Fétiche - BDSM Histoires taboues et histoires de sexe Inceste Prostitution Zoophilie

Histoires Taboues Léa et Léo des jumeaux libertins très chauds ! Chapitre 2

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoires Taboues

Le yacht familial lève l’ancre, Léo est à la barre et Léa bronze nue sur la plage avant du bateau. Il fait le tour de l’île et se met à couple d’un yacht bien plus gros que le leur. Un grand type bronzé amarre leur yacht au sien. Léa est réveillée par son frère.

– Vient ma belle ? Que je te présente à mes copains du port. Lui, c’est Jean, avec qui tu as déjà baisé. Un peu affolée d’être prise au dépourvu, elle enfile prestement une légère sortie de plage qui se trouve là.

Ils montent à bord du yacht, après avoir jeté l’ancre au cas où ? Ils descendent à l’intérieur du luxueux yacht et Jean les fait entrer dans le carré avec une grande tape sur le cul de Léa. Le carré est enfumé avec trois mecs qui regardent la télé en buvant du rhum.

– Regardez les gars, Léo nous a apporté de la viande à attendrir ! Proclame t-il en poussant Léa au milieu du carré.

– Chouchou ! Fait l’assistance.

– Je vous présente Léa, la sœur de Léo qui devient sa pute et elle suce et baise vraiment bien comme une pute, je peux vous le garantir !

Ils sont tous habillés, de chemisettes et de caleçons de bain. Ils se ressemblent assez tous les quatre, on dirait presque des frangins ou des cousins.

Un premier leur tend un verre de rhum.

– Tiens, si t’as soif ? Dit il à Léa. Elle le vide cul sec, un peu par provocation.

– Belle descente ? Lui clame un autre, qui lui ordonne.

– Dessape-toi !

Léa aime qu’on lui donne des ordres clairs, ça l’excite encore plus. Elle se dit : Que c’est bon d’être juste un objet, d’être traitée comme une chienne, la tentation et l’excitation sont plus fortes que la raison.

Elle leur fait alors un mini strip-tease, car elle n’a pas grand chose sur le dos. Ça la met dans une folle excitation, prenant bien son temps pour retirer sa robe sortie de bain et dévoiler son sexe épilé, ses beaux seins aux pointes déjà tendues, son fessier accueillant.

Léa voit son frère dans un coin du carré avec une minicaméra à la main, il filme sa première prestation. Jean reste debout à côté de Léo. Elle s’approche alors des trois autres gaillards qui sont sur la banquette et dans un fauteuil. Elle se met à genoux et commence à toucher avec admiration les bosses qui déforment leurs caleçons. Elle se sent un peu saoule déjà, en regardant son frère, elle a l’impression qu’elle va de tourner un film porno.

Cependant, les queues sont bien réelles. Elle les sort consciencieusement l’une après l’autre en les caressant, et en les reniflant. Elle a la salive qui monte dans sa bouche, devant les membres gonflés. Elle a soudain, une envie folle de les sucer à présent ?

Elle les goûte tous les trois en passant d’une bite à l’autre, pendant qu’ils l’encouragent sur sa condition à devenir une pouffiasse.

– Vas-y pompe nous bien salope ! Tu ne vas pas regretter le détour ?

– T’es une bonne chienne toi ? Hein, c’est ça ? Alors, on va te traiter comme une chienne ?

Ils se lèvent et l’entourent de leurs grosses queues bien raides, en l’obligeant à leur faire des gorges profondes, à lécher leurs grosses couilles. Ils empoignent son crâne avec leurs mains pour guider sa bouche, suivant leurs envies.

Léa est en chaleur, elle a envie qu’ils la pénètrent de partout, qu’ils la fassent jouir. Accroupit, elle se caresse le sexe, pendant qu’ils lui enfoncent leurs queues dans la bouche. Elle se met deux doigts dans la moule en astiquant son clito. Elle est déjà presque au bord de la jouissance. Elle commence à adorer, d’être une pute, d’être humiliée. Elle adore ça.

Jean lui montre une petite coupelle en verre posée au sol. – A quatre pattes ! Tiens, bois ça ? Elle obéit tout de suite et à quatre pattes, elle s’empresse de laper. C’est du rhum. Cependant, elle aspire avec ses lèvres pour la finir.

Quand elle relève la tête, ils se branlent tous les quatre autour de sa bouche, leurs queues sont impressionnantes, tendues à bloc, ils baisent la gorge et la giflent avec leurs queues mouillées de sa salive. Ils lui font aussi sucer leurs doigts, alors qu’elle est à genoux devant eux.

Les quatre sont à poil à présent, elle est encerclée de leurs bites qui abusent de sa bouche.

– Baisez la ! Défoncez lui la chatte et le cul !

Proclame Léo.

Elle reste en position de chienne, elle écarte bien ses cuisses pour offrir son fessier au maximum.

Une première queue s’enfonce dans son paradis. Elle s’en évanouit presque tellement c’est bon. Elle est tant mouillée, que la queue entre en une seule poussée. Léa sent son ventre se remplir d’une grosse barre chaude, vraiment bonne. Il la lime, la baise comme elle aime. Elle jouit déjà une première fois. Dans sa jouissance naissante, elle avale, sans vraiment s’en rendre compte, une autre belle grosse queue dans sa gorge. Son baiseur se déchaîne, en la tenant puissamment par les hanches, il lui défonce la moule pendant au moins un quart d’heure en la traitant de pouffiasse à Léo.

Léa jouit une deuxième fois et lui aussi. Il remplit sa chatte en braillant.

– Tiens la pute !

Les doigts incrustés dans les hanches de Léa. Il se vide au fond de son puits d’amour. De bonheur, elle aspire la queue dans sa bouche, jusqu’à en avoir son nez écrasé contre le pubis du propriétaire de la queue. Le premier baiseur retire sa queue de la moule de Léa et viens-lui la mettre dans sa bouche libre, pour qu’elle la nettoie bien.

Un autre s’agenouille derrière elle, enfonce sa queue dans sa moule engluée du sperme de son premier baiseur. Ensuite, il se retire et sa queue force la petite porte de ses reins. Bien aidé par le sperme du premier qui fait office de lubrifiant. Il rentre sans problème, dans les profondeurs de son rectum. Lui aussi à une grosse queue. Cependant, il s’enfonce jusqu’aux couilles qu’elle sent battre contre sa moule qui bave de sperme et de mouille. Il lui défonce les entrailles, son ventre est en feu, son sphincter n’est plus qu’un trou béant, qu’il lui démonte en la tirant par les épaules. Léa repart dans un orgasme incroyable, qui lui secoue tout le corps. Sous les coups de queue de son enculeur, elle fait le gros dos comme une chienne en rut.

Léa feule son orgasme anal. Son enculeur s’accroche à ses poignées d’amour, et se vide dans la profondeur de son boyau. La chaleur du sperme qui envahit son ventre entretient son orgasme. Lui aussi, quand il sort de ses entrailles, il vient se faire nettoyer sa queue dans la bouche de la Léa qui ne le refuse pas. Son frère, Léo filme toujours sa prestation de nouvelle pute.

Jean, la queue raide, s’allonge sur une serviette de bain posée à même le sol. Celui qui ne l’a pas baisé aussi, la pousse par les fesses pour qu’elle s’empale sur la queue de Jean. Lorsque Léa est bien emmanchée sur la queue de Jean, il vient la sodomiser. Ce qu’elle espérait de tout son être. Ils la prennent tous les deux alors en sandwich. Ils lui ramonent la moule et son trou de balle comme des libérés de prison. Elle a ses deux puits d’amour en surchauffe. Celui qui l’encule, la tire en arrière par les cheveux. Jean s’accroche à ses seins pour la retenir en place sur sa queue.

Leurs sueurs se mélangent, ainsi que la salive de Jean dans les deux bouches collées. Elle est aux anges, elle aime être le centre de leur plaisir. Elle sent un nouvel orgasme qui monte. Elle va jouir pour la énième fois d’une double pénétration. Cette pensée accentue la montée de l’orgasme. Son ventre explose, Léa a l’impression de pisser et de chier en même temps qu’elle jouit, pendant que son ventre se remplit de leur jouissance.

Ils continuent tous les quatre à la baiser par ses puits d’amour, durant des heures. Ils continuent à jouer avec son corps pendant qu’elle est un peu saoule de rhum et de jouissance. Elle est pénétrée de partout, ils n’en finissent plus de bander, de jouir, de bander à nouveau, de la remplir encore, elle a l’impression qu’ils sont dix. Elle n’entend plus qu’un brouhaha, comme désincarnée, inconsciente. Elle ne jouit presque plus, tellement qu’elle est gavée de sperme et de jouissance. Elle avale aussi des flots de sperme chaud, qu’elle boit comme du petit lait, pour se redonner des forces.

Cependant, elle adore les sentir se déverser en elle, de la gaver de sperme, aller et venir sans cesse dans ses puits d’amour. Elle croit même, qu’ils ont essayé de la sodomiser à deux en même temps, hors elle n’en est plus très sûre. Pourtant, elle est persuadée qu’ils sont bien plus que quatre à l’avoir baisés. Elle est presque sûre, qu’elle a bu la jouissance de son frère.

Quand Léa se réveille, c’est déjà le matin. Elle est nue sur la couchette de sa cabine. Elle fait un tour dans le yacht. Il est ancré seul dans une baie de l’île. Elle retrouve son frère qui dort nu dans sa cabine avec son beau sexe au repos posé sa cuisse.

Sam Botte

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

20€ offerts chez Octopus électricité

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou