Histoires taboues et histoires de sexe Confession Intime Récit érotique

Le long voyage coquin d’un couple libertin amateur Partie 8

Le long voyage coquin d’un couple libertin amateur Partie 8

Suite de la partie 7. Arriver dans le hall de départ Philippe me proposa d’aller prendre un café au buffet. Je n’avais pas envie nos bras charger je préférais aller sur le quai attendre le train. Nous empruntons le passage souterrain pour arriver au quai 3. Je sentais les regards perçant des autres voyageurs se poser sur ma poitrine dont les tétons perçaient le fin tissu du t-shirt et en regardant bien la tache brune. Ils devaient aussi être aveugler par mes jambes et mes cuisses, de mes fesses à peine cachées par ma mini-jupe lors de la montée des marches non pas celles de Cannes mais celle de l’accès au quai N° 3. Cependant à mi escalier Philippe a dû me protéger des regards en se plaçant derrière moi car un groupe arrivait avec des enfants. Chérie j’aime bien te voir ainsi, mais là tu deviens un peu trop provocatrice tu devrais mettre quelque chose d’autre du moins changer de t-shirt. Mais dit donc deviendrait tu jaloux ? Non mais il y a beaucoup d’enfants ce doit être une colonie. Tu ne vas quand même pas me demander de me mettre à poil la sur le quai ? Non du tout mais va vite aux toilettes. Trop tard voilà notre train.

Avec tous ce monde qui attend nous ne serons pas tranquilles tu vois ou j’en veut venir ma chérie. Oui je vois mon cœur. Voiture 4 tiens la voilà, nous nous installons dans notre compartiment Philippe mis les bagages dans le porte bagages. Tiens personne dans ce compartiment bizarre ! Attend ça va venir avec tous ce monde qui attendait il va vite être plein. Tu devrais en profiter pour te changer. Oui tire voir le rideau chéri et ferme la porte. Je sortie de mon sac une mini robe légèrement plus longue que ma mini-jupe. J’enlevais ma jupe mon t-shirt j’étais nue lorsque la porte s’ouvrait et une grand-mère et un grand père arrivèrent en grognant, la grand-mère à eut un choc à la vue de ma nudité alors je me suis empressée de passer ma robe. Je me suis excusé auprès d’eux mon t-shirt et ma mini-jupe traînait encore et avec le stress causé par l’arrivée de ce couple je n’avais pas zippé. Philippe s’empressa de zipper ma robe. Le grand père dit nous nous sommes trompés de wagon je croyais que c’était le wagon 14 et j’ai dû traverser tout le train. Puis j’écoutais la conversation engager par le grand père et Philippe. De temps en tant la grand-mère me disait des choses sans grandes importance. Elle n’était pas très bavarde, je suppose qu’elle est encore choquée par la vue de mon corps nu et peut être le fait qu’elle a vu que je ne porte pas de sous-vêtements.

Je me suis blottie contre Philippe posant ma tête sur son épaule déposant de temps en temps des bisous sur sa bouche. Philippe posa sa main sur ma cuisse. Le grand père a dû se rendre compte que ces commentaires m’ennuyaient, c’est arrêter un moment puis à repris la conversation avec la grand-mère. A voie basse j’ai soufflé à Philippe que je dois aller faire pipi en lui faisant un clin d’œil il a vite compris la signification. Je suis allée aux toilettes, croisant quelques personnes et comme l’endroit des toilettes personne ne monopolisait l’accès me facilitait le fait que j’allais me goder. Personne ne pouvant dire que madame occupe les toilettes trop longtemps. Je suis rentrée j’ai fait mes besoins et comme l’endroit n’était pas très propres je me suis levée me suis adossée j’ai sorti de mon sac à mains mon gode et je me suis masturbée pendant quelques minutes le bruit du train couvrait mes gémissements. J’ai ensuite lavé le gode au lavabo et suis aller rejoindre Philippe. J’ai repris la position que j’avais adopté avant dans les bras de Philippe je lui ai fait un bisou sur sa bouche qui c’est transformer en un long baiser langoureux. J’ai dû chauffer le pépé car sa conversation avec la mémé à brusquement été interrompu.

J’étais encore blottie dans ses bras ma tête posée sur son épaule sa main elle posée sur ma cuisse, lorsque le contrôleur est arrivé pour le contrôle des titres de transport. Après les avoir contrôlés j’ai demandé à ce dernier s’il y avait un wagon restaurant. Il m’a répondu : non madame désolée il n’y a qu’un wagon bar et il se trouve trois wagons plus loin. Merci monsieur ! Je vous en prie. Tu as faim ? Demanda Philippe. Oui de toi chéri ! J’avais compris sa masturbation ne suffisait pas. On y va ? Nous sommes sortis du compartiment Je précédais Philippe et m’arrêtait à l’autre bout du wagon à hauteur des toilettes. Chéri je vais rentrer en première, tu t’assures que personne ne vient et tu me rejoins. D’accord, Brigitte pénétra dans les toilettes au moment ou de l’autre wagon une femme arriva voulant aller aux toilettes. Je l’empêchais, c’est occupé madame ah merci mais vous devez avoir des toilettes dans le wagon d’où vous venez oui mais occupé aussi. Puis elle opéra un demi-tour et moi j’ai rejoint Brigitte. Surpris, elle était nue à peine j’avais condamné la porte qu’elle s’agenouillait tira sur mon short le baissa pris ma queue entre sa main la masturba avant de l’enfournée dans sa bouche pour une fellation tandis qu’elle se caressait et introduisait ses doigts entre ses lèvres intimes. Ne voulant pas trop monopoliser l’endroit de peur d’être découvert comme ce fut le cas à l’aller avec le militaire et trouvant l’endroit pas très hygiénique et exigu, vient prend moi vite, il me fit opérer un demi-tour penche toi prend appui il frotta sa queue contre mes lèvres avant de me pénétrer. Il commença à me pistonner pendant de longues minutes. Mes gémissements je les aient atténuées d’abord en serrant les dents mais cela ne suffisait pas Philippe mis sa main sur ma bouche. Nous avons dû interrompre plusieurs fois nos ébats car l’on a frappé à la porte. Philippe devait dire par trois fois : occupé.

Viens chérie, cela devient trop dangereux, remet ta robe et nous allons au bar voir s’ils ont des sandwichs maintenant c’est moi qui ai fin. Nous sortons ensemble des toilettes nous croisons un couple qui nous toisait se doutant ce que nous avons fait ensemble. Arriver au wagon bar nous avons pris 2 jambons beurre et 2 cocas que nous avons consommés sur place avant de retourner à notre place. En repassant devant les toilettes ou avait lieu nos ébats, je demandais : Chérie ont retourne ? Pourquoi tu en a encore envi ? Ben conclure t’amener à l’orgasme, non je ne préfère pas retournons à notre place mon chéri s’il faisait nuit je n’aurais pas dit non mais là trop de risque et puis je suis éreintée. Peut-être après, d’ailleurs dans dix minutes nous seront à Lyon va falloir changer de train.

Arriver dans le compartiment le grand-père et la grand-mère se préparais déjà pour descendre du train alors qu’il y avait encore une petite dizaine de minutes. Le grand-père me demanda si nous continuons dans ce train, je lui répondis non nous changeons à Lyon et prenons le Nice Strasbourg. A comme nous alors il y a des chances que nous soyons avec vous dans le même wagon. Possible vous avez la réservation où ? Il me tendit le billet car sa vue lui jouait des tours, non monsieur vous avez le N° 5 et nous le N° 7. Dommage, me disait il nous trouvant sympa. Ah monsieur pendant votre absence un téléphone a sonné deux fois de suite. Je regardais Brigitte qui me dit non j’ai le mien tout en fouillant dans ma poche, ben non j’ai dû l’oublier ici, je l’avais laissé dans mon sac. C’est Damien, il a seulement dû voir maintenant que je l’ai appelé. Allô Damien ! Oui papa tu vas bien ? Oui mon grand et toi ? Oui super, maman est là oui à mes côtés ! Elle peut entendre ou cela gêne ? (J’ai mis alors sur Haut-parleur) Elle entend qu’à tu ? J’ai une bonne nouvelle je suis sélectionné pour suivre ma formation informaticienne chez qui tu sais (il ne peut pas le révéler secret défense) pendant six mois avec une forte probabilité d’avoir la place définitive. Attend Damien le train s’est arrêter, nous devons changer, ah il n’est pas encore en gare. Oui je disais que nous sommes très contents de ta réussite ! Merci papa tu me passe maman stp je tends le portable à Brigitte pendant le temps que je descends les valises. Damien chéri mes félicitations tu as réussi (un court silence) Maman qu’a tu ? Tu pleures ? De joie chéri suis très contente pour toi tu sais, tu pars quand ? Lundi matin ! Déjà ? Tu vas me manquer ! Toi aussi maman, mais je vais revenir régulièrement ! (Pendant ce temps le train est reparti lentement.) Je te laisse chéri nous arrivons en gare, on se verras demain, Allez je t’aime maman gros bisous à toi aussi Damien chéri ! Sèche tes larmes Brigitte et viens on change de train ! La grand-mère ayant entendue mais pas tout compris dit : que d’émotions et pour l’interrompre car je sentais qu’elle nous voulait tirez les vers du nez je répondis : Que voulez-vous madame c’est ça l’amour maternel !

Nous quittons ce train pour prendre notre correspondance qui par chance était déjà en gare et même pas besoin de quitter le quai, il était en face. Je cherchais le wagon 7, Tiens-le voilà c’est le second me dit Brigitte qui avait encore une larme qui coulait. Brigitte montait en première lorsque le grand père demanda si c’est ce wagon ? Non monsieur le vôtre c’est le second ! Il me remercia je suivis Brigitte à la recherche du compartiment. Le voici me dit-elle, nous entrâmes, je mis les valises dans le porte bagages et nous nous sommes installés pour encore 4 heures de train. Je pris Brigitte dans mes bras la serrant fort contre moi elle reposa à nouveau sa tête sur mon épaule. Elle ne dit mot, j’essayais de la consolée par des caresses sur ses cuisses remontant sans le vouloir sa mini robe et la rabaissant en vitesse TGV lorsque deux femmes sont rentrées dans le compartiment ou nous n’étions que nous deux pour l’instant. Cela devait être la mère et la fille, elle se ressemblait comme deux gouttes d’eau vêtue à l’identique mini robe à fleurs moulante décolleté en V, sans manches d’un soutien-gorge blanc visible par les bretelles apparente et certainement par une culotte de la même couleur, j’allais peut-être le savoir bientôt. Effectivement en étant assise la mère que j’estime avoir notre age mi quarantaine croisait ces jambes et je peux vous confirmer qu’elle est bien blanche ainsi que pour sa fille 20 ans environ. Brigitte me pinça elle a remarqué mon regard perçant se diriger vers l’entrejambe de nos voisines. Pour m’excuser je posais ma bouche sur la sienne et ma langue chercha la sienne, nos deux langues se rejoignent ma main libre repris les caresses de sa cuisse en faisant attention de ne pas trousser sa mini.

Peu de temps après le contrôleur fit son entrée dans le compartiment suivi par le grand-père et la grand-mère. Bonjour mesdames et monsieur et s’adressant au grand-père est ce bien ce couple ? Il répondit par Oui ce sont eux ! Brigitte très surprise croyait que nous avions fait quelque chose de mal, le contrôleur raconta : Ces personnes avaient réservé leurs places dans le wagon 5 ; ils se sont fait agresser par deux jeunes loubards qui ont essayé de leur voler le sac à main de madame. Elle s’est mise à crier ce cri m’a alerté, j’étais heureusement à ce moment-là à l’autre côté du wagon et avec l’aide d’une autre personne nous avons maîtriser les deux loubards. Ils sont actuellement enfermer dans le compartiment, ils seront remis à la gendarmerie à Bourg en Bresse prochain arrêt dans 5 minutes . Ce monsieur m’a alors informer que vous avez fait connaissance dans le train précédent et comme ils sont choqués et perdus ils m’ont demander dans la mesure du possible de les installer avec vous ? Volontiers venez installer vous soit à nos côtés soit en face à coté de ses dames. La fille se leva pris la grand-mère par le bras et l’aida à s’asseoir, le grand-père à ses côtés. Alors le contrôleur nous à prévenus que l’arrêt à Bourg en Bresse sera prolongé qu’un officier de la gendarmerie accompagner d’un médecin viendrons pour examiner les deux victimes et prendre une déposition. Le contrôleur nous remercia et en partant nous dit je vais accueillir les gendarmes le train entre en gare de Bourg en Bresse. Brigitte me dit quel périple, à l’aller le train a dû s’arrêter à cause d’un sanglier 15 minutes de retard, maintenant cela. Chéri tu appelleras Julie du retard, oui chérie ne t’inquiète pas, après lorsque le train repartira. A suivre.

Brigitte et Philippe

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

        
postrecap

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Supprimer la publicité en devenant donateur

Merci

En devenant donateur, vous nous soutenez et pour vous remercier, nous supprimons toute la publicité. En prime, vous avez accès à des histoires taboues rien que pour vous !

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Nouvelle Coquine

Solange 9

Sexe facile

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Visio Skype

skype tel rose amateur

Webcam Skype

telrosegol

Médias de la Communauté

Rencontres

Sexe à distance

téléphone rose pas cher
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accept
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings