Fétiche - BDSM Histoires taboues et histoires de sexe Viol Xstory

Récit sexe Un kidnapping qui laissera des traces…

Ma déviance sexuelle est que je sors pour me faire violer car j’aime ça partie 2
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Récit sexe  La mission d’aujourd’hui était tout à fait remarquable.

Une femme au foyer qui s’ennuyait voulait être enlevée et “utilisée”. C’était délicat, car pour tout le monde, le mot “utilisé” signifiait autre chose. Bien entendu, l’information ne portait pas sur ce point. J’avais une adresse et une heure approximative. Rien de précis, pour que la surprise soit plus grande et l’aventure plus réaliste.

Heureusement, j’avais eu le temps de vérifier la région en ligne. À l’arrière de la maison, il y avait des box de garage et des places de parking. Cela ferait l’affaire.

J’ai choisi une place, en espérant qu’elle soit libre, et j’ai décidé de porter un masque. Chez moi, il y avait une chambre d’amis qui ferait office de “prison”.

Après avoir vérifié la distance et le temps nécessaires pour arriver à destination, j’ai fait quelques préparatifs. Ce n’était pas grand-chose, mais cela suffirait.

J’ai pris la route et me suis rendu à l’adresse indiquée. Il était important pour cette fois de m’assurer que je pouvais garer la voiture à proximité du domicile de la “victime”, sinon je devrais improviser.

Je l’admets, cette mission me rendait un peu nerveux. Si j’étais en train de “kidnapper” la femme et qu’un flic me voyait, je risquais d’avoir de gros ennuis.

Dame Chance était avec moi. La meilleure place de parking était disponible, alors je l’ai prise. L’emplacement était presque parfait, il n’y avait personne autour.

Je suis sorti de ma voiture, vêtu d’un long manteau sombre, d’un chapeau à larges bords, de lunettes de soleil et d’un masque. Je devais avoir l’air suspect, mais comme il n’y avait pas d’yeux pour le voir, je n’avais rien à craindre. La porte du petit jardin était ouverte, je suis donc entré. J’ai suivi rapidement le chemin étroit et carrelé et j’ai essayé la porte de derrière. Fermée, mais pas verrouillée. Encore une bonne piste. Je suis entré dans une cuisine vide.
J’ai eu une idée. J’ai attrapé mon pantalon et j’ai cherché le foulard que j’avais utilisé pour lui bander les yeux. Lentement, j’ai commencé à l’enfoncer dans sa chatte humide, en tapant de temps en temps sur son derrière d’ébène. Dis-moi que tu aimes ça.

“J’aime ça”, dit-elle. “Mais ta bite est meilleure”.

J’ai souri et j’ai attendu. Le foulard pendait le long de ses jambes, c’était une vue impressionnante. Au bout d’un moment, je l’ai retirée d’elle et j’ai enfoncé un doigt pour m’assurer qu’elle était encore humide. Le foulard l’avait un peu asséchée, alors j’ai pris plus de temps pour lui taper les fesses et jouer avec ses seins fermes, pour qu’elle soit prête.

“Debout”, lui ai-je dit, car j’avais une idée. Pendant qu’elle s’exécutait, j’ai utilisé le foulard humide pour lui bander à nouveau les yeux. “Reste ici”.

Je me suis assis sur la chaise sur laquelle elle s’était penchée. Puis je l’ai prise par les hanches et l’ai fait s’asseoir sur moi. Il a fallu un peu de travail pour la mettre dans la bonne position, mais à la fin, elle était au-dessus de ma bite et montait et descendait lentement. Ses seins montaient et descendaient juste devant mon visage. Comme elle ne pouvait plus me voir, j’ai baissé le masque et j’ai léché ses tétons lorsqu’ils passaient devant ma bouche, et à un moment donné, elle a arrêté de baiser. Ainsi, j’ai pu profiter de ses tétons sans interruption. Elle a également beaucoup apprécié ce moment, je l’ai vu à ses réactions.

En lui donnant une forte claque sur les fesses, je lui ai ordonné de recommencer à baiser. Elle ne s’attendait pas à cette claque, elle a sursauté et sa chatte s’est contractée. C’était un délice.

“Tu peux me donner une autre gifle ?”, a-t-elle supplié.

“Bien sûr que je peux. Tu aimes ça, n’est-ce pas ?” Après chaque mot, je l’ai giflée, en changeant de joue à chaque fois. J’ai senti son jus s’échapper d’elle et couler le long de mes jambes. C’était la preuve qu’elle aimait ça.

Pendant un moment, elle m’a baisé, puis m’a supplié de lui donner d’autres fessées, après quoi elle a recommencé à monter et à descendre, de plus en plus vite, jusqu’à ce qu’elle prenne son pied. Son orgasme était si intense qu’elle s’est penchée sur moi, ses seins se sont pressés contre mon visage et j’ai entendu son cœur battre à tout rompre. Cette femme d’ébène était en train de faire le plus gros travail de l’année, semble-t-il.

Alors qu’elle était assise là, en train de se défaire de son orgasme, je me suis interrogé sur d’autres façons de “l’utiliser”. C’est ce qu’elle avait demandé, il fallait donc que son vœu soit exaucé.

J’ai décidé qu’il était temps d’aller au lit. Il y en avait un petit dans la chambre, pour les cas d’urgence.

Je me suis levé en l’entourant de mes bras. Elle a sursauté et s’est accrochée à moi, serrant à nouveau ma bite qui était toujours dure et en elle.

Je me suis dirigé vers le lit, j’y ai posé un genou, puis je l’ai laissée tomber sur le lit. Ma bite a glissé hors d’elle, mais cela pouvait s’arranger. “Écarte les jambes”, lui ai-je ordonné. “Haut et large.

Elle a fait ce que je lui ai dit. Comme j’avais encore le masque, je me suis penché et je l’ai léchée. Elle avait bon goût. Alors que je continuais, elle a haleté et a attrapé ses seins, les pétrissant comme une folle. Cette femme était un canon et méritait une bonne baise, au moins une fois par jour.

Après un bon léchage, qui l’a rendue chaude et prête à nouveau, je me suis éloigné d’elle et je l’ai regardée. Elle gardait les jambes en l’air. Sa chatte était gonflée. J’ai écarté ses lèvres et j’ai apprécié le rose vif à l’intérieur.

Elle m’a demandé : “Qu’est-ce que tu vas faire ?

Je n’ai rien dit.

“Je n’ai rien dit. Qu’est-ce que tu…” Elle s’est arrêtée de parler quand j’ai passé un bras autour de ses jambes, je les ai rapprochées un peu plus de sa poitrine et je l’ai fessée à nouveau. “Ahhhh….

J’ai enfoncé deux doigts en elle, je l’ai baisée plusieurs fois de cette façon et je l’ai fessée à nouveau. Et encore les deux doigts. Après les avoir retirés une nouvelle fois, j’ai écarté ses jambes, j’ai remonté mon masque – par sécurité – et je me suis allongé sur elle.

“Je vais te baiser”, lui ai-je dit.

“Oui, s’il te plaît.

Ma bite a trouvé l’ouverture humide qui attendait et s’est glissée à l’intérieur. Elle était plus que prête, et moi aussi, alors je l’ai baisée pendant un moment.

Pour être sûr de ne pas lui causer d’ennuis, je me suis retiré à temps. Elle n’aimait pas ça, mais il le fallait.

Je me suis agenouillé sur le lit, près de son visage, et j’ai enlevé son bandeau. “Ouvre la bouche.”

Elle a regardé ma bite pendant que je me branlais si près d’elle et a ouvert la bouche.

Il ne m’a pas fallu longtemps pour lui envoyer mon sperme sur le visage et dans la bouche. Mon orgasme était assez intense après tous ces jeux, et quand j’ai eu fini, elle a tendu la main et a pris ma bite. Lentement, elle m’a approché de sa bouche et l’a léché, sucé et savouré.

Après lui avoir laissé un peu de temps pour cela, je me suis levé. “Reste là.” J’ai pris la chaise et l’ai placée à côté du lit. “Maintenant, joue avec toi. Fais-toi plaisir pour moi.”

Ses grands yeux noirs étaient rivés sur moi, ou plus précisément sur ma bite, tandis que ses mains descendaient jusqu’à ses jambes et se glissaient entre elles. Elle a commencé à frotter sa chatte, à jouer, à enfoncer un doigt à l’intérieur d’elle-même, tout en continuant à se lécher les lèvres.

C’était chaud de la voir ainsi, et j’ai recommencé à bander. Cela l’a excitée encore plus, et bientôt elle a gémi et s’est tortillée sous l’effet de l’orgasme qu’elle s’était offert.

“Bonne fille”, ai-je dit, souhaitant passer plus de temps avec elle. “Maintenant, lève-toi et habille-toi.

J’ai fait de même. Quand elle a commencé à mettre son soutien-gorge, je lui ai pris la main. “Non. Rappelle-toi ce que je t’ai dit. Plus de soutien-gorge.” Je l’ai obligée à l’enlever et à me le donner. Un autre trophée, avec la culotte rouge, qu’elle ne récupérerait pas.

“Oh. D’accord…”

Une fois les deux habillées, je lui ai à nouveau bandé les yeux et l’ai aidée à enfiler le manteau que j’avais préparé pour elle.

Habillée comme je l’avais amenée ici, je l’ai reprise et l’ai portée jusqu’à la voiture qui attendait, où – cette fois – je l’ai fait s’asseoir sur le siège passager. Le soleil était de sortie, le coffre serait trop chaud.

Je suis retourné chez elle et me suis arrêté à quelques rues de sa maison. “Je lui ai dit : “Tu vas devoir rentrer à pied. “Sans soutien-gorge. Sans culotte. Tu penseras à moi en les ayant ici avec moi.”

“Oui”, dit-elle, sans bouger.

“Je vais enlever le bandeau. Tu sors et tu commences à marcher. Ne te retourne pas.”

“D’accord. Promis.”

“Et promets-moi de ne plus porter de soutien-gorge.”

“Mais mon mari…” dit-elle.

Si tu as besoin de moi, tu peux oublier ton mari.” J’ai glissé une main entre ses jambes et j’ai pressé sa chatte. “Plus de soutien-gorge pour vous, madame.”

“Je te le promets. Plus de soutien-gorge.”

Bien sûr, je n’avais aucun moyen de le vérifier, mais ses mots étaient suffisants.

“D’accord. Ouvrez la porte et tournez-vous vers moi.”

Elle l’a fait et j’ai enlevé le bandeau. Comme je le lui avais ordonné, elle est sortie, a jeté son manteau à l’intérieur et a refermé la portière. Elle s’est mise à marcher.

J’ai sorti son soutien-gorge de ma poche et j’ai senti le tissu doux. Elle avait vraiment de beaux seins. J’espérais qu’elle rappellerait.

Il y avait de la musique quelque part, je l’ai suivie. Elle venait du salon. J’ai jeté un coup d’œil à l’intérieur et j’ai vu ma victime. Elle avait une peau d’ébène foncé et des cheveux noirs et courts. Elle était assise, dos à moi. Il était impossible de savoir si elle attendait son enlèvement.

J’ai sorti le bandeau d’une poche et j’ai traversé la pièce. J’ai posé une main sur sa bouche. “Je lui ai mis la main sur la bouche. Reste tranquille et rien de grave n’arrivera “, ai-je chuchoté.

Elle a sursauté et a acquiescé, levant les yeux vers moi. Elle avait de grands yeux, à la fois choqués et surpris. Elle est restée assise pendant que je lui mettais le bandeau sur les yeux. Elle devait avoir une quarantaine d’années. Puis je lui ai dit de se lever.

“Et d’enlever ses sous-vêtements.”

“Mais…”

“Pas de mais. Faites-le. Enlève tes sous-vêtements.”

Je l’ai regardée se déshabiller et enlever les sous-vêtements rouge vif. Le soutien-gorge bonnet B serrait trop ses seins. Il était juste un peu trop petit. Elle a aussi laissé tomber sa culotte, que j’ai ramassée. J’en ai fait une boule et je lui ai ouvert la bouche, l’y enfonçant juste assez pour qu’elle s’y colle sans que cela ne lui pose trop de problème. Elle a de nouveau haleté.

Mes mains se sont posées sur ses seins pleins. Ses mamelons se sont réveillés. Je n’avais pas le temps de le faire maintenant. J’avais un deuxième long manteau sur moi et je le lui ai fait enfiler. Après quoi, je l’ai hissée sur mon épaule et j’ai quitté la maison.

C’était une autre étape délicate. Personne ne devait me voir en train de la mettre dans le coffre de la voiture, que j’avais rembourré de nombreuses couvertures. Un rapide coup d’œil par la porte m’a indiqué que la voie était libre, j’ai donc appuyé sur le bouton de la télécommande pour déverrouiller la voiture, j’ai marché jusqu’à elle et j’ai déposé ma victime à l’intérieur.

“Pas un mot”, l’ai-je prévenue. Elle a acquiescé, ses tétons étant encore durs. Comme elle était manifestement excitée, j’ai glissé un doigt entre ses jambes. Elle est mouillée. Oui, c’était bien parti.

Le coffre fermé, j’ai enlevé le chapeau et les lunettes, puis j’ai baissé le masque.

J’ai fait le trajet jusqu’à ma maison aussi vite que possible et je me suis garé à l’arrière, où je pouvais débarquer ma victime sans être vu.

Elle avait manifestement retiré sa culotte de sa bouche pendant le trajet et l’avait remise en place lorsque je m’étais garé. J’ai vu un petit bout de l’étiquette blanche qui, au départ, n’était pas là. Bonne fille, me suis-je dit en jouant le jeu.

La sortir de la voiture a été assez facile, car elle m’a aidé autant que possible, et je l’ai transportée à l’intérieur, la mettant sur ses pieds dans la pièce préparée. Je lui ai enlevé son manteau et l’ai fait s’asseoir sur la chaise. Puis j’ai pris sa culotte et l’ai mise dans ma poche. Elle ne la récupèrerait pas.

“Tu peux enlever le bandeau”.

Elle s’est exécutée avec empressement et a regardé autour d’elle avant de me regarder. “Où suis-je ?”

“Vous n’avez pas besoin de le savoir. Ce qui compte, c’est… ce que tu vas faire.” J’ai défait mon pantalon et je l’ai laissé tomber. Le fait de l’avoir vue nue avait rendu ma bite impatiente de s’échapper. “Et tu vas me sucer maintenant.”

“Mais…” Elle l’a regardé et l’a pris dans sa main. “Je suppose que je vais devoir…”

Elle m’a fait une belle pipe, ses grands yeux noirs m’ont regardé. Sa peau foncée rendait la chose encore plus agréable.

Au bout d’un moment, elle a lâché ma bite et a souri. “Je suis à ta merci”, dit-elle, tandis que du pré-cum et de la salive coulent sur son menton et sur ses seins. “J’espère que tu ne me feras pas de mal.”

“Tant que vous jouez gentiment, personne n’est blessé”, ai-je dit. Je me sentais un peu mal à l’aise, car je n’aurais jamais voulu faire du mal, mais c’est ce qu’elle avait demandé. “Lève-toi et penche-toi au-dessus de la chaise.

Lentement, elle a fait ce que je lui ai dit. J’ai tourné autour d’elle et de la chaise, admirant son joli cul, le tapant et le pressant. Très joli.” Puis je me suis penché sur elle et j’ai pris ses seins pendants dans mes mains, les pressant et les caressant pendant un moment. Sa respiration est devenue saccadée. Manifestement, elle faisait partie de ces femmes qui sont très excitées quand on s’intéresse à leurs seins.

“Vous ne devriez pas porter de soutien-gorge”, lui ai-je dit. “Ces jumeaux sont trop gentils pour être mis en cage.” Je lui ai pincé les tétons et elle a haleté. “Promets-moi. Plus de soutien-gorge.”

Pincement. Halètement.

“Promettez-moi.” Je lui ai laissé le temps de répondre.

“D’accord. Plus de soutien-gorge.”

Pincement. Halètement.

“Bonne fille”.

J’ai lâché ses seins et je me suis mis derrière elle, enfonçant un doigt dans son corps mouillé. Elle était bien imbibée, alors j’ai ajouté un autre doigt, l’enfonçant plus profondément. Elle a de nouveau haleté.

“Je veux…” commença-t-elle.

“Tu ne veux rien”, ai-je dit en lui donnant une fessée après avoir retiré mes doigts. “Tu… veux… Rien.” Entre chaque mot, je lui ai donné une fessée. Puis j’ai positionné ma bite et je l’ai fait pénétrer un peu dans son corps. “Tu veux quoi ?”

“Je veux…” dit-elle encore.

J’ai retiré ma bite et je l’ai fessée à nouveau. Elle a eu l’air d’aimer ça. Pour la tester, j’ai tapé doucement sur les lèvres de sa chatte en attente. Cela a déclenché une réaction encore plus forte. Wow, cette femme aimait les choses plus rudes que je ne l’avais pensé.

Lentement, j’ai passé un doigt le long de sa fente humide, puis je l’ai tapotée. Puis je l’ai tapotée doucement. Elle a presque pris son pied, du moins c’est ce qu’il m’a semblé, alors j’ai tapoté un peu plus fort. Elle a gémi.

Ne voulant pas qu’elle ait déjà un orgasme, j’ai mis ma bite contre sa chatte et j’ai trouvé son ouverture. Elle était mouillée et prête, alors j’ai poussé et glissé à l’intérieur d’elle.

“Elle a haleté en tenant fermement la chaise.

Je l’ai baisée pendant un moment, puis je me suis retiré (en me détestant pour cela) et j’ai fessé légèrement son cul et sa chatte à nouveau. Cela l’a excitée comme rien d’autre, c’était clair.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

2 Commentaires

Cliquez ici pour poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings