Vous êtes ici : Accueil > La baronne Histoire taboue zoophilie extrême Chapitre 2
Confession Intime Histoires taboues Photos privées Prostitution Viol Zoophilie

La baronne Histoire taboue zoophilie extrême Chapitre 2

La baronne Histoire taboue zoophilie extrême Chapitre 2

En montant dans la chambre d’Odile, dans l’escalier, elle passe sa main sur la braguette de Pat.
– Mais tu bande mon salaud, ça t’a excité ? Ma partie de baise avec mes chiens.
Arrivé dans la chambre d’Odile, elle s’assoit sur le lit ouvert.
– Vient ! Calmé cette belle érection dans mon petit jardin qui n’a pas été visité ce soir.
Elle ce couche en chien de fusil tout en gardant sa guêpière et ses bas. Elle tape de la main sa
croupe.
– Aller !! Vient tu en a envie, ça ce voit……………….Vient te soulager…………………Avec ?
Pat ce débarrasse de son pyjama et se couche dans le dos d’Odile. Le voilà maintenant qu’il écarte
ses fesses avec ses mains, puis elle sent un doigt passer sur sa raie et venir sur son anus. Il caresse
son petit trou récupère des sécrétion gluante qui sortent encore de son puits d’amour, puis y enfonce
doucement son doigt ! Cette caresse lui fait du bien, il parvient à enfoncer son doigt à l’intérieur de
son jardin secret. Il la fouille avec une envie qui la trouble, et qui a le don de complètement la
relâcher.
Elle se cambre encore plus en gémissant, son doigt tourne et s’enfonce profond dans son cul. Puis il
retire son doigt, il vient mettre le bout de son gland sur sa rosette en remplacement de son doigt. Il
profite de ce moment pour présenter sa queue devant sa petite porte qui n’a pas le temps de se
refermer, elle force son chemin.

Elle se détend et se cambre encore pour le laisser la sodomiser.
– HUMMM !!! Oui vas y prend moi le cul, encule moi ! Ça y est, son gland est en elle. Odile est
haletante. Pat force un peu plus son chemin en elle jusqu’à entrer environ un tiers de son sexe avant
de s’immobiliser. Enfoncé en elle, ses mains quittent ses hanches pour parcourir son corps. Il la
caresse, sort ses seins de la guêpière et les pelote, il titille ses tétons.
Tout ce qu’il lui fait a le don de la détendre, ses fesses qui se relâche, permettant à sa queue de
s’enfoncer encore un peu. Il la pénètre ainsi en douceur, sans jamais la forcer, attendant que son
corps accepte cette présence.
Après plusieurs minutes, il parvient enfin à ses fins. Les fesses d’Odile se posent sur son pubis.
– Hum !! Ça faisait longtemps que j’avais pas trouvé un cul capable de m’accueillir en entier.
Il reste ainsi immobile, complètement enfoncé dans son rectum, pendant que ses mains continuent
de parcourir son corps et de lui faire du bien. Alors qu’une de ses mains joue avec ses tétons, Odile
sent l’autre descendre sur son ventre jusqu’à sa moule qu’il ouvre avec deux doigts pendant qu’un
troisième s’insinue dedans. Rapidement, son pouce vient se poser sur son clitoris dressé qu’il flatte
et caresse délicatement. Ce qu’il lui fait est absolument divin, elle mord sa lèvre inférieure pour ne
pas gémir trop vite.
La main sur son sein remonte sur son cou et glisse dans ses cheveux. Il la tient et la force à se
tourner vers lui. Les lèvres de Pat se posent sur les siennes qui s’ouvrent et sa langue s’insinue en
elle. Il l’embrasse avec passion, Odile se sent fondre. Elle gémit dans sa bouche en sentant sa queue
doucement sortir de son cul. Il la recule millimètre par millimètre avant de replonger la en elle tout
aussi doucement. Il procède avec une extrême lenteur. La sensation est particulièrement agréable. Il
bouge ainsi une dizaine de fois avant d’à nouveau se figer au plus profond de ses entrailles pendant
un long moment avant de répéter l’opération.
Cette pénétration, ces caresses et sa façon passionnée de l’embrasser lui font perdre peu à peu ses
moyens. Le corps d’Odile finit par être traversé par un tremblement.
– Tu jouis !! Tu es à moi !! Ton anus n’arrête pas de se contracter autour de ma bite ?
Pour toute réponse il vient poser son doigt, qui tout à l’heure était dans son cul, sur sa bouche.
– Suce mon doigt pendant que je t’encule, tu aime cela.
La voilà maintenant à sucer son doigt comme une petite bite pendant qu’il enfonce sa queue de plus
en plus dans son fondement.
Ses deux mains viennent se poser sur ses hanches, il se tire en arrière pour la faire cambrer
davantage. Ses mouvements dans son cul s’accélèrent très lentement, il y va encore très doucement.
Odile commence bientôt à sentir ses parois anales chauffer. C’est pas une brûlure, mais un
picotement agréable. Il se met à varier la profondeur de ses pénétrations, alternant entre mouvement
avec seulement son gland à l’entrée de son cul et très bref aller et retour planté entièrement en elle.
Cette façon de la prendre est un délicieux supplice et un long soupir finit par lui échapper.
– Qu’est-ce que c’est ?
– Rien.
– D’accord.
D’un mouvement lent, il sort entièrement des fesses d’Odile.
– Qu’est-ce que tu fais ?
– J’arrête de te sodomiser puisque tu ne prends aucun plaisir.
– Non, s’il te plaît, continue.
– Pourquoi ?
– J’aime ça, refais-moi jouir.

– Tu veux donc être à moi jusqu’à la fin de la semaine ?
– OH ! Oui, même plus si tu veux !!! Mais je t’en supplie, prends-moi, met la moi dans le cul !
Odile pousse un long râle tandis que le sexe de Pat s’insinue de nouveau en entier entre ses fesses. Il
la reprend de la même façon, augmentant à peine le rythme. Son anus la chauffe, elle adore cette
sensation, elle adore se dire que c’est le sexe d’un homme qui lui donne un tel plaisir.
Il ne lui faut pas longtemps pour jouir.
– OOHH !! OUIIIII !!!! JE VIENNNNS !!!!!! Odile a un orgasme violent, HUMMMMM ……
Voici que Pat aussi explose. Sa queue bien à fond dans son fondement il éjacule, il lui inonde les
entrailles de son sperme.
Son orgasme passé, elle veut le remercier pour ce qu’il lui a fait.
– C’était bon, pour toi aussi ??
– Oh oui !! T’es une bonne chienne !
– Reste ainsi…..Ta chaleur me fait du bien au dos. Dormons ensemble veux tu ?
C’est emboîté ensemble qu’ils s’endorment. Lui sa queue encore dans l’anus d’Odile, elle dos collé
au ventre de Patrice.
Pat émerge des bras de Morphée par des petits bisous sur son érection matinal. Il ouvre les yeux,
Odile en peignoir de soie entrouvert sur sa nudité lui sourit.
– Bonjour !! Le petit déjeuner est prêt.
Pat ce remet sa culotte de pyjama et descend avec Odile dans la cuisine ou ils prennent leurs repas.
Pendant le petit déjeuner Odile regarde Pat dans les yeux attendant une question ou un commentaire
sur les événement de la nuit.
Le repas fini, regarde les quatre chiens couchés sur la terrasse devant la porte fenêtre de la cuisine.
– Tu te fait saillir par les quatre ? La Question claque comme un coup de fouet.
– Oui !! Je me fait saillir par tout les quatre. Et tous ensemble des fois.
– Tu fait ça depuis que ton mari est décéder ou si c’est avant ? Le savait il ?
– Écoute !! Pat, ne me fait pas de reproche, comme tu me l’a dit cette nuit en me sodomisant, c’est
d’accord !! Je suis à toi si tu me veux, laisse moi te raconter le comment et le pourquoi de ce que tu
me demande.
– Voilà ! Daniel mon mari m’a dépucelée, il m’a fait découvrir toutes les facettes de l’amour et du
sexe. Il était pervers, voyeur, dominateur et aussi un beau salaud.
La bataille avec ma mère a commencé au moment où j’ai franchi la porte de la maison.
– Bonjour maman ! Je viens de rencontrer Daniel, il m’a demandé de sortir avec lui demain soir
pour aller à la fête. Il est un peu solitaire mais mignon, alors j’ai dit oui.
En fait Daniel ne me l’avait pas vraiment demandé, c’était plus une affirmation. Quand j’ai
commencé à hésiter, il a pris mon bras et l’a serré tout en me regardant avec ses yeux pénétrants et
un peu effrayants. Il m’a dit qu’il viendrait me chercher à huit heures. J’ai hoché la tête tout en
sentant un picotement dans mon ventre.
Aucun garçon n’avait jamais été aussi sûr avec moi.
– Non ! Odile, ce garçon a des problèmes. Je ne veux pas que tu le voies.
– Non ! Maman, nous ne sommes pas d’accord. Je vais juste sortir avec lui, pas l’épouser. Je suis
une grande fille, je peux prendre soin de moi. Je n’ai pas besoin que l’on s’occupe de mes rendezvous.
– Ce n’est pas sujet à discussion ! Je t’interdis de sortir avec lui, c’est définitif !
– Nous verrons ce que papa dira ! Que je lui crie en courant dans ma chambre et en claquant sa
porte.

Je savais que mon père me soutiendrait. Et c’est ce qu’il fit. La nuit suivante, Daniel arrive tôt et
toque à la porte.
Je me suis habillée de façon légère en réponse au comportement de ma mère. Je voulais qu’elle
sache que j’allais passer un bon moment. Je ne voulais pas être baiser, mais si le rendez-vous se
passe bien, peut-être que je le laisserais toucher mes seins.
Daniel est différent des autres garçons, la façon dont il m’avait donné rendez-vous m’excitais.
Tout de suite, j’ai fait comprendre à Daniel qu’il m’intéressais. Je connaissais tous les trucs : un
effleurement sur le bras, un mordillement des lèvres, un rire enfantin de temps en temps, des
regards fréquents et appuyés, une tête posée contre l’épaule et une main innocente sur la cuisse au
bon moment. Daniel parlait peu. Je trouvais sa confiance tranquille un peu intimidante. En vérité
j’étais excitée d’être avec lui.
A minuit, la plupart des couples sont partis de la fête où ils ont été ? Daniel suggère qu’ils peuvent
aller faire un tour près du lac. C’est bien éclairé et sûr. Arrivés en voiture dans un coin discret, nous
nous installons sur le siège arrière pour avoir plus d’espace. Je laisse Daniel me tripoter les seins à
travers mon chemisier. Puis je le laisse remonter mon haut ainsi que mon soutien-gorge pour qu’il
sente la douce chair de mes seins nus.
Je ne veux pas paraître une fille facile, je veux aussi lui faire comprendre que je contrôle la
situation. Quand Daniel glisse une main entre mes jambes et frotte mon sexe à travers ma culotte, je
recule :
– Non… S’il te plaît Daniel, nous ne devons pas… Ce n’est que notre premier rendez-vous.
– Odile, ne joue pas les prudes ! Moi je ne joue pas.
Il relève la tête et écrase ses lèvres sur les miennes. La main entre mes jambes écarte ma culotte.
Deux doigts frottent mes petites lèvres puis le clitoris. Je suis prise au dépourvu. Je ressens un
frisson d’excitation à être ainsi malmenée. Mon corps répond d’une façon que je ne peux expliquer.
J’écarte les jambes pour lui donner un meilleur accès à ma grotte.
Daniel plonge deux doigts dans mon antre chaude. Il me pousse afin que ma tête soit contre la porte
latérale. Il m’embrasse l’oreille, je me tortille sur ses doigts en train de fouiller mon intimité
humide. Les lèvres de Daniel glissent sur un mamelon et le sucent. Il enfonce ses doigts encore plus
profond dans mon sexe.
– Non ! Oh ! Non ! Daniel… Il ne faut pas… Mon Dieu Daniel…
Je sais que je perd le contrôle de la situation. J’essaie faiblement de le repousser, mais il ne bouge
pas. Il mordille le mamelon et le tire avec ses dents. Ses doigts pénètrent plus profondément ma
grotte alors que son pouce frotte mon clitoris. Il mord plus fort. Je crie de douleur. Mon corps se
raidit juste avant que mon ventre n’explose.
Je suis surprise par l’orgasme qui me secoue. Daniel vient de me donner le premier orgasme de ma
vie. Au moment où je récupère, Daniel a sa tête entre mes jambes. Je sens sa langue titiller et lécher
ma grotte sensible. Se faire brouter ainsi est aussi une première pour moi.
– Daniel, nous devons arrêter ? S’il te plaît… OOHHH !!! Daniel, ne…
Il remet deux doigts dans mon sexe humide et grignote agressivement mon clitoris. Ses doigts
trouvent l’endroit qui me provoque des vagues de plaisir. Quand il me mordille le clito et le tire
entre ses dents, j’’ai mon deuxième orgasme en moins de deux minutes.
Daniel lèche les jus qui sortent de mon sexe, puis il bouge et m’embrasse sur ses lèvres en
enfonçant sa langue dans ma bouche. Pour la première fois encore, je goûte mon propre jus de
moule. Je devrais éloigner Daniel, mais étrangement je trouve la situation érotique. Plus que cela, la

maîtrise totale de Daniel est enivrante.
Il s’assoit et baisse son pantalon. Sa queue dure et volumineuse jaillit libre. Je regarde Daniel avec
appréhension, en me demandant ce qu’il a en tête. Il guide ma main vers son membre bien droit.
J’enroule mes doigts autour de la hampe. Je lui murmure :
– Daniel, je suis une mauvaise fille. Je ne pense pas que ma mère approuverait.
Je colle mes lèvres contre les siennes et ma langue entre dans sa bouche. Nous nous embrassons de
plus en plus avidement. Il pose alors sa main sur ma nuque et pousse ma tête vers le bas. J’essaie de
résister mais il est trop fort. Alors je décide de le finir avec ma bouche.
– D’accord, mais après nous rentrerons.
Je n’arrivais pas à croire que je vais vraiment faire ça.
Mes lèvres ce glissent autour du gland de sa queue. Je n’ai jamais sucé une bites dans ma vie. Elle
est longue et épaisse. La sensation de la chair dure qui remplit ma bouche et glisse sur ma langue est
enivrante. Sucer une bite me fait un drôle d’effet. Ma grotte est humide et mes tétons sont raides.
Mon inexpérience par rapport aux autres filles est évidente. Daniel pince mes tétons sensibles et
passe sa main dans ses cheveux tandis qu’il me laisse prendre mon rythme sur sa queue. Moi je
ronronne et me déplace pour qu’il puisse atteindre ma grotte. Il plonge deux doigts dans ma grotte
dégoulinante.
Je n’ai jamais été aussi excitée avec une autre personne. Je suis toujours déterminée à ne pas me
laisser baiser, mais je veux un autre orgasme avant de le faire jouir. Je décide même qu’il pourrait
jouir dans ma bouche, quelque chose que je n’ai jamais fait.
Je me tortille sur ses doigts pour qu’ils s’enfoncent encore plus dans mon vagin. Je les sens bien
contre mes parois sensibles. Avec sa main libre, j’atteins mon clitoris et me met à le frotter
furieusement. Ça prend plusieurs minutes mais ça marche.
La pression dans mon corps est libérée. La bite de Daniel tombe de ma bouche alors que je crie
quand un troisième orgasme secoue mon corps.
Il pose ses doigts englués sur mes lèvres. J’ouvre la bouche pour qu’il les pousse à l’intérieur. Une
fois de plus je suis surprise par le goût de ma moule. Je suce les doigts et glousse en le regardant :
– Je suis vraiment une drôle de fille ce soir. Je ne sais pas ce qui m’arrive. Je vais te finir avec ma
bouche puis nous devrons rentrer à la maison.
Dès que mes lèvres se sont de nouveau enroulées autour de son sexe gonflé, il met ses mains sur ma
tête et force sa bite dans ma gorge ouverte. Je suis étouffée, je lutte pour me relever. Mais il garde la
pression sur ma tête en essayant de me la forcer plus profondément. Je n’ai pas d’autre choix que de
le laisser pénétrer ma gorge.
– Si j’avais voulu la pipe d’une gamine, je serai sorti avec une de tes copines. Maintenant montre moi quelle femme tu es !!!
Mes gémissements et ma lutte deviennent plus intenses. Il a enfin pitié de moi et il me laisse
m’éloigner de sa queue pour respirer. De la salive sort de ma bouche pour couler sur sa bite et ses
couilles. Daniel, tenant toujours mes cheveux bien serrés dans sa main, baisse de nouveau ma tête
jusqu’à ce que sa bite soit bien fichée dans ma gorge.
Je suis trop confuse pour penser. Je crois que je vais m’évanouir. La queue est trop grosse pour tenir
dans ma gorge. Malgré sa lutte, la bite va plus loin. La douleur de ses doigts tirant sur mes cheveux
ne m’aide pas. Et pourtant, malgré tout ça, je le veux. Je veux qu’il me traite comme ça. Je crois
l’avoir toujours voulu, d’être traitée durement.
La queue de Daniel est complètement enfouie dans ma bouche au fond de ma gorge. J’étouffe

bruyamment et lutte pour trouver de l’air précieux. Il me laisse respirer brièvement avant de
remettre sa bite dans ma gorge, me tenant la tête jusqu’à ce que j’étouffe. Puis, en tirant sur mes
cheveux, il me baise la bouche en balançant ma tête de haut en bas. A chaque fois, sa bite tape dans
le fond de ma gorge.
– Voilà c’est bien Odile. Maintenant je vais te baiser.
Je suis encore éberluée quand il me plaque contre la porte et grimpe entre mes jambes. Plutôt que
d’enlever ma culotte, il la tire sur le côté. Ses doigts ouvrent ma grotte. Daniel se prépare à fourrer
sa bite dans mon sexe brûlant. Quand je réalise enfin ce qui va arriver, je panique :
– Non arrête, nous ne pouvons pas… S’il te plaît…
J’essaie de le repousser mais il ne bouge pas. Je peux sentir le gland frotter l’entrée de ma grotte.
Je réalise que je vais perdre la bataille. Je réalise aussi qu’au fond de moi je veux perdre cette
bataille. Comme dans mon fantasme, je veux me faire baiser. Je veux être prise de force. Mais il y a
un problème.
– Je… Je ne prends pas la pilule, as-tu un préservatif ?
Pour seule réponse, la main de Daniel enserre mon cou et plaque ma tête contre la fenêtre. Je sens
son sexe glisser dans mon intimité. Il commence à me baiser. Ma grotte n’a jamais été autant
remplie. Il lâche mon cou et met mes jambes par-dessus mes épaules. Ses mains écrasent mes seins.
Sa bite me martèle encore et encore. Là je ne veux pas qu’il s’arrête.
– Oh mon Dieu… Oh Jésus… OOHH !!!! Oui baise-moi… Mon dieu… OUIIII !!!
Lâcher prise et se laisser maltraiter est comme un puissant aphrodisiaque. Je peux sentir la
construction d’un autre orgasme dans mon ventre. Sa grosse bite me remplit encore et encore. Il
pince mes tétons si fort que la douleur est atroce. Le plaisir et la douleur se mélangent dans un
tourbillon de sensations qui irradient mon corps. Je jette ma tête en arrière et je crie tout mon plaisir.
Le sexe de Daniel gonfle dans mon passage étroit. Il s’enfonce profondément dans ma grotte et il
grogne. Le sperme chaud envahit mon ventre. Il se retire puis me pénètre de nouveau, remplissant
mon vagin de sa semence épaisse. En sentant la chaleur de l’éjaculation se répandre en je crie sous
l’effet d’un nouvel orgasme.
Daniel retire sa queue de ma grotte remplie de sperme. Il remet l’entrejambe de ma culotte à sa
place pour absorber les différents liquides qui s’échappe de ma moule. Il me grimpe sur le corps et
il pousse son membre dégoulinant entre mes lèvres. Le goût fort du sperme combiné à ma cyprine
remplit ma bouche.
– Nettoie ma bite et suce-la jusqu’à ce qu’elle redevienne bien dure. N’hésite pas à le faire, je ne
veux pas te faire de mal.
Sa queue entre mes lèvres, je lève les yeux vers lui et hoche la tête. Je suis devenue son esclave, son
jouet sexuel. Je veux qu’il me domine, qu’il m’utilise d’une façon que je n’ai jamais connue. Je suis
devenue accro à son pouvoir. Tous mes signes de résistance ont disparu. Je suce sa bite avidement
dans ma bouche, je lèche les jus épais sur sa queue.
Daniel a senti mon changement dans le comportement, il a compris que je suis à lui maintenant, je
vais faire ce qu’il veut. Il attrape mes cheveux et enfonce sa queue dans au fond de ma gorge
jusqu’à ce que j’étouffe. Il le fait encore et encore jusqu’au moment où il me tire la tête pour que je
le regarde. De la salive coule sur mon menton, je respire difficilement.
– Assieds-toi sur mes genoux, je vais te sodomiser.
– Non… NON !!! S’il te plaît, pas ça… Tout ce que tu veux mais pas ça… S’il te plaît…
– Je l’ai dit ! OBEIS !

Daniel me relève et me plaque contre le siège avant avec sa main sur ma nuque. Il appuie ma tête
sur le dossier du siège. De l’autre main, il baisse ma petite culotte et fourre sa queue à l’intérieur de
mon entrejambe dégoulinante. Il passe sa queue entre mes lèvres grasses de son sperme, puis il
remonte le long de mon périnée. Comme il est bien lubrifié, il presse le bout de sa bite contre mon
petit trou serré et il pousse.
Je crie quand je sens l’énorme gland pousser la petite porte de mes reins encore vierge et entrer dans
mon rectum. Il pousse plus profond. Je pense que mes entrailles vont exploser sous la pression
insupportable et la douleur. Des larmes coulent sur mon visage alors qu’il pousse encore plus loin.
Puis il commence à me sodomiser.
Je peux à peine respirer.
Lentement et graduellement, je sens la pression insupportable céder la place à une sensation plus
agréable. Je sens ses doigts qui pénètrent ma chatte. Le plaisir revient dans mon corps. Daniel nous
tire en arrière sur le siège arrière, il s’assoie.
Je m’assoie sur sa queue et me l’enfonce encore plus profondément. Je bouge mes fesses sur la
queue ??? Je deviens folle ????? Daniel remonte ses doigts vers ma bouche. Je les suce
consciencieusement et porte mes propres doigts à mon clitoris.
Il me penche sur le dossier du siège et pilonne mon cul. Il attrape mes cheveux et tire ma tête en
arrière. Sa queue entre et sort de mon anus qui s’étire de plus en plus à chaque poussée. Sa main
saisit ma gorge et serre le cou. Alors que je lutte pour avoir un peu d’air, je suis déchirée par un
nouvel orgasme. Quelques instants plus tard, je sens son sperme chaud inonder mes entrailles.
Il sort sa bite de mon anus et remet ma culotte bien en place pour absorber le foutre qui bave. Il
remonte son pantalon et va s’asseoir sur le siège du conducteur. Je suis en train de remettre mon
soutien-gorge et mon haut sur mes seins.
– Arrête ! Est-ce que je t’ai dit que tu pouvais t’habiller ? Je ne me souviens pas te l’avoir dit.
Enlève tout, compris ?
Je devrais être furieuse de la façon dont il me parle, mais mon désir de lui plaire est plus fort que
tout. C’est comme une dépendance. Je sais que je ferais n’importe quoi pour lui. Daniel m’effraie et
m’excite en même temps. Je le regarde et enlève mon haut et mon soutien-gorge.
– EUUH… Je suis désolé, je ne pensais pas que… Vas-tu me faire du mal ?
Daniel attrape ma mâchoire et tourne ma tête vers la sienne. Il déplace son visage à quelques
centimètres du mien. Il serre.
– Pourquoi voudrais-je te faire du mal Odile ? Je t’aime et on va se voir beaucoup. Pendant le trajet
je veux que tu me suces. Et je veux que tu continues à me sucer même quand je me serai garé
devant chez toi. Compris ?
Je hoche la tête et fait ce qu’il m’a dit. Je sais que sa mère sera encore debout et qu’elle regardera
par la fenêtre. La lumière du porche lui permettra de voir dans la voiture. En vérité, Odile sera
contente que sa mère la voit sucer Daniel. Je glisse mes lèvres sur son membre.

Sam Botte

La suite demain même heure

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

recap

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Catégories

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Bons plans coquins

Visio Skype

skype tel rose amateur

Bons plans

Médias de la Communauté

Sexe à distance

téléphone rose pas cher

Remontons le temps