Confession Intime Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe Xstory

Récit érotique Un rendez-vous sur un parking transforme une friandise en une pipe torride

fellation xfr
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Notes de l’auteur
“C’est ma première histoire partagée, et tout est vrai. C’était juste la première rencontre entre moi et Marguerite. La première d’une longue série, toutes très chaudes ! Elle était insatiable”.
Je connaissais Marguerite depuis un certain temps déjà, en tant que connaissance d’un groupe d’amis communs. Bien que nous soyons restées amicales, chaque fois que nous étions proches l’une de l’autre, il y avait une tension sexuelle indéniable qui crépitait comme de l’électricité entre nous. Je suis sûr qu’elle a remarqué mon excitation indéniable plus d’une fois.

Récit érotique J’avais trente-neuf ans, je venais de me séparer de ma femme et j’étais dans la meilleure condition physique de ma vie. Avec 1.90m et 110 Kg kilos et une coupe superbe grâce à mon travail de mécanicien de poids lourds, j’étais fort, musclé et je n’avais pas une once de graisse sur moi. Les femmes me considéraient comme un homme robuste et séduisant. Marguerite était la définition même d’une MILF. La trentaine, deux enfants, divorcée, petite mais avec un cul en forme de cœur absolument parfait, de superbes seins, de longs cheveux blonds comme des fraises, des yeux de chambre à coucher et des lèvres pulpeuses des plus sexy. Elle ressemblait beaucoup à l’actrice Lauren Bacall, avec la même voix rauque et sexy.

Un soir, nous nous sommes vus par hasard dans une pharmacie locale où nous achetions tous les deux quelques produits de première nécessité. Nous parlions et flirtions l’une avec l’autre. Marguerite avait l’air sexy comme l’enfer, avec une paire de jeans moulants peints et un haut fin tendu sur ses jolis seins. Elle était sortie dîner avec des amis et allait chercher ses enfants chez ses parents. Il était environ 21 h 45 et la pharmacie était sur le point de fermer, mais je ne voulais pas perdre le plaisir de sa compagnie pour l’instant. J’ai proposé que nous nous rendions dans un restaurant de glaces italiennes situé à proximité pour un dessert. Elle a accepté sans hésiter et, comme ils fermaient à 10 heures, nous avons sauté dans ma camionnette et nous nous sommes rendus sur place.

Nous avons pris deux glaces à emporter et nous nous sommes assis sur mon hayon pour les manger, nos cuisses se touchant tandis que nous parlions de nos vies et, en fait, de tout et de rien. Nous avons regardé autour de nous et nous avons réalisé que le restaurant était fermé et qu’il n’y avait que nous dans le parking vide et sombre. J’ai fermé le hayon et ouvert la porte passager pour elle, et elle a sauté dans le taxi, son merveilleux cul rebondissant délicieusement. Une fois que nous étions tous les deux assis à l’intérieur, elle s’est tournée vers moi et m’a remercié pour le dessert. Nos yeux se sont croisés et nous nous sommes embrassés passionnément.

Je l’ai entourée de mes bras et l’ai mise en position allongée sur mes genoux, ses seins se pressant contre ma poitrine tandis que nos langues s’entremêlaient. Je pouvais sentir la chaleur monter de ses reins comme un feu à mesure que nous nous embrassions plus longtemps et plus intensément. Ses lèvres pulpeuses étaient si douces, si incroyables à embrasser et à sucer.

J’ai glissé ma main droite le long de ses jambes galbées, faisant glisser mes doigts le long de l’intérieur de sa cuisse, sur son mamelon chaud et humide, jusqu’à ses merveilleux seins. Je les ai serrés et caressés pendant que nous nous embrassions plus fort et plus profondément. En remontant son haut, j’ai libéré le fermoir de son soutien-gorge et j’ai dégagé ses seins, me penchant pour sucer ses gros mamelons bruns et durs. J’ai ensuite passé mon bras droit entre ses jambes, mon gros biceps appuyant sur sa chatte fumante tandis que je la berçais sur mes genoux.

Son jean était trempé tandis que j’embrassais et suçais ses lèvres, sa gorge, son cou et ses seins avec une faim que je n’avais pas ressentie depuis des années. Elle gémissait profondément, se cognait contre mon bras, se tordait de désir sur mes genoux. Je l’ai pressée plus fort, enfonçant ma langue dans sa bouche, la rapprochant le plus possible.

Soudain, elle a crié dans ma bouche, son corps se tordant, tremblant et secoué, alors que des vagues d’orgasme l’envahissaient les unes après les autres. Elle sanglotait et jurait, et j’ai maintenu la pression sur ses seins qui se soulevaient et ses hanches qui se déhanchaient pendant qu’elle tenait le coup, l’embrassant et la caressant jusqu’à ce qu’elle revienne sur terre. Son parfum de femme imprégnait le camion, enflammant mes propres désirs. Ma bite s’accrochait à mon pantalon, prête à passer à l’action après un long répit.

Nous nous sommes serrés l’un contre l’autre pendant un moment, tandis qu’elle frémissait dans mes bras, murmurant son appréciation, disant avec des lèvres tremblantes que cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pas été libérée ou soulagée de sa vie trépidante. Elle n’avait pas ressenti de véritable plaisir comme celui-là depuis des lustres.

Je lui ai dit que tout le plaisir était pour moi, que j’étais heureux de pouvoir lui faire plaisir et de la faire se sentir si bien, et que je le pensais vraiment.

Marguerite s’est déplacée sur mes genoux, et la grosse bite que j’arborais s’est pressée contre elle avec insistance. Elle a levé les yeux vers moi d’un air séducteur et a pressé le bourrelet qui grossissait. Elle a souri méchamment en ouvrant la bouche et en soufflant une haleine chaude à travers le tissu. Je me suis tordu lorsqu’elle a pointé la tache de précum qui s’étalait sur mon pantalon avec la pointe de sa langue rose. J’aurais pu jouir à ce moment-là.

Elle a débouclé ma ceinture, déboutonné mon pantalon et descendu ma fermeture éclair. Enfin libérée, ma bite jaillit de ses entraves de façon presque audible. Les yeux écarquillés, Marguerite poussa un petit cri de surprise lorsque ma bite épaisse et solide s’agita et dansa devant son visage rougi. La tête bulbeuse et pourpre palpita lorsqu’elle toucha timidement la pointe, d’abord avec sa langue, puis avec ses lèvres douces et pulpeuses.

Ne quittant pas mon regard, elle a aplati sa langue et l’a passée fermement sur le bas, le haut et les côtés de ma bite. Puis elle a déposé tout doucement de petits baisers sexy tout autour du gland. Toujours en me regardant dans les yeux, elle a baisé jusqu’à mon sac sphérique serré et lourd, léchant et suçant alternativement mes testicules. Elle a ensuite lentement embrassé et grignoté la prune engorgée.

Je haletais comme un chien quand Marguerite a finalement détourné son regard et abaissé sa bouche ouverte sur mon membre douloureusement gonflé. Elle a ouvert sa mâchoire en grand pour accueillir ma bite rigide, et a continué à faire tourner sa langue tout en glissant le long de la tige épaisse et charnue. Elle gémit et bâillonna en s’efforçant de faire passer ma grosse longueur au-delà de ses lèvres tendues.

Petit à petit, elle enfonçait cette bite dans sa gorge à chaque fois qu’elle la descendait avec une lenteur alléchante, la bave s’écoulant sur elle de façon désordonnée. Au moment où son nez a touché mon pubis, l’accumulation familière avait commencé dans mes couilles.

Marguerite augmentait son rythme maintenant, s’habituant à la taille et à la circonférence de la bite prête à exploser dans sa bouche. Incapable de me contrôler, j’ai attrapé ses cheveux avec mes deux poings et j’ai pompé mes hanches de haut en bas, baisant sa gorge, écrasant ma bite sur son visage rougi. Elle bâillonnait bruyamment autour de ma bite, luttant pour respirer par le nez, prenant chaque coup profond comme une adorable petite pute consentante.

Je sentais le début d’un des orgasmes les plus intenses de la vie. Le genre d’orgasme où le sperme commence à couler, alors que vous n’avez même pas encore commencé à jouir. Je pouvais entendre Marguerite gémir autour de ma bite alors que l’accumulation atteignait l’inévitable point de pression, et avec un grognement animal, j’ai poussé plus fort, plus vite, plus profondément, puis avec un cri, j’ai explosé dans sa bouche.

La rivière chaude et épaisse de sperme semblait sans fin. J’ai rugi et haleté, presque en hyperventilation pendant que je jouissais. J’ai senti sa bouche se remplir de la chaleur impossible de mon essence, j’ai vu ses joues se gonfler et sa gorge se convulser encore et encore tandis qu’elle avalait désespérément le torrent enragé. C’était la première fois que je ressentais ce qui ressemblait à un orgasme composé, déversant mon âme en elle, pulsant sans fin. Ses gorgées et ses bâillons obscènes et bruyants m’ont fait jouir d’autant plus fort. Mon lait s’échappait des coins de sa bouche, mais elle a quand même étouffé la plus grande partie de la charge. Elle n’a cessé d’aspirer jusqu’à ce que je commence à ramollir dans sa bouche.

Finalement épuisé, je me suis allongé sur le siège, ma tête se balançant faiblement pendant que Marguerite nettoyait fastidieusement ma bite, léchant les flaques de sperme qui s’étaient échappées. Elle m’a regardé avec des yeux lourds et m’a donné son beau sourire tordu et sexy. Pressant la dernière goutte de sperme de ma bite vidée, elle l’a embrassée et s’est léché les lèvres sexuellement.

“Merci pour le dessert”, a-t-elle ronronné.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings