Histoire taboues de l’été : Vacances dans le sud de la France Part 11

11. Chaude soirée

Une demi-heure s’est écoulée. Une demi-heure durant laquelle l’appréhension a progressivement gagné Patrick. Lise s’en est bien rendu compte et cela aurait plutôt tendance à l’amuser, mais elle préfère ne rien laisser paraître pour ne pas le stresser encore plus. Il est maintenant l’heure d’y d’aller, il n’y a que quelques dizaines de mètres à parcourir, ce qui est bien trop peu pour Patrick qui aurait volontiers effectué de nombreux détours pour faire le trajet jusqu’au mobile home d’Alain et Catherine.

Leurs amis les attendent sur la terrasse. Ils ont prévu un punch bien frais que Patrick déguste sans hésiter, comptant sur l’alcool pour se calmer. Pendant ce temps, Lise qui n’est pas experte en cocktails est allée dans la cuisine pour se faire expliquer la préparation. La bouteille de sirop de sucre de canne attire tout particulièrement son attention.

— C’est marrant. C’est comme du sucre, mais liquide.

Catherine apporte quelques nuances à ce jugement.

— C’est quand même assez épais. Une fois, Alain m’en avait fait couler sur le sein pour rigoler. Comme ça.

Et joignant le geste à la parole, elle en fait couler un peu sur son téton tout en continuant de parler.

— Alors je lui ai fait tout lécher.

Sans hésiter, Lise se penche vers son amie tout en lui répondant.

— Comme ça ?

Et sans plus attendre, elle se met à lui lécher le sein, récupérant avec gourmandise tout le sirop de canne qui s’est écoulé dessus.

Quand elle a fini, Lise se redresse, se saisit de la bouteille et en fait couler à son tour sur sa poitrine. Catherine s’approche immédiatement d’elle et se met à son tour à lui lécher les seins pour son plus grand plaisir.

Les deux hommes, qui n’ont rien perdu de cette scène excitante, n’ont pas pu s’empêcher de se tripoter tout en les regardant faire. Leurs sexes sont déjà bien gonflés lorsque Lise s’approche sensuellement de son mari, la bouteille à la main, et en laisse couler un peu sur son torse jusqu’à son sexe. Celui-ci s’attend alors à ce que sa femme vienne le sucer mais en fait, celle-ci se recule pour céder sa place à Alain.

Patrick n’a pas le temps de réagir, mais le veut-il ? Son ami est déjà en train de lui caresser les hanches tout en lui léchant les tétons. Alain descend ensuite progressivement, suivant scrupuleusement le chemin tracé par le sirop. Ce chemin créé par Lise et qui mène directement jusqu’au sexe de son mari, comme par hasard. Alain finit par arriver, ravi, sur le sexe, déjà bien gonflé, de Patrick. Dès qu’il commence à le lécher, le phallus de son ami se redresse, pour le plus grand plaisir des deux hommes. Après plusieurs léchages consciencieux de ses testicules et de sa bite, Alain se décide enfin à le prendre en bouche, l’avalant autant qu’il le peut tout en le suçant ardemment. Patrick, qui finit par s’abandonner à son plaisir, se met à caresser les cheveux de son ami tout en gémissant sous l’effet de cette délicieuse fellation. En fait, ce moment de plaisir sera bref, car Patrick ne tarde pas à jouir dans la bouche d’Alain, étouffant du mieux qu’il peut les cris de jouissance qu’il ne peut s’empêcher de laisser échapper.

Les deux femmes, qui ont assisté au spectacle, applaudissent les deux hommes tandis qu’Alain se relève et va embrasser sa femme, la bouche pleine de sperme, pour le partager avec elle. Quant à Lise, elle s’approche de son mari, une nouvelle idée en tête.

— Tu as aimé, mon chéri ?
— Oh, c’était bon…
— Ça serait sympa que tu rendes la pareille à Alain.
— Non, je ne me sens pas prêt.
— Pourtant, il va bien falloir le faire, par politesse.
— Mais je n’ai pas envie. Je ne me sens pas prêt.
— Alors, je vais devoir le faire à ta place.
— Si tu veux. Je préfère cela.
— Sans regret ?
— Non !

Lise s’approche alors d’Alain et commence à lui caresser le torse en guise de préliminaire. Lui, préférant être assis pour mieux profiter de son plaisir, s’installe donc sur une banquette, accompagné de Lise qui commence déjà à le masturber. Déjà passablement excité, il ne tarde pas à être en érection et elle peut alors commencer à lui lécher le sexe avec gourmandise. Sans plus attendre, elle lui gobe la bite en entier, le pompant goulûment tout en alternant avec des léchouilles sur les testicules. Alain profite de ce moment de pur plaisir du mieux qu’il peut, la tête renversée en arrière tout en gémissant doucement. Patrick et Catherine sont assis sur la banquette, de chaque côté de lui, et regardent la scène avec envie.

Quelques minutes de ce traitement amènent directement Alain à la jouissance. Même s’il prévient Lise qu’il va jouir, cette dernière garde bien cette belle bite bien raide dans sa bouche, jusqu’à ce que des jets de sperme viennent s’y déverser en saccades rapides.

Lise se relève, un peu de sperme s’écoule hors de sa bouche, sans hésiter elle s’approche de son mari et l’embrasse sans lui laisser le temps de réagir. Patrick est en train, malgré lui, de goûter au sperme de son ami. Il en a maintenant plein la bouche, inutile d’essayer de le recracher, ce serait vain. Le plus simple est donc de tout avaler et de ne plus y penser, même si un goût bien particulier lui reste au fond de la gorge, le goût du sperme d’un autre homme. Ce qui lui occasionne une remarque.

— C’est vrai que tous les spermes n’ont pas le même goût.

Propos confirmé par sa femme.

— C’est exact. Tu vois, mon chéri, tu auras appris quelque chose ce soir.

Après ce moment de folie passagère, le moment est venu de passer à table. Merguez, saucisses et salade composée sont au menu. La table a été dressée dans le mobile home, les deux femmes se sont installées sur une banquette, laissant celle d’en face pour leurs hommes.

Alors qu’il est en train de se servir, Patrick prend la parole, l’air désolé.

— Demain, vous ne nous verrez pas à la plage. On va faire une grande randonnée durant toute la journée.

Alain le rassure.

— C’est normal, il n’y a pas que la plage dans la vie. D’ailleurs, nous ne sommes pas allés tous les jours à la plage la semaine dernière. Par contre, c’est vrai que depuis que vous êtes arrivés, nous y sommes allés systématiquement en espérant vous y trouver.

Lise fait alors une proposition.

— C’est sympa, ça. Et ça vous dirait de faire la randonnée ensemble ?
— Pourquoi pas ? Mais nous ne sommes pas de gros marcheurs. S’il y a cinquante kilomètres à faire, on ne tiendra jamais.
— Non, non. Ne vous inquiétez pas, on fait en moyenne des circuits de quinze kilomètres. Mais demain, ce sera un peu plus long puisque l’on en fait le matin et l’après-midi.

Patrick s’efforce de les rassurer à son tour.

— De toute façon, on ne peut pas marcher en plein soleil. On cherchera un coin ombragé pour s’arrêter entre douze et quinze heures. Le temps de manger et faire la sieste.

Alain ne peut s’empêcher d’ajouter.

— Seulement faire la sieste ? Pas plus ?

Lise lui répond sans attendre.

— Bien sûr que si. D’ailleurs hier, au bord de l’eau, on ne s’est pas gênés.

Patrick complète ces propos.

— Enfin, ce n’était pas prévu initialement.

Alain voudrait bien en savoir plus.

— Raconte-nous donc. Qu’avez-vous fait ?

Patrick et Lise font alors le récit de leur balade d’hier tandis qu’ils commencent à manger.

Ce début du repas marque le retour des quatre convives à un peu plus de retenue. Ce n’est qu’après le dessert, l’alcool aidant, que la situation se remet à nouveau à glisser vers des préoccupations plus libidineuses.

Patrick se demande soudain pourquoi les deux femmes sont en train de rire et sourire sans raison. Alain quant à lui n’a pas l’air surpris, il suggère à son ami d’observer les bras de leurs femmes, cela ne fait aucun doute, elles sont en train de se masturber mutuellement sous les yeux de leurs maris, ce qui ne manque pas d’étonner Patrick.

— Ben, qu’est-ce qui vous prend ?

Sa femme lui répond, visiblement détendue sous l’effet des caresses de son amie.

— Ça ne se voit pas ? On se fait du bien !
— Comme ça… Devant nous… Avec désinvolture… Vous êtes quand même gonflées !
— Ne sois pas jaloux, mon chéri, tu peux faire pareil avec ton voisin.

Alain n’attendait que ce message pour approcher sa main du sexe de son ami et commencer à le masturber. Patrick, bien que surpris, se laisse faire, y compris lorsque son ami lui prend la main pour la porter sur son sexe. Il se retrouve à nouveau avec un sexe masculin dans le creux de sa main, il sent celui-ci grossir sous ses doigts, comme cet après-midi dans l’eau. Que faire ? Cette fois-ci, leurs femmes ne les sépareront pas, c’est sûr. Après un instant d’hésitation, il se décide, saisit la bite de son copain et commence à le masturber. Finalement, ce n’est pas si difficile que cela, c’est le premier pas qui compte, se dit Patrick. Les deux hommes se retrouvent rapidement en érection, leur branlette mutuelle devenant de plus en plus frénétique.

Alain s’adresse alors à son ami tout en lui souriant.

— Tu sais ce qui me ferait plaisir ?
— Je m’en doute bien.
— Tu te sens prêt, cette fois-ci ?
— Je ne sais pas… On va voir…

Patrick préfère ne pas réfléchir trop longtemps à sa décision, il craint de se poser trop de questions. Sans hésiter plus, il se penche vers son ami, se rapprochant inéluctablement de son sexe. Il n’en a jamais été aussi près. Il est impeccablement rasé, tout doux, fièrement redressé. C’est le moment d’oser. Ses amis ne comprendraient pas qu’il revienne sur sa décision. De toute façon, il est lui-même tenté par cette expérience. L’excitation et le désir sont en train de le gagner, atténuant la sensation de rejet qui le bloquait jusqu’à présent.

Souhaitant y aller progressivement, Patrick commence d’abord par lécher le sexe de son ami, ce qui procure déjà du plaisir à Alain si l’on en croit ses gémissements. Les deux femmes, qui observent la scène avec intérêt malgré la table qui leur gâche un peu la vue, se mettent également à gémir. Au bout d’un certain temps, Patrick se décide enfin à prendre en bouche la bite de son copain. Celui-ci, qui gémit encore plus fort, choisit de s’asseoir sur le dossier de la banquette pour que Patrick puisse plus facilement lui lécher les couilles, les deux femmes bénéficiant ainsi d’une meilleure vue sur le spectacle qui leur est offert.

Le plaisir d’Alain monte très vite, son ami s’appliquant à lui prodiguer une fabuleuse fellation, malgré son inexpérience en la matière. Il ne tarde pas à sentir la jouissance s’approcher et en fait alors part à Patrick. Celui-ci étant plutôt réticent à l’idée de tout recevoir dans la bouche, se retire alors de la bite de son ami. Lise, qui ne l’entend pas ainsi, décide de s’en mêler.

— Tu ne vas quand même pas nous gâcher un tel spectacle mon chéri ? Après tout, tu as déjà goûté au sperme d’Alain tout à l’heure.
— Oui, mais quand même, je me sens mal à l’aise à l’idée de le faire.
— Tu m’as bien demandé de ne plus porter de sous-vêtements pendant les vacances, tu peux bien accepter un peu de sperme au fond de la bouche.
— Ah, c’est maintenant que tu comptes utiliser ton joker ?
— Oui, c’est ça.
— Bon… Je n’ai qu’une parole.

Ayant décidé de jouer le jeu, Patrick reprend donc sa fellation à pleine bouche. Autant en finir au plus vite, et il n’a pas longtemps à attendre. Il ressent soudain des tremblements qui parcourent la bite de son ami, suivis un instant plus tard par plusieurs jets de sperme qui lui giclent jusqu’au fond de la gorge. Il aurait voulu se retirer qu’il n’en aurait même pas eu le temps. Les deux femmes sont en train de l’applaudir tandis qu’Alain finit de gémir. Patrick en a plein la bouche, mais aussi sur le visage, sa femme s’approche de lui et l’embrasse pour le nettoyer de tout ce sperme tandis qu’il se charge d’avaler le reste. Pendant ce temps, Catherine s’est chargée de nettoyer le sexe de son mari.

Alain est épuisé, cette fellation tant attendue et enfin reçue l’a complètement mis à genoux. Catherine s’adresse alors à Lise.

— Est-ce que tu me permettrais de sucer ton mari ? Je voudrais bien le goûter.
— Bien sûr. Je suis certaine que ça lui fera grand plaisir.

Patrick prend alors la place d’Alain sur le dossier de la banquette. Son sexe est déjà en érection, il était probablement déjà en train de bander pendant qu’il suçait son ami, ce qui tendrait à prouver qu’il a énormément apprécié de faire cette fellation. Catherine commence tout de suite par le prendre en bouche, puis elle alterne les léchouilles avec les succions, parcourant du bout de sa langue sa bite sur toute la longueur. Patrick appréciant beaucoup ceci à en croire ses gémissements ininterrompus. Passablement excité, il ne tarde pas à jouir, sans se donner la peine de la prévenir, mais cela ne semble pas la choquer, car elle s’efforce de bien recevoir tout ce sperme au fond de sa bouche. Quand elle se relève, c’est son mari, toujours autant attiré par la bite de Patrick, qui se charge de lui nettoyer le sexe en le léchant consciencieusement. Pendant ce temps, les deux femmes s’embrassent pour se partager le sperme de Patrick tout en se masturbant mutuellement.

Les deux hommes se rasseyent côte à côte, regardant leurs femmes continuer à se gouiner, tout en récupérant de leurs émotions. Alain s’adresse alors à son ami.

— Alors, ça y est, tu viens de faire ton baptême de la fellation. Quel effet ça t’a fait ?
— Je m’attendais à pire.
— J’ai même l’impression que tu as aimé cela…
— En effet.
— Tu n’as pas cessé de bander pendant que tu me suçais. C’est un signe.

Pendant ce temps, Catherine est allée chercher un jeu de société pour terminer plus tranquillement la soirée. Enfin, tout est relatif, les deux femmes recommencent rapidement à se masturber sous la table et les deux hommes ne tardent pas à faire de même. Rapidement, les couples se croisent pour varier les plaisirs : Patrick et Catherine s’installent côte et côte et commencent à se caresser et se masturber tandis que Lise et Alain font de même en face d’eux.

La partie n’est pas encore terminée que les couples qui se sont formés se placent en position de 69 pour s’échanger encore plus de plaisir. Désirant aller plus loin, Alain se lève et sort une boîte de préservatifs. Il en prend un et en en passe un autre à son ami, pour que chacun puisse pénétrer la femme de l’autre. Alternant diverses positions, par-devant, puis en levrette, ils font l’amour côte à côte tout en s’observant mutuellement. Les deux hommes finissent par être sur le point de jouir. Ils préviennent alors leurs partenaires, celles-ci leur retirent alors leurs préservatifs et les sucent ardemment jusqu’à ce que leurs partenaires leur giclent dans la bouche.

Les couples se reforment alors, Patrick et Lise s’embrassent ardemment, la bouche pleine de sperme, tout en s’échangeant de nombreux mots d’amour. Cette partie carrée a renforcé leurs liens malgré qu’ils aient échangé leurs partenaires.

Finalement, épuisés tous les quatre, la soirée ne tarde pas à terminer. Patrick et Lise retournent vers leur mobile home, l’esprit léger et heureux. Finalement, malgré la fatigue, ils refont l’amour une dernière fois avant de s’endormir, repensant à tous les événements excitants de cette soirée inoubliable.

La suite demain même heure ! 

histoires taboues
bantelskype

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page
XFR

GRATUIT
VOIR