses qu’il reçoit sur la verge et les testicules décuplent sa sensation de plaisir, il se retrouve très rapidement à la limite de la jouissance, mais n’a même pas le temps d’avertir celui qui s’occupe de lui que des giclées abondantes de sperme jaillissent hors de sa bite et s’écoulent sur son ventre, ses seins, son cou et même son visage. Pour la deuxième fois de la journée, il reçoit une giclée de son propre sperme en pleine bouche alors qu’il est en train de crier son plaisir.

Alors que Patrick est toujours allongé, savourant sa jouissance, le corps couvert de son sperme. Lise s’adresse à nouveau au garçon, l’air coquin.

— Est-ce que tu sais faire la même chose aux femmes ?
— Oui bien sûr.
— Voyons si tu dis vrai.

Patrick redresse la tête, interloqué, tandis que sa femme est en train de s’allonger sur le dos, à côté de lui, sur l’autre table de massage.

Le jeune masseur, les doigts encore couverts de sperme, recommence à lui peloter la poitrine. Ses mains descendent ensuite, se rapprochant progressivement de son sexe. Il se met alors à lui parcourir la fente avec ses doigts. Lise laisse échapper un léger gémissement. Il lui introduit alors un doigt, puis deux. Lise gémit un peu plus fort. Avant d’aller plus loin, il revient vers Patrick et recueille sur ses doigts une partie du sperme répandu sur son ventre. Il peut ainsi insérer sans difficulté trois puis quatre doigts couverts de sperme dans la chatte de Lise. Celle-ci gémit de plus en plus fort. À côté d’elle, son mari profite pleinement de la scène. Ils s’embrassent alors fougueusement tandis que le jeune homme la masturbe de plus en plus vite. C’est alors qu’elle se met à jouir brutalement, poussant un grand cri qui résonne dans toute la pièce. Elle se relâche alors aussi subitement qu’elle a joui, tandis que le masseur retire ses doigts largement recouverts de sperme et de cyprine.

Elle commence juste à se remettre de sa jouissance, lorsqu’elle réalise que le sexe du jeune homme est maintenant en érection. Elle se penche alors vers lui, tout en lâchant quelques mots.

— Tu as bien travaillé, tu mérites une récompense.

Sans hésiter, elle le prend en bouche et se met à le sucer. Le jeune homme, qui était déjà pas mal excité depuis quelque temps, ne tarde pas à être prêt à jouir. Il prévient alors Lise qui le garde néanmoins dans sa bouche, décidée à goûter à son sperme. Et cela ne tarde pas, de longs jets tièdes se déversent jusqu’au fond de sa gorge tandis qu’il gémit de plaisir. Toujours aussi perverse, elle s’approche ensuite de son mari pour lécher le sperme qu’il a encore sur le ventre, puis elle remonte lentement pour lui nettoyer le torse, puis le cou et finit bien évidemment par lui lécher le visage. C’est alors qu’ils sont en train de s’embrasser fougueusement que Patrick réalise, au goût étrange qu’il a dans la bouche, qu’il ne goûte pas qu’à son propre sperme mais également à celui du jeune homme qui est actuellement en train de les regarder tout en se léchant les doigts.

La suite demain même heure ! 

vpnblocagex
histoires taboues
bantelskype

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

3 réflexions sur “Histoire taboues de l’été : Vacances dans le sud de la France Part 10”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page
XFR

GRATUIT
VOIR