Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique Xstory

Histoire X Baise hardcore avec une call-girl des plus chaudes

Escort blonde accepte que son client fasse des photos de leur rencontre
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire X Chambre numéro 928, c’est là qu’elle devait être. Elle leva le bras et frappa à la porte de la chambre. Quelques instants plus tard, elle s’ouvrit. Dans l’encadrement de la porte se tenait un homme déjà un peu âgé avec un début de bedaine, vêtu d’un costume sombre sur mesure parfaitement ajusté avec une chemise blanche et monté sur des chaussures polies. Autour de son cou, un nœud papillon. “Bonjour, nous avons un rendez-vous. ” Dit-elle sans donner de nom. ” Entrez. ” Répondit-il tout aussi taciturne.

Elle entra dans la chambre et regarda autour d’elle. Une de ces chambres d’hôtel habituelles un peu plus grandes. Rien de spécial. “L’agence m’a dit que je n’avais pas à faire d’effort particulier pour les vêtements. Ils n’y accorderaient pas d’importance. Maintenant, je me sens un peu sous-habillée. ” dit-elle en pointant vers le bas. Elle portait un simple jean, des baskets, des chaussettes de baskets et un simple t-shirt. ” Ce n’est pas grave, j’ai des vêtements pour elle. On m’a dit que c’était courant dans leur branche d’être payé avant.

” Il attrapa une enveloppe posée sur une commode et la lui tendit. Elle jeta un coup d’œil à l’enveloppe et haussa un sourcil. Il avait commandé le paquet de luxe. On le lui avait déjà dit à l’agence. Apparemment, il avait compté les billets au dollar près : 8000 en 100 billets de dollars. Il les avait pour toute la nuit. “Qu’est-ce que vous voulez maintenant ?” Demanda-t-elle. “Comment dois-je l’appeler ?” “Vous pouvez m’appeler Anna.

“”Je suppose que ce n’est pas son vrai nom, mais cela suffira pour cette nuit. Je ne veux pas que ce soit aussi impersonnel et professionnel. Vous n’avez pas besoin de me jouer le rôle de la maîtresse ou de la petite amie. Je sais ce qu’ils sont et vous savez ce que je suis. Vous savez aussi pourquoi je les ai payés. Une somme qui, il est vrai, est très élevée, même pour cette ville. “Nous devons demander autant, mais tous nos clients ne causent pas de dommages à la marchandise et il se peut que nous ne puissions pas travailler pendant quelques jours.

” Il a souri d’un air entendu. “J’espère que vous ne serez pas absent aussi longtemps, mais j’ai moi aussi quelques souhaits particuliers à satisfaire. Dans son agence, on ne tarit pas d’éloges sur vous. Je sais que ce n’est que du marketing, mais vous serez à la hauteur !”Maintenant que le plus gros est fait, que voulez-vous ? “La salle de bain est là, déshabillez-vous, faites un brin de toilette si vous en avez besoin, mettez ce que vous y trouverez et revenez quand vous serez prête.

“Sans ajouter un mot, Anna se rendit dans la salle de bain, se débarrassa de ses vêtements, enfila ses nylons sans soutien-gorge, ses chaussures à semelles compensées et mit son nœud papillon en velours autour de son cou. Elle contrôla une dernière fois son maquillage et secoua sa magnifique crinière de cheveux. Puis elle retourna dans la grande pièce. Il était assis dans un fauteuil, un verre de whisky à la main, et la regardait avec curiosité. “Très bien, les photos de leur site ne vous rendent pas justice.

Asseyez-vous là, écartez les jambes et posez vos bras le long de vos cuisses. ” Il désigna la large banquette en cuir devant le lit. Elle connaissait déjà les regards de convoitise de tant d’hommes. Des hommes qui ne voulaient que leur corps, qui voulaient l’utiliser d’une manière que leur femme ne leur permettrait jamais. Ils n’obtiendraient jamais plus. Elle s’approcha en balançant les hanches et s’assit. Avec une lenteur provocante, elle ouvrit ses cuisses et lui permit de voir sa fente rasée qui s’ouvrait pour lui.

Il se délecta de sa vue, sirota son whisky, puis se leva et s’approcha. “Je vais te bander les yeux, je souhaite qu’à partir de maintenant tu ne bouges plus et que tu ne dises plus rien. ” Il sortit de sa poche un foulard de soie et lui banda les yeux. Il corrigea légèrement sa position, ouvrit davantage ses jambes, corrigea ses mains et la poussa dans une position droite. Elle respirait lentement et régulièrement. Maintenant, il allait regarder son objet ou suis-je pour lui une sorte de proie de substitution ? Est-ce la possession, même si elle n’est que de courte durée, qui l’a excité ? Elle essaya de faire abstraction de ses pensées et de se retirer dans son château, comme sa patronne le lui avait appris.

Après sa première mission, elle avait failli tout laisser tomber. Même après plusieurs jours, chaque mouvement lui faisait tellement mal qu’elle n’arrivait plus à s’arrêter de pleurer. A l’époque, sa patronne lui avait montré comment protéger sa conscience. Son corps traversait peut-être une mauvaise passe, mais elle était en sécurité. Les hommes s’acharneraient sur elle et se procureraient leur genre de plaisir. Elle ne remarquerait que ce qui l’atteindrait.

Même les jours qui suivaient étaient devenus plus supportables. Quelque chose de froid lui touchait les tétons. Elle pouvait sentir le froid la dévorer. Il avait utilisé un glaçon et l’appliquait maintenant sur ses mamelons, qui prenaient rapidement toute leur ampleur. Il grogna de satisfaction. Le glaçon s’approcha de son clito et y fit également son travail. Il semblait satisfait. On frappa à la porte. Il n’avait pas payé pour une séance de groupe.

Pendant une seconde, elle perdit sa concentration et entendit ce qui se disait. De toute évidence, le service d’étage. Il voulait sans doute lui faire une démonstration. “Bonsoir monsieur. Votre commande. Champagne et fraises à la crème. “”Faites entrer le chariot, s’il vous plaît. Placez-le juste ici. “Elle pouvait entendre le chariot rouler. Puis le serveur reprit son souffle en la voyant assise là, nue. “Merci beaucoup, vous pouvez y aller, je ferai le reste toute seule. “Elle pouvait entendre le serveur sortir de la pièce en trébuchant.

La capsule de la bouteille a été retirée et le bouchon a été enlevé. Dans un claquement, il jaillit de la bouteille. Elle s’y attendait, mais sursauta légèrement. Espérons qu’il ne l’ait pas vu. Mais il l’avait vu. “J’étais sur le point de te proposer un verre, mais il semble que nous devions d’abord parler des sanctions pour faute professionnelle. Que penses-tu être une punition juste pour ne pas avoir obéi à mes ordres ?” “Je ne sais pas ce qu’ils considèrent comme une punition juste, Seigneur.

“”Bonne réponse, esclave Anna. ” Il rit doucement. Elle sentit un léger contact sur son flanc. Quelque chose de fin qui essayait de la chatouiller. Elle s’efforça d’ignorer cette sensation. Elle sentait que l’effort lui donnait des sueurs froides. Il avait dû aller chercher une plume et la chatouiller avec, pour l’instant il cherchait encore des endroits sensibles. Il en trouverait, elle le savait bien. La plume s’est déjà approchée de l’un de ces points. Elle commença à tressaillir.

D’abord très légèrement. Puis, sans transition, si fort que tout son corps se tordit. Elle poussa un cri de rire. “C’est comme ça que tu obéis à mes ordres, même après que je t’ai prévenue. “Sans transition, il cessa de la chatouiller. Il fallut attendre qu’elle se calme. Son ventre se manifesta douloureusement. Elle reprit la position commandée. “Essayons ça comme punition. ” Elle poussa un cri de terreur et de douleur lorsque des décharges électriques partirent de ses pieds et parcoururent son corps.

” Mon invention. Des électrochocs dans les chaussures. Ça te plaît ?” Dit-il avec fierté. Ses jambes se mirent à trembler de manière incontrôlée. Puis ce fut fini. Elle respira. “Une invention très méchante et inattendue. ” Elle l’entendit rire doucement. “Mais pour toi, il me semble que ce n’est pas une punition suffisante. Je vais choisir quelque chose de plus approprié pour toi. ” Elle l’entendit gronder et déplacer des meubles dans la pièce. Elle resta assise en silence, essayant de paraître imperturbable comme une statue. Que pouvait-il bien avoir apporté, c’était une chambre d’hôtel, pas une chambre de torture SM.

Puis elle a senti un contact à l’arrière de sa tête. Le nœud de son écharpe s’est défait et ses yeux ont été libérés. Après avoir cligné des yeux, son regard s’est éclairci sur la chambre. A l’intérieur, beaucoup de choses avaient changé. Comme elle s’en doutait, il avait déplacé une commode, elle était maintenant plus proche de la fenêtre, mais le bureau avait cédé la place, sur lequel reposait désormais un grand sac encore fermé. Devant elle, sur le sol, se trouvaient une longue perche en bois et quelques cordes.

“Déshabille-toi, je ne veux pas que les bas soient déjà abîmés. “Avec un certain soulagement, elle s’est d’abord débarrassée de ses chaussures, puis a roulé les bas vers le bas. Elle a soigneusement mis les deux de côté. “Assieds-toi par terre et serre les genoux. ” ordonna-t-il. Elle s’assit sur le sol et rapprocha ses genoux de son corps. Il lui fit passer la longue barre à travers le creux de ses genoux et lui ordonna de passer ses bras sous elle.

Il a ensuite pris les cordes et a attaché ses poignets ensemble. Elle ne pouvait presque plus bouger, sauf ses pieds et ses doigts. Elle était allongée sur le dos arrondi. Son ventre et ses poumons étaient comprimés, elle avait du mal à respirer. Ses bras comprimaient également ses seins. Il se plaça devant elle et observa son œuvre. Puis il a saisi la barre de bois à droite et à gauche de ses jambes et l’a soulevée comme si elle ne pesait rien.

Il posa une extrémité de la barre de bois sur le rebord de la fenêtre et l’autre sur la commode. Lorsqu’il la lâcha, Anna glissa légèrement en arrière et poussa un cri de terreur. Une montagne de coussins arrêta le mouvement et ses épaules reposèrent sur les coussins. “Il vaut mieux ne pas faire ça, nous ne voulons pas attirer l’attention des voisins. ” dit-il avec un sourire insolent, en lui appliquant un large ruban adhésif sur la bouche.

Il fit quelques pas en arrière et examina son œuvre. Elle était maintenant suspendue presque à l’envers à la barre qui était coincée entre le creux de ses genoux. Ses bras la maintenaient dans cette position. Elle essayait de trouver une meilleure position en contractant certains muscles, mais ce qu’il lui fallait était juste suffisant pour stabiliser sa position. La plante de ses pieds et ses fesses se tendaient vers lui. Sa fente et sa rosette lui offraient une belle vue.

Il pouvait maintenant faire tout ce qu’il voulait avec elle. La baiser, lui donner une torture orgasmique qui la rendrait folle. Utiliser son anus. Utiliser des pinces et de l’électrosexuel. Ou même faire chauffer ses fesses et ses cuisses. Il rit doucement. Pour la plante de ses pieds, il avait aussi apporté quelque chose. Sa tête s’enfonça dans la nuque et elle entendit le craquement des muscles sollicités. “Maintenant, je te tiens dans une position où je peux faire de toi ce que je veux.

” dit-il d’une voix plus grave. Comme pour confirmer ses dires, il passa une main sur ses cuisses, ses fesses et la paume de sa main sur sa chatte désormais mouillée. “On dirait que ça t’excite. dit-il, étonné, et comme pour confirmer, il enfonça deux doigts dans sa chatte mouillée. “C’est juste parce que tu es pendue comme ça, ou c’était déjà le cas avant ? J’aurais peut-être dû vérifier avant de te pendre ici.

” dit-il cette fois en riant. Sous son bâillon, elle entendit un long gémissement de plaisir alors qu’il la pénétrait. ” Mais il ne s’agit pas de ton plaisir. Il s’agit de la satisfaction que tu m’apportes. ” Dit-il à nouveau, sortant méchamment ses doigts et tapant du plat de la main sur ses lèvres gonflées. Il se leva et se dirigea vers le sac posé sur le bureau. ” Voyons donc avec quoi nous pouvons t’éduquer un peu à l’obéissance.

Hmm. Qu’est-ce que nous avons là, quelque chose d’épineux. ” Il lui lança un regard scrutateur. ” Peut-être plus tard. Ou que là, quelques pinces au bon endroit transformeront la fille la plus sauvage en un tendre chaton câlin. ” Il rit et tinta, invisible pour elle, dans le grand sac contenant quelques objets métalliques apparemment lourds. ” Je pense qu’on va commencer par des électrochocs, qu’est-ce que tu en penses, tu les as si bien supportés tout à l’heure. Je crois qu’ils t’ont excité.

” Il rit à nouveau. ” Ou alors on veut d’abord te réchauffer un peu. Un bon massage, peut-être. Oui, je crois que c’est ce qu’il te faut. Un massage si agréable pour se détendre. ” Sans transition, il devint sérieux, sortit un fin bâton de sa poche et le fit siffler dans l’air. ” Mais il ne s’agit pas de toi, il s’agit de moi, seulement de moi. ” Sur ces mots, le premier coup la frappa en travers des cuisses.

Elle sentit une douleur brûlante lui parcourir le corps, presque automatiquement ses jambes tentèrent de s’étirer, furent stoppées par les mains liées, explosèrent presque son dos, elle l’entendit craquer dangereusement. Elle n’entendit pas le cri, arrêté par l’épais ruban adhésif. Déjà le coup suivant et suivant suivait. Elle compta jusqu’à cinq. Ensuite, il n’y avait plus que la douleur et elle devait se concentrer sur sa protection. Pendant qu’elle dansait librement dans un champ de fleurs, son dos continuait à être travaillé.

Très habile dans ce qu’il faisait, il ne visait jamais le même endroit. Au bout de quelques minutes, il changeait de côté et complétait le motif commencé. Sans transition, il s’est arrêté et a passé sa main sur ses cuisses maltraitées. Elle sentait sa main qui avait un effet apaisant sur elle. Elle pouvait entendre sa respiration lourde. Elle sentait les marques qu’il lui avait faites. Tout son corps envoyait des messages de douleur à son cerveau. Elle sentait la pression dans sa tête s’intensifier.

Une pince semblait s’être installée autour de sa poitrine, lui coupant de plus en plus la respiration. Elle avait de plus en plus de mal à respirer. Elle essayait d’améliorer sa position, mais elle ne pouvait presque plus bouger. Il s’agenouilla derrière elle. Il observa le résultat de son action. Un motif en croix régulier recouvrait ses cuisses et ses fesses. Une légère rougeur couvrait les cuisses et les fesses entre les stries. Il renifla et sentit sa chatte. Elle était devenue excitée ? il regarda de plus près.

Un mince fil sortait de sa fente et descendait par sa fissure sur sa rosette. Il se redressa, s’approcha du sac et revint avec une fine ficelle. Il s’en servit pour nouer artistiquement ses orteils entre eux. Satisfait de son travail, il caressa la plante de ses pieds nus. Suivant un stimulus, elle essaya de bouger les pieds, mais elle ne pouvait plus bouger que les deux ensemble. Il attacha à ses pieds une autre ficelle qui se terminait par deux ressorts avec des pinces à leurs extrémités.

Il attrapa ses seins et tira sur ses tétons déjà durs. Il fixa les pinces à ses tétons durs. Dès qu’il a relâché les pinces, elles ont commencé à tirer fortement sur leurs tétons. Elle ouvrit grand les yeux et tendit les pieds le plus possible vers le haut pour réduire la pression. Rapidement, ses tétons sont devenus rouges. Ainsi, leurs semelles pointaient directement vers le plafond. Comme s’il n’attendait que cela, il prit à nouveau un bâton, cette fois-ci un peu plus épais, et commença à travailler ses soles avec.

D’abord quelques coups légers, puis des coups de plus en plus forts. Il passa à nouveau à ses fesses jusqu’à ce qu’il transpire et s’éponge le front. A un moment où elle avait déjà hurlé à s’en faire mal au cou, on n’entendait pas grand-chose de ses cris grâce au ruban adhésif. Il a retiré les pinces de ses mamelons. Il la souleva par la barre et la posa sur le sol. Il défit les liens de ses mains, massa les endroits où les cordes s’étaient enfoncées dans la peau.

Ses jambes s’écrasaient au sol, chaque mouvement lui procurait une douleur supplémentaire. Son dos craqua en signe de protestation. Épuisée, elle se tourna à moitié sur le côté pour soulager son dos meurtri. D’une main, il caressa ses parties douloureuses et parut satisfait de lui-même. “Lève-toi et sors sur le balcon, l’air frais de la nuit te fera du bien. ” Ordonna-t-il en arrachant le ruban adhésif de sa bouche. Elle gémit en se levant péniblement et en se dandinant sur le balcon, les jambes écartées.

Chaque pas lui infligeait des piqûres dans tout le corps. Elle s’approcha de la balustrade en verre et dut se tenir des deux mains. Ses jambes tremblaient et auraient cédé sous elle si elle ne s’était pas pressée contre l’épaisse vitre. Ses bourgeons se pressaient contre le verre froid. Elle poussa un léger soupir. Elle garda les yeux fermés et se concentra, respirant profondément l’air plus frais. Elle s’était déjà retrouvée de nombreuses fois dans cette situation, elle avait dû faire face à des douleurs que d’autres lui avaient procurées dans le seul but de ressentir du plaisir.

Elle sentait l’humidité entre ses jambes. Comme toujours, elle mouillait, mais n’osait pas s’avouer qu’elle aussi avait envie de jouer. Derrière elle, elle entendit des pas, il sortit sur le balcon. Il poussa le petit chariot du service de chambre à côté d’elle. Elle entendit les verres s’entrechoquer et le champagne couler dans les coupes. Elle ouvrit les yeux mais n’osa pas le regarder directement. Sans un mot, il lui tendit un verre et se plaça derrière elle avec le sien.

Ils burent en silence et regardèrent les lumières scintillantes de la ville. “Vegas est la seule ville qui ne dort jamais. ” dit-il d’une voix calme. “Combien de villes connaissez-vous ?” demanda Anna. Elle sentait la chaleur qui émanait de son corps et l’effet qu’il produisait sur ses parties les plus abîmées. Il s’approcha un peu plus d’elle et lui chuchota à l’oreille. “Des dizaines de villes dans le monde. “Il posa une main détendue sur sa hanche.

La chaleur se répandit en elle lorsqu’elle sentit sa main. Elle devinait la force qui l’habitait et la dextérité de ses doigts. “Est-ce que dans toutes les villes ils infligent une telle douleur aux femmes ?” “Est-ce que tu le ressens comme une douleur, petite esclave Anna ?” demanda-t-il d’un ton moqueur. “Sa main a glissé de sa hanche vers l’avant, entre ses jambes, et a parcouru sa fente. Elle s’ouvrit volontiers. Quand il retira sa main, elle était mouillée.

Anna poussa un soupir nostalgique. Elle souhaitait que sa main continue. Il leva sa main et la plaça devant ses yeux. Elle pouvait voir le scintillement révélateur. “Ton corps est de cet avis. ” Il lui tendit ses doigts pour les lécher. Il posa les deux verres sur le chariot. Ses bras s’agrippèrent autour d’elle. Ses mains se posèrent sur ses seins et les pétrirent légèrement. Il se rapprochait d’elle, sa combinaison frottant contre ses parties douloureuses.

De ses doigts, il tordit ses bourgeons. Il souleva ses seins au-dessus du bord de l’épaisse vitre et les pressa encore plus fort contre elle. Elle sentit qu’il faisait quelque chose derrière elle, entendit un bruissement de vêtements. Puis son membre dur se pressa par derrière contre sa grotte brûlante. D’un coup puissant, qui lui fit expulser l’air de ses poumons, il fut en elle. Il s’arrêta derrière elle, fermement pressé contre elle, sa lance dure plantée en elle.

Tous deux regardèrent à nouveau la ville. Sa bouche caressait sa nuque et son cou, lui procurant des frissons agréables. Au moment où elle se détendait et cédait aux douces sensations, il poussa à nouveau avec force. Un profond gémissement lui échappa. Sa queue s’enfonçait toujours plus profondément et plus durement en elle. Il la baisait avec des coups profonds et puissants. Leur excitation augmentait et culminait dans un point culminant commun. La queue toujours en elle, il la maintenait fermement contre la vitre.

Ceux qui regardaient vers eux depuis les maisons environnantes pouvaient voir une femme nue et épuisée dont la chatte laissait une trace de bave sur la vitre. Elle sentait son souffle chaud sur sa nuque. Elle sentait son cœur battre dans son dos. Lui aussi s’était épuisé. Finalement, il se retira d’elle d’un coup sec. “Reste comme ça, je veux te contempler. ” Elle l’entendit remplir à nouveau les deux verres. Il lui tendit l’un d’eux.

Elle le but avidement. Il le remplit à nouveau. Il prit l’une des grosses fraises réfrigérées. Frotta son pubis échauffé et gonflé avec elle. Mouillé par le mélange de son sperme et de son liquide, il les lui tendit pour qu’elle puisse les croquer. Il mangea le reste. Il s’assit sur une chaise derrière elle et contempla son œuvre. Les traces de son traitement s’étendaient sur ses cuisses et ses fesses. Il la contempla avec fierté et vida son verre à petites gorgées.

Il pensa alors au plaisir qu’il avait eu à la punir. Il ricana en entendant le mot “punir”. Il ne lui avait donné aucune chance d’éviter une punition, elle avait dû enfreindre ses instructions. Il ne pouvait que faiblement imaginer ce que cela signifiait pour elle et la douleur que cela lui avait causée. Il n’avait utilisé ce type de punition qu’une seule fois, l’autre avait à peine supporté d’être suspendue par les jambes, sans parler de la punition proprement dite.

Au bout de quelques minutes, il avait dû s’arrêter. Cette Anna avait tenu bien plus longtemps et ne lui avait pas fait de scène par la suite. Il aurait volontiers répété l’expérience avec elle, mais sans le ruban adhésif sur sa bouche. Il voulait entendre ses cris, ses gémissements et ses supplications. Quand il se souvenait de la façon dont elle se tordait sous ses coups, du jeu de ses muscles sous sa peau. D’abord pour éviter ses coups. Puis à chaque nouveau coup, comme si elle voulait lui tendre son revers.

Il bandait déjà à nouveau, sa queue se pressait fermement contre son pantalon à nouveau fermé. Il n’avait pas prévu de la baiser, peut-être à la fin, pour qu’elle prenne encore quelque chose de lui quand elle partirait. Il s’était déjà écarté de ce plan une fois, il voulait l’avoir et bandait déjà à nouveau. Son regard a de nouveau effleuré son dos. Le souffle rafraîchissant parcourait son dos et ses jambes. Il s’était détaché d’elle et déjà il lui manquait.

Elle aurait aimé qu’il la tienne encore un peu dans ses bras. Elle ne devait pas éprouver de tels sentiments, c’était un poison pour elle, elle n’avait pas droit aux caresses. Elle se pressait toujours contre le verre et s’y accrochait, ses seins dépassant au-dessus du verre. Sans rien percevoir, elle regardait l’agitation de la nuit au plus profond d’elle. Tour à tour, elle passa d’un pied à l’autre. Il l’avait sévèrement punie. Ce n’est pas la première fois qu’elle se fait tirer dessus dans son travail.

Une fois aussi, elle avait dû s’absenter quelques semaines. A l’époque, elle avait pensé qu’elle ne survivrait pas. Mais cela faisait aussi partie de son travail. Des collègues à elle avaient déjà vécu cela et il y a probablement une femme en bas qui vit exactement la même chose. Ce qu’elle avait vécu aujourd’hui était nouveau pour elle. A force de rester accrochée au creux de ses genoux, les bras tendus et le dos courbé, tout son corps était sous tension.

Heureusement qu’il avait placé quelques coussins sous ses épaules, ce qui la soulageait un peu et lui permettait de ne pas être suspendue à la canne la tête en bas. Cependant, le fait d’être suspendue de cette manière était une contrainte, le sang lui montait à la tête et revenait dans son corps par les jambes. Tandis que ses jambes se refroidissaient lentement. Ses organes étaient comprimés, ses poumons écrasés et elle avait du mal à respirer. Tous les muscles de son dos, de ses jambes, de ses bras et de ses fesses étaient tendus jusqu’à la rupture.

Elle n’aurait pas pu tenir plus longtemps. Elle avait dû lui accorder un regard si vulnérable et sans défense. Qu’il ne l’avait pas baisée ? Il n’avait même pas touché sa chatte, qui était écrasée entre ses cuisses. Il lui caressait irrégulièrement les cuisses ou les fesses. Chaque fois qu’elle n’en pouvait presque plus. En soi, ce n’était qu’un simple geste, qui ne pouvait servir qu’à tester. Mais pour celle qui était punie, il enlevait un peu de la tension.

Il était bon, ne touchait pas toujours le même endroit et pouvait aussi bien varier la force. Elle avait remarqué qu’elle essayait toujours d’étirer ses fesses. Elle ne voulait pas paraître aussi volontaire. Depuis lors, elle ne voulait que montrer une distance professionnelle. “Tourne-toi, Anna. Je veux te regarder. ” Avec une lenteur provocante, elle se retourna, les jambes serrées, le dos lâchement appuyé contre la vitre et les bras tendus sur les côtés, nonchalamment posés sur la rambarde.

Elle le regarda droit dans les yeux. Il était assis dans l’une des chaises longues, les jambes allongées. De nouveau entièrement vêtu de son costume parfaitement ajusté. Elle avait senti la douceur du tissu lorsqu’il s’était pressé contre elle. Il se contentait de la regarder en sirotant son verre. Elle connaissait ce regard, le désir en parlait, une envie débridée. J’espère qu’elle ne se rendra pas compte de l’ampleur de mon désir pour elle. Extraordinaire, la façon dont elle se présentait maintenant devant lui.

Elle devait se douter de quelque chose. Il n’en avait jamais vu d’aussi détendue après ce qu’il lui avait fait. Avec celle-ci, il y aurait une autre séance, il en était sûr. Il contemplait avec plaisir son visage taillé à la serpe. Ses lèvres bien dessinées et pleines, elle les avait maquillées de sombre, en accord avec ses longs cheveux noirs. Elle les portait lisses, attachés en arrière en une tresse. Son maquillage était déjà très abîmé à certains endroits.

Ses yeux gris se détachaient et l’évaluaient ouvertement. Elle connaissait parfaitement son effet sur les hommes, surtout sur les hommes comme lui. Les formes élancées de ses hanches, les douces collines de ses seins. Les bourgeons rougis dont il était responsable de l’état. En descendant sur son ventre jusqu’à sa grotte. Qui tentait de se cacher à son regard, scintillante et attirante. Il savait ce qui s’y passait en ce moment. Elle n’était qu’un défi. Qu’elle ne le fasse que pour l’argent.

Il ne savait pas combien des huit mille dollars restaient avec elle, il ne pouvait qu’espérer que c’était la plus grande partie. La question ne se posait même pas. Mais il y avait maintenant autre chose à faire pour elle, s’il voulait poursuivre son plan. “Viens à moi, esclave. ” dit-il sévèrement en désignant le sol à sa droite. Elle prenait son temps, trop de temps pour lui. Oh oui, il allait la punir pour cela.

Il sourit. Elle se laissa tomber sur le sol à côté de lui. Elle garda le contact visuel avec lui. Ce n’est qu’une fois assise qu’elle baissa les yeux. Il était sûr que ses yeux observaient maintenant la bosse dans son pantalon et qu’elle faisait semblant d’être soumise. Comme elle l’excitait. “Soulage-moi, esclave. Je veux que tu l’avales. ” Il avait du mal à se contrôler. Ses doigts fins se mirent instantanément à libérer sa queue de son pantalon.

Elle se penchait déjà sur lui de manière provocante. Ses seins caressaient le tissu de son pantalon, il croyait entendre le grattement de ses bourgeons durs sur le tissu. Il retint son souffle lorsque sa bouche s’ouvrit et qu’elle prit sa queue dans sa bouche. Il sentit sa langue caresser sa queue dure, aussi doucement qu’un souffle de vent. Lentement, elle referma ses lèvres autour de la tige dure. Elle appréciait de le faire attendre, sachant qu’il avait besoin d’un contact ferme.

Ses lèvres formèrent un O et entourèrent son bâton dur. Elle jouait avec lui en le mordillant avec plaisir. Sa bouche glissait de haut en bas sur son membre. D’abord très lentement, puis lorsqu’elle lui arracha un gémissement, elle accéléra et il se glissa plus profondément en elle. De la main droite, il saisit son sein gauche. Lorsqu’il la saisit fermement, elle poussa son dos vers le haut et gémit dans sa queue. Celui-ci s’enfonça d’un seul coup complètement en elle.

Il massa sa poitrine avec ses doigts, le téton encore excité frotta contre sa paume et lui arracha un gémissement. Elle essaya de se défaire de son emprise, mais sa queue glissa presque hors de sa bouche. Sa poigne ferme autour de son téton la tira en arrière. Il plongea son regard dans le sien, il pouvait y voir la douleur. Cela l’excitait encore plus. Sa queue se mit à palpiter. Il la lâcha, s’affaissa en arrière.

Il ne sentit plus que ses lèvres autour de son meilleur morceau, sa langue continuant à l’exciter. Il explosa dans un gémissement d’étonnement. Il avait l’impression qu’il voulait lui remplir l’estomac. Sa queue ne cessait de se tordre, de frapper quelque part en elle, d’être massée, aspirée à vide. Lorsqu’il perçut à nouveau quelque chose, il entendit des claquements et des gorgées venant d’en bas. Sa main tenait toujours sa poitrine et ne relâchait sa prise qu’avec hésitation.

Elle gémit doucement. Il sentit sa langue qui continuait à lécher sa queue. Viens à moi, dit-il. Elle savait ce qu’il voulait maintenant. Il serait difficile pour elle de le faire gicler à nouveau maintenant. Les hommes n’y parvenaient pas si facilement si peu de temps après. Lentement, elle se détacha de la balustrade en verre et s’approcha de lui. La lumière de la chambre éclairait également le balcon, suffisamment claire pour bien voir et être vue.

Elle s’agenouilla à côté de lui, ravie de voir qu’une bosse se dessinait entre ses jambes. Soulage-moi, avale-le. Esclave ! Dit-il et elle sentit un tiraillement familier entre ses jambes. Elle se pencha sur lui et ouvrit son pantalon. Ce n’est pas seulement sa queue qui vint à elle, mais aussi son odeur, associée à la sienne. Elle savait qu’elle n’allait pas seulement le goûter, mais qu’elle allait aussi avoir son propre goût sur les lèvres.

Il y a quelques années encore, elle aurait hésité, se serait levée et serait partie en courant, aurait peut-être vomi. Depuis, il s’est passé beaucoup de choses, elle en a fait beaucoup et en a vu encore plus. Personne ne croirait beaucoup de choses, d’autres la mépriseraient. Ses parents et ses amis d’autrefois la mépriseraient. Si tant est qu’ils la reconnaissent. La femme ronde et timide qu’elle était s’était transformée en une femme mince et en forme. Elle avait travaillé avec acharnement sur elle-même, très souvent elle avait été sur le point d’abandonner.

Elle s’était toujours empêchée de faire une crise de boulimie. Avec un sourire, elle s’est penchée sur sa queue et l’a léchée. Son goût âpre, mélangé au sien, plutôt sucré, formait une bonne combinaison. Elle leva les yeux vers lui. Il la fixait, captivé. Comme un petit écolier qui voit son nouveau jouet pour la première fois. Elle sourit en voyant ce regard, tous les hommes en étaient capables. Elle l’enfonça dans sa bouche et le suça.

Il réagit immédiatement, devint encore plus dur et grandit jusqu’à atteindre sa taille maximale. Sa main tâta sa poitrine, elle dut bouger un peu pour qu’il puisse la saisir. Il l’a immédiatement prise en main, roulant et pétrissant son mamelon déjà si irrité. Quand elle s’est tordue, il a serré plus fort et l’a tirée sur sa queue. Il ne pouvait plus tenir longtemps. Elle goûtait déjà plus de son jus. Un tressaillement le parcourut.

Sa main se referma fermement sur le bout de son sein gauche, il le pressa si fort que ses yeux devinrent noirs. Il gicla chaud dans sa bouche, elle avala le premier et joua avec les autres. Elle le laissa dans sa bouche, le faisant rouler avec sa langue. Quand elle le regarda, il avait l’air de s’être évanoui. Il n’allait quand même pas… Pas encore, pensa-t-elle. Mais il bougea.

Sa main se détacha de sa poitrine. Lorsque le sang revint en elle, elle gémit à nouveau. Elle essaya de ne pas paraître trop soulagée en léchant sa queue. Il la regarda à nouveau. Satisfait, semblait-il. Elle remit son membre, à présent flasque, dans son pantalon et ferma la fermeture éclair. “Tu peux aller te doucher maintenant, esclave. ” dit-il d’un ton mat en lui donnant une légère tape sur les fesses. Elle fit une légère grimace et se leva.

Il la regarda partir. Ses seins étaient rougis, il n’avait pas remarqué qu’il avait frappé si fort. Il devait mieux se contrôler. Mais elle était aussi trop bonne. Il se leva et alla dans la chambre, de la salle de bain il entendit le clapotis de l’eau. Il se déshabilla rapidement. Elle lui jeta encore un coup d’œil rapide. Il était allongé sur la chaise, fatigué. Tu ne peux plus attendre, il te paie. Se dit-elle en se levant.

Elle entra et traversa rapidement la pièce. Non sans jeter un coup d’œil au coin où elle était torturée. Comment les alphas ont-ils toujours de telles idées ? Celui-ci s’était retenu, elle en connaissait d’autres qui ne se seraient pas contrôlés. Elle entra dans la salle de bain et prit une des brosses à dents emballées de l’hôtel. Elle se brossa soigneusement les dents et se rinça la bouche avant d’aller sous la douche et d’ouvrir l’eau. Elle était en train de frotter ses longues jambes avec du savon lorsqu’elle sentit un courant d’air.

Elle s’est retournée et il était devant elle. Il avait ouvert la porte de la cabine et hésitait à entrer. Elle contemplait son corps nu pour la première fois. Le haut de ses bras musclés, ses cuisses puissantes. Il ouvrit la bouche comme s’il allait dire quelque chose, mais se ravisa et la referma. Il entra et tira la porte derrière lui. Il se tenait tout près d’elle : “Tourne-toi, je veux m’assurer que tu te nettoies correctement.

“Il l’attrapa par les hanches et la fit tourner comme il le voulait. Il la poussa vers l’avant pour qu’elle puisse s’appuyer sur le mur avec ses bras. Avec ses pieds, il lui a écarté les jambes. Il prit la pomme de douche et commença à rincer soigneusement son corps. Ensuite, il répandit du gel douche sur elle. Avec une douceur dont elle ne l’aurait pas cru capable, il a massé le gel sur sa peau.

Il n’épargna pas les zones déjà douloureuses. Il l’entoura de ses deux mains et s’approcha de ses seins, elle gémit lorsqu’ils se posèrent sur ses mamelons et les massèrent à nouveau. Il se pressait contre elle par derrière et elle avait l’impression de sentir à nouveau son excitation monter. Ses mains s’enfoncèrent dans son ventre, entre ses jambes. Là, il commença à masser sa chatte, d’abord doucement, puis avec plus de pression.

Il frotta son clitoris et sépara la fente. Ce qui provoqua chez elle un véritable ouragan de sensations. “C’est ta mouille que je sens là en bas ? Tu es excitée ? Est-ce que je t’ai permis de faire ça, esclave. ” Il le murmura à son oreille. Que devait-elle faire ? Il était depuis longtemps trop tard pour qu’elle fasse quelque chose contre la montée du désir. Ses doigts jouaient sur elle comme sur un violon. Elle se tordait sous son emprise.

D’une main, il massait sa fente, il tenait les deux côtés de sa chatte. De l’autre, il lui avait déjà enfoncé deux doigts dans les fesses et la massait de l’intérieur. Son bas-ventre était en feu, ses bourgeons étaient gonflés jusqu’à éclater et durs comme de la pierre. Ses lèvres étaient gonflées. Sa perle aussi grosse et dure que rarement. Elle ne pouvait s’empêcher de gémir son plaisir, tourmentée. Ses doigts habiles l’amenaient de plus en plus près de l’apogée.

Quelques secondes avant, il cessa de la toucher. Ce fils de pute pensa-t-elle avec incrédulité. Frustrée, elle grommela de mauvaise grâce. S’il te plaît, continue, je fais aussi tout ce que tu veux, je suis tout ce que tu veux, je suis à toi pour toujours, continue. Fais-le moi, aime-moi, prends-moi. Pensa-t-elle en suppliant. Pour une fois qu’elle venait, elle aurait vendu son âme. — “Petite esclave, tu ne crois quand même pas que je vais te faciliter la tâche. As-tu déjà oublié qu’une autre punition t’attend ? Tu m’appartiens, même si ce n’est que pour cette nuit.

Je te dis ce que tu dois boire, ce que tu dois manger et quand tu peux jouir. Pour cette nuit, je suis ton monde. “Elle sentait son souffle chaud dans sa nuque, il s’était serré fermement contre son dos. Elle sentait son excitation et savait qu’il voulait la prendre tout de suite, mais qu’il se retenait juste pour la torturer. Combien de fois cet homme pouvait-il ? Elle se pressa contre lui en respirant lourdement. Elle frotta ses fesses contre lui, les sentant immédiatement durcir.

Il attrapa le pommeau de douche, tourna l’eau sur froid et plaça le jet directement entre ses jambes. Elle poussa un cri lorsque le jet froid toucha directement le centre de son plaisir et s’enfonça dans ses lèvres chaudes et gonflées. Elle se cabra, ses fesses heurtant fermement sa queue semi-rigide. Cela le fit gémir. Il les doucha, elle et lui, avec de l’eau froide. Tous deux se calmèrent. Elle se tourna vers lui, le regret se lisait dans son regard.

Si seulement il avait plus de temps avec elle, pensa-t-il. Si je pouvais encore la former et l’éduquer ? La façonner comme je le veux. Oublie ça, c’est une call-girl, elle fait tout ça pour l’argent, elle ne fait que jouer un rôle. Et pourtant, ce regard, il allait profondément sous la peau. Malgré l’eau froide, sa queue remuait déjà. Il a coupé l’eau. Il dut se détacher avec force de sa vue.

“Sors de là, esclave, Anna. Nous voulons sortir. J’ai acheté des vêtements pour toi, tu les porteras. Il y a aussi de quoi se maquiller. “–Il sortit de la douche et désigna un sac qui était fermé près du lavabo. Elle sortit de la douche derrière lui, posant inconsciemment sa joue contre son épaule. Cela lui fit du bien, mais elle n’était pas là pour ça. Il sortit de la salle de bain. Elle était seule. Devait-elle rattraper ce qu’il lui avait refusé ? Bien sûr qu’il s’en apercevrait.

Plus tard, décida-t-elle. Elle ouvrit le sac. Un haut qui laissait apparaître le ventre, une longue jupe et quelques petites choses pour se maquiller. Elle fut soulagée qu’il n’ait pas insisté sur les vêtements serrés. Elle se prépara. Le haut, orné de quelques broderies scintillantes, épousait parfaitement sa poitrine, la mettant en valeur tout en la soutenant. La jupe était serrée sur ses hanches par un large cordon de serrage, mettait bien en valeur ses fesses et s’évasait vers ses jambes.

Elle secoua encore une fois ses cheveux fraîchement lavés. Puis elle sortit dans la pièce. Il avait enfilé un costume frais, aussi parfaitement ajusté que le premier. Devant le lit se trouvaient des talons aiguilles. Elle s’assit, réprima sa douleur et enfila ses chaussures. Ce faisant, elle observe comment il l’observe à travers un miroir. Elle se leva et se regarda dans le miroir à hauteur du sol. “Je suis prête. “Il devait sortir d’ici, cette femme était un poison, un poison pur, pour lui.

Il quitta précipitamment la salle de bain et s’assit sur le lit. Il lui fallut quelques minutes pour reprendre ses esprits. Ses gémissements sous la douche l’avaient presque ramolli. Elle était si proche de l’apogée. Elle était si consentante sous sa main. Elle était si douce au toucher. Se frottant contre lui. L’eau froide les avait fait redescendre. Tous les deux. A peine sortie de la douche, elle s’était à nouveau approchée de lui.

Sa seule présence le rendait fou. Il avait envie d’elle. Il voulait l’entendre crier son nom, le supplier de venir. Il se leva et s’habilla. A peine avait-il fini et vérifié la tenue de son costume dans le miroir qu’elle était déjà sur le pas de la porte. Elle resta un moment dans la porte, appuyée contre le cadre, et le regarda sans détour. Elle essayait de ne pas le montrer, semblait satisfaite de ce qu’elle voyait.

Sans qu’il le lui demande, elle s’assit et mit ses chaussures, avec lesquelles il pouvait à tout moment lui envoyer des décharges. C’était elle, il en était sûr. Provoquant, elle se tourna ensuite pour se regarder dans le miroir. Il sentait qu’il bandait à nouveau. Le haut était parfaitement ajusté, il cachait tout et montrait pourtant beaucoup. La jupe était tellement tendue sur ses fesses qu’il pouvait voir ses petites rondeurs fermes. Il se plaça derrière elle et passa ses mains sur ses hanches.

Comme s’il voulait vérifier la tenue de la jupe. “Il manque encore quelque chose. ” murmura-t-il à son oreille. Il pouvait voir comment elle tremblait, sa peau se contractait et elle entrouvrait légèrement les lèvres. Leurs regards se croisèrent dans le miroir. Il ramena ses cheveux en arrière. D’un doigt, il passa sur son cou. Il la sentit trembler. De l’autre main, il sortit de la poche de sa veste un mince anneau de cou. Un simple modèle en argent.

Si elle était à lui, il la couvrirait d’or, de perles et de diamants. Qu’est-ce qu’il pensait ? Elle n’était qu’une call-girl, rien de plus. Elle devait avoir constamment des clients qui voulaient l’avoir pour eux. Il sentit la jalousie le gagner. Il le mit autour d’elle et vit que ses yeux commençaient à briller. Cela l’excitait-il de deviner ce que cela signifiait pour lui ou cela avait-il une signification pour elle?il se promit de le découvrir.

Il savait qu’elle réagissait à la douleur, mais qu’en était-il de la domination ? Un collier te va bien. Encore une petite chose et nous pourrons partir. “Murmura-t-il à son oreille en aspirant son parfum. Sa main descendit sur son ventre, joua un peu avec son nombril, puis se glissa entre sa jupe et son ventre. Sa main chercha et trouva son entrée, quelque chose de gros s’insinua entre elles et, avec une pression un peu plus forte, glissa en elle.

Il vit ses yeux s’agrandir d’étonnement. “Laisse-le en toi, ne le perds pas, c’est tout. Avec ça, je peux te faire plaisir en chemin. ” Il sourit et retira sa main. Il prit son mobile et lui montra une application et comment contrôler le petit serviteur du plaisir en elle. Ses légères vibrations la remirent rapidement en selle. Elle entrouvrit les lèvres et poussa un léger gémissement lorsqu’il augmenta les vibrations.

Puis il s’arrêta. “Comment dois-je t’appeler ?” Souffla-t-elle, interrogative. ” Phil, tu peux m’appeler Phil. ” Ils ne s’étaient pas présentés l’un à l’autre, dans leur branche, les noms n’étaient pas courants ou on utilisait des pseudonymes. Il la prit par le bras et ensemble, ils quittèrent sa chambre. Peu après, ils se promenaient bras dessus bras dessous sur le Strip. Il appréciait visiblement les regards envieux des hommes qu’ils rencontraient. Comme à chaque fois, le Strip était bondé de gens qui se précipitaient de plaisir en plaisir.

Certains se contentaient de flâner et de se laisser envoûter par les jeux de lumière ou les spectacles devant les casinos. Ils se promenèrent ainsi un moment côte à côte. De temps en temps, il jouait avec son téléphone et appréciait de la voir tressaillir. Pour le repas, ils se rendirent dans l’un des restaurants du Pelagio. Tous deux commandèrent quelque chose de léger. Anna commanda une salade et Phil un poisson. Ils discutèrent dans l’atmosphère calme et feutrée du restaurant. “Je suis curieux. Je suppose qu’ils vont trouver ça impoli.

Avez-vous le droit de parler de vous et de votre métier ?” Demanda-t-il. “Cette question est assez inhabituelle. La plupart de mes clients essaient d’éviter ce sujet et préfèrent discuter d’eux-mêmes avec moi, en parlant de leurs métiers importants et de tout ce qu’ils sont. “”Ils ont certainement une opinion sur ce que sont leurs clients. “”S’ils n’existaient pas, je n’aurais pas de travail. “Aimez-vous votre travail ?” Elle pencha la tête et réfléchit. Elle sirotait son vin comme si elle était absente.

“Il n’est pas facile de répondre à cette question. Dans la plupart des cas, c’est juste un travail comme un autre. Je fournis un service et je suis payée pour cela. Tout le monde ne veut pas faire l’amour non plus, certains ne font que se parer de moi. Presque tous respectent les règles et ne me demandent pas ce que je ne veux pas. Il y a bien sûr aussi des clients qui sont un peu plus difficiles. Ils pensent que parce qu’ils me payent, ils peuvent faire de moi ce qu’ils veulent, et que cela peut être dangereux.

“”Vous voulez m’en parler ?””Ce serait indiscret et je ne le ferai pas. “”Vous n’avez pas à donner de noms. ” Elle se contente de sourire. “On raconte qu’après avoir fait l’amour, les hommes racontent à leur euh. “”Tu peux déjà utiliser ce mot, je ne me considère pas comme autre chose. “”Ils disent à leurs prostituées des choses qu’ils ne disent pas à leurs femmes. “”J’ai entendu ça aussi. Ça fait aussi partie du boulot. En tant que call-girl, on ne me demande pas seulement de faire l’amour ou ce que tu aimes.

Beaucoup n’ont besoin que d’une accompagnatrice. Pour un spectacle, un casino ou un repas d’affaires. “Ton agence s’est spécialisée dans l’exceptionnel. “”Oui, mais cela ne suffit pas. La plupart d’entre nous acceptent un peu d’accompagnement. “Laquelle de tes offres préfères-tu ?” “C’est une question dangereuse. “Ne t’inquiète pas, je ne les utilise que pour ton bien. ” Il lui offrit un grand rire. Elle eut un sourire en coin, puis lui adressa un sourire radieux.

“Ce que nous avons fait ce soir, c’est déjà une bonne partie. “”Quelle partie manque encore ?””Je ne vais vraiment pas te le dire. “Leur repas a été apporté. Pendant les minutes qui suivirent, ils se consacrèrent en silence à leur repas. Une conversation à bâtons rompus s’engagea lentement, sur Vegas et les joueurs. Après le repas, ils se sont promenés dans le casino. Ils observèrent le bric-à-brac de joueurs, de serveuses en petites tenues et de filles légères qui espéraient trouver ici un homme riche ou une occasion de dépenser un peu d’argent.

Sa main se posait sur ses fesses, elle diffusait une chaleur qui lui rappelait les endroits douloureux. Le vibrateur travaillait en elle. Au bout d’un moment, ils retournèrent dans sa chambre d’hôtel. “Maintenant, tu vas recevoir ta juste punition, elle te conduira bien au-delà de tes limites. Tu me supplieras d’y mettre fin et de te délivrer. Mais je ne ferai rien de tel. “Il le murmura à son oreille alors qu’ils montaient dans l’ascenseur.

Il se tenait derrière elle, regardant les autres clients quitter l’ascenseur à leur étage. Il se délectait de ses tremblements, qui augmentaient à chaque étage. Puis ils se retrouvèrent seuls dans l’ascenseur. Ses mains caressèrent son flanc jusqu’à ses seins et firent glisser le haut vers le haut, il découvrit ses seins et massa aussitôt ses bourgeons durs. Il l’a fait gémir tout de suite. Ils quittèrent l’ascenseur à leur étage et se dirigèrent vers sa chambre.

Il introduisit laborieusement la carte-clé dans la serrure. Elle se tenait seins nus à côté de lui et écoutait les bruits. A peine entrée dans la chambre, elle dut se déshabiller et se tenir devant lui, les jambes écartées. Il l’a examinée avec une excitation croissante. L’antenne du vibromasseur sortait de sa chatte comme un dard. Il travaillait toujours. Il sortit un sac noir de sa poche. Il lui mit dans la main un petit plateau avec un verre d’eau.

Elle devait le tenir sur sa main droite, légèrement tendu vers le haut. Le verre était rempli à ras bord. “Tiens-le toujours bien droit, tu ne dois pas en renverser. “, lui a-t-il dit. Il se mit à genoux devant elle et ouvrit le sac. Elle sentit quelque chose de froid sur son pubis. Puis l’instant d’après, des dents pointues qui s’enfonçaient dans sa chair excitée et gonflée. Elle aspira vivement l’air entre ses dents. On tira sur les pinces qui pendaient aux deux lèvres, puis quelque chose s’enroula autour de sa cuisse.

Une large ceinture avec une fermeture velcro à laquelle était probablement accroché l’appareil de commande. Il s’assit devant elle sur un fauteuil confortable. Avec la télécommande, il a éteint la lumière jusqu’à ce qu’il ne reste qu’une petite lampe allumée sur le lit. Il passa la main à côté de lui et alluma deux grosses bougies qu’il posa sur le sol à droite et à gauche de ses pieds. “Je pourrais t’interroger maintenant. Essayer de te soutirer des réponses aux questions auxquelles tu as si volontiers répondu tout à l’heure ou te poser à nouveau les questions auxquelles tu as refusé de répondre.

Mais je pense qu’il est bien plus amusant pour nous deux de te laisser tes secrets et d’en profiter à la place. ” Il rit. Elle sentit un tremblement prudent, sur ses lèvres puis les décharges électriques qu’il envoyait de là à travers son corps devinrent de plus en plus fortes. Depuis les talons-plateaux, les autres la rejoignaient et lui parcouraient les jambes. A l’intérieur d’elle, le vibrateur recommençait à travailler plus fort. Elle sentait l’excitation et en même temps la douleur fouetter son corps.

Elle se mit à trembler. Son désir augmentait à chaque seconde, elle sentait que sa fente commençait à se vider. Elle devait déjà être en train de dégouliner, probablement que son jus coulait déjà le long des pinces et des câbles. Sa respiration devenait de plus en plus frénétique, ses seins se soulevaient de plus en plus vite. Elle sentait la sueur couler sur tout son corps. Sa tête devait déjà être en feu. Soudain, tout s’est arrêté, d’une seconde à l’autre. Presque instantanément, elle eut froid.

Son corps était tellement surchauffé que dès que le feu cessait d’être alimenté, la sueur sur sa peau semblait se transformer en glace. Respirant encore difficilement, elle essaya de le découvrir. Il était toujours assis devant elle. La regardant avec curiosité. “Tu as renversé quelque chose. ” constata-t-il sobrement. Toujours incapable d’avoir une pensée claire, elle le fixa avec incrédulité. “Tu peux finir le verre. Le reste qui est encore dedans.

” Comme téléguidée, son regard se porta sur la droite et elle vit que le verre n’en contenait plus que la moitié. Elle l’attrapa de la main gauche en tremblant et but avidement le verre. “Et maintenant, descends, je me penche sur le plateau et je lèche le reste. ” Il a dit cela d’un ton dégoûté et déçu. Les genoux tremblants, elle se dirigea vers le sol. Sur les quatre, elle tendit ses fesses vers le haut, posa ses avant-bras à droite et à gauche du plateau sur le sol et commença à lécher l’eau du plateau.

Elle l’entendit se lever. Il défit sa ceinture et la retira de son pantalon. Oh non, s’il te plaît, ne crie-t-elle pas en pensée. –Elle se tenait ainsi devant lui, nue et couverte de sueur, à la limite de ses capacités, ses électrochocs parcourant ses parties les plus sensibles et la faisant gémir de douleur. Il voyait ses genoux trembler à chaque fois qu’il augmentait la puissance du vibromasseur, ses cris de douleur devenaient des cris de plaisir. Satisfait, il regarda sa montre, elle avait déjà tenu plus longtemps que la plupart des autres avant elle.

Ils en étaient déjà à 37 minutes. La plupart de ceux qu’il avait abandonnaient entre 5 et 20 minutes. Quelques-uns tenaient plus longtemps, puis ils criaient et le suppliaient. Celle-ci ne l’était pas. Elle ne semblait pas du tout envisager cette option de supplication. 42 minutes. Elle allait finir par s’effondrer s’il continuait. Il appuya sur le bouton d’arrêt et tant les chocs que les vibrations en elle s’arrêtèrent.

Satisfait, il jeta un coup d’œil à ses yeux troublés. Elle avait sans doute supposé que cela durerait toujours. Ça va lui manquer. Il sourit. Puis il jeta un coup d’œil au verre et vit que la moitié avait déjà giclé. Il lui ordonna de boire, puis de s’agenouiller sur le sol comme une chienne et de lécher ce qui avait été renversé. Elle le rendait fou, il ne pouvait plus se retenir. Elle lui tendit ses fesses de manière provocante.

De face, il entendit sa langue claquer. Il défit sa ceinture et la sortit de son pantalon. Il la plia une fois en deux pour former une boucle. Puis il se plaça derrière elle sur le côté. Ses fesses déjà battues se tendaient vers le haut de manière provocante et il pouvait voir le pubis gonflé qui se présentait à lui d’un rouge vif. Il s’élança et frappa, le cuir claqua bruyamment en travers de ses fesses. Il pouvait l’entendre crier et essayer de se couvrir la bouche d’une main.

Le coup suivant un peu plus haut, puis un autre un peu plus bas, d’abord en croix puis en travers. Au bout de quelques minutes, il dut se freiner, il était essoufflé et surchauffé. Il a arraché ses vêtements et s’est agenouillé derrière elle, ses mains ont saisi ses fesses rouge vif et il s’est enfoncé de toutes ses forces dans sa grotte chaude et humide. Il l’entendit gémir ou était-ce lui qui gémissait ? Il resta dans cette position, savourant le fait de l’avoir empalée avec sa queue douloureusement dure.

Il se retira d’elle, le vibromasseur jaillit avec sa queue et un raz-de-marée de son jus. Puis il desserra les pinces. Elle couina à nouveau lorsque le sang revint dans les lèvres surexcitées. Elle faillit jouir à son tour. Il se leva, se pencha et la souleva. Elle était si légère qu’il pouvait la porter dans ses bras à travers la pièce sans sentir son poids. Puis il l’allongea sur le dos sur le lit et lui écarta les cuisses.

Elle le regardait avec envie et désir, sa grotte tentante étalée devant lui. Il s’agenouilla entre ses jambes et respira son odeur alléchante. Puis il se pencha sur elle. Il ferma ses lèvres avec les siennes et lui donna un long baiser intense et exigeant. Elle répondit avidement au jeu de langues. Ses mains se posèrent sur ses seins, les massant légèrement. Ses lèvres et sa langue glissèrent le long de son cou, vers le bas. Il sentait la chaleur qu’elle dégageait.

Il devait l’avoir maintenant. Ses lèvres s’enroulèrent avidement autour de sa perle gonflée. Si elle était à lui, il l’ornerait là aussi. Il buvait en elle. Elle sentit sa langue chaude s’enfoncer dans son trou gonflé. Il prit son goût dans sa bouche. Avec plaisir, il laissa son goût fondre sur sa langue. Il lécha encore plusieurs fois sa fente. Puis il remonta, sa queue dure et droite s’enfonça en elle.

Une fois deux fois, il l’entendit crier et sentit les muscles de sa queue se contracter. Elle avait déjà joui. Il laissa sa queue en elle, savourant le mouvement de ses muscles sous lui. Au moment où les mouvements s’estompaient, il enfonça à nouveau sa queue. D’abord lentement et vigoureusement, puis de plus en plus vite et de plus en plus fort. Immédiatement, elle devint à nouveau plus excitée et ne cessait de gémir. Il n’avait plus beaucoup d’endurance. Il savait que bientôt il ne pourrait plus faire marche arrière, mais il voulait en profiter avec elle comme le soir sur le balcon.

Elle lui rendit service et il sentit la prochaine vague se précipiter vers eux. Lui aussi était prêt. “S’il te plaît, prends-moi, s’il te plaît, baise-moi. ” l’entendit-il gémir doucement. Il lui rendit ce service. –Elle sentit la deuxième vague se rapprocher de plus en plus, inexorablement semblable à un tsunami. Elle sentit qu’il durcissait lui aussi et commençait à pomper sa queue en elle. Il n’y avait plus de retour en arrière possible et cette fois, ce serait incroyable.

Le point était dépassé depuis longtemps, la vague se formait et elle l’emportait avec elle. Sa conscience se vidait, il n’y avait plus rien dans sa tête. Sa respiration s’est arrêtée, son cœur a cessé de battre. Elle est morte. Elle est née à nouveau. Mourut à nouveau. Revient à la vie pour mourir à nouveau immédiatement après. Les yeux grands ouverts, les battements de son cœur reprirent, ses poumons se remplirent d’air frais. Elle sentait la chaleur sortir de sa queue, comme si elle l’avait saisie, il recommençait à la baiser.

La vague suivante sortit de sa queue, elle sentit la chaleur se répandre en elle. Elle fixa ses yeux, y vit de l’incrédulité, un peu de peur et de terreur. Puis il s’effondra sur elle. Il resta plusieurs minutes sur elle, ses deux corps tremblant. Avec un halètement, il descendit de son corps. Il s’allongea à côté d’elle, la prit dans ses bras et l’embrassa. D’une main, il tira la couverture sur eux deux et lorsqu’il écarta les cheveux de son visage, elle était déjà endormie, la tête sur sa poitrine.

Quelques secondes plus tard, il la suivit dans le pays de l’épuisement. Le soleil était déjà haut dans le ciel lorsqu’Anna ouvrit les yeux et regarda autour d’elle. Le soleil brûlait à travers les grandes fenêtres. Entre ses cuisses, elle le sentait coller. Leurs jus s’étaient mélangés là, s’étaient écoulés à nouveau et avaient tout collé. Elle sentait le battement dans ses fesses quand elle se concentrait. Elle aurait déjà dû partir. Il n’est pas habituel de passer la nuit chez un client et de s’endormir aussi avec lui.

Elle avait déjà enfreint tellement de règles cette nuit-là. Ses bras étaient fermement enroulés autour d’elle. Elle pouvait sentir son souffle tranquille dans son cou et les battements puissants de son cœur dans son dos. Elle se tourna vers lui dans son étreinte. Pendant quelques minutes, elle se contenta de le regarder. Puis elle l’embrassa tendrement sur les lèvres. Ses lèvres s’ouvrirent et leurs langues se touchèrent. Il ouvrit les yeux et la regarda.

“C’est déjà demain ?” Demanda-t-il. “Il fait encore nuit dehors, mais le matin ne tardera pas à venir. “Alors, profitons du temps qu’il nous reste. ” Il sourit. Elle sourit et se glissa sur lui. Lentement, elle descendit en l’embrassant. Entre ses jambes, elle sentait déjà sa queue se dresser. Elle s’assit sur lui et laissa sa queue la pénétrer profondément.

Elle était trempée. Gémit doucement lorsqu’il s’enfonça en elle. Lentement, elle bougea, fit tourner son bassin. Il la regarda, saisit ses seins et les massa légèrement, joua avec les bourgeons encore surexcités qui se tendirent aussitôt vers lui. Elle se mit à chevaucher plus vite. Elle sentait comment sa tige dure s’enfonçait profondément en elle. Elle se déplaça plus doucement sur lui, gémissant son plaisir et son désir.

Elle se pencha vers lui, ses seins étaient lourds dans ses mains. Elle se vola quelques baisers intenses. Elle bougea son bassin, glissa légèrement d’avant en arrière sur son distributeur de plaisir. Ses baisers devinrent plus fordiens. Ses mains glissèrent sur ses hanches. Elle savait ce qu’il voulait. Elle le laissa volontiers l’allonger sur le dos. Il se dressa sur ses bras et la regarda de haut. Sa verge dure toujours en elle.

Il se laissa descendre vers elle, ils s’embrassèrent. Elle passa ses bras autour de son cou et ses jambes autour de ses hanches. Il s’enfonça profondément en elle lorsqu’il commença à la pénétrer de manière rythmée et puissante. Ils prirent du temps l’un pour l’autre. Ils commencèrent à s’explorer. Ils s’aimaient passionnément. Ils fusionnèrent dans un point culminant commun. Haletants, ils se sont ensuite allongés l’un à côté de l’autre. Sa main avait trouvé la sienne, ses doigts s’étaient noués aux siens.

Qu’est-ce que je fais là ? Son cœur battait à tout rompre. Cela faisait longtemps qu’elle ne s’était pas sentie aussi bien. Elle n’avait pas le droit de faire ça, sa distance avec un client devait être respectée. Depuis ce jour, elle s’était juré de ne pas laisser ses sentiments l’envahir. Elle tourna la tête vers lui et le regarda, il s’était déjà tourné vers elle. “C’était incroyable. Pas seulement ça, mais aussi la nuit dernière. Tu es extraordinaire ! ” dit-il.

“Merci, ça faisait longtemps que je ne m’étais pas autant amusé. Mais je dois vraiment y aller. Je peux prendre une douche ?” “C’est dommage, j’aurais aimé te garder ici. Je pourrais nous faire apporter un petit déjeuner. ” Elle sourit. “J’aimerais bien, mais je dois malheureusement y aller. ” Elle déposa un baiser sur ses lèvres et sortit du lit. Avec un sourire de satisfaction, il la regarda partir. Son revers montrait encore ses traces. Elle se tenait sous la douche et se savonnait vigoureusement.

Il ouvrit la porte et s’approcha d’elle. Elle se retourna en souriant et le regarda. Il attrapa le gel douche et en appliqua un peu sur sa poitrine. Avec ses deux mains, il commença à l’étaler sur son corps. Elle sourit. “Laisse-moi faire, un homme ne devrait pas avoir à le faire lui-même. ” Ses doigts caressèrent doucement son corps et frottèrent le gel sur son corps. Un sourire aux lèvres, elle se mit à genoux devant lui et nettoya longuement ses régions inférieures.

Lorsqu’elle porta son attention sur son membre et le nettoya, il se tendit vers elle. C’est alors qu’elle a vraiment remarqué qu’il avait une belle queue bien droite. Il était circoncis et le gland s’étendait vers ses lèvres, rouge, brillant et très sensible. Elle approchait de plus en plus ses lèvres de son extrémité. Sa langue jouait doucement avec sa pointe. Elle pouvait l’entendre gémir d’en haut. Ses mains, recouvertes d’une épaisse mousse, massaient sa longue et puissante tige.

L’une d’elles frottait ses couilles. Ses gémissements s’intensifiaient et elle pouvait déjà le voir tressaillir. Tendrement, elle pressa ses lèvres douces sur la pointe. Le bout de sa langue continuait à se frotter sur la petite fente. Sa queue recommença à pomper. Elle se préparait à le recevoir. Déjà sa charge jaillissait dans sa bouche. Elle l’attrapa, la fit glisser sur sa langue et joua avec dans sa bouche. Avec ses mains, elle nettoya soigneusement sa queue, alors qu’il avait encore les yeux fermés en gémissant.

Elle se releva et avala sa semence. Elle allait pouvoir s’habituer à lui. Pensa-t-elle en les douchant tous les deux. Il attendait devant la porte, une serviette autour des hanches, lorsqu’elle sortit de la salle de bain. Elle avait remis son jean et son t-shirt. Il pouvait deviner ce que le jean serré faisait à ses fesses travaillées. Il était un peu fier de lui. Elle attrapa son sac à main et fit une grimace lorsque son jean se tendit.

“Je vais y aller. ” dit-elle. Il crut y déceler un peu de tristesse. “J’aimerais bien te revoir. “”Tu as mon numéro. Appelle-moi, c’est tout. “”C’est ma carte. Si tu veux m’appeler une fois. ” Il lui tendit sa carte. Elle y jeta un coup d’œil. “Phil O’Hara. ” Laisse-la passer. Une adresse new-yorkaise. “Je vais le faire, Phil”, dit-elle avec un sourire. Lui donna un autre baiser et ouvrit la porte de la chambre.

Il se plaça derrière elle et lui tint la porte. Dans le couloir, elle se retourna encore une fois. Un autre baiser se posa sur ses lèvres. Il posa sa main sur sa hanche. Il aurait voulu l’attirer à nouveau vers lui. Elle se détacha de lui en respirant difficilement. Avec regret, elle le regarda dans les yeux. “La domination, c’est ce qui me manquait encore et que j’aime bien. Tu es aussi très doué pour ça.

” murmura-t-elle. Elle se retourna rapidement et courut vers l’ascenseur. Alors qu’elle montait dans une cabine, elle le vit encore debout dans la porte, la regardant s’éloigner. Les portes de l’ascenseur se sont fermées et il est retourné dans sa chambre. Une confusion l’attendait. Il allait devoir ranger avant que le service d’étage ne voie tout cela. Le soleil était haut dans le ciel lorsqu’Anna quitta l’hôtel. Elle attrapa son téléphone dans son sac à main et l’alluma.

Quarante appels en absence. La plupart dataient de ce matin, sa patronne parce qu’elle n’avait pas encore répondu. Elle appuya sur la touche de rappel et lui parla brièvement : “Pourquoi tu ne réponds pas ? J’allais envoyer Hilmar pour qu’il se fasse tabasser. “”Tout va bien. Ne t’inquiète pas. Nous étions juste tellement épuisés que nous nous sommes endormis. “”Tu ne vas pas refaire la même erreur ?””Non, ne t’inquiète pas. Nous étions vraiment très fatigués. ” Elle a raccroché.

Quelques autres appels de clients. Mais elle n’y répondrait que cet après-midi, pour l’instant elle avait besoin de se reposer et avant cela elle devait aller à la banque. Déposer de l’argent. Sa voiture était garée dans une petite rue. Elle venait d’ouvrir la porte lorsque son téléphone sonna. “Agence de mannequins, Black Sun. Vous parlez à Anna. “Elle a répondu. “Bonjour, c’est Phil. Anna ?” “Salut Phil, c’est Anna. Qu’est-ce qu’il y a ? Oh, zut, le collier. Je l’ai toujours sur moi.

Je vais remonter dans une minute. “Elle a tâté son cou. “Garde-le, s’il te plaît, et porte-le quand tu en as envie. Je t’ai mis quelque chose dans ton sac à main. Elle a posé le sac sur le capot et en a fouillé le contenu. C’est alors qu’elle le trouva. Le petit tourmenteur qu’elle avait porté pendant de nombreuses heures dans la nuit. “Je l’ai trouvé. ” dit-elle dans le téléphone. “Mets-le dans ta poche. Tout de suite.

” Elle sourit et regarda autour d’elle. Personne à l’horizon. Elle ouvrit son pantalon, le baissa un peu et enfonça le truc dans sa chatte. L’antenne se trouvait entre les deux moitiés de ses fesses lorsqu’elle remonta son pantalon. Elle referma le pantalon en gémissant. “Je l’ai en moi. “”Bien joué, esclave Anna. Le vibromasseur est relié à ton téléphone et je peux le contrôler depuis le mien. Si tu as envie de compagnie, tu peux le mettre dans ta bouche et je te gâterai.

Tu peux aussi m’appeler si tu veux. “Il a raccroché. Alors qu’elle s’asseyait dans la voiture, elle sentit un agréable picotement dans son bas-ventre. Fin de la première partie.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings