La revanche d’une secrétaire perverse Chapitre 2 Final

J’ai décidé qu’il valait mieux que j’y reste. J’ai fléchi mes bras, qui étaient devenus raides après avoir été dans une seule position pendant si longtemps. Nancy m’a conduit à mon bureau. Elle m’a plié sur mon bureau à la taille et m’a dit d’étendre les bras sur le bureau. Elle s’est tenue devant le bureau, a saisi mon bras gauche, y a attaché une menotte en velcro et a fixé la menotte au pied du bureau. Elle a fait de même avec le bras droit. Elle m’a dit d’écarter les jambes. Cela me mettait mal à l’aise dans mes talons. Quand elle a eu fini, j’étais immobilisé, debout, plié à la taille, étendu face contre terre sur mon propre bureau. Nancy s’est alors mise derrière moi. Elle a enfoncé son genou dans mon cul.

« Qui est le patron maintenant, Sissy ? Réponds-moi ! »

« Vous l’êtes, Madame », ai-je répondu à contrecœur.

Betty est revenue et a vu la position dans laquelle Nancy m’avait mis. Nancy s’est assise sur mon dos, et ça m’a fait mal. Elle a étendu sa jambe en bas dans la direction de mon visage.

« Embrasse mon pied », ordonna-t-elle.

C’est ce que j’ai fait.

« Continuez à l’embrasser. Avec sentiment », a-t-elle ordonné.

J’ai fait de mon mieux. Pendant ce temps, Nancy a commencé à me donner la fessée, en plein dans la culotte, ce qui ne m’a guère protégé. Elle a d’abord utilisé sa main, puis quelque chose de plus dur et de plus plat. J’ai deviné une brosse à cheveux. Elle m’a donné une fessée, et ça commençait à faire mal. De temps en temps, elle arrêtait de me donner la fessée et me caressait le cul à la place.

« Qu’est-ce qu’il y a Sissy ? » a demandé Nancy d’un ton moqueur. « Remue ton cul pour moi », ordonna-t-elle. « Divertissez-moi. »

Je me suis tortillé pour elle, en essayant d’éviter ses coups, ce qui était bien sûr impossible. Betty en avait assez de se faire embrasser le pied. Elle se tenait aussi derrière moi. Quelqu’un a tiré ma culotte vers le haut, dans la fente de mon cul, et a tiré sur mes couilles. J’ai crié à ce sujet. Puis on a baissé ma culotte. J’ai entendu qu’on me mettait un gant en plastique. Euh oh. À part un examen médical, je n’avais jamais eu quelque chose sur le cul. Un doigt est entré dans l’ouverture de mon cul. Au moins, le doigt était lubrifié. Je ne savais pas si c’était Betty ou Nancy. Le doigt faisait à peine un centimètre, et j’ai serré les muscles de mon cul pour essayer de l’expulser. Bien sûr, il ne bougeait pas. Je me suis tordu – je n’aimais pas le doigt en moi. Le doigt est allé plus loin. Elle le manipulait de l’intérieur vers l’extérieur. Plus vite. Et plus vite.

« Ça te plaît d’être baisée comme une femme ? » me murmura une voix.

C’était très humiliant. Finalement, celui qui avait son doigt dans mon cul en avait assez. Elle a retiré son doigt, et j’ai entendu le bruit d’un gant que l’on enlève d’une main. J’ai poussé un soupir de soulagement. Mais ils n’en avaient pas fini avec moi, loin de là. J’ai senti quelque chose de doux autour de mes couilles. On frottait quelque chose de très doux sur mes couilles, d’avant en arrière. C’était merveilleux. Mais ensuite, mes couilles ont été pressées en étant fortement tirées vers la gauche. Puis on les a tirées vers la droite. Nancy et Betty m’avaient attaché les couilles avec une sorte de bas, et elles jouaient à la corde ! Elles riaient hystériquement de mon malaise. Puis elles ont décidé de faire quelque chose de différent. Elles m’ont détaché les mains et m’ont laissé debout. J’étais couché sur le ventre depuis longtemps. Différentes parties de mon corps me faisaient mal. Les femmes m’ont attrapé entre les jambes et ont tiré le bas attaché à mes couilles, me faisant marcher à reculons. Je ne savais pas où elles m’emmenaient, mais on aurait dit que nous faisions un tour de table autour de mon bureau. C’était difficile de les suivre en marchant à reculons sur mes talons, et en étant tiré par les couilles. Ils m’ont allongé sur le dos sur le bureau. Ils ont écarté mes bras et mes jambes, et ont attaché les quatre extrémités avec du velcro aux pieds du bureau. Puis, pour faire bonne mesure, ils ont attaché l’une des extrémités du bas en tenant mes boules à un pied du bureau également. J’étais vraiment maintenu au sol. Nancy est montée sur le bureau en me regardant de haut. Ses longs cheveux blonds se balançaient sur mon visage en me taquinant. Elle m’a souri. Malgré tout ce qu’elle m’avait fait subir – elle était belle ! Je ne pouvais pas imaginer ce qu’elle me réservait ensuite. Elle s’est penchée vers moi et a tenu mon visage dans ses mains.

« Pauvre petite Sissy », elle m’a roucoulé dessus. Elle soupira. « Mais tu es un tel gâchis. »

Et avec cela, elle a produit un rouge à lèvres et a peint mes lèvres avec une généreuse couche de couleur rouge.

« Serrez les lèvres, ma chère. C’est mignon. Maintenant, ouvre bien grand la bouche. »

Puis elle a produit un autre foulard. Elle l’a mise entre mes lèvres et l’a attachée autour de ma tête. J’étais bâillonné. Nancy a souri gentiment et est descendue du bureau. Betty a fait quelque chose que je n’aurais jamais deviné. Elle s’est déshabillée jusqu’à son demi slip et sa culotte. Elle a grimpé sur le bureau et sur moi.

Elle m’a dit : « Sissy, tu embrasses bien le cul ? »

J’ai supposé que la seule réponse acceptable était « oui », alors j’ai grogné « oui » par mon bâillon.

« Eh bien, nous verrons », a-t-elle répondu.

Betty s’est accroupie au-dessus de ma tête sur le bureau, me donnant accès à son joli cul. Je l’ai embrassée à travers mon bâillon et à travers sa culotte. C’était humiliant, mais en même temps, c’était délicieux. Je lui ai embrassé le cul et j’ai essayé d’atteindre sa chatte, et elle s’est tortillée de plaisir. Parfois, elle s’amusait tellement qu’elle oubliait de me laisser de l’espace et elle s’asseyait carrément sur mon visage. J’ai dû me battre pour avoir un peu d’espace pour respirer. Je l’ai embrassée et léchée jusqu’à ce qu’elle soit satisfaite. Betty est descendue de moi et Nancy est montée à sa place. Ensuite, j’ai vu Betty donner quelque chose à Nancy. C’était un grand vibrateur en forme de gode. Nancy l’a mis en marche et il a fait un bourdonnement audible. J’étais bâillonné et immobilisé. Est-ce que Nancy allait utiliser le vibrateur dans mon cul ? Nancy a commencé à se passer le vibrateur sur elle-même. Elle l’a fait passer sur ses seins. Puis dans la région de l’aine. Elle s’est agenouillée sur moi et a fait courir le vibrateur sur sa chatte, à quelques centimètres de mon nez. J’étais envoûté. Je ne pouvais pas m’empêcher de regarder le vibromasseur se déplacer d’avant en arrière sur sa chatte. Elle était accroupie sur le bureau derrière ma tête. Ses longs cheveux étaient sur mon visage et je m’efforçais de la voir avec le vibrateur. Il était à quelques centimètres de mon nez et je pouvais sentir l’odeur de sa chatte. De temps en temps, sa main effleurait mon visage pendant qu’elle se caressait avec le vibromasseur. C’était exaspérant d’être si près de son corps magnifique, mais d’être immobilisée. Au bout d’un moment, elle a changé de position. Elle s’est agenouillée au-dessus de moi, face à moi. Ses longs cheveux ondulaient sur mon visage. Elle s’est penchée en avant et m’a offert son sein. Je l’ai embrassée et sucée avec avidité, tandis qu’elle continuait à utiliser le vibrateur sur sa propre chatte. Son sein avait un goût délicieux. Nancy soupirait avec contentement. Elle a mis le vibrateur de côté et m’a dit de sucer plus fort. J’ai obéi.

« Non, plus fort », ordonna-t-elle.

Je l’ai fait. Mais ce n’était pas suffisant pour elle.

Elle m’a crié « Plus fort ! » et pour insister, elle a serré mes deux tétons.

J’ai continué à lécher, et elle a décidé de jouer avec mes tétons. Elle a continué à les serrer, un par un, puis ensemble. Elle m’a lâché brièvement pour récupérer son vibrateur, et mes tétons avaient encore une douleur sourde. Je me suis rendu compte qu’elle avait mis des pinces à linge dessus. Nancy est remontée et s’est accroupie au-dessus de ma tête. Elle a fait passer le vibromasseur sur sa chatte un peu. Puis elle s’est abaissée, jusqu’à ce que sa chatte soit juste au-dessus de ma bouche. J’ai fait un effort pour l’atteindre avec ma langue, mais j’étais tout petit. C’était tellement frustrant !

Dans une rare manifestation de rébellion, j’ai grogné à travers mon gag, « Quelle cruauté !

Elle a ri. Il est évident qu’elle me faisait ça exprès. Je me suis rebellé contre mes obligations, mais je ne pouvais pas atteindre sa chatte avec ma langue. Finalement, elle a cédé et s’est abaissée juste assez pour me laisser atteindre sa chatte. Je léchais gaiement sa chatte. Elle jouait un peu avec mes tétons, en tapant sur les pinces à linge, ce qui me piquait les tétons. Elle les a enlevées et a remarqué à quel point mes tétons étaient devenus roses. Ça piquait quand elle les enlevait, mais je m’en fichais. À ce moment-là, lui lécher la chatte était la seule chose qui m’importait. Pendant ce temps, Nancy, ou plutôt Betty, me faisait passer le vibromasseur. Elle me le faisait passer sur la poitrine, de plus en plus bas, jusqu’à l’aine. Elle l’a fait courir sur le dessous de mon pénis. C’est une zone sensible, érogène, mais le vibrateur était trop fort pour moi et c’était plus douloureux qu’agréable. Une ou les deux femmes me taquinaient la bite avec leurs mains ou avec le foulard ou le vibrateur – je ne savais pas quoi, et je ne voyais rien. C’était agréable, mais pas assez pour jouir.

Betty me roucoulait dessus : « Tu veux jouir dans ta jolie culotte, Sissy ? » mais ce n’était pas tout à fait la bonne friction pour que je vienne.

De temps en temps, ils cessaient de me toucher la bite, et je me suis mis en colère contre mes liens, en les cherchant. J’ai continué à lécher Nancy à travers mon bâillon. Elle me taquinait aussi parfois en se soulevant assez haut pour que seul le bout de ma langue puisse l’atteindre, et parfois juste un peu plus haut pour que ma langue ne puisse pas l’atteindre du tout. C’était exaspérant, et ils ricanaient en me regardant tendre ma langue pour trouver la chatte de Nancy. Ils ont tourmenté mes tétons et ils ont tourmenté ma bite en me donnant soit trop de stimulation, soit pas assez. Finalement, Nancy a eu un orgasme de ma langue, et ils ont tous les deux arrêté de me toucher entièrement. Nancy est partie, et elle et Betty m’ont regardé tristement en essayant de reprendre mon souffle.

« Je suppose que tu ne voulais pas jouir dans ta jolie culotte après tout, Sissy », m’a dit Nancy.La revanche d’une secrétaire perverse Chapitre 2 Final

Les femmes se sont habillées. Elles ont arrangé leur propre rouge à lèvres, et pour faire bonne mesure, elles ont arrangé le mien aussi. J’étais toujours attaché au bureau.

« Allons chercher quelque chose à manger », a dit Nancy à Betty. « On reviendra pour Sissy plus tard – peut-être. »

Et ils m’ont laissé seul dans le bureau, attaché à mon propre bureau.

histoires taboues
bantelskype

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page
XFR

GRATUIT
VOIR