Jai vécu une expérience de dingue avec une étudiante de 24 ans 7 - J'ai vécu une expérience de dingue avec une étudiante de 24 ans Partie 3« Wôw, oh wôw, » marmonnais-je, « c’était fantastique, incroyable. Laisse-moi te le faire maintenant. »

« Non, » dit-elle, « fais-moi comme ça. » Nous nous sommes tous les deux levées et elle a mis ses bras autour de moi. « Baise-moi avec le doigt pendant qu’on s’embrasse. » Alors que je m’approchais de sa chatte, j’ai été une fois de plus frappée par sa chair, douce avec beaucoup de plis. En embrassant sa bouche mouillée, je lui ai doigté son clitoris gonflé, je l’ai frotté entre mes doigts. Elle gémit doucement et écartait les jambes. J’ai glissé un doigt en elle et j’ai été surprise qu’elle fût si petite à l’intérieur, serrée, une ouverture étroite à sa chatte. Puis je me suis souvenu qu’elle n’avait qu’une seule fois une bite là-dedans et qu’il s’agissait d’une petite bite mince. Elle était lisse et bien lubrifiée et mon doigt se déplaçait rythmiquement à l’intérieur et à l’extérieur, mon pouce tournant sur son gros clito. « Oui, bébé, fais-moi ça. » Elle marmonnait dans ma bouche, érotique, intime. Elle a commencé à se balancer sur ma main, baisant mon doigt, de plus en plus vite, de plus en plus vite. « Plus profond, » dit-elle, « Doigte moi plus profond. » Et je l’ai fait, forçant mon majeur jusqu’en haut de la chatte intérieure.

Elle est venue le voir, se balançant sauvagement, ses hanches battant vigoureusement sur ma main. Je pouvais sentir son spasme de chatte sur mon doigt, de délicieux serrages comme un poing de velours.

Nous nous sommes allongées dans le bain un peu plus tard, buvant et écoutant Blue Velvet chanter « Walk Up To The Sun ». La musique était si appropriée, si romantique, je me sentais langoureuse et j’écoutais sa voix me caresser, je me demandais comment j’en étais arrivée là si rapidement et si confortablement.

« Qu’est-ce qui a fait tu m’as remarquée chez Nino ? » J’ai demandé, après avoir été curieuse à ce sujet pendant un certain temps, « Qu’est-ce qui t’a fait penser que j’étais intéressée ? Je veux dire, je n’ai jamais regardé une autre femme… » Elle a souri.

« Tu es sexy, jolie et tu as un beau corps. J’ai aussi vu comment tu regardais mes jambes, mes seins, la façon dont un homme regarde une femme. Et il y avait juste quelque chose dans tes yeux, quelque chose qui me disait que j’avais rencontré une âme sœur. Ne te méprends pas, je n’essaie pas de baiser toutes les gays que je rencontre — regarde Debbie, mon amie à la Fac, elle est folle de moi, mais nous ne faisons rien. Je t’ai aimé dès le premier regard, tu sais, j’ai flashé sur toi à un point qui est rare. Je savais que tu reviendrais pour moi et je suis si contente que tu l’aies fait. » J’ai adoré son honnêteté, sa franchise, sa franchise, son désarmement, son engagement.

« Allons manger quelque chose avant de nous énerver — il y a encore une autre bouteille à boire ! » J’ai dit et elle a ri.

On s’est essuyées l’une l’autre et on s’est habillées.

« Peut-on aller à la fac ? Je veux remettre les pendules à l’heure ? »

« Bien sûr », j’ai dit, pas du tout sûr de ce qu’elle voulait dire, « Tout ce que tu veux ».

Nous nous sommes tenu la main pendant que je conduisais, entre deux changements de vitesse, en nous touchant l’une l’autre. Elle a parlé de ses espoirs pour l’avenir, voulant faire ses honneurs en psychologie industrielle et peut-être faire sa maîtrise.

Pourquoi ne l’ai-je pas rencontrée plus tôt ? Pourquoi maintenant, avec un jour à passer avant qu’elle ne rentre chez elle.

La vie, pensai-je, c’est ainsi que la vie est. Je savais que nous ne nous connaissions pas assez bien pour planifier l’avenir et que nous n’avions pas assez de temps pour le faire.

Quand nous arrivons à la fac, j’ai été surprise de voir à quel point l’endroit était animé et vibrant. J’ai fini par trouver un stationnement. Andrea a pris ma main et l’a tenue et j’étais incertain. Comme ça ? En public ? J’étais choqué, mais je ne l’ai pas montré. Quelques personnes l’ont saluée quand nous avons marché et j’ai pu voir que certains d’entre eux étaient en train de donner des coups de coude à leurs amis. Nous avons commandé des hamburgers, en essayant d’avoir l’air nonchalantes. Elle a mis son bras autour de moi, elle s’est penchée et m’a chuchoté.

« Clarisse, bébé, embrasse-moi, s’il te plaît. » J’étais abasourdie, en mode pilote automatique. Dans un flou, je me suis penché vers l’avant et j’ai pris son visage dans mes mains, un pouce dans chaque fossette et je l’ai embrassée. J’ai été surprise de l’ardeur avec laquelle elle m’a embrassée en retour. Un silence est tombé autour de nous et j’ai entendu des cris comme « Je savais qu’elle était gouine », « Wôw, regardez ces lezbos » et « J’aimerais que quelqu’un puisse m’embrasser comme ça ». Et puis la chose la plus surprenante de toutes — tout le monde a commencé à applaudir !Jai vécu une expérience de dingue avec une étudiante de 24 ans 8 - J'ai vécu une expérience de dingue avec une étudiante de 24 ans Partie 3

Nous avons regardé autour de nous, essayant d’être cool, en contrôle, mais mon cœur battait à toute allure. Quand la fille noire nous a donné l’ordre, elle a dit : « Allez les filles ! » je me sentais libre, puissante — les lezbos du monde s’unissent !

Dans la rue, Andrea s’est tournée vers moi et m’a dit « Merci d’avoir rendu cela réel, de m’avoir rendue réelle ». Je ne comprends pas encore tout à fait cela, mais je l’aimais pour ce large sourire ouvert sur son visage.

Après cela, nous ne pouvions plus nous lâcher les mains, même lorsque nous mangions, nous nourrissions et nous nous touchions. Toujours en train de se toucher, les mains, le visage et les bras, nous ne pouvions pas nous arrêter.

J’ai mis un autre ensemble de CD dans le chargeur —The Stylistics, Aaron Neville, Debra Cox et The Manhattans. Plus d’âme, plus d’amour. J’ai souvent joué cette musique, à la recherche d’un tel décor. Sylvain ne supportait pas l’âme — il voulait des trucs niais, Brian Adams, des trucs que je croyais stériles.

Quand nous avons fini nos hamburgers, nous avons couru vers la chambre à coucher.

Pas de façade maintenant, pas d’essayer d’être cool. Nous avons failli arracher nos vêtements et nous sommes tombées sur l’autre avidement, affamées. J’ai adoré l’embrasser ; j’ai adoré le fait que j’ai redécouvert ce plaisir exotique, si longtemps considéré comme allant de soi. J’ai sucé et léché ses seins ; sa grosse chatte avec mes doigts.

Elle m’explorait aussi, me serrant les fesses et me caressant la chatte.

« Andrea, chérie, je peux descendre sur toi maintenant ? S’il te plaît ? Je peux te goûter ? » J’étais essoufflée, imprudente et j’ai dû mettre ma bouche gourmande sur cette chatte gonflée.

« Oui, bébé, oui, oui, mange-moi, fais-moi tienne. » Ses yeux étaient ouverts, sa voix basse et rauque. Elle s’allonge, s’installe, se sépare les jambes et lève les genoux.

« Regarde ma chatte, bébé, regarde comme elle est grosse. Regarde comme je suis gonflée et prête pour toi. Prends-moi, mange-moi. » Avec ça, elle a baissé la tête et j’ai regardé sa chatte. De près, ça avait l’air divin. J’avais toujours pensé que les chattes étaient laides, mal conçues. Mais en la fixant, j’ai vu à quel point sa chatte était belle et grosse, vraiment ronde, ses lèvres intérieures et extérieures étaient grandes. Son clitoris aussi était gros, comme un petit doigt. Elle était mouillée, ses plis brillaient, et ils étaient lisses. J’aimais sa chatte, si pleine, si mûre. Je suis tombée dessus ; toutes les pensées de douceur et de lenteur ont disparu. Je me souviens que je pensais copier sa technique, mais au fur et à mesure que j’y allais, j’ai développé la mienne. Mon premier repas de chatte était magnifique !

J’ai léché longuement. J’ai pris son clitoris dans ma bouche et j’ai réussi à sucer comme si je lui taillais une pipe. Elle s’est penchée en dessous de moi, gémissant, me tenant la tête et glissant sa chatte de haut en bas sur mon visage, baisant ma bouche, mes lèvres, mon nez. J’ai sorti ma langue, je l’ai raidie comme je le pouvais et elle a coincé son clitoris dessus. « Oh, Clarisse, bébé, baise-moi et fais de moi ta salope ! » Elle a couiné pendant que je la léchais. D’une main, j’ai serré ses seins, en alternant entre les deux. Avec mon autre, j’ai coincé un doigt dans sa chatte intérieure et j’ai serré son clitoris avec mes lèvres, le suçant durement. Elle m’a montée plus fort, m’a baisé le visage avec de plus grosses poussées, m’enduisant avec son copieux jus de chatte luisant. J’ai enfoncé mon doigt en elle, profondément, et j’ai aspiré son clitoris encore plus fort. Elle vint alors, soulevant et tronçonnant, ses hanches hautes sur le lit, ses doigts entrelacés dans mes cheveux comme si elle me tirait le visage encore plus profondément dans sa chatte. Elle criait, m’appelait par mon nom et sa chatte serrait à chaque spasme lancinant. Alors qu’elle s’affaissait et que j’étais à bout de souffle, je lui ai donné un dernier coup de langue sur le clitoris, une dernière succion persistante et elle s’est encore une fois repliée.

« Je suis à toi, bébé, je suis à toi… »

Je me suis assise et j’ai admiré son corps alors qu’elle était allongée là, ses seins qui se soulèvent alors qu’elle luttait pour reprendre son souffle. Depuis le salon, les Stylistics chantaient You Make Me Feel Brand New, de manière plutôt appropriée. Je me suis caressée, ma propre chatte dégoulinait et j’ai étalé mon jus de chatte entre mes jambes. J’ai commencé à travailler mon clito, en le caressant.

Jai vécu une expérience de dingue avec une étudiante de 24 ans 1 - J'ai vécu une expérience de dingue avec une étudiante de 24 ans Partie 3« Ne fais pas ça, Clarisse bébé, ne fais pas ça. Donne-moi une seconde pour reprendre mon souffle et je le ferai pour toi. »

Alors je me suis allongée à côté d’elle, passant mes mains sur ses seins hauts, sur son ventre lisse et plat. Un peu plus tard, elle s’est appuyée sur un coude et a commencé à m’embrasser et à me doigter. Je me suis écartée pour lui donner un accès complet, pour lui permettre d’atteindre ma chatte, pour me rejoindre en elle.

Elle m’a bien travaillée, tirant mon clito, le taquinant. Elle a mis un doigt dans ma chatte, d’abord un et puis un autre, me pénétrant profondément. Sans les sortir, elle a commencé à bouger le bout de ses doigts dans un mouvement circulaire, frottant un endroit à l’avant de ma chatte. Le plaisir que cela me procurait était choquant et je retenais mon souffle. Elle m’a sucé la langue, l’a retirée de ma bouche et a glissé ses lèvres dessus, comme si c’était une bite. En massant ma chatte intérieure, elle a sucé ma langue, de plus en plus vite. Je pouvais sentir mon orgasme se développer instantanément, mais du fond de moi, comme je ne l’ai jamais ressenti auparavant. Avant que je puisse l’avertir, ma chatte est tombée dans un spasme orgasmique, dur jusqu’à ce que ça fasse presque mal, profond et dur comme un poing serrant, serrant ses doigts. Je n’arrivais pas à respirer comme je suis venue.

Je n’arrivais pas à penser, je ne pouvais pas parler, alors j’ai cédé à la puissance de ma venue, car elle a ébranlé mon corps, l’a tordu et l’a fait rebondir.

Je ne me souviens pas de grand-chose après ça. Je sais que j’ai entendu Debra Cox chanter Nobody Is Supposed To Be Here — oui, c’est vrai, mais j’étais épuisée. En m’endormant — ou en m’évanouissant — je me souviens m’être demandé si elle avait touché mon point G. Elle l’a fait ? D’où vient cette mère de tous les orgasmes… et j’étais partie.

Je me suis réveillée tôt le lendemain matin et je pouvais voir par la qualité de la lumière qu’il était probablement 6 ou 6:30 et Andrea était occupée avec moi encore une fois. J’étais allongée sur le ventre, mes jambes étaient écartées et je sentais qu’elle s’accroupissait entre les deux. Sa langue remontait lentement le long du sillon entre mes fesses, laissant tendrement des baisers de papillon. Pas mes fesses, oh mon Dieu, pas mes fesses !

Le final demain ! 

Bantabouesv2 - J'ai vécu une expérience de dingue avec une étudiante de 24 ans Partie 3

tel rose sans attente
2 Commentaires
  1. Lisa Lucie
    Cowboy 3 mois Il y a

    j’adore ! vivement le final !

  2. Lisa Lucie
    arnaud 3 mois Il y a

    Hum cette longue histoire me fait bien bander je m imagine lisa et lucie au debut

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

©2018 XFR - Histoires taboues et téléphone rose - Mentions Légales  - (DMCA) Remove content - CGU - Cookies et confidentialité

Thanks!

NOUVELLES FILLES ! 

5 nouvelles amatrices coquines ont rejoint le service depuis la rentrée ! Anne-Lise la méditerranéenne, Lara l'italienne, Camélia la vicieuse, Adèle la cougar, et Alexandra la rouquine ! 

Envie d'un dial chaud en direct sans attenteT'es chaud et tu as envie de jouir avec une femme au téléphone rapidement?

Appelle notre service maintenant et discute avec des amatrices coquines et libertines qui sont chez elles. Plus de 25 filles t'attendent 24h/24h et 7j/7j pour te donner du plaisir avec leur voix sensuelle et sexy. Elles feront tout pour te faire jouir !

Clique sur le numéro pour appeler directement.

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account