Vous êtes ici : Accueil > Pour sauver la virginité de sa fille jusqu’au mariage, sa mère s’offre à son fiancé Chapitre 4 Final
Histoires taboues

Pour sauver la virginité de sa fille jusqu’au mariage, sa mère s’offre à son fiancé Chapitre 4 Final

Pour sauver la virginité de sa fille jusqu’au mariage, sa mère s’offre à son fiancé Chapitre 1

Chapitre 4 La vie conjugale

Le mariage était magnifique. La mariée vierge, sa robe blanche avec la longue traîne, le beau marié en smoking, les servantes de la mariée vêtues de jaune pâle et rayonnantes, dirigées par Francine DeFalco ; puis la réception. Champagne et danse jusqu’au petit matin ; les mariés s’étaient éclipsés à 23 heures, ils passaient la nuit dans un hôtel de luxe et partaient le lendemain pour deux semaines au Mexique.

Edie a regardé les jeunes mariés sortir en douce. Sa pauvre petite fille, elle avait l’impression d’envoyer un agneau à l’abattoir.

Un panier de fruits et une bouteille de champagne gratuite et bien fraîche les attendaient dans leur chambre. Tim portait de petites caisses pour la nuit pour chacun d’entre eux ; il les a placées à l’extérieur de la chambre, a ouvert la porte et a porté sa mariée rougissante sur le seuil avant de l’asseoir sur le lit. Il a récupéré leurs sacs puis est allé embrasser la mariée.

“Nerveux ?” a-t-il demandé à Evie.

“Un peu mais pas beaucoup, juste heureux. Je viens d’épouser l’homme le plus merveilleux du monde.”

“Et j’ai épousé la femme la plus spectaculaire.”

“Tim, j’ai attendu vingt-sept ans, fais-moi l’amour.”

“Je ne peux pas penser à quelque chose que je préfèrerais faire”, répondit-il alors qu’il commençait à déballer sa belle dame de sa tenue de mariage.

Finalement, il n’avait plus que des sous-vêtements en dentelle. D’abord, il a détaché son soutien-gorge.

“Mon Dieu, tu es magnifique”, lui a dit Tim. Ses seins étaient d’un blanc crémeux avec des mamelons gonflés si rouges qu’ils lui rappelaient des fraises. Ils étaient gonflés et fiers. Il se pencha en avant et embrassa chacune d’elles.

Avant de poursuivre, il s’est levé, a récupéré quelque chose dans son dossier et l’a mis sous son oreiller. Il a baissé les draps, a pris Evie et l’a allongée sur le lit, puis il s’est déshabillé.

“Evie bébé, je veux y aller doucement, profiter vraiment de notre première fois”, alors qu’il enlevait sa culotte.

Il s’est couché à côté d’elle et l’a prise dans ses bras.

“Dieu comme je t’aime”, lui dit-il alors, il l’embrasse, de doux baisers respiratoires puis des langues et des dents, elle se mord la lèvre puis glousse, il lui goûte l’oreille avant de traîner sa langue le long de son cou jusqu’à ses seins.

Il pétrissait doucement un sein pendant qu’il tétait le mamelon de l’autre. Il a alterné entre les deux, l’allaitant pendant qu’elle les lui lançait.

Elle expira : “C’est si agréable, Tim, si agréable”.

Plus tard, il l’a embrassée jusqu’au ventre, et avec sa langue, il a taquiné son nombril.

“Ça chatouille”, titrait-elle.

Il a passé ses doigts puis sa langue dans la peau cramoisie de son mons veneris.

Enfin le nirvana. Il a ouvert ses lèvres avec ses doigts et l’a goûtée, en faisant courir sa langue vers le bas le long de sa vulve. Il a plongé le bout de sa langue dans son vagin et a plongé dans sa fraîcheur à plusieurs reprises. Evie a commencé à frémir, Tim s’est arrêté. Il voulait la garder sur les nerfs, son excitation à son maximum, sa lubrification à fond. Lorsqu’elle s’est calmée, il l’a ramenée au bord du gouffre une fois de plus.

Sa langue lui a ouvert la voie, il lui a léché le périnée. Il la tenait de telle manière que ses glorieuses demi-lunes étaient écartées, il la cernait puis s’appuyait contre elle, la pénétrant du bout de la langue.

Elle a gémi : “Tim, qu’est-ce que tu fais, c’est sale, ne fais pas ça.”

“Je t’ai fait du mal, Evie ?” Il a demandé.

“Non, ça n’a pas fait mal mais c’est sale.”

“Est-ce que ça fait du bien ?”

“Eh bien, peut-être.”

“Evie, ça fait du bien, n’est-ce pas ?”

“Ok, ça fait du bien.”

“Alors profitez-en, je vous y accorderai beaucoup d’attention.”

Il a néanmoins commencé à remonter, le long de sa vulve, une autre descente dans son vagin et à sucer et tirer sur ses lèvres puis sur son clitoris. Elle était enflée, le bout rouge de colère et pulsatif, il l’a pris entre ses lèvres, l’a aspiré dans sa bouche et a tapoté son petit bijou du bout de la langue.

Il avait apprécié son parfum, et goûté sa fraîcheur ; doux citron et légèrement salé ; la comparaison était, bien sûr, inévitable : Evie et Edie, les parfums et les goûts sont si similaires.

Evie était plus légère de goût et de parfum, ses lèvres et sa vulve d’un rose virginal, son mignon petit bouton de rose d’un brun pâle teinté de rose pastel.

L’odeur et les saveurs d’Edie sont plus fortes, sa coloration d’un rouge terne de femme adulte sexuellement active, son bouton de rose plus de l’ombre d’un bouton de rose, rougi par ses aventures anales.

Les deux ont été fantastiques.

Evie a commencé à trembler, puis elle a levé les hanches et s’est mise à gémir. Tim n’a pu faire autrement que de tenir sa petite femme au sol, il a réussi à la maintenir sur le lit, en lui serrant les hanches. Sa bouche couvrait maintenant son vagin, il voulait la goûter pendant qu’elle atteignait l’orgasme.

Il a sucé son vagin, bu son nectar, doux, séduisant, il est resté sur elle, léchant et suçant jusqu’à ce qu’elle supplie de la soulager, elle était si sensible ; il était temps.

Il l’a tenue jusqu’à ce qu’elle descende.

“Bien ?”

“Oh Timmy, j’ai vu des étoiles, que m’as-tu fait ? C’était fantastique ; maintenant fais-moi l’amour, s’il te plaît.”

Sous l’oreiller, il a récupéré le tube de lubrifiant.

“Chérie, je vais utiliser un peu de KY Jelly, c’est ta première fois, je ne veux pas que tu souffres.”

“Je ne pense pas que ce sera un amant à problèmes, Francie m’a dit que c’était seulement comme une piqûre d’épingle quand elle a perdu sa virginité.”

“Juste pour être sûr, ok ?” (Ce qu’il pensait, c’est que son amant devait être l’enculé de la piqûre d’aiguille)

“Ok.”

Il lui a lubrifié le vagin puis s’en est rajouté, a soulevé ses jambes et les a posées sur ses cuisses et s’est approché d’elle.

Alors qu’il guidait la tête vers sa petite ouverture, il lui a dit : “Si je te fais mal, dis-moi d’arrêter, ok mon coeur”.

Elle a souri et a hoché la tête oui ; il a poussé. Il regardait son joli visage. Elle avait un regard rêveur, un sourire fantaisiste, ses yeux étaient fermés alors qu’elle anticipait de faire l’amour à son mari pour la première fois.

Alors que la tête glissait dans ses yeux s’ouvrait, le deuxième pouce suscitait un gémissement, le troisième entrait en contact avec son hymen et son visage s’enfonçait dans un rictus de douleur.

Tim s’est arrêté puis s’est penché en avant et a pris Evie dans ses bras.

“Je te fais mal, tu veux que j’arrête ?”

“Timmy, je suis ta femme, ta compagne et la future mère de tes enfants, si tu dois me faire du mal pour que cela arrive, fais-moi du mal.”

Il l’a serrée très fort dans ses bras, en lui disant “Je t’aime Evie”, comme il l’a fait. Il pouvait sentir qu’elle était déchirée alors qu’il lui arrachait l’hymen. Elle tremblait de douleur mais le seul son qu’elle entendait était un gémissement alors qu’il se faisait enterrer sa monstrueuse bite de 15 cm.

Il n’allait pas beaucoup plus loin, du moins pas cette fois-ci. Les premiers centimètres de son vagin étaient l’endroit où se trouvait sa sensibilité. Il l’a caressée superficiellement, excitant les terminaisons nerveuses.

Tim était presque certain qu’Evie n’allait pas jouir à nouveau, il essayait de lui faire ressentir un peu de bien, mais il pouvait voir sur son visage qu’elle avait mal. Il a pompé rapidement, il a joui rapidement cette première fois mais il avait l’intention de passer la plus grande partie de la nuit en elle.

“Je vais jouir en toi Evie, je vais remplir ta douce chatte de jus de bébé”, comme il l’a craché en elle. Pour la première fois, Evie a senti les pulsations saccadées d’un homme qui éjaculait dans son corps. Elle souffrait de la pénétration, mais son sperme chaud était fantastique.

Il a continué à pomper, elle était sûre qu’il avait en fait fait fait exactement ce qu’il avait dit de manière si indélicate ; il a rempli sa douce chatte de jus de bébé. Même après avoir arrêté de la pomper, il est resté en elle.

Il lui a donné le plus doux des baisers, “Comme tu te sens belle”.

“Douloureux ; Francie m’a menti.”

“Et Francie ?”

“Elle a dit que c’était comme une piqûre d’épingle ; je dirais que c’était plus proche d’avoir un Peterbuilt enfoncé dans mon canal de naissance.”

Cela faisait plus de cinq minutes qu’ils avaient fini, mais Tim était toujours enterré en elle, elle a dit : “Chérie, j’ai besoin de faire le pot.”

Elle a été surprise par sa réponse.

“Non, reste allongé ici un petit moment, je ne veux pas que tu te lèves encore, laisse le sperme baigner ton col de l’utérus.”

Elle se tortillait d’une vessie pleine au moment où il la laissait se lever dix minutes plus tard.

Elle a sauté et a couru vers la salle de bain. Elle avait attrapé sa culotte en y allant, elle l’avait mise quand elle est revenue et a grimpé dans le lit.

Elle a rampé sur son ventre et s’est blottie contre lui, il était couché sur le côté face à elle, elle s’est blottie contre sa poitrine.

“Tu peux me sucer les tétons si tu aimes Evie, tout comme toi, j’ai des terminaisons nerveuses là.”

Alors que sa langue et ses lèvres excitaient sa poitrine, sa main caressait et pétrissait ses fesses.

Lorsqu’il a commencé à suivre sa fissure, en chatouillant son petit anneau serré dans sa culotte, elle est remontée pour prendre de l’air à cause de sa succion.

“Tu aimes mon derrière, n’est-ce pas Tim ?”

“Comme le sous-estime, je pense que c’est fantastique ; parfaitement formé, succulent comme deux melons mûrs, magnifique.”

“Tim, il y a peu, tu m’as dit de me détendre et de m’amuser, tu as dit : “Je vais te donner pas mal d’attention là-bas”, qu’est-ce que tu voulais dire ?

“J’aime ton joli derrière et je te veux comme ça.”

“Vous voulez dire le sexe anal ? Vous voulez me sodomiser ? Tu vas me couper en deux”, a-t-elle semblé un peu hystérique.

“Oui, je veux dire le sexe anal, non ce n’est pas que je veux te sodomiser, c’est que je vais te sodomiser et non, je ne vais pas te couper en deux. Avant la fin de notre lune de miel, vous pourrez me prendre à la fois à l’avant et à l’arrière. En fait, je ne serais pas surpris si vous n’aviez pas appris à me satisfaire avec votre bouche”.

“Mon Dieu Timmy, combien de sexe allons-nous avoir ?”

“Après nous être installés dans la vie de famille deux ou trois fois par jour, mais nous sommes en lune de miel maintenant, ce sera assez constant.”

Sur ce, il a commencé à lui enlever sa culotte, commentant : “Tu n’en auras pas besoin pour le reste de la nuit Evie, pendant la nuit je serai probablement chez toi cinq ou six fois, tu seras assez pleine de sperme au matin, passe-moi le lubrifiant, s’il te plaît.

Elle a commencé à se rouler sur le dos, il l’a plutôt placée sur le côté avec ses fesses vers lui.

“Non, tu ne vas pas faire ça si tu es Tim”, a-t-elle déclaré.

“Non, Evie, je ne le suis pas, j’ai pensé que tu aimerais dormir, je te veux sur le côté pour qu’on puisse faire la cuillère, je te tiendrai dans mes bras et tu pourras dormir sur mon épaule. Je serai en toi par derrière.”

Il l’a positionnée puis s’est déplacé derrière elle.

“Cambre ton dos pour moi, ma chérie, c’est ça.” Il a introduit un peu de KY dans son vagin puis a mis la tête de sa bite dedans.

“Parfait, maintenant, faites marche arrière jusqu’à ce que vous ayez pris tout ce que vous pouvez supporter.”

La nuit n’a pas été aussi mouvementée que Tim l’avait imaginé. Oui, il a éjaculé une fois, mais Evie et lui étaient tous deux épuisés par leur longue et fatigante journée, ils ont dormi dans les bras l’un de l’autre, ne se réveillant qu’à neuf heures du matin. Il était le premier et regardait son visage et souriait quand elle a ouvert les yeux.

“Bonjour Mme Silver”, il a salué Evie.

“Bonjour M. Silver, embrassez-moi maintenant”, a-t-elle répondu.

Pendant qu’il l’embrassait et la caressait, il caressait aussi son sexe. Lorsqu’elle a commencé à réagir, il a ajouté du lubrifiant et s’est roulé sur elle.

“Lève tes jambes, mon coeur, je veux un bon angle”, dit-il en entrant.

Il a commencé à pomper, en utilisant seulement les cinq pouces, chaque coup poussant un peu plus vers l’avant, en allant un millimètre plus loin. Il a continué à progresser lentement jusqu’à ce qu’il voie ses yeux pleurer ; il s’est arrêté et l’a attendue. Lorsqu’elle lui a souri, il a commencé à le caresser doucement.

Evie voulait tellement être une bonne épouse pour Tim, qu’elle voulait qu’il la désire sexuellement et en tant qu’épouse aimante, mère de ses enfants, elle chuchota : “C’est comme ça que mon grand homme, baise moi, baise ta petite femme, jouis en moi, mets ton bébé dans mon ventre.”

Il n’en fallait pas plus, Tim a fait éruption, dans son excitation il a pompé un peu plus fort ; il a été récompensé en glissant plus profondément, Evie lui avait pris la moitié de sa bite. Il s’est reposé en elle, l’embrassant et la caressant jusqu’à ce qu’il soit tout doux.

Après une douche et des ablutions, ils ont pris le petit déjeuner au bar gratuit et sont partis pour quatre heures de route vers Baja. Pour se réconforter, Tim portait un short ample et un pull, Evie une robe de soleil imprimée. Ni l’un ni l’autre ne portait de sous-vêtements. Tim avait dit à Evie, pas de culotte, je veux pouvoir atteindre mon trésor. Elle lui a dit qu’elle ressentait la même chose, qu’elle voulait le tenir dans ses bras pendant qu’il conduisait.

Ils avaient à peine quitté la ville qu’Evie le tenait dans sa main, bien vraiment dans les deux mains, elle avait besoin des deux pour le masturber.

“Tu es si grand Tim, Francie et moi avons parlé des hommes quand elle a su que je me mariais. Elle a dit que son mari Jeremy avait la taille d’un pouce d’homme. Tu es comme le bras d’un bébé.”

“Tout pour toi, ma chérie”, se moquait-il.

“Tout n’est pas encore pour moi, nous avons encore du travail à faire là-bas, n’est-ce pas ?”

“Dès qu’on est enregistré, on peut se concentrer sur ça.”

Et c’est exactement ce qu’ils ont fait, leur suite de lune de miel était une cabane au bord de la mer de Cortez, avec les douces brises qui rafraîchissaient leur corps ; Tim a donné à Evie plus d’une heure d’oral. Il voulait que le sexe soit aussi agréable et excitant que possible pour elle jusqu’à ce que la relation soit meilleure pour elle, puis il est entré en elle et l’a caressée jusqu’à l’orgasme. Ils ont fait une sieste, puis ont déjeuné et bu au bord de la piscine.

“Je veux aller à la plage”, a dit Evie à Tim.

Ils se sont changés en maillots de bain et ont marché sur la plage.

“Regarde Timmy, là dehors”, s’est exclamée Evie, “Ce sont des baleines ?”

Là, à moins de cent mètres dans l’eau, plusieurs baleines grises ont fait une brèche. Elles se sont assises sur le sable et ont regardé pendant plus d’une demi-heure avant que le groupe ne continue à nager.

“Wow, c’est l’une des vues les plus impressionnantes que j’aie jamais vues, pourquoi ai-je laissé la caméra dans la pièce ?” a demandé Tim avec rhétorique.

La partie de la plage où ils se trouvaient était déserte et obscurcie par des dunes et des feuillages. Evie a enlevé son costume.

“Viens Timmy, on va faire un bain de minuit”, criait-elle par-dessus son épaule alors qu’elle se dirigeait (littéralement) vers les eaux chaudes du golfe.

Ils batifolaient comme de jeunes loutres, se touchant, se sentant, s’excitant les uns les autres.

Tim s’est approché d’elle, a entouré sa taille en l’enlaçant, il a murmuré : “Je te veux Evie, tu es si incroyablement désirable, allons dans notre cabane.

“Mon Dieu, je te veux aussi, Timmy.”

Dans leur chambre, ils se douchaient ensemble, rinçant le sel de leur corps puis au lit.

Tim s’est dit qu’elle était la femme la plus fantastique que je puisse rencontrer, il adorait son corps, son goût, son odeur. Elle ressentait la même chose, quand il l’a prise avec sa langue, elle a vu des étoiles.

Ses lèvres caressaient ses lèvres, il la tirait de façon ludique puis taquinait son petit bouton de rose en le faisant couiner avant de jouer avec son clitoris gonflé, la frappant du bout de la langue. Elle a fait éruption, crachant ses jus parfumés. Tremblant, elle fut vaincue par une série d’orgasmes, son utérus, son vagin et son anus se serrant au fur et à mesure qu’elle coulait.

Tim s’est avancé entre ses cuisses, tentant de la pénétrer. À leur frustration mutuelle, il n’a pu, une fois de plus, qu’entrer en partie. Il l’a pompée peu profondément pendant quinze ou vingt minutes ; elle a enroulé ses jambes autour de sa taille, essayant de le tirer plus profondément mais c’était douloureux ; elle le voulait désespérément en elle, il est venu en rugissant, crachant son sperme crémeux et tordu. La tenant près de lui, lui chuchotant son amour, il est resté en elle jusqu’à ce qu’il se ramollisse.

“Oh Timmy, je suis désolée”, gémit-elle.

“Chérie, on va y arriver et c’est très amusant d’essayer.”

Après qu’ils se soient couchés ensemble, elle était sur le ventre avec lui en train de pétrir son succulent derrière. Il lui a donné quelques caresses, puis l’a embrassée et lui a ouvert les joues avec sa langue.

“Vous êtes trop mauvais”, dit-elle en riant.

“Non, vous êtes trop bon, exquis, divin.”

Ils ont joué pendant un certain temps puis ont décidé d’aller dîner dans le restaurant sur place.

“Je peux porter ma culotte ou vous allez me prendre sur la table”, a-t-elle lancé.

“Les culottes sont très bien, enveloppez mon trésor et gardez-le au chaud pour moi.”

Elle portait une robe d’été légère, il était en kaki, une chemise ouverte, une veste de sport et des mocassins sans chaussettes.

Ils ont pris des amuse-gueule au crabe craqué puis des homards en entrée accompagnés d’une bouteille de Chardonnay 2002 Dalla Valle Napa Valley California croustillant puis ils ont partagé un dessert au chocolat (quoi d’autre, le chocolat est originaire du Mexique), des bananes grillées avec de la glace au rhum et une sauce au chocolat chaud mexicaine et du café.

Ils discutaient, discutaient de la fondation d’une famille quand Evie s’est mise en colère.

“Tim, tu ne vas pas le croire, ma mère est enceinte, tu peux le croire ?”

“Evie, je pense que c’est merveilleux, Henry et Edie doivent être en extase.”

“Elle a dit : “Je suis ravie, sa voix s’élève, c’est terrible, je veux dire qu’elle a cinquante et un ans. C’est moi qui suis censée avoir des bébés, pas ma mère.”

“Oh relax mon coeur, on va avoir des bébés aussi.”

Evie ne voulait pas laisser tomber, peut-être parce qu’elle avait bu un peu plus de vin que d’habitude, mais elle a continué son délire.

“Evie, laisse-toi aller, on en parlera quand on rentrera à la cabane, ok ?”

“Je veux en parler maintenant, Tim, je suis tellement en colère.”

“Evie, s’il te plaît, les gens regardent, ça devient un peu gênant.”

Ils étaient, plusieurs personnes aux tables voisines les regardaient et chuchotaient entre eux.

“Laissez-les regarder.”

“Non Evie, ne provoquons pas de scène, s’il te plaît, garde-la pour nous jusqu’à ce que nous retournions dans la salle.”

“Tim, je veux me libérer, ça me met vraiment en colère qu’elle fasse ça.”

“Je pense que nous devons y aller Evie”, a-t-il dit en appelant pour le chèque.

“Je veux finir mon dessert.”

“Et je veux partir, tu me gênes et ça ne m’intéresse pas beaucoup.”

Il a signé le chèque, s’est levé, lui a pris la main et lui a tiré dessus : “Allons-y Evie.”

Elle se plaignait encore lorsqu’il l’a conduite sur le patio et sur le chemin du retour à leur cabane.

Dans leur chambre, Tim s’est rendu au chevet du lit et s’est assis. Il a amené Evie et l’a mise entre ses jambes.

“Evie, je ne pense pas que tu comprennes à quel point ta conduite m’a affligée. Si tu es bouleversée par ta mère, un restaurant n’est pas le bon endroit pour te défouler. Laisse-moi te demander, puisque c’est ta mère qui t’afflige, que ferait Henry si c’était Edie qui avait agi comme tu l’as fait ?

Il se demandait comment elle allait répondre, ils n’étaient mariés que depuis deux jours, il savait que ce moment finirait par arriver mais il n’avait jamais imaginé que ce serait si tôt.

Le vent a chassé de ses voiles, la voix d’une petite fille sévèrement réprimandée l’a étouffée en gémissant : “Papa lui donnerait une fessée”.

“Evie, penses-tu qu’un mari devrait donner la fessée à une femme récalcitrante ?”

Presque silencieusement, elle a murmuré : “Oui”.

“Que dit Henry ?”

“Des yeux salés et un fond rose. Tu vas me donner une fessée, n’est-ce pas Tim.”

“Je pense que tu as besoin d’une fessée, n’est-ce pas Evie ?”

“Pas besoin, je serai bien maintenant que tu m’as parlé, Timmy.”

Il s’est levé, l’a retournée, a ouvert la fermeture éclair de sa robe et l’a laissée tomber sur le sol.

“Evie, d’habitude je te laisse choisir si tu veux garder ton haut, mais pas cette fois”, a-t-il dit en défaisant son soutien-gorge et en le prenant sur ses épaules. Il lui a tourné le dos, a enlevé son pantalon et sa chemise et s’est de nouveau assis au chevet de la malade.

Il s’est assis tranquillement en appréciant sa poitrine pendant plusieurs minutes puis a dit : “Je vais te laisser garder ta culotte pendant un petit moment, nous allons commencer par ta fessée puis je l’enlèverai et nous continuerons, tu comprends ?

“S’il te plaît Timmy, tu n’as pas besoin de faire ça.”

“Tu as raison Evie, je n’ai pas besoin de faire ça mais tu as besoin que ce soit fait”, alors qu’il la faisait descendre sur sa cuisse gauche.

Comme Edie le lui avait appris, il lui a entouré la taille, lui a tordu le torse de manière à ce qu’elle soit tournée vers l’arrière et l’a serrée contre son côté.

Il lui a d’abord frotté les fesses, puis lui a donné la première tape.

Il a frotté à nouveau, lui a dit qu’il attendait mieux d’elle à l’avenir, lui a giflé chacune des joues puis l’a pétrie.

Rapidement, il lui assène dix coups fermes, puis il s’arrête et lui caresse les côtés et les cuisses.

“Tu es belle, tu sais”, dit-il, puis il lui en donne dix de plus.

Evie commençait à se tortiller et à gémir, elle a obtenu une autre dizaine rapide.

Il a tracé le long de sa charmante fente, “Beautiful”.

Coup, coup, coup, coup, coup et coup.

Elle se tortillait plus fort, essayant de s’échapper. Cela n’allait pas arriver.

Elle pleurait quand il lui a donné une vingtaine de coups rapides puis l’a laissée se reposer pendant qu’il la frottait et la caressait, apaisant ainsi la piqûre.

Une fois qu’elle s’était installée et qu’elle avait cessé de se tortiller, il lui a tiré la culotte.

“Il est temps qu’elles se détachent d’Evie.”

“S’il te plaît Tim, plus maintenant, je serai sage.”

“Oh. Je sais que vous le ferez, au moins pendant un certain temps”, dit-il en relâchant sa prise sur ses jambes pour pouvoir lui enlever entièrement sa culotte. Il ne voulait pas qu’elle les porte jusqu’aux genoux, elle serait complètement dénudée.

“Maintenant, nous aurons des yeux salés et un fond rose”, lui dit-il en lui en donnant vingt, en alternant entre ses joues, chaque coup directement sur ses points d’appui”.

Evie gémissait, elle voulait être libérée, elle se tortillait et essayait de donner un coup de pied libre.

Il lui a laissé une chance de se rétablir, il lui a de nouveau caressé les fesses, qui prenaient une belle teinte rose.

Alors que sa main l’apaisait, elle a commencé à frotter son bassin contre sa cuisse nue. Elle était chaude et humide, “S’il te plaît Timmy”, a-t-elle plaidé.

Il n’avait pas encore reçu les larmes et elle allait pleurer. Il a repris sa fessée.

Sa respiration était devenue râpeuse et elle émettait un gémissement bas et rauque. Elle a levé ses fesses comme si elle revenait à la rencontre de sa main. Il s’arrêta à nouveau, il pouvait voir juste le dos de sa fente, elle se lubrifiait. Il lui donna dix coups fermes, elle sanglota profondément puis se mit à pleurer.

Elle était si petite, il s’est simplement levé en la tenant, l’a couchée sur le lit et l’a rejointe, la tenant, lui ramenant la tête à la poitrine.

Il lui a embrassé les yeux humides.

“S’il te plaît Timmy, maintenant s’il te plaît”, supplia-t-elle en ouvrant ses cuisses pour le recevoir.

Il l’a montée. C’était émouvant pour Evie, ses fesses étaient brûlantes mais son vagin était plus chaud.

“Baise-moi Timmy, prends-moi tout de suite”, comme il est entré en elle. Il était presque aussi excité qu’elle, il s’est jeté en elle.

Elle gémit bruyamment, il sent sa tête de bite toucher son col de l’utérus puis glisse. Il était plus loin qu’il ne l’avait jamais été et elle en prenait encore plus. Il a levé ses jambes, a changé l’angle de pénétration et a continué. Il y avait des larmes dans ses beaux yeux, que ce soit à cause de la douleur ou des yeux salés de sa fessée, il ne le savait pas, mais il continuait à la pousser jusqu’à ce que ses couilles reposent sur ses fesses.

Elle a eu besoin d’un moment pour s’adapter à ce qu’ils avaient fait, il était au plus profond de lui.

Elle l’a regardé, elle avait le visage douloureux mais elle souriait : “Maintenant, je me sens vraiment comme si j’étais ta femme. Fais-moi l’amour, je veux dire, fais-moi vraiment l’amour ; j’ai mal mais je n’ai jamais été aussi heureuse. Fais-moi grandir Timmy, donne-moi notre bébé”.

Lentement et doucement, il l’a sondée, par de longs et langoureux coups, un bras lui tenant la tête tandis que l’autre lui massait les seins. C’était si spectaculaire, mieux que toutes les femmes avec lesquelles il avait été, la façon dont il était censé se sentir, c’était sa femme.

Elle faisait de jolis petits bruits quand il la chevauchait, ils avaient été rejoints pendant près d’une heure quand Evie a commencé à lui pousser les hanches avec une certaine urgence.

“Timmy, je vais jouir”, murmura-t-elle.

Il a accéléré, il voulait y arriver avec elle. De plus en plus vite, il sentit le sperme monter dans ses couilles lorsqu’elle lui saisit la taille avec ses jambes, poussa son bassin contre lui et, dans une convulsion tremblante, elle s’écria : “Oui, oui, oui, ouissssss, oh mon Dieu Timmy, ouissssssssssssssssss”. Il rugissait alors qu’il lui donnait des spasmes successifs. Il était bruyant mais elle le noyait en hurlant. Les contractions de son vagin étaient si intenses qu’il ne pensait pas pouvoir se retirer s’il le voulait, elle l’avait sous la main. Leurs orgasmes étaient si intenses qu’ils ont duré une bonne demi-minute.

Tim est resté en elle, elle a parlé.

“Incroyable Timmy, excusez mon langage, pas de fessée pour ça mais, Incroyable, putain. Je veux le refaire… tu crois que les voisins ont entendu ?” Elle a demandé sérieusement.

“Probablement”, lui dit-il en souriant, “Probablement”.

“Mon Dieu Timmy, ça a fait mal mais ça en valait la peine. Même la fessée en valait la peine.”

“Tu sais, j’aime bien être allongé ici avec toi quand je suis encore là, je me sens particulièrement proche de toi en ce moment.”

Un regard sérieux croisa son visage, “Timmy quand tu, tu sais, quand tu me prendras les fesses, ça fera aussi mal que ça ?

“Quand je te mettrai sur le ventre, ça te fera mal les premières fois, mais pas plus qu’aujourd’hui et après quelques fois, tu pourras me prendre facilement, en plus, il y a quelques choses que je peux faire pour t’aider à te préparer”.

“Je ne sais pas, ça me fait peur, je suis si petit.”

“Chérie, j’ai déjà été dans des petites femmes avant, on peut le faire.”

“Aussi petit que moi ?” Elle a persisté.

Il la regarda et lui fit un sourire étrange avant de répondre : “Oui, je dirais presque exactement la même taille”.

Elle s’est interrogée sur ce sourire, mais a poursuivi : “Quand allons-nous essayer et pourquoi dites-vous “quand vous me mettez sur le ventre” ?

“Nous essaierons dans quelques jours, je veux profiter de ce que nous avons accompli aujourd’hui, pas vous ?”

“Oui, oui, oui”, dit-elle.

“Et l’autre, la première fois que nous le ferons, vous serez littéralement sur le ventre. Pour la première fois, je vais vous allonger sur le lit et vous mettre à cheval sur vos hanches. Je préfère le sexe anal par derrière, donc vous serez généralement sur le ventre.” Il n’a pas expliqué qu’il préférait cette position pour la première fois parce qu’il était presque impossible de s’échapper.

“Et vous allez m’aider ?”

“Tu parles !”

Tim savait exactement quand et où elle serait présentée. Ce serait dimanche soir, Evie ne le savait pas mais Edie avait rangé son matériel de lavement dans la valise de Tim. Il allait lui donner son lavement puis, en même temps que son lavement, il avait emballé un bouchon de cul. Il l’avait mis et l’avait emmené dîner, la laissant se tortiller dessus pendant tout le repas. De retour dans la chambre, il avait enlevé le bouchon et l’avait remplacé par 11 ¾ pouces de Timmy.

“Je suis prêt pour le deuxième round, et toi mon grand ?” Evie se moquait.

“Tu veux du lubrifiant ?”

“Je ne pense pas en avoir besoin, je me sens comme un marécage “en bas”.

Elle a grimacé, c’était encore un peu douloureux quand il est entré en elle, mais il a pu se glisser avec un petit effort.

“Dieu que ta chatte est merveilleuse, tu es serrée comme une oreille de moucheron ; j’adore ça”, dit-il en commençant à la caresser.

Il était plus vigoureux cette fois, il aimait ses sons, juste un petit grognement quand il s’enfonçait et un roucoulement quand il se retirait.

Au bout d’une quinzaine de minutes, il lui a demandé comment elle allait.

“Fantastique, j’aime vraiment la friction quand tu recules, c’est comme si tu me retournais.”

“J’aimerais que vous leviez les genoux vers vos seins, pouvez-vous faire ça pour moi ?”

Ses genoux reposaient sur ses seins, elle tenait ses jambes avec ses deux mains, “Comme ça ? demanda-t-elle.

“Juste comme ça. Chérie, tu es plus exposée comme ça, donc je peux te pénétrer d’un demi-pouce ou plus, ça peut faire un peu mal.”

“Alors fais-moi mal Big Boy, je te veux tout entier.”

Alors qu’il s’avançait, il la vit grimacer et son gémissement était plus prononcé et il pouvait sentir qu’elle était étirée.

“Evie Baby, je vais te monter un peu plus fort. Si je te fais mal, chante, ok ?”

“Timmy, je veux tout ce que tu peux me donner. Baise-moi bien et remplis-moi de ton bébé qui fait du jus. Fais-moi une maman.”

Il s’est glissé plus haut sur elle, s’assurant que sa bite frottait son clitoris, puis l’a frappée.

Ça n’a pas pris longtemps, elle a chanté, c’était “Oooooooooo putain Timmy, tu baises bien, baise ta petite fille, oh, j’éjacule, j’éjacule”, alors que son vagin faisait éruption, puis ses contractions l’ont rattrapé. Il l’a inondée alors qu’il était à sa portée.

Il espérait qu’elle ne perdrait pas ces contractions en la faisant entrer par effraction. Peut-être qu’elle pourrait entraîner ses muscles, ça a fait d’elle la plus belle chatte qu’il ait jamais eu.

Alors qu’ils étaient encore accouplés, elle lui a demandé s’il avait des projets pour le lendemain. Il ne lui a rien dit vraiment, ils pourraient aller à Cabo san Lucas, faire un peu de tourisme et peut-être un peu de shopping.

“Gardons ça pour le lendemain, samedi, demain je veux me prélasser ici, juste prendre le room service pour le petit déjeuner. Ensuite, je veux que tu me baises jusqu’à ce que je ne puisse plus marcher. Tu devras me porter pour le dîner.”

Ils ont fait une autre tournée ce soir-là, puis ils l’ont fait entrer en elle. C’est comme ça qu’ils ont dormi.

Il s’est réveillé avec une agréable sensation qui émanait de son aine, soulevant le drap qu’il avait trouvé Evie en train de lécher son manche.

“Bonjour dormeur, c’est l’heure des délices matinaux de maman.”

Peut-être que c’était le cas, il l’a prise par le bas et l’a tirée sur sa poitrine.

“Ça fait du bien, tu veux du lubrifiant ?”

“Je pense que je n’aurai plus besoin de lubrifiant. Rien que de penser à t’avoir en moi, je produis tout le lubrifiant dont nous aurons besoin”.

Il était à peu près à la moitié du personnel.

“Faites-moi plaisir, puis accroupissez-vous au-dessus de moi, une nouvelle position que je pense que vous aimerez.”

Il ressemblait à un mât de drapeau qui se tenait droit quand elle l’a amené en érection.

“Accroupis-toi au-dessus de moi et guide-moi vers toi ; c’est la voie, maintenant doucement, prends-moi aussi vite ou lentement, aussi profondément ou superficiellement que tu le souhaites.”

Elle s’est assise lentement jusqu’à ce qu’il soit complètement enterré en elle.

“Ok maintenant c’est à vous, de haut en bas, d’avant en arrière ou en rond, vous dirigez l’action.”

Elle a commencé par se balancer d’avant en arrière, ses nichons se balançaient d’avant en arrière de manière séduisante, il les regardait, hypnotisé.

“Putain, tu as des seins fantastiques. Je les adore. Quand on finit comme ça, je vais te baiser les seins.”

“C’est quoi ce Timmy ?”

“Ça a l’air méchant, je veux que tu t’allonges sur le dos, je vais chevaucher ta poitrine et frotter ma bite d’avant en arrière entre tes seins pendant que tu les tiens ensemble pour qu’ils me serrent.”

“Ça ne me paraît pas méchant.”

“Tu vois, quand je jouirai, tu auras environ une demi-tasse de mon jus entre tes seins et sur ton visage, certains te toucheront les lèvres. Tu peux l’avaler, mais je n’insisterai pas”.

“Ça, ça a l’air méchant.”

“Hé, je me vautre dans ton nectar parfumé, n’est-ce pas, je te lèche et j’avale, réfléchis, avec la façon dont fonctionne ta plomberie, je lèche même ton urètre, je goûte un peu ton pipi.”

“Ça a l’air vraiment méchant, mais ça fait tellement, tellement bien ; pour ça, tu peux me baiser les nichons, Big Guy.”

“J’aime une femme intelligente.”

Elle lui a tendu la langue et s’est mise à rebondir.

“C’est amusant, j’aime que tu me chevauches, mais te chevaucher est aussi très amusant.”

Et elle a hué, comme une cowgirl lors d’un rodéo. Il a d’abord senti son serrement, elle a continué à faire rebondir sa chatte serrée, créant une friction fantastique, lui aspirant le sperme. Elle a jailli en lui trempant les couilles pendant qu’il lui remplissait l’utérus.

“Maintenant, vous devez rester sur moi en vous scellant pour que mes petits nageurs aient une chance de vous remonter le col de l’utérus, nous devons vous mettre sur la voie de la maternité avant de rentrer à la maison.”

“Pendant que nous sommes assis ici à ne rien faire, nous devrions peut-être parler de l’endroit où nous allons vivre quand nous rentrerons à la maison. Qu’en pensez-vous ?”

“Je suppose qu’on va rester à mon appartement jusqu’à ce qu’on trouve un endroit sympa, c’est d’accord ?”

“Nous n’en avons pas parlé, mais papa m’a offert un cadeau de mariage il y a quelques semaines, il était assez généreux. Je pense que c’est parce qu’il a dû me donner une fessée et qu’il se sentait mal à cause de ça”.

“Whoa, il t’a donné une fessée, pourquoi ?”

“Pour la même raison que toi, en quelque sorte, je me suis disputé avec maman au sujet de sa grossesse et je l’ai laissée bouche bée.”

“Vous l’avez mérité ?”

“Oui, je l’ai fait. Quoi qu’il en soit, papa est un homme plutôt frugal et il a investi dans des actions et des biens immobiliers. Il nous a donné une maison de quatre chambres et trois salles de bain sur un terrain de trois acres. Il y a une piscine et un jacuzzi, c’est vraiment bien. Je lui ai donné ta clé, toutes tes affaires seront dans la nouvelle maison quand on rentrera.”

“Evie, tu es sûre qu’on peut se le permettre, je veux dire que je gagne pas mal d’argent mais ce n’est pas un début de maison, tu sais ?”

“Pas de problème, il transférait le titre à M. et Mme Silver le jour de notre départ en lune de miel. La maison est à nous, c’est gratuit et clair, tout ce que nous avons, ce sont les taxes et l’assurance.”

“Alors, c’est ma dot, j’ai apporté une maison et ma virginité, qu’as-tu apporté ?”

“Ah, une bite de 11 ¾ pouces et un désir irrésistible de faire des bébés avec toi.”

“Assez bien, parfait en fait. Maintenant, je peux descendre et m’allonger à côté de toi, il est temps que tu m’apprennes tout sur la baise de nichons pour que tu continues à boire mon pipi.”

Elle s’est retournée et lui aussi. Elle était maintenant au fond, il a chevauché sa poitrine et s’est relevé.

Son érection était toujours aussi forte, lui dit-il, serrez-moi avec vos seins.

“J’adorerai faire ça quand tu seras oh tellement enceinte et en train d’allaiter, peut-être qu’un peu de lait le fera grandir.”

“Si cela arrive, vous ne vous approcherez pas de ces chiots.”

Il a commencé à glisser d’avant en arrière, appréciant sa poitrine pleine de pêches et de crème, son sourire séduisant et ses lèvres rubis invitantes. Libéré des limites de velours de son vagin qui l’enserrait, son pénis semblait gonfler encore plus à l’approche de l’orgasme. Lorsqu’il s’est éteint, il était plus puissant qu’il ne l’avait prévu. La première pulsation a atterri dans ses cheveux, puis s’est propagée sur son visage à chaque poussée successive, sur son front, son nez, sa bouche, son menton et enfin ses seins.

Il a gloussé : “Oh, qu’est-ce que je donnerais pour avoir l’appareil photo maintenant.”

Elle a souri en le disant, mais elle a dit : “Bâtard”. Elle s’est léché les lèvres et l’a goûté.

“Salé, tu veux un baiser ?”

“Ah non Bébé, je vais te manger, tu me manges. Je goûterai ça quand je te verrai goûter une fille.”

“Attention, on ne sait jamais”, répond-elle en taquinant.

“L’avez-vous fait ?” a-t-il demandé.

“Non, jamais, jamais même envisagé”.

“Ouf, alors je suis en sécurité.”

“Maintenant, lâchez votre grosse queue, votre mariée rougissante a besoin d’une douche.”

“Donnez-lui quelques minutes, je vais appeler et faire envoyer quelques commandes de huevos rancheros, de jus d’orange et de café.”

Une fois la commande passée, ils se sont mis sous la douche et se sont lavés l’un l’autre à tour de rôle. Evie a dû faire un shampoing, ils ont séché, elle a utilisé une serviette comme turban, ils étaient dans les peignoirs pelucheux gratuits quand le petit déjeuner a été livré et installés sur leur patio.

“Je pourrais m’habituer à cela”, lui sourit Evie.

“Moi aussi, Mme Silver, moi aussi.”

“Ça a l’air tellement bien, Mme Silver ; il n’y a personne d’autre que je préfèrerais être M. Sliver. Je me sens comme la fille la plus chanceuse du monde.”

“Je suis contente, je te veux heureuse Evie, tu es si spéciale.”

Ils prenaient leur petit-déjeuner à l’extérieur, sur leur véranda, accompagnés par le chant des oiseaux et le parfum des fleurs tropicales. Après avoir terminé, ils ont continué à s’asseoir pour profiter de la compagnie des autres dans leur paradis tropical baigné de soleil.

Evie a glissé sa petite main dans les plis de la robe de Tim et a caressé son pénis, qui était flasque mais semblait quand même énorme.

“Ma bouche est assez petite mais je pourrais essayer si vous voulez”, lui sourit-elle timidement.

“Tu es une princesse, Bébé, une princesse absolue.”

Elle a enlevé le coussin du siège de sa chaise et l’a utilisé comme genouillère lorsqu’elle s’est déplacée entre ses jambes, a séparé les plis de sa robe et l’a feutré. Elle ne pouvait obtenir que la tête et un ou deux pouces entre ses lèvres, mais elle utilisait adroitement sa langue, léchant son puissant bâton, l’entourant de sa longueur et se balançant de haut en bas en prenant tout ce qu’elle pouvait. Elle le tenait à deux mains et le masturbait lentement pendant que sa bouche opérait sa magie.

Respirant rapidement, pompant dans sa bouche consentante, Tim a annoncé : “Attention Bébé, je vais jouir, je vais jouir.”

Elle n’allait pas laisser passer cette chance de prouver qu’elle était assez femme pour lui, elle l’a saisi à deux mains, il ne s’échappait pas, l’a pris tout entier dans sa bouche qu’elle pouvait et a chatouillé son bout avec sa langue jusqu’à ce qu’il fasse éruption.

Elle a sucé et avalé, sucé et avalé, puis sucé et avalé encore, elle était sûre qu’elle allait se noyer puis elle a levé les yeux étourdis et lui, il riait, riait, le bâtard.

Elle avait du sperme qui coulait de chaque côté de sa bouche, du sperme qui coulait sur son menton et du sperme sur ses deux mains ; il l’a soulevée vers lui, lui a dit : “Tu es absolument incroyable” et l’a embrassée, sur le front, mais il l’a embrassée, puis il lui a essuyé le visage avec une serviette en disant : “Je te dois la meilleure fellation que tu aies jamais eue et lui a versé un autre verre de jus d’orange en lui disant : “Tu veux te rincer ?

“J’accepterai le JO et j’aurai bien sûr mon oral”, lui sourit-elle.

“Je déteste dire ça, mais la pauvre petite chatte de maman a besoin d’une pause, pourquoi ne pas aller à la plage et jouer avec les baleines, les requins et les raies jusqu’au déjeuner, puis nous pourrons aller au bar, siroter un coupla cervesas et revenir faire des bébés.

“Tu aimes le nom de maman ? Tu continues à t’appeler comme ça ?”

“Je veux être une maman, je veux me considérer comme une maman de tous vos bébés, je ne veux jamais travailler en dehors de la maison, je veux cuisiner et nettoyer et élever de parfaits petits clones de leur parfait papa, est-ce mal ?

“Evie, tu es si brillante, tu pourrais faire beaucoup de choses.”

“Tim, je suis brillant, la dernière fois que j’ai été testé, mon QI était de 146, presque génial, et alors ? Je veux transmettre mes gènes à nos enfants, leur donner une bonne base sur laquelle construire, une vie familiale stable et aimante et une boussole morale qu’ils pourront prendre à l’âge adulte”.

“Allons jouer avec les requins et les serpents de mer, je crois que j’ai la femme idéale.”

Ils sont retournés dans le même endroit isolé qu’ils avaient visité plus tôt et ont joué. Elle était si douce, sexy et désirable. Tim l’a emmenée là, dans l’eau, il l’a tenue contre lui et est entré en elle par derrière, lui demandant de se cambrer pour qu’elle puisse se présenter, elle a simplement glissé le bas de son costume deux pièces jusqu’à ses genoux et s’est penchée en avant, ce n’était pas idéal mais il était en elle et elle a adoré chaque moment de leur temps de jeu.

“Quand nous reviendrons dans la salle, je vous aurai par derrière mais pas tout à fait comme ça”, lui dit-il, “Nous allons faire le chien et j’irai encore plus loin que ce que nous avons fait auparavant”.

“Mon Dieu Timmy, si tu t’enfonces encore plus en moi, je crois que je vais m’étouffer”, a-t-elle riposté.

“On verra, n’est-ce pas ?” Il se moquait.

Plus tard, toujours humides et salés, ils ont mangé des chalupas et des Dos Equis (je ne veux pas toujours avoir la chatte serrée, mais quand je l’ai, je l’ai par Evie… j’ai menti, je veux toujours avoir la chatte serrée) au bar en plein air puis ont sauté dans la piscine pour se rincer au sel de mer.

De retour dans la pièce, ils ont décidé de faire une sieste. Ils ont fait une cuillère, lui en elle pendant qu’ils somnolaient.

Il s’est d’abord réveillé et l’a simplement regardée, elle avait le moindre ronflement pendant son sommeil, il l’a trouvée mignonne, il l’a tenue dans ses bras et a commencé à lui masser ses seins exceptionnels, puis a déplacé une main vers le bas et a utilisé un seul doigt pour chatouiller son clitoris. Elle a commencé à réagir, son dos s’est cambré, elle a tortillé ses hanches et s’est mise à se balancer contre lui.

Il lui a grignoté la nuque en la caressant.

“Oh mon Dieu Timmy”, elle expira en tremblant dans un petit orgasme, “Qu’est-ce que tu me fais ?”

“Je te réchauffe”, dit-il en se retournant derrière elle et en la mettant à genoux ; “Je te veux par derrière”, dit-il en écartant doucement ses jambes. Elle était mouillée et prête à l’accepter, pour la première fois il est entré en elle par derrière.

Il savait qu’elle aimait le surnom, alors il a dit “Maman, je vais être un peu plus profond comme ça”, en se glissant en elle.

Elle s’est retournée contre lui, elle était sa femme et elle n’allait pas être rejetée, s’il l’avait, elle allait le prendre. Cela lui a presque coupé le souffle, Dieu qu’il avait un centimètre de plus qu’elle n’avait pas trouvé, elle l’a fait maintenant alors qu’il la poussait vers l’avant en la blessant ; elle a grimacé de douleur mais a quand même dit : “Timmy, attrape mes hanches et baise moi Big Guy, fais faire un tour à ta maman”.

Evie était fière d’elle, elle avait son homme et elle était sa femme, elle voulait, oui voulait qu’il la baise fort, elle voulait être la femme qui pouvait satisfaire son grand homme, elle voulait que ses enfants lui remplissent l’utérus et lui gonflent le ventre. Elle gémissait et grognait, elle gémissait et, oui, elle sanglotait même pendant qu’il la chevauchait, mais quand il atteignait l’orgasme, sa grosse bite dure lui sautait dessus et lui crachait sa prodigieuse quantité d’éjaculat, elle était fière d’elle et excitée d’être Mme Timothy Silver.

Il l’a conduite jusqu’au matelas et est resté en elle pendant qu’il grignotait la nuque et murmurait son gage d’amour dans son oreille si réceptive.

Il était encore en elle, la question ne semblait pas correspondre aux circonstances immédiates puisqu’il a demandé : “Maman, as-tu des culottes comme celles des jockeys, tu sais, qui couvrent tes fesses et te serrent un peu ?

“Oui, je sais ce que vous voulez dire, j’en ai plusieurs paires, j’aime la façon dont elles me tiennent et ne montent pas sur ma bottine comme du nylon ou de la soie quand je fais de l’équitation ou de la randonnée ; pourquoi demandez-vous cela ?

“En avez-vous apporté avec vous ?”

“Je ne pense pas, je ne pensais pas qu’on ferait de l’équitation ou de la randonnée, encore une fois, pourquoi tu demandes à papa ?”

“Je veux que tu portes une paire comme ça demain soir quand nous irons dîner. Peut-être que nous pourrons faire un peu de shopping demain matin.”

“Si c’est ce que vous voulez, alors ok, demain.”

Le lendemain matin, ils sont montés au restaurant, ont pris un petit déjeuner léger puis sont allés à Cabo pour faire du tourisme et un peu de shopping. Ils ont pris quelques souvenirs pour des amis et Evie a trouvé un paquet de trois caleçons Jockeys for Ladies.

“Y a-t-il ce que vous voulez pour moi ?” Elle a demandé à Tim.

“Absolument, je pense qu’ils peuvent caresser ton doux derrière aussi bien que je le pourrais.”

“Je ne pense pas, je préfère vous avoir”, a-t-elle répondu.

Ils ont dîné en ville puis ont passé le reste de la nuit dans leur chambre.

Le dimanche était un jour qu’il attendait vraiment avec impatience, il avait organisé une sortie de pêche sur l’un des grands bateaux de Tony Reyes. Ils ont attrapé beaucoup de yellow tail et de spotted sea bass et Evie a réussi à attraper le plus gros poisson de la journée, remportant le pot, un Black Sea Bass de 61 livres. Elle était aux anges lorsqu’elle a remporté le pot de 200 dollars mais, comme ils n’avaient pas de chambre froide, elle a donné le poisson au capitaine.

Lorsqu’ils sont rentrés dans la chambre, ils étaient tous les deux fatigués, le sel et le soleil les ayant tous deux épuisés. Ils ont décidé de faire une petite sieste avant de se doucher et de s’habiller pour le dîner.

Tim avait fait une réservation dans un restaurant réputé pour ses crevettes et son bar, le dîner était décontracté avec des sièges extérieurs donnant sur la mer de Cortez. Evie était un peu surprise, Tim voulait qu’elle porte un short, elle savait qu’il la préférait en robe mais, elle avait choisi un short blanc et une blouse lavande pâle, des sandales blanches et un petit châle mexicain. Il a approuvé.

Ils ont commencé à se préparer bien avant leur réservation, ils se sont douchés ensemble, elle a fait un shampoing pour enlever le sel de ses cheveux, pendant qu’elle se séchait les cheveux avec le sèche-cheveux qu’il avait dans le salon.

Evie avait fini de se coiffer, avait appliqué le maquillage minimal qu’elle avait utilisé, juste une touche de rouge à lèvres et était toujours vêtue de la robe de chambre moelleuse fournie par l’hôtel, elle a été plus que surprise en sortant de la salle de bain. C’était le dimanche, généralement son jour préféré de la semaine, sa maman lui faisait toujours son lavement le dimanche et elle attendait vraiment avec impatience sa purge, la pénétration de ses fesses, le gonflement de son ventre et, oui même l’expulsion mais elle décida qu’elle aimait encore plus son Timmy ; si elle devait renoncer à son petit plaisir, qu’il en soit ainsi.

Elle a remarqué qu’il avait retiré la chaise à dossier droit de la vanité et qu’elle était assise au milieu de la pièce, mais elle n’a pas remarqué la boule rouge dans le seau à côté de la chaise. Il l’a rencontrée à la porte de la salle de bain et lui a dit : “C’est dimanche, es-tu prête”. Alors qu’il lui prenait la main et la conduisait à la chaise droite, il s’est assis et, tenant toujours ses mains, l’a guidée sur ses genoux.

“Timmy, quoi ?” Elle a demandé.

“C’est dimanche, n’est-ce pas, vous voulez cinq ou six ampoules ?”

“Maman te l’a dit, n’est-ce pas ?”

Elle ne pouvait que sourire, elle était maintenant convaincue qu’elle avait sa compagne parfaite, je veux dire, combien d’hommes feraient un lavement à leur toute nouvelle mariée.

“Pouvez-vous m’en donner sept ? Je veux sentir ce que ce sera quand mon ventre sera vraiment gonflé ?

“Bien sûr”, répondit-il en soulevant le dos de sa robe, en montrant ses fesses et en la lubrifiant. Le premier tube s’est glissé facilement, Evie a roucoulé alors que l’eau chaude coulait dans ses intestins, deux, trois et quatre étaient excitants pour elle, elle adorait la chaleur qui la remplissait. Elle adorait la chaleur qui la remplissait. Cinq lui causaient des crampes, mais même comme ça, six lui apportaient un peu de détresse, les crampes étaient douloureuses, mais Tim savait qu’il fallait frotter son ventre distendu en le faisant remonter dans son côlon, puis elle en prenait sept. Il avait écarté ses jambes pour que son ventre puisse pendre, maintenant elle avait de fortes crampes, il lui a frotté le ventre et le dos, en essayant de la détendre, elle avait toujours mal, elle voulait partir mais il l’a maintenue en place.

“Relax, relax”, il l’a entraînée alors qu’il coupait son sexe et doigtait sa vulve.

“Timmy, je dois y aller”, a-t-elle supplié.

“Juste quelques minutes”, lui dit-il en la tenant en place. Il a continué à lui masser les fesses, le ventre et le long de la fente. Elle avait des crampes, mais elle se lubrifiait aussi. Cela la stressait beaucoup, elle se sentait transpirer, elle suppliait de se lever.

Finalement, il l’a aidée à se relever, elle avait besoin de son bras pour aller à la salle de bain ; il l’a assise, lui a donné un petit baiser et s’est retourné pour quitter la pièce, lui donnant de l’intimité quand elle a évacué bruyamment, en faisant jaillir de l’eau et du gaz, elle était si gênée qu’il a fermé la porte en partant.

Elle est restée sur la commode pendant un certain temps, puis elle a pris plusieurs minutes pour se maquiller. Elle était un peu épuisée, mais elle sentait qu’il devait vraiment l’aimer quand elle est revenue dans la chambre.

“Mieux”, a-t-il demandé.

“Wow, c’était intense, maman t’a dit qu’elle ne l’avait pas fait ?”

“Vous permettez ?” Il a demandé : “Pénétrer dans tes jolis fesses n’est pas une corvée Baby Girl, c’est un plaisir, maintenant, j’ai un petit cadeau pour toi, il est là dans ma valise, tu veux bien me le donner ?

Elle a trouvé une boîte emballée dans un papier d’argent, d’une longueur de sept ou huit pouces et d’une largeur de quatre pouces environ.

“Une enveloppe en argent pour Mme Silver, ouvrez-la et apportez-la-moi, s’il vous plaît Evie.”

Lorsqu’elle l’a déballé, elle n’était pas sûre de ce qu’elle avait, elle a regardé Tim d’un air interrogateur.

“C’est un bouchon de cul, vous savez à quoi il sert ?”

“D’après son nom et sa forme, je pense avoir une idée, est-elle pour moi ?”

“Apportez-le-moi”, a-t-il dit.

Lorsqu’elle s’est approchée de lui, il lui a pris son arme, puis l’a fait descendre sur ses genoux.

“Je vais te mettre ça, ça va t’aider à t’étirer pour que tu puisses me prendre un peu plus facilement.”

“Je me sens comme le sujet d’une vieille chanson de Rod Stewart, ai-je raison, “Tonight’s the Night ?” demanda-t-elle en s’allongeant sur ses genoux.

“Comme le dit la chanson, “Tout va bien”, lui dit-il en soulevant le dos de sa robe, en lui lubrifiant l’anus et en lui faisant doucement pénétrer le faux phallus.”

Evie gémissait lorsqu’elle était assise, la partie large lui faisait mal, mais elle s’amincissait ensuite, permettant à ses sphincters de se refermer autour d’elle. Elle pouvait se sentir dans son intestin, ce n’était pas vraiment douloureux, cela lui donnait juste une plénitude, sa base qui l’empêchait d’aller plus loin.

Tim lui a remis les vêtements qu’elle devait porter en commençant par les Jockeys pour elle, plus de tissu sur le bas et un ajustement serré. Elle savait maintenant pourquoi il avait choisi sa garde-robe particulière, elle portait son cadeau pour le dîner de ce soir, la culotte serrée et le short l’aideraient à le conserver.

“Vous savez que je vais me tortiller ce soir, n’est-ce pas”, a-t-elle dit.

“Je serais déçu si vous ne le faisiez pas”, dit-il en tendant le bras ; “On y va ?”

Elle s’est dandinée un peu pendant qu’il la conduisait à la voiture ; quand elle s’est assise, elle a dit un peu “Woo”.

“Vous aimez ?” Il a demandé.

“Eh bien, ça ne fait pas mal mais ça fait vraiment bizarre, même après ça, je vais encore avoir mal.”

“Probablement un peu, mais je serai aussi doux que possible.”

“Je sais que ces questions semblent stupides, mais je vais apprendre ce que signifie vraiment “Tummy Down”, n’est-ce pas ?

“Baby Girl, je veux que ce soit aussi bon pour toi que possible, tu veux un peu d’oral d’abord ?”

“Vous savez, je pense que c’est fantastique, alors, oui tout ce que vous pouvez me donner.”

“Ok, nous allons passer une heure ou deux à t’exciter jusqu’à ce que tu me supplies d’arrêter, je vais faire vibrer ton petit bijou comme jamais auparavant, une fois que tu te seras tortillé sur le lit ; je vais retirer ta prise et ajouter d’énormes quantités de lubrifiant, j’utiliserai deux ou trois doigts pour essayer de t’ouvrir, puis je te roulerai “Tummy Down” et te monterai par derrière. Je ne vais pas entrer tout de suite, je vais plutôt vous chuchoter, je vais vous encourager à vous détendre et ensuite je vous demanderai de vous baisser comme si vous vouliez aller au pot. Je sais que cela peut paraître étrange, tu pousses quand j’entre, mais cela détend tes sphincters. Vous en avez deux, celui de l’extérieur vous pouvez vous détendre mais celui de l’intérieur est involontaire, quand vous le poussez vers le bas, il se détend, alors je vais entrer en vous. Je vous donne quelques instants pour m’accepter, puis je vous pénètre. La douleur peut venir quand je pénètre en vous. Vous pensez pouvoir la supporter ?”

Elle lui a fait un petit sourire et lui a dit : “Je suppose qu’après avoir dîné, nous le saurons, n’est-ce pas ?

Elle a essayé de garder ses fesses loin du siège pendant qu’ils roulaient vers le restaurant, à chaque fois qu’ils touchaient une bosse, elle recevait une petite charge. Après s’être garés, ils se sont dirigés vers l’entrée, il lui a coupé les fesses et, avec la paume de sa main, il a poussé son “cadeau” un peu plus loin, puis, tout au long du dîner, il a dû faire de mignons petits commentaires alors qu’elle se tortillait en essayant de se mettre à l’aise.

Ils ont eu un fantastique dîner de crevettes et de bar ; elle aurait tout aussi bien pu manger du carton. Pas de doute, elle était terrifiée par ce que le reste de la soirée allait lui offrir, finalement Tim a demandé : “Voulez-vous un dessert ou êtes-vous prêt à retourner dans notre cabane ?

“Ramène-moi Tim, s’il te plaît ?”

Dans leur chambre, il l’a déshabillée, son pull-over, elle ne portait pas de soutien-gorge et ses magnifiques seins étaient déjà pleins, ses mamelons gonflés.

“Tu anticipes ce soir, n’est-ce pas Baby Girl ?”

“Timmy, j’ai peur, ok ?”

Il lui a coupé les fesses en forçant le gode à s’enfoncer plus profondément, elle a gémi, il a détaché son short et l’a laissé tomber au sol, puis il a pelé ses Lady Jockeys bien ajustées et l’a descendue sur le matelas. Sans préambule, il lui ouvrit les cuisses et chercha ses doux trésors. Il a commencé par lui sucer le clitoris quelques instants, puis, juste un millimètre plus bas, il a léché son urètre pour pouvoir prétendre qu’il avait bu son pipi. Ses lèvres gonflées étaient si rouges qu’il avait peur qu’elle ne dure pas, puis son doux vagin a attiré son attention et, comme avant, il a léché son périnée. C’était comme si elle ne savait pas exactement comment réagir lorsque le bout de sa langue perçait son petit anneau serré. En utilisant seulement sa langue, il lui a donné plusieurs coups de pompe jusqu’à ce qu’elle commence à se tortiller un peu puis il est revenu le long de sa savoureuse fente. Il l’a maintenue à quelques secondes de l’orgasme, elle s’est cogné l’aine contre son visage en le suppliant de finir, encore et encore il l’a amenée au bord du gouffre.

Elle se mettait à trembler, ses organes féminins se resserraient et, oui, son vagin giclait et le misérable salaud s’arrêtait, levait les yeux et souriait ; elle se calmait, elle ne voulait pas, elle était si prête qu’elle tremblait et le misérable salaud recommençait. Elle voulait tellement jouir que ça lui faisait mal, sa pauvre petite chatte avait mal, son utérus la faisait souffrir, son anus tremblait d’impatience, l’homme la vidait, elle ne pouvait plus en supporter davantage alors il lui a mis un doigt dans son petit cul serré, sa bouche couvrait son sexe et elle a explosé, en éruption comme un volcan, Pour la première fois, son vagin a vomi, un pied, deux pieds, ses sucs ont jailli d’elle, sa chatte pompait comme une fontaine, une fille chaude et parfumée éjacule, Tim l’a bue, il a sucé son clitoris gonflé, il est resté sur elle, elle gémissait, faisait rebondir son petit cul, claquait contre son visage et pleurait, implorant plus et la pitié. Finalement, il a ralenti en la léchant, la laissant descendre doucement, atténuant son excitation.

Lorsqu’elle a cessé de donner des coups de pied, il l’a fait rouler sur le ventre et lui a murmuré “Je vais t’enlever ton bouchon maintenant”, tout en lui retirant lentement son bouchon.

“Baby Girl, tu peux pleurer maintenant, pose ta tête sur cet oreiller. Si tu en as besoin, pleure dedans.” Il a commencé à la lubrifier.

Elle a sauté un peu quand il lui a mis un doigt. Il a ajouté du lubrifiant et un deuxième doigt, il l’a pompée, a ajouté du lubrifiant et s’est mis à s’enrouler sur lui-même.

Il lui enjambe les hanches et guide la tête de sa monstrueuse bite jusqu’à son petit portail serré puis se presse contre elle.

“Rappelle-toi ce que je t’ai dit Evie, tu dois te détendre puis te replier sur moi, es-tu prête ?”

Il pouvait voir qu’elle hochait la tête, il a dit, ok, maintenant poussez.

Il l’a sentie faire son effort, il a poussé. Les deux sphincters se sont effondrés sous son assaut, la pauvre petite Evie a crié de douleur mais il avait au moins cinq pouces de bite en elle quand il s’est arrêté pour la laisser l’accepter.

Elle sanglotait mais il avait déjà fait le pire, entrer était la partie la plus difficile, il se penchait sur elle en lui glissant de plus en plus de bite. Son petit cul était incroyable, il le regardait s’enfoncer de plus en plus profondément, elle le prenait.

À travers ses larmes, elle suppliait : “Oh Timmy, enlève-le, ça fait si mal, s’il te plaît, enlève-le”.

Il s’est arrêté puis s’est penché en avant pour pouvoir lui chuchoter : “Maman, tu veux rendre papa heureux, il faut le faire, faisons-le maintenant, finissons-en, parce que ça va arriver et que tu es prête ce soir”.

“Oh Timmy, ça fait si mal, demain, on peut le faire demain, s’il te plaît.”

Il avait déjà au moins neuf pouces enfouis dans son joli petit cul, il a poussé plus loin. Elle ne criait plus de douleur, elle gémissait et gémissait, alors qu’il la forçait un peu plus, elle miaulait comme un petit chaton blessé, “S’il te plaît Timmy, plus maintenant, oh mon Dieu, tu es trop grand pour moi, s’il te plaît.

Il détestait lui faire du mal mais Tim savait que s’il s’arrêtait maintenant, ils n’en arriveraient probablement plus jamais là, elle aurait peur de réessayer, il s’est enfoncé plus profondément en elle puis a fait le tour de son corps, lui a massé les seins tendus en la tirant vers lui, l’a poussée vers l’avant et s’est enfoncé en elle. Il s’est arrêté.

Elle pleurait et se mettait à pleurer, il savait à quel point il était profond, son rectum était plein et sa grosse bite avait sans doute pénétré dans son côlon sigmoïde, il avait étiré de la chair qui n’était pas destinée à s’étirer.

“Tu es incroyable Baby Girl, tu m’as prise tout entière, je suis si heureuse de t’avoir comme épouse, belle, sexy et capable de prendre son Big Guy, mon Dieu, tu es spéciale.”

A travers ses larmes, elle sanglotait : “Timmy, je me sens comme une truite éviscérée, Dieu, je pense que tu m’as tué.”

Il a baissé la tête pour pouvoir lui chuchoter et l’embrasser.

Ce qu’il a chuchoté, c’est : “Vous ne pensiez pas pouvoir le faire, n’est-ce pas, mais vous l’avez fait. Tu as tout de moi en toi en ce moment, tu es vraiment une dame spéciale, je ne voudrai jamais personne d’autre, comment pourrais-je, j’ai le meilleur.”

“Timmy, j’ai l’impression de recevoir un lavement avec un poteau téléphonique et tu ne m’as même pas encore baisé, tu vas me baiser ?”

“Bien sûr”.

Elle savait qu’il n’était jamais satisfait d’une seule pénétration, elle ne voulait pas l’entendre mais elle devait demander.

“Tu vas encore me baiser ?”

“Oui.”

“Plus d’une fois Timmy, combien de fois veux-tu de moi ?”

D’ici demain matin, je veux que vous puissiez me prendre facilement, ne prévoyez pas de dormir trop longtemps”.

“Oh mon Dieu, tu vas me baiser toute la nuit ?”

“J’ai pensé quatre ou cinq fois à ton ventre et quelques fois à ta douce chatte”, dit-il en commençant lentement à la pomper.

Aucun d’eux n’a dormi cette nuit-là, il lui a été un peu plus facile de rentrer en elle. Il n’est jamais arrivé jusqu’à son vagin, son petit cul serré était trop séduisant. Au moment où elle a été sodomisée pour la septième fois, ses intestins étaient tellement remplis de sperme que son ventre la tuait. Elle ne dormait pas vraiment, mais à six heures et demie du matin, elle s’est évanouie, il était derrière elle avec une bite en érection qui lui remplissait encore les fesses.

Son mouvement à neuf heures trente a réveillé Tim, il l’a aidée à se mettre à genoux.

“Bonjour ma belle”, commentait-il, il était encore en elle, il a commencé à la pomper.

Quand il est arrivé, elle s’est simplement effondrée sur le matelas.

Il est resté en elle comme quand il était dans son vagin, il a demandé “Prêt pour le petit déjeuner”.

Elle ne pouvait pas se sentir plus mal, elle avait l’impression d’avoir les fesses en l’air… mais là où elle avait vraiment mal, c’était son ventre, elle devait avoir un gallon de sperme dans le ventre, elle avait la nausée et ses seins lui faisaient mal, si elle pouvait descendre du thé et porter un toast, elle serait stupéfaite.

Elle a dit à Tim que c’était ce qu’elle voulait, juste du thé et des toasts. Il a téléphoné au service d’étage, a commandé des saucisses et des œufs pour lui, du thé et des toasts ainsi que des fruits frais pour Evie, puis il l’a aidée à sortir du lit, à mettre sa robe de chambre et l’a accompagnée jusqu’au patio. Après que leur petit-déjeuner ait été servi, il a fermé la porte du patio, la climatisation était en marche et bien qu’il faisait bon dehors, il n’y avait aucune raison de gaspiller l’air frais.

Evie se sentait vraiment mal, ça doit être ce qui s’est passé la nuit dernière, elle se sentait comme un renard fraîchement baisé qui avait à peine, à peine survécu à un feu de forêt, eh bien elle savait au moins que son Timmy pensait qu’elle était un renard et elle était certainement fraîchement baisée. Elle avait grignoté son toast et bu quelques gorgées de son thé, mais elle n’avait pas envie de faire quoi que ce soit, à ce moment-là, elle aurait refusé de baiser avec Timmy. Son ventre, ce ventre qui avait été baissé tant de fois la dernière nuit, s’est soudain mis à rouler. Timmy l’a soutenue alors qu’elle vomissait sur le côté du patio. Alors qu’il la tenait, ses grandes mains lui brossaient les seins, elle était tendre, ses tétons étaient gonflés, elle se sentait encore plus mal.

Elle a gémi : “Tim, aide-moi à rentrer dans la chambre, j’ai besoin de m’allonger un peu, s’il te plaît, je veux appeler maman.”

Il l’a aidée à se recoucher et lui a apporté le téléphone, puis l’a laissée parler à Edie pendant qu’il finissait son café. Il lui a donné vingt minutes, mais elle parlait encore quand il est revenu.

Après avoir raccroché, elle l’a regardé et s’est mise à pleurer.

Il l’a prise dans ses bras et a essayé de la calmer, mais elle était presque inconsolable.

“Oh Timmy, c’est ma faute, tout est de ma faute, n’est-ce pas ?”

“Baby Girl, tu n’as rien fait de mal, que veux-tu dire ?”

“Non, tout est de ma faute, je le sais, je suis allée pleurer chez maman ; j’avais tellement envie d’être vierge le jour de mon mariage.”

“De quoi parlez-vous ?”

“Timmy, l’odeur dans cette pièce, tu ne l’as pas sentie quand nous sommes entrés par le patio ?”

“Je peux sentir ton shampoing, ton savon et ton parfum, que veux-tu dire ?”

“Deux fois, quand je suis entré dans la chambre de maman, j’ai senti la même chose, je lui ai demandé ce que c’était mais elle ne m’a rien dit. Maintenant, je sais ce que c’était.”

“De quoi parlez-vous, Baby Girl ?

“Le sexe, c’est le sexe mais plus que ça, ce que je sentais, c’est ses intestins comme je peux encore me sentir. Maman avait été sodomisée, n’est-ce pas Timmy ? Je me suis plaint à elle que puisque je ne voulais pas te faire l’amour, que je devais être vierge, j’avais peur que tu t’égares, que tu trouves quelqu’un d’autre pour répondre à tes besoins. Timmy, je ne t’en veux pas, je connais tes pulsions sexuelles, tu veux une femme tous les jours au moins et tu m’as été fidèle pendant presque un an. Elle est venue te voir, n’est-ce pas ?”

“Evie.”

“Son bébé est-il le vôtre, vais-je être la belle-mère de mon frère Timmy ?”

Il a juste laissé tomber sa tête.

“J’aurais dû réaliser de petites choses comme quand j’ai demandé si une petite fille comme moi pouvait te prendre ; tu m’as fait un petit sourire et tu as dit que tu avais été dans une petite femme qui était comme moi. Mais bien sûr, tu savais que tu avais été dans ma maman, n’est-ce pas ?”

“Evie, je suis désolé, je sais que tu es la plus belle femme que je rencontrerai jamais, mais si tu veux divorcer, je comprendrai.”

“Divorce, Timmy Je n’ai jamais vu ma maman aussi heureuse et tu as fait la même chose pour moi. Tout ce que je veux savoir, c’est tout sur toi et maman, je veux dire, est-ce que tu l’aimes, des trucs comme ça ?”

“Je suppose que je l’aime, j’aime ce qu’elle a fait pour toi, pour nous. Comme sa fille, c’est une personne vraiment spéciale.”

“Je veux tout savoir ; comme si elle était une bonne amante, des choses comme ça.”

“Honnêtement, chaque fois que j’étais avec elle, c’était comme si je savais comment tu serais quand tu aurais la cinquantaine. C’est une femme très sexy.”

“Qu’avez-vous fait tous les deux ?”

“Etes-vous sûr de vouloir savoir ?

“Absolument.”

“Nous ne nous sommes réunis que deux fois, mais nous étions assez actifs quand nous l’avons fait. Nous avons fait l’amour plusieurs fois et j’avoue que, bien qu’elle se croyait stérile, elle m’a dit qu’elle avait encore des règles intermittentes, je voulais l’inséminer si je pouvais, elle était tellement comme toi que j’ai fait tout ce dont je rêvais avec toi”.

“Comment s’est-elle sentie ?”

“Evie, je ne pense pas qu’Henry s’occupe de ses devoirs, elle était un peu plus facile à pénétrer que toi, c’était une adulte sexuellement active qui avait mis au monde un enfant mais je devais quand même lui faire du mal. Une fois que je l’ai pénétrée, elle n’en a pas eu assez. Elle et Henry avaient eu des relations sexuelles anales peu fréquentes, mais elle avait peur. Elle m’a appris à lui faire un lavement, enfin, elle m’a fait faire un lavement et je lui ai donné deux fessées, une fois pour que j’apprenne à le faire et une fois parce que c’était une mauvaise fille, puis je l’ai mise sur le ventre. J’ai eu son vagin une douzaine de fois et je lui ai pris les fesses quatre ou cinq fois”.

“Allez-vous la retrouver ?”

“Elle le veut, mais toi et moi sommes mariés maintenant, alors bien sûr que non.”

“Pourquoi ? Elle te veut, si je suis d’accord, tu le ferais ?”

“Elle dit qu’elle est “ma salope”.

“Timmy, je suis aussi ta chienne. Tout ce que tu veux faire avec moi, je suis à toi, je ne le dirai plus comme ça, je ne parle pas comme ça mais, ma bouche, ma chatte et mon cul ne sont plus à moi, ils sont à toi. Est-ce qu’elle ressent la même chose ?”

“Nous n’avons rien fait avec sa bouche.”

“Son bébé est-il le vôtre ?”

“Probablement.”

“Maintenant, vous en avez deux. Je pensais que je réagissais aux choses que nous avons faites la nuit dernière et peut-être que la douleur que j’ai dans l’abdomen est, je veux dire que vous avez dû m’injecter un litre de sperme la nuit dernière mais le reste de mes symptômes, du moins selon ma maman, disent que je suis sur le chemin de la maternité”.

“Vous êtes enceinte ?” Tim exalté.

“Vous voulez être sûr ?”

“Vous voulez dire…”

“Goûte à maman et donne-la moi, comme tu le dis si délicatement, à l’avant et à l’arrière.”

“Au fait, Big Guy, elle aime ses fessées ?”

Il a juste souri.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

recap

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Catégories

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Bons plans coquins

Visio Skype

skype tel rose amateur

Bons plans

Médias de la Communauté

Sexe à distance

téléphone rose pas cher

Remontons le temps

error: Alerte: Notre contenu est protégé ;)