Vous êtes ici : Accueil > Je paye mes études en me prostituant à un groupe d’hommes d’affaires
Confession Intime Histoires taboues Prostitution

Je paye mes études en me prostituant à un groupe d’hommes d’affaires

Plongez dans le sexe pluriel avec des couples libertins

Bonjour à tous les membres du blog.

Je m’appelle Mélissa, j’ai 24 ans et je fais des études de médecine à Lyon. La fac en elle-même ne coûte pas cher, par contre tout ce qu’il y a autour entre le loyer, la bouffe et tous les bouquins, ça me coûte une petite fortune. Lorsque je me suis installée ici, j’étais en collocation pour partager les frais, mais j’ai rapidement vu que ce n’était pas possible de travailler avec des gens qui font la fête tout le temps. Je prends mes études très au sérieux alors je me suis pris un petit studio toute seule. Le problème c’est que ça chiffre vite ! Une des filles qui fait son internat avec moi n’a aucun souci. J’ai sympathisé avec elle et elle m’a dit payer ses études avec son cul. Ça m’a fait sourire sur un moment jusqu’au moment où j’ai compris qu’elle était sérieuse. En fait, régulièrement, elle est contactée par des hommes d’affaires pour du sexe. C’est un peu comme une escorte. Elle m’a dit que grâce à ça, elle arrive à assumer tous les frais et qu’en plus, il restait même quelque chose pour se faire plaisir à la fin. Elle m’a proposé de me faire rentrer dans le cercle privé et j’ai accepté.

Je suis allée avec elle au premier rendez-vous. On s’est retrouvées en compagnie d’un homme très charmant d’une cinquantaine d’années. Plutôt beau gosse bien foutu. Le genre d’hommes d’affaires qui débarquent avec une berline vitres teintées, chauffeur, ça sent l’opulence. L’homme m’a regardée et m’a demandé mon numéro de téléphone. Il m’a dit qu’il allait en parler avec ses associés et qu’il me recontactera dans quelques jours.

J’avais l’impression d’être de la marchandise, c’est génial… Quelques jours plus tard, le téléphone sonne en SMS. Je reçois une adresse et un horaire. Elle m’avait dit que ça se passait comme ça. Alors je me suis fait belle et je me suis rendue en taxi au lieu de rendez-vous. J’ai été accueillie par un majordome dans une somptueuse villa de la banlieue lyonnaise. On m’a fait entrer dans un salon où un groupe d’hommes était debout avec un verre à la main en m’attendant. J’ai eu peur, mais je me suis dit que je devais peut-être passer simplement un entretien d’embauche.

Une femme est arrivée, une beauté ! Le majordome me débarrassait de mon sac et de mon téléphone portable. La femme m’a tourné autour et à défait ma robe pour la laisser tomber à mes pieds. Lorsqu’elle s’est retrouvée face à moi, elle m’a embrassée à pleine bouche. Moi qui n’ai jamais eu de relations qu’avec des garçons, ça m’a surprise ! J’ai voulu ramasser ma robe, mais elle a fait un « tut tut » avec sa bouche. Les hommes sont venus autour de moi et m’ont regardée comme si j’étais un objet. Dans leurs yeux, c’est un objet de désir. La fille m’a dit de me rhabiller et m’a mise au bras d’un gars. Il m’a fait monter à l’étage et m’a montré une chambre. J’ai compris ce qu’il voulait évidemment.

Ç’a été une baise rapide, très rapide ! Il m’a fait un clin d’œil et m’a laissé un billet de 200 € avant de partir. Je n’étais pas fière de moi, mais l’argent contribue au bonheur. J’allais pour me relever et me rhabiller lorsqu’un deuxième mec est venu. Lui aussi m’a baisée. Ça a duré plus longtemps que le premier. Mais 20 minutes plus tard, c’était de nouveau 200 € de plus qui rentrait dans ma cagnotte. Il y en a eu un troisième puis un quatrième. J’étais épuisée, mais riche ! Je venais de me faire 800 € en moins d’une heure et demie.

L’argent, c’est bien, mais ça ne fait pas tout. Ce n’est pas pour autant que je vais arrêter mes études. Par contre, grâce à mon cul, je vais pouvoir être beaucoup plus sereine et me concentrer sur mes cours.

Voilà ma petite histoire que je voulais partager avec vous. Je sais qu’elle n’est pas très cochonne, mais elle a le mérite d’être vraie.

Mélissa 24 ans Lyon.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

3 Commentaires

Cliquez ici pour poster un commentaire

  • c’est bien d’en parler, c’est assez fréquent. C’est arrivé à mon épouse dans sa 2ème année de Fac. Une malchance administrative a fait que sa bourse a été transféré dans un autre centre, il a fallu plusieurs mois avant que cela rentre dans l’ordre. Son job d’été avait servit en grande partie en livres et fringues pour préparer l’année complète, son imprévoyance l’avait mis en précarité pour sa nourriture et ses loyers.
    Depuis sa première année de Fac, elle était devenue très libertine avec les étudiants du monde entier, il lui a suffit de quelques mots pour qu’on lui propose un complément de revenu dans une franche de la société ayant des vues sur une étudiante très particulière.
    Il faut que je vous dise, ma belle est très petite, d’allure gamine de 16ans d’ailleurs ses vêtements elle les choisissait dans les boutiques enfants. Le monde qu’elle a du côtoyer était féru de son aspect juvénile au point de lui en proposer des fringues éphémères encore plus jeune avec des thèmes insensés, l’obligeant de passer par leurs esthéticiennes pour qu’aucun poile nulle part apparaisse sur son corps.

    • Merci pour ton témoignage. Je pense que tu as mis l’eau à la bouche à tout le monde. Si le coeur t’en dis de nous faire des histoires comme celles publiées, nous les mettrons en ligne avec grand plaisir !

Nouvelles hôtesses

Bons plans coquins

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Catégories

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Visio Skype

skype tel rose amateur

Bons plans

Webcam Skype

telrosegol

Médias de la Communauté

Rencontres

Sexe à distance

téléphone rose pas cher

Remontons le temps