Odile la cougar dominée par son jeune amant Chapitre 6

La semaine d’après, je reçois un SMS d’Omar avec une heure de rendez-vous dans son studio.

Mes jambes se sont mises à trembler. Qu’est-ce que j’allais faire ? J’allais sûrement accepter. Il me fait devenir accroc à l’amour et aussi à sa queue, même si parfois j’ai l’impression d’être une marionnette au bout d’une ficelle. Je crois qu’il me fait tout faire. Il m’a fait découvrir la pluralité sexuelle et l’amour avec un Black avec un si gros sexe… Sa grosse queue m’a fait mouiller, jouir.

Enfin, pas de prétexte : j’en ai envie.

Après quelques minutes de réflexion je répond au SMS d’Omar : Que je viens, mais pour baiser qu’avec lui et personne d’autre.

Il est quinze heures…

Je viens de passer quelques heures avec Omar. Nous sommes au lit, étroitement enlacés, il me fait l’amour…

Je suis sur le dos et mes jambes gainées de bas noirs sont sur ses épaules. Il m’encule tendrement en m’embrassant, ses mains me caressent les seins…

Il me parle à voix basse :

– J’adore faire l’amour avec toi, je prends vraiment mon pied. Tu es une vrai femme, ma femelle !… Ses mots me rendent dingue…

Quand il sent que je suis bien chaude, il se penche vers moi et me glisse doucement à l’oreille :

– Je veux que tu restes avec moi ce soir. J’ai organisé une petite soirée avec quelques amis demain. Ils ont besoin d’une femme obéissante et je veux que tu sois là !… Personne ne pourra les satisfaire mieux que toi… Reste encore cette nuit, si tu tiens à moi…

Je sens son souffle dans mon cou, cette queue que j’aime tant aller et venir dans mon ventre et je suis tellement excitée que j’accepte sans hésiter.

En fin d’après midi, Omar m’appelle dans la chambre. Il est assis sur le coin du lit et me demande de m’habiller dans sa tenue préférée. Je me déshabille et enfile une paire de bas noirs et un porte-jarretelles. Il me regarde et lorsque je passe la petite culotte fendue, je vois sa braguette faire une jolie bosse. Il se lève, m’embrasse sur le coin des lèvres et me dit :

– Ça me fait toujours autant d’effet de te voir dans cette tenue, il faut que tu fasses quelque chose pour me soulager.

En disant ces mots, il appuie ses mains sur mes épaules et m’oblige à m’agenouiller devant lui. Je déboutonne son pantalon, sors son sexe gonflé de désir et, après l’avoir léchée de haut en bas, le fais glisser entre mes lèvres humides. Lorsque je sens ses couilles contre mon menton, je passe une main entre ses cuisses, lui caresse doucement l’anus et commence un long va et vient le long de sa queue. Au bout de quelques minutes, Omar me saisit la tête et se met à faire onduler son bassin d’avant en arrière pour me baiser la bouche…

Lorsqu’il fait cela, je sais qu’il est sur le point de craquer. Ma langue s’active davantage et j’introduis mon doigt dans son petit cul serré. Le résultat ne se fait pas attendre. Je sens bientôt sa queue trembler et un puissant jet crémeux me fouette le palais. J’avale avec délice le sperme de mon amant, lui léchant le gland pour ne rien perdre de son sirop…

On sonne à la porte, Omar se retire de ma bouche. Il sort de sa poche un foulard qu’il me noue autour des yeux et me demande de rester à genoux pendant qu’il va ouvrir.

J’entends bientôt plusieurs voix d’hommes dans le salon…

Omar revient dans la chambre, m’attrape par les cheveux et me guide à genoux jusqu’au salon. Les voix se taisent et je n’entends plus que des murmures… Je devine que plusieurs personnes sont assises dans le canapé et les fauteuils…

Omar m’arrête devant la table du salon, il m’écarte les jambes et les attache aux pieds de la table. Il fait de même avec mes poignets… Je suis à présent ficelé à quatre pattes sur la table, soumise et offerte au premier venu…

J’entends des braguettes s’ouvrir, des pantalons se baisser…

Une main attrape mes cheveux et me redresse brutalement la tête. Je sens l’odeur d’une bite et un gland vient heurter ma bouche. J’écarte les lèvres pour laisser glisser contre ma langue cette queue gonflée… Quelqu’un fait glisser ma petite culotte et m’écarte les fesses, je l’entends cracher dans ses doigts pour m’enduire l’anus de salive.. Il appuie son sexe contre ma rondelle qui se dilate doucement puis, une fois son gland introduit en moi, m’encule d’un seul coup de reins. Sa queue me parait énorme, la douleur me déchire le ventre… Mais je ne peux pas crier…

Personne ne parle. Seuls mes gémissements de douleur et de plaisir se mêlent au souffle de mes amants et au bruit de leur sexe dans mes orifices humides…

Je me fais limer pendant plusieurs minutes avant qu’un jus chaud et visqueux m’inonde le cul puis la bouche…

Les couilles vidées, mes baiseurs se retirent…

Omar s’approche de moi et me murmure des mots doux à l’oreille, puis il me demande d’ouvrir la bouche, de tendre mon cul en arrière et d’écarter les fesses… Et d’autres queues raides et brûlantes s’introduisent en moi…

Les bites s’enchaînent les unes après les autres… Je suce sans relâche et me fais baiser et enculer à la chaîne. Ma mâchoire me fait mal et mes deux puits d’amour ouverts absorbent maintenant les sexes dressés sans problème… Je ne suis plus qu’une machine à faire jouir, une poupée gonflable qu’on enfile pour se satisfaire et se soulager… Bientôt le sperme me coule entre les fesses, le long des cuisses, sur le menton et dans le cou… Je ne peux rien faire d’autre que de subir les assauts répétés de ces hommes et de m’abandonner au plaisir qu’ils me procurent…

L’un après l’autre, pendant près de deux heures, huit mâles me baisent sans retenue ce soir là… Certains d’entre eux me prendront même deux fois… Ils ont tous payés pour cette soirée et en veulent pour leur argent avant de repartir… Les derniers m’éjaculent sur le visage, les cheveux et les fesses…

Mon amant raccompagne ses invités à la porte et revient dans le salon.. Il se penche prés de moi et me dit que j’ai été parfaite et que ses amis ont vraiment apprécié…

Il s’allonge sur moi et je sens sa queue tendue glisser entre mes fesses. M’a-t-il déjà baisé pendant la soirée ?… Je l’ignore mais il a l’air très en forme…

Son gland ne cherche pas longtemps l’entrée de mes reins, son sexe s’enfonce en moi sans difficulté, et je m’offre une dernière fois pour l’homme dont je suis amoureuse.…

Omar sait maintenant qu’il a à sa disposition une femme docile et soumise, prête à tout pour le satisfaire…

… Ou satisfaire ses moindres désirs…

La suite demain soir Sam Botte

histoires taboues

Tél rose avec webcam

bantelskype

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page