Fétiche - BDSM Histoire erotique Histoires écrites par des femmes Histoires taboues et histoires de sexe

Léa jeune rousse sexy fait un contrat sexuel

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Bien que j’aie eu une rencontre avec Benoit, mon Maître, je n’avais plus de nouvelles de lui. Je dois admettre que cela m’a profondément perturbé et j’ai presque cru que c’était un rêve. Je me suis finalement retrouvé dans un rêve érotique, ou j’avais pris mon pied, enfin !

Je continuais ma petite vie tranquillement, métro, boulot, dodo, la routine s’installant progressivement. En tant que marketeuse, je passais mon temps à rédiger des publications, à créer des plans de communication et à organiser des salons, ce qui me prenait souvent le week-end.
Je décidais tout de même de prendre une petite pause un soir en allant dans un bar dans l’espoir de rencontrer quelqu’un avec qui je pourrais m’amuser. Au moment de mon arrivée dans le bar, il n’y avait pas beaucoup de monde. Je commandais ma boisson préférée au bar, une bière despérado ! J’échangeais avec quelques hommes, mais aucun ne m’a proposé de passer un moment plus amusant, sexuellement, je veux dire.

Après deux heures passées dans le bar, j’ai pris la décision de retourner chez moi et de regarder un film en toute tranquillité. Après mon arrivée à la maison, j’ai pris une douche chaude et j’ai commencé à me caresser légèrement en imaginant avoir les mains d’un homme sur mon corps… En rentrant dans mon salon entièrement nu, je me suis installée sur mon canapé, au chaud sous un plaid…
J’étais couvert de mon plaid et au chaud lorsque j’ai entendu les clefs sonner à ma porte. Elle s’est ouverte et Benoit, mon Maître, est apparu. Il a refermé la porte et s’est approché de moi avec son regard charmant.

— Salut, ma belle, j’avais hâte de te revoir et de passer du bon temps avec toi, c’est pourquoi je t’ai apporté des petits cadeaux !
J’ai été ravie de le revoir, car j’étais si heureuse et j’avais beaucoup d’envie ces derniers temps, mais j’ai cru qu’il m’avait oublié…
— Bonjour Maître, lui dis-je avec un petit sourire…
— Est-ce que tu crois que je t’avais oublié ?
— J’avais peur que vous m’oubliiez, Maître.
Il s’approcha de moi et m’embrassa à pleine bouche, pendant de longues minutes.
— Tu es à moi, et je suis là pour officialiser cela.
Il ouvrit son sac et sortit des papiers, ainsi qu’un sac en plastique contenant divers accessoires.
— Je suis ici pour t’informer de ta situation, de tes attentes et de mes actions.
— Oui, Maître, je suis à toi maintenant pour tout ce que tu voudras… En disant cela, j’ai senti une vague de chaleur envahir mon entre-jambe.
— Je t’ai apporté un cadeau qui devrait être le plus précieux de ta vie.
Il prit un collier en cuir noir assez large, orné d’une fine ligne rouge en haut et en bas, de son sac. Il y avait un anneau pour attacher une laisse. Il y avait également une petite plaque en or avec des inscriptions sur elle.

— Tu devras porter ce collier à chaque fois que tu es ma soumise. Si tu ne le portes pas, tu seras puni. Cela fait partie intégrante de ta condition.
Il s’approcha de moi et me mit le collier. Il était froid sur mon cou, et ne me serez pas…
— Tu devras le porter avec fierté, car porter un collier indique que tu appartiens à quelqu’un et que tu as un Maître. De nombreuses soumises auraient rêvé d’en avoir un. La petite plaque en or indique à la fois le nom de ton Maître et le fait que vous êtes ma Soumise.
Je relevais la tête et je souriais en exprimant ma fierté et ma joie de lui appartenir.
— Je suis fière et heureuse de t’appartenir, Maître !
Il m’embrassa une fois de plus, en glissant sa main sur mes seins et en pinçant violemment mes deux tétons simultanément. Je ressentais une douleur à la fois agréable et douloureuse. J’avoue que cela m’avait manquée…

— Il est également nécessaire que je te lise ton contrat de soumission. Il comprend tes responsabilités ainsi que les miennes. Mais avant cela, tu vas déjà commencer par me combler ! Il y a longtemps que je n’ai pas été sucé, j’attends une fellation exceptionnelle de ta part !
— Je ferai de mon mieux, Maître

Pendant qu’il s’asseyait sur le canapé, je me levai et me mis à genoux devant lui, les mains dans le dos.
— Je remarque que tu es déjà nue, ce que j’apprécie, puis tu reprends ta position de soumise… c’est bien, je suis fière de toi !
J’avançai vers lui à quatre pattes et commençait à caresser et embrasser son entre jambes. Il s’approcha de mes seins et commença à me pincer les tétons ! Ces mains sur mes seins, les pinçant m’avait manquée… Au fur et à mesure de mes caresses, je sentais son sexe grossir, et il ne tarda pas à ouvrir et baisser son pantalon. J’étais prêt à dévorer son sexe mou devant moi.
— Mets tes mains dans le dos !

Il a posé son pénis sur mon visage, m’humilié, me bifla et a frotté son pénis sur mes lèvres et joues.
— Lèches mes couilles salope !
Je léchais vigoureusement ses testicules avant de gober doucement l’une d’elle et de continuer à lécher le reste.
— Humm, ta bouche m’avait manqué.

Je persistais à lui lécher ses testicules et son périnée. Et remonter de temps en temps le long de son sexe.
— Je t’apprendrai bientôt à lécher mon cul ! Il va sans dire que tu vas adorer me lécher les couilles et mon anus ! Ouvre ta bouche de salope !
J’ouvrais largement ma bouche et en attendant avec impatience qu’il introduise son sexe, ce qui n’a pas pris longtemps. Il a pris ma tête et a commencé à faire des mouvements de va-et-vient. Il a commencé lentement, puis a accéléré, avant de reprendre le même processus à un rythme plus lent.
— Il est crucial que tu apprennes à faire des gorges profondes sans déglutir. Que je puisse jouer avec ta gorge comme si c’était ta chatte.
Je tentais d’introduire son sexe dans ma gorge, mais aussitôt, je commençais à tousser, il est vrai que je n’avais jamais réalisé cela auparavant ! C’était la première fois que je le faisais.
— Je constate que tu fais un effort remarquable, et j’apprécie ton souhait de me satisfaire. Il faudra du temps et tu pourras t’entraîner autant que tu veux pour atteindre des gorges profondes magnifiques. J’ai un ami qui a un pénis plus long que le mien. Si tu es capable de le prendre entièrement, tu pourras voir si tu es une bonne suceuse !
J’écoutais sans écouter, je me concentrais sur mon désir de bien le faire, de le savourer et de lui donner un maximum de plaisir…

Après avoir effectué une fellation intense pendant quelques minutes, je sentais les palpitations de son sexe devenir de plus en plus intense…
— Ohhh ! Je vais jouir bientôt, continue salope ! Suce ma queue comme tu le fais si bien, et avales tout !

Je redoublais de vigueur en le suçant, en aspirant davantage et en changeant de vitesse. Finalement, je pris sa bite dans ma main, la branlait, en malaxant ses couilles, tout en le suçant avec passion. Les pulsations de son sexe se rapprochaient de plus en plus, il se mit à trembler légèrement et à tressaillir, avant que ma bouche ne soit couverte d’un flot de sperme.
J’essayais tant bien que mal de tout avaler, mais il y a toujours quelques gouttes qui sortent de ma bouche. En continuant à le sucrer avec force, il commença à trembler de plus en plus. Sa bouche émit un râle de joie mêlé à un sentiment de bonheur inconnu. J’appuyais sur son pénis pour récupérer les dernières gouttes de son sperme.

— Ohh putain, ce que c’est bon ! Nettoie bien ma queue, je ne veux plus voir du sperme. Si tu as fait tomber du sperme, tu peux le ramasser avec ta langue.

Je le vidais complètement et nettoyait avec soin ses testicules et ses cuisses afin de récupérer les résidus de sperme, tout en suçant encore plus son pénis devenu mou. Il m’a immédiatement éjecté en repoussant ma tête, suggérant que cela devait être très délicat.
Il m’embrassa à pleine bouche et me dit :
— C’est bien ma petite salope, tu as bien sucé… je suis fière de toi !
— Merci Maître, je suis heureuse que vous soyez fière de moi…
— Maintenant, ton contrat ! Tu seras plus à l’aise si tu viens à côté de moi !
Quand je me suis assis à côté de lui, il classait méthodiquement ses feuilles et me dit :
— Ce contrat de soumission s’applique entre le Maître et sa Soumise. Tu dois en être consciente et le signer. L’objectif est de consolider la structure de la relation. Ce document peut être modifié à tout moment. J’ai remarqué que lorsque des limites sont établies et qu’elles sont respectées, cela donne plus d’assurance à une Soumise, dans le but d’avancer vers un abandon total pour son Maître. Ces règles ne sont pas arbitraires, mais doivent être acceptées par consensus et ont un objectif commun.
Il me fixa attentivement avant de commencer à lire le contrat : ”
– Règles de langage :
La Soumise devra se comporter avec humilité et respect envers son maître. Pour exprimer sa soumission, elle ne devra utiliser que le vouvoiement. Le tutoiement est utilisé par le Maître et les amis qu’il pourrait inviter. Il est impératif que la Soumise utilise le terme “Monsieur” ou “Maître” pour se référer à son Maître. En acceptant ce contrat, la Soumise s’engage à suivre ses instructions et à suivre ses ordres, quels qu’ils soient, sous risque de sanction.
– Règles physiques :
Les règles physiques stipulent que seul son Maître est autorisé à la dévêtir pour la mettre complètement nue, à moins d’une exception spécifique indiquée par le Maître. Il est impératif que la Soumise se tienne à genoux, les jambes croisées, la tête baissée. Le Maître peut demander une interdiction totale de poil sur les aisselles, le vagin et l’anus. Ainsi, la Soumise consent à se faire régulièrement épiler, raser par son Maître ou une autre personne qu’il aura désigné. Des examens médicaux pourront également être pariés pour éviter tout doute.
La Soumise suivra les instructions de son Maître avec une totale soumission. En nudité totale, à genoux, les jambes croisées, mains sur les cuisses, la tête baissée, ou encore debout, les jambes écartées, les mains sur la tête ou enfin à quatre pattes, le front posé sur le sol et les jambes ouvertes et écartées au maximum. Si nécessaire, la Soumise consent à être attachées, en laissant ses différents orifices accessibles au Maître. L’introduction de divers objets et est complètement approuvée par la soumise.
L’anus de la Soumise et la propriété exclusive de son Maître, sauf exception. Il est le seul à pouvoir voir et contempler son intimité, la fouiller et lui mettre un plug anal. La Soumise s’engage à préparer son orifice anal de manière appropriée en le lubrifiant avec un produit approprié afin qu’il soit facilement pénétrable par son Maître à chaque instant. Il aura la possibilité d’utiliser librement à tout moment l’anus, le vagin et la bouche de sa Soumise.
De plus, le Maître accepte de s’engager à l’entraîner, à l’éduquer et à la dominer pour le plaisir de sa Soumise et le sien. Elle arborera la distinction de son statut et de son appartenance. La nudité de la soumise sera mieux soulignée par un collier en cuir avec un anneau pour accrocher une laisse. Le collier sera également orné d’une petite plaque qui mentionnera le nom du Maître auquel la Soumise appartient.
– Sous vêtements :
Il est permis de porter des sous-vêtements tant que le maître ne l’interdit pas pour son propre plaisir. La Soumise donne son accord pour ne pas en porter si c’est le souhait du Maître. La Soumise a le droit de profiter des circonstances, et de ce fait de jouir de la situation. Il est impératif qu’elle se masturbe sous l’oeil attentif de son Maître. Il est le seul à pouvoir définir que la Soumise a le droit d’avoir un orgasme. Elle est consciente que tous les plaisirs sexuels ne lui seront accordés que dans les conditions déterminées par son Maître, selon ses propres décisions et ses propres désirs. En revanche, elle sera contrainte de reconnaître sa désobéissance.
La Soumise accepte les intervalles de chasteté imposés par son Maître, par tout moyen ou accessoire, pour contrôler ou limiter l’usage de son sexe. Seul l’anus sera utilisé sans aucune limite.
– Règles concernant les sanctions :
Les règles relatives aux punitions stipulent que la Soumise accepte de subir toute sanction ou punition que le Maître décide de lui infliger, à condition qu’elle ait été méritée. Le consentement du Maître à la Soumise est soumis à certaines règles établies entre le Maître et la Soumise. La Soumise s’engage à informer son Maître de tout comportement inapproprié qu’elle aurait pu commettre et à en demander la sanction appropriée. La soumise remerciera toujours de ses punitions. Elle se sentira obligée d’exprimer sa gratitude au Maître pour l’attention qu’il a bien voulu lui accorder lors de cette punition.
– Autres informations :
Les rendez-vous sont fixés par le Maître. La Soumise peut toutefois demander à rapprocher les séances. La masturbation est soumise à des réglementations strictes. Elle peut être exposée nue à d’autres personnes. La Soumise lors de cet exercice devra garder les yeux fermés, ou avoir un bandeau sur les yeux sans pouvoir voir l’intimité de son Maître ou celle des personnes qui l’utiliseront, ni même connaître ces personnes, c’est une évidence. Elle devra faire de son mieux pour combler son Maître et éventuellement tous les participants.
– Discrétion :
La discrétion est requise pour protéger ce contrat, à moins que le Maître et la Soumise ne parviennent à s’entendre sur le contraire.
– Annulation du contrat :
Le contrat prend fin si l’une des parties le décide ou si l’une des parties le souhaite. Toute preuve physique de servitude, incluant ce contrat, sera détruite à l’expiration du contrat. Cependant, la Soumise sera contrainte de trouver un autre Maître, car le Maître ne la reprendra pas.
– Signature de la soumise :
Par la présente, j’ai lu, compris et approuvé complètement le présent contrat. J’accepte de me remettre à mon Maître et lui donne gracieusement mon corps. Je sais qu’il m’enseignera, me guidera et m’entraînera. J’accepte ma situation et suis fière d’être Soumise.
– Signature du Maître :
Par la présente, j’ai lu, compris et approuvé entièrement le présent contrat. J’accepte la soumise en tant qu’étudiante. Je la dirigerai et l’instruirai pour son bénéfice et son propre bien.

J’avais pris connaissance de mon contrat de soumission, qui me relierait à mon Maître. Je dois admettre que je ne m’attendais pas à cela. Il y avait beaucoup de restrictions, mais j’avais l’impression que j’en avais besoin. J’avais finalement eu du plaisir lors de ma première découverte. Je me devais de consentir.
— En portant ce collier et en ayant signé ce contrat, tu m’appartiens. Tu devras accepter tout ce que j’aurais envie de faire, sinon tu seras puni. Je serais parfois seul, parfois en compagnie. Si je te demande de sucer quelqu’un d’autre que moi, tu le feras, sinon tu seras… je crois que tu as compris !
— Oui Maître
— Je donnerai les punitions moi-même, mais je pourrais de temps en temps appeler des connaissances ou aller au club pour qu’elle te soit donnée, comme tu le mérites, afin que tu découvres d’autres Maîtres. Je serai présent à cette occasion pour observer ta punition. Tu aurais à obéir au Maître que j’aurais nommé. Acceptes-tu ce contrat de soumission ?
Il me remit le contrat, que je relie entièrement. Il était interdit pour moi de me masturber sans son consentement, il était nécessaire d’accepter ses désirs, de le satisfaire de toutes les manières possibles et d’être puni en conséquence. Je dois admettre que j’avais peur de la situation et que je manquais de sérénité. Mais je pouvais rompre le contrat à tout moment. J’utilisais un stylo pour écrire la date, ainsi que “lue et approuvée” avant de le signer. Ensuite, je lui tendis le contrat.
Quittant le canapé, je me suis mis à genoux devant lui, les jambes croisées, les mains dans le dos, tête baissée, en attente de ses instructions.
— Très bien ! Je procède de la même manière… désormais, c’est officiel. Tu es ma soumise et tu m’appartiens. Si tu es une bonne soumise, je pourrais t’offrir un bracelet de cheville avec une petite plaque avec mon nom, et le fait que tu es ma Soumise. Par conséquent, tu auras l’obligation de porter ce bijou à tout moment, ce qui signifie que tu es à mon service et que tu es soumis à mes ordres et mes désirs. Mets-toi à quatre pattes, le front sur le sol et les jambes écartées au maximum.
Je m’exécutai, me mis à quatre pattes et écartais mes jambes, exhibant ainsi mon intimité. Il touchait mon corps en me caressant les fesses et en les claquant doucement, avant d’introduire son doigt dans mon sexe.
— Regarde comment tu es déjà mouillée ! En réalité, tu es une véritable salope ! Je suis convaincu que tu n’as attendu que cela, être une bonne petite salope soumise !
— Je n’attendais que cela, Maître ! Faites-moi plaisir ! Je suis ta Soumise dévouée !
Ils abattirent plusieurs coups violents sur mes fesses avec sa main ! Je ressentais une forte douleur, mais cela m’excitait davantage !
— Tu as lu le contrat, n’est-ce pas ? Tu dois me vouvoyer ! Je suis l’unique responsable qui déterminera si tu as le droit de te donner du plaisir ou non !
— Je vous prie de bien vouloir me punir si je vous ai désobéi, Maître !
— Tu apprends rapidement, ce qui est un gros avantages ! Je prévois d’arrêter là pour ce soir, mais à la prochaine fois que je reviendrai, nous commencerons par ta punition ! Restes ainsi, dans cette position, jusqu’à ce que je sois parti !
Je restais assis à quatre pattes, avec une douleur aux fesses. Il se rhabilla, me donna de nouvelles claques plus dures sur les fesses et me caressa ma chatte et mon petit bouton pendant quelques minutes, en me masturbant, et en introduisant un doigt de temps à autre. Je dois admettre que cela était absolument divin.
— Je tiens à te rappeler que tu n’es pas autorisé à te masturber. Si tu fait cela, je le serai ! Tu dois attendre que je t’offre l’opportunité de te masturber !
— Oui Maître…
Il s’éloigna de la pièce, me laissant avec une vive envie de me masturber pour évacuer mon désir intense. Je ne pouvais plus tenir, j’avais trop envie ! Ainsi, je commençais à me masturber et j’ai joui en quelques minutes, tant j’étais excité. Je n’avais pas le droit de le faire, je serais donc obligé de lui dire, et je le ferais ! Cependant, il me punira déjà, je pourrai en profiter deux fois plus !
Il était une heure du matin, je commençais tôt le lendemain, j’ai pris une douche et suis allé me coucher. Dès que j’ai placé la tête sur l’oreiller, je me suis immédiatement endormi, satisfait de ma situation et heureux de savoir que je pourrais enfin m’éclater sexuellement…
En attendant la prochaine lettre, je vous embrasse les coquins.
Léa

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

20€ offerts chez Octopus électricité

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou