Mettez ce lien en favoris en cas de problèmes de connexion sur le blog. Vous pourrez nous retrouver et avoir des infos !

Introduction :

Je m'appelle Laurie. Je suis sexuellement frustrée. Une fille fait ce qu'elle a à faire.

Je m'appelle Laurie. J'ai un frère jumeau, Marc, et une sœur cadette, Maelle. Mon père nous a abandonnés et ma mère a dû travailler deux fois pour nous faire vivre. Nous louons une maison de deux étages qui a la chambre principale, la cuisine et le salon au premier étage. Le deuxième étage a deux chambres à coucher avec une salle de bain partagée entre eux. Marc a sa propre chambre, mais Maelle et moi partageons l'autre chambre. Maelle et moi ne nous entendons pas. Nous nous parlons rarement.

Mon frère a trois amis, Hugo (qui est si mignon), Frédéric et Cédric. Les garçons ont à peu près le même âge. Hugo ; cependant, est grand pour son âge. Frédéric et Cédric sont comme mon frère, maigre et mince. Ils font tout ensemble. Je n'ai pas beaucoup de petites amies qui vivent à proximité. Nous vivons dans une impasse dans le village. Marc adore cet endroit, car les autres garçons vivent très près de nous.

Cet été, ils ont décidé de construire un fort (une cabane vraiment) et j'ai essayé de les aider. Marc m'a dit de partir, le fort, c'était des mecs qui faisaient des trucs de mecs. Le genre de choses que j'ai demandées et qu'il m'a dit de laisser tomber.

Je les voyais entrer dans le fort et y rester pendant des heures. Un jour, j'ai décidé de me faufiler et de jeter un coup d'œil pour voir ce qu'ils faisaient. Je m'agenouillai tranquillement sur le côté du fort où il y avait un petit espace dans le mur.

J'ai eu un choc. Tous les garçons faisaient la queue avec leurs pantalons et leurs sous-vêtements autour de leurs chevilles. Ils avaient les mains sur les queues et bougeaient les mains de haut en bas. J'avais accidentellement vu la bite de Marc quand il était plus jeune, mais maintenant elle était plus grosse, beaucoup plus grosse. Celle de Hugo était plus grande que celle des autres garçons, mais celle de Frédéric était plus épaisse. Ils gémissaient et n'arrêtaient pas de se passer un téléphone portable l'un à l'autre. J'ai entendu Hugo dire : « Laurie a un beau cul. » Cédric a dit qu'il aimait « voir la chatte de Laurie ». J'étais complètement abasourdie. De quoi parlaient-ils ? Comment ont-ils vu mon cul ou ma chatte ? Puis j'ai entendu Marc dire : « J'ai pris ça hier quand elle est sortie de la douche. » J'ai entendu Frédéric dire : « Ils sont meilleurs que les autres. » Je suis devenu rouge et j'ai commencé à me lever pour les gronder quand j'ai entendu Hugo dire : « J'aimerais bien baiser Laurie. » J'ai des picotements entre les jambes. Puis Rick et Cédric ont tous les deux dit qu'ils aimeraient me baiser aussi. Hugo s'écria : « J'éjacule » et un jet de liquide blanc jaillit du haut de sa bite et éclabousse le fort en éclaboussant le mur. Les autres ont rapidement suivi l'exemple de Hugo. Je n'avais jamais vu un garçon se branler. C'était un peu dégoûtant, mais cool en même temps. J'ai senti quelque chose d'humide sur mes jambes et j'ai trouvé du liquide qui coulait le long de mes jambes. J'ai cru que je m'étais pissé dessus. Je me suis levé et je suis rentrée chez moi.

Je suis allé aux toilettes pour faire pipi et j'ai découvert que ma culotte était mouillée, mais pas à cause du pipi. J'avais une fuite de liquide de ma chatte.

J'ai commencé à m'énerver parce que Marc m'avait prise en photo nue, mais je n'arrêtais pas de penser à la bite de Hugo et à ce qu'il avait dit de vouloir me baiser. J'ai même pensé aux bites de Frédéric et Cédric. En plus, j'ai pensé à la bite de Marc. Ensuite, je me suis retrouvée avec une culotte mouillée et j'ai dû la changer.

Plus tard cette nuit-là, je me suis réveillé après avoir rêvé de bites et j'ai retrouvé ma culotte mouillée. J'ai pensé, alors ils ont aimé mes photos. Je vais leur donner quelque chose à regarder. Le lendemain matin après ma douche, j'ai laissé tomber la serviette et je me suis tenue devant le miroir et j'ai fait semblant de regarder mon cul et mes seins. J'ai joué avec mes seins jusqu'à ce que les mamelons soient durs et collés. J'ai alors déplacé ma main vers mon clito et j'ai commencé à me frotter. J'ai vraiment commencé à me sentir bien. J'ai joué avec mon clito jusqu'à ce que tout mon corps tremble et se mette à baiser ma main. J'ai cru entendre un gémissement de la porte des toilettes de Marc. Puis Maelle a frappé à la porte en criant : « Tu vas rester là toute la journée, j'ai envie de pisser. »

Je me suis habillée et j'ai dit à maman que j'allais faire un tour. Je me suis ensuite cachée derrière des arbres et j'ai attendu que Marc quitte la maison. Environ dix minutes plus tard, il est sorti en courant avec son téléphone portable. Je l'ai suivi jusqu'au fort et je me suis cachée. Environ vingt minutes plus tard, tous les garçons sont arrivés et sont entrés dans le fort. Je me suis faufilée jusqu'à la brèche et j'étais sûre que Marc faisait circuler le téléphone. Marc a dit : « Elle joue avec ses seins et Frédéric a dit : « Elle n'a pas de gros seins. » Marc a dit : « Peut-être qu'elle n'en a pas de très gros, mais regarde comment ses mamelons se tiennent debout. » Hugo a dit d'une voix forte « regarde-la jouer avec sa chatte, j'aimerais encore la baiser. » Tous les autres garçons (y compris Marc) ont dit qu'ils aimeraient me baiser aussi. Ma culotte était encore mouillée.

Hugo a dit qu'il adorerait m'allonger sur la couverture et manger ma chatte, puis me baiser la moule. Le liquide coulait le long de mes deux jambes. Rick a dit : « Tu sais ce qui serait génial ? » Si on pouvait tous la baiser, l'un après l'autre. Marc s'est levé et a dit que Frédéric devrait être le dernier parce qu'il étirerait sa chatte tout à fait hors de forme et ils ont tous commencé à rire. Hugo a dit qu'il commencerait, puis Cédric, puis Marc et enfin Frédéric. Pendant tout ce temps, ils se branlaient sur leurs bites. Hugo a recommencé à éjaculer et les autres garçons ont rapidement suivi. Hugo a dit qu'il aurait aimé pouvoir convaincre Laurie de baiser. Il a demandé si quelqu'un avait une idée de la façon dont on pourrait la convaincre de le faire ?

Comme ma culotte était trempée, j'ai décidé de rentrer à la maison et de la changer. Maman ramassait le linge et j'ai mis ma culotte mouillée avec tout le reste. Si elle remarque plusieurs culottes mouillées, elle l'ignore.

Les mots de Frédéric n'arrêtaient pas de résonner dans ma tête. J'ai pensé à ce que ça ferait d'être baisée par tous les garçons, l'un après l'autre. Encore une fois, une autre culotte mouillée ! J'avais vraiment besoin d'un moyen de soulager la pression qui s'accumulait dans ma chatte. Je me suis souvenu que maman avait un truc caché au fond du placard dans une boîte. Maman était toujours en bas avec Maelle. Marc était encore au fort. J'essayais de trouver un moyen de me faufiler dans la chambre de maman quand elle m’a appelé dans l'escalier et m'a dit qu'elle et Maelle allaient au magasin et voulaient savoir si je voulais y aller. J'ai dit non, je vais juste regarder quelque chose à la télé. Quand elle est partie, je suis rapidement allée dans son placard et j'ai trouvé la boîte. Je me suis précipitée aux toilettes et j'ai regardé ce qu'il y avait dans la boîte. C'était un godemiché en forme de bite et il mesurait environ 20 cm de long et était plus épais que la bite de Frédéric. J'ai lu les instructions et ils m'ont dit que si tu tournais la base, le bout vibrerait — cool ! J'ai tourné la base et rien ne s'est passé. J'ai relu les instructions et ils m'ont dit de vérifier les piles. Il a fallu deux piles LR06 et les deux étaient manquantes. J'ai couru dans la chambre de Marc et, par chance, j'ai trouvé deux piles. J'ai inséré les piles et tourné la base. La tête s'est mise à vibrer. Le mode d'emploi disait qu'il pouvait être placé contre mon clitoris ou inséré dans mon vagin — très cool ! Il disait aussi qu'il pouvait être inséré dans mon anus — pas cool ! Comme il n'y avait personne à la maison, j'ai décidé de voir ce que ça faisait. J'ai enlevé ma culotte et mis le couvercle de la commode. J'ai écarté les jambes et placé la pointe vibrante sur mon clitoris et je suis presque tombée de la commode. Le plaisir que j'ai ressenti a traversé tout mon corps. Le liquide sortait de ma chatte. Je déplace le vibro à ma chatte et encore une fois le plaisir était intense. J'ai soigneusement commencé à l'insérer dans ma chatte et l'ai déplacée dans et hors, allant plus profond à chaque fois. Soudain, la porte s'ouvrit et Marc se tint debout avec son téléphone portable. J'étais tellement surprise que j'ai enfoncé ce truc dans ma chatte. J'ai senti ma chatte éclater et la douleur était terrible. J'ai hurlé de douleur et Marc a arrêté de filmer. Je pleurais et quand j'ai regardé en bas, mon jus de chatte était mélangé avec un peu de sang. Marc est resté là, en état de choc. Je lui ai dit de foutre le camp de là et il s'est enfui des toilettes.

Je suis allé aux toilettes de maman et j'ai pris un de ses tampons. Je suis ensuite parti à la recherche de Marc et quand je l'ai trouvé, j'avais l'intention de lui botter les couilles autour du cou. Je savais qu'il avait pris le téléphone cellulaire pour montrer à ses copains que j'utilisais le godemiché et que j'avais cassé mon hymen. J'avais très mal et j'étais furieuse ! J'ai marché jusqu'à la porte du fort et je l'ai ouverte. Si je n'avais pas tant souffert, j'aurais ri tout haut. Ils étaient là avec une main sur leur queue et l'autre en train de faire circuler le téléphone portable. J'ai dit : « Donne-moi ce foutu téléphone. » Marc a commencé et Hugo l'a pris de sa main. J'ai regardé Hugo et j'ai dit : « Donne-moi ce putain de téléphone où je te donne un coup de pied dans les couilles. » Il m'a vite donné le téléphone. J'ai trouvé la vidéo que Marc avait prise de moi avec le gode et je l'ai effacée. J'ai jeté le téléphone sur Marc et je suis partie en trombe.

Plus tard, alors que je me couchais sur mon lit en pleurant, Marc a frappé à la porte et m'a demandé s'il pouvait entrer ? Il voulait dire qu'il était désolé d'avoir pris des photos de moi et qu'il les avait montrées aux autres garçons. Il était vraiment désolé qu'il m'ait fait briser mon hymen. Il avait l'air si triste que j'ai dit que je lui avais pardonné. J'ai aussi dit que la prochaine fois qu'il prendrait des photos de moi, nous le ferions ensemble. L'expression du choc sur son visage n'avait pas de prix. J'ai dit que j'avais très mal, mais dans quelques jours, ça passerait et j'utiliserais probablement à nouveau le godemiché. Il était comme un cerf dans les phares. Je ne pense pas que ses yeux auraient pu s'élargir. Je lui ai aussi dit que je les avais observés et que j'avais entendu ce dont ils avaient parlé dans le fort. J'ai ensuite lâché ma bombe. Je lui ai dit de dire aux garçons que je pensais les laisser me baiser, l'un après l'autre dans le fort, mais que je n'avais pas pris ma décision. Marc m'a regardé et m'a dit que ça voulait dire lui aussi ? J'ai dit oui ! Il s'est enfui de ma chambre et est sorti par la porte d'entrée comme une fusée. GangBang et multiple creampies pour cette salope Ejaculation interne - Jeune fille s'offre aux copains de son frère qui a aussi le droit de la baiser

Après quelques jours et beaucoup de culottes mouillées. J'étais prête à réessayer le gode. Maman et Maelle venaient de partir pour le magasin. J'ai ouvert la porte de Marc et je lui ai dit de prendre son portable. Il a sauté de son lit en un battement de cœur. On est allés aux toilettes. J'ai réalisé que Marc avait pris des photos de moi, mais qu'il ne s'était jamais vraiment approché de mes seins ou de ma chatte. Je lui ai montré où se tenir et quand commencer à enregistrer. J'ai tiré mon tee-shirt par-dessus ma tête (je n'avais pas de soutien-gorge) et mes mamelons sortaient droit et dur comme une brique. Il les a zoomé. Il a ensuite fait un zoom arrière. J'ai lentement enlevé mon short et commencé à masser mon clitoris à travers ma culotte. Bientôt, on pouvait le voir se mouiller. J'ai tendu la main et j'ai baissé et enlevé ma culotte. Je me suis mise sur le couvercle de la commode et j'ai lentement inséré le godemiché dans ma chatte. Ça ne faisait plus mal. En fait, je me sentais vraiment bien. J'ai regardé le short de Marc et j'ai vu qu'il avait une grosse érection. Je n'arrêtais pas d'entrer et de sortir de ma chatte en me baisant les hanches. Je n'avais pas dit un mot jusque-là. J'ai arrêté de bouger le godemiché, mais je l'ai laissé dans ma chatte (vibrant bien sûr) et j'ai regardé directement le téléphone portable « OK les gars j'ai décidé de vous laisser me baiser, l'un après l'autre. Si je ne suis pas trop fâchée, nous pouvons le faire plus d'une fois. »

C'est alors que Marc a arrêté d'enregistrer et que j'ai sorti le gode de ma chatte. J'ai dit à Marc de s'approcher. Quand il l'a fait, j'ai baissé son short et sa bite est sortie. J'ai commencé à le branler, j'ai attrapé sa main et je l'ai mise sur ma chatte. Je lui ai montré comment masser mon clitoris jusqu'à ce que mon clitoris sorte de son capuchon. Je lui ai fait mettre un doigt dans ma chatte, pour la faire entrer et sortir. Il a rapidement éjaculé et son sperme m'est tombé sur le visage. J'avais du liquide qui sortait de ma chatte, mais je n'avais toujours pas eu d'orgasme, même avec le godemiché. J'étais très frustrée sexuellement. J'espérais que mon temps avec les garçons me donnerait le soulagement dont mon corps avait besoin.

Bien sûr que les garçons étaient d'accord, je n'en ai jamais douté. Marc m'a escorté jusqu'au fort. Hugo, Frédéric et Cédric portaient leurs meilleurs shorts et chemises et sentaient plutôt bon (pour les garçons). Nous étions tous nerveux. J'étais extrêmement nerveuse, car j'étais sur le point de me faire baiser par quatre garçons excités. Pendant quelques minutes, nous nous sommes tous regardés. Finalement, j'ai dit que nous devions ranger les couvertures pour que je puisse m'allonger. Cela s'est fait rapidement. J'ai dit « OK, les gars, débarrassez-vous de vos vêtements » et bientôt tous les quatre se sont tenus complètement nus devant moi. Je me tenais au-dessus des couvertures et je me suis mis mon tee-shirt sur la tête. Mes mamelons étaient tout droit sortis. J'ai regardé Frédéric et j'ai dit que je n'avais pas de gros seins, mais que je sais qu’il aimerait embrasser mes mamelons. Il a fait ça rapidement et j'ai dit aux autres garçons qu'ils pouvaient les embrasser aussi. J'ai ensuite enlevé mon short et ma culotte. Je me tenais complètement nue devant quatre garçons en rut.

Tous les quatre avaient des grosses bites à ce moment-là. Tous leurs yeux étaient concentrés sur ma chatte, j'ai failli rire. Je me suis allongée sur la couverture et j'ai étalé mes genoux aussi loin qu'ils pouvaient aller. J'ai dit à Hugo qu'il serait le premier. Il a bougé entre mes jambes et j'ai senti sa bite se frotter contre ma chatte. Pas de préliminaires, je l'ai guidé dans ma chatte. Sa bite semblait me remplir et il me l'a enfoncé profondément. Ma chatte a d'abord résisté, mais s'est ensuite étendue pour l'accepter. Il a commencé à aller et venir. Ça commençait vraiment à faire du bien. Tout mon corps vibrait. Puis j'ai senti ma chatte s'agripper à sa bite pendant que je construisais mon premier orgasme. Il a poussé un cri et s'est mis à culminer et ma chatte a trait sa bite jusqu'à la dernière goutte de sperme. J'étais au-delà du bonheur.

Ma chatte s'amusait à chaque seconde. Trop tôt, il s'est arrêté et sa bite s'est mise à boiter. Il s'est retiré et j'ai dit « suivant ». Marc est tombé et j'ai guidé sa bite dans ma chatte très humide. Marc poussait de plus en plus fort à chaque fois et bientôt je pouvais sentir un autre orgasme se développer. Marc et moi avons joui ensemble quand ma chatte l'a complètement essoré. Bientôt, lui aussi est devenu mou. J'ai levé les yeux vers Cédric et lui ai dit d'y aller ! Il a bougé entre mes jambes, j'étais si mouillée qu'il n'a eu aucun problème pour y entrer. Ses impulsions ont été courtes, mais profondes et il a atteint son paroxysme bien avant que je n'aie pu atteindre un point culminant. Nous étions tous les deux déçus.

Finalement, c'était au tour de Frédéric. J'avais vu la bite de Frédéric de loin, mais de près, elle était plus grosse que je ne le pensais. Elle était de la même taille en longueur que celle de Hugo, mais elle était deux fois plus épaisse. J'étais contente que les autres aient eu ma chatte bien lisse, parce que la sienne était si grande. Il a bougé entre mes jambes et je l'ai laissé le mettre dans ma chatte tout seul. C'était énorme. C'était plus gros que le godemiché. Il m'a enfoncé d'un seul coup et l'a enterré profondément dans ma chatte. J'ai eu un orgasme immédiatement, et comme il l'a déplacé en arrière mes parois de chatte ont contracté sur sa bite, essayant de le traire. Il entrait et sortait. Mes hanches s'arquent pour répondre à chaque poussée. Je ne sais pas combien d'orgasmes j'ai eus, mais quand il est finalement venu, j'étais épuisée, mais très heureuse.

J'ai décidé que j'en avais assez pour ce jour-là. Je me suis habillée et je suis partie. Je savais que Marc me dirait ce que les garçons ont dit après mon départ. J'avais mal et je marchais lentement quand Maelle est sortie des buissons. « Je sais ce que tu as fait », dit-elle. « Quoi ? » J'ai demandé. Je t'ai vue baiser Marc et les autres garçons. J'ai des ennuis si elle le dit à maman. Maelle a ensuite souri et a demandé comment je me sentais. J'étais sous le choc. Elle a dit : « Hugo est grand, n'est-ce pas ? »

Maelle et moi n'avons jamais été très proches, mais maintenant nous avons quelque chose en commun. Nous avons parlé de ce qu'elle avait vu et de ce que j’avais ressenti. Je me suis dit que peut-être deux filles avec quatre garçons au lieu d'une fille et quatre garçons...

tel rose sans attente
5 Commentaires
  1. Lucie
    fred 1 semaine Il y a

    une histoire très excitante !! j'espere qu'il y aura une suite avec pourquoi pas la petite soeur...

  2. Lucie
    Theo 1 semaine Il y a

    Franchement bravo à la narratrice très très jolie contine très bien imaginé et bien excitant j'espère pouvoir la relire dans une prochaine aventure ,

  3. Lucie
    GABRIEL 1 semaine Il y a

    bravo une jolie histore, la suite avec ta soeur...

    • Lucie
      Harold38 1 semaine Il y a

      J'ai adoré, j'en bande encore, la suite ci possible à cinq avec le petite sœur. Merci à l'auteur

  4. Lucie
    arnaud 1 semaine Il y a

    magnifique histoire en espérant que l'on est la suite prochainement

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

©2019 XFR - Histoires taboues et téléphone rose - Mentions Légales  - (DMCA) Remove content - CGU - Cookies et confidentialité

 
hébergement de qualité
Thanks!


NOUVELLES FILLES ! 

5 nouvelles amatrices coquines ont rejoint le service ! Alexia la charnue, Angélique la mature, Caroline la Milf, Mélanie la folle du sexe et Yasmina une cougar très chaude.

Envie d'un dial chaud en direct sans attenteT'es chaud et tu as envie de jouir avec une femme au téléphone rapidement?

Appelle notre service maintenant et discute avec des amatrices coquines et libertines qui sont chez elles. Plus de 25 filles t'attendent 24h/24h et 7j/7j pour te donner du plaisir avec leur voix sensuelle et sexy. Elles feront tout pour te faire jouir ! Durée moyenne d'une conversation 7 minutes. Tu peux donc prendre ton pied pour 2.80€ sans sortir de chez toi et en toute discrétion ! Une expérience que tu n'oublieras pas de sitôt !

Clique sur le numéro pour appeler directement.

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account