Confession Intime Histoires de Sexe Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique

Histoire X Ma première Expérience chaude de cuckold

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire X Un homme m’a déjà écrit plusieurs fois sur le chat de xhamster. Il se décrit comme un cocu et veut absolument me présenter sa femme de 25 ans. Il m’a aussi téléchargé des photos d’elle et celles-ci montrent déjà une femme très ferme, à la poitrine généreuse et à la belle chatte. Je me suis laissé convaincre et je les ai invités chez moi. Et ils étaient là, devant la porte. Je pouvais déjà voir à travers le judas qu’elle avait suivi mes instructions pour l’instant.

Elle portait une robe d’été légère, décontractée et très décolletée avec un motif floral et des talons hauts. On voyait aussi clairement qu’elle ne portait pas de soutien-gorge, comme elle l’avait demandé, et que les mamelons de ses seins étaient déjà bien visibles. Elle était probablement déjà un peu en avance. Ce qu’il portait ne m’importait pas et je n’y ai pas prêté attention. J’ai ouvert la porte et invité la jeune femme à entrer, je n’ai pas fait attention à lui, mais j’ai laissé la porte ouverte pour qu’il puisse me suivre et a aussi sagement fermé la porte.

Je suis entré avec elle dans le salon, j’avais déjà passé mon bras autour d’elle, d’abord au niveau de la taille, puis en glissant vers les fesses. Elle ne s’est pas opposée. Je lui ai demandé de s’asseoir sur le canapé à deux places et je me suis assis juste à côté. Je lui dis, bien qu’il y ait encore deux fauteuils dans la pièce : “Il y a un tabouret pour toi dans la cuisine, première porte dans le couloir à droite. Et apporte du réfrigérateur la bouteille de champagne déjà ouverte et deux verres.

Tu les verras dans l’armoire suspendue derrière la porte vitrée. “Il s’en est acquitté sagement et rapidement et j’ai ensuite versé les verres et porté un toast avec la jeune femme. Elle a dit : “Merci pour cette aimable invitation” et j’ai répondu : “Ravie de t’avoir ici, Anna” et je l’ai embrassée sur la bouche. Elle a immédiatement ouvert ses lèvres, qui étaient très douces et extraordinairement souples, et j’ai glissé ma langue dans sa bouche, qu’elle avait apparemment déjà attendue, car elle a immédiatement entamé une danse excitante de sa langue avec la mienne.

tel rose pas cher

Il était assis et regardait en silence. Il ne montrait aucune émotion particulière, seul le coin de sa bouche tressaillait parfois très légèrement. En fait, il était de moins en moins présent à chaque minute. Je me suis à nouveau consacré à cette belle femme et, tout en continuant à l’embrasser, j’ai caressé ses seins à travers le tissu, qui était si fin que je pouvais clairement sentir sous mes mains les mamelons se raidir et devenir de plus en plus durs. Sa respiration aussi devenait plus profonde et de petits gémissements se mêlaient à ses respirations.

Elle s’est nettement rapprochée de moi et a pratiquement pressé ses seins dans mes mains. Il regardait sa copine devenir de plus en plus chaude, sans faire de commentaires. J’ai tiré son décolleté vers le bas avec un doigt et ses tétons sont devenus visibles. Et oui, ses tétons se dressaient comme de petites antennes raides et loin devant. Il n’y avait plus qu’un petit mouvement à faire et ses seins dépassaient complètement de l’ourlet du décolleté, merveilleux pour les pétrir, ce que je n’ai pas manqué de faire.

Pour que je puisse mieux atteindre ses seins, elle s’est penchée en arrière et a ouvert un peu ses cuisses. Quel spectacle sur mon petit canapé : une femme excitée, les yeux fermés pour mieux sentir, les seins sortant du décolleté pour me servir et les cuisses déjà écartées pour saisir son sanctuaire. Entre-temps, le diable s’était déchaîné dans mon pantalon. J’avais vraiment mal quand ma verge était comprimée dans mon pantalon.

Je me suis donc penché en arrière et lui ai dit : “Maintenant, sors ton cadeau de Pâques, Anna, et montre-moi comment tu sais sucer. “Elle a tout de suite commencé à ouvrir ma braguette, mais je portais un pantalon de travail avec des boutons en métal, car j’avais travaillé dans le jardin auparavant. Et là, elle était en train de tripoter, elle n’avait sans doute jamais ouvert de tels boutons. Quoi qu’il en soit, un grand danger se profilait pour le bout de ses doigts joliment manucurés et soignés, et pour ses ongles richement décorés.

Elle ne pouvait manifestement pas saisir correctement avec ses doigts et j’étais assis là, à regarder cela avec un sourire en coin. Comme nous avions tous le temps, je l’ai laissée faire, même lorsque des sons de réticence sont sortis de sa belle bouche rouge, je n’ai pas bougé. Finalement, elle a défait le premier bouton et les suivants ont été un peu plus faciles, si bien qu’elle a pu glisser une de ses mains fines dans mon pantalon et sortir ma verge.

Celui-ci a aussitôt explosé dans sa main, ce qu’elle a accompagné d’un petit cri d’effroi, sans doute à cause de sa taille. Et elle dit à son ami : “Regarde ma chérie, sa queue est déjà deux fois plus grosse que la tienne. Puis elle se pencha et examina le bon morceau sous tous les angles, le pressant doucement ici et là, pour ensuite placer sa bouche grande ouverte sur le gland et établir un premier contact entre sa cavité buccale et ma queue en contournant la couronne du gland avec sa langue.

Elle a vu les premières gouttes de plaisir, qu’elle a avalées en remerciant sa langue. Elle a ensuite embrassé mon gland, puis a commencé à me sucer la verge avec plaisir. Elle a aussi remarqué les poils pubiens gris autour de ma queue joliment veinée, car je ne les taille qu’un peu en général et brièvement au niveau des couilles. Elle a aimé la vue de mes poils gris, qui dégageaient pour elle une certaine virilité. Elle commenta cela à son ami “Regarde, il ne coupe ses poils qu’aux bons endroits et pas comme tu te rases tout le corps comme une bite molle !” Elle suçait avidement ma queue excitée, il y avait de la salive partout et elle s’étranglait.

Puis je l’ai soulevée et je l’ai poussée avec le haut de son corps sur le canapé. La tête en bas, les fesses en haut. Elle a apprécié mon traitement. Je lui ai tapé sur le cul et lui ai dit “Quel beau cul ! Alors couilles molles, maintenant je vais te montrer comment bien baiser une jument ! A ces mots, je me suis retourné et j’ai dû l’embrasser intensément. Je lui ai donné une claque sur le cul et elle a gémi. Elle a apprécié le traitement, puis j’ai à nouveau poussé son torse vers le bas, relevé sa robe d’été et posé ma lanière raide et complètement trempée par sa salive sur sa chatte et j’ai enfoncé ma queue jusqu’à la butée en disant “délicieusement humide la jument, tu ne pouvais pas attendre d’avoir une vraie queue d’étalon dans ta fente.

En l’enfonçant, elle gémit bruyamment : “Oh mon dieu, elle est énorme, elle me remplit complètement jusqu’au sol, jusque dans les moindres recoins”… Je la poussai d’abord lentement, régulièrement et très profondément, et à chaque fois qu’elle arrivait au point le plus bas, elle criait brièvement parce que je frappais son col de l’utérus. Lentement, très lentement, j’ai augmenté le rythme, ses cris ont diminué mais elle a commencé à gémir de plus en plus. Puis, pour souligner mon action, j’ai tapé une fois vigoureusement avec ma grande main sur ses fesses nues.

Elle a alors poussé un grand cri et ses cinq doigts sont apparus en rose tendre au milieu de sa joue droite. Pour qu’elle ne soit pas de travers, il y a eu peu après un autre coup identique sur l’autre côté. Je pouvais voir son cucki sursauter à chaque coup, comme s’il le ressentait lui-même. Elle se plaignait maintenant doucement. Ensuite, je l’ai prise par les côtés et je l’ai retournée pour pouvoir la baiser en levrette.

tel rose marie lou

J’ai dit à son petit garçon : “Viens voir comment un homme pénètre dans une jument. Viens, tu peux tenir ma ceinture et la mettre toi-même dans ta copine. Il est venu sagement et a bien regardé, mais il a eu du mal à prendre mon engin dans sa main. Je lui ai dit. “Alors, ma lanière est trop épaisse pour tes petites mains de patachon ? Alors prends-en deux ! Et vas-y, enfonce-la ! Nous attendons !” Et c’est ce qu’il a fait sagement.

Et se tournant vers son ami : “Tu n’y arriveras jamais ! Mais ne sois pas triste, je t’aime quand même. Nous sommes donc tous les deux assis nus sur le canapé, respirant avec force, et je demande à la salle : “Qui va donc nettoyer la queue et la chatte ?. Ce à quoi elle répond : “Schaahatz, tu aimes toujours faire ça avec moi et aujourd’hui tu peux en plus lécher une si belle grosse queue.

“Et oui, il s’est approché du canapé sur lequel nous étions assis et a immédiatement commencé à lui lécher la chatte. Il ne s’est pas contenté de lécher l’extérieur, il a aussi sucé et essayé d’aspirer tout mon jus hors d’elle. Quand il a eu fini, il l’a regardée par en dessous, accroupi devant elle comme un teckel. Comme il ne bougeait pas, elle a dit d’une voix sévère de professeur : “Tu n’as pas fini, chéri, tu vas aussi lui lécher la queue proprement.

Et fais bien attention à ne pas laisser de restes collés. Ne me fais pas honte !” Je l’ai prise dans mes bras et j’ai commencé à lui faire des avances et à faire jouer nos langues ensemble. Elle gémit à nouveau extatiquement dans ma bouche et il la léchait, la léchait.

A suivre…ou pas !

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

tel rose gratuit

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

2 Commentaires

Cliquez ici pour poster un commentaire

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou