Fétiche - BDSM Histoires taboues et histoires de sexe Inceste Prostitution Zoophilie

Histoires Taboues Léa et Léo des jumeaux libertins très chauds ! Chapitre 3

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoires Taboues

Léo est convié avec Léa à une soirée, sur le très grand yacht d’un émir. On lui a promis une très belle somme d’argent.

Au début, Léo et Léa ont l’impression de participer à une sorte de buffet campagnard bien arrosé. Assis dans des fauteuils et sur des canapés autour d’une table bien garnie, les conversations sont insipides. Ils ont vite conscience d’être le centre d’intérêt des convives, peu habitués à voir un frère et une sœur, dans ce genre de soirée. Mais rien ne se passe jusqu’au moment où Léa s’aperçoive, qu’à l’autre bout du carré, une fille commence à sucer un homme à la braguette ouverte. Puis une autre l’imite avec son Léo, soudain béat et passif.

Léa faillit l’engueuler avant de se rappeler pourquoi elle est là. Alors, que son voisin a entrepris de lui palper sa magnifique poitrine.
Elle cherche à l’aider en levant les bras quand l’autre entreprend de lui enlever son top. Une fois dépoitraillée, elle change d’état d’esprit. Il ne faut pas se le cacher, elle est venue là pour être baisé.

Ils en sont à présent au stade du déshabillage général et déjà des couples se forment un peu partout. Nue et grisée par l’alcool, Léa se fait lécher tout en surveillant son frère du coin de l’œil. Léo est déjà entré dans le vif du sujet puisqu’il possède une plantureuse maghrébine en levrette et la fait couiner d’une manière indécente.

Antoinette le regarde avec étonnement. Elle ne l’a jamais vu faire l’amour avec une autre femme quelle. Elle a maintenant chaud partout et invite son lécheur à la baiser. Puis un autre suit, et encore un autre. Dans le carré, on entend des gémissements, des clapotis avec des odeurs fortes d’hormones en fusion.

Placée au milieu d’un canapé, la jeune pute dévoile une bonne partie de son intimité. L’émir mate sa chatte humide comme un fou, les yeux complètement exorbités. Il a déjà eu des salopes sur son yacht, mais quand Léa a été contactée, il a promis qu’il y aurait du très beau spectacle.

L’émir s’approche de Léa, elle écarte un peu plus les cuisses. Le geste est totalement naturel pour elle. Léa a l’habitude de procéder ainsi aux terrasses des cafés. Elle adore plaire, elle adore allumer les mecs. Dans ce très grand carré, elle est à son aise. La situation l’émoustille complètement. L’émir s’assoit à côté d’elle et pose ses mains sur les cuisses de la putain. Ses doigts remontent progressivement jusqu’à sa moule inondée de sperme et bouillante.

L’émir en veut pour son argent. Il lui branle le clitoris et la moule et elle se lâche.
– MMMM ! C’est bon ! Encore !
L’émir alterne ses mouvements. Il est désormais en mesure de pouvoir fister la jeune pute. Sa chatte hyper trempée déborde d’un jus épais qui vient s’étaler sur le canapé en cuir.
– Oui ! Oui ! Bourrez-moi la chatte ?
Il accélère la cadence pendant que la cyprine se fait encore plus abondante. Léa écarte encore un peu plus les cuisses. Entièrement offerte, elle pose ses pieds sur le bord du canapé en écartant ses genoux au maximum.

Maintenant que la chatte de la jeune pute est plus que bien lubrifiée. L’émir entreprend d’y fourrer le poing à un rythme régulier. Le jus de la pute gicle avec violence, vient arroser le visage d’un spectateur, d’une cyprine épaisse, que rien ne semble pouvoir tarir. Attentif au plaisir de la jeune pute en train de jouir, l’émir accélère le tempo. La mouille explose, le voyeur assit devant ce fait arroser copieusement.

Habib, le frère de l’émir, vient s’asseoir auprès de Léa. Il masse à son tour la moule de la jeune putain. Il y glisse d’abord trois doigts, imprime un rapide va-et-vient avant d’y insérer son poing. Pour Léa, la vague de bonheur reprend. Elle se sent comme électrisée. Son jus se fait à nouveau conséquent en un ruisseau intarissable.

Habib augmente le rythme dans une cadence intense. La chatte de Léa est désormais en mode gros débit. Il y a du jus de pute partout. Sur ses pieds, sur le canapé, sur le sol, sur le visage du voyeur. La jeune pute ne gémit plus, elle crie toute sa jouissance. Elle pose ses mains sur l’entrejambe de ses manipulateurs. Leurs bites sont dures, prêtes à être utilisées. Pourtant, même si elle a une furieuse envie de les pomper. Cependant, elle sait que ce n’est pas la pute qui mène le jeu. Pourtant, elle s’autorise à les masser à travers le tissu de leurs pantalons

L’émir ordonne à son frère de conduire Léa dans une cabine. Elle se lève et se dirige avec Habib vers la cabine en chaloupant du cul. Léo n’a rien manqué du spectacle.
L’émir quitte le carré et se dirige vers la cabine avec son jeune fils. Léa, la jeune pute, les attend. Elle est accroupie, la bouche grande ouverte, prête à servir, prête à être ramonée violemment.

Les deux Arabes se regardent, puis sortent leurs queues. L’émir et Habib sont bien montés, avec une mention particulière pour le plus jeune. Léa commence par les branler, afin de leur faire prendre encore un peu plus de consistance. Les glands pointent fièrement. Le fils de l’émir en retrait observe.
Léa décide de goûter d’abord la bite de l’émir. Elle s’attarde sur le méat, revient sur le gland. Sa langue experte suit le parcours des veines jusqu’aux couilles qu’elle ne manque pas de soupeser, puis de lécher. Elle remonte le long de la hampe ferme avant de gober entièrement le membre.
– Quelle chienne ?

La jeune putain relâche la bite et crache un grand filet de salive. Elle reprend un peu de souffle avant de s’attaquer à la queue d’Habib. L’homme choisit de ne pas lui laisser de répit et s’enfonce dans sa gorge d’une seule poussée. Léa bave encore plus. Sa salive abondante coule sur ses seins. Alors, que le sol s’inonde progressivement d’une cyprine épaisse et intarissable.

La jeune pute suce avec vigueur, passant d’une bite à l’autre sans discontinuer. Elle adore ça, se mettre des queues au fond de la gorge et les recracher en bavant le plus possible. C’est une discipline dans laquelle elle excelle. Elle gobe les deux queues en alternance. Sa salive, qui a totalement imprégné le sillon entre ses seins, descend sur son pubis et va se mélanger avec son jus de moule.

Ce que Léa ignore, ce que l’émir lui a réservé, c’est qu’elle est filmée. Avec la complicité de Léo, il y a quatre caméras d’installées. Les invités sur le yacht peuvent donc suivre sur l’écran de leur téléphone portable, ce qu’il se passe en direct dans la cabine. Ils peuvent voir que la jeune pute de Léo, s’étouffer avec les deux queues et qu’elle lâche d’impressionnantes quantités de salive. Elle aspire les deux queues avec une force peu commune et toujours renouvelée. Les invités constatent, sur leur écran, que Léa balade ses doigts sur les fesses d’Habib. Ils imaginent ce qu’elle a en tête.

L’index droit de la jeune pute longe la raie de l’homme. Il se cabre l’espace d’un instant et ensuite, se laisse faire. Par des gestes lents, qui contrastent avec la cadence qu’elle s’impose pour pomper ces deux belles bites. Elle parvient à insérer son index dans l’anus d’Habib. Le but est de lui masser la prostate. Habib se décontracte et sa queue prend même plus de la vigueur. Léa veut d’abord goûter à leur semence. Habib est le premier à se répandre au fond de la gorge de la jeune pute. C’est un sperme chaud et gras, qu’elle avale en bonne pute. Puis c’est au tour de L’émir de décharger. Son foutre est très conséquent. La jeune pute manque de suffoquer sous la puissance de ses jets dévastateurs.

Toujours accroupie, elle se remet de ce qu’elle vient d’accomplir. Elle reprend son souffle après avoir consciencieusement nettoyé les deux queues. Pour autant, la jeune pute n’est pas rassasiée. Elle se relève et elle pose ses deux mains sur le lit de la cabine. Les jambes bien droites, elle offre ses fesses, elle attend d’être prise par derrière.
Elle tend son cul vers les deux bites turgescentes.

L’anus de la jeune pute est entrouvert. Il serait facile d’y entrer le poing. L’émir crache sur ses doigts et en enfonce trois doigts, sous le regard exorbité de son fils. Ensuite, il y enfonce rapidement, la main en entier. L’insertion est facile.
– Tu vois mon fils ce que l’on peut tout faire avec une pute ? Proclame l’émir en faisant coulisser son poignet dans le cul de la jeune pute qu’est Léa. Elle surenchérit en une supplique.
– Je suis votre putain ? Baisez-moi ?
L’émir s’agrippe aux hanches de Léa, ses doigts se crochètent sa chair. Sa queue rentre avec une aisance incroyable dans le cul de Léa. Il commence à la pilonner avec une intense régularité.
– RRORRO ! OOUUIII ! Je suis votre pute ? Baisez moi !

Dans le carré, les invités se sont interrompus pour ne rien manquer du magnifique spectacle. Pendant qu’elle branle Habib, elle se fait profondément enculer par l’émir. L’émir sait y faire. Tandis qu’il ramone le rectum de la jeune pute, il entreprend de pincer ses tétons tendus.
– Allez-y ? Enculez-moi plus fort ?

L’émir ne se fait pas prier, il augmente la cadence. Il s’accroche un peu plus à ses hanches. Il pilonne cet anus chèrement payé. La jeune pute râle fort son plaisir, son bonheur d’être possédée par cette bite arabe. Son jus se répand le long de ses cuisses. À côté, Habib en veut plus. Il dirige la tête de la jeune pute, pour qu’elle vienne à nouveau lui pomper la bite. Léa le suce à nouveau avec voracité, enfournant la queue jusqu’à la garde, sans manquer de cracher son trop-plein de salive sur les couilles d’Habib.

L’émir et son frère n’hésitent pas à s’échanger leurs places. Léa ouvre encore plus grand la bouche tellement la queue de l’émir est devenue énorme. Il lui baise la bouche sans autre forme de procès. La jeune pute bave encore plus. Elle manque à plusieurs reprises de vomir. Dans son dos, bien agrippé à ses hanches, Habib ravage son rectum. La cadence est s’y infernale, qu’il en profite pour doigter sa chatte en même temps. La position n’est pas la plus aisée, cependant la main d’Habib trouve très vite sa destination. La moule de la jeune putain est plus qu’inondé. Sur le sol de la cabine, elle est en train de laisser entre ses jambes, une grosse flaque de cyprine.

Les deux hommes y mettent du cœur à la baiser. Ils se relaient de façon régulière tout en essayant d’impulser le même tempo.
Pour Léa, la jeune pute, ce n’est pas assez. Son cul est tellement dilaté, qu’elle sait que deux bites peuvent y passer. Elle interrompt ses deux baiseurs, invite Habib à se coucher sur le sol. D’un geste habitué, elle s’encule sur sa queue. Ensuite, l’émir vient se positionner, pour enfoncer à son tour, sa queue dans le fondement de la jeune putain. Les deux queues coulissent sans effort, arrachant à Léa des cris de plaisir, de jouissance.

Sur un signe de tête de l’émir, son fils sort sa queue pour l’amener vers la bouche de la jeune pute.
Empalée par la bouche et doublement par le cul, Léa baigne dans le bonheur. Son jus de pute heureuse se développe encore un peu plus. Entre deux gorges profondes particulièrement intenses, elle parvient à clamer :
– Plus fort ? RRROUUIIII !

Les trois hommes accélèrent encore la cadence. La jeune pute est en train de répandre son jus partout.
– Défoncez-moi encore ? RRROOOH ! OUOUIIII !
La pipe baveuse que le fils de l’émir lui impose est dévastatrice. Il y crache au fond de la gorge, un foutre épais, comme s’il n’avait pas joui depuis plusieurs jours.
– C’est une bonne pute, père ?
Il laisse la jeune pute avaler son sperme en tétant sa queue jusqu’à ce qu’elle soit molle. Ensuite, le fils remballe son engin. Pendant ce temps, L’émir et son frère n’ont pas ralenti l’allure. Avec une force toujours renouvelée, ils pilonnent toujours le boyau de la jeune putain.

La jeune pute est secouée par la jouissance. Sa moule, attisée par un plaisir extrême, libère un conséquent jus de femme. Habib en profite pour se retirer et à son tour, inonder à grands jets la gorge de Léa. En bonne putain, elle avale le tout, alors qu’elle est fauchée par l’orgasme. Peu après, c’est au tour de l’émir de vider son sperme dans les entrailles de la jeune pute. Une dose énorme, qu’elle prend soin de garder au fond de son ventre jusqu’aux toilettes. Sans attendre, les deux hommes se rhabillent et quittent la cabine, et gagnent le carré.

Sur ce, Léa n’a plus quitté la cabine, car des invités excités par le spectacle offert sont venus uer de son corps de jeune pute.

Beaucoup plus tard, Léa ne sait pas exactement dire avec combien d’hommes, elle a eu des relations sexuelles diverses et variées. Elle indique seulement à son frère avoir eu plusieurs orgasmes, en particulier avec un Arabe beau comme un Dieu. Une véritable révélation pour elle, qui croit encore à l’amour.

Sam Botte

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

20€ offerts chez Octopus électricité

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou