Confession Intime Fétiche - BDSM Histoires de Sexe Histoires taboues et histoires de sexe

L’anniversaire exceptionnel d’Alice qui découvre le fist fucking

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Xstory sur le thème du Fist Fucking. Les mots me manquent alors que je sens Sir déplacer son pouce de mon clito vers mon trou, lentement il frotte et pousse jusqu’à ce qu’il trouve le bon angle et alors il est dedans. “Monsieur ! Monsieur, doucement s’il vous plaît Monsieur ! Je l’ai supplié alors que j’étais sûre d’être sur le point d’être déchirée. Jamais je ne m’étais sentie aussi étalée et aussi pleine. Les parois de mon trou se sont moulées autour de la forme de sa main et l’ont serré aussi fort que possible, me protégeant de l’inévitable assaut qui était sur le point d’arriver. Lesbienne
La seule chose qu’Alice voulait par-dessus tout, c’était d’être enfin fistée. Nous en parlions depuis des semaines, des mois même. En fait, depuis que nous nous sommes rencontrés en ligne il y a environ 6 mois.

Les premières semaines, nous avons fait connaissance par e-mail et par téléphone. Notre deuxième rencontre a eu lieu lors de notre premier week-end ensemble. C’était incroyable – nous n’avons pratiquement pas quitté la chambre.

J’ai baisé Alice dans tous les trous trois, voire quatre fois, et elle a tout pris et en a redemandé. Son désir n’avait d’égal que celui de toutes les femmes que j’avais rencontrées et il n’était surpassé que par son enthousiasme. Demain, oui, demain allait être différent. Très différent.

————–

L'anniversaire exceptionnel d'Alice qui découvre le fist fucking
Déshabille n'importe qui grâce à l'intelligence artificielle

Ben semblait différent de tous les autres hommes à qui j’avais parlé. Sûr de lui, insolent et très compétent en matière de conversations sur le sexe. Nous nous étions rencontrés en ligne et avions commencé à bien nous connaître. La dernière fois que nous nous sommes rencontrés, nous avons baisé pendant tout le week-end en commandant des plats à emporter pour ne pas avoir à quitter la pièce.

Ben connaissait bien le corps d’une femme et j’ai quitté ce dimanche soir en me sentant endolorie et profondément satisfaite.

Samedi, c’était mon anniversaire et le seul cadeau que je voulais, c’était d’avoir un poing de personne dans ma chatte. J’ai eu des godes noirs, roses, blancs, des double-enders et des gros godes massifs. J’ai pris les plus grosses bites que j’ai pu trouver, mais j’avais toujours envie de la seule et unique chose que je n’avais pas encore cochée sur la liste.

J’ai constaté que la plupart des hommes parlent beaucoup, mais n’ont aucune idée de ce qu’il faut faire quand il s’agit de passer à l’acte. Certains sont tout simplement trop timorés aux portes ou devrais-je dire aux volets. D’autres se lancent, puis se retirent, craignant de me briser ou de me fendre.

Quoi qu’il en soit, mon âme brûlait toujours d’envie et Ben me l’avait promis pour mon anniversaire. J’avais bien l’intention de profiter de mon cadeau.

———-

Le lendemain, je suis arrivé chez Alice qui m’a fait entrer. Elle se trouvait à trois minutes de la plage, ce qui convenait à ses longs cheveux blonds, à ses yeux bleus et à sa peau bronzée. Elle était en forme et son corps était tendu. Elle faisait du surf et du yoga régulièrement et son physique le montrait.

Alice m’a fait entrer et je lui ai tendu une bouteille de Penfold’s Grange pour plus tard. Je sais que le vin lui permet de se détendre et je n’ai pas trouvé mieux qu’un bon Grange pour une fête. J’avais aussi besoin qu’elle soit bien détendue pour plus tard, car j’allais lui offrir le cadeau qu’elle voulait.

Elle m’entoura de ses bras et referma la porte derrière nous, tandis que nous entrions dans la cuisine. Il était trois heures de l’après-midi et Alice avait déjà débouché une bouteille de champagne.
——————————–

Ben est arrivé vers trois heures de l’après-midi.

L'anniversaire exceptionnel d'Alice qui découvre le fist fucking
Les dernières inscrites

Ma chatte avait été en feu toute la journée, chaque partie de moi le voulait et le voulait. Je voulais être remplie. Je m’étais déjà baisée trois fois avec mon gros garçon de 9 pouces à la chair tendre.

C’était avant même que je n’ouvre les yeux. (Je l’avais laissé près du lit après m’être baisée avec hier soir, alors je l’ai réutilisé ce matin).

Je me suis levée, je suis sortie et j’ai marché sur la plage, puis je me suis dirigée vers le petit coin d’herbe où je m’assois pour regarder les vagues déferler et méditer. J’ai ensuite fait ma séance de yoga avant de rentrer à pied.

Mais aujourd’hui, j’ai eu du mal à me concentrer. Ma chatte n’arrêtait pas de m’interrompre. Elle en voulait plus, alors j’ai étiré mes membres, je suis rentrée chez moi et j’ai sorti le gode le plus gros que j’ai. Il est gros, mesure environ 7 pouces de long et est de couleur marron. Il n’est pas aussi doux que mon gode charnu, mais il n’est pas si dur qu’il semble totalement faux.

Lentement, je l’ai glissé en moi, en travaillant mon clito et en le poussant à l’intérieur. Il est toujours difficile de franchir mes lèvres et de pénétrer dans mon nid de femme, mais j’arrive toujours à trouver le chemin.

Je me suis allongée, les jambes écartées, et j’ai joué avec mon clito jusqu’à ce que je jouisse. La sensation de ce monstre protubérant, ainsi que les pensées dans ma tête de Ben venant me frapper, m’ont fait exploser et j’ai joui partout ; le jus s’est répandu sur la literie tandis que l’orgasme a traversé mon corps comme un cyclone, me laissant totalement exaltée dans son sillage.

Environ 20 minutes avant l’arrivée de Ben, je ne pouvais plus rester assise. Je suis donc remontée à l’étage, j’ai pris mon long gode noir à double extrémité et je me suis amusée.

Le lubrifiant qui se trouvait à côté de mon lit m’a permis de le glisser facilement dans ma chatte et dans mon cul, et j’ai utilisé les deux extrémités pour baiser mes deux trous inférieurs jusqu’à ce que je jouisse. D’abord dans mon cul, puis dans ma chatte, puis une explosion toute puissante lorsque j’ai pompé les deux jusqu’à l’apogée. J’en voulais toujours plus, j’avais envie de Ben et de son poing.

L'anniversaire exceptionnel d'Alice qui découvre le fist fucking
Génère des photos porno grâce à l'intelligence artificielle

Enfin, il est arrivé.

“C’est bon de te voir, j’ai été tellement excité toute la journée. Je n’arrive pas à m’en débarrasser”. J’ai dit.

“Tu as apporté mon cadeau ? J’ai demandé.

Ben a souri.

————————–

Je voyais bien qu’Alice était excitée et qu’elle avait besoin d’une baise. Je ne savais pas si elle serait capable d’attendre jusqu’à ce soir-là. J’ai sorti mes mains de la poche de ma veste et je les ai tendues vers elle. Sur chaque poignet, il y avait un ruban.

“Vas-y, ouvre-les”. J’ai dit.

Le visage d’Alice s’est illuminé et elle a souri si fort.

“Pour moi ? Oh, tu n’aurais pas dû ! Et deux d’entre eux !” Elle a tiré sur l’un des nœuds et il est tombé par terre. Puis elle tira sur l’autre, laissant à nouveau tomber le ruban.

“Tu les aimes ? demandai-je.

L'anniversaire exceptionnel d'Alice qui découvre le fist fucking
Nouveaux profils

“Bien sûr. C’est exactement ce que je voulais”, dit-elle avec un sourire, en me servant un verre et en complétant le sien en même temps.

——————-

Ben a sorti ses mains de ses poches et a enroulé un ruban autour de chaque poignet, le ruban était bleu sur une main et cramoisi sur l’autre, les extrémités effilochées et les nœuds parfaitement formés. C’était le plus beau cadeau que j’avais jamais reçu et j’avais hâte d’en faire bon usage.

Ma chatte a eu une soudaine bouffée de plaisir et j’ai senti le jus commencer à couler le long de ma jambe. Je ne pouvais pas attendre, je ne me souciais pas des détails de toute façon.
J’ai servi un verre à Ben et j’ai rempli mon verre une fois de plus. J’étais prête et vraiment en manque d’envie. Je me suis assise en regardant Ben, il me racontait sa journée, mais en vérité je ne pensais qu’à lui me jetant à terre et me baisant sans raison comme il l’avait fait la dernière fois que nous nous étions rencontrés. Je tenais sa main dans la mienne en l’imaginant en train de me pénétrer, je ne voulais rien d’autre.

“Ben, j’ai baisé trois fois aujourd’hui. Je veux mon cadeau et je le veux maintenant. S’il te plaît, donne-le moi, s’il te plaît, poigne mon trou lubrique”. J’ai soulevé ma jupe et lui ai montré ma chatte nue. Il pouvait voir les marques de jus sur mes jambes et savait que j’étais prête pour lui lorsque j’ai écarté les jambes pour qu’il puisse les voir.

Il m’a regardée sans être choqué, ou peut-être était-il choqué que j’aie mis tant de temps à écarter les jambes la première fois que nous nous sommes rencontrés, j’ai dit bonjour, je suis Alice, gentille avec moi, maintenant baise-moi. Elle est restée là pendant vingt minutes avant que je ne cède à mes désirs.

————————–

Alice était en feu. Elle se tenait dans la cuisine, soulevant sa jupe et me montrant sa belle chatte nue et rasée.

“C’est tellement beau, ma chérie”. Je lui ai dit que je savais ce qu’elle voulait mais que je la faisais travailler dur pour l’obtenir. Je sais ce qu’elle veut, mais je la fais travailler dur pour l’obtenir, pour le mériter en quelque sorte.

“Ah Alice, il est tôt, nous aurons le temps d’y revenir plus tard, profitons de l’instant présent. Une fois de plus, je savais que cela la pousserait à bout.

“Ben, c’est mon anniversaire et je me ferai baiser si j’en ai envie… c’est ce que dit la chanson. Tu m’as promis un fisting et c’est ce que tu vas me donner.” Elle se tenait debout comme un enfant en pleine crise, tapant des pieds et écartant les jambes, passant ses doigts sur les lèvres de sa chatte et sur son clitoris.

“Goûte-moi Ben, c’est prêt”, dit-elle.
——————

J’ai tendu les doigts que je venais de frotter sur ma chatte. Ils étaient maintenant couverts de mon jus.

“Eh bien, goûtez-moi Ben – je suis prête”. J’ai dit. Le non n’était pas une option.

Ben s’est rapproché et j’ai mis mes deux doigts dans sa bouche.

Sa bouche était chaude et douce et il a sucé longuement et fort les deux doigts, d’abord, puis l’un et l’autre. Ce faisant, j’ai senti deux de ses doigts disparaître en moi.

Comme je l’ai dit, il s’y connaît et a immédiatement trouvé mon point G. En quelques coups, j’ai joui.

En quelques coups, j’ai joui, mes jambes s’écartant tandis qu’il continuait à sucer mes doigts et à m’enculer.
——————

Alice n’était pas d’humeur à attendre, et ce qu’Alice veut, elle va généralement le chercher.

Ses doigts ont glissé dans ma bouche. Son goût était aussi bon que dans mes souvenirs.

J’ai sucé et léché ses doigts, puis j’ai glissé deux, puis trois doigts en elle et j’ai frotté son point G pour la faire jouir, ce qui m’a donné du jus de jeu supplémentaire pour ce qui allait se passer.

“C’est une bonne fille Alice, tu veux qu’ils soient en toi, n’est-ce pas Alice ? J’ai dit : “C’est une bonne fille Alice, tu les veux en toi, n’est-ce pas Alice ?

Alice m’a rapproché d’elle. Sa bouche était à quelques centimètres de mon oreille.

“Oui, Ben, j’ai vraiment besoin qu’ils soient en moi”, dit-elle, ses exigences disparues et son désir affiché.

“Emmène-moi dans ta chambre, je veux que ta première fois soit sur ton lit. J’ai dit et elle a ouvert la voie.

Bien que son appartement soit clair et aéré, sa chambre était sombre. Les fenêtres étaient recouvertes d’un épais rideau violet qui empêchait la lumière de nous réchauffer.

Des bougies étaient allumées tout autour de la pièce, ce qui lui conférait une douce luminosité. L’odeur du sexe et des bougies emplit l’air.

“Tu es sûre que c’est ce que tu veux, Alice ? Vraiment sûre ?” Je lui ai demandé en connaissant sa réponse avant qu’elle ne la donne.

“Oui Ben, j’en ai besoin, tu le sais”, a-t-elle répondu.
—————

Dans ma chambre, j’avais déjà allumé toutes les bougies pour préparer l’arrivée de Ben. La pièce sentait mes deux choses préférées : le sexe et la cire de santal. Je me sentais à l’aise, en paix, en harmonie avec moi-même.

Ben m’a regardé et s’est arrêté pour me demander

“C’est vraiment ce que tu veux faire Alice ?”

J’ai répondu “Oui”.

Ben m’a regardée de haut en bas et a fait un pas en arrière.

“Il m’a ordonné de me déshabiller.

J’ai soulevé ma chemise au-dessus de ma tête et j’ai fait glisser ma jupe sur mes fesses et l’ai laissée tomber sur le sol. J’ai commencé à tendre la main pour enlever les chaussettes courtes avec des froufrous au sommet, mais Ben m’a dit de les laisser.

“Quel est ton mot de passe, Alice ? demande-t-il.

“Lapin blanc, mon mot de passe est lapin blanc”. Je l’avais déjà utilisé auparavant et il me vient toujours à l’esprit si j’en ai besoin.

“C’est une bonne fille, maintenant va t’allonger sur le lit, prête à m’accueillir”.
——————-

Alice était plus que prête et je lui ai demandé de se déshabiller pour m’assurer qu’elle savait qu’elle était dans l’instant. Comme dans la vie, de nombreux moments passent à toute vitesse sans que l’on s’en rende compte.

Elle a confirmé son mot de passe et s’est allongée sur le lit comme je le lui avais demandé.

“Ben, encore une chose. Est-ce que je peux vous appeler Monsieur, ça me semble juste ?” demande-t-elle.

“Bien sûr, Alice, tu peux. Ton mot de passe est lapin blanc et tu choisis de me laisser glisser mon poing entier dans ton délicieux trou sucré. Est-ce que c’est bien ?” Je lui ai redemandé, tout en la gardant dans l’instant.

Ma main et mes doigts couraient sur son monticule, tandis que ma bouche trouvait la sienne et que nous nous embrassions, pas pour la première fois et certainement pas pour la dernière.

“Oui, Monsieur, c’est ce que je veux. S’il vous plaît, Monsieur, emmenez-moi là”, supplie-t-elle.

Nous nous sommes à nouveau embrassés tandis qu’un de mes doigts traçait les parois extérieures de son puits de plaisir.
——————

J’étais prête.

Ben, devenu Sir comme je le souhaitais, m’embrassait. Mon cœur battait la chamade quand j’ai senti ses doigts tracer le contour de ma joie.

Je n’étais plus sûre de rien, juste du plaisir que me procuraient le toucher de Monsieur et la sécurité et le confort de son baiser.

“Faites-le, s’il vous plaît, Monsieur. Je l’ai supplié.

Monsieur a continué à m’embrasser, puis il s’est dirigé vers mes mamelons durcis qui se tenaient debout et suppliaient qu’on les touche. Ses doigts ; deux ? Trois ? Je n’en suis pas sûre, m’ont explorée en profondeur. Sa voix était calme et rassurante, me permettant de me détendre pendant qu’il m’explorait.

“Je veux du lubrifiant, Alice. Je l’entends dire. “Je veux ton jus comme lubrifiant, jouis pour moi, jouis maintenant.

Ses mots contrôlaient maintenant mon corps et j’ai joui dès qu’il l’a demandé. J’ai versé du jus partout tandis que l’orgasme que j’avais balayait mon corps en bloquant tous les autres sens, sauf le plaisir.

Tout ce que je savais, c’est que Monsieur me doigtait, introduisant trois ou quatre doigts dans ma chatte qui s’étalait avidement, et j’étais plus heureuse que je ne l’avais jamais été dans ma vie.
————-

Alice s’est allongée, les jambes écartées, et mes trois doigts ont travaillé sa chatte en frottant un côté de ses parois, puis l’autre, en se déplaçant pour que mes doigts puissent frotter la base de son tunnel et l’étirer un peu plus à chaque fois. Mon pouce travaillait son clito, ce qui assurait une source constante de lubrifiant juteux.

Je sentais les parois d’Alice se contracter sur mes trois doigts quand je lui ai dit de jouir et, comme une bonne fille, elle l’a fait à la demande. J’ai travaillé mes quatre doigts en ligne droite, avec un peu de courbure sur chacun d’eux. Je les ai fait entrer et sortir d’elle et elle s’est ouverte de plus en plus à mon gré.

“Alice, es-tu prête ? Tu as déjà eu quatre doigts en toi. Es-tu prête à aller jusqu’au bout ? Dis-moi Alice, es-tu prête à être fistée ?”

Ces mots ont provoqué une poussée de plaisir en elle. Les yeux d’Alice se révulsèrent et son corps devint mou puis tendu par le plaisir. Elle ne pouvait pas parler et laissait son orgasme l’emmener dans son propre lieu de plaisir.

J’ai continué à la pomper. J’ai déplacé ses jambes en l’air et j’ai changé les angles et la hauteur de mes doigts en les enfonçant complètement en elle et au-delà de mes jointures.
—————-

J’ai senti ses quatre doigts s’enfoncer en moi et j’ai su que ça allait venir. J’avais tellement peur, peur d’avoir mal, peur de me déchirer, de me briser ou d’être détruite pour tout autre homme. Mais je m’en fichais, c’était le moment, Monsieur l’avait dit et je voulais mon cadeau.

“Oui, Monsieur, faites-le, s’il vous plaît. Frappez mon trou.”

Les mots m’ont manqué quand j’ai senti que Monsieur retirait son pouce de mon clito pour l’introduire dans mon trou, lentement, il a frotté et poussé jusqu’à ce qu’il trouve le bon angle et il est entré.

“Monsieur ! Monsieur, doucement s’il vous plaît Monsieur ! Je l’ai supplié alors que j’étais sûre d’être sur le point d’être déchirée. Jamais je ne m’étais sentie aussi étalée et aussi pleine. Les parois de mon trou se sont moulées autour de la forme de sa main en le serrant aussi fort que possible, me protégeant de l’inévitable assaut qui allait venir.

Chaque ondulation, chaque chatouillement, chaque mouvement envoyait des vagues de douleur et de plaisir à travers moi. J’avais tellement peur.

“Alice ! Alice !” J’ai entendu Sir m’appeler par mon nom. “Tu as réussi Alice, tu as ma main en toi. Jusqu’au bout Alice.” Je l’ai entendu dire

J’AVAIS UN POING EN MOI.

J’ai explosé. Ma chatte s’est agrippée aussi fort qu’elle le pouvait et j’ai crié et gémi. Monsieur a saisi le moment et s’est lentement balancé avec mon mouvement, sa main maintenant ouverte glissant hors de moi et se refermant ensuite à l’intérieur.

Le moment que j’attendais depuis si longtemps était enfin arrivé et je l’ai adoré. Je sentais mon corps céder aux désirs de Sir et mes jambes s’ouvrirent aussi largement que jamais.

“C’est ça Alice, laisse-toi aller à tes désirs et à tes envies. C’est ça, tu es une si bonne fille.”

—————–

Ma main entrait et sortait maintenant de la chatte d’Alice, qui était à présent fistonnée, l’emmenant au-delà de tout ce qu’elle avait pu ressentir jusqu’alors. Et les gémissements constants m’assuraient qu’elle allait bien.

“Encore Alice ? Veux-tu le fisting ? Tu veux que ce soit plus fort ?”

“Je ne suis pas sûre, Monsieur”, s’est-elle écriée.

Ses yeux roulaient. Elle me regardait, puis regardait le plafond, ses yeux disparaissaient à l’arrière de sa tête. Ses jambes restaient écartées et son corps s’accommodait de toutes les positions que je lui donnais.

Elle était consentante et désintéressée et sa chatte venait de briser sa virginité de fisting.

Je l’ai travaillée plus rapidement, en la faisant entrer et sortir, encore et encore, la chair intérieure de son tunnel d’amour s’agrippant et se relâchant à chaque poussée.

“Alice, il y a encore une chose que tu dois faire. Je veux que tu me tiennes le bras et que tu m’aides à glisser ma main en toi.”
—————-

Monsieur m’a dit de saisir son bras, il voulait que je l’aide. Je tremblais à cette idée et j’avais tellement peur de toucher son bras.

“NON SIR NON ! Je… Je ne peux pas Monsieur, ne m’obligez pas… S’il vous plaît !” supplia-t-elle, son corps tremblant.

“Alice, je ne te le demande pas, maintenant fais-le !

Elle tendit le bras et le saisit à deux mains.

“Maintenant, bouge-le de haut en bas, je te l’ai ordonné”, dit-elle en secouant la tête.

“Non ! Non, c’est trop !” dit-elle.

“Fais-le Alice – tu le veux, fais-le !” Je savais qu’elle le voulait, qu’elle avait besoin d’être emmenée là.

Alice a commencé à soulever mon bras et à enfoncer lentement mes doigts plus profondément en elle à chaque coup.

“Tu vois, ce n’est pas si mal Alice, n’est-ce pas ?

“Non, monsieur ! Merci monsieur”, dit-elle.

J’ai retiré mon poing de son corps.

“Alice, je veux te baiser.

“Oui, monsieur, baise-moi ! S’il te plaît, baise-moi, je veux une bite maintenant !
Monsieur a grimpé sur moi et a glissé sa bite dans mon trou de baise meurtri. Il était gonflé et sa bite semblait plus grosse que les 8 pouces épais dont il était doué.

“Monsieur, vous avez grandi, Monsieur ? Tu m’étires”. J’ai dit.

Je pouvais sentir chacune de ses arêtes, chacune de ses bosses, la rondeur de sa tête lorsqu’elle entrait et la lèvre de la base de la tête lorsqu’elle sortait de moi. Tout était si sensible, si vivant et si réel.

Monsieur ne m’avait pas brisée, il m’avait réparée.

————-

Je me suis allongé près d’Alice, me frayant lentement un chemin à l’intérieur d’elle, faisant l’amour avec son trou bien pompé. J’ai senti ses murs chauds et serrés s’étendre autour de moi à mesure que j’entrais et sortais d’elle.

“Alice, c’est l’heure.

Elle savait ce que cela signifiait.

J’étais sur le point de jouir et j’ai choisi de ne pas attendre. J’ai choisi de refroidir son trou brûlant avec mon jus d’amour.

J’ai arqué mon dos au fur et à mesure que les impulsions de plaisir prenaient le dessus et j’ai joui jusqu’à ce que les explosions se rencontrent à la base de ma bite et remontent le long de ma tige.

————–

J’ai senti chaque pulsation de la bite de Monseigneur, chaque contact de ses bijoux d’homme sur ma chatte. J’étais dans la plus grande chevauchée de ma vie et je ne faisais qu’un avec Monseigneur.

J’ai senti son corps se tendre et j’ai su ce qui allait suivre et j’ai voulu qu’il jouisse.

Il m’a dit quand et mes parois se sont serrées, pressées et serrées à nouveau pour traire le jus d’amour chaud et apaisant que Monsieur m’offrait pour réparer mon trou.

Alors que Monsieur me rapprochait de lui, je ne m’étais jamais sentie aussi satisfaite de toute ma vie.

Mon esprit était en paix et mon corps bien dépensé. C’était le meilleur cadeau d’anniversaire qui soit.

———–

Alice reposait dans mes bras, en paix avec le monde, et j’étais fier d’elle… mais je me demandais ce que je pourrais lui offrir l’année prochaine pour son anniversaire.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou