Bi - Gay - Lesbien Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique

Récit sexe Les aventures sexuelles de Fabienne et Michel Partie 6

Récit sexe Les aventures sexuelles de Fabienne et Michel Partie 6
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Lundi 27 mai 1985
Le lundi 27 mai, en début de matinée, alors que j’étais en train de ranger des documents sur mes étagères Fabienne passa et poussant la porte vint vers moi et se collant à moi me dit :
« Embrasse-moi ».
Moi : « Tu es folle »
Elle : « Oui, tu me rends folle, j’ai envie de toi, embrasses moi, ou je hurle »
Et elle se colla à moi et sans suivi un baiser « sensuel » dans la mesure où, si nos lèvres s’unirent nos langues se trouvèrent son corps se frottait au mien, ce qui ne tarda pas à créer un gonflement sous ma ceinture et sentant cela Fabienne me souffla dans l’oreille :
« Caresse-moi »
Moi : « Si les filles (les secrétaires et les comptables que l’ont appel ainsi) se déplaçaient »
Elle : « Ne t’inquiète pas, le patron est parti, les filles ont de quoi s’occuper un bout de temps, ainsi nous avons un peu de temps à nous. On ne risque rien et j’ai mis une jupe adaptée. Regarde »
Effectivement c’était une jupe, type trapèze, fermée par de gros boutons espacés, entre lesquels il y avait assez d’espace pour glisser une main.

C’est ce que je fis, en m’insinuant à la hauteur de son minou. Sans aucun autre obstacle et les cuisses écartées, juste ce qu’il fallait pour que je puisse atteindre sa chatte chaude et humide, qui arriva dans la paume de ma main.
« Caresse-moi, avec tes doigts, donne-moi du plaisir »
Moi : « Tu es complètement folle, penses aux risques »
Elle : « S’il te plaît, je n’ai pensé qu’à ça ce week-end, tu me rends folles, prends-moi avec tes doigts, …»
Je lui caressais la chatte et enfonçais doucement deux doigts dans son minou, brutalement elle s’empala dessus et dans l’oreille murmura :
« OOOHHH, … Que c’est bon, … Ne t’arrête pas, .. » Alors que je n’avais pas bougé. Je me décidais à remuer, doucement, les doigts dans ce fourreau chaud et humide et l’ensemble du corps de Fabienne se contracta en un puissant orgasme et elle murmura :
« OOOOH, … C’est, … Je vais, … Je JOUIS, … OOOOHHH,… Que c’était bon … , restes encore un peu, …»
Se décontractant je pus me retirer, elle prit ma main et portant mes doigts à sa bouche les suça et se collant à moi :
« Tu vois ça, c’est bien passé et tu as été formidable »
Elle se colla de nouveau à moi, un léger baiser sur les lèvres et elle partit.
Je regagnais mon bureau en me disant quand elle était rentrée dans mon bureau, elle devait être sacrément chaude et excitée. Enfin tout, c’était bien terminé et j’avais passé un bon moment, bien qu’ayant une trique raide et gonflée, mais …En fin de matinée, Fabienne passa me voir un dossier sous le bras et me dit :
« À midi, je t’invite à déjeuner »
Moi intelligemment ? : « Hein »
Elle : « Comme d’habitude tu quittes le bureau, tu fais le tour de la zone et tu reviens. Moi, je vais chez le chinois, je prends de quoi manger et je reviens, nous serons seuls jusqu’à l’embauche et je pourrais m’occuper de toi » et aussitôt elle partit.
Je fis ce qu’elle m’avait demandé et environ une demi-heure après elle arriva avec ses emplettes faites au chinois. Les déposant sur la table de réunion, je me levais pour voir ce qu’il y avait de bon, mais Fabienne faisant rempart de son corps en se collant à moi, et en rigolant me dit :
« Tu devras me passer sur le corps avant de toucher à ce repas, j’aimerais tant, … »
Et collant ses lèvres contre les miennes :
« Embrasse-moi, j’ai envie de toi,… Ce matin tu m’as excitée, …, HOOO que j’ai envie de toi… ».

Je glissais une main entre nous et passant l’obstacle de la jupe, entre les boutons, j’atteignais son minou qui était couvert, par sa petite culotte qui, elle, était très humide. Au moment où j’atteignais sa chatte, les jambes se refermèrent.
« Arrête, si tu me touches, je vais jouir et il faudra que tu me prennes et c’est impossible, tu le sais, embrasses, moi, ».
Je m’exécutais donc. Un baiser effroyablement sensuel dans la mesure où tout son corps participait, se collant puis se frottant au mien. Tant et si bien que déjà, personnellement chaud, depuis ce matin, je me mis à bander à en avoir mal à la queue. Fabienne sentit l’effet créé, car glissant une main entre nous deux, elle dit :
« Hum, viens-je vais m’occuper de toi, j’ai envie de toi, je vais te sucer, tu m’as fait jouir ce matin à moi maintenant » et me poussant vers et contre la table de réunion, elle défit ceinture et braguette pour sortir mon instrument et le regardant dit :
« J’aime te goûter » et elle passa un long et lent coup de langue sur toute la longueur de ma bitte, puis mit le gland dans le fourreau de ses lèvres chaudes, pour me sucer et le bout de sa langue, le titillant. Me regardant droit dans les yeux entre deux sucettes elle me dit :
« Dis-moi que tu aimes, … Dis-moi que tu aimes, ou j’arrête … »
Moi : « Oui, … J’aime ce que tu fais, … J’aime que tu me suces, … C’est bon, … »
Après s’être occupé de mon gland elle se mit à m’avaler complètement puis à ressortir me pompant avec énergie.
Elle : « J’aime sentir les vibrations de ta queue quand la pression monte, c’est bon, ça m’excite »
Et de plus belle, elle s’activa et ce qui devait arriver arriva, je n’y tenais plus et je me vidais, une première fois dans sa bouche, ce qui ne l’arrêta pas car elle continua à me pomper et je me vidais une seconde fois. Tout fut avalé, avec une série de soupirs de satisfaction.
Elle : « C’était bon, j’ai aimé et toi » et prenant mon sexe qui commençait à très nettement faiblir elle se mit à le lécher, ce qui lui redonna de la vigueur. Enfin elle se redressa, me laissant en plan, et me dit :
« On finira plus tard, Il est temps de se restaurer ». Ce que nous fîmes. Puis l’après-midi de travail repris.

En fin d’après-midi, Fabienne était venue, pour me demander si j’envisageais de rester après la fermeture des bureaux et je lui confirmais que c’était mon idée. Elle me dit alors qu’elle envisageait de rester pour s’occuper d’un « dossier très important ». Je lui répondis, en rigolant, que j’étais content de savoir que j’étais un « dossier très important ». Éclats de rire.
Malheureusement, le chef de centre au rez-de-chaussée avait dit qu’il devait rester pour une soumission importante. Fabienne vint m’annoncer avec un dossier sous le bras, avant que je lui demande ce qu’elle faisait avec ce dossier elle me dit :
« On va s’occuper de ce dossier et j’ai besoin de ton avis »
Elle vint à côté de moi, ouvrit le dossier et me dit doucement :
« Tu peux t’intéresser au-dessous du dossier, c’est souvent le plus intéressant »
Je mis quelques dixièmes de seconde à comprendre … Et si elle s’était mise à côté de moi, … Je glissais ma main sous sa jupe et remontais, remontais pour arriver à un endroit, entre cuisses, chaud et humide à souhait. Enhardi par sa remarque et le compas de ses jambes s’étant ouvert, j’avais un majeur curieux qui se dirigea vers la source, nue, non protégée, de cette chaleur humide et y pénétra doucement pour explorer les possibilités offertes. L’accueil était chaleureux et une recherche plus avancée était nécessaire, c’est ce qui se passa. Le souffle s’accélérait et la chatte s’humidifiait. À deux on est plus courageux pour explorer, je mis donc deux doigts dans ce gouffre et commençais des va-et-vient lents et profonds. Les soupirs s’accélérèrent, je retirais mes doigts et remontais vers son petit trou et le caressais et l’humidifiais.
« Qu’est-ce que tu fais ? »,
« Devine ? » et je redescendais, index et majeur dans sa chatte, pouce dans sa rosette. Et je pénétrais plus avant dans sa chatte et dans sa rosette. Pensant que je n’allais, peut-être, pas assez loin, elle plia les genoux et s’empala plus avant sur les doigts en poussant un soupir de satisfaction. La sono se mit en route mais à bouche fermée, donc n’émettait que des :
« OOOHHHH, oui, … »
Il ne fallut pas beaucoup de temps pour qu’elle s’envole et l’orgasme arriva, les cuisses se refermèrent brutalement et un «OUIIII, … » accompagnèrent cette fermeture. Il va sans dire que j’avais une trique pas possible.
Reprenant son souffle, elle réajusta sa jupe, et se penchant pour m’embrasser elle mit sa main sur la bosse de mon pantalon.
Elle me dit : « Viens dans mon bureau, je vais soigner cette bosse »
Moi : « Tu ne crains pas que l’autre en bas monte ? »
Elle : « C’est vrai, mais ça m’excite que tu me prennes ici, au bureau mais tu as raison on ne peut rien faire ici. J’ai envie de toi, je veux en profiter avant que tu ne partes »
Moi : « Moi aussi, mais pas dans ces conditions, tu vois le scandale »
Elle : « Oui, oui, … Tu connais le petit bois à gauche sur la route de Panazol, tout prêt d’ici ? »
Moi : « Oui »
Elle : « On se retrouve dans une demi-heure, j’espère que tu es en forme, je veux profiter de toi et finir notre conversation »

En sortant du village, il y avait effectivement un petit bois d’où partait un chemin forestier qui amenait, ce que je découvris en l’empruntant, à une clairière. Ce devait être le rendez-vous des amoureux, tranquille et loin de la route. La voiture de Fabienne était déjà là et la soirée bien qu’avancée, était très agréable. Je me garais à côté de la sienne et je sortis, elle en avait fait autant. On se colla l’un à l’autre nos lèvres se joignirent, nos langues se retrouvèrent et son bassin commença sa danse de séduction. Il ne fallut pas longtemps pour que cela fît son effet sur mon physique et entraîna un gonflement sérieux au niveau de ma braguette. Ce renflement, incontrôlable, ne fit qu’augmenter l’activité du bassin. Pendant cette danse érotique, j’étais arrivé à remonter sa jupe et je malaxais avec énergie ses fesses, mais étant donné nos positions respectives, impossible d’aller plus loin.
Le problème fut résolu, quand Fabienne glissa une main entre nous en disant :
« Pour voir si tu es en forme ? J’ai envie de te goûter, avant que tu me prennes »
Puis défaisant ceinture, braguette, … Elle sortit ma trique et commença à me lécher le gland comme elle lécherait une glace, ce traitement ne fit qu’augmenter le gonflement de la chose et enfin elle la prit en bouche et commença à me pomper avec énergie.
Moi : « Si tu continues ce traitement je n’aurais plus de réserve »
Sur un dernier coup de langue, elle s’arrêta et remonta à mon niveau et se colla de nouveau à moi :
« Viens, prends-moi, j’ai amené ce qu’il faut »
Elle ouvrit sa voiture et en sortit une couverture qu’elle étala entre nos 2 voitures.
« Tu vois ce sera plus confortable que de faire ça debout »
Moi : « Attends, défais ton corsage, je veux goûter à tes seins »
Aussitôt dit, aussitôt fait, le corsage ouvert laissa apparaître ses seins, que je m’empressais de prendre en bouche, de sucer, de lécher.
« Oui, … Têtes moi, … J’aime sentir que tu m’aspires, … »
Pour enfin prendre ses tétons qui pointaient et étaient devenus durs et agréables à mordiller car elle aimait ça et souvent en redemander, mais attention pas de marques, …Pendant cette mise en bouche, son bassin collé au mien continuait sa danse érotique et cela devenait de plus en plus insupportable et excitant.
Je décidais de passer à l’action, faute de quoi, ce serait trop tard pour moi et je ne serais pas utilisable !
Je remontais sa jupe, la soulevais et la posais sur le capot de la voiture.
Elle : « Qu’est-ce que tu fais ? »
Moi : « Tu vois, je te mets sur la voiture, pour pouvoir te bouffer la chatte, je veux goûter à ton jus »
Elle : « Non, ne commence pas, j’ai envie de toi, prends-moi, vite »
Pendant cet échange, je lui avais écarté les cuisses, sans qu’elle oppose, réellement, une grande résistance et je me mis à m’occuper de sa chatte gonflée, chaude et humide à souhait. Ma langue parcourait son sillon d’entre les grosses lèvres et la musique se mit en route :
« Non, … Arrête, …, prends-moi, …, fais-moi l’amour, …, baise-moi, …, si tu continues,…, je vais jouir, … OOOHHH, … Continues, … , ouiiiiii, …, continues, …».
Elle était chaude à point, je la laissais glisser du capot et arrivant sur la couverture, elle se mit en levrette et remonta sa jupe, mettant son cul à nu, dit :
« Monte-moi, … C’est à toi, … Choisi, prends ce que tu veux, … ».
Les cuisses légèrement écartées, la raie des fesses bien visible avec son minou déjà humide. Il ne me fallut que peu de temps pour me présenter et m’introduire rapidement et avec énergie dans sa grotte d’amour, ouverte et accueillante. Et je commençais mes va-et-vient dans son fourreau chaud, ce qui mit rapidement, en route, la sono.
« Ouiii, … Continues, … plus fort, .., prends moi, … je suis à toi, … J’aime quand tu me montes, … Je suis ta femelle, … Ouiiii, encore, … ».

J’étais cramponné à ses hanches et la ramonais avec ardeur, quand je pensais à ses seins qu’elle aimait que l’on s’occupe pendant qu’elle se faisait prendre. Je me couchais sur son dos, il me fut facile d’accéder à ses seins, que je m’empressais de prendre à pleines mains, les malaxant avec énergie pour m’attaquer à ses tétons que je pinçais et roulais entre pouce et index. La réaction ne se fit pas attendre :
« Ouiii, j’aime, … ooohh, … ouiiii, … » mais la position n’était pas facile à maintenir et j’abandonnais ses tétons pour reprendre ses hanches et la ramoner avec force, quand elle soupira, en mettant ses mains sur ses fesses et les écartant :
« Prends moi par derrière, … oui, prends moi par là, … encules moi, … Je te veux là, … Oui, … J’aime, … Viens ne me fais pas attendre, …».
Ses désirs étant des ordres, je changeais de cible et me retirant de sa moule, je m’engageais dans sa rosette et forçais l’entrée, certes, un peu brutalement, ce qui se traduisit par :
« Brute, … Tu aimes me forcer, … ouiiiii, … ».
Et je recommençais mes va-et-vient, en même temps sa main droite s’était emparée de son minou et, certainement, un ou deux doigts avaient pénétré sa chatte. Cela ne fit que m’exciter un peu plus, en pensant que si elle aimait être prise par-derrière elle aimait en même temps se caresser et se prendre la chatte.
Cramponné à ses hanches je m’activais dans sa rosette et dans un souffle je lui dis :
« Tu aimes te prendre ton minou, pendant que je t’encule »
Elle : « Ouiiii, …, j’aime que tu me montes, …, ouiiii, …, que tu me prennes par-derrière,…, c’est bon, …, continues, …, OHHHH, …, OHHHH, … ouiiii, …, n’arrête pas, …, je sens que ça vient, …, OHHH, …, je vais jouir, … »
Et n’y tenant plus, cramponné à ses hanches je me vidais dans son cul tout en continuant à la ramoner et en même temps elle partit :
« OUIIIIII, …, JE JOUIS, …, OUIIII,…, OOOUUUIIII, …, c’est bon »
Et on s’écroula sur la couverture et elle vint se blottir contre moi. Puis reprenant nos esprits et notre souffle je lui suggérais, la température se rafraîchissant de nous replier dans ma voiture. Ce que nous fîmes et installées sur la banquette arrière, je mis mon bras gauche autour de ses épaules et englobais un sein et elle me dit :
« Qu’est-ce que tu m’as fait ? »
Moi : « Pardon, tu ne sais pas ce qu’on a fait »
Elle : « Tu ne comprends pas, avant que tu me séduises, j’étais une femme je pense normale, un peu pudibonde, avec des envies normales. Je ne serais jamais sortie sans mes dessous choisis avec attention. Depuis que je te connais, quand je sais que je vais te voir, sans hésiter je n’en mets pas et je me sens à l’aise, je ne pense qu’au moment où tu me prendras, dès que je te vois je suis toute excitée et prête à m’offrir à toi, je deviens folle, … tu m’obsèdes, … Je fais avec toi ce que je n’aurais jamais osé penser faire et je le fais avec plaisir, même avec envie, … qu’est-ce que tu as fait ? »
Moi : « Holà, … Tu sais, je ne suis pas un psy. Je n’ai rien fait de spécial, par contre je pense que tu t’es révélé à toi-même ».
Elle : « Qu’est-ce que tu racontes ? »
Moi : « Je pense, en fait que, pour toi, je suis arrivé à un moment propice, qui m’a permis de profiter de toi et de tes charmes! Tu es une femme excitante et sensuelle, qui ne voulait pas le savoir, tu aimes le sexe. Peut-être, les lieux de nos rencontres, un genre de dépaysement et peut-être, involontairement, ai-je été le déclencheur, qui t’a révélé à toi-même ».
Elle : « Ouais, … Peut-être, … Mais arrête de me caresser, … »
Pendant cet échange Fabienne s’était carrément installé contre moi, son dos contre ma poitrine, de telle façon que passant sous ses bras, j’avais pris possession de ses seins et m’en occupais sérieusement, les prenant à pleines mains puis les malaxant avec énergie pour enfin arriver aux tétons qui avaient durci et que je roulais gentiment entre mes doigts.

Elle : « Arrête, tu es en train de m’exciter, … » et certainement pour me faire arrêter, elle mit ses mains sur les miennes et accompagna le mouvement de celles-ci, le tout accompagné de légers soupirs de satisfaction. La position de Fabienne réveilla en moi une idée. Je lui soulevais la jambe droite et la mettais sur le dossier du siège avant. Le compas de ses jambes était ouvert et son minou possible d accès. Je me mis à lui caresser l’intérieur de la cuisse en m’approchant de plus en plus vers sa chatte.
Pendant cette opération ma main gauche s’occupait tendrement de son sein gauche et je l’embrassais dans le cou ce qui entraînait de nombreux frissons de la part de ma partenaire.
Elle : « J’aime, … caresses moi encore, … J’aime ta main, … »
Elle mit sa main sur la mienne et ensemble nous caressions sa cuisse, quand je me retirais et mettais ma main sur la sienne en glissant les doigts entre les siens tout en continuant cette caresse, qui tendait à s’approcher de son minou, ce qui m’excitait énormément et entraînait des soupirs de satisfaction. Je continuais ce manège pour enfin glisser sur sa chatte que nous commencions à caresser, et j’entendis un.
« Qu’est-ce que tu fais ?».
J’avais l’intention de répondre en avançant, c’est-à-dire que lors de ces caresses ou plutôt de ces caresses, je poussais son majeur entre ses grosses lèvres, ce qui entraîna un long soupir. N’ayant pas eu d’autres réactions je poussais un autre doigt vers cette source de chaleur humide et nous commencions des va-et-vient, en la masturbant, nous explorions sa grotte d’amour. En fin elle se débrouillait très bien toute seule, je n’étais qu’un accompagnateur, certes intéressé et j’espérais être sur le bon chemin quand la sono se mit en route :
« T’es fou, … arrêtes s’il te plait, … non, … qu’est ce que tu fais ? …, arrêtes, … attends, …, OOOHHHH, c’est bon, …, continues, …, OOOOHHHH OUI, … Continu, …, je sens que ça vient, …, OUIIIIIIII ?? …. »

En resserrant les cuisses brutalement, elle eut un orgasme important et surtout bruyant. Reprenant ses esprits :
« Je pense que tu es de la pire espèce, me faire ça, … Tu dois être content de toi, tu as vu ce que tu m’as fait faire ».
Moi : « Tu as aimé »
Elle : « Oui, … Tu m’as fait jouir, c’était bon, mais quand même, tu te rends compte … »
Moi : « Et bien, chaque fois que tu te donneras du plaisir, tu penseras à moi »
Elle : « Salaud, tu vas me rendre folle, pourquoi je me suis laissé séduire par toi ? »
Allumant le plafonnier elle regarda sa montre et dit :
« Bon sang, le temps passe vite, je dois filer »
Certainement avait-elle joui, mais moi j’avais une trique intéressante, il fallait faire quelque chose.
Ainsi je lui dis : « Tu vois dans quel état tu m’as mis, tu ne vas pas me laisser comme ça, tu dois faire quelque chose »
Elle, la main sur ma braguette :
« Pourquoi, c’est intéressant, à moins que, … Oui, je pourrais peut-être faire quelque chose, si tu me le demandes gentiment, … Mais j’ai peu de temps, … »
Moi : « Tu vois j’ai très envie de toi, viens sur moi, … »
Elle : « On vient juste de faire l’amour, laisse-moi te goûter, tu m’as dit que tu aimais »
Moi : « Oui, oh oui, j’aime quand tu me suces, oui, .., viens, … »
Joignant le geste à la parole, nous avions dégagé ma hampe qu’elle entreprit de caresser du bout des doigts, du bout des ongles, pour enfin lécher le gland avant de me prendre en bouche doucement, du bout des lèvres pendant que sa langue le titillait, puis progressivement elle m’avala complètement et elle commença à me pomper. Elle s’activait avec ardeur, quand tout à coup elle s’arrêta et dit :
« Tu aimes »
Moi : « Oh oui, c’est bon »
Elle : « Alors dis le, … Dis que tu aimes ce que je fais, que tu aimes que je te suce »
Moi : « Tu le sais je te l’ai dit déjà ? … Tes lèvres sont un fourreau doux et excitant »Après cet encouragement Fabienne se remit à faire coulisser, avec douceur, ma bite dans le fourneau chaud de sa bouche.
Et comme j’appréciais ses commentaires quand nous faisions l’amour, enfin quand nous baisions, je me mis à commenter son action :
« Oui, … C’est bon, … J’aime quand tu me suces, … »
Suite à ces appréciations il me parut que Fabienne s’activa avec plus d’énergie sur « popol » et il ne fallut pas longtemps pour que je sente la pression monter et l’engin se durcir se gonfler.
Je le dis à Fabienne : « Attention, … Je vais jouir, … OUIIIIIII … »
Cela ne l’arrêta pas, bien au contraire, le mouvement s’accéléra et quelques instants après, ne pouvant plus tenir je me vidais dans sa bouche. Le temps de tout avaler et de reprendre ses esprits, elle était contre moi :
« Embrasse-moi, tu as aimé ? ».

J’en profitais pour glisser une main vers son intimité, que j’enveloppais de ma main, elle me laissa faire quelques instants, puis ses cuisses se refermèrent brutalement :
« Non, arrête, … Sois gentil, tu sais que je resterais bien, … Mais je ne peux pas rester, … Il faut que je parte » et elle se dégagea. Nous sortîmes de la voiture et elle se prépara à entrer dans la sienne et je lui dis :
« N’oublie pas de remettre ta petite culotte, … Sans ça, on pourrait croire des choses, … »
Elle : « Tu es un amour, j’allais partir comme ça, … On se revoit demain, et n’oublie pas le pot de départ offert, lundi prochain, pour ton départ par le centre ».
Après le départ de Fabienne, je restais un moment à contempler les étoiles et surtout à remémorer notre aventure. Elle voulait que ce fût moi qui l’ai dragué, ce n’était pas important si ça lui faisait plaisir. Le fait qu’à l’époque je m’étais dit :
« Cette nana ce doit être un bon coup », j’avais vu juste, mais je ne pensais pas que cela s’enchaînerait aussi facilement et aussi agréablement. C’était une sacrée femelle, certes elle aimait le sexe et elle participait à fond, je dirais, sans un mauvais jeu de mots, elle se donnait à fond, elle aimait ça. J’avais eu plaisir à ce mois de rencontre.
À suivre !

Véronique

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings