Fétiche - BDSM Histoires taboues et histoires de sexe Inceste Prostitution Zoophilie

Histoires Taboues Léa et Léo des jumeaux libertins très chauds ! Chapitre 5

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoires Taboues

Léa tarabuste son frère pour avoir une meilleure participation aux bénéfices de sa prostitution. Elle a un besoin d’argent rapidement. Le lendemain, il lui donne une adresse et lui certifie que tout l’argent de sa prestation sera pour elle. Le surlendemain, Léa se rend à l’adresse indiquée.

En arrivant sur le palier, Léa voit la porte s’entrouvrir et un homme lui fait signe d’entrer. Trois hommes sont dans le couloir et trois autres dans la pièce juste en face. Dans l’entrée, un des hommes sort déjà sa queue de son pantalon. Il bande déjà et lui dit:
– Allez ! vient me sucer la belle.
Pendant ce temps, un autre derrière elle, il relève sa jupe sur ses reins
– C’est bien une pute ! Elle n’a pas mis de culotte pour être facile à baiser ? Ensuite, il lui enlève rapidement sa courte jupe et son chemisier en dentelle transparent qui ne dissimule pas la liberté de ses seins.

Les commentaires fusent.
– Oh la belle pute !
– HUMM ? Une bonne salope, on va se régaler les mecs ?
– Oh la putain ! ses seins avec son petit cul ! moi ça me fait déjà bander.
– Une bonne femelle à baiser !
Le type la penche en avant sur sa queue et elle commence à le sucer.

tel rose pas cher

Le troisième commence à me fouiller la chatte avec ses doigts. Le type qu’elle suce recule doucement en l’entraînant vers la pièce d’en face
– Marche en suçant ma queue ?
En arrivant dans le grand salon, les trois autres sont en train de se déshabiller et un dit :
Écarte tes cuisses putain ? Je vais la fourrer moi, ta moule.
Il est maintenant derrière Léa et a déjà enfilé une capote. Sans attendre, il la prend d’un coup sec. Celui qu’elle suce se retire, laissant sa bouche libre, pour une autre bite qui vient tout de suite la remplir. Les insultes pleuvent
– T’es qu’une bouffeuse de bites.
– C’est une jeune pute ?
– Une chienne qui vient se faire saillir !
Ils sont à présent tous nus et Léa a deux belles queues dans les mains, une en bouche et une qui la baise à grand coup de rein. Les deux autres mettent leurs capotes et viennent la baiser à tour de rôle. Ceux qu’elle branle veulent aussi se faire sucer et la baiser. Ils sont très excités, cependant, elle commence à fatiguer un peu penchée en avant comme ça.

Un homme lui dit.
– Allez ? La pute assieds-toi là dans le canapé et écarte les cuisses ? On va te baiser à tour de rôle ? Et ! Dis-nous que t’est une bonne pute ? Allez dis le ?
– Oui, je suis une bonne pute !
Léa s’installe sur le canapé, les cuisses écartées. Deux hommes viennent la tenir par les chevilles en les relevant et en lui écartant encore plus les cuisses. Elle a la moule grande ouverte devant eux. Ils la regardent tous en se branlant devant Léa qui commence à vouloir se caresser aussi.


– Tu es venue pour prendre de la bite, allez dis-nous que tu en veux de la bite ?
– Oui ! J’ai envie de vos bites ! Alors, baisez moi tous !
– T’inquiètes pas ? On va te baiser, à la chaîne. – Allez ! Moi, je commence.
Clame un des hommes en la pénétrant le premier. Il lui laboure la moule, comme un forcené, environ cinq minutes, puis se retire et dit :
– Elle est bonne cette jeune pouffiasse ! au suivant !

Un autre prend sa place immédiatement, ensuite, un autre et encore un autre. Léa mouille de plus en plus et elle jouit plusieurs fois de suite en râlant.
– Elle est bien trempée cette pute ?
– Tu jouis salope ?
– OUUIIIII !
– T’en veux encore la pute ?
– Oh ! OUUIII ! Encore ?
Une fois que les six hommes sont passés dans sa grotte d’amour, le locataire lui dit :
– Allez ! Met toi à quatre pattes sur le tapis, que l’on voit ton cul bien tendu ? Écarte le ton petit cul de chienne, écarte le bien, on va te le bourrer ?
Léa s’exécute, elle se met en levrette sur le tapis, les épaules sur un cousin. A peine installée, elle sent déjà une première queue à l’entrée de son anus. Un homme s’est accroupi derrière elle. Il enfonce doucement sa queue, dans son anus pour ensuite, la sodomiser tranquillement, puis de plus en vite. Il commence à râler et brusquement, il s’accroche à ses hanches. Il envoie tout son sperme dans ses entrailles.
– AAARRR ! C’est qu’une bonne enculée.

Sitôt sortit, un autre prend la place et il ne résiste pas longtemps non plus et gicle dans son boyau.
– Trop bon son petit pétard à cette pute ! Elle m’a fait cracher.
Un troisième le remplace aussitôt, sa queue est grosse et elle la sent bien passer. Il s’enfonce en profondeur dans ses entrailles. Elle sent ses couilles battre sur les lèvres de sa moule. Il l’encule cinq bonnes minutes et il finit par jouir collé à ses fesses.

Cela fait déjà une heure qu’elle est arrivée et elle voit trois des hommes qui se rhabillent. Ce sont ceux qui doivent certainement rentrer chez leur femme. Ils lui disent:
– La prochaine fois, on aura plus de temps pour te défoncer, belle pute.
Et en plus ? Ils m’embrassent tous les trois avant de partir.

Son hôte sert du champagne et des petits fours. Il décide de faire une pause. Léa en profite pour aller faire vider son boyau aux toilettes, essuyer le sperme qui a coulé sur ses cuisses. En revenant, Jean, Henri et Patrice se présentent et lui disent :

– Alors ! Tu veux continuer avec nous ?

– Oui ! j’aime bien, et vous êtes des bons baiseurs.
– On le lui avait demandé, on ne raconte jamais d’histoires, nous.
– Et avec moi, ça vous plaît ?
– Ouais t’est super bonne, nous on aime les jeunes, comme toi. Elles sont souvent de très bonnes salopes

Léa pose la question qui l’inquiète.

tel rose marie lou

– Pourquoi ? Vous ne mettez pas toujours une capote pour me baiser ? – Nous sommes tous mariés, donc avec nous pas de contamination. Par contre, certain on peur des MST que peut véhiculer une pute. Alors ? Tu te fais souvent baiser comme ça ? – Oh ? Oui ! Je connais pas mal d’hommes et nous avons pas mal de propositions.
– Et toujours en groupes ?
– Oui, très souvent et j’aime bien ça.
– Tu es vraiment qu’une bonne pute, qui ne pense qu’à se faire bourrer et d’ailleurs, on n’a pas fini de te baiser !
– Je suis là, pour ça ?

Son hôte approche une chaise de bureau roulante.
– Met toi à genoux sur la chaise et tiens-toi aux accoudoirs ?
Et à nouveau, ils la pelotent tous les trois et claquent son fessier ainsi offert. Henri enfile vite une capote et la prend violemment dans sa grotte. Ce qui fait balancer lourdement ses beaux seins. Jean est devant Léa, il tient la chaise en lui faisant sucer sa queue.
– Allez ? Riton défonces là bien cette jeune pute.
– Ouais ! Elle est excitante avec son petit cul, qu’elle m’offre comme ça !
– HMMM ! Je crois que vous l’aimez mon cul.
– Bien sûr salope, il est trop bon ton fion.
– Moi aussi, je vais le défoncer ton cul ! Proclame Patrice.

Jean fait tourner la chaise et l’offre à Patrice, qui la sodomise en lui claquant les fesses. Ensuite, la chaise tourne encore et c’est Jean qui la prend par son cul comme un sauvage. Au bout d’un moment, Henri clame :
– On va la fourrer en double maintenant ?
– Bonne idée ça !
Il s’allonge sur le tapis, avec sa queue dressée et tend une main en signe d’invitation.

Elle s’avance au-dessus de Riton et elle vient s’empaler avec sa moule baveuse. Elle se penche en avant. Ses seins touchent le visage de Riton. Il les tète comme un nourrisson. Avec ses deux mains passées derrière elle, il lui écarte ses fesses. Pat est maintenant entre leurs cuisses. D’une main, il la cambre en s’appuyant sur ses reins et de l’autre, il enfonce sa queue dans son anus encore ouvert. Et la voilà prise en sandwich.
– HOOOM ! OH ! OUIII ! C’est bon comme ça !
– Tais-toi et suce ? Proclame Jean en lui fourrant sa bite dans la bouche.

Léa est prise par ses trois puits d’amour, sa moule en coule de plaisir.
Au bout d’un moment, Jean va s’asseoir dans le canapé et lance :
– Allez on change ? Viens t’enculer sur ma queue ma jeune pute ?
Sa grosse bite est bien tendue, les deux autres se libèrent de trous. Léa vient s’asseoir sur sa queue au dessus de ses cuisses. Elle a le dos qui repose sur le torse de Jean. Elle plie ses jambes en posant ses genoux sur le canapé et écartant en grand ses cuisses.

Elle monte et descend son cul sur la queue qui l’encule. Ses seins lourds dansent sous les coups de sa queue. Henri, très excité par la scène, grimpe sur le canapé, vient se mettre au-dessus de son visage. Il met sa queue en bouche ouverte.
– Pompe moi à fond salope, aspire bien ma bite !

Pat vient entre ses cuisses grandes ouvertes et lui prend sa moule toute béante.

Imaginez le tableau :

tel rose gratuit

Jean, assit au fond du canapé avec Léa assise sur sa queue avec ses jambes de chaque côté des siennes. Il a passé ses bras de chaque côté du torse de la pute, et lui empoigne les seins, qu’il fait bouger au rythme de la sodomie.

Henri, debout sur le canapé, les jambes de chaque côté du couple. Il donne des coups de cul, pour mieux baiser la bouche de celle qui suce sa queue.

Patrice, avec ses genoux posés de chaque côté de ceux de Léa. La tête en appuie sur les reins d’Henri. Il donne des coups de reins pour baiser la jeune pute.

Prise ainsi, la Léa jouit de nouveau plusieurs fois de suite et sa moule en bave encore de plaisir. Henri n’en peut plus, il enfonce sa queue de la gorge de la pute et lui envoie son jus bien au fond.
– Tiens salope, prends ça sur ta gueule ! RARARRA !
Pat jouit à son tour bien au fond du puits d’amour de la pute. Il vient lui aussi devant la bouche de Léa pour qu’elle finisse la dernière goutte et lui nettoie la queue.

Jean qui est encore dans son cul, d’une dernière poussée, il retapisse les entrailles de la pute avec son jus. Il la garde un bon moment sur lui avec sa queue dans son boyau. Lorsqu’il a bien débandé, il pousse la Léa sur le côté et elle s’affale dans le canapé.
– Tu m’as pissé sur les couilles, alors tu vas me les laver avec ta langue et ta bouche ?
Après quelques minutes à lui gober ses couilles et à nettoyer sa queue, il se relève.

Il est tard maintenant et ils sont tous bien fatigués.
Une dernière coupe de Champagne, elle passe rapidement sur le bidet de la salle de bain. Ensuite, elle se rhabille.
– Tu es vraiment bonne toi, tu nous plais bien, il faudra revenir nous voir bientôt. C’est ton Léo qui va être content, quand il apprendra ça ? On peut se vanter d’avoir fait jouir une jeune pute. Tiens ! Ton enveloppe. Léo m’a demandé de te l’a donnée. On en a rajouté un peu

Henri, Patrice et Jean l’embrassent à pleine bouche.
– Bon retour ma belle pute et à très bientôt.
Léa rentre chez elle un peu courbaturée, mais heureuse d’avoir toute l’enveloppe pour elle. Après une bonne douche et elle se couche et s’endort très vite.
Ils sont sympas ces mecs et ce sont des bons baiseurs. Léa pense qu’elle va certainement les revoir.

Sam Botte

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

telrose première fois

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou