Bi - Gay - Lesbien Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe Inceste Récit érotique Xstory

Récit sexe Un trouble s’installe entre deux jumeaux

Récit sexe Un trouble s'installe entre deux jumeaux
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Récit sexe Des jumeaux rares trouvent un amour doux-amer. La ponctuation est écrite pour optimiser les lecteurs de texte à la voix. Il y a des allers-retours qui nécessitent une attention particulière pour suivre. Je pense que cela vaut la peine de faire l’effort de comprendre la différence entre la façon dont les hommes et les femmes vivent le sexe. N’hésitez pas à me faire savoir ce que vous aimez ou n’aimez pas dans cette histoire.

Ce n’était pas censé arriver. Les jumeaux sont assez rares : environ 3 % de la population. Les jumeaux identiques sont beaucoup plus rares, environ 0,3 %. Et lorsque des jumeaux identiques naissent, 99,9 % d’entre eux sont du même sexe. Mais ma sœur et moi sommes de vrais jumeaux, et je suis un garçon. C’est exact. Des jumeaux identiques, l’un mâle et l’autre femelle. Nous n’aimons pas nous considérer comme des monstres de la nature, mais d’une certaine manière, c’est ce que nous sommes.

Assez de chiffres ennuyeux. Je devrais faire les présentations. Je m’appelle Michael. Appelez-moi Mike. Ma sœur s’appelle Makayla. Ma soeur est plus âgée que moi. De dix-sept minutes. Elle aime me taquiner le jour de notre anniversaire. Pendant quelques minutes, elle a un an de plus que moi. Nous nous ressemblons beaucoup, mais vous n’auriez aucun mal à nous différencier. Nous avons tous les deux d’épais cheveux bruns, mais je garde les miens assez courts. Comme la plupart des hommes, je suppose. Makayla, elle, a une belle chevelure fluide qui lui descend jusqu’à la moitié du dos. Normalement, elle se contente d’une queue de cheval, mais quand elle veut s’habiller, elle me demande de lui faire des tresses à la française. Ses lèvres sont plus pulpeuses que les miennes, ses joues un peu plus rondes et elle a développé des seins sur sa poitrine, ce qui n’est évidemment pas mon cas. Ils sont de taille B, mais ils la distinguent encore de moi. Nous aimons toujours nous habiller de la même façon, mais mon pantalon a un bourrelet à l’entrejambe que Makayla n’a pas. Je pense que vous pouvez deviner pourquoi. Nous sommes toutes les deux assez grandes, mais je dépasse Makayla de quelques centimètres.

Il n’en a pas toujours été ainsi. Avant l’âge de onze ou douze ans, même nos parents avaient du mal à nous différencier. Nous avons toutes les deux remarqué que les gens qui nous connaissaient regardaient notre entrejambe pour nous différencier, une fois que nous n’avions plus de couches. Même nos parents vérifiaient la présence d’un bourrelet. Nous n’aimions ni l’un ni l’autre que les gens fassent cela. Nous pouvions toutes les deux nous montrer méchantes. Une fois, Makayla a mis une chaussette dans l’entrejambe de son pantalon pour faire une farce. Maman a ensuite assis Makayla sur un tabouret de bar et lui a dit : “Il est temps que tu te fasses couper les cheveux comme un petit garçon.” Maman pensait que c’était à moi qu’elle faisait cette coupe à cause de son “bourrelet de chaussettes”. Nous avons tous les deux bien ri de cette histoire.

Notre différence d’apparence s’explique en partie par les traitements hormonaux que reçoit Makayla. C’est dû à un défaut génétique chez les femelles de jumeaux identiques de sexe mixte. Les médecins ont commencé à lui administrer des hormones vers l’âge de treize ans. Ils disent que nous nous ressemblerions toujours si ce n’était pas le cas. Ce traitement provoque des changements indésirables en ce qui concerne Makayla. J’ai pensé demander au médecin de me donner les mêmes hormones, mais Makayla m’en a dissuadé. Elle dit que ces hormones la gênent dans son corps. Je trouve qu’elle a l’air en pleine forme.

Bien sûr, j’ai eu des changements gênants d’une autre sorte. J’ai des poils qui poussent un peu partout. Des poils foncés poussent sous mes aisselles, sur ma poitrine, autour de mon entrejambe et sur mon visage. Je dois me raser tous les matins. Je me sens excité comme jamais auparavant, me réveillant la plupart du temps avec une érection furieuse. Et je remarque que le bourrelet de mon pantalon n’est plus si petit. D’après ce que j’observe dans les vestiaires des garçons à l’école, je suis un peu plus gros que la plupart des garçons de mon âge. Ma voix est devenue grinçante pendant un certain temps, mais elle s’est transformée en un doux baryton, maintenant que nous sommes au lycée.

Nous avons toujours été les meilleurs amis l’un de l’autre. En fait, comme nous sommes très proches, nous n’avons pas beaucoup d’autres amis. Nous aimons tous les deux les mêmes choses. Nos opinions sur la plupart des sujets sont les mêmes. Nos professeurs nous ont accusés de tricher, de copier le travail scolaire de l’autre. Ils ne comprennent pas. Nous ne trichons pas, nous pensons simplement de la même manière. C’est étrange, même pour nous. Le semestre dernier, l’un de nos professeurs a conspiré pour nous séparer dans des classes distinctes à l’école. Je suis allée en cours de maths alors que Makayla était en cours d’éducation civique. J’ai pris espagnol pendant que Makayla faisait des maths. Nous étions malheureuses et nos réponses étaient toujours les mêmes.

Les rencontres sont un peu plus difficiles. Nos parents nous en ont parlé séparément. Ils sont inquiets car nous n’avons pas beaucoup d’amis à l’extérieur. Ce n’est pas que l’un de nous deux ait des difficultés à attirer le sexe opposé. Nous sommes tous les deux assez beaux, je suppose. Mais je me sens anxieux lorsque Makayla a un rendez-vous. Elle m’envoie des messages plusieurs fois au cours de la soirée, ce qui énerve son cavalier. Une fois, elle s’est excusée d’aller aux toilettes pour m’appeler. Dès qu’elle rentre à la maison, elle me raconte tous les détails de leur soirée et tout ce qui concerne le gars avec qui elle sort. Je suis pareil quand je sors avec une fille. Intellectuellement, nous savons que nous devrons un jour choisir un compagnon en dehors de la famille, mais je ne peux pas me lier à une fille de la même manière que je le fais avec Makayla.

Parfois, nous nous demandons pourquoi nous ne pouvons pas être ensemble. Les médecins ont dit que Makayla était stérile et ne pouvait pas avoir d’enfants. Le seul problème des mariages entre frères et sœurs n’est-il pas l’augmentation des malformations congénitales ? Mais toutes les personnes qui nous entourent disent que ce n’est pas possible. Nous nous sommes souvent vus nus, car nous faisons presque tout ensemble. Il n’y avait rien de sexuel, jusqu’à récemment. Nous y reviendrons plus tard. Je suppose que nous avons passé les neuf premiers mois de notre vie à nous faire des cuillères nues. Bien sûr, nous ne nous en souvenons pas, mais cela a dû nous affecter d’une manière ou d’une autre. Nous avons partagé une chambre jusqu’à l’âge de neuf ans. Aujourd’hui encore, Makayla vient dans ma chambre quand elle le souhaite et je vais dans la sienne. Lorsque nous avons besoin de parler, nous entrons directement, même dans la salle de bains, même si l’une de nous deux est en train de prendre son bain. Si personne d’autre n’est à la maison, nous nous douchons ensemble.

Une fois, je suis allée dans la chambre de Makayla vers minuit. Nous avons parlé pendant une heure et demie et j’ai fini par m’endormir dans son lit. Le matin, maman est venue réveiller Makayla et m’a trouvé dans le lit avec elle. Elle a explosé et est devenue hystérique. J’ai cru qu’elle allait faire un infarctus. Papa est entré et l’a calmée quand il est devenu évident que nous n’avions fait que parler. Maintenant, nous sommes plus prudents, plus discrets.

Nous avons toujours eu une certaine curiosité pour le corps de l’autre. Nous n’hésitons pas à en parler ou à poser des questions, en particulier sur les parties qui nous différencient. Elle me laisse toucher ses seins, de temps en temps. Je pense qu’elle a des seins de Boucle d’or. Vous voyez ce que je veux dire ? Juste la bonne taille. Ils sont bien serrés, chacun d’entre eux. Elle dit que ça fait du bien, la façon dont je les touche. Parfois, elle demande à toucher mon pénis. Je pense qu’elle est fascinée par la façon dont il grandit quand il reçoit de l’attention.

Depuis que Makayla suit une thérapie hormonale, nous nous ressemblons un peu, mais en même temps, nous sommes très différents. Makayla n’a toujours pas peur que je la voie et s’habille devant moi sans être gênée, et je fais de même avec elle. Maintenant que nous sommes plus âgés, nous devons faire attention à ce que nous disons ou faisons. Nous sentons que certaines personnes, y compris nos parents, sont dérangées par notre comportement lorsque nous sommes ensemble.

À l’âge que j’ai, mes hormones se déchaînent. J’aime le sport et les voitures rapides. Makayla a l’air d’avoir un peu la même chose, rien qu’en étant avec moi. Elle est plus garçon manqué que la plupart des autres filles. De mon côté, j’ai probablement pris un peu des grâces féminines de Makayla. Mais ne vous y trompez pas, je suis un homme à part entière. Je peux me montrer très agressive avec les autres garçons de l’école, et personne ne me bouscule. Même si Makayla est un garçon manqué, elle adore s’habiller avec de jolis vêtements et elle est experte en maquillage. C’est probablement parce que je lui donne mon avis sur ce que je trouve joli et qu’elle se fie à mon jugement. Alors que beaucoup de filles de son âge ont un maquillage criard et faux, Makayla a l’air en pleine forme. Elle a l’air d’une fille de la porte à côté.

Une chose alarmante m’est arrivée quand j’avais quinze ou seize ans. Je me suis réveillée avec une sensation étrange, après avoir fait un rêve bizarre. J’avais rêvé de faire des choses sexuelles avec Makayla, je me suis réveillé en me sentant bizarre et j’ai découvert une substance épaisse et collante à l’intérieur de mon short. J’avais honte et je n’en ai parlé à personne pendant deux ou trois jours. Makayla a senti que quelque chose me tracassait, et elle a fini par me faire raconter ce qui s’était passé. Je ne lui ai pas dit que mon rêve parlait d’elle. Je lui ai simplement dit que le rêve était de nature sexuelle. Plus tard, j’ai appris que ce qui s’était passé s’appelait un rêve humide.

De même, lorsqu’elle a eu ses premières règles à l’âge de treize ans, j’ai été la première personne à qui elle en a parlé. J’ai appris à pratiquer la masturbation à l’âge de seize ans. Je n’en ai pas beaucoup parlé, même avec Makayla. Je pense que c’est parce que j’en ai un peu honte. Mais la première fois que j’ai maîtrisé et éjaculé, j’étais tellement excité qu’il fallait que je le dise à quelqu’un, alors bien sûr, je l’ai dit à Makayla. Elle a semblé attentive quand j’ai essayé de lui décrire ce qui s’était passé. Mais vraiment, comment peut-on décrire quelque chose comme ça ?

J’ai demandé à Makayla si elle s’était déjà touché le bas du corps, et elle m’a répondu que oui, parfois. Elle m’a dit qu’elle ne savait pas si elle était censée le faire ou non. Je l’ai encouragée à faire des expériences et à voir si elle pouvait éjaculer, d’une manière ou d’une autre, comme moi. Lorsqu’elle s’habille devant moi, je remarque qu’elle a une belle touffe de poils marron clair dans l’entrejambe. De plus, le tissu autour de sa fente gagne en définition.

***

Makayla :

Bonjour, je m’appelle Makayla. Mike vous a parlé un peu de nous, mais son point de vue est faussé. Mike est le dominant, surtout depuis l’âge de quatorze ou quinze ans. Il est devenu si agressif qu’il me fait presque peur, parfois. Il n’a jamais été violent ni ne s’est jamais mis en colère contre moi, mais il a une façon bien à lui d’obtenir ce qu’il veut. J’en ai assez que tout le monde ne puisse pas nous différencier, alors j’aimerais faire des choses pour me distinguer, mais Mike ne veut pas en entendre parler. Il veut toujours que je m’habille comme lui. Il essaie même de me dire comment me maquiller. Je sais qu’il veut bien faire, mais j’aimerais faire des expériences, parfois. Je veux sortir avec des garçons et me faire d’autres amis, mais Mike est tellement possessif. Lorsque j’ai un rendez-vous avec un garçon ou que je passe du temps avec mes amis, il insiste pour me surveiller. Si je ne lui donne pas de nouvelles, c’est lui qui le fera. Ne vous méprenez pas, j’aime Mike et je l’apprécie en tant que frère. Il fait beaucoup pour moi, il est très protecteur et nous nous ressemblons beaucoup.

Même s’il peut être agressif, je m’inquiète de la façon dont il se comporte avec les filles qu’il fréquente. C’est une vraie mauviette avec les filles. Certaines filles lui demandent de faire des choses juste pour le manipuler. Et si elles se mettent à pleurer, il se transforme en pâte à modeler. Elles profitent de lui et lui font faire des choses qu’il ne ferait pas autrement. Lorsqu’il a un rendez-vous et qu’il prend de mes nouvelles, je dois l’encourager à s’affirmer suffisamment. Il ne se rend pas compte que les filles n’aiment pas les hommes qui se laissent faire.

L’année dernière, j’ai secrètement demandé à mon conseiller scolaire de nous affecter, Mike et moi, à des classes différentes, afin de le soulager un peu. Mike était malheureux et me rendait malheureux en me surveillant à chaque occasion. Comme nous avons été très proches et que nous avons presque tout partagé pendant toutes ces années, le fait d’être nus l’un devant l’autre n’était pas un problème. Mais depuis que j’ai commencé à suivre un traitement hormonal, mon corps a changé. Je n’aime pas trop ces changements. Mes hanches se sont élargies et mes seins ont poussé. Je suis moins à l’aise avec le fait que Mike me voie nue qu’avant. En plus, avec l’âge, je n’aime pas la façon dont Mike me regarde. Il a un regard affamé.

Une fois, je l’ai laissé toucher un de mes seins. Jusqu’alors, nous n’avions jamais touché le corps de l’autre de manière délibérée. Au fil du temps, il veut de plus en plus toucher mes seins. Je ne sais pas trop ce que je dois en penser. D’un côté, c’est très agréable. D’un autre côté, cela semble vilain, comme quelque chose que nous ne devrions pas faire. Je ne vois vraiment pas où est le problème. Ce ne sont que des poches de tissu adipeux. Il parle parfois de masturbation et d’éjaculation, ce qui me fait peur. Il a essayé de me convaincre de me masturber moi-même. Il m’arrive de me toucher, mais je ne veux vraiment pas en parler à Michael.

Quand je pense à un partenaire romantique, j’aimerais expérimenter. Mike pense que nous nous ressemblons tellement que nous devons être ensemble. Je comprends ce qu’il veut dire, mais parfois, je pense qu’il serait préférable d’être avec quelqu’un qui pense différemment de moi. Je pense que le fait d’avoir un partenaire différent nous permettrait de nous compléter l’un l’autre, en ayant des forces et des faiblesses différentes. D’un autre côté, j’aime beaucoup mon frère. Je ne peux pas m’imaginer sans lui. Étrangement, je constate qu’il m’attire sexuellement. Lorsque je fantasme de faire des choses avec un homme, je me retrouve à fantasmer d’être avec Mike. C’est compliqué.

***

Mike :

En vieillissant, Makayla et moi semblons nous éloigner l’un de l’autre. Du moins, nous avons plus de disputes. Rien de très important, mais nous avions l’habitude de penser tellement de la même façon que nous ne nous disputions jamais. Maintenant que Makayla prend des hormones, elle peut être de mauvaise humeur. Ce n’est pas seulement mon avis, elle l’a remarqué et le mentionne aussi. Elle pleure plus facilement qu’avant et j’ai l’impression qu’elle se retient et ne me dit pas tout. Elle se sent frustrée par maman pour les plus petites choses. Elle semble être soit très heureuse, soit de mauvaise humeur et déprimée. Je me sens mal pour elle. Je veux juste qu’elle soit heureuse.

Maman ne supporte pas non plus très bien les changements. On dirait qu’elle est de plus en plus maussade, tout comme Makayla. Elle travaille plus souvent tard et j’ai l’impression qu’elle n’est pas souvent à la maison. Elle cuisine moins pour la famille. Papa essaie de mettre la main à la pâte, mais c’est un piètre cuisinier. Makayla et moi faisons plus souvent la cuisine ensemble, ce que nous apprécions tous les deux.

Vendredi soir, maman travaille encore tard. Elle rentre à la maison après le dîner et Makayla réchauffe pour elle une partie des lasagnes que nous avons préparées pour le dîner. Lorsque maman a presque fini de manger, papa demande à ce que nous nous retrouvions tous dans la cuisine. La façon dont il le dit est inquiétante.

Nous nous asseyons tous à la table de la cuisine. Makayla et moi nous regardons l’une l’autre, sans savoir de quoi il s’agit. Maman regarde son assiette, faisant des huit dans la sauce tomate résiduelle de ses lasagnes avec sa cuillère. Je peux dire que son esprit est à mille lieues de là. Papa commence : “Ta mère et moi devons te parler de quelque chose.” Il regarde sa mère, puis la table. Il se relève et soupire avant de continuer. “Nous avons une mauvaise nouvelle à vous annoncer. Il n’y a pas de façon facile de le dire, alors je vais le faire. Ta mère et moi avons décidé de nous séparer. Nous allons divorcer.”

Papa n’aurait pas pu me surprendre ou me blesser davantage s’il m’avait donné un coup de poing. Je ne l’ai pas vu venir. Papa a l’air aussi triste que je l’ai jamais vu. Je regarde Makayla et elle est aussi stupéfaite que moi. Des larmes perlent au coin de ses yeux et menacent de se répandre. La voir souffrir me rend malade. Une question me vient alors à l’esprit : où cela nous mène-t-il, Makayla et moi ? Devons-nous rester avec maman ? Ou avec papa ?

C’est alors que maman lève les yeux et commence à parler. “Je sais que cela semble difficile en ce moment, mais ce sera pour le bien de tout le monde, à long terme. Elle s’arrête un instant avant de poursuivre. Une centaine de questions me traversent l’esprit, mais je n’arrive pas à en verbaliser une seule. “Ton père et moi nous séparons tout en restant amis. Nous avons peur de finir par nous détester si nous restons ensemble. Ce n’est pas ce que nous voulons. Mon patron m’a offert un poste avec une promotion au bureau de Greenville. Il m’a trouvé une jolie petite maison à louer dans les environs. Il veut que je commence lundi”. À ce moment-là, Makayla commence à fondre. Ses larmes débordent, coulent sur ses joues et elle sanglote de façon incontrôlable. Elle me regarde dans les yeux avec le regard le plus dévasté que j’ai jamais vu. Mon cœur fait littéralement mal dans ma poitrine.

Je pensais que les choses ne pouvaient pas être pires, mais elles le sont. Le père dit : “Vous vous demandez sans doute où cela vous mène tous les deux.” Il a l’air nerveux et détourne son regard vers le sol. “Maman et moi avons longuement discuté et fait des allers-retours, envisageant différents scénarios. Nous avons pensé qu’il serait mieux pour tout le monde que Michael reste ici avec moi et que Makayla aille vivre avec sa mère à Greenville.”

Maintenant, j’aurais vraiment aimé que mon père me donne un grand coup de poing dans le ventre. Cela m’aurait fait moins mal. Et j’aurais pu me remettre d’un coup de poing après quelques minutes. Nous séparer, Makayla et moi, me fera mal aussi longtemps que nous serons séparés. Makayla s’écrie d’une voix que je ne peux décrire que comme un gémissement : ” Non ! Tu ne peux pas nous séparer comme ça ! Je ne peux pas le supporter !” Sur ce, elle s’effondre en sanglots incontrôlables et hoquetants. J’ai peur de parler, peur de perdre le contrôle. Je ne sais pas si je vais m’effondrer et pleurer ou si je vais me mettre en colère et blesser quelqu’un.

Maman et papa se regardent avec une certaine incertitude, et je me demande s’ils vont changer d’avis. Je ne pense pas que ce soit la réaction qu’ils attendaient. Puis maman prend la parole : “Je sais que c’est difficile, mais tu t’y habitueras. Il serait plus facile pour nous de vous garder ensemble, mais nous avons pensé qu’il valait mieux que vous soyez séparés pendant un certain temps. Ce n’est qu’une année de plus et vous partirez tous les deux à l’université, de toute façon. Mon patron veut me transférer au bureau de Greenville depuis un certain temps. Cela me vaudra une belle promotion. Vous devriez considérer cela comme une nouvelle aventure. Vous êtes tous les deux assez mûrs pour gérer cela”.

Je regarde maman et papa, jaugeant leur détermination. Ni l’un ni l’autre ne semble vouloir changer d’avis. Je me sens maintenant en colère. “Pourquoi ne pouvez-vous pas tenir bon jusqu’à ce que nous partions à l’université ? C’est si grave que ça entre vous ?” Je sais que ces mots blessent, mais je m’en fiche. Le choc se lit sur le visage de maman. Voir Makayla s’effondrer comme ça me met hors de moi, et je n’en peux plus. Je suis allée aussi loin, alors je décide de retourner le couteau dans la plaie. “Tu ne crois pas que tu es un peu égoïste ?

Papa prend la parole : “Mike, nous avons tout envisagé. Il aurait été plus facile de rester ensemble une année de plus, jusqu’à ce que tu partes à l’université. Mais vu la façon dont les choses se passent entre ta mère et moi, nous ne pourrions pas être les parents que tu mérites. Nous avons envisagé de te garder avec Makayla, de vivre avec moi pendant une semaine, puis d’aller vivre avec ta mère pendant une semaine. Mais comment cela fonctionnerait-il avec l’école ? Greenville est à une heure et demie d’ici. Ta mère et moi sommes d’accord pour dire qu’il vaut mieux que vous passiez une année séparément avant d’aller à l’université.

Puis maman dit : “N’en parlons plus ce soir. Nous devrions dormir sur nos deux oreilles et nous habituer à l’idée pendant quelques heures. Nous en reparlerons demain. Je sais que tu dois avoir des questions.” La façon dont maman a dit cela ne souffre aucune discussion. Je ne vois pas comment je pourrais dormir, avec toutes ces pensées qui tournent dans ma tête. J’ai mal aux tripes et j’ai l’impression qu’elles sont nouées. Makayla évite de me regarder et ses yeux sont rouges à force de pleurer. Je ne l’ai jamais vue aussi dévastée.

Sans un mot de plus, je vais sous la douche pour me préparer à aller au lit. Tandis que l’eau chaude coule sur mon corps, je me demande si c’est vraiment mieux pour Makayla et moi d’être séparés. Il y a peut-être une part de vérité là-dedans. Nous sommes des adultes, maintenant.

Je me glisse dans mon lit, l’esprit encore troublé. La porte de ma chambre s’ouvre et je vois à la lumière du couloir que c’est mon père. Il vient s’asseoir sur le bord de mon lit. Il pose une main sur moi et reste silencieux pendant quelques minutes. Je ne me fais pas confiance pour parler, j’ai peur de dire quelque chose que je regretterai plus tard. Finalement, il m’adresse une parole confidentielle. “Tu n’as rien vu venir, n’est-ce pas, mon fils ? Tu ne savais pas que ta mère et moi avions des problèmes ?”

“Non, pas la moindre idée”, dis-je.

“Je suis vraiment désolé, Michael. Je peux voir à quel point cela vous a fait du mal, à toi et à Makayla. Vous voir dans cet état, c’est comme si on m’avait enfoncé un clou dans le cœur. J’aurais vraiment aimé que les choses soient différentes. Mais ta mère et moi nous sommes éloignés l’un de l’autre et j’ai peur que ta mère ne m’aime plus. Elle ne veut pas l’admettre, mais je suis sûre qu’elle a eu une liaison avec son patron au travail. Je pense que c’est pour cela qu’il lui a donné une grosse promotion et qu’il l’a transférée au bureau de Greenville. J’ai vu des courriels entre eux qui me rendent presque certain de ce qui se passe entre eux. Je ne voulais pas t’accabler avec ça, mais j’ai senti que je te devais une explication”. J’entends la tristesse et la douleur dans sa voix. Nous restons tous les deux silencieux pendant un moment, dans l’obscurité. J’ai l’impression que nous communiquons quelque chose, sans le dire. Je ne suis pas sûr de ce que c’est, mais je ressens une connexion entre mon père et moi, comme je ne l’ai jamais ressentie auparavant.

Finalement, il dit : “Mike. Peux-tu me rendre service ? Peux-tu me rendre service et me laisser faire ? Pour l’instant, au moins. Nous allons prendre les choses au jour le jour. Maman est vraiment déterminée à emmener Makayla avec elle. Je pense que ça aide sa conscience, d’une certaine façon. Mais il n’y aura pas de paix si nous nous battons. Et je pense vraiment que c’est mieux pour toi et Makayla d’être séparés pendant un moment. Peux-tu le faire ? Pour moi ?”

Mon cœur se serre un peu. J’ai de la peine pour mon père, surtout depuis que maman le trompe. Je sais qu’il doit aussi avoir mal à l’intérieur. Après avoir réfléchi un instant, je réponds : “Oui, papa. Je vais le faire, pour toi”. J’ai dit.

Papa me tape sur l’épaule. “Tu ne sais pas à quel point j’apprécie ce geste. Tu m’enlèves un poids des épaules. Merci, mon fils.” Il se lève, prêt à partir. “Bonne nuit, Michael.” Sur ce, il est sorti par la porte.

Je dois l’admettre. Ça fait du bien d’aider papa comme ça. Papa a des raisons de souffrir plus que moi, je m’en rends compte. Cela me donne l’impression d’être un vrai homme. Peut-être que ce serait mieux pour Makayla et moi d’être séparés pendant un certain temps. Comme le dit papa, il faut prendre les choses au jour le jour. Je suis resté allongé à réfléchir, essayant d’imaginer le nouvel avenir. Combien de fois aurais-je l’occasion de rendre visite à Makayla et à maman ? L’année prochaine, je suis sûr que Makayla et moi nous inscrirons dans la même université. Au bout de 20 minutes, la porte s’ouvre à nouveau. Cette fois, je vois la silhouette de Makayla dans l’embrasure de ma porte.

“Viens ici, Makayla ! Je m’exclame à voix basse. Elle entre, ferme la porte et se glisse dans le lit à côté de moi. Sans dire un mot, elle m’entoure de ses bras, pose sa tête sur mon épaule et se remet à pleurer. Nous nous embrassons et je lui frotte le dos, essayant de l’apaiser. J’ai pensé à la façon dont Makayla et moi nous sommes disputés de plus en plus souvent. Tout cela me semble tellement insignifiant maintenant. Finalement, je dis : ” Peut-être qu’ils ont raison. Peut-être que ce serait mieux pour nous d’être séparés pendant un certain temps.”

“Comment peux-tu dire ça ?” Makayla réplique. “Je ne peux pas m’en sortir sans toi ! Pourquoi veulent-ils nous séparer ?” Et elle éclate en nouveaux sanglots.

Je la laisse pleurer, sans rien dire. Dans sa voix et dans ses sanglots, je n’entends que du désespoir. Au bout d’un moment, elle semble à court de larmes. Je lui dis : “Nous nous verrons tous les week-ends. Cela ne durera qu’un an et ensuite nous pourrons aller à l’université ensemble. Nous pourrons trouver un emploi et emménager dans les dortoirs.” Makayla ne dit pas un mot. Elle semble totalement épuisée et apathique. Puis j’ajoute : ” Papa pense que maman l’a trompé avec son patron. Il a vu des courriels inappropriés entre eux.”

Makayla reprend son souffle, puis dit : “OK, c’est logique. Je veux dire que ça n’a pas de sens, mais ça explique certaines choses. Par exemple, pourquoi elle travaille tard la plupart du temps. Et pourquoi elle déménage à Greenville. Et pourquoi elle semble si détachée de la maison et de nous. Mais pourquoi ne peut-elle pas nous laisser tranquilles et nous laisser rester ici avec papa ? Pourquoi doit-elle m’emmener loin d’ici ?”

“Papa dit qu’elle le fait pour se déculpabiliser, dis-je. “Elle n’a pas été une bonne mère, ces derniers temps, et maintenant elle détruit notre maison. Elle veut prendre un nouveau départ et se racheter auprès de nous. Si c’est vrai, il ne sert à rien de lutter contre elle. Je pense que je pourrais convaincre papa de nous laisser rester ensemble, mais maman n’en veut pas.”

“Oui, j’ai bien peur que tu aies raison sur ce point.” Nous restons dans les bras l’un de l’autre, contemplant tranquillement l’avenir. “As-tu l’intention d’aller à Greenville pour l’université, Mike ?”

“Je penchais pour cette solution, mais j’irai là où tu voudras aller”. Je réponds.

Makayla répond : “C’est aussi ce que je pensais. Mais maintenant, je ne sais plus. Si ma mère vit à Greenville, elle voudra peut-être que je reste avec elle pendant que je vais à l’université. J’ai un peu envie de m’éloigner d’elle. Voyons comment ça se passe. Nous n’avons pas à prendre de décision pour l’instant.” Puis Makayla m’embrasse tendrement sur la joue. “Aïe, tu es barbouillé !” et Makayla ricane un peu. Son rire me soulage énormément. Il y aura peut-être une vie après la séparation. Puis elle redevient sérieuse et me regarde dans les yeux. “Tu me manques déjà. dit Makayla.

“Oui, tu me manques aussi. Pourquoi les choses doivent-elles changer ? Je n’arrive pas à imaginer maman ouvrant ses jambes pour ce vieux salaud de patron. Qu’est-ce qui l’a poussée à faire ça ?”

Makayla dit : “Je ne peux pas imaginer. Papa est si gentil. Je me demande si maman l’a fait pour pouvoir avancer dans son travail ? Ou bien certaines femmes le font parce qu’elles s’ennuient avec leur mari. C’est particulièrement vrai si le mari est gentil. Je lui poserai la question un jour”.

Nous restons un moment en silence, toujours enlacés. Makayla finit par se détacher et dit : “Je ferais mieux d’aller me coucher. Maman dit qu’il faut commencer à faire les valises demain. D’une certaine manière, notre discussion de ce soir me fait du bien. Je comprends un peu mieux pourquoi les choses sont comme elles sont. Et nous avons un plan. Je ne l’aime toujours pas, mais au moins je comprends. Merci, Michael.”

“Je t’aime, Makayla. On est des durs. On va s’en sortir.” Sur ce, Makayla disparaît dans le couloir. Je me sens beaucoup mieux, sachant que Makayla a vaincu une partie de son désespoir. Sur ce, un sommeil sans rêve m’envahit.

***

Makayla :

Le matin, je me réveille progressivement. Je me souviens des événements d’hier comme dans un rêve. Pendant un instant, je me demande si c’est vraiment arrivé ou si c’était un cauchemar. Au fur et à mesure que la conscience s’installe, je sais que c’est la réalité et que je quitte vraiment Mike et papa et que je déménage avec maman à Greenville. Je sens le désespoir m’envahir et je suis à nouveau au bord des larmes. J’en ai assez des larmes. Je me ressaisis et je dis à voix haute : “Nous sommes des durs à cuire. Nous allons nous en sortir.”

Après m’être lavée et habillée, je rejoins Mike et papa dans la cuisine pour le petit-déjeuner. “Bonjour”, dis-je en guise de salut.

“Bonjour, princesse. Papa me dit : “Bonjour, princesse”. Sa voix est joyeuse, mais son visage est empreint de tristesse. Il est probablement blessé par la trahison de sa mère. Il existe un lien spécial entre un père et sa fille. Il n’est pas aussi complet que celui des jumeaux, mais il est assez fort. Cela me rend triste de voir mon père souffrir ainsi. J’aime qu’il m’appelle “Princesse”. Beaucoup de gens nous appellent “les jumelles”. Le terme affectueux de mon père montre qu’il me reconnaît comme une personne à part entière, en dehors de Mike. Mon cœur se gonfle d’amour pour lui.

“Où est maman ? Je demande, remarquant son absence.

Mike me répond : “Elle est dans sa chambre, en train de faire ses valises”.

“Oh”, dis-je, et tout le monde se tait. La pièce s’emplit d’une nouvelle couche de tristesse, car elle nous rappelle ce qui nous attend. Nous restons assis en silence, chacun prenant machinalement son petit déjeuner. Après le repas, je pars à la recherche de maman. Je la trouve dans sa chambre, en train de ranger des vêtements dans des valises, des boîtes et des sacs à vêtements. Elle ne lève pas les yeux lorsque j’entre dans sa chambre. “Bonjour, maman”, dis-je en essayant d’être poli.

“Oh, salut”, dit maman, toujours sans lever les yeux. “Tu as commencé à faire tes valises ?

“Pas encore. Je viens de finir mon petit-déjeuner”, réponds-je. “Nous ne déménageons pas avant demain, n’est-ce pas ?

“Oui, mais je veux apporter nos vêtements à la maison avant midi aujourd’hui. Les meubles sont livrés à la maison cet après-midi et je dois être là pour leur montrer où je veux qu’ils soient placés”, dit maman. “Demain, nous ferons un autre voyage avec le reste de nos affaires. Je pense qu’on peut tout faire en deux voyages”.

“Bien sûr”, dis-je sans enthousiasme. “Je vais préparer mes vêtements pour partir. Puis j’ajoute, d’un ton définitif : “Mais je passe la nuit ici, ce soir.”

Ma mère lève les yeux vers moi. “Bien sûr, ma chérie. C’est parfait. Je sais qu’on t’a annoncé ça un peu soudainement. Il faut juste que le déménagement soit fait avant la fin du week-end. Je dois être prête à commencer mon nouveau travail lundi matin. C’est ce qui a accéléré les choses. J’ai hâte de commencer notre nouvelle vie ensemble à Greenville”.

J’avance lentement dans le couloir jusqu’à ma chambre, pour commencer le travail que je ne veux pas faire. En étalant mes vêtements sur mon lit, je réfléchis au changement qui s’est opéré dans mon monde. Je suis passée d’un désir ardent d’indépendance par rapport à Mike et à son influence dans ma vie, à la terreur de devoir me débrouiller sans lui. Quelle contradiction !

“Hey, sis. Je peux t’aider ?” Mike entre dans ma chambre et ferme la porte.

“Bien sûr. Je serais ravie d’être en ta compagnie”. Je lui réponds. “Je n’ai pas vraiment envie de faire ce travail. Tout va trop vite. Ce soir, c’est ma dernière nuit dans cette maison ! Si tu veux, tu peux m’aider à sortir les vêtements de ma commode et à les mettre dans ces cartons”. Je me tourne pour prendre mes affaires dans le placard.

Mike ouvre le tiroir du haut de ma commode et commence à en sortir des vêtements. Il dit : “Oui. On aurait pu penser que nous aurions pu être prévenus au moins deux semaines à l’avance.”

Du coin de l’œil, je vois que Mike tient une de mes culottes à hauteur de mes yeux, et qu’il l’examine. Puis il l’étale sur mon lit, la replie avant de la placer soigneusement dans une petite boîte en carton. J’avale une boule désagréable dans ma gorge et je sens la chaleur sur mon visage, consciente que je rougis. Je dis : “Maman commence son nouveau travail à Greenville lundi matin. Apparemment, c’est la raison de la grande ruée.”

“Hum”, grogne Mike. Il n’a pas l’air très impressionné. J’aurais tendance à voir les choses davantage du point de vue de maman, puisque je vais devoir vivre avec elle.

J’ai quelques chapeaux, casquettes, écharpes et pulls sur l’étagère supérieure de mon placard. Il va falloir que je prenne un tabouret pour les atteindre. Mike a dû me voir les étudier, car il vient derrière moi. “Laisse-moi t’aider”. Posant une main sur mon épaule, il se penche sur moi pour attraper une pile de casquettes. Je sens son corps se presser contre mon dos. Il est dur et musclé. Il a une odeur typiquement masculine. Son déodorant, son shampoing, sa mousse à raser. Une sensation de chaleur se répand dans toutes mes parties féminines. Tout à coup, la pièce devient très chaude. Je me sens un peu étourdie. Je remarque que je retiens ma respiration et que je n’arrive pas à expirer.

Mike enregistre soudain le contact entre nous. Il sent que mon corps est devenu rigide. Il fait passer mes cheveux sur une épaule et je sens la chaleur de son souffle sur ma nuque. Il me surprend en déposant un baiser sur le côté de mon cou, juste sous mon oreille. Le temps s’arrête et mon pouls bat à tout rompre. Je me retourne pour lui faire face, j’ai envie de l’embrasser, de couvrir sa bouche avec la mienne et d’embrasser ses lèvres. Je veux lui donner un vrai baiser d’amoureux. Mais lorsque je me tourne vers lui, il me tend une pile de casquettes avant que je puisse faire un geste. Puis il se dirige vers le placard pour récupérer d’autres affaires sur l’étagère la plus haute. Je sens encore l’endroit de mon cou où il m’a embrassée. Mon corps tremble un peu lorsque je mets les bouchons dans une boîte.

À ce moment-là, la porte de la chambre s’ouvre et maman entre. “Comment ça se passe ? demande-t-elle. Elle regarde Mike et moi d’un air soupçonneux. Elle a probablement remarqué que je rougissais. Je ne peux pas croiser son regard.

Mike n’en revient pas. “Je m’apprête à descendre ces deux cartons et à les mettre dans ta voiture. Il dit, sans lever les yeux. Je peux sentir la répulsion qu’il éprouve à l’égard de maman lorsqu’il soulève les deux cartons.

Maman lui sourit : “Merci, chéri. C’est très gentil de ta part de m’aider comme ça.” Elle essaie de réparer le fossé, du mieux qu’elle peut. C’est gênant et j’ai pitié d’elle.

Nous mettons le reste de mes vêtements et de mes affaires de toilette dans des cartons et nous les mettons sur la banquette arrière de la voiture de maman. Pendant que j’emballe mes affaires, j’ai l’impression de marcher sur un coussin d’air. Je suis encore sous l’emprise du baiser de Mike dans mon cou et de la pensée de toutes les choses que je veux faire avec lui. Je sens que ma culotte est mouillée et je dois m’excuser pour aller m’essuyer dans la salle de bains.

Maman est partie vers midi pour Greenville. Papa fait griller des hamburgers sur le gril à charbon de bois dans le jardin, tandis que Mike et moi préparons des frites dans la friteuse. Alors que nous mangeons, des vagues de tristesse m’envahissent en réalisant que c’est peut-être la dernière fois que je profite d’un repas de cette façon avec Mike et mon père. Des larmes coulent sur mes joues à plusieurs reprises, je renifle et j’essuie mes yeux avec une serviette. Papa et Mike le remarquent et regardent fixement leurs assiettes. Qu’est-ce qu’ils pourraient bien dire pour arranger les choses ?

Cette nuit-là, je suis restée éveillée dans mon lit, pensant à la façon dont la vie allait changer pour toujours après demain. En pensant à Mike, j’ai recommencé à ressentir des picotements entre les jambes. Qu’est-ce que cela signifie ? J’ai repensé au baiser que Mike m’avait donné dans le cou en m’aidant à faire mes valises. J’ai pensé à combien j’avais voulu lui rendre son baiser. J’ai imaginé l’embrasser profondément, passionnément, comme le font les amoureux dans les films. Ma chambre se réchauffe et le sommeil est introuvable.

Plus je fantasme, plus le picotement agréable entre mes jambes s’intensifie. J’y mets les mains et commence à frotter ma fente de haut en bas avec mon majeur. Je constate que je suis humide et glissante. Mon doigt passe les lèvres extérieures, puis l’intérieur des lèvres. Mes jambes s’ouvrent d’elles-mêmes. Je me suis déjà touchée par là, mais je n’ai jamais ressenti une telle sensation. Je pose mon doigt le long des lèvres intérieures, juste après l’ouverture du vagin, et j’exerce une pression. Mes lèvres intérieures sont gonflées et enflées. Il y a un endroit, vers le haut de ma fente, qui semble particulièrement délicieux. En faisant glisser mon doigt vers le haut, je trouve un petit bourgeon ferme que je n’avais pas remarqué auparavant et qui est particulièrement sensible. Je ne supporte pas de le frotter directement, mais j’en fais le tour du bout du doigt. Alors que j’explore les sensations qui me parcourent tout le corps, je remarque que mes seins semblent particulièrement lourds et picotants. De ma main désœuvrée, je remonte et pétris d’abord un sein, puis l’autre. Mes mamelons sont durs comme si j’étais sortie dans le froid, et je commence à les titiller.

Mon doigt monte et descend le long de ma fente, de plus en plus vite. Il fait un bruit humide et mouillé. Je me sens comme un animal sauvage. Je n’ai jamais ressenti cela auparavant. Dans ma tête, je pense à Mike. J’imagine que c’est sa bite qui monte et descend le long de ma chatte engorgée. J’imagine mes mains, emmêlées dans ses cheveux, l’embrassant sur la bouche.

***

Mike :

Je suis allongé sur mon lit dans l’obscurité, pensant à ma mère avec son patron, trompant mon père. Je les imagine dans un motel bon marché quelque part en ville, maman penchée sur un matelas grinçant, son pantalon baissé autour de ses chevilles, et son patron en train de lui baiser la cervelle. En soupirant, je secoue la tête. J’ai décidé que ça ne pouvait pas être comme ça.

Ma porte s’ouvre timidement et je vois la silhouette de Makayla se dessiner dans l’embrasure. “J’appelle Makayla. Elle passe le seuil, pousse la porte et j’entends un déclic qui est, je le sais, l’activation de la serrure.

“Je peux entrer ? Elle demande doucement, immobile dans l’obscurité.

“Bien sûr que tu peux. Qu’est-ce qui ne va pas ?” Elle n’a jamais demandé si elle pouvait entrer, elle entre toujours, elle sait que tout va bien. Elle n’a pas répondu. Au lieu de cela, je la sens reculer les couvertures et se glisser à côté de moi, sa hanche contre la mienne. Nous restons allongés ensemble, sans parler pendant plusieurs minutes. Je crois sentir son corps trembler, juste un peu.

Puis elle parle d’une voix timide : “Mike, quelque chose me tracasse”. Elle parle si doucement que je l’entends à peine.

***

Makayla :

À l’école, les filles ricanaient de leurs expériences avec les garçons. Elles parlaient d’aller jusqu’au bout avec un petit ami spécial. Je sais, d’après leurs expériences, que la première fois, ça fait mal et que ça peut même saigner. Cette idée m’a un peu effrayée. Mais toutes les filles ont dit que cela en valait la peine. J’ai l’impression que la plupart des filles de ma classe ne sont plus vierges. Je connais quelques filles qui ont perdu leur virginité avant leur seizième anniversaire. Je suis peut-être l’une des dernières. Il semble que toutes celles qui restent vierges ne soient pas très belles. Elles n’ont peut-être même pas eu de rendez-vous avec un garçon.

J’avais décidé de perdre ma virginité avant d’aller à l’université. Je ne sais pas exactement quand et comment je dois le faire. Je ne me suis pas permis d’aller aussi loin dans mes réflexions. C’est dans un an. C’est juste quelque chose que je pense devoir faire. Je suis presque sûre que Mike est encore vierge, même si je ne lui ai jamais posé directement la question. Nous parlons de presque tout, et je suis sûre que Mike me dirait s’il était allé jusqu’au bout avec une fille.

***

Mike :

“Qu’est-ce qui te tracasse, soeurette ? Est-ce que tu t’inquiètes à l’idée de déménager à Greenville, demain ? Je sais que ça doit être bouleversant. Tu n’as même pas encore vu la maison où tu vas déménager. Je me suis dit que je voulais t’accompagner demain et t’aider à t’installer”.

Encore timide, Makayla répond : “Merci, Mike. Ce n’est pas ça. Le déménagement est tellement intimidant que je n’ose même pas y penser.”

“Qu’est-ce qu’il y a ? Tu sais que tu peux tout me dire. Si je peux t’aider d’une manière ou d’une autre, tu sais que je remuerai ciel et terre pour le faire pour toi”. Je réponds.

***

Makayla :

Au milieu de mon intense séance de masturbation, une idée m’est venue, et ma main s’est arrêtée de bouger. Mes chances de perdre ma virginité vont s’amenuiser lorsque je déménagerai à Greenville avec ma mère. Je vais fréquenter une nouvelle école, pleine d’étrangers. Il me faudra un certain temps pour apprendre à connaître toutes ces nouvelles personnes et à faire la part des choses. Je veux le faire avec quelqu’un de spécial, pour la première fois. J’ai entendu des histoires d’horreur de filles qui se sont mises avec des garçons au hasard qui ne s’intéressaient pas vraiment à elles. Maintenant, je suis tellement excitée, et Mike est juste au bout du couloir. Il ne fait aucun doute qu’il tient à moi. Le ferait-il ? C’est peut-être la dernière occasion que j’ai de sortir avec lui, car je déménage à Greenville demain.

Tranquillement, je me glisse hors du lit et me dirige vers la salle de bains. Je me lave les mains et prépare un gant de toilette chaud et humide, avec l’intention de me nettoyer les fesses. Il m’est alors venu à l’esprit que les sucs gluants pourraient être utiles à la pénétration. Je ne nettoie que l’extérieur et mes cuisses, qui sont devenues sales. Je me demande brièvement si la pénétration peut être douloureuse. Pour l’instant, je suis tellement excitée que je m’en fiche complètement. Je ne suis pas du tout sûre que Mike le fera avec moi. Et s’il n’est pas d’humeur ? Il est peut-être en train de dormir. Comment se sentira-t-il à l’idée de faire l’amour avec moi, sa sœur ?

Je me dirige tranquillement vers la chambre de Michael, guidée par la veilleuse qui se trouve dans le couloir. Je m’arrête un instant devant sa porte, la main sur la poignée, m’armant de courage. J’ouvre tranquillement la porte et j’essaie de déterminer s’il est réveillé. Je pense d’abord qu’il doit dormir profondément, mais j’entre dans sa chambre et je referme la porte derrière moi. C’est alors qu’il m’appelle par mon nom et me dit de venir le voir. Il n’a pas l’air d’avoir dormi. Je me glisse rapidement sous les draps à côté de lui, en espérant qu’il ne me sente pas.

Mike me demande si je suis accablée de déménager dans un nouvel endroit, seule avec ma mère. Il a dû rester éveillé, s’inquiétant pour moi. Mon cœur fond en pensant à lui et à son amour pour moi. Personne d’autre au monde ne se soucie de moi comme Michael !

***

Mike :

Makayla ne répond pas à ma question sur ce qui la préoccupe. Qu’est-ce qui la rend si désemparée ? Finalement, elle me dit : ” Mike, j’ai peur de m’éloigner de toi et je suis encore vierge “.

Je suis abasourdi et ne sais pas quoi dire. Comme je me ressemble beaucoup, une idée me vient à l’esprit, comme un message de Makayla. Mais je ne sais pas. Peut-être que c’est juste un message de ma bite. Elle ne peut pas dire ce que je pense qu’elle a dit. Je dis prudemment : “Alors, qu’est-ce que ça veut dire pour toi ?” Je demande. Je n’arrive pas à respirer en attendant qu’elle réponde.

Makayla prend une profonde inspiration, puis elle dit avec assurance : ” Michael. Je veux que tu me dépouilles. Ce soir. Avant que je ne parte avec maman pour Greenville, demain.”

Je suis à nouveau choqué par le silence et je ne peux pas parler. Elle veut que je fasse l’amour avec elle ? Ai-je bien entendu ? Ici et maintenant ? En est-elle vraiment sûre ? Alors que j’essaie de démêler ce que cela signifie, elle me dit : “Qu’est-ce qu’il y a ? Tu ne veux pas faire l’amour avec moi ?”

“Non ! Je veux dire oui. Ce n’est pas que je ne veux pas. Je veux dire que j’en ai envie, je veux juste être sûr que c’est vraiment ce que tu veux”. Je balbutie.

Elle dit simplement : “Bien !

***

Makayla :

Mike sent ma réticence à m’épancher : ” Qu’est-ce qui ne va pas ? Tu paniques à cause du déménagement ? Je ne peux pas t’en vouloir pour ça.” Je ne sais pas quoi dire. Comment puis-je lui demander ça ? Nous restons allongés l’un contre l’autre, hanches contre hanches, pendant que je réfléchis à la manière de demander à mon frère jumeau de me faire l’amour. Je devrais peut-être retourner me coucher et essayer d’oublier tout ça. C’est ridicule. Qu’est-ce que j’essaie de faire ?

Je lui dis : “Ce n’est pas ça.” Je respire profondément, j’hésite, puis je crache le morceau : “Je ne veux pas déménager à Greenville en étant vierge.” Voilà, je l’ai dit. Puis j’ajoute : “Je veux que tu me dépouilles ce soir !”

Dès que j’entends les mots sortir de ma bouche, je le regrette. C’est une mauvaise idée. Mike n’est probablement pas d’humeur. Il est peut-être dégoûté à l’idée de faire l’amour avec sa sœur. Peut-être veut-il que sa première fois soit avec quelqu’un de spécial. Il reste assis là, sans rien dire. Comme nous avons toujours parlé de tout, je décide que la meilleure chose à faire est de lui demander simplement : “Tu n’as pas envie de faire l’amour avec moi ?”. J’entends le début d’un sanglot dans ma voix. Je suis au bord des larmes. Mais malgré tous mes doutes, j’ai toujours envie de le faire, vraiment très fort.

Michael répond rapidement qu’il veut le faire avec moi ! Il est juste prudent pour s’assurer que c’est ce que je veux vraiment. Je suis tellement soulagée que je commence à enlever mes vêtements. Je commence par le haut, et dès qu’il est enlevé, je ne peux plus attendre. En grimpant sur lui, je l’embrasse et l’embrasse encore. Depuis le baiser qu’il m’a donné dans le cou plus tôt dans la journée, j’ai pensé à la façon dont je voulais l’embrasser sur la bouche, comme un véritable amant. J’avais entendu parler du baiser à la française, avec la langue. Avant ce soir, cette idée me faisait grincer des dents. Cela me paraissait dégoûtant ! Maintenant, c’est exactement ce que je veux. J’espère seulement que cela ne dégoûtera pas Mike. Il est évident, une fois que j’ai commencé, qu’il répond avec enthousiasme à mes baisers, avec la langue et tout le reste. Sa réponse a ravivé l’intense sensation de chaleur et de picotement dans ma chatte.

Je sens maintenant le pénis de Mike sous moi, qui grossit et devient très dur. Je presse mes hanches contre lui, augmentant le désir dans mes reins. Il y a quelque chose de primitif dans ce mouvement. Mike respire par à-coups et je sais qu’il est en train de s’exciter, tout comme moi. C’est excitant de savoir que je peux avoir cet effet sur un homme. J’aime la sensation de mes seins pressés contre sa poitrine nue. Nous n’avons jamais pressé de la sorte de la chair nue l’une contre l’autre. C’est tellement érotique !

***

Mike :

Dans l’obscurité, je peux juste distinguer Makayla qui enlève rapidement son pyjama. Puis elle se tourne vers moi et, prenant ma tête dans ses mains, m’embrasse goulûment sur la bouche. Je n’étais pas préparée à cela et je halète pour reprendre mon souffle. Sa langue passe devant mes lèvres jusqu’à ce qu’elle touche les miennes, puis elle se retire comme pour vérifier si cela ne pose pas de problème. Elle me repousse sur l’oreiller. Maintenant qu’elle se penche pour m’embrasser, ses seins pendent et forment de petites montagnes pointues. De vieux films me reviennent à l’esprit, avant le Wonder-Bra, quand les femmes portaient des soutiens-gorge à balles qui rendaient leurs seins hyper-pointus. Elle grimpe sur moi et recommence à m’embrasser goulûment sur la bouche. Je sens ses seins pousser sur mon torse nu et je peux distinguer ses mamelons. Ils doivent être très durs. Même si nous nous ressemblons beaucoup, ses sensations sont bien différentes des miennes. Son corps est doux et souple.

Je sens que quelque chose d’autre durcit. Entre mes jambes, ma bite est à la hauteur de l’événement. Je sais qu’elle doit le sentir aussi. Je passe mes bras autour de son torse, mes mains sur son dos nu, et je l’attire fermement sur moi. Elle continue à m’embrasser, haletant un peu, et en même temps, ses hanches se pressent contre moi. Ses hanches décrivent un petit cercle, pressant ma bite et la faisant bouger. Elle me rend fou de désir.

Je la retourne sur mon lit et je repousse les couvertures avec mon pied. J’enlève mon caleçon et le jette de côté. Je sens qu’elle tend la main vers le bas et saisit ma bite, qu’elle la serre et la caresse. Me redressant sur mes genoux, je me dégage de son emprise. J’enlève son pantalon de pyjama et le jette par terre parmi les autres vêtements. En regardant son corps pulpeux, j’ai du mal à me retenir. Je lui demande alors : “Tu sais que ça peut faire mal, la première fois ? C’est toujours ce que tu veux ?”

***

Makayla :

Soudain, il me retourne comme si j’étais en apesanteur. Il est maintenant au sommet et prend les choses en main. Il s’arrête pour retirer son short et reprend le baiser. Son corps est si dur et si musclé. Il n’est pas doux et mou comme le mien. Je me penche pour chercher sa bite et je la trouve, tout près de ma chatte. Je veux qu’il soit en moi. Je tire sur sa bite et la caresse. Elle est si grosse ! Mes doigts n’arrivent même pas à en faire le tour ! Cette constatation me terrifie et me donne envie de lui en même temps.

Mike se met à genoux, ma main se libère de sa bite. J’enlève le bas de mon pyjama et nous sommes tous les deux complètement nus. Ça devient réel, maintenant ! Je tremble d’impatience et de peur. Mike me regarde, comme s’il étudiait mon corps. Je remarque pour la première fois que c’est un vrai homme, et pas seulement mon petit frère. Les muscles de sa poitrine sont bien définis et saillants, et son ventre plat est parsemé de poils fins. Ses muscles se contractent et fléchissent lorsqu’il bouge. Sa bite se dresse bien droite et oscille un peu, au rythme des battements rapides de son cœur. C’est vraiment ce qui va se passer ! Nous n’avons pas dit grand-chose depuis le début des baisers. Maintenant, il dit : ” Ça peut faire mal, c’est la première fois. Es-tu sûre que c’est ce que tu veux ?”

Je lui réponds : “Oui, mais s’il te plaît, fais attention à moi.”

***

Mike :

Un peu de lumière provenant de la fenêtre tombe sur mon lit, éclairant Makayla. Je vois que ses jambes sont écartées et que sa chatte est ouverte et luisante, comme si elle était mouillée. Je n’ai jamais rien vu de tel auparavant. Oui, j’ai vu Makayla nue de nombreuses fois, mais rien de tel ! Son vagin avait toujours été une petite coquille de palourde bien rangée, fermée et primitive. Maintenant, il est grand ouvert. À l’intérieur, il est rose vif avec toutes sortes de plis cutanés dont je n’aurais jamais soupçonné l’existence. Ses seins se gonflent, ses mamelons sont saillants, le haut de sa poitrine et son visage rougissent. “Oui !”, dit-elle en haletant, “Je te veux. Mets ton truc en moi ! Vas-y doucement, s’il te plaît.”

Quelque chose de primitif prend le dessus et je sens un animal se réveiller en moi. J’ai juste besoin de mettre ma bite dans Makayla, maintenant. Mais en même temps, j’aime Makayla. Je ne peux pas supporter l’idée que cela puisse la blesser physiquement, même si elle veut vraiment que je le fasse. Il me vient à l’esprit que si c’est une mauvaise expérience pour elle, elle pourrait m’en vouloir pour cela. Je ne peux pas accepter cela. Je décide donc de rendre cette expérience vraiment spéciale pour elle, en repoussant l’envie de plonger et de déverser ma semence en elle, ce que je pourrais probablement faire en une quinzaine de secondes. Non, il faut que ça dure.

Je respire profondément pour me maîtriser. En me penchant, je touche ses seins incroyables. Doucement, je trace un doigt autour du bord inférieur, là où ils rejoignent sa poitrine. En remontant, je passe le bout d’un doigt sur le bord de son aréole, toujours avec beaucoup de douceur. Je suis récompensée en voyant son aréole se resserrer et son diamètre se réduire. Ses mamelons dépassent de la moitié de leur longueur normale. Posant ma tête sur sa poitrine, je continue à masser doucement le reste de son sein. La peau est si douce et son sein a la consistance d’une guimauve géante.

***

Makayla :

OK, ça y est. Je suis sur le point de perdre ma virginité ! Je suis prête. Mike me regarde. Il ne fait pas que me regarder, il me vénère ! Je ne sais pas pourquoi. Il m’a vue nue de nombreuses fois. Non pas qu’il y ait grand-chose à regarder, mon corps n’a rien de spécial. J’ai hâte d’en finir. Au moins l’entrée initiale. Je suis assez nerveuse à ce sujet.

Mike commence à jouer avec mes seins. Ils ne sont pas très gros. J’ai compris que les hommes aiment les gros seins. Mais Mike a toujours été fasciné par mes seins. Maintenant, il les embrasse et les lèche. C’est vraiment très agréable ! Sa langue est chaude, puis lorsqu’il s’éloigne, ma peau humide se refroidit rapidement. La chaleur de sa bouche, suivie du froid de la chair exposée et humide, provoque un picotement chaud dans ma chatte. Je pousse mes seins vers l’extérieur pour optimiser la sensation. Il prend maintenant un mamelon dans sa bouche et le suce très doucement. Un gémissement s’échappe de ma gorge, sans que je le veuille.

Il descend le long de mon ventre et y dépose des baisers. En bas, en bas, en bas. Il va jusqu’à ma chatte. Va-t-il embrasser mon muffin ? Ce serait délicieux ! S’il vous plaît, faites-le ! Au lieu de cela, il caresse l’intérieur de mes cuisses, ce qui est très agréable, mais ressemble à une taquinerie. Je suis maintenant consciente d’un vide à l’intérieur de moi. J’ai juste envie qu’il m’enfonce sa bite. Je remarque que je respire comme si j’avais couru un demi-kilomètre. La pression monte en moi, comme si j’allais exploser. Je ne me suis jamais sentie aussi excitée de ma vie !

***

Mike :

Allongé avec ma tête sur sa poitrine, son mamelon est proche et à la hauteur de mes yeux. Je suis intrigué par la texture rugueuse du mamelon. Et à l’apex, je peux distinguer l’orifice destiné à délivrer le lait au bébé. Maintenant que l’aréole a rétréci, je vois de petites bosses entourant le mamelon. Avec mon index, je trace le contour de son mamelon, sentant les petites bosses. Makayla gémit et je vois qu’elle regarde vers le bas, étudiant elle aussi sa belle poitrine. Elle sourit lorsque nos regards se croisent. Je lève la main et essuie les cheveux qui traînent sur son visage, puis je passe un doigt sur sa joue et sur le côté de son cou, jusqu’à son épaule.

J’entoure son aréole avec ma langue, sentant à nouveau les petites bosses. En me retirant, j’étudie son mamelon et son aréole. Je peux voir l’humidité de ma langue sur son aréole et autour d’elle, ce qui la fait scintiller. Puis je descends et je remue le mamelon avec ma langue. Makayla laisse échapper un gémissement et remonte son sein pour m’encourager. En prenant le mamelon dans ma bouche, j’en savoure la texture rugueuse, contrairement à l’aréole, qui est douce et lisse. J’entends la respiration de Makayla qui s’est accélérée. Je suce très doucement son mamelon et je le sens s’adoucir et s’allonger dans ma bouche. En tirant doucement avec ma bouche, il se libère et je m’éloigne pour l’étudier à nouveau. Cela semble impossible, mais il s’est encore allongé et sa texture a changé. Il n’y a plus de rugosité, il brille et il est lisse, presque comme son aréole.

Makayla presse son bassin contre moi, et quand je regarde son visage, ses yeux sont fermés et sa tête est renversée en arrière, enfoncée dans mon oreiller. Je me penche à nouveau vers le bas et dépose un baiser sur son mamelon qui s’est ramolli. Je me déplace pour pouvoir embrasser son autre mamelon et son autre sein. Elle presse le haut de ses bras sur le côté de sa poitrine, poussant ses seins l’un contre l’autre et vers moi. Ils sont maintenant beaucoup plus pointus et m’invitent naturellement à les téter et à les embrasser. Avec mes deux mains, je les rapproche encore plus. Makayla tourne son visage sur le côté, face à la fenêtre. Son expression est celle de l’extase pure, et un peu de bave s’échappe du coin de sa bouche. Je veux mémoriser l’expression de son visage, à la lumière de ma fenêtre.

Passant sous ses seins, je dépose une série de baisers au centre de son ventre, jusqu’à son nombril. En tournant autour de son nombril avec ma langue, je sens ses muscles abdominaux se contracter. Je continue à descendre en embrassant le monticule, juste au-dessus de sa chatte ouverte. Me redressant sur mes genoux, je caresse légèrement l’intérieur de ses deux cuisses avec mes mains, tout en étudiant son vagin. C’est une œuvre d’art, qui me rappelle une belle orchidée, scintillante de la rosée du matin.

Prenant ma bite en main, je la caresse pour me préparer à entrer. “Es-tu prête ? Je demande, plus que nerveux. C’est ma première fois et je ne veux pas tout gâcher.

***

Makayla :

Mon excitation est à son comble. Je ne peux plus attendre que Mike me baise ! Enfin, il se met en position. C’est le moment ! Il frotte son pénis de haut en bas sur ma chatte humide. Sa bite est dure, mais le bout est doux. La sensation est délicieuse ! Surtout quand il passe sur le petit bouton au sommet de ma chatte. C’est encore mieux que ce que j’avais imaginé dans mes fantasmes. Il s’allonge sur moi et positionne sa bite dans ma chatte en exerçant une pression. Mais quelque chose ne va pas. Je pense qu’il doit descendre un peu et je le lui dis. Quand il glisse un peu plus bas, je sens qu’il entre brusquement en moi. Mon vagin s’étire démesurément et je ressens une vive douleur. Je pense d’abord qu’il est trop grand pour moi et que mon vagin se déchire, mais je me souviens que c’est censé faire mal la première fois. Mike gémit et je me demande s’il n’a pas eu mal lui aussi. Il est en moi ! Je le sens tressaillir un peu. La sensation de plénitude est plutôt agréable, une fois que je m’y suis habituée, maintenant que la douleur s’est un peu atténuée. En fait, la douleur est toujours là, mais mon excitation dépasse la douleur.

Mike ne bouge pas. Dans les films, c’est généralement le mec qui entre et sort quand il fait l’amour. Mais je suis contente qu’il ne bouge pas, pour que je puisse m’habituer à cette sensation. Je l’entoure de mes bras, je l’attire vers moi et je l’embrasse à nouveau sur la bouche. Il me répond avec empressement. Ce faisant, je sens qu’il se glisse davantage en moi. Je pensais qu’il était déjà complètement entré. C’est vraiment très profond, maintenant. Je sens que je m’accroche involontairement à sa bite grâce aux muscles de mon vagin. Il gémit à nouveau et m’embrasse plus fort. “Oh Makayla. C’est génial ! Tu es si chaude et si serrée. Je t’ai senti te presser contre moi. Comment ça va ?”

“Très bien. J’ai eu très mal quand tu es entré pour la première fois. J’ai cru que tu m’avais ouvert en deux. Mais maintenant, je me sens bien”. Je réponds. “Pourquoi n’essaies-tu pas de le faire entrer et sortir ?”

***

Mike :

Elle n’hésite pas, “Oh, oui. Je suis prête !” Elle ouvre les yeux et me regarde en face. Je me mets en position. Je fais monter et descendre mon pénis le long de sa fente et je recueille un peu de son humidité comme lubrifiant. La sentir au bout de mon pénis est divin ! Je m’allonge sur Makayla et je positionne ma bite pour la grande entrée, et j’applique une petite pression. “Un peu plus en arrière”. Elle m’entraîne. Quand je la fais glisser vers le bas, je sens ma bite s’enfoncer dans elle d’environ un centimètre, et elle halète. Gelé, je reste dans cette position, espérant ne pas l’avoir blessée.

Je m’arrête, ma bite à l’intérieur de Makayla, en maintenant ma position. L’ai-je blessée ? Elle ne dit rien, alors peut-être que ce n’est pas trop grave ? Je décide de ne pas bouger pendant une minute, pour m’assurer qu’elle va bien. J’ai envie de l’enfoncer jusqu’au bout et de commencer à la bousculer. Elle est si chaude, si serrée, si exquise ! Un gémissement s’échappe de ma gorge. Mais l’idée que j’ai pu la blesser est presque plus forte que ce que je peux supporter.

Elle attire ma poitrine contre la sienne et commence à m’embrasser sur la bouche. Oh, c’est bien. Je ne dois pas lui faire de mal ! En fait, elle a l’air d’aimer ça. C’est super. Je sens ma bite s’enfoncer un peu plus profondément en elle. Ses muscles se referment sur moi, me serrant encore plus fort. Je ne savais pas qu’elle pouvait faire ça. J’éloigne ma bouche d’elle. Je dois demander et m’assurer qu’elle n’a pas mal. Je veux aussi lui dire à quel point elle me fait du bien.

Elle me dit que ça a fait très mal, au début, mais que la douleur a disparu maintenant. Elle m’a dit que c’était bon et qu’elle voulait que j’essaie de la caresser. Je commence très lentement, de peur de lui faire mal. Je me sens très bien et je vois que Makayla aime ça aussi. Encouragé, je fais ce qui me semble naturel et j’augmente ma vitesse. Je sors presque complètement, puis je reviens jusqu’à ce que mon os pelvien soit tout contre le sien, plongeant et ressortant rapidement.

***

Makayla :

Sur ce, il a commencé à pousser, lentement. Peu à peu, il a commencé à accélérer le rythme. Au fur et à mesure qu’il poussait, il s’enfonçait plus profondément en moi. J’avais cru qu’il était déjà tout à fait à l’intérieur. Je crois que je peux sentir qu’il touche la paroi arrière de mon vagin, maintenant, quand il se pose sur moi. C’est effrayant. Et s’il va trop loin et déchire quelque chose en moi ? Mais je suis sûre qu’il est bien entré, maintenant, parce que son os pelvien se heurte au mien. Mike commence à embrasser le côté de ma joue, tout en continuant à me caresser, en entrant et en sortant. Il embrasse mon cou et mes épaules, comme s’il n’en avait jamais assez. Il me fait tendrement l’amour. J’ouvre encore plus grand mes jambes, voulant le prendre entièrement. Ses mouvements frottent mes seins contre sa poitrine.

Les sensations s’accumulent et il se passe quelque chose. Je me sens soudain en apesanteur, comme si je dégringolais sans contrôle sur une étendue infinie. Je m’écrie. Je crie : “Oh, oui ! Michael. C’est ça. Continue !” Il plonge plus fort et plus vite, maintenant. Incroyablement vite. Puis un grondement sourd s’échappe du fond de sa gorge et je sens sa bite bondir en moi. Il doit éjaculer !

***

Mike :

Je ressens un amour intense pour Makayla, plus que jamais. J’embrasse le côté de son visage, son cou et son épaule. C’est plus fort que moi. Mon cœur déborde d’amour et je ne peux pas me passer d’elle ! En la pénétrant et en la quittant, elle remue la tête d’un côté à l’autre. Je sens un changement chez Makayla. Son corps se crispe et elle se cabre quelques fois. Est-elle en train de jouir ? Elle crie “Oh, oui”. Je me sens dépasser le point de non-retour. Bientôt, je sens mon sperme se répandre dans ma sœur. Je continue à pousser aussi longtemps et aussi profondément que je le peux, ne voulant pas que cela se termine. Cela dure plus longtemps que je n’ai jamais éjaculé auparavant.

***

Makayla :

Nous sommes tous les deux haletants et un peu en sueur. Je me sens complètement épuisée et incroyablement amoureuse de Michael. Allongés l’un contre l’autre, toujours connectés, je me délecte des sensations. Sa peau contre la mienne, sa respiration près de mon oreille, son parfum masculin. Même son visage griffu contre le mien. Je n’imaginais pas que le sexe pouvait être comme ça !

Au bout de quelques minutes, Mike se retire et se détache de moi. Lorsqu’il se relève, je me sens un peu soulagée de ne plus avoir son poids sur moi. En regardant son pénis rétréci, je vois qu’il y a des traces de sang sur lui, et je me rends compte que c’est mon sang. Il essuie son pénis avec un mouchoir en papier de sa table de nuit. “Wow”, dit-il. “Makayla, tu es merveilleuse ! Tu vas bien ?”

***

Mike :

Je suis allongé sur Makayla, haletant et en sueur. J’ai l’impression d’avoir couru un marathon. C’est la plus belle expérience que j’aie jamais vécue.

Finalement, je récupère suffisamment pour pouvoir fonctionner. J’ai incroyablement sommeil et je me rends compte que je ferais mieux de me lever avant de m’endormir. J’exprime ma gratitude à Makayla, je retire mon pénis rétréci et je me lève. En essuyant ma bite, je remarque qu’il y a des traces de sang. Je m’inquiète à nouveau, craignant d’avoir blessé Makayla. Je lui demande si elle va bien et elle me répond qu’elle va plus que bien. Elle m’embrasse légèrement sur les lèvres en me disant : “Bonne nuit, Mike”. Elle s’attarde un instant dans mes bras, puis touche affectueusement le bout de mon nez avec un doigt. Elle se penche rapidement, ramasse ses vêtements et passe la porte de sa chambre.

Après que Makayla est retournée dans sa chambre pour se coucher, je reste éveillée, réfléchissant. Que nous réserve l’avenir ? Est-ce qu’on recommencera ? Je l’espère vraiment. Il est encore plus tragique qu’elle déménage à une heure et demie d’ici. J’ai hâte de voir comment Makayla verra les choses demain.

Merci de noter et de commenter. Il pourrait y avoir une deuxième partie si la demande est suffisante.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Suivez nous sur Twitter

Vanessa rejoint notre réseau de dials chauds !

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings