Bi - Gay - Lesbien Fétiche - BDSM Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe Inceste Xstory

Récit érotique Je suis un transsexuel qui aime être taquiner

Récit érotique Je suis un transsexuel qui aime être taquiner
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Récit érotique Max s’appuie sur le rebord de la fenêtre de la chambre d’amis peu décorée, observant sa tante qui prend un bain de soleil au bord de sa piscine scintillante, allongée sur le dos, luxueusement allongée sur le transat, ses lunettes de soleil reposant sur l’arête de son nez, s’imprégnant des rayons sur sa peau déjà bronzée. Elle lui avait fait part un peu plus tôt, avec l’un de ses sourires caractéristiques, de son inquiétude de voir apparaître des marques de bronzage, et c’est pourquoi elle avait pris un bain de soleil nue, sans vergogne.

Max la regarda s’étirer les bras, bailler avant de s’installer, la peau chaude sous l’effet du soleil, le corps mince et léger, mûr mais pas inesthétique, la poitrine et les épaules parsemées de taches de rousseur qu’elle considérait comme des imperfections, mais qu’il trouvait complimenter sa beauté.

Il se mordit la lèvre. Le chemin qui les avait menés ici avait été rapide, car il savait qu’elle ne prenait pas de bain de soleil nue pour son bénéfice, mais pour le sien.

Il ne restait ici que pour quelques semaines pendant les vacances d’été et, dès la première nuit, il avait eu des ennuis.

Le problème, bien sûr, c’était elle, sa tante Lily, qui était sortie de la douche le premier soir de son séjour chez elle.

Il avait ouvert la porte de la salle de bains dans l’intention de se brosser les dents et de se préparer à aller au lit, mais, endormi comme il l’était, il n’avait pas remarqué la lumière qui s’échappait de dessous la porte.

Alors qu’elle basculait vers l’intérieur, et qu’il n’était plus qu’en caleçon, il la vit, un pied hors de la douche, la main agrippant une serviette qui se trouvait juste hors de sa portée.

Elle était belle, grande et mince, mais surtout, il le remarqua rapidement, elle était pendue. Sa bite, épaisse et douce entre ses cuisses, lisse et glabre reposant sur une paire de couilles énormes, ses yeux s’étaient écarquillés, surpris et terrifiés en un seul instant, comme un cerf pris dans les phares, ses cheveux bruns tombant sur ses épaules, dégoulinant d’eau, repliés joliment derrière une oreille.

“M-Max, je…” avait-elle balbutié, un peu perdue, ne sachant pas si elle devait se défendre, s’expliquer, tellement prise au dépourvu qu’elle n’avait même pas pensé à se couvrir, elle était juste figée.

“…W-wow…” avait-il soufflé, sans réfléchir et d’un seul coup, ils avaient tous les deux rougi.

Il s’était retourné brusquement, la laissant avec ses joues enflammées. Il s’était couché, embarrassé, dormant à peine, l’esprit en ébullition, nageant avec ce qu’il avait vu et comment il avait réagi, sa réponse apparemment ravie les surprenant tous les deux.

Lily, sa tante, avait une bite, et loin de ressentir de l’aversion, il avait passé toute la nuit à résister à la tentation pressante d’enrouler sa main autour de la sienne, plus petite, et de se branler sur ce qu’il avait vu.

Le matin, lorsqu’il s’est levé, la tête fatiguée par le peu de sommeil qu’il avait eu, il a décidé que la seule chose à faire était de faire comme s’il n’avait rien vu, de l’ignorer et de continuer comme si de rien n’était.

Lily, elle, avait manifestement pris une décision différente.

Il était en bas, le matin même, en train de regarder la télévision, lové dans son canapé, lorsqu’elle était entrée, vêtue d’un tee-shirt, les cheveux ébouriffés, indiquant qu’elle venait manifestement de se réveiller. Elle lui avait souri d’un air amusé en passant devant lui, sa veste se balançant librement tandis qu’elle se promenait en lançant un léger “Bonjour” à son neveu qui la regardait fixement.

La journée s’était déroulée de la même manière, calme et discrète, mais à chaque fois, elle avait affiché une tendance exhibitionniste assez prononcée, sa tenue du jour étant une robe de soleil bleu ciel fluide, longue comme une cuisse, qui montrait son décolleté proéminent et, comme sa robe montait haut, ce qu’elle semblait encourager, ses sous-vêtements de style commando.

Max avait détourné le regard chaque fois qu’elle s’était présentée à lui, mais ils savaient tous les deux qu’il essayait de lui jeter un coup d’œil du coin de ses yeux noisette assortis.

Ce n’était rien de moins que de la torture et c’est finalement ce qui l’avait conduit ici, devant sa fenêtre, à jeter un coup d’œil sur elle alors qu’elle prenait un bain de soleil nue.

Il n’arrivait pas à le comprendre, il aurait dû être rebuté par cet ajout pas si insignifiant, mais il était inexorablement attiré, ses yeux fixés sur le membre doux et épais, dont le bout était recouvert d’un prépuce bronzé.

Max était loin d’être petit dans ce domaine, mais comparé à sa tante, il se sentait minuscule.

Il passa ses mains dans ses courts cheveux bruns en s’appuyant sur le rebord de la fenêtre, essayant de comprendre ce qu’il pensait, ce qu’il ressentait.

Il ne pouvait pas nier qu’il était attiré, qu’il voulait expérimenter ce qu’elle avait, ce qu’elle offrait, mais il savait que c’était mal. Pendant toutes les années où ils se sont connus, où ils ont été en famille, où ils se sont vus au moins une fois par mois, elle a toujours été douce, gentille et désireuse de le serrer dans ses bras, mais jamais elle ne s’est exhibée comme elle le faisait maintenant.

Il pensa à elle, à eux deux, les imaginant en train de faire le genre de choses qu’il voyait en ligne et sentit un frisson lui parcourir le corps, lui arrachant un frisson et un petit soupir.

“Putain…” se dit-il doucement, il la voulait et il le savait. Il se sentait chaud, un nerf se développait en lui. Il avait très peu d’expérience dans le domaine des filles et encore moins dans celui de ce qu’était Lily. Mais il voulait le découvrir, il voulait au moins essayer. Si ça marchait, les deux prochaines semaines seraient quelque chose d’entièrement nouveau, une période d’exploration et de découverte, d’intimité et d’amour. Si les choses tournaient mal, ce n’était pas la peine d’y penser.

Alors qu’il se concentrait à nouveau, il remarqua que Lily était assise sur le bord de sa chaise longue, son ventre se plissant légèrement alors qu’elle se penchait en avant, son visage tourné vers la fenêtre où il se tenait, un sourire en coin sur les lèvres. Bien qu’il ne puisse pas voir ses yeux à travers les lunettes de soleil qu’elle portait, il savait qu’il avait été repéré en train de regarder.

Se mordant la lèvre, il inclina la tête, la regardant toujours, qu’elle soit prise ou non, il restait sur ses positions, observant sans honte maintenant qu’elle s’appuyait sur une main, cambrant légèrement le dos, de sorte que ses seins pleins soient plus visibles, inclinant sa propre tête, curieuse. Déglutissant avec un peu d’anxiété, il se pencha en avant, montrant son intérêt.

Elle se mit à sourire, réalisant que toutes ses taquineries de la journée avaient non seulement attiré son attention, mais aussi piqué sa curiosité. Elle envoya un baiser séduisant vers la fenêtre et glissa lentement une main sur la peau nue de sa hanche et de sa cuisse, se dirigeant vers la douceur qui reposait actuellement entre ses cuisses.

Max regarda sa main délicate s’enrouler autour de l’épaisse longueur, ses doigts pressant et massant le géant endormi avant que lentement, avec toute son attention sur lui et la sienne sur la sienne, elle ne commence à le caresser, écartant ses longues jambes lisses pour lui donner la meilleure vue, ses lourdes noix reposant sur la chaise longue sous sa bite, qu’elle soutenait avec sa main, la soulevant au fur et à mesure qu’elle la caressait pour montrer son sac.

Il voulait aller vers elle, descendre et sortir pour se tenir à ses côtés, se joindre à elle, mais il ne parvenait pas à s’éloigner de la fenêtre, à détacher ses yeux de sa bite qui glissait entre ses doigts fins, s’épaississant, le bout rubis commençant de temps en temps à le regarder derrière son capuchon, scintillant de quelques gouttes de pluie comme un bijou à la lumière de la chaude journée d’été, cela, et il sentait encore l’anxiété irradier en lui. Il en avait envie, mais aller vers elle serait comme plonger dans la piscine, dès que ses pieds quitteraient la planche, il n’y aurait qu’un seul chemin à prendre et cela se terminerait certainement par une éclaboussure.

Lily libéra brièvement sa bite de son emprise, maintenant suffisamment érigée pour se tenir debout en pointant vers le ciel clair, sa main se levant pour remonter ses lunettes de soleil et les poser sur sa tête comme un bandeau, ses yeux brillants de jubilation tandis qu’elle regardait son neveu profiter de son spectacle. Lentement, inévitablement, elle tendit la main vers lui et lui fit signe d’un seul doigt impérieux.

Max ouvrit la bouche, laissant un profond soupir s’échapper de ses lèvres, l’esprit en ébullition, mais sans réfléchir, il s’éloigna du rebord de la fenêtre, se dirigeant vers les escaliers et vers sa tante.

Le souffle accéléré, il descendit les escaliers, traversa le salon et la cuisine pour se rendre à l’arrière de la propriété, où deux portes coulissantes en verre s’ouvraient sur le grand jardin et la piscine de sa tante. Arrivé devant les portes, il posa sa main sur le cadre, fit un pas à l’extérieur et regarda vers la chaise longue, là où elle avait été, là où elle n’était plus.

Il sentit son cœur battre la chamade, éprouvant une sensation de perte qu’il n’aurait jamais cru pouvoir ressentir en si peu de temps à propos d’une chose aussi taboue, puis il l’entendit, la sentit.

Elle laissa échapper un rire bas et doux tandis que ses mains se glissaient autour de sa taille, remontant sous sa chemise pour caresser la peau lisse de sa chemise, sa peau baignée de soleil chaude contre lui, séduisante, sa voix douce et riche alors qu’elle se pressait contre son dos.

“Tu es passé devant moi, mon chéri”, dit-elle doucement alors qu’il se retournait dans son étreinte, ses paumes traçant sur sa peau alors qu’il se tournait vers elle. Il se retrouva au même niveau qu’elle, tous deux de taille et de corpulence similaires, même si elle excellait dans certains domaines par rapport à lui.

Il la regarda dans les yeux, sa bouche s’ouvrant et se fermant tandis qu’elle essayait de trouver ses mots, ses lèvres pleines se dessinant en un sourire enjoué tandis qu’elle lui rendait son regard, leurs yeux étant du même brun séduisant, leurs cheveux de la même nuance chocolatée luxuriante.

Il sentit sa main dans la sienne, “Tu vas bien ?” demanda-t-elle doucement, en penchant légèrement la tête.

Les mots lui échappaient encore lorsqu’elle approcha doucement sa main de son sexe, sa main effleurant l’épaisse tige pointant vers lui comme une lance, et soudain il se trouva au moins capable d’agir.

Il se pencha, reflétant l’inclinaison de sa tête et pressa ses lèvres contre les siennes, l’embrassant tandis que sa main prenait sa prompte et s’enroulait autour de sa bite, pressant la longueur, sentant la sensation familière d’une tige dans ses doigts, la douceur distincte enveloppant un noyau d’acier, mais contrastant avec la taille de son membre qui éclipsait le sien et l’étrangeté de ne pas être le sien qu’il tenait.

Elle se pressa en avant, sa poitrine nue contre celle couverte de sa chemise, se penchant en avant dans le baiser alors qu’ils luttaient pour trouver de l’espace entre leurs deux corps pour sa grosse bite, qu’il caressa, lentement et doucement, alors qu’il s’habituait à la sensation qu’elle avait entre ses doigts, son esprit rattrapant ses actions alors que leur baiser s’intensifiait, avide et désireux de faire l’expérience l’un de l’autre.

Il était en train d’embrasser sa tante, la sœur de sa mère, tout en caressant sa bite, et il en voulait plus.

Rompant le baiser, ils se regardèrent l’un l’autre en clignant des yeux, ses joues rougies par son soudain empressement, elle leva une main pour s’enrouler dans le col de sa chemise, le tirant vers le salon.

En souriant, à mi-chemin, il la dépassa et Lily sursauta, se sentant soudain entraînée, littéralement guidée par sa bite, même si cela ne la mettait pas mal à l’aise.

Ils semblèrent avoir la même idée et se dirigèrent vers le meuble le plus proche et le plus doux et, avec un doux grognement, elle fut poussée en arrière pour atterrir sur son canapé avec un bruit sourd, ses seins souples rebondissant sur sa poitrine, les mamelons durs, son expression de joie tandis que son neveu la regardait, admirant ses atouts et les quelques taches de rousseur qui couvraient sa poitrine et ses épaules.

“Avec un sourire, il se mit lentement à genoux, faisant glisser ses mains le long de ses tibias lisses, sur la bosse de ses genoux et le long de ses cuisses, “ooh, et moi qui pensais que tu allais t’asseoir dessus”.

“Plus tard”, dit-il doucement, un léger sourire sur ses lèvres, imitant le sien, même s’il se doutait un peu de sa capacité à accepter quoi que ce soit d’approchant de ce qu’elle lui offrait.

“Des promesses, des promesses…” dit-elle doucement, se mordant la lèvre alors qu’elle s’enfonçait dans le canapé, sa main se déplaçant pour caresser sa bite, pointant le bout qui gouttait déjà vers ses lèvres.

Il la rejoignit à nouveau dans un baiser, celui-ci ne servant qu’à être plus impudique, ses lèvres pressant doucement le dessous de sa queue en attente, lui arrachant un petit gémissement de satisfaction, son dos se cambrant légèrement alors qu’elle fermait les yeux, laissant son esprit se replonger dans les sensations qui l’assaillaient à présent.

Sa main s’éloigna de sa bite pour se poser sur son ventre, soutenant ses doux seins, son autre main s’affaissant sur le canapé tandis que Max s’avançait, ses mains déboutonnant rapidement sa chemise tandis qu’il embrassait de haut en bas sa longueur palpitante, de doux petits baisers d’ange qui ne servaient qu’à augmenter son besoin, et non à le satisfaire.

Finalement, sa chemise mise de côté, il se pressa, ses coudes reposant sur la chaleur de ses cuisses, une main entourant la base de sa bite charnue, l’autre remontant doucement pour caresser son ventre plat.

“Ne me taquine pas trop, chérie, j’ai attendu ça toute la journée !” protesta-t-elle doucement face à ses caresses trop légères.

Il rit doucement, en tapotant son énorme bite contre sa joue, “Tu m’as taquiné littéralement toute la journée, tu ne peux pas en prendre comme tu en donnes ?.

Elle se tortilla sous son contact et le regarda, la bouche ouverte, la langue pendante tandis qu’elle haletait, “A-ah, peut-être que si tu me traites bien, tu pourras le découvrir plus tard ?”.

Il fronça doucement les sourcils, la regardant, puis il eut un déclic, ses joues se réchauffant d’un rougissement, “…Oh. Oooh.”

Il n’avait plus envie de la taquiner, il y avait une récompense sur la table qu’il n’avait même pas envisagée.

Il pressa le bout de sa bite entre ses lèvres, ses doigts serrant la partie inférieure de sa bite, ses lèvres douces caressant doucement la douceur soyeuse de sa tête de bite, la laissant se presser contre sa langue spongieuse, laissant une traînée de pré sur ses papilles gustatives, le laissant se délecter de son goût alors que ses lèvres s’installaient derrière la couronne de son bout de bite.

Il l’a maintenue là et a commencé à la sucer doucement, sa langue décrivant de petits cercles serrés autour de l’extrémité engorgée, chaque coup de sa main faisant remonter le prépuce contre ses lèvres, puis appuyant pour laisser ses couilles pendre un peu plus lourdement.

Elle gémit, lentement et d’une manière sulfureuse, le bras croisé sur sa poitrine se retirant légèrement pour qu’une main puisse être remplie par la douceur d’un de ses propres seins, le prenant et le pressant entre ses doigts, sentant la dureté d’un délicat mamelon rose glisser entre son index et son majeur, faisant rouler le petit nœud sensible pour une petite poussée supplémentaire de plaisir.

Max appuya avec impatience, laissant la tête de sa bite glisser plus loin dans sa bouche, pressant sa langue au fur et à mesure qu’elle le remplissait, ses lèvres s’étirant autour de la circonférence de sa puissante bite alors qu’elles roulaient le long de sa longueur, la chaleur, l’humidité, chaque sensation que sa bouche avait à offrir la rendait folle.

Il recula juste avant qu’elle ne se heurte à sa gorge et, plus rapidement maintenant, commença à balancer sa tête de haut en bas sur sa longueur, sa bouche parcourant la douceur de sa bite avec facilité maintenant qu’elle était gorgée de sa salive et de son sperme.

La main libre de Lily agrippait le tissu du canapé, le serrant entre ses doigts, ses orteils se recroquevillaient tandis que des vagues de plaisir se répandaient dans son corps, rendant la position assise incroyablement difficile.

Max ne semblait pas s’inquiéter de voir sa tante se tortiller, se concentrant plutôt sur son travail, sur son désir de voir ses désirs satisfaits pour que plus tard, peut-être, il ait la chance qu’elle lui rende la pareille.

Elle en voulait, elle en voulait plus, elle en voulait plus vite, mais elle était tellement perdue dans le plaisir qu’elle ne parvenait pas à trouver les mots pour partager ses besoins.

Se mordant la lèvre inférieure, elle se força à relâcher le canapé maltraité de sa poigne rude, glissant ses doigts dans les cheveux soyeux de sa tête, le serrant assez fort pour lui faire comprendre qu’il n’était plus maître de la profondeur ou de la vitesse de ses mouvements.

Elle commença à lui faire monter et descendre la tête, sa poitrine se soulevant et s’abaissant tandis qu’elle respirait fort, sentant son plaisir monter et monter tandis qu’elle faisait glisser ses lèvres rapidement le long de sa tige.

Le contrôle lui ayant été retiré, son timing se dérègla, les coups et les tourbillons de sa langue devinrent moins précis, la succion de ses lèvres plus sporadique, ce qui donna lieu à des sons plus obscènes et plus humides lorsqu’il suça et baisa sa longueur, des perles de salive s’écoulant le long de sa bite palpitante pour salir la trajectoire de ses doigts tandis qu’il la branlait, essayant de suivre le rythme erratique qu’elle imprimait à la sienne.

Son autre main, qui jusqu’à présent était posée sur sa cuisse, descendit et trouva sa place dans son sac, ses doigts se glissant sous ses lourds orbes pour les laisser reposer dans la paume chaude de sa main, ses doigts bougeant et se déplaçant doucement, les massant doucement, Admirant la pure douceur de sa peau lisse contre le bout de ses doigts, un coin de son esprit se demandait ce que ce serait de les embrasser, de les lécher et de les sucer, mais avec Lily qui dictait actuellement où et quoi faisait sa bouche, ce serait une expérience pour une autre fois, se disait-il.

Lily remuait ses hanches pour répondre à ses poussées, essayant d’être aussi douce que possible alors qu’elle baisait efficacement le visage de son neveu, ayant au moins la gentillesse de ne pas lui enfoncer dans la gorge, après tout, il restait chez lui pour les deux prochaines semaines, il y aurait assez de temps pour cela plus tard.

“A-ah, putain, ah, Max, je suis, je suis proche, est-ce que… Mm, tu le veux sur ton visage, ou, ou dans ta bouche ?” dit-elle, entre deux halètements, la tête penchée en arrière, les yeux fermés.

La question semblait superflue puisqu’il semblait qu’elle n’avait aucunement l’intention de le laisser monter assez haut pour répondre et il se résigna rapidement au fait qu’il allait goûter à sa toute première charge de sperme dans quelques instants.

Elle expira entre ses dents serrées tandis que ses hanches se soulevaient, sa poigne se resserrant tandis qu’il sentait sa bite devenir dure comme de l’acier entre ses doigts, restant immobile pendant un battement de cœur avant que, dans une série tangible d’événements, ses couilles se contractent dans la paume de sa main, sa bite palpite avec une pulsation définitive dans l’autre et en un instant, sa bouche fut remplie d’une semence épaisse et chaude.

Tante Lily vit des étoiles à l’intérieur de ses paupières alors qu’elle commençait à pomper son épais chargement dans la bouche de son neveu qui attendait, tenant sa tête immobile pour que ses lèvres restent scellées autour de sa couronne palpitante, déposant son chargement crémeux sur sa langue, lui faisant goûter à son essence.

Il laissa échapper un faible gémissement lorsque les sensations l’envahirent, le goût exotique, luxueux, délicieux. Il avala avidement, laissant son don crémeux glisser le long de sa gorge pour se déposer dans son estomac, suçant avec force sa tige encore palpitante pour drainer chaque goutte merveilleuse de ses couilles qu’il pouvait.

Lily, tendue tout au long de sa montée en puissance, se détendit finalement, ses mains tombant sur ses côtés, se sentant complètement épuisée, sa poitrine se soulevant et s’abaissant rapidement tandis qu’elle haletait, les lèvres écartées, fixant le plafond avec des yeux écarquillés et invisibles.

Alors qu’il sentait son emprise se relâcher, les pulsations de sa bite s’arrêter lentement et finalement, son rythme cardiaque se ralentir, il se laissa aller, laissant la bite se dégager de ses lèvres, il la caressa lentement de la base à la pointe, pressant fort il réussit à trouver une goutte supplémentaire de sperme, qu’il lapa goulûment, avant de relâcher son emprise, massant doucement sa bite flétrie alors qu’il se penchait vers l’intérieur, caressant et embrassant la douceur de son sac, laissant sa langue rouler sur la fermeté de ses couilles épuisées.

“Oh… Oh mon dieu, Max, que dirait ta mère…” Lily haleta, ses yeux se concentrèrent, baissèrent pour le voir, sa bite ramollie reposant sur son visage, obscurcissant un œil alors qu’il regardait vers le haut, sa bouche pressée sur son sac.

Lentement, il se pencha en arrière, souriant doucement alors qu’il respirait fort lui aussi, “Je ne sais pas” dit-il simplement, “Mais, quoi que ce soit, ce ne serait pas aussi mauvais que ce qu’elle dira après que tu m’aies baisé plus tard”.

Lily sentit un petit frisson d’anticipation la parcourir, si seulement elle avait vingt ans de moins, elle aurait pu montrer à son neveu ce qu’était une nuit sauvage, “Mm, et après que tu m’aies baisé aussi.”

Il sourit et se leva, se penchant vers elle pour l’embrasser, doucement et profondément, et tous deux ne purent s’empêcher de se réjouir de ce qui allait suivre.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

1 commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings