Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique Xstory

Plan cul torride à trois dans le jardin Xstory érotique

Plan cul torride à trois dans le jardin Xstory érotique
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Xstory

Un jour, j’étais chez un jeune homme d’à peine vingt ans, à la silhouette incroyablement féminine. Il pesait à peine cinquante kilos, était très mince et gracieux, vraiment bien bâti.

Il m’a ouvert la porte d’un immeuble anonyme et portait une mini-robe blanche, des bas blancs et des escarpins à talons extrêmement hauts. Je portais une mini-jupe rouge, un chemisier noir, des bas résille noirs et des bottes noires à talons de sept centimètres.

Nous portions toutes les deux des perruques à cheveux longs, des ongles collés, longs et vernis en rouge, et nous étions toutes les deux maquillées comme des bêtes.

Dans le salon, nous nous sommes assis sur le canapé, avons bu un verre et avons mis une cassette vidéo. Un film excitant avec des transsexuels a commencé.

Quand j’ai vu les premiers seins et les premières bites, j’ai senti ma queue gonfler.

Nous nous sommes mutuellement déshabillés jusqu’à ce que nous ne soyons plus vêtus que de notre lingerie sexy sur le canapé. Il portait un soutien-gorge en dentelle blanche, des jarretelles de la même couleur et un slip en dentelle également blanc, qui commençait déjà à se gonfler énormément. Moi, par contre, je portais un corset noir et un string noir, que ma trique dure gonflait tellement que le bout de ma queue dépassait déjà.

Nous sortions mutuellement nos queues de nos slips, nous les caressions et caressions les couilles dans la grosse poche, nous branlions tendrement les tiges dures. Je lui ai retiré son slip, me suis agenouillée entre ses jambes écartées et soyeuses, ai pris sa queue pas très grosse mais d’autant plus longue entre mes lèvres et l’ai sucée, mais me suis arrêtée avant qu’il ne jouisse.

Ensuite, il s’est allongé sur le tapis, je me suis agenouillée sur lui en position de soixante-neuf, puis nous nous sommes sucé mutuellement les bites raides tout en doigtant les rosettes excitées et avides de bites.

Puis nous avons voulu baiser.

Je me suis assise sur le canapé, je l’ai tourné de façon à ce qu’il me tourne le dos et je l’ai tiré sur moi. Lentement, il s’est posé sur ma latte rebondie, savourant la façon dont le gland pénétrait son anneau étroit et glissait lentement de plus en plus profondément. Il était assis sur moi et réglait le rythme de la baise.

Pendant ce temps, j’avais saisi sa longue et dure courroie à la main et je branlais sa latte excitée d’une main, tandis que de l’autre je massais les boules excitées dans le sac lisse et ferme.

Puis changement de position. Je me suis allongé sur le canapé, je me suis tourné sur le côté et j’ai tiré une jambe.

Il s’est agenouillé sur ma jambe allongée et m’a enfoncé sa longue pinte dans mon trou du cul excité et bien graissé. Il a ensuite commencé à me pousser, me baisant de plus en plus vite. Au bout de peu de temps, j’ai senti qu’il allait jouir.

Donc à nouveau une nouvelle position. Je l’ai allongé sur la table, sur le dos, il a ramené ses jambes contre sa poitrine, tout en les écartant, de sorte que sa queue pointait vers le bas en passant entre ses jambes.

Puis je lui ai à nouveau enfoncé ma ceinture dure comme un os dans son cul bien lubrifié et j’ai continué à le baiser, tout en caressant d’une main ses jambes recouvertes de bas soyeux et en lui frottant à nouveau la trique avec l’autre main et en pétrissant son sac à couilles rebondi et sans poils, mais toujours juste avant le point d’éjaculation.

Chez moi aussi, je sentais que le moment était proche. J’ai donc retiré ma queue. Il m’a ensuite baisé par derrière, à la manière d’un chien, alors que j’étais allongé sur le ventre et que je frottais ma pinte contre les coussins.

Mais il n’en pouvait plus : il gémit, enfonça sa longue queue au plus profond de mon cul affamé de bites et éjacula. Je sentais chaque giclée au fond de moi.

Ma queue était si excitée qu’elle menaçait d’exploser, mais je voulais aussi lui gicler dans le cul.

Il s’est rapidement agenouillé devant moi sur le canapé, je me suis placée derrière lui, entre ses jambes couvertes d’excitation, et j’ai baisé de toute mon excitation dans son trou qui tressaillait, tandis que je continuais à branler d’une main sa courroie à moitié raide, encore dégoulinante et couverte de sperme. Puis ce fut mon tour, j’ai joui en gémissant et j’ai giclé ma crème accumulée depuis trois jours dans son cul en rut, je l’ai saisi fermement par les hanches et j’ai poussé jusqu’à ce que je n’aie plus de crème.

Nous nous sommes ensuite reposés en buvant des boissons et en regardant d’autres films pornos excitants, nous branlant mutuellement jusqu’à ce que nos ceintures soient à nouveau dures, raides et prêtes à être baisées. Puis il est allé chercher un long godemiché de lesbienne, avec des reproductions de glands aux deux extrémités, nous nous sommes assis face à face, les mains écartées, et nous nous sommes branlés mutuellement nos queues devenues dures et grosses.

Puis j’ai pris le gode et j’ai enfoncé une extrémité dans son cul glissant et rempli de semence, à peu près jusqu’à la moitié. Puis j’ai glissé mon cul encore plus près de lui et j’ai introduit l’autre extrémité dans ma rosette excitée.

Nous nous rapprochâmes le plus possible, nos culs pleins d’excitation se touchèrent tandis que le godemiché était enfoncé dans nos culs et que nous nous baisions mutuellement.

D’une main, j’ai saisi les deux queues et je les ai branlées, les sacs de couilles rebondis se frottant l’un contre l’autre, nous tournions tous les deux avec le cul pour profiter au maximum du godemiché excité.

Puis nous avons à nouveau changé de position. Je me suis allongée sur le dos, j’ai écarté les jambes, il s’est agenouillé au-dessus de moi. Puis nous avons léché les couilles et la queue de l’autre, et nous avons travaillé son cul mouillé de sperme avec un gode normal et épais.

Après nous être excités à l’extrême, nous nous sommes injectés en même temps la crème de la baise dans la bouche de l’autre, tout aussi excitée et affamée de bites. Épuisés, nous nous sommes allongés l’un à côté de l’autre, en caressant lentement nos courroies à moitié raides, et nous nous sommes donné rendez-vous pour la nuit suivante pour de nouveaux jeux excitants.

Mais soudain, les lanières étaient de nouveau raides et nous voulions baiser à nouveau.

Je l’ai allongé devant le canapé, de sorte que son cul se trouvait sur le bord avant de l’assise. Il a remonté ses jambes, je suis passée au-dessus de lui et je lui ai tourné le dos. J’ai ensuite poussé mon érection vers le bas et l’ai introduite dans sa rosette, tandis qu’il a glissé son sexe dur entre ses jambes et l’a enfoncé dans mon cul d’enfer.

Lentement, je l’ai baisé pendant que sa bite était dans ma rosette ! C’était une double baise super excitante. Au bout d’un long moment, mon partenaire de baise a éjaculé sa crème, à nouveau dans mon intestin excité et affamé de sperme.

Moi aussi, je ne pouvais plus attendre, j’ai sorti ma ceinture et j’ai branlé toute ma crème excitée sur son corps.

Puis nous avons fini, nous sommes allés sous la douche et nous avons lavé notre excitation.

Ce faisant, je le baisai avec le pouce dans sa rosette couverte de sperme et lui grattai les couilles avec les doigts, ce qui fit à nouveau durcir sa courroie. Je me suis aussitôt agenouillée devant lui, j’ai pris sa verge raide et excitée entre mes lèvres et je lui ai sucé le tuyau, j’ai branlé la barre dure et fait rebondir les cloques dans le sac.

Je lui ai percé la rosette avec trois doigts, je l’ai baisé avec les doigts, ce qui a eu pour conséquence qu’il a rapidement poussé un cri d’excitation et m’a craché sa crème dans ma bouche de baiseur excité.

Logiquement, cela a fait durcir mon tuyau. Je l’ai retourné, j’ai poussé son torse vers le bas et je lui ai enfoncé ma bite dure dans son cul encore grand ouvert après l’avoir baisé avec les doigts.

Comme j’avais déjà éjaculé plusieurs fois cette nuit-là, cela a duré une petite éternité avant que je n’arrive à la dernière sortie et que je ne remplisse à nouveau ses intestins de mon sperme.

Il était également devenu nécessaire d’éjaculer, car ma vessie se manifestait avec une pression énorme. J’avais vraiment envie de pisser et je l’ai dit à mon partenaire.

Il m’a demandé de laisser ma bite à moitié raide dans son cul et de pisser.

C’est ce que j’ai fait. Mon sperme naturel a jailli avec force dans sa rosette, il a hurlé et gémi, la quantité était énorme. Je sentais ses intestins s’élargir et ma queue flotter dans la pisse.

Une fois que tout était sorti, j’ai retiré ma lanière, il a serré les joues pour savourer mon mélange de pisse et de crème en lui. Puis il s’est accroupi et a tout éjaculé, m’offrant un spectacle d’enfer.

Cela m’a rappelé les jeux de clitoris que j’avais pratiqués à plusieurs reprises avec un autre partenaire dans son jardin.

J’avais déjà eu plusieurs fois l’occasion de jouer avec lui de cette manière, lorsqu’un jour il a proposé que nous puissions faire ces jeux dans son jardin entouré de haies épaisses et à l’abri des regards.

Là, il serait également possible que je lui pisse dessus dans sa lingerie sexy (ce qu’il aimait particulièrement) sans que nous ayons besoin d’aller spécialement à la douche.

J’ai bien sûr accepté. Il m’a ensuite demandé si sa copine pouvait se joindre à nous, car elle est une femme à trois trous en chaleur et qu’elle aimerait nous regarder et certainement participer.

Comme je n’aime pas seulement le sexe avec les hommes, mais aussi avec les femmes, j’ai accepté avec plaisir. Voyons ce qui m’attendait.

Le lendemain, j’étais à l’heure dans le jardin et je me suis changée dans la tonnelle, qui était en fait déjà une maison de week-end. Je me suis collé le faux sein que j’avais fait venir d’Angleterre.

Il semble incroyablement réel, tous ceux qui le touchent en sont ravis. Ni trop ferme, ni trop mou, comme un vrai sein.

J’ai ensuite enfilé un soutien-gorge en dentelle rouge, des jarretelles rouges et un mini-slip assorti, ouvert à l’entrejambe, dont j’ai sorti mon cul imberbe par l’ouverture vers le bas, tandis que ma queue déjà à moitié raide se cachait derrière le tissu. J’ai ensuite enfilé des nylons noirs à coutures et les ai fixés aux jarretelles, puis j’ai glissé dans des escarpins rouges à talons de huit centimètres et j’ai mis ma perruque blonde à cheveux longs.

Pour finir, j’ai enfilé une mini-jupe en jean boutonnée sur le devant et un chemisier en soie blanche dont les trois boutons supérieurs restaient ouverts, laissant apparaître la naissance de ma poitrine et une bonne partie de mon soutien-gorge en dentelle. Je me suis ensuite dirigée vers le miroir et me suis maquillée.

J’ai également collé mes faux ongles peints en rouge vif pour compléter ma tenue féminine.

Une fois satisfaite de mon apparence, je me suis rendue sur la terrasse où une femme séduisante d’une quarantaine d’années était à moitié assise, à moitié allongée dans un fauteuil. J’ai eu le souffle coupé : elle était presque nue, ne portant qu’un soutien-gorge vert foncé à demi-coque d’où pendaient ses seins rebondis, des jarretelles de la même couleur et un mini-slip assorti. Elle avait posé l’une de ses jambes noires chaussées de bas et chaussées d’escarpins à talons hauts sur le dossier du fauteuil, de sorte que j’avais une vue imprenable sur sa chatte poilue noire qui dépassait de la fente de son slip ouvert à l’entrejambe.

J’ai senti ma courroie grossir, je me suis approché d’elle et me suis présenté. Je vis à ses yeux brillants qu’elle venait apparemment de se branler et qu’elle était excitée par une queue.

Sans dire un mot, elle a déboutonné ma mini-jupe, a caressé la bosse déjà considérable de mon mini-slip en soie rouge et a ainsi fait pousser ma queue. D’une main, elle massait mes couilles dans mon sac rasé qui dépassait du slip ouvert à l’entrejambe, tandis qu’en haut, elle baissait le slip et de l’autre main, elle branlait ma trique.

Je me suis penchée en avant, j’ai pressé et malaxé les puissants seins qui jaillissaient de mon soutien-gorge. Je gémis d’excitation lorsqu’elle prit ma queue entre ses lèvres, me souffla dessus et caressa le gland avec sa langue.

J’étais sur le point de l’attraper et de la baiser sur la table, mais notre hôte est apparu, bien sûr lui aussi habillé en femme sexy, avec un mini-cuir blanc, un chemisier en soie rouge et des bas résille blancs, le tout accompagné d’escarpins rouges à talons hauts et d’une perruque noire à longs cheveux.

Il s’est glissé entre nous, s’est penché en avant et a immédiatement saisi ma trique pour continuer à la sucer. Heike, c’est le nom de la jument excitée, était à nouveau assise dans son fauteuil, s’est penchée en avant et lui a remonté la jupe par derrière.

Lui aussi portait un slip ouvert à l’entrejambe, mais il avait tiré son sac et sa queue par le trou. Heike saisit son sac d’une main ferme, le presse et le malaxe durement, ce qui lui arrache un glapissement d’excitation.

Elle tira le sac et la queue vers l’arrière, il serra les jambes et la laissa travailler son sexe et la lanière déjà à moitié raide.

J’étais tellement excité par ses léchages et ses pipes que j’étais sur le point d’éjaculer. Je le dis aussi et Heike ordonna un changement de position et s’allongea sur la table, nous nous tenions à gauche et à droite d’elle, lui enlevions son slip et embrassions ses gros seins pendant qu’elle nous prenait sous les jupes et continuait à branler les lattes dures.

Nous avons immédiatement mis en pratique ma proposition d’enlever les jupes pour pouvoir voir plus, et nous avons également enlevé nos chemisiers. Maintenant, nous n’étions plus que tous les trois en lingerie sexy, Heike était toute en vert foncé, mon partenaire portait un soutien-gorge blanc, des jarretelles blanches et le slip ouvert ainsi que les bas résille blancs avec des escarpins rouges, j’étais toute en rouge, avec des bas noirs à coutures avec un large bord en dentelle et les escarpins à talons de huit centimètres.

excités, nos queues se dressaient, dures, fermes et rebondies.

Je n’ai pas pu m’en empêcher, j’ai fait le tour de la table et j’ai glissé mon partenaire entre les jambes largement écartées de Heike, j’ai saisi sa trique dure et l’ai dirigée en la branlant légèrement entre les lèvres humides et gonflées de Heike.

Il restait immobile, son gland dans la fente. Les mains tremblantes d’excitation et d’excitation, j’ai pressé ses mains sur les seins de Heike, je me suis replacée derrière lui et j’ai déchiré son slip jusqu’à l’élastique de la taille. Ensuite, j’ai rapidement enduit sa rosette de lubrifiant.

Puis j’ai mis ma pinte dure, un bon coup et j’étais dedans. Heike gémit elle aussi, car j’avais fait pénétrer la queue de mon partenaire dans sa chatte.

Nous avons immédiatement baisé comme des sauvages, nous avons rapidement trouvé notre rythme. J’enfonçais ma lance dure dans le cul bien lubrifié de mon partenaire, il martelait sa chatte bien remplie dans la chatte humide et affamée de la femme qui hurlait et gémissait sous nous, qui pétrissait ses seins et tirait sur ses tétons. Il n’a pas fallu longtemps pour qu’elle jouisse.

Cela excita tellement mon partenaire qu’il se répandit profondément dans sa grotte en gémissant bruyamment et s’allongea sur elle, m’offrant ainsi son cul encore plus excité. Moi aussi, j’ai joui.

J’ai claqué ma grosse ceinture dans son trou, poussant ainsi sa queue dans la chatte de Heike, qui a joui une nouvelle fois, juste au moment où j’envoyais ma crème en grosses giclées dans le cul de mon partenaire.

J’avais certes éjaculé, mais ma queue était toujours aussi dure. Je l’ai retirée du trou du cul et j’ai poussé mon partenaire à l’écart. Heike lui demanda de venir sur la table et de s’accroupir sur son visage, les jambes écartées. Il prit immédiatement cette position, face à moi.

Sa queue mouillée par le sperme et le jus de chatte de Heike oscillait juste au-dessus du visage de Heike.

Elle prit sa lanière à moitié raide dans sa bouche, la suça, gratta son sac et doigta sa rosette pleine de bave et glissante. Je soulevai ses jambes, enfonçai plusieurs fois ma lanière encore raide dans sa chatte humide de velours pour l’humidifier encore plus et la plaçai ensuite sur sa rosette. Un léger coup, la faible résistance du sphincter était déjà vaincue et ma queue était à moitié enfoncée dans son intestin.

Avec de lents coups, je commençai à travailler son trou excité pendant qu’elle suçait la lanière de mon partenaire. Je voyais avec plaisir sa queue grandir à nouveau, je savourais cette vision excitante et je m’enfonçais comme un possédé dans le trou du cul de Heike, qui avait visiblement déjà profité de nombreuses grosses bites, tant la pénétration était facile.

Un regard vers l’avant me montra que la queue de mon partenaire avait retrouvé toute sa taille et sa dureté.

Je l’ai invité à me rejoindre, il a laissé Heike enduire de crème lubrifiante la courroie dure qu’il avait sucée proprement, puis il s’est placé derrière moi et a cherché ma rosette avec le bout de sa queue. J’ai posé un pied sur un tabouret, ce qui m’a permis d’écarter les jambes. Là aussi, la pénétration n’a pas posé de problème, après quelques coups, nous avions retrouvé le bon rythme et nous baisions délicieusement dans la chaleur du soleil.

Heike se tordait sous moi dans de nombreux orgasmes que ma queue lui procurait dans son cul en rut – en alternance avec sa chatte. Elle se délectait de mes doigts tripotant ses seins rebondis aux tétons durs et sensibles, de mes mains caressantes sur ses jambes chaussées de bas, tandis que je savourais la fessée dure qui enculait vigoureusement mon cul en rut.

Comme nous venions d’éjaculer tous les deux, il nous a fallu un certain temps pour que le jus bouillonne à nouveau dans nos couilles.

Mon partenaire a joui le premier, il a gémi et enfoncé sa ceinture au plus profond de mon cul quand ses couilles ont éclaté et qu’il a giclé sa sauce chaude au plus profond de mon intestin affamé de crème. J’absorbais coup après coup, je savourais le liquide chaud au plus profond de moi, j’étais moi-même sur le point d’éjaculer.

Mon partenaire sortit sa queue, aussitôt Heike réclama sa lanière, il s’accroupit à nouveau sur elle, me tourna le dos et laissa Heike lécher à nouveau sa lanière couverte de semence. Je m’enculai toujours dans le cul de Heike, mais je me penchai en avant et enfonçai deux doigts dans la rosette de mon partenaire, baisant son trou du cul rempli de semence pendant que Heike suçait sa queue et lui grattait les couilles, mouillées et glissantes de mon jus qui débordait de sa rosette.

Cette vision m’a donné l’idée de lui pomper à nouveau le cul. Je grimpai moi aussi sur la table, m’agenouillai au-dessus de Heike, les jambes écartées, pris mes mesures et enfonçai ma ceinture dure comme du bois dans le cul de mon partenaire, tandis que je passais une main derrière moi, jouais avec les lèvres humides de Heike, irritais son clitoris et essayais de pénétrer sa chatte avec le plus de doigts possible.

Après avoir baisé ainsi pendant un moment, nous avons encore changé de position.

Heike s’est allongée sur une couverture, mon partenaire s’est mis en position de soixante-neuf sur elle, de sorte qu’il pouvait lui lécher la chatte pendant qu’elle avait sa bite sur son visage. Je me suis agenouillée derrière lui, donc au-dessus de sa tête, pour qu’elle puisse lécher les deux queues. Puis j’ai enfoncé ma ceinture dans sa rosette et j’ai continué à baiser pendant que Heike prenait mon sac entre ses dents et léchait à nouveau la queue de mon partenaire en gémissant et en gémissant, car mon partenaire lui léchait le clitoris et travaillait sa fente avec deux godemichés bien épais.

Enfin, le moment était venu de jouir. Juste au moment où ma crème débordait, mon partenaire a giclé sa semence sur les seins de Heike, tandis qu’elle jouissait encore une fois.

Enfin, nous nous sommes séparés, Heike était allongée sur la couverture, complètement épuisée, savourant les suites de l’orgasme et caressant sa fente.

Mon partenaire a proposé de prendre une douche.

Je savais ce qu’il voulait faire et nous avons porté Heike sur la pelouse. Là, nous nous sommes placés à côté d’elle, avons pris nos queues à moitié raides dans nos mains et avons laissé libre cours à la pression sur la vessie, car pendant notre partie de jambes en l’air, nous avions déjà pris à plusieurs reprises les bouteilles d’eau qui se trouvaient là, chacun ayant bu entre-temps deux bons litres. La pression était à la hauteur de la quantité que nous faisions clapoter sur Heike.

Elle savourait visiblement la double douche de champagne naturel délicieusement chaud, écartait les jambes, écartait ses lèvres avec les doigts et me laissait pisser directement sur et dans sa chatte. Mon partenaire a fait couler son jet sur ses seins, puis l’a dirigé sur son visage, ce qui lui a fait ouvrir la bouche et avaler tout ce qu’elle pouvait.

Puis nous avons relâché la pression, mais les queues étaient de nouveau dures, nous nous sommes agenouillés à côté de Heike, nous avons frotté les tuyaux pleins contre ses seins humides, nous avons doigté ses lèvres et enfoncé nos doigts dans ses trous humides, elle nous a attrapés entre les jambes et nous a malaxé et pressé les couilles, elle a percé avec ses doigts nos trous du cul excités et pleins d’eau, de sorte que le jus coulait de notre rosette et dégoulinait de nos fesses.

Mais j’avais envie d’autre chose, nous avons mis Heike sur ses pieds et avons penché son torse en avant, en la laissant s’appuyer sur un arbre.

Puis nous avons écarté les jambes de Heike, mon partenaire a léché son corps trempé de pisse tout en lui tripotant les trous et en lui baisant brièvement la chatte avec sa pinte dure. Je suis allé chercher deux chaises, Heike a dû se mettre debout dessus, jambes écartées, et mon partenaire s’est immédiatement placé entre ses jambes et a léché sa chatte visqueuse et son trou de cul dégoulinant, en léchant avec sa langue ses bas de soie mouillés de pisse, tout en branlant et en frottant sa verge raide.

Ensuite, mon partenaire a dû se mettre à quatre pattes, juste sous Heike. Je me suis agenouillée derrière lui et j’ai enfoncé ma ceinture dure dans sa rosette tout en léchant la chatte mouillée de Heike.

Après avoir joui, elle voulait faire pipi, mais je lui ai demandé d’attendre. J’ai pris un tuyau sur une table, j’ai mis un tube de lavement à une extrémité et je l’ai enfoncé profondément dans le cul de mon partenaire, qui était encore grand ouvert et dégoulinant. A l’autre extrémité du tuyau, j’ai placé un entonnoir que j’ai tenu sous la chatte de Heike.

Elle pouvait maintenant pisser tout ce que sa vessie lui offrait.

Elle pissait dans l’entonnoir, tout coulait dans le cul de mon partenaire. Ma vessie déborda à nouveau, je pissai sur son cul excité, ma pisse coula entre ses joues, mouilla son sac et sa pinte raide. Il gémissait d’excitation, se couchait sur les mains et les genoux et tendait son cul vers le haut, tandis que sa pinte raide pointait vers le bas et tressaillait d’excitation.

Heike avait enfin fini de pisser, j’ai retiré le tuyau de la rosette de mon partenaire, après quoi il a serré les fesses pour que tout reste à l’intérieur. Je me suis agenouillée devant lui et lui ai donné ma queue à sucer.

Heike descendit de la chaise, saisit un gros.

Elle écarta les jambes, l’enfonça profondément dans sa chatte mouillée pour le rendre glissant et l’attacha. Puis elle s’est agenouillée derrière mon partenaire, a visé et enfoncé de toutes ses forces le puissant gode dans son cul sur toute sa longueur, a commencé à le baiser vigoureusement avec des coups rapides, en faisant bien sûr sortir quelques giclées de sa pisse de sa rosette excitée à chaque retrait.

On pouvait voir que ce n’était pas la première fois que Heike faisait cela, elle avait déjà dû faire jouir des hommes ou des femmes avec ce gros engin. Après quelques coups seulement, il était prêt, sa queue se dressait et la crème giclait en gros flocons sur ma main, que j’avais rapidement placée sous le bout de sa queue. Heike a savouré sa sortie en enfonçant profondément le zizi en caoutchouc dans son cul, puis elle l’a détaché et a enfoncé sa main profondément dans sa rosette pour qu’aucune goutte de lavement ne se perde.

Puis il s’est levé, s’est mis sur les chaises comme Heike avant lui et a sorti le godemiché – la pisse chaude de Heike, mélangée à ma crème préalablement injectée, a jailli de sa rosette grande ouverte dans un grand arc de cercle et a giclé sur la pelouse.

Quand plus rien n’arriva, Heike perça à nouveau son cul excité avec deux doigts, mon partenaire poussa et pressa, et aussitôt un autre jet épais et long sortit. Heike se tenait là, tremblante d’excitation, se frottant d’une main le pénis et tirant de l’autre sur ses mamelons excités, tandis que ma lanière se détachait déjà à nouveau du corps.

Haletant d’excitation, je me plaçai derrière elle, passai ma main encore pleine de la semence de mon partenaire dans sa fente humide, enfonçai deux doigts dans sa chatte et dans sa rosette, ce qui fit tressaillir Heike et lui arracha un cri. J’ai décidé de placer ma lance dure sur son trou de cul. Elle se pencha vers moi et ma lanière, bien lubrifiée par la crème de mon partenaire, s’enfonça dans son canal.

Je l’ai baisée debout avec de violents coups.

Elle saisit le godemiché qui traînait et s’en servit pour baiser sa fente humide. Elle jouissait de plus en plus fort alors que mon piston dur tournait dans ses intestins pleins d’eau.

Puis ce fut mon tour, je m’agrippai à ses gros seins, enfonçai à nouveau mon tuyau dans son cul jusqu’aux couilles et déversai ma crème dans son intestin. Heike s’ébroua, plia les genoux et tomba longuement sur le ventre, je tombai avec elle et laissai ma queue profondément enfoncée dans son cul, tandis que le gode était encore enfoncé jusqu’à la poignée dans sa chatte.

Après une courte récupération, je lui ai proposé un lavement direct avec ma pisse. Elle a immédiatement accepté.

Nous nous sommes levés, elle s’est mise debout, les jambes écartées, les mains appuyées sur le siège d’une chaise. Je suis monté sur une chaise, me suis penché un peu et ai enfoncé ma queue encore à moitié raide dans sa chatte béante et excitée.

Ma vessie était à nouveau remplie à ras bord, mon liquide naturel s’écoula immédiatement dans sa chatte. Heike gémissait et pleurnichait, mais je laissais tout couler sans pitié. Quand plus rien n’arriva, je m’écartai, mon partenaire se plaça derrière Heike, introduisit sa nouille encore à moitié raide dans son cul et la baisa, mais après quelques coups seulement, Heike ne pouvait plus retenir ma pisse et cracha tout sur le ventre et la queue de mon partenaire, trempant son slip et ses bas blancs en résille avec son jus jaune.

Cela l’a tellement excité qu’il a sorti sa ceinture mouillée de son cul et l’a branlé sauvagement jusqu’à ce qu’il jouisse et qu’il fasse couler sa dernière crème sur sa chatte poilue.

Une fois que nous avons tous récupéré, nous sommes allés ensemble sous la douche pour laver les traces d’excitation. Heike nous a suggéré de lui raser les poils pubiens. Nous l’avons fait immédiatement, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus un seul poil sur sa fente.

Ensuite, nous nous sommes allongées nues au soleil. Une fois sèches, nous avons mis de la lingerie fraîche et nous sommes remaquillées.

Heike portait maintenant un soutien-gorge jaune avec des trous pour ses mamelons rebondis, ce qui était incroyablement excitant. Elle portait en outre un slip composé uniquement de lanières qui faisaient ressortir son pruneau nu et excité.

Elle avait enfilé des bas bleus avec un large bord en dentelle et des escarpins jaunes. Mon partenaire portait maintenant un soutien-gorge noir, des jarretelles noires avec des bas noirs également, un slip noir avec l’entrejambe ouvert, le tout accompagné de bottes rouges montant jusqu’aux genoux. J’avais opté pour un corsage noir, un collant résille ouvert à l’entrejambe et des bottes noires à talons hauts jusqu’au-dessus du genou.

Nous nous sommes tenus ensemble, Heike s’est accroupie devant nous, les jambes écartées, nous a laissé voir sa fente de manière excitée et obscène et a commencé à branler nos queues, qui se sont raidies et durcies en un rien de temps.

Ma courroie avait de nouveau envie de baiser mon partenaire dans le cul. Il s’est donc allongé en arrière sur la table. Heike l’enjamba et s’accroupit au-dessus de son visage avec sa prune rebondie, écarta des deux mains ses lèvres encore bien gonflées et le laissa lui lécher le clitoris et la fente excitée, tout en massant et pétrissant des deux mains ses seins rebondis dans son soutien-gorge serré.

Je me plaçai entre ses jambes et passai ma main dure le long de ses cuisses soyeuses. Lentement, j’ai poussé ses jambes vers le haut, jusqu’à ce que ses genoux touchent presque sa poitrine.

Des deux mains, il se tenait le creux des genoux, gardant les jambes dans cette position. Il avait la queue qui pendait.

J’ai pris son sac rebondi d’une main et j’ai glissé sa queue dure entre mes lèvres, massant sa courroie avec ma langue et mes dents. Il gémit d’excitation, savourant la dureté de ma prise sur sa bourse rebondie. D’un coup d’œil rapide, je vis que sa chatte excitée se tortillait comme un poisson sur le sec.

Comme ma pinte se tenait à nouveau magnifiquement, j’ai attrapé le tube de gel lubrifiant, j’en ai enduit mon tuyau et j’ai laissé glisser sa lanière excitée jusqu’à l’éclatement hors de ma bouche et j’ai continué à le branler lentement avec ma main, j’ai glissé avec précaution ma lanière dure et excitée dans son cul, j’ai savouré le moment où j’ai pénétré l’anneau étroit du sphincter et où ma lance dure était à moitié enfoncée dans le canal étroit.

Ma main branlante sentit la lanière déjà dure de mon partenaire se durcir encore plus lorsqu’il sentit mon bâton de baise dans son con de cul surexcité.

pour éviter qu’il ne soit sur le point d’éjaculer sa semence dans ma main, j’ai lâché sa trique et j’ai continué à lui baiser lentement le cul. Pendant ce temps, il avait léché Heike jusqu’à l’orgasme, elle était assise sur son visage en haletant et continuait à savourer sa langue dans sa grotte.

Puis elle s’allongea sur mon partenaire et le branla doucement d’une main. De l’autre main, elle a caressé mes jambes chaussées de bas, a saisi mon entrejambe et a entouré les couilles qui se balançaient dans le sac sans poils. Puis sa main a glissé vers l’arrière, elle a percé ma rosette avec un doigt.

Heike me baisait doucement avec son doigt.

Je lui ai demandé de bien me baiser. Elle descendit de la table, enfila un énorme godemiché et le graissa bien. Puis elle s’est placée derrière moi et a entouré la grosse verge, j’ai posé une jambe sur une chaise, j’ai ainsi écarté les jambes pour que Heike puisse atteindre confortablement ma rosette.

Je tremblais d’excitation lorsque j’ai senti la grosse pointe du dil-dos sur mon trou du cul. Un petit coup et elle était déjà entrée.

Après quelques coups, elle s’était adaptée au rythme avec lequel je baisais mon partenaire, quand je poussais, Heike poussait aussi, quand je retirais ma queue excitée, elle le faisait aussi, mais toujours avec un peu de retard, de sorte que c’était une sensation excitante d’avoir son gros marteau dans le cul.

Après un temps interminable, j’ai ressenti à nouveau des picotements dans les couilles, j’ai baisé de plus en plus vite, jusqu’à ce que j’en perde une autre et que j’injecte ma sauce chaude dans le trou du cul de mon partenaire. Je me laissais tomber sur lui en respirant fort, je frottais mon ventre contre sa queue toujours dure.

En hurlant, mon partenaire essayait de se branler en même temps, mais je ne voulais pas encore le faire. Lentement, je me suis relevée et j’ai retiré ma latte à moitié raide de sa rosette. Heike s’est elle aussi retirée de moi, mais seulement pour prendre immédiatement ma place et continuer à baiser notre ami avec son gode-ceinture.

Après quelques coups, elle lui ordonna de se mettre à quatre pattes sur la pelouse.

Il fit ce qu’elle voulait. Heike s’accroupit derrière lui, fit couler du lubrifiant sur sa main et commença à baiser sa rosette encore largement ouverte avec trois doigts. Cela se passa sans problème. Elle a ensuite ajouté un quatrième doigt et a réussi à le faire pénétrer jusqu’au pouce.

Notre ami gémissait si fort que je m’attendais à tout moment à ce que le jus gicle de son tuyau.

Comme je n’aime pas que la crème gicle inutilement, je me suis allongée sous lui en position soixante-neuf de manière à pouvoir branler sa queue d’une main et la mienne de l’autre, tandis que j’avais la tête sous la fente de Heike, que j’ai immédiatement léchée abondamment. Mon partenaire était maintenant si excité qu’il demanda à Heike de lui donner toute sa main. Elle a fait ce qu’il voulait, elle a enfoncé toute sa main dans son cul en tournant et en faisant des cercles. Je sentais sa trique devenir encore plus dure.

Heike avait maintenant serré sa main dans son poing, l’insérait et la retirait – tout cela sans grande difficulté, un signe de l’excitation et de la défonce de notre ami.

Je continuais à branler lentement nos courroies, je voyais comment Heike pressait, pressait et pétrissait son sac avec son autre main. Je savais maintenant qu’il était sur le point d’éjaculer, car je sais comment il réagit au massage des bourses.

C’est ainsi qu’au bout de quelques secondes, il a gémi bruyamment, sa pinte a tressailli violemment dans ma main et a giclé son jus sur ma queue et mon sac. Au même moment, Heike a elle aussi eu une nouvelle éjaculation, déclenchée par ma langue sur son clitoris.

Nous nous sommes écartés, Heike s’est approchée de moi, s’est agenouillée entre mes jambes écartées et a léché mon sac et ma courroie pour les nettoyer du jus de notre ami, a pris ma latte dans sa bouche et a simultanément doigté ma rosette toujours excitée. La queue de notre ami avait certes éjaculé, mais elle tenait encore comme un seul homme.

Il s’est approché de nous, a repoussé Heike, m’a tourné sur le côté et s’est allongé derrière moi.

Heike a pris sa trique couverte de sperme, l’a dirigée vers mon trou du cul et l’a regardé me baiser. Sa grosse queue, dure et rebondie, pénétrait dans ma rosette, dilatait mon cul et me rendait de plus en plus excitée. Son gros cul claquait bruyamment contre mes fesses. En même temps, il frottait ma lanière dure avec sa main, me pressant douloureusement les couilles.

Heike m’a rejoint, s’est agenouillée au-dessus de moi et m’a laissé lécher sa chatte gonflée avec son clitoris dur, tandis qu’elle laissait notre ami gâter son trou du cul avec sa langue.

Peu de temps après, elle gémissait à nouveau dans l’orgasme. Quand elle s’est remise, elle s’est placée derrière notre ami, qui entre-temps m’avait roulé sur le ventre et s’était allongé sur moi, a pris le gros gode et l’a léché. Puis elle a enfoncé le marteau géant dans le cul de mon partenaire. Maintenant, elle déterminait le rythme de la baise avec sa main.

Elle a enfoncé le gode jusqu’à la butée, puis il a enfoncé sa ceinture profondément dans mon cul en rut.

Je serrais les fesses aussi fort que possible pour branler sa queue et la faire gicler, car je voulais sentir sa crème encore une fois au fond de moi. Lorsque la crème bouillonnait à nouveau dans nos bourses et que nous étions tous les deux prêts à éjaculer, Heike a voulu vider nos bites en les branlant.

Nous nous sommes donc lâchés l’un l’autre, mon partenaire planant presque au-dessus de moi. Mais nous avons veillé à ce que l’excitation reste dans nos tubes de baise avec la main.

Heike s’est allongée sur le sol, nous nous sommes agenouillés à gauche et à droite d’elle. Elle a pris les deux queues ensemble dans une main et les a branlées frénétiquement.

C’était une sensation excitante de se faire branler la lanière pendant qu’elle était en contact étroit avec une autre queue. Puis nous avons joui presque en même temps, la crème a coulé des deux tuyaux, dégoulinant sur le visage de Heike et ses seins rebondis.

Épuisés, nous nous sommes allongés l’un à côté de l’autre dans l’herbe, caressant avec délectation les gros seins de Heike aux tétons durs, tandis qu’elle avait une main sur sa bite et une sur la mienne – avec le succès que l’on sait, les lattes durcissaient à nouveau.

Mon partenaire a tiré Heike sur lui, a enfoncé sa ceinture profondément dans sa chatte. Je me suis agenouillé derrière elle, j’ai enfoncé ma pinte dure dans son cul. Elle gémit bruyamment, elle était si excitée qu’elle jouit à nouveau après quelques coups.

Puis nous avons changé de position : je me suis allongé sur le dos, Heike est venue au-dessus de moi, les jambes à gauche et à droite, elle a fait glisser ma ceinture dans sa rosette.

Puis elle s’est laissée tomber en arrière, allongée, presque sur ma poitrine, notre ami est venu, en branlant légèrement sa queue encore raide, et s’est agenouillé entre mes jambes. Heike pensait à une autre baise sandwich, mais loin de là : lui aussi enfonça sa lanière dans sa rosette, si bien qu’elle se faisait maintenant baiser le cul par deux bites dures en même temps ! cela l’excitait à nouveau tellement qu’elle jouissait plusieurs fois, tandis que nos lattes se frottaient violemment l’une contre l’autre dans son canal étroit. C’était si excitant pour nous que les deux queues explosèrent profondément dans Heike presque au même moment.

Nous nous sommes allongés l’un sur l’autre en haletant et en gémissant, Heike savourait les lattes qui se ramollissaient lentement dans son cul, nous savourions son sphincter qui tressaillait toujours de manière incontrôlée et qui continuait à masser nos queues.

Nous étions tous les trois épuisés, nous sommes allés nous doucher les uns après les autres. Heike nous a préparé un bon repas dans la cuisine, puis nous avons réfléchi à ce que nous pourrions encore faire.

J’écrirai plus tard ce qui s’est passé ensuite, lorsque d’autres personnes se sont jointes à nous.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Suivez nous sur Twitter

Vanessa rejoint notre réseau de dials chauds !

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings