Mon fils baise sa mère pour son anniversaire

Cette histoire est réelle, j’ai juste remplacé les prénoms par des pseudos, ce site est de plus en plus connu et je n’aimerais pas heurter la sensibilité de mes proches. Voici mon histoire.

Moi Terry 45 ans. Ma femme Marianne 42 ans. Et mon fils Nikola 24 ans.

Chapitre 1

je finis ma journée tôt, et je rentre à la maison, directement à la cuisine pour prendre une bière au réfrigérateur, suite, au salon, à ce moment. Tout d’un coup j’ai entendu un bruit venant de l’étage gémissements et de grincements, qui venait de la chambre de mon fils. J’hallucine, je viens de surprendre mon fils en train de se masturber, ce n’est pas l’acte en lui-même qui m’a surpris, mais c’est le gabarit de sa bite.
Elle est énorme que dis-je énorme. Une monstrueuse bite ! sa main n’en fait pas le tour, elle fait au moins vingt-cinq centimètres de long. Je me considère comme bien monté, mais ce que je vois est irréel !
Il l’agite énergiquement en grimaçant, devant son PC, regardant la vidéo de sa mère qui baise avec moi et mon amie Claude ! A ce moment je commençais à lui dire.

– Oh mon fils, tu as une queue énorme plus qu’a Claude ma voix la fait sursauter.

Il se retourne brusquement aussi surpris que moi tout nu, toujours une main serrée sur son sexe. Nous restons un instant face à face à nous regarder sans rien dire.

– Papa !branlette - On offre les trous de ma femme à notre fils pour son anniversaire Partie 1

– Ah mon fils n’ait pas peur ce n’est que moi, comment tu trouves ta mère mon fils ?

– Terriblement bonne ! . papa !

– Ta mère t’a mis dans cette situation ? –

– Oh oui papa !

– T’as envie de baiser ta mère ? Je ne vois qu’une seule solution mon fils, tu dois t’entraîner avec la seule femme qui veuille bien ;

– Je n’en revenais pas, mon père, si strict, acceptait de vouloir baiser avec ma mère ?

– Mon pauvre, tu dois avoir envie non ?

– Ben ouais, mais si elle ne veut pas ?

– il n’y a pas photo, fiston tu as la plus grosse que je n’ai jamais vue !

– Je suis trop imposant pour les filles, tu comprends.

– Comment ça ?! –

– Lors des soirées, il m’était difficile de danser avec une fille de peur qu’elle se rende compte de mes attributs, je ne cherchais pas trop la compagnie des filles après des expériences malheureuses. Plusieurs fois, je me suis fait draguer par des copines curieuses qui voulaient « toucher la queue de l’âne ». Mais quand je me mettais à bander, mon sexe en érection les faisait fuir, quelques-unes m’ont branlé ou sucé, mais ce n’est jamais allé plus loin.

– Effectivement mon fils, ton défonce-cul est si gros qu’il n’est pas à mettre dans n’importe quelle main, ou plutôt n’importe quel trou !

– Tu penses qu’elle accepterait ?

– Je pense qu’elle acceptera ! mon fils. Ceci laisse-moi l’organiser mon fils !

– Vraiment ? Tu es vraiment le meilleur père ! merci papa !

– On va la prendre ta mère à une partouze avec toi et moi ! Crois-moi, ta mère sera heureuse, mon fils.

– dis-moi ce qui se passe, tu n’es pas au travail ?

– Oui ! je suis venu chercher des vêtements propres, car ce soir, je pars pour l’Allemagne, jusqu’à samedi.

– Très bien ! ça va me donner l’opportunité d’organiser tout ça avec ta mère.

– Ne t’inquiète pas mon fils ! ta mère va prendre soin de toi, crois-moi !

Après cette conversation avec mon fils, je le laisse finir. Après tout cela, mon fils est parti pour l’Allemagne. J’ai commencé à préparer le repas avant que ma femme rentre à la maison. En rentrant du travail ma femme, je fais part, le départ de notre fils pour une mission, en Allemagne et il sera de retour le samedi.

– Ah je suis désolée de ne pas voir mon fils !

– Ne sois pas attristée le samedi soir sera ici avec nous, tu prépares une belle table pour lui le jour de son anniversaire, sera avec nous pendant deux semaines, et tu seras très gentille avec ton fils.

– Je suis, heureuse, car moi aussi je serai en vacances, je vais profiter de mon fils pour deux semaines !! Mais pourquoi tu dis d’être gentille avec notre fils ? Qu’est qui ce passe ?

– Je viens de surprendre notre fils en train de se masturber, ce n’est pas l’acte en lui-même qui m’a surpris, mais c’est le gabarit de sa bite. Elle est énorme sa main n’en fait pas le tour.

– Alors, c’est cela qui te choque tu sais c’est la nature !

– Non, ce n’est pas ça, mais c’est son membre qu’il a d’énorme ! cela fait des années que je ne l’ai pas vu nu, j’en crois encore par mes yeux !

– Plus grosse que la tienne ?

– Oh bien plus ma chérie !

– Oh je veux voir ça !

– Pour cela, mon amour, tu dois attendre le samedi soir.

Mais je dois dire que nous sommes une petite famille traditionnelle, sans histoire, et apparemment sage. Apparemment seulement, car avec Marianne, nous avons la coquine habitude d’aller de temps en temps en club libertin. Jusque-là, rien de très choquant. Il y a plein de couples très bien qui ont leurs petits côtés coquins.
Mais je dois dire que j’ai un fantasme particulier : j’adore que Marianne s’exhibe et se fasse prendre par d’autres hommes devant moi. Au début, Marianne a été assez surprise que je lui demande de faire ça, mais comme elle-même avait ce côté exhib et qu’elle aimait le sexe, ça lui plaisait bien. J’adorais qu’elle soit provocante sur la piste de danse, soulevant peu à peu sa robe légère, faisant glisser une éventuelle culotte, finissant nue, son corps offert aux regards des nombreux mâles.

– Marianne ma chérie, j’aimerais bien que tu portes ta petite robe sexy pour le repas, celle très courte, qui a le tissu transparent au niveau des seins.

– Hein ? Tu es fou ? C’est une robe pour aller en club échangiste, pas pour manger à la maison avec notre fils !

– Hé bien justement, j’aimerais lui en faire profiter… Nikola est un garçon curieux, et à son âge il ne sera pas choqué. Je suis même sûr qu’il va aimer !

Capture - On offre les trous de ma femme à notre fils pour son anniversaire Partie 1Ma femme ouvrit des yeux ronds de surprise. Même si elle était habituée à mes idées excentriques, ma demande avait de quoi surprendre. Mais là quand même elle trouvait que j’allais un peu loin.

– Terry, il s’agit de notre fils ! On n’est pas dans un club libertin ici ! Cette robe ne cache rien ! Tu ne veux quand même pas que je m’exhibe devant lui comme ça !

– Écoute, ma chérie. Je dois t’avouer que ça fait un moment que j’y pense et ça me fait vraiment fantasmer. Je suis sûr que Nikola va apprécier que tu sois un peu sexy en sa présence.

– Mais enfin Terry, je suis sa mère !

– Hé bien justement. Moi j’aurais adoré que ma mère fasse ça pour moi.

Marianne était soufflée par mes arguments. Elle ne savait plus que répondre…

– Laisse-moi au moins mettre un soutien-gorge et une culotte par dessous.

– Aucun intérêt !

– Tu es vraiment un drôle de pervers Terry !

– Écoute, j’aimerais juste essayer. Si on voit que ça va trop loin, que nous (toi, moi ou lui), sommes mal à l’aise, on arrête tout.

Marianne n’avait pas l’habitude de me résister longtemps, surtout lorsqu’il s’agissait de sexe. Toute la soirée je sentis Marianne peu naturelle, préoccupée et un peu embarrassée. D’expérience, je sais qu’il ne sert à rien de la questionner. J’attends donc patiemment. Le soir, serrée nue tout contre moi au creux du lit, elle me confie enfin d’une petite voix timide.

– Tu sais, je me suis décidée. J’ai décidé que ta décision est oui ! Comme tu le souhaitais.

Je reçois la nouvelle comme un coup au plexus. Une brusque chaleur envahit soudain mon corps. Mon sexe sort de sa torpeur et commence à grossir. Alors que je n’osais plus y croire, après d’hésitation, elle avait enfin franchi le pas, et accepté. Mon sexe durci, lourd, bat contre son ventre ; mon érection est presque douloureuse. Marianne sent les pulsations contre sa cuisse. Elle s’en saisit doucement et commence à le câliner, à le masser lentement.

– Oh, mon chéri ! ma réponse te fait donc tant d’effet ?

– Autant qu’à moi, peut-être même davantage !

– Tu avais vraiment envie que j’accepte de réaliser ton rêve, n’est-ce pas ?

– Oui, j’y pense depuis si longtemps. Et ça arrive enfin !! Serrés l’un contre l’autre, on laisse vagabonder nos imaginations, en silence. Puis, en caressant toujours le sexe érigé, elle ajoute enfin :

– Tu sais, chéri, j’ai vraiment peur de ce qui va arriver, mais en même temps je suis aussi terriblement excitée. Au fond de moi, je me sens honteuse d’avoir accepté ça pour te faire plaisir, mais malgré cela ou à cause de cela, je ne sais pas, mon ventre se tord de désir. Chéri… j’ai honte, tellement honte de te le dire… C’est à la fois douloureux et délicieux de me sentir comme ça, avec ce désir dévorant dans mon ventre.
Avoua-t-elle à voix basse.
Je bascule sur elle, sur ses douces cuisses, et d’une seule poussée m’enfonce profondément en elle. Elle crie. « Elle est effectivement trempée » ai-je juste le temps de penser avant d’exploser et de me répandre en de longues saccades dans sa grotte accueillante. Marianne jouit elle aussi tout aussitôt, autant d’impatience et d’excitation mêlées que de la puissante et violente possession de moi.

Le calme revenu, on s’embrasse amoureusement, tendrement. Jusqu’à ce que la vigueur retrouve la moiteur encore affamée de Marianne, l’idée d’accueillir bientôt notre fils nous entraîne à nouveau dans de nouvelles joutes enfiévrées une partie de la nuit.

Marianne, quant à elle, une fois sa décision prise, semble avoir retrouvé toute sa sérénité et paraît rayonnante, ce qui ne manque pas de me laisser perplexe. Le matin du jour tant attendu, elle part, joyeuse et enjouée, chez la coiffeuse faire rafraîchir sa coupe qu’elle ne jugeait plus assez nette. Puis, en fin d’après-midi, n’ayant pu avoir de rendez-vous de dernière minute chez l’esthéticienne, elle s’enferme dans la salle de bains pour, après un long bain, se maquiller avec soin et épiler les quelques poils qui pourraient dépasser, ses aisselles et les bords de sa toison toujours taillée avec grand soin. Contrairement à d’habitude, elle refuse énergiquement, cette fois-ci, ma proposition de l’y aider !
– Écoute Marianne chérie, c’est l’anniversaire de Nikola. J’ai envie qu’on lui offre un cadeau original : un strip-tease de ta part. Après le repas tu peux faire ça ?

Je sentais Marianne pensive. Elle était tentée. Elle avait des tendances exhibitionnistes, aimait repousser les limites, et nous nous entendions bien à ce sujet.

– Intégral le strip-tease ?

– Ça va de soi, ma chérie !

– On est fou, tous les deux. Mais OK, c’est toi qui l’auras voulu.

Je sursaute lorsque la sonnerie du digicode retentit. J’ai l’impression que mon cœur manque un battement. Je sens une boule se nouer au creux de mon estomac. Marianne se tourne vers moi et me demande :

– Tu es toujours d’accord ? On y va ?

– Oui… oui, on y va…

– À mes conditions ?

– Oui, comme tu voudras…

La suite demain à la même heure ! 

tel rose sans attente
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

©2018 XFR - Histoires taboues et téléphone rose - Mentions Légales  - (DMCA) Remove content - CGU - Cookies et confidentialité

 
hébergement de qualité
Thanks!

NOUVELLES FILLES ! 

5 nouvelles amatrices coquines ont rejoint le service depuis la rentrée ! Anne-Lise la méditerranéenne, Lara l'italienne, Camélia la vicieuse, Adèle la cougar, et Alexandra la rouquine ! 

Envie d'un dial chaud en direct sans attenteT'es chaud et tu as envie de jouir avec une femme au téléphone rapidement?

Appelle notre service maintenant et discute avec des amatrices coquines et libertines qui sont chez elles. Plus de 25 filles t'attendent 24h/24h et 7j/7j pour te donner du plaisir avec leur voix sensuelle et sexy. Elles feront tout pour te faire jouir !

Clique sur le numéro pour appeler directement.

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account