Histoires taboues et histoires de sexe Zoophilie

J’ai découvert le sexe avec un énorme chien et il me remplie à fond Chap 1

J'ai essayé la zoophilie et j'ai beaucoup aimé

Je travaille dans une grande banque du département de comptabilité et nous avons eu une nouvelle employée qui avait l’air très nerveuse, alors j’ai essayé de me lier d’amitié avec elle et de l’aider à s’adapter et à s’intégrer à tous. Je l’ai emmenée faire un tour et je l’ai présentée à tous mes amis au travail et je lui ai demandé de se joindre à nous au déjeuner pour écouter les ragots et les nouvelles de tout le monde. Elle avait l’air gentille et venait d’emménager dans notre ville, mais elle était un peu vague quant à la raison pour laquelle elle avait quitté la maison en disant simplement qu’elle devait quitter ses parents pour des raisons personnelles et que c’était le seul emploi suffisamment rémunéré pour qu’elle puisse se débrouiller toute seule qu’elle trouvait. Alors qu’elle déjeunait un après-midi, elle avait l’air perdue dans ses pensées et triste, alors je lui ai demandé ce qui n’allait pas.

Elle m’a dit, oh, je veux rentrer à la maison ce week-end pour l’anniversaire de mon père, mais je n’ai pas les moyens de payer un chenil pour mon chien et je ne peux pas me permettre de l’emmener avec moi donc je ne peux pas y aller. Je déteste rater son anniversaire. Je n’en ai jamais raté un avant !

« Je peux le garder jusqu’à ton retour, pourquoi tu ne nous as pas demandé ? » Je lui ai demandé.

« Je déteste vous déranger, je veux dire qu’on vient juste de se rencontrer et je vous demanderais déjà des choses. »

« C’est des conneries, Mary, c’est à ça que servent les amis. » J’ai écrit mon numéro de téléphone et mon adresse sur une serviette de table et je lui ai donné et lui ai dit ici, « amène ton chien quand tu seras prête à partir. Ça ne me dérange pas du tout, et ce serait bien d’avoir un compagnon dans ma petite demeure solitaire. »

« Tu es sûre que tu peux avoir des animaux dans ton appartement, je ne voudrais pas te causer d’ennuis. »

« Pas de problème du tout. C’est bon tant qu’ils sont en visite sinon je dois payer un supplément pour avoir le mien. Amène-le, rentrez chez toi et amuse-toi bien. Dis bonjour à ta famille ! »

Elle s’est immédiatement redressée comme si un poids lourd avait été soulevé de ses épaules et comme elle souriait largement, elle a dit : « Tu ne sais vraiment pas à quel point tu m’as rendue heureuse Béatrice, je te dois beaucoup. C’est bien d’avoir une amie comme toi. Je vais appeler papa tout de suite et lui dire que j’arrive, ohhhh je suis si excitée ! »

Elle était bouillonnante de bonheur et ça me faisait du bien de savoir que je l’avais aidée. Si j’avais su alors ce que j’allais vivre, j’aurais peut-être eu des doutes quant à cette expérience. Mais maintenant, après avoir eu le plaisir de l’avoir comme invité, j’aurais eu hâte de m’occuper de ses besoins. Je serais ravie de le garder pendant un certain temps.

Maintenant, je vais raconter comment je suis tombée dans les profondeurs dépravées de la bestialité et j’ai aimé chaque seconde de mon propre avilissement et pourquoi je suis maintenant dépendante de ces sentiments et émotions nouvelles ; quand j’ai dit à mon amie Mary que je garderais son chien pour le week-end pendant qu’elle rentrait à la maison en avion pour visiter ses parents je ne savais pas dans quoi je me fourrais. J’essayais d’être amicale avec une nouvelle collègue et de la mettre à l’aise. Mais quand elle a amené son chien à mon appartement, j’ai ouvert la porte et je suis sorti pour me retrouver immédiatement face à un énorme chien alors que ses pattes géantes appuyaient sur mes épaules. Son poids m’a fait tomber contre le cadre de la porte pour me soutenir et j’ai failli me pisser dessus.

Mary me l’arrachait en le réprimandant : « Descends, descends d’elle ! Il est parfois trop amical et sa taille peut être un problème, mais c’est vraiment un gentil géant ! »

« Je n’avais pas réalisé que tu possédais un cheval Mary, qu’est-ce qu’il est de toute façon ? »

« Un Mastiff anglais, répondit-elle. Je lui ai aussi apporté à manger. Si tu l’emmènes à l’intérieur, je le sortirai de la voiture », me dit-elle en me tenant sa laisse.

J’ai laissé la porte ouverte, j’ai pris la bête dans mon appartement et je lui ai jeté un bon coup d’œil. Dieu qu’il était grand, tout en lui est énorme, je pensais. Et mes yeux sont tombés sur son fourreau de bite et c’était même énorme comparé à des chiens normaux. Sa bouche était assez grande pour que je puisse y mettre la tête. Il était rayé verticalement avec des rayures noires et grises sur un fond brunâtre avec un peu de gris plus clair, pas un joli chien, mais il avait définitivement de la personnalité. Il était très grand, atteignant ma taille au niveau des épaules et sa tête était assez haute pour me lécher le visage facilement, ce qu’il faisait avec beaucoup d’énergie malgré mes protestations. J’ai passé mes mains sur sa grosse tête, une tête qui était facilement deux fois plus grosse que la mienne, et il se sentait si doux et chaleureux et aimait évidemment l’attention. Pendant que je le caressais, ses yeux brillaient et sa grande langue semblait vaciller à mesure que sa respiration devenait rapide. Sachant ce que je sais maintenant, j’aurais pensé qu’il pensait, « Oh oui, une autre chienne à élever ».

Mary est revenue avec un énorme sac qui semblait lourd, alors je me suis précipitée pour l’aider. « Voici 30 boîtes de nourriture et il en mangera 8 à 10 par jour. Il en redemandera, mais ne lui en donne pas plus. Le véto a dit qu’il mangerait jusqu’à ce qu’il soit malade, qu’il vomirait et qu’il en mangerait plus si vous le permettiez. J’apprécie vraiment que tu fasses ça. Je ne sais pas ce que j’aurais fait sans toi. Je suppose que j’aurais manqué l’anniversaire de papa et j’aurais détesté ça parce qu’il nous quittera dans peu d’années, j’en suis sûre et je veux tous les passer avec lui. Puis en jetant un coup d’œil à Boner, elle a dit qu’il te dira quand il voudra quelque chose. Il est plutôt bon pour faire connaître ses besoins, comme se tenir à la porte s’il a besoin de sortir, ou sauter à l’évier s’il a soif. Tu verras, c’est un chien intelligent ! Oh oui, il a l’habitude de dormir sur le lit avec moi, alors tu devras lui dire non si c’est un problème ou fermer ta porte. Il déteste être seul, mais ça ne le tuera pas avant quelques jours. J’ai besoin de courir pour prendre mon avion. Merci encore Béatrice », dit-elle en me serrant dans ses bras.

Je pouvais dire qu’elle appréciait vraiment ce que je faisais pour elle et cela m’aidait à apaiser toutes les craintes que je ressentais en regardant ce « Gentil Géant ». Cela m’a aidé à renforcer ma détermination de pouvoir faire face à cette situation également. Je l’ai accompagnée jusqu’à la porte et quand elle est partie, je lui ai fait au revoir.

Mary avait mentionné que Boner n’avait pas encore mangé, alors j’ai pensé qu’il valait mieux que je le nourrisse avant qu’il ne me mange, car je pensais à sa grande bouche qui me ronge les jambes… brrr. Dix boîtes de conserve et il les a avalées en un instant, il a levé ses yeux marron comme s’il en redemandait. J’oubliai son eau et, comme Marie l’avait dit, il sauta sur l’évier, les pattes sur le bord et sa grosse tête sur le côté en me fixant comme s’il plaidait. Ses yeux étaient si expressifs ! Je lui ai donné de l’eau et je suis allé allumer la télé dans ma chambre et me suis assise sur le lit pour me détendre. Bientôt, Boner avait son corps devant moi et sa grosse tête me léchait le visage. Je me suis vite rendu compte que je ne regarderais pas beaucoup la télé pendant qu’il serait là. Je me suis dit que je l’emmènerais faire un tour. J’ai pris sa laisse et je suis sorti par la porte. Il s’est très bien comporté et j’en ai remercié Dieu. Il a fait ce qu’il avait à faire et il s’est juste promené à côté de moi très gentiment. J’ai eu des visions de lui s’envolant après un écureuil et me traînant la tête sur les talons à travers l’herbe, incapable de lâcher la laisse. Mais heureusement, il a été merveilleux et j’ai fini par m’amuser et notre promenade s’est terminée. Mary l’avait bien entraîné ou il s’était naturellement bien comporté, d’une façon ou d’une autre, je n’appréhendais pas trop cela maintenant.

À notre retour, j’ai décidé de prendre une douche et de me détendre. Je me suis déshabillée, laissant tomber mon short et ma culotte sur le sol où je me tenais et j’ai remarqué que Boner s’était approché et les avait reniflés. Il a pris ma culotte et a sauté à moitié, puis s’est agenouillé en me regardant comme s’il s’attendait pour jouer. Quand je suis restée là, il s’est allongé, ma culotte pendante à sa bouche et j’ai vu de la tristesse dans ses yeux. J’étais triste qu’il soit déçu, mais je ne savais pas ce qu’il attendait de moi, alors je suis allée prendre une douche. Quand je suis sortie nue de la douche avec une serviette autour de la tête, Boner m’a vu et sa tête s’est immédiatement soulevée et sa grande langue a glissé autour de sa bouche comme s’il avait vu quelque chose de délicieux. Je me suis penchée pour récupérer mes vêtements sales et je n’ai pas vu ma culotte alors je me suis penchée et j’ai jeté un coup d’œil sous le lit. En regardant, je sentis quelque chose me toucher la chatte fugitivement. J’ai tourné rapidement, Boner se tenait juste derrière moi et j’ai pensé qu’il m’avait juste effleurée. En regardant à nouveau sous le lit, j’ai senti quelque chose, c’était une sensation difficile à dire et j’ai réalisé que Boner me léchait. J’ai sauté en l’air en disant : « non ! » Et encore une fois, j’ai vu ce regard blessé dans ses yeux. J’ai trouvé ma culotte et elle était trempée comme s’il l’avait léchée. J’ai pensé qu’il me léchait et maintenant la culotte trempée et je me demandais ce qui l’attirait tant chez lui, si c’était mon odeur ou quoi.

Cette nuit-là, Marie avait dit qu’il grimpait et s’allongeait à côté de moi dans le lit, la tête couchée sur l’oreiller à côté du mien. Il était chaud et je me suis retrouvé à me blottir contre lui comme un homme, mon bras autour de lui sentant sa fourrure lisse. Sa fourrure était presque sensuelle, douce et lisse et son corps si chaud. Il était facile de comprendre pourquoi Marie lui permettait de coucher avec elle. C’était presque comme si j’avais un homme à mes côtés. Mais ce sentiment m’a aussi rappelé depuis combien de temps un homme ne s’était pas couché à côté de moi. Le désir tenace que je ressentais me rendait plus forte chaque jour et le fait de sentir un corps chaud à côté de moi rendait cette faim encore plus tangible et vivante. Je me suis endormie comme ça en l’embrassant. Je me réveillais quand il bougeait, à moitié endormie et je passais ma main sur sa fourrure douce et c’était presque réconfortant de le sentir, sachant que je n’étais pas seule. Je me sentais en sécurité !

La suite demain soir même heure 😉

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

        
postrecap

2 Commentaires

Cliquez ici pour poster un commentaire

Supprimer la publicité en devenant donateur

Merci

En devenant donateur, vous nous soutenez et pour vous remercier, nous supprimons toute la publicité. En prime, vous avez accès à des histoires taboues rien que pour vous !

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Nouvelle Coquine

Solange 9

Sexe facile

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Visio Skype

skype tel rose amateur

Webcam Skype

telrosegol

Médias de la Communauté

Rencontres

Sexe à distance

téléphone rose pas cher
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accept
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings