Samedi

Je leur ai fait signe de partir, car le SUV, surchargé de bagages et la famille aimante, est parti pour l’aéroport. Hector s’assit consciencieusement à côté de moi, regardant un peu triste, alors qu’il voyait son Maître et sa Maîtresse disparaître dans la rue.

« Ne t’inquiète pas », lui chuchotais-je à l’oreille, « J’ai des gâteries spéciales pour toi pendant leur absence. »

J’ai laissé Hector s’installer dans la cuisine, tandis que je me déshabillais totalement nue, car je voulais qu’il soit attiré par mon corps et mon odeur. Assise à côté de lui sur le sol à côté de son panier, j’ai caressé sa tête et son corps, travaillant mes mains gourmandes vers son ventre. Touchant doucement son fourreau, sa bite rouge a commencé à grandir, et grandir, et grandir, et grandir, et grandir. « Quelle était la taille de ce truc ? » J’ai pensé, comme sa bite a commencé à se contracter, pendant je l’ai travaillé doucement, son liquide aqueux de présperme couvrant ma main.

S’il y avait des doutes dans mon cerveau, il n’y en avait certainement aucun dans mon corps, car je me sentais de plus en plus mouillée, plus ma main massait cette queue de chien céleste. Hector a dû sentir mon excitation, car il a commencé à lécher mon visage et mes mamelons. Sa langue merveilleusement rugueuse lavait mes mamelons durs et rendait ma chatte douloureuse encore plus humide.Jai découvert la zoophilie avec un grand Danois qui ma comblée 2 - J'ai découvert la zoophilie avec un grand Danois qui m'a comblée Partie 2

J’ai lâché à contrecœur sa bite, et je me suis éloignée lentement sur mes mains et mes genoux, agitant mon cul de façon invitante vers lui. Il était sur ses pieds en un éclair, et je me suis arrêté, lui permettant d’enterrer son museau profondément dans mon cul et ma chatte. J’ai ouvert mes jambes plus loin, comme sa longue langue râpée sur toute la longueur de ma chatte, ce qui m’a fait gémir bruyamment, alors que les tremblements d’un orgasme en attente grandissaient en moi.

Le soudain gémissement de plaisir poussa Hector à s’arrêter et à lever la tête, ne sachant pas s’il avait fait quelque chose de mal. Posant ma tête sur mes avant-bras croisés, soulevant mon cul nu plus haut dans les airs, je lui murmurai des mots d’encouragement, et il recommença à me lécher avec empressement, appréciant clairement ce qu’il goûtait.

« Je suppose que je ne saurai jamais quel type de beurre d’arachide il préfère », me suis-je dit en riant, mais le léchage s’est soudainement arrêté et un sentiment de vide et de frustration m’a submergé. Ma frustration n’a pas duré longtemps, cependant, car Hector a décidé de faire ce qui est venu naturellement et de monter sa chienne. Eh bien pas tant que ça, comme il n’avait pas vraiment besoin de se lever autant, il a juste fait trois pas en avant et puis le grand chien s’est tenu au-dessus de mon corps accroupi avec sa queue qui fuyait de liquide et a commencé à me frapper les fesses.

« C’était le moment de vérité…. est-ce que je veux vraiment faire ça ? » Je me suis demandé, et la réponse est revenue dans mon cerveau en une milliseconde, trop bien sûr que oui !

Je pouvais sentir Hector me poignarder avec sa bite, laissant des traces à travers mon cul, et j’ai attrapé sa bite, qui semblait encore plus épaisse, et j’ai guidé son phallus glorieux dans ma chatte, qui était bien lubrifiée par mon désir intense.

« OH………. MON……… Putain………… ! » J’ai crié à pleins poumons, alors qu’il ramenait sa bite à la maison, l’enterrant en moi jusqu’au nœud, d’une seule poussée puissante, me remplissant comme si je n’avais pas été remplie depuis plus de vingt ans.

Reposant ma tête sur le sol frais et carrelé de ma cuisine, je me suis braqué avec mes bras, alors qu’Hector se rendait au fond de ma chatte, claquant sa bite dans et hors de moi, comme s’il n’y avait pas de lendemain. Je n’avais même pas besoin de toucher mon clitoris, car le premier orgasme m’a traversé comme une inondation éclair, mais Hector n’a jamais cassé la foulée. Il avait une nouvelle chienne en dessous de lui, et il allait l’utiliser au maximum.

Je sentais son nœud de la taille d’une balle de baseball frapper sur mes lèvres de chatte. C’était soit trop grand pour y entrer, soit je n’étais pas assez détendue, mais Hector avait besoin de me semer, alors il l’a fait. Ses jets chauds de sperme ont jailli profondément à l’intérieur de ma chatte comme un tuyau d’incendie relié au robinet d’eau chaude.

Il s’est retiré presque aussitôt qu’il a eu du sperme, et puisqu’il n’était pas enfermé en moi, une rivière de sa graine mélangée à mon jus s’est déversée sur le sol, me laissant si vide à l’intérieur, mais si incroyablement satisfaite en même temps.

Hector est retourné à son panier et a commencé à se lécher, alors que je continuais à m’accroupir dans la même position, essayant de reprendre mon souffle, en me souriant que ce serait une très bonne semaine.

Dimanche

Quand je descendais les escaliers, nue, Hector semblait très heureux de me voir et il ne pouvait pas savoir à quel point j’étais heureuse de le voir. J’ai veillé à ce qu’il soit nourri, car après sa performance exceptionnelle d’hier, j’avais hâte de le laisser me nouer aujourd’hui. Rien que d’y penser m’avait fait mouiller toute la nuit, et j’avais même envisagé de me faufiler en bas et de le réveiller.

En reprenant la position une fois de plus, je me suis présentée et j’ai attendu qu’Hector s’en aperçoive, ce qui n’a pas pris autant de temps. La sensation délicieuse de son nez froid dans mon cul, et sa longue langue rugueuse qui clapote ma chatte, m’a vite fait gémir et mon jus coule.

Puis il m’a monté, mon corps picotant de la sensation déjà familière de son doux frottement de fourrure de ventre sur mon dos, et sa bite lancinante a trouvé ce qu’il cherchait, et a conduit à la maison de nouveau sur la première poussée. Le sentiment de plénitude, et de raviver ce profond désir tabou, était aussi merveilleux qu’hier, car il a claqué fort et vite, bien que peut-être un peu plus mesuré que le jour précédent.

J’ai senti son nœud frapper contre ma chatte, exigeant l’entrée, alors j’ai pris une grande respiration et je me suis détendue autant que j’ai pu. Puis c’est arrivé. Ce flash intense de douleur qui a traversé mon corps comme un éclair, alors que le nœud a d’abord roulé en moi, suivi d’une chaude vague de béatitude, alors que ma chatte se serrait autour de lui. Je n’arrivais pas à croire à quel point il était profond en moi, car j’avais l’impression que sa bite allait traverser le haut de ma tête.

J’ai senti son nœud commencer à battre et à palpiter à l’intérieur, alors qu’il gonflait encore plus fort, l’enfermant dans sa nouvelle et très volontaire chienne. Quand il a commencé à pomper sa graine profondément dans mon utérus, une série d’orgasmes consécutifs s’est écrasée à travers moi, car j’étais littéralement empalée sur sa queue qui giclait.

Une douleur aiguë soudaine m’a rappelé que j’aurais dû être soutenue en dessous de moi, car j’ai failli m’effondrer sous son poids, mes jambes comme du caoutchouc, ce qui a presque fait que le nœud massif m’a arraché les entrailles, alors que je m’affaissais au sol dans un tas déchiré par l’orgasme. Finalement, son nœud s’est suffisamment affaissé pour glisser sans douleur hors de ma chatte battue, et comme il a tiré loin cette fois, il a tiré sa graine si profondément en moi, que presque rien ne s’est renversé hors de moi, contrairement à la dernière fois.

Ils disent que le dimanche devrait être un jour de repos, mais pas pour Hector et moi, car il m’a emmenée jouir plusieurs fois au cours de la journée. Dès que je sentais qu’il était prêt, je me mettais à quatre pattes et j’attendais pour monter au paradis des chiens.

La suite demain ! 

tel rose sans attente
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

©2018 XFR - Histoires taboues et téléphone rose - Mentions Légales  - (DMCA) Remove content - CGU - Cookies et confidentialité

 
hébergement de qualité
Thanks!

NOUVELLES FILLES ! 

5 nouvelles amatrices coquines ont rejoint le service depuis la rentrée ! Anne-Lise la méditerranéenne, Lara l'italienne, Camélia la vicieuse, Adèle la cougar, et Alexandra la rouquine ! 

Envie d'un dial chaud en direct sans attenteT'es chaud et tu as envie de jouir avec une femme au téléphone rapidement?

Appelle notre service maintenant et discute avec des amatrices coquines et libertines qui sont chez elles. Plus de 25 filles t'attendent 24h/24h et 7j/7j pour te donner du plaisir avec leur voix sensuelle et sexy. Elles feront tout pour te faire jouir !

Clique sur le numéro pour appeler directement.

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account