Divers Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe

Le dentiste m’a doigtée… les deux trous

Le dentiste m'a doigtée... les deux trous
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Bonjour à tout le monde,

Je m’appelle Marie, j’ai 29 ans et j’habite à Paris. Je vais vous raconter une histoire tabou qui m’est arrivée l’année dernière. Je ne vais pas tourner autour du pot et vous dire que c’est une histoire sexuelle avec mon dentiste. C’est plus un témoignage qu’une confession sexuelle, mais bon.

Je m’appelle donc Marie, j’ai 29 ans et je suis une jolie blonde à forte poitrine. Je suis ce que l’on appelle une bombe atomique. Non non, rassurez-vous ce n’est absolument pas de la prétention, c’est strictement la vérité. J’ai toujours fait fantasmer les hommes et lorsque je me retrouve dans un café, dans une soirée ou quelque part où il y a d’autres personnes, je suis systématiquement dévisagée. Cela à l’air idiot comme cela, mais ce n’est pas une position enviable. Croyez-moi ! Bref ce n’est pas le sujet. En tant que petite blonde sexy et désirable, j’ai dû me rendre chez un dentiste pour une douleur persistante. J’ai pris rendez-vous ce qui n’a pas été facile avec mon travail. J’ai réussi à trouver un praticien qui a pu m’accueillir à 19 h 30. J’étais ravie !

À la sortie du boulot, je me dirige immédiatement vers le cabinet de ce dentiste en espérant qu’il puisse me soulager. Je ne me doutais alors absolument pas que c’est de cette manière-là qu’il allait m’aider. C’était un bel homme, d’une cinquantaine d’années, très élégant avec beaucoup de charme. Il m’a demandé de m’installer et m’a posé quelques questions vu que c’était la première fois que nous nous voyions. Il m’a ensuite demandé d’ouvrir la bouche et l’a introduit ses outils. Il y a passé beaucoup de temps et je me suis aperçue qu’il frottait son sexe contre ma main qui était sur l’accoudoir. Au début, je me suis dit que je me faisais des idées. Mais vu ce qu’il s’est passé ensuite, le doute n’était plus permis. Il m’a dit que j’avais un début d’abcès et qu’il fallait le drainer. Il m’a proposé d’anesthésier ma gencive pour ouvrir la dent et libérer le pu. J’ai immédiatement paniqué, car j’ai peur des aiguilles et encore plus de tout ce qui touche aux dents. Il a proposé alors de me mettre le masque qu’il met aux enfants avec le protoxyde d’azote. Il me dit que je ne sentirais absolument rien et que je serais un petit peu dans les vapes. Alors j’ai dit allons-y !

Lorsque je me suis réveillée, je me suis aperçue que je m’étais endormie ! Je n’étais pas juste dans les vapes j’étais complètement shootée ! Mais ceci étant dit, il avait ouvert ma dent et avait fait tous les soins qu’il fallait. La douleur avait disparu et c’était parfait ! Mais il y avait quelque chose qui me gênait. Il m’a expliqué que je devais revenir dans 48 heures après que le pu ait bien eu le temps de s’écouler. Il devrait alors nettoyer le reste de la dent et de la gencive avant de la reboucher. J’étais contente, mais perturbée par quelque chose.

Le dentiste m'a doigtée... les deux trous

Sur le trajet du retour dans la voiture, je me sentais toujours bizarre. Lorsque je suis arrivée à la maison, je me suis déshabillée et j’ai vu alors que mes vêtements étaient tout en vrac. Je venais de comprendre que le dentiste avait abusé de moi. J’étais paniquée et je ne savais que faire. Je me suis déshabillée et je me suis lancée dans une auscultation digne des experts. J’avais effectivement des traces sur ma culotte. Le dentiste m’avait doigté les deux trous certainement avec ses doigts. J’avais des pertes vaginales sur le gousset de ma culotte et des traces de matière fécale. J’étais sa dernière patiente, il n’y avait personne après moi et il ne courait aucun risque puisque j’étais endormie. Je suis une fille qui ne pratique pas la sodomie et qui est très étroite du vagin. Je peux vous dire que s’il y a eu pénétration quelle qu’elle soit, je le sens tout de suite ! Je me suis sentie trahie et totalement sale. Mon réflexe a été d’aller prendre une douche pour me laver. J’avais la certitude qu’il ne m’avait pas pénétrée avec son sexe, mais simplement avec ses doigts. Mais cela ne l’excuse en rien !

Toute la journée du lendemain, j’ai brogé. Mon lieu de travail se trouve juste en face du commissariat. J’ai décidé à la pause de midi de pousser la porte de la police et de demander à parler à quelqu’un. Au début, je n’ai pas été prise au sérieux. C’est fou comme en France le fait d’être une victime vous rend suspicieux aux yeux des forces de l’ordre. J’ai fini par tomber sur une femme très gentille qui m’a écoutée. Elle avait décidé d’intervenir le lendemain lors de mon rendez-vous. J’étais terrifiée à l’idée de retourner là-bas, mais elle m’a assuré qu’il n’aurait rien le temps de me faire. Je devais absolument poser ma journée du lendemain pour revenir voir cette policière afin qu’elle m’équipe de mouchards.

Je n’ai pas dormi de la nuit. Le lendemain matin, je suis retournée la voir et elle m’emmenait dans une salle spéciale où elle m’a présenté une autre femme très gentille. Cette dernière m’a équipée d’un micro et d’une mini caméra placée dans un collier. Je devais le laisser en évidence par-dessus mon chemisier. Elle m’a rassurée une dernière fois avant de m’accompagner au rendez-vous. Le rendez-vous était prévu pour 12 h 15. Encore une fois j’étais la dernière de la matinée. Je suis entrée et le dentiste était très souriant et personne n’aurait pu deviner ce qu’il faisait aux patientes. Je me suis allongée terrifiée. Il m’a demandé de me détendre et a posé le masque du protoxyde d’azote sur mon visage. Lorsque je me suis réveillée, il était assis sur une chaise, menottée et j’avais le visage de cette policière au-dessus du mien qui me réveillait doucement.

Elle m’a montré les images capturées par la caméra et on le voit très bien ouvrir mon chemisier pour me caresser les seins, en tout cas essayer. Il n’a pas eu le temps d’aller plus loin que mon soutien-gorge lorsque l’équipe de policiers est entrée pour le coincer. Vous avez certainement entendu parler de cette histoire dans les journaux l’année dernière.

Aujourd’hui, lorsque je me rends chez un médecin et qu’il veut m’endormir, je m’assure d’être systématiquement accompagnée. C’est idiot, parce que le scénario du dentiste qui me doigte sur son fauteuil était une idée très excitante jusqu’ici. J’aurais certainement accepté ses avances s’il les avait formulées officiellement. Mais le fait d’abuser de moi est impardonnable !!!

Marie, 29 ans Paris

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

5 Commentaires

Cliquez ici pour poster un commentaire

  • houlala quand je pense que pour ma dernière visite chez le gynéco il m’a injecté pour m’endormir je commence à me poser des questions

  • ça t’excite pervers dévolu tu l’imagine me fouiller bien profond avec son avant bras eh bien non non c’est pas possible il y avait Titti, par contre moi je pense déja à tes 50 ans quand tu sera à quattres pattes sur la table du proctologue je vois bien une femme un peu sadic qui jouera avec tes balloches pendouillantes en leur tirant bien dessus et bien sur à te travailler ton entrée annale avec pour objectif de te fouiller très profond pour te faire jouir comme un crapaud baveux ( huuummmm j’adore ètre perverse)

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings