Histoire de Sexe Histoires taboues

Marie-Claude ma nouvelle voisine Chapitre 16

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Samedi après-midi à la piscine !

 

 

Éric: tu peux plonger en robe ou venir nue, si Marcel est d’accord bien sûr ! Marcel tu veux bien que Marie-Claude vienne s’amuser avec nous ?

Marcel qui est à la fois un peu saoul et excité par la situation :

Marie-Claude ma nouvelle voisine Chapitre 16
Un trans au tél rose !

 

« Oui bien sûr, tu fais comme tu veux chérie, ça fait du bien je t’assure ».

« Allez ma belle, va les rejoindre puisque Marcel est OK pour que tu viennes en robe ou nue » je te laisse le choix.

« Heu…Je crois que j’ai trop bu pour aller me baigner » dis-tu pour gagner du temps, en t’approchant malgré tout, doucement du bord de la piscine, hésitant encore à plonger, avec ta robe ou la retirer.

Je m’approche alors de toi, et te prenant à bras-le-corps, nous tombons tous les deux dans l’eau, te tenant fermement. Sous l’effet de l’eau ta robe remonte jusqu’aux hanches, dévoilant totalement le bas de ton corps, visible même s’il se trouve immergé, et le haut de ton corps moulé dans ta robe trempée.

Pour te rassurer et te remonter à la surface, craignant que tu n’aies bu la tasse, je te tiens toujours, mettant ma main gauche sur tes fesses et la droite sous l’un de tes seins.

Thibo et Marcel nous regardent pénétrer dans l’eau, ton mari est estomaqué de te voir le bas du corps nu, mes mains sur ton corps. Avant qu’il ne réagisse ,Thibo prend le ballon qui est à la surface de l’eau et le lui envoie en disant :

« Maintenant que tout le monde est à l’eau, on pourrait faire un volley, qu’en pensez-vous ».

Nous jouons un moment au ballon, puis tu préfères nager seule, quelques instants avant de te diriger vers le bord de piscine et de remonter sur la terrasse. Pendant ce temps, nous continuons à jouer sans se préoccuper de toi. Tu retires ta robe que tu mets à sécher sur le dossier d’une chaise, puis tu t’étends sur l’un des transats, sur le dos, cuisses légèrement ouvertes. Quelques instants plus tard, je propose de nous désaltérer et de te rejoindre sur la terrasse.

Marie-Claude ma nouvelle voisine Chapitre 16
Nouveaux profils

Une fois hors de la terrasse, je vais chercher des verres et une carafe de jus de fruits. Marcel et Thibo sont encore à patauger au milieu de la terrasse lorsque je reviens avec mon plateau. Tu choisis ce moment, pour te retourner et te mettre sur le ventre, de prendre ton huile solaire et de demander :

« Marcel, tu peux venir me mettre de la crème solaire dans le dos ? »

Étant le plus près de ton transat, je réagis le plus vite et dis :

« Ne bouge pas, je suis le plus près, je vais beurrer Marie-Claude de crème »

Je me lève, prends l’huile solaire et m’assois sur le bord de ton transat. Je fais couler le liquide sur tes omoplates et commence à masser tes épaules et le haut de ton dos. Lentement avec délicatesse mes mains descendent le long de ton dos et les côtés de ton corps, effleurant les côtés de tes grosses mamelles aplaties par le poids de ton corps contre le transat. J’insiste un peu sur le flan de tes outres avant de revenir sur tes reins.

J’enduis ensuite tes jambes et tes cuisses d’huile que je beurre avant de remonter vers tes fesses que je malaxe, pétris et caresse sans aucune gêne devant le regard de Marcel et Thibo, toujours dans la piscine.

Thibo : « dis donc oui tu bandes sec mon salaud, mais je t’avoue moi aussi, c’est si excitant de voir les gros nichons de ta femme et que notre ami la masse, regarde il lui enduit les cuisses et remonte sur les fesses … On ne va pas pouvoir sortir de l’eau dans cet état, ça ne te gêne pas que je me soulage en imaginant Éric prendre Marie-Claude en levrette ? »

« Non ? Alors, vas y toi aussi tu en meurs d’envie, ne sois pas gêné c’est normal de bander en voyant sa femme être touchée par un autre, attends je te le fasse, alors tu aimes que je te branle petit cochon hein ? Ça t’excite de t’imaginer cocu, allez branler moi aussi Marcel, et dis-moi que tu aimerais voir Marie-Claude se faire embrocher devant toi … »

« Oui c’est vrai que je fantasme souvent que Marie-Claude soit prise par un autre devant moi, et Éric a tellement d’emprise sur nous, et surtout sur Marie-Claude, que je crois que cela arrivera fatalement un jour ».

« Mais alors pourquoi ne lui proposes-tu pas toi-même de baiser Marie-Claude devant toi, si tu en as envie ? »

« C’est que je ne suis pas sûr de la réaction de Marie-Claude, je ne voudrais pas la décevoir en lui proposant une telle chose ».

« Pourquoi tu ne profiterais pas qu’elle a un peu trop bu, comme aujourd’hui par exemple pour laisser Éric la draguer ouvertement, il te suffirait de feindre d’être saoul pour ne pas protester ».

« Tu as peut-être raison ».

Tout en discutant les deux hommes continuent à se branler et lorsque Marcel est sur le point d’éjaculer il dit à Thibo :

« Oh oui ! Accélère je vais jouir »

C”est trop et lui-même branle Thibo de plus en plus vite et ils finissent par exploser presque en même temps. Alors que Marcel est gêné de la situation, Thibo lui demande :

« Tu ne serais pas bi ? »

« Heu…je ne sais pas, c’est la première fois, mais ce matin, j’ai vu la bite de Éric et j’avoue avoir été troublé, mais je crois que c’était à cause de la taille de son engin ».

« C’est peut-être pour cela que tu fantasmes sur le fait de voir Marie-Claude avec un autre, simplement pour mater des queues. Bon, si nous allions les rejoindre sur la terrasse ».

Et les deux compères viennent s’asseoir près de moi, assis face à Marie-Claude, étendue sur le ventre, les cuisses légèrement écartées.

Je sers un verre de jus de fruits à mes deux comparses, et Thibo après avoir bu une gorgée dite :

« Elle a un sacré beau cul ta femme ! »

« Heu oui c’est vrai que Marie-Claude est belle »

« Un beau cul, des gros seins, une belle petite chatte rasée, tu ne dois pas t’ennuyer mon salaud ! »

Et les deux compères viennent s’asseoir près de moi, assis face à Marie-Claude, étendue sur le ventre, les cuisses légèrement écartées.

Marcel est gêné, il a encore la bite gonflée et je regarde son maillot gonflé au travers de mes lunettes de soleil me disant qu’il a dû être excité de me voir me faire masser … En tout cas, il ne semble pas choqué que je sois restée nue au soleil, les cuisses un peu ouvertes, la vulve brillante tant je suis excitée …
Tu sembles endormi aussi Thibo commente ta plastique puis tu te retournes face à nous et tu vois que Marcel bande encore ; tu as les jambes écartées et je te propose de t’enduire d’huile solaire.

Oui je fais semblant de dormir, ravie des commentaires sur ma plastique. Dans mon faux sommeil, je bouge et me retrouve sur le côté … Vous continuez à discuter en faisant boire Marcel… Au bout d’un moment, Thibo dit :

 

« Il faudrait réveiller ta femme Marcel, elle va prendre un coup de soleil, Éric ne l’a beurrée que du coté pile … »

Et sans lui laisser le temps de répondre, vous me posez une main sur la hanche, me donnez une petite claque sur une fesse, je me réveille :

 

« Hum oui quoi ? »

« Tourne-toi ma jolie, je vais te mettre de l’huile sur les seins et le ventre ».

Je suis sur le dos, je regarde mon mari au travers de mes lunettes et remarque qu’il bande sous son maillot … Vous me massez les jambes, le ventre, les bras, les épaules puis après avoir regardé Marcel d’un air dominant, vous m’enduisez les seins en les malaxant un par un des deux mains …

Je me retiens de ne pas gémir mais quand vous commencez en enduire à nouveau vos mains d’huile alors qu’il ne reste que mon pubis qui n’est pas protégé … Je regarde une dernière fois Marcel qui cache son maillot d’une main tant il bande et je ferme les yeux.

Je pose mes mains sur l’intérieur de tes cuisses que j’écarte davantage puis ma main droite se pose sur ton sexe que je caresse langoureusement, titillant ton clitoris en même temps. Je regarde Marcel qui a du mal à dissimuler son érection et lui dit :

 

« Cela semble t’exciter ; tu veux que je continue ? »

Marie-Claude: « humm je.. humm je… ça fait du bien mais je… heu Marcel mon chéri, tu veux bien n’est ce pas ? »

 

Et Marcel n’osant pas dire non tant il veut voir la suite répond :

« Heu oui bien sûr il ne faudrait pas que tu aies un coup de soleil sur … Ta petite chatte fraîchement épilée … »

Sans attendre, je pénètre ta chatte d’un doigt que je fais aller et venir dans toi, très très lentement, puis un second avant de continuer à te masturber.

Marie-Claude: une fois que j’ai joui, je referme mes cuisses « je …excuse-moi, je suis désolée je n’ai pas pu me retenir … Tu ne m’en veux pas mon chéri ? »

« Non ma chérie, moi aussi cela m’a excité de voir Éric te masturber ».

« Bien, puisque tout le monde est ravi, trinquons au plaisir et à la jouissance » dis-je en remplissant les verres.

Sur la terrasse, je suis rassurée par la réaction de mon mari qui avoue son excitation de vous avoir vu me masturber … Toutefois, avant de trinquer, je mets une serviette sur mes hanches pour cacher mon sexe et trinque seins nus au milieu de mon mari, mon amant et son copain …

 

Fin d’après-midi du samedi !

 

Nous buvons à nouveau du punch, Marcel est déjà un peu saoul, il bande désormais sans se cacher … Et son gland a taché son maillot de sorte qu’une auréole ne sèche pas … Pareil pour Thibo … Quant à vous Éric, vous déformez tant votre maillot que personne ne peut manquer de constater que votre sexe fait au moins deux fois celui de mon mari …

Après ton second verre, tu te lèves et tu nous dis que tu vas prendre une douche, rincer ta robe et te changer pour le repas, nous laissant seuls entre hommes.

Oui, je veux aller me doucher et me changer car ma robe est trempée mais comme je suis gênée de vouloir remettre ma robe et sortir dans la rue (nous n’osons pas dire à Marcel que la porte entre nos 2 jardins peut s’ouvrir), vous proposez que je me lave dans votre salle de bains et passe un corsage et une jupe qu’une de vos copines à laisser là. Pendant que je vous laisse entre hommes.

Thibo prend la parole :

« Dis donc Éric, tu aimerais bien rendre un service à Marcel ?”

Pendant que vous répondez : « bien sûr », Marcel commence à avoir peur de ce que Thibo va bien pouvoir dire… Et en effet celui-ci poursuit:

« Marcel était très excité dans la piscine de te voir masser Marie-Claude, peut être même autant que lorsque tu l’as branlé à la faire jouir » …

Éric: « oui et alors ? »

Thibo: « eh bien il bandait tellement, d’ailleurs moi aussi, il faut dire que Marie-Claude est sacrément bandante avec ses gros pis, enfin, on bandait tellement qu’on a dû se soulager, et Marcel m’a avoué qu’il aimerait beaucoup voir son épouse se faire ramoner par un autre homme… Tu ne voudrais pas la baiser devant lui par hasard ? Hé ! Marcel c’est bien ce que tu m’as dit ? Tu m’as même dit, si je me souviens bien que la grosse queue de Éric t’excitait drôlement et que l’imaginer goûter la chatte de ta femme te faisait bander ? C’est bien cela ? »

Honteux, d’autant plus que son maillot ne peut cacher sa bandaison, Marcel répond :

« Je heu… eh bien je heu… ça m’ennuie de dire ça mais je heu… oui c’est vrai, vous voir la masser et qu’elle se laisse faire ça me donne plein d’idée en tête, et je ne vous parle même pas lorsque vous lui avez beurré les seins et la chatte et que vous l’avez branlée et fait jouir… Vous comprenez elle est assez timide et même prude d’habitude, je ne la reconnaissais pas ».

Éric: « En tout cas, ça vous fait bien bander Marcel, vous aimeriez que je baise Marie-Claude ? Si vous la faites boire un peu ce soir, ce n’est pas impossible, vous avez dû voir qu’elle était assez docile et soumise à tout ce que je lui propose et si vous ne manifestez aucune réticence, je pense qu’elle n’est pas loin de se laisser aller… Marie-Claude semble déjà un peu saoule, je n’aurais pas de mal à la prendre par tous les trous ».

Mais excusez-moi de dire ça mais vous devriez aller prendre une douche et vous changer avant le repas, vous ne croyez pas.

Alors que je finis ma douche, j’ouvre un peu la fenêtre pour enlever la buée et me voir dans le miroir et j’entends … J’entends mon mari dire qu’il a envie de vous voir me baiser avec votre grosse queue… J’ai hâte de passer à table et de jouer à se donner des gages.

Dans la salle de bains, je suis trempée d’excitation et j’enfile sur ma poitrine nue, un corsage cache-cœur en coton et élasthanne très fin, il est un peu juste et me fait un décolleté très prononcé … En plus il ne faudrait qu’un peu d’aide pour en faire sortir mes gros seins ! Dans le miroir, je peux deviner le contour de mes mamelons autour de mes tétons dont le renflement est lui tout à fait visible ! Je prends ensuite la jupe d’été, amples mi-cuisses … Je crois qu’une fois assise elle va me remonter jusqu’en haut des cuisses et dévoiler mon intimité … Je me retiens de me caresser et descends vous rejoindre bien consciente que le repas qui va arriver va vous permettre de me posséder devant mon mari cocu à mes côtés …

Oui le corsage emprunté à l’une de mes amies, est un peu juste et tu ne peux boutonner le haut du corsage, laissant apparaître le haut de ta poitrine et ton sillon mammaire, quant à la jupe, elle est très courte et tu auras certainement du mal à cacher ton absence de dessous.

Lorsque tu viens me rejoindre dans la cuisine, je suis seul, Thibo est rentré chez lui, se doucher et se changer et Marcel a fait de même en rentrant chez toi. Je te félicite pour le choix de ta tenue et t’attirant près de moi, je t’embrasse à pleine bouche tout en levant ta jupe et constater que tu es trempée d’excitation. Tu en profites pour me raconter ce que tu as entendu de la fenêtre de la cuisine, encore excitée, et abasourdie de savoir que ton mari rêve de te voir prise par un autre que lui.

Tout en te caressant la chatte, je te dis :

« Tu sais que ce n’est pas bien d’être curieuse, je pense que pour cela tu mérites une bonne fessée, d’autant plus que cela fait longtemps que tu n’en as pas reçu. Allez, retrousse ta jupe et viens t’allonger sur mes genoux ».

Sans manifester aucun désaccord, tu t’exécutes. Je commence par te caresser les cuisses, puis les fesses, passant parfois ma main sur ton sexe imberbe, avant de te donner une claque sur ton joli cul, bientôt suivi de beaucoup d’autres. Après une dizaine de claques sur chaque fesse, je reprends mes caresses, alternant ainsi, claques, caresses et doigtage de ta chatte. Ton souffle devient très vite de plus en plus court, et tu te trémousses davantage sur mes genoux, écartant totalement tes cuisses, offrant ainsi ton sexe à mes caresses et claques, jusqu’à la jouissance. Mais je continue, te faisant de nouveau jouir une deuxième puis une troisième fois, avant de t’ordonner de venir t’agenouiller entre mes jambes et de déboutonner ton corsage.
Je saisis alors tes mamelles à pleines mains et les malaxe furieusement, étirant parfois tes tétons, avant de les tordre, puis je me mets à gifler tes pis les faisant aller de gauche à droite et de haut en bas. Tu jouis de nouveau sous les coups sur ta poitrine, puis tu t’allonges sur le canapé, après avoir reboutonné ton corsage.

Tu es allongée sur le canapé, la jupe retroussée, le corsage dégrafé et la tête sur mes genoux et je te caresse les mamelles, lorsque Thibo sonne à la porte.

Dring ! Dring !

Tu te redresses aussitôt et réajustes ta tenue pendant que je vais ouvrir. Il est vêtu d’une chemise blanche, un jean et une paire de mocassins. J’ai à peine le temps de lui dire que j’étais en train de te peloter les pis et le mettre dans la confidence du but de la soirée que…

Dring ! Dring !

Cette fois-ci, c’est Marcel, aussitôt tu t’assois sagement sur le canapé, en face de Thibo qui s’est posé dans un fauteuil. J’accueille ton mari, qui est vêtu sensiblement de la même façon que le toubib et l’invite à prendre place dans le second fauteuil près du toubib et face au canapé. Je propose d’ouvrir une bouteille de champagne, alors que Marcel remarque ta tenue très sexy, mais n’ose faire de commentaire.

Après deux coupes chacun, et la bouteille vide, je vous invite à passer à table. Je te fais asseoir en bout de table , avec Thibo et Marcel à ta gauche et moi à ta droite, ce qui me permet d’avoir une vue dans l’échancrure de ton corsage.

 

À suivre…

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Webcams sexy

Une TRANS débarque au telrose

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou