Bi - Gay - Lesbien Fétiche - BDSM Histoires taboues et histoires de sexe

La première fois où je suis allée à une soirée BDSM

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Aujourd’hui, je suis un adepte avoué du BDSM. Mais comment j’en suis arrivé là est un pur hasard. Bien sûr, j’ai toujours eu un penchant pour la domination et le sadisme. Mais c’est une rencontre tout à fait fortuite qui m’a poussé à vivre ces penchants sexuels bizarres. J’ai retrouvé un vieil ami par hasard et il m’a emmenée à une fête BDSM. Au début, j’ai été très étonné de voir tout le matériel impressionnant et effrayant que j’avais sous les yeux. J’ai d’abord observé la chose pendant un moment, puis j’ai tout simplement participé. Vous devez vous imaginer une immense pièce dont plusieurs portes mènent à de petites salles de jeu. Bien sûr, j’ai d’abord participé à l’activité principale dans la grande pièce. Quelques esclaves féminines s’étaient fait attacher sur une table surdimensionnée et les hommes pouvaient simplement se servir.

. Je n’avais jamais fait ça auparavant. Je l’ai baisée si profondément et si fort dans sa bouche que sa salive coulait. En même temps, je jouais avec ses gros seins et je regardais un autre gars la baiser dans sa chatte. C’était vraiment une atmosphère très excitante. Mais bien sûr, je ne voulais pas encore faire parler la poudre. Je suis donc passé à la suivante, qui était tellement attachée qu’elle a dû me tendre ses magnifiques fesses. Croyez-moi, personne ne se le serait fait dire deux fois. Ma queue se tenait encore comme un seul homme après le sexe oral et je devais tout simplement la baiser dans ce cul d’enfer. Je n’ai pas non plus laissé passer la suivante de cette esclave et je l’ai baisée dans sa chatte humide dans laquelle quelques garçons avaient déjà éjaculé avant moi. J’en ai eu assez et j’ai moi aussi laissé mon sperme dans cette chatte juteuse.

Mais ce qui m’intéressait encore plus, c’était ce qui se passait dans les différentes pièces. Je suis entré dans la première pièce et j’ai été fasciné. Une esclave s’était fait attacher à la croix de Saint-André et recevait une fessée sévère. Quelqu’un m’a également mis un fouet dans la main. Pendant que je visais son cul en chaleur, j’ai remarqué que je commençais à m’énerver. Mais je voulais d’abord découvrir la pièce suivante avant de vouloir à nouveau baiser une des esclaves. Dans la pièce suivante, il s’agissait de sexe sur les seins. L’esclave était tellement attachée qu’elle était complètement immobile. Ses gros seins étaient attachés à l’extrême et elle avait des pinces à tétons. J’étais excité à l’idée de voir un homme lui baiser les seins pendant qu’un autre tirait sur ses pinces à tétons. La chatte était aussi en train d’être baisée. Je voulais vivre cela aussi.

Quand le gars a fini, j’ai enfoncé ma trique dans sa chatte et j’ai aussi pris les pinces à tétons. Chaque fois que je tirais dessus, je sentais son corps se tendre et sa chatte se serrer autour de ma queue. Je crois que c’est à ce moment-là que j’ai compris que j’aimais le BDSM. Bien sûr, j’ai aussi pris la dernière pièce dans laquelle m’attendait un sexe de groupe sauvage avec des esclaves. On pouvait tout vivre à la fois. Sexe oral, baise, fessée, bref, tout ce dont un homme dominant a envie en ce moment. J’ai pu éjaculer au moins trois fois ce soir-là. Et si mon ami n’avait pas voulu partir, je serais restée bien plus longtemps. Aujourd’hui, j’ai ma propre esclave, dont la formation m’a demandé beaucoup de travail. Je suis restée fidèle à mon fétichisme BDSM et j’organise moi-même des soirées BDSM très chaudes.

Mais j’aime encore plus les événements plus intimes où seuls 2 ou 3 doms participent avec leurs esclaves. C’est tout simplement génial de pouvoir tester sa domination sur une autre esclave. Ainsi, nous vérifions toujours mutuellement à quel point nos esclaves de baise sont vraiment soumises. Parfois, nous laissons deux d’entre elles nous regarder faire avec l’une d’entre elles. Celle-ci peut alors faire l’expérience d’un vrai sexe de groupe avec des dominateurs. Et si les autres ne mouillent pas, une punition sévère les attend. La plupart du temps, nous leur mettons un bondage et nous les fessons. Et ceux qui ne mouillent pas en les regardant méritent bien sûr une récompense, qu’ils peuvent choisir eux-mêmes. Je suis heureuse d’avoir compris si tôt que j’étais fétichiste du BDSM et je le vis pleinement. D’accord, j’avoue que je suis sadique. Mais il y a aussi des femmes qui sont masochistes et qui ont tout simplement besoin de la douleur.

Je suis absolument convaincue que tout le monde a un fétiche qui sommeille en lui. Mais certains ne le découvrent jamais. J’ai trouvé mon fétiche et je vais certainement y rester fidèle, car je n’ai jamais eu de sexe aussi excitant que depuis que je suis BDSMer. Et je ne le laisserai plus jamais m’échapper.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

20€ offerts chez Octopus électricité

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou