Bi - Gay - Lesbien Histoires taboues et histoires de sexe

Récit sexe ma première experience lesbienne

Récit sexe ma première experience lesbienne
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Récit sexe Lorsque j’ai commencé l’université, j’avais une colocataire adorable, Ana. Nous étions toutes les deux dans le collège d’arts libéraux de notre université et, de ce fait, nous avions beaucoup de temps libre. À l’époque, je fumais encore beaucoup d’herbe, et nous passions une bonne partie de ce temps libre à fumer ensemble. Ana avait un bang ridicule en forme de champignon… bref, je m’éloigne du sujet.

L’une de ses amies de l’époque, Luna, passait assez souvent pour fumer avec nous.

J’avais toujours soupçonné que j’étais peut-être bisexuel, mais je n’avais jamais eu l’occasion de le vérifier jusqu’à l’université. Luna a été la première fille pour laquelle j’ai eu un véritable coup de foudre. Elle était impressionnante. À la fois sexy et intimidante, j’avais le trac quand je lui parlais. Elle était plus grande, avait la peau olivâtre et de doux cheveux bruns. Elle avait de nombreux piercings, y compris ses mamelons, comme je l’ai découvert plus tard. Ses pupilles flottaient dans la mer bleue gelée de ses yeux, et j’ai été immédiatement séduit. À ce jour, je n’ai jamais rencontré quelqu’un d’autre avec des yeux pareils

Luna était surtout l’amie d’Ana, si bien qu’au début, nous ne nous voyions que lorsque Ana était là. Je n’étais pas sûr qu’elle soit intéressée par les filles – et en plus, je n’avais jamais vraiment essayé de flirter avec une fille auparavant. Cela peut paraître ridicule, mais je ne savais pas exactement comment m’y prendre.

Quelques mois après le début de notre premier semestre à l’université, Luna, Ana et moi étions tous assis dans le dortoir en train de fumer. Évidemment, on n’a pas le droit de fumer de l’herbe dans un dortoir. Nous avons toujours utilisé cette technique ridicule de la serviette sous la porte qui ne fonctionne jamais.

Quoi qu’il en soit, ce jour-là en particulier, nous fumions beaucoup. J’ai été sérieusement giflé quand Ana a décidé qu’il nous fallait aussi de l’alcool pour que la soirée soit mémorable. Mémorable pour quoi exactement ? Je n’en sais rien. Je suppose que c’est la nature même du début de l’université. Ana a déclaré qu’elle irait au magasin d’alcool avec son faux et qu’elle prendrait une bouteille de Rosé. Encore une fois, c’est un comportement de première année d’université.

Ana est donc partie, et pour la première fois, il n’y avait plus que moi et Luna. Nous avons commencé à parler de ceci ou de cela quand soudain, elle a interrompu la conversation.

“Mira, il faut que je te demande… est-ce que tu t’intéresses aux filles ?

Je me suis arrêtée un instant, ne sachant pas comment répondre.

“Oui, je pense que oui… Je ne suis pas vierge ou quoi que ce soit d’autre,” j’ai ri, “mais je n’ai jamais été avec une fille. Si c’est ce que tu veux savoir ?” Je fixais ses yeux bleus glacés, et elle me répondait. C’est bon signe.

“Voudrais-tu un jour être avec une fille… comme ça ?” Elle s’est retournée vers moi, se glissant plus près de moi sur le lit.

J’ai senti sa présence électrisante m’envahir, et avant que je puisse dire quoi que ce soit, nous étions en train de nous embrasser. Ses lèvres étaient pleines et, bon sang, elle embrassait bien. L’un des meilleurs que j’aie jamais connu. Cela a commencé en douceur et en légèreté. Chacun d’entre nous embrassait l’autre avec douceur.

Combien de temps penses-tu que cette course à l’alcool va prendre ?” Elle s’est détachée et m’a demandé.

“Assez longtemps”. Je lui ai dit et je l’ai ramenée en arrière pour qu’elle se fonde en moi. Putain de merde. Je tripotais légèrement ses seins par-dessus sa chemise et elle faisait de même avec moi. J’ai confirmé à ce moment-là que j’aimais vraiment les femmes.

Luna a commencé à me masser doucement les fesses tandis que nos baisers devenaient plus intenses. Elle m’a poussé sur le lit et s’est retrouvée sur moi, commençant à s’enfoncer lentement dans mon corps. J’ai essayé d’incliner ma chatte pour la rejoindre et j’étais au paradis, même à travers les vêtements. Nos langues tourbillonnaient l’une contre l’autre et je lui tirais les cheveux, la forçant à se rapprocher de moi.

Elle a commencé à enlever ma chemise et je me suis sentie mouillée. Nous nous sommes arrêtés un moment et nous nous sommes regardés. Comme si nous cherchions dans les yeux de l’autre une affirmation. Quoi qu’il en soit, nous l’avons trouvé, parce qu’elle a arraché ma chemise et a commencé à sucer mes seins. C’est fou ce qu’elle a pu faire. Puis elle a embrassé mon ventre et je me suis déhanchée vers elle. Elle a baissé ma jupe et ma culotte et a tracé le contour de ma chatte avec ses doigts. J’avais hâte qu’elle me pénètre.

“S’il te plaît, Luna, s’il te plaît…” J’ai gémi et elle a souri, déposant un doux baiser à l’entrée de mon corps.

“Oh putain…” J’ai gémi quand elle a commencé à me baiser avec sa langue. Toutes les quelques secondes, elle alternait entre lécher doucement mon clito et enfoncer doucement un doigt en moi. Très vite, elle m’a enfoncé une ou deux phalanges.

“Tu es bien serrée, Mira…” me chuchote-t-elle. “Tellement serré. Je peux te baiser ?”

“S’il te plaît”. Je lui ai soufflé.

Elle a enfoncé un doigt jusqu’au bout et j’ai soupiré, poussant mes hanches vers elle. Elle a commencé avec un seul doigt, puis deux, à un rythme soutenu. Cette fille savait ce qu’elle faisait. Elle revenait en arrière, travaillant avec sa langue, puis remontait pour m’embrasser, tout en faisant du bon travail sur ma chatte dégoulinante avec ses doigts. J’étais complètement hors d’état de nuire, je ne faisais que gémir et pleurer.

Elle me contrôlait entièrement et je m’en souciais à peine. Luna a retiré ses doigts de ma chatte et les a mis dans ma bouche pour étouffer mes cris de plaisir.

“Suce-les. Elle m’a demandé. Je me suis exécutée et j’ai sucé mon jus comme une putain de salope pendant qu’elle recommençait à me baiser avec son autre main.

“Oh mon dieu, je suis proche Luna.” J’ai essayé de travailler sur sa chatte aussi, mais elle a continué à déplacer mes mains vers ses seins sous sa chemise. Ils étaient faciles à manipuler et j’avais tellement envie de les voir.

“S’il te plaît, je peux regarder ?” lui ai-je dit en gémissant.

Si tu jouis comme une bonne fille, je te laisserai faire. Elle m’a chuchoté à l’oreille. Je me déhanchais sur ses doigts, me rapprochant de plus en plus de l’orgasme.

“Bien, bien”. Elle continuait à chuchoter. “C’est ça Mira, bonne fille.”

Il n’en fallait pas plus pour me faire basculer dans le désordre. J’ai joui sur toute sa main alors que je tenais mes propres seins dans mes palmes, les saisissant fermement et supportant l’orgasme.

“Bon sang…” lui ai-je dit, épuisé. “Je veux te faire jouir aussi, s’il te plaît ! lui ai-je dit, frustré. Je me sentais vraiment mal de ne pas l’avoir fait jouir elle aussi.

“Mira, ne t’inquiète pas ! Elle a ri. “C’était tellement chaud pour moi. Nous n’avons pas le temps, Ana sera bientôt de retour, j’en suis sûr. Pourquoi ne pas se mettre d’accord pour en faire quelque chose de plus régulier ?” Elle a réfléchi, commençant à emballer le bang, alors que j’étais en désordre sur le lit de mon dortoir.

Ana revint bientôt et il ne se passa rien de plus cette nuit-là. Luna et moi nous sommes beaucoup plus amusés ce semestre-là, et nous sommes même sortis ensemble. J’écrirai un jour sur nos expériences 😉

pt2.

Ceci est la suite de mes expériences avec Luna à l’université et aussi avec notre ami, Didier. Luna et moi avons continué à nous rapprocher au cours de mon premier semestre, et notre relation est devenue progressivement plus sexuelle. J’avais toujours pensé qu’elle était une lesbienne “déclarée”, si l’on peut dire. Mais il s’est avéré qu’elle n’avait jamais couché avec une femme auparavant. Elle m’a dit que j’avais été son premier grand coup de foudre pour une fille. Il ne s’est plus rien passé de physique entre nous pendant plus d’un mois.

Nous avons passé de nombreuses nuits à étudier dans la salle commune du dortoir avec elle et un groupe tournant d’étudiants. L’un d’entre eux était Didier. Il était drôle, beau, avec encore un peu de visage de bébé, et il avait visiblement des vues sur Luna. Il restait tard si elle était encore en train d’étudier. Parfois, il renonçait complètement à son travail scolaire pour entretenir la conversation avec elle.

Je ne dirais pas qu’elle se réjouissait de ces avances, mais l’attention qu’il lui portait ne la dérangeait certainement pas. Luna était plutôt “alt”, pourrait-on dire. Elle portait souvent d’épaisses bottes en cuir noir et avait les sourcils percés. Ses bras étaient ornés de quelques tatouages (je sais que j’en parle souvent, mais ils sont chauds !). Les tatouages étaient assez rares chez les jeunes de 18 ans, donc j’ai trouvé cela nouveau. Elle parlait aussi de façon presque délicate, en papillonnant d’une phrase à l’autre. Tout cela combiné à ses doux cheveux auburn et à ses yeux bleus brûlants… Rien que d’en parler, ça m’excite.

Didier devint un habitué de notre table dans la salle commune, et je commençai à l’apprécier moi aussi.

Un soir, alors que nous étions tous assis ensemble, il referma son livre en claquant la porte.

“Eh bien, putain de merde !” annonça-t-il. “J’en ai assez. Quelqu’un veut retourner dans mon dortoir et se faire baiser ?” La quintessence de la déclaration universitaire.

“Moi ! rougit Luna en jetant son stylo sur le côté. Elle me plaisait beaucoup maintenant, alors j’ai accepté de venir aussi.

Didier nous conduisit à son dortoir complètement dépourvu de décoration, avec un seul drapeau de l’université sur le mur. La seule autre chose que l’on pouvait qualifier de décorum était des dizaines de bouteilles de Tito’s vides sur le rebord de la fenêtre. C’est très classe.

Il a commencé à servir des shots. Nous avons commencé à en prendre. Je pense que quelques autres personnes au hasard se sont jointes à nous, mais à un moment donné de la nuit, seules Luna et moi sommes restées avec lui. Didier vacillait comme un marin.

Nous étions assises sur le lit tandis qu’il était assis sur la chaise du bureau, nous racontant des histoires aléatoires sur des cours ou des amis que nous connaissions à peine. Je commençais à m’ennuyer et j’étais prête à m’arrêter là quand toute la dynamique a changé.

“Hé… et si on jouait à Action ou Vérité ?” Il s’est mis à gargouiller. Il était de loin le plus ivre de nous tous.

“Bien essayé”. Luna lui rit au nez. Il nous rendit un sourire penaud.

“Demande-moi simplement de t’embrasser si c’est ce que tu veux, Didier”. Elle gémit en roulant des yeux.

“Sérieusement ?” Il avait l’air choqué.

Puis elle s’est levée, et il avait l’air d’avoir gagné à la loterie. Elle déposa un baiser ferme sur ses lèvres avant qu’il ne s’éloigne et ne se serve un autre verre.

“Je vais boire à ça !” Il a bafouillé, a pris le verre et s’est allongé sur sa chaise de bureau. Il n’avait pas dû s’écouler trente secondes que Didier ronflait. Il s’appuya de façon désordonnée sur le bureau, un bras passé par-dessus le bord.

“C’est tout ?” me dit Luna, déçue. “Je croyais qu’on allait s’embrasser.”

“Peut-être qu’on aurait dû jouer à Action ou Vérité”. Je lui ai proposé. “Je te défie d’enlever ta chemise.”

“Quoi, Mira ?”

“J’ai dit que je te défie d’enlever ta chemise.” J’ai répété, en la regardant directement dans ces foutus yeux bleus enchanteurs. Puis, sans dire un mot, elle a commencé à la tirer au-dessus de sa tête. J’applaudissais dans ma tête, reconnaissant que ça ait marché.

Ses seins étaient impressionnants. Bien plus gros que les miens, et je me suis rapproché d’elle sur le lit.

“Mira, je te défie de les tenir. Luna a chuchoté tandis que je tendais la main avec avidité. C’était étrange de ressentir une telle intensité alors qu’elle m’avait déjà vue nue. Mais cette expérience m’avait semblé être une mise à l’épreuve. Cette fois, c’était beaucoup plus réel.

J’ai fait un geste pour l’embrasser quand elle m’a arrêté. “Et Didier ? ” murmura-t-elle en désignant le coin de la rue. Je n’ai rien dit et j’ai pressé mes lèvres contre les siennes avec passion. Cela faisait des mois que j’attendais que cela se reproduise. J’emmerde Didier. S’il se réveillait, il n’avait qu’à profiter du spectacle, en ce qui me concerne.

Elle respirait fort quand je me suis glissé sur ses genoux. Son soutien-gorge s’est retrouvé par terre. J’ai caressé ses tétons doucement pendant que nous nous embrassions, sentant les haltères en métal passer à travers chacun d’eux.

“Ça fait mal ?”

“Non, continue, Mira”. Elle a gémi dans mon oreille. C’est ce que j’ai fait, jusqu’à ce que j’embrasse son cou et ses seins. J’ai senti sa main se poser sur ma tête, me guidant doucement vers sa chatte. Je n’avais jamais mangé quelqu’un avant, mais j’étais vraiment excité à l’idée de la goûter.

J’ai ouvert la fermeture éclair de son short en jean et j’ai tâté l’arrière de son cul, en le prenant d’une main. Je l’ai rapprochée de ma bouche et j’ai commencé à lui tripoter le clito en douceur, tandis qu’elle gémissait. Elle avait bon goût et sa main me poussait dans sa chatte de manière encourageante.

Pendant ce temps, Didier ronflait dans un coin, inconscient. Il n’en a rien su lorsque j’ai enfoncé un doigt dans sa chatte. Putain, elle était mouillée. Luna jouait avec ses seins pendant que je la baisais avec un doigt, puis deux.

“Mira, reviens ! Elle a chuchoté entre deux gémissements. Ma langue a été réunie avec la sienne, et nous avons commencé à nous baiser avec nos doigts.

“Mon Dieu, ça fait des mois que je veux ça, Luna.”

“Moi aussi, je ne savais pas quoi dire.”

“Tu crois que Didier va se réveiller ?”

“On s’en fout.”

Je suis sûr que nous faisions un putain de bordel sur son lit, mais je m’en foutais, et Luna non plus, vu la façon dont elle m’empalait encore et encore avec ses doigts. En haletant dans sa bouche, je lui ai dit que j’allais bientôt jouir.

“Moi aussi, Mira. Moi aussi, Mira. Continue à m’embrasser, d’accord ?

C’est ce que j’ai fait et j’ai senti sa chatte se serrer contre mes doigts et tout l’air de ses poumons expulsé dans un profond gémissement. J’ai regardé le plaisir inonder son corps, et j’ai senti ma main s’imbiber de son jus.

“Elle haletait et commençait à me baiser plus vite avec ses mains. “Je veux te voir jouir, Mira, je veux le voir sur ton visage. Tu vas finir pour moi ?”

“Oui.” J’ai soupiré en elle.

“Bien, tu peux finir maintenant, sur ma main, Mira.” Putain. C’est ce que j’ai fait, et je me suis noyée dans mon propre orgasme pendant que Didier dormait, inconscient, sur la chaise du bureau.

Je ne sais pas s’il s’en est rendu compte, car nous nous sommes arrangés et nous sommes partis. Nous n’avons pas non plus nettoyé les draps. J’espère que c’était une bonne surprise pour lui.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings