Bi - Gay - Lesbien Histoires taboues et histoires de sexe

Julie et Manon sont chaudes dans cette histoire taboue

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Le déjeuner se termina, les enfants se préparaient pour retourner en classe tout comme Alicia leur mère qui devait les conduire exceptionnellement et les rechercher.

 

Pendant ce temps le temps d’attente du retour d’Alicia ; je me mis à l’aise dans le salon retirant mes habits, une fois nue je retournais en cuisine ou Manon  et Marc débarrassait la table et faisait la vaisselle Marc ayant le dos tourné ne m’a pas vu rentrer sur la pointe des pieds car il lavait la vaisselle et Manon l’essuyait et la rangeais. Je fis signe à Manon d’aller se déshabiller. Elle fila dans le salon, tandis que moi, sur la pointe des pieds je me glissais dans le dos de Marc ,posant ma main sur son sexe à travers son pantalon de training. Il s’effraya, a failli laisser tomber une assiette ; puis se retourna vers moi, alors que j’étais en train de m’agenouiller et de lui baisser le pantalon et son boxer en même temps pour retrouver une verge qui prenait du volume et que je prenais en main pour la caresser lentement.

 

Julie et Manon sont chaudes dans cette histoire taboue
Déshabille n'importe qui grâce à l'intelligence artificielle

Manon en revenant nue s’approcha de Marc pris le bas du t-shirt pour le, lui enlever, elle colla ensuite sa bouche contre celle de Marc et leurs langues s’entremêlèrent pour un long baiser.

Pendant ce temps, je rapprochais ma tête de la verge de Marc, ma langue léchait le gland et titillait le frein tandis que ma main libre descendait sur mon intimité en écartant mes lèvres je cherchais mon clito qui lui aussi se mit à durcir et j’introduisais un doigt puis deux dans mon vagin.

Manon quant à elle s’agenouillait à mes côtés et nous nous partagions son sexe qui était à présent bien dur, elle l’engloutissait au fond de sa gorge, puis la ressortait pour que je puisse à mon tour l’avaler et le sucer.

 

Il était sur le point d’éjaculer, j’ai décidé qu’il était temps que je reçoive son sexe dans ma chatte.

 

Je me levais et montai sur la table de la cuisine en plaçant mes fesses au bord de la table laissant mes jambes pendre , cuisses bien écartées. Il se plaça alors devant moi s’agenouillant pour me bouffer l chatte ; sa langue parcourait mes lèvres fouillait, mon vagin, puis ses lèvres pincèrent mon clito l’aspirant puis comme un élastique il le lâchait. Mes gémissements devenaient des cris de plaisir.

 

« Marc, baise-moi, viens vite en moi »

 

Julie et Manon sont chaudes dans cette histoire taboue
Les dernières inscrites

Il se releva plaça mes jambes sur ses épaules présenta son sexe à l’entrée du vagin et lentement il me pénétra.

 

Manon monta sur la table et à califourchon au-dessus de ma tête elle posa sa chatte sur mon visage, en m’empressant de bouffer sa chatte et de mordiller son clito pendant que Marc me pilonna.

 

C’est à ce moment qu’Alicia se pointa nue dans l’encadrement de la porte de la cuisine. C’est,à ce moment que Marc sorti sa queue de ma grotte pour lâcher son foutre sur mon ventre.

 

Alicia se précipita, pour récolter avec sa langue le sperme que son mari à laisser sur mon ventre, elle retourna vers Manon pour l’embrasser pleine bouche et garda une petite quantité pour moi.

 

Julie et Manon sont chaudes dans cette histoire taboue
Génère des photos porno grâce à l'intelligence artificielle

Manon se leva et nous avons fait une pause-café. Pendant cette pause je suis revenu sur la fois où Kevin à jouer les voyeurs.

 

« Alicia quelle ont été vos réactions lorsque vous avez remarqué que ton fils et son copain jouaient les voyeurs. »

Nous n’avions pas vraiment de réactions car après tout c’était nous les fautifs nous aurions dû faire cela dans notre chambre.

 

Alicia : « Marc si tu es près ? Allons, Manon à ton tour, tu prends la place de Julie et je prends la tienne ! Julie quant à toi tu te masturbes ou tu te reposes. »

 

Manon prit la même position que précédemment, et Alicia se positionna sur le visage de Manon, tandis que moi je les observais en me masturbant. De temps en temps j’allais rouler une pelle à Marc ou à Alicia. Elles ne tardèrent pas à avoir un orgasme et après avoir fait une seconde pause changement de rôle, Alicia reprenant la place de Manon, cette dernière la mienne et moi je m’assois sur le visage d’Alicia. Après ces multiples orgasmes, nous étions éreintés mais contente d’avoir pu faire l’amour. Tellement contente qu’Alicia a oublié de regarder sur l’heure, heure ou elle aurait dû aller chercher les enfants.

 

Nos habits étaient restés dans le salon, et nus nous nous précipitons vers le salon quand , trop tard, la porte d’entrée s’est ouvert les enfants d’Alicia accompagnée du copain de Kevin, nous avais surpris dans la tenue d’Eve.

Julie et Manon sont chaudes dans cette histoire taboue
Nouveaux profils

 

Hum j’ai tout de suite remarqué les bosses qui se formaient dans le pantalon de Kevin et de son copain. J’ai aussi remarqué qu’Alicia s’est rendu compte de mon regard insistant. Elle me fit un sourire en passant sa langue sur ses lèvres.

 

Les enfants montèrent dans leur chambre et nous nous sommes vite rhabillés.

 

Alicia : « Julie j’ai remarqué ton regard, ne me dis pas que tu as envie de mon fils ? »

 

Je ne savais pas quoi répondre, j’étais gênée.

 

Moi : « Alicia ne me dit pas que tu as………. ? »

 

Alicia : « Julie tu n’as terminé ta phrase ? » « tu veux dire coucher avec ton fils ? »

 

Moi : « Oui couché ou sucé »

 

Alicia : « Ni l’un ni l’autre, hé, c’est interdit »

 

Moi : « alors tu l’as vu se masturber ? »

 

Alicia : « Oui une fois la porte n’était pas bien fermée il était allongé sur son lit sa queue dans la main. »

 

Moi : « Et toi tu t’es masturbé après ?

 

Alicia : « Oui je me suis godé »

 

Moi : « En pensant à ton fils ? »

 

Alicia : « Non pas spécialement »

 

Moi : « je n’en suis pas si certaine »

 

Alicia : « Bon d’accord tu à gagner »

Après cet incident il était temps pour nous de se remettre en route en direction du domicile en passant chez Christelle. Après un dernier baiser langoureux et en se donnant rendez-vous samedi au restaurant.

 

En nous rendant chez Christelle la vue des deux bosses qui se formaient dans les pantalons du fils d’Alicia et de son copain m’excitait, j’aurais bien aimée m’en occuper, mais je devais sortir de ma tête car se sont des mineurs. Malgré cela je ne pus m’empêcher de porte ma main entre mes cuisses et d’entamer une légère masturbation. Manon sans aperçu et m’imita. Comme j’étais au volant et que l’envie de jouir devenait de plus en plus pressante, je me suis arrêté au fond du parking d’une salle des fêtes à l’abri de tout regard.

 

Pour être plus à l’aise je retire mon manteau, et demandais à Manon de me donner le godemiché qui se trouve dans le vide-poches. Elle me le tend, mais une autre idée me vint en tête, mais avant tout je voulais m’assurer que personne ne pouvait nous voir.

 

« Manon, garde le godemiché pour toi, installe-toi à l’arrière et en même temps que tu te masturbes tu feras le guet ».

 

« D’accord chérie, mais toi que vas-tu faire ? »

 

« Moi, je vais me masturber sur le levier de vitesse »

 

« Salope va, tu n’as pas peur ? »

 

« Non chérie, tu surveilles »

 

Manon prit alors place sur la banquette arrière, écarta ses cuisses et commença la masturbation avec son gode tout en gardant un œil sur les environs.

Pour m’empaler sur le levier je pris dans mon sac à main un préservatif que j’enfilais sur le levier de vitesse, puis je me positionnais en me mettant à genoux les jambes sur les deux sièges avant, puis m’abaissant jusqu’à ce que mes lèvres intimes, rentrassent en contact avec le pommeau du levier.

Ma frottant dessus afin de lubrifier me pommeau je m’empalais doucement. Malgré la position inconfortable j’ondulais, tout en faisant quelques va-et-vient. (J’oubliais la voiture est une Clio III)

 

Manon et moi nous sommes arrivés à l’orgasme en même temps.

 

Manon reprit sa place à l’avant, et reprenant la route direction Christelle, je me posais la question de ce qui nous attend encore ce soir. J’avais comme l’impression que nous allons devoir passer la nuit chez elle.

 

« Manon, dis-moi te sens-tu encore capable de faire l’amour avec Christelle ce soir ? Franchement je suis sur les rotules et j’ai mal au dos »

 

« Julie chérie, fallait pas se goder avec le levier de vitesse, tu n’avais qu’à me demander je t’aurais fisté. »

 

« Oui Manon, mais je voulais essayer un autre godemiché que toujours les mêmes. »

 

Nous sommes arrivées chez Christelle, la nuit tombait et elle m’avait donnée comme consigne de donnée trois coups de sonnette, pour qu’elle sache que c’est nous.

 

Elle nous ouvrait toute nue, une fois à l’intérieur elle n’avait pas besoin de nous dire de nous mettre à l’aise, les manteaux et le reste des habits rejoignirent le portemanteau dans le corridor.

Une fois nue Christelle nous souhaita la bienvenue en nous roulant une pelle.

 

Elle nous emmena dans son salon, ou je lui ai raconté toute l’histoire de ce jour. Elle se réjouit déjà de pouvoir changer de lieu de travail.

 

Elle remarqua notre état, les traits tirés, la fatigue de la journée de baise que je racontais dans les moindres détails.

 

Christelle n’hésita pas à écarter ses cuisses et posé sa main sur sa chatte déjà humide elle se masturbait en nous écoutant raconter notre journée.

 

« Christelle ce n’est pas tout, en cours de route nous avions tellement envie de nous masturber que nous ne pouvions plus attendre. Nous nous sommes arrêtés sur le parking de la salle des fêtes du village voisin, bien à l’abri de tout regard, et là Manon s’est goder et moi je me suis empalée sur le levier de vitesse. »

 

Christelle : « Humm, Je comprends maintenant pourquoi tu as  mal au dos, tu veux que je te masse ? »

 

Moi : « Oh oui Christelle, masse-moi chérie »

 

Christelle interrompit sa masturbation se leva et demanda de l’accompagner dans sa chambre. Je m’allongeais sur le ventre et Christelle a alors pris une pommade et m’a massé le dos les reins, je sentais le bien-être de ce massage envahir mon corps.

 

Après mon dos Christelle entrepris en massage de mes fesses, puis sa main s’infiltrait entre mes cuisses pour trouver ma chatte qu’elle caressa et massait avant de pénétrer un doigt puis deux.

 

Elle ressortit de mon sexe me demandai de me tourner sur le dos, elle reprit alors sa pénétration d’un doigt, puis deux en massant bien l’intérieur de mon vagin, puis un troisième doigt rejoint les deux suivie du quatrième et pour finir le cinquième. Je hurlais de plaisir, lorsqu’elle fermait le poing et l’agitait dans ma grotte.

 

Manon n’en resta pas là, elle trouva sur une petite table différents godemichés que Christelle avait préparé pour nous. Elle s’empara d’un gode ceinture, le mi autour de sa taille et elle demanda à Christelle de se mettre en levrette sans s’arrêter de fisté Julie.

 

Manon se mit alors derrière Christelle et présenta le godemiché à l’entrée de sa chatte, puis l’introduisait dans son vagin. Manon faisait des va-et-vient dans le vagin et Julie avait toujours le poing qui s’agitait en elle.

 

Christelle cessa de fisté Julie et lui demanda de se tourner et de se mettre en 69 , elle demanda alors à Manon, de l’a sodomisée. Manon s’arrêta de la goder et laissa la chatte dégoulinante à Julie. Manon s’est repositionné pour planter le gode ceinture à l’entrée du petit trou. Manon s’activait de plus en plus vite dans les entrailles de Christelle.

 

Elles eurent plusieurs orgasmes d’affilée.

 

Après ces ébats Christelle les invitas à dîner, la conversation continuait à parler de sexe pendant le dîner. Elle s’adressa à Julie, lui demanda si ces douleurs sont apaisées, elle répondit positivement.

Christelle : « Je n’ai jamais essayé le levier de vitesse, justement à cause de l’inconfort, mais je suppose que cela procure une autre excitation surtout le faire dans un lieu insolite »

 

Moi : « Oui, c’est exact, l’idéal est d’avoir une voiture décapotable pour éviter les courbatures. »

« Tu aimerais essayer le levier de vitesse ? «

 

Christelle : « Pourquoi pas, cela changera de mes godemichés »

 

Moi : « Si tu le fais, ne fais pas la même erreur que Marie-Claude, serre le frein à main. »

 

Je racontais alors la mésaventure qui lui est arrivée.

 

Marie-Claude en rentrant du travail avait une envie de se goder. Ne pouvant plus attendre le retour à la maison elle prit un chemin forestier et s’arrêta 200 mètres plus loin. Nous avons dans chaque voiture toujours un godemiché en réserve, mais ce gode je l’avais utilisé puis je l’ai désinfecté, mais je ne l’avais pas remis à sa place.

Alors elle décida d’essayer le levier de vitesse. En se garant dans ce chemin elle à laisser la vitesse engagée, mais à omis de serrer le frein à main. Elle se mit alors en position et s’empala sur le levier, ses mouvements ondulatoires on fait sauter la vitesse et comme la voiture était en pente et à dévaler le chemin qui était en légère pente. Paniqué le temps de réagir il était trop tard la voiture s’est arrêtée contre un arbre, causant des dégâts, l’aile gauche, l’optique gauche, le pare-chocs etc.

 

Après cette anecdote, je m’empressais de demander à Christelle sur ces relations avec les hommes et les femmes.

 

Moi : « Dis-moi Christelle cela fait dix ans que tu as divorcé, ne me dit pas que tu n’as plus eu d’homme depuis ? Je te demande cela car vue le nombre de jouets sexuel, que tu possèdes tu dois être une accro de la masturbation. »

 

Christelle : « Oui Julie, depuis mon adolescence je suis une accro de la masturbation, et même après mon mariage, je continuais ma masturbation quotidienne, même si mon mari m’a fait l’amour.

C’est ma drogue, Julie je n’y peux rien »

 

Moi : «Est-ce que tu trompais ton mari ? »

 

Elle : « Non je ne l’ai jamais trompée, mais lui, il m’a trompée avec sa secrétaire même avant le mariage, et je ne me suis pas rendu compte, jusqu’au jour où je les ai surpris dans son bureau les deux nus en train de baiser.

Il m’avait appelé avant qu’il eût un travail urgent à finir, qu’il ne sait pas quand il rentrera. »

 

Moi : « Tu te doutais de quelque chose pour que tu sois allé à son bureau ? »

 

Elle : « Non aucun doute, je devais quand même récupérer un colis au relais, au retour j’en ai profité pour passer à son bureau. Sur le parking il n’y avait que deux voitures dont la sienne et je suppose celle de la secrétaire, une femme d’environ 55 ans, ronde des gros seins, châtain clair.

Pour rentrer dans les locaux il fallait un code que je connaissais, je me suis rendu vers son bureau en empruntant un long couloir lorsqu’en arrivant à hauteur du bureau précédant celui de mon mari j’entends des gémissements entrecoupés par des :

 

« Oh ouiiiiiiii baise moi fort, ouiiiiiiiiiii encore ouiiiiiiiiiii que c’est bonnnnnnn ! »

 

J’étais comme paralysé quand j’ai entendu cela et ensuite je me suis approché de la porte, je l’ai ouverte rapidement, et j’ai crié :

 

« C’est ça ton travail urgent ! »

 

Il prenait sa secrétaire debout en levrette, elle prenait appui sur son bureau. Malgré mon intrusion il n’arrêta pas de la pilonner.

 

De suite, je lui ai dit que je vais demander le divorce, il me répondit :

 

Oui c’est ça, tu aurais dû le demander depuis bien longtemps, car je couche avec ma secrétaire depuis bien longtemps. Elle m’a même fait une fellation le jour de notre mariage lors de la réception. »

 

Folle de rage, je lui ai dit qu’il reste avec sa grosse pute, et que demain il retrouvera ses affaires devant la maison.

 

Voilà, après ses révélations nous sommes allés nous couchez, sagement.

 

Jeudi matin à notre réveil après notre douche nous nous sommes habillés nous préparant pour rentrer chez nous et en prenant le petit-déjeuner Christelle, qui elle était encore nue, nous à révéler :

 

« Julie et Manon ne soyez pas choqué si d’ici 10 minutes il y a un jeune qui sonne à la porte, je l’accueille tous les matins à 7 h 30, il vient pour me baiser, c’est pour cette raison que je suis nue et le reste. »

 

Moi : « Mais Christelle ta vie privée ne nous regarde pas, tu es chez toi, tu fais avec ton cul ce que tu veux. Nous sommes contentes pour toi. »

 

Elle : « Merci mes chéries, il a 26 ans et depuis mon divorce je le reçois tous les jours à la même heure nous faisons l’amour pendant deux bonnes heures. Hier il est même venu deux fois le matin et l’après-midi ; il est reparti juste avant que vous êtes arriver. »

 

Et elle ajouta : « Si vous avez une envie de faire sa connaissance sexuellement, ne vous gênez pas dites-le-moi et j’organise une journée sexe !

 

Sur ce après avoir embrassé langoureusement Christelle nous sommes parties au moment ou l’amant arrivait.

 

Hors nos ébats conjugaux entre Manon et moi les journées de jeudi et de vendredi furent calmes.

 

À suivre !

 

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou