Vous êtes ici : Accueil > Retour en arrière avec le journal intime d’une infirmière Partie 1
Confession Intime Histoires taboues

Retour en arrière avec le journal intime d’une infirmière Partie 1

Retour en arrière avec le journal intime d’une infirmière Partie 1

Je suis Sophie, aujourd’hui, 29 ans. Je suis en couple avec David depuis 11 ans, qui a un an de moins que moi. Je n’ai pas toujours été la petite salope que je suis aujourd’hui. J’en ai parcouru du chemin, et j’aimerais le parcourir à nouveau par ce récit. Pour vous. Pour moi aussi, car je suis fière de ce que nous sommes devenus, David et moi. Sachez-le, tout mon récit sera authentique, je vous livre ma vie, avec ses hauts, ses bas, ses ébats. J’espère que vous trouverez autant de plaisir à lire mon témoignage, que moi à vous l’écrire.

J’ai commencé à sortir avec David il y a 11 ans : j’avais 18 ans et lui 17 ans.

C’était tout juste mon deuxième copain : je n’étais plus vierge depuis quelques mois seulement, je ne connaissais encore rien au sexe. C’était pareil pour lui, mais il semblait pourtant plus expert, déjà (merci Dorcel !) J’ai eu mon bac à 18 ans et j’ai fait ensuite une fac de sport pendant 1 an ou j’ai plus appris à picoler que courir…

Du coup, je suis rentrée en école d’infirmière pendant que mon copain terminait sa formation professionnelle au lycée. Maintenant que les présentations d’usage sont faites, entrons dans le vif du sujet. Avec Bybou (oui, c’est son surnom…) nous faisions du volley dans le même club, club où nous nous étions d’ailleurs rencontrés. Et nous étions le petit couple du club, les bébés chouchoutés par les membres, pour la plupart plus âgés.

Sauf que les Bébés… ils avaient faim de sexe. Nous faisions l’amour n’importe où ; dans la voiture ; dans les champs ; dans les forets ; les parkings, etc. … de vrais affamés.

Nous étions plutôt classiques dans la pratique et surtout dans la découverte de nos corps. Pour vous dire, je n’avais jamais sucé avant lui. Plusieurs mois se passent, nous sommes très heureux ensemble, mais une petite routine s’installe, bien que nous vivions respectivement chez nos parents.

Un jour, mon chéri avait un match en déplacement et, comme à mon habitude, je suis venue avec lui pour le supporter. Nous étions tous les deux au fond du minibus de 9 places avec un de ses amis et coéquipier que je vais nommer Bob. Bob avait 27 ans (nous en avions 19), plutôt bel homme, avec du style, et surtout très drôle !

Lui et mon Bybou étaient très proches : c’était pour lui un peu comme un grand frère.

Durant le trajet, les discussions vont bon train, les joueurs parlent entre eux de stratégie, du dernier match et, bien évidemment… de cul (ahh les mecs) nous discutons avec Bob quand celui-ci, sur le ton de l’humour, nous dit :

« Sophie, si l’équipe gagne, tu fais une pipe à David devant nous !! »

Les joueurs rigolent et quelques réflexions salasses fusent, mais ça reste bon enfant.

Je réponds qu’étant données les performances des derniers matchs, je ne risque pas grand-chose. Lors du match, les deux équipes s’affrontent pendant presque 3 h et… Coup de sifflet final : notre équipe remporte (contre une équipe pourtant meilleure sur le papier… wow !!!)

Les joueurs sont super heureux et moi aussi ! Je rejoins mon chéri sur le terrain pour l’embrasser et le féliciter : « Bravo mon cœur, je t’aime !! » Les joueurs partent à la douche et à leur sortie, il y a la traditionnelle 3e mi-temps organisée par le club qui accueille : on refait le match, le tout arrosé à la bière. J’étais bien, détendue.

De retour dans le bus, nous nous retrouvons au fond avec Bybou et BOB, moi au milieu… Et c’est parti pour 2 h de route. Nous discutons, la plupart des joueurs s’endorment et Bob en profite pour revenir sur le pari.

– « Alors Soso ? Tu as un pari à honorer ! »

– « Mais bien sûr, tu as vraiment cru que j’allais le faire ?! Tu peux rêver mdr », mais Bob n’avait pas envie de lâcher l’affaire et propose plein de compromis pour que je cède jusqu’à dire :

– « ok, j’embrasse ton copain et en échange tu branles ton copain vite fait. OK? »

J’ai réfléchi un peu et je me suis dit que ça pouvait être drôle de les voir s’embrasser. Surtout que pour moi, il suffisait de branler mon copain sous le survêtement. Rien de très compromettant.

– « D’accord marché conclu » ils ont fait tant de chichis pour s’embrasser, ça les dégoûtait de faire cela, ils ont mis 3 plombes avant de vraiment le faire, c’était hilarant ! Le bisou exécuté, je devais répondre de mon pari. J’ai donc glissé ma main sous le pantalon de mon copain et j’ai commencé à le branler. Il ne portait aucun sous-vêtement (c’est une habitude après un match, il est plus confortable sans). Bob se penche pour essayer de voir bien sûr, mais il était déçu, car il ne voyait qu’un mouvement de ma main sous le pantalon. Pas assez croustillant pour lui, haha. Mon chéri avait du mal à bander, son sexe grandissait un peu dans ma main, mais restait bien mou. Bob, qui n’en loupe pas une, nous dit :

—” bah tu as qu’à le sucer. Personne ne nous voit d’ici « J’ai bloqué quelques secondes sur cette proposition : je le fais ou pas ? J’étais à la fois terrifiée à l’idée de sucer alors qu’il y avait des gens autour de moi. Et pourtant l’idée m’excitait. L’alcool a joué un rôle sur ma décision, je pense. J’ai jeté un regard vers l’avant du minibus, voir s’il y avait du mouvement …. Rien. Ils dormaient ou en tout cas, immobile et concentrés sur la soute. Alors je me suis penchée, j’ai tiré l’élastique du survêtement, j’ai sorti le sexe mou de mon copain et j’ai pris son gland entre mes lèvres. Je caressais tout le pourtour de son gland en coulissant avec mes lèvres, pour le faire durcir. J’étais tellement concentrée à faire durcir la queue de mon copain que je ne me suis pas rendu compte que mon cul était offert à la vue de Bob.

Je portais une robe avec des collants. Et pendant que je suçais la queue qui avait du mal à durcir de David, j’entends quelques messes basses entre les deux comparses. Mon chéri acquiesce de la tête, et je sens alors la main de Bob se poser sur ma fesse. Surprise, je relève la tête en direction de BOB qui la retire immédiatement :

— “Ça te dérange ? Je suis désolé !”

Je ne sais pas comment réagir. Je regarde mon chéri qui ne bouge pas et, sans trop savoir pourquoi, et sans dire un mot, je me remets à la sucer à pleine bouche. Il était bien dur désormais, mon David… Et Bob prend mon silence pour une autorisation : il repose sa main sur mon cul en le caressant de façon plus ferme. Je me sens toute bizarre. Je suis à la fois gênée, en attendant une réaction de colère de la part de David, et en même temps j’étais excitée de regarder mon chéri la bouche remplie, tout en sentant un autre homme derrière moi. Je sentais mon vagin se réchauffer. Bob l’a peut-être senti aussi. Il a levé ma robe pour passer sa main sous mon collant. Je sentais sa main chaude sur ma fesse. J’étais encore plus gênée, c’était improbable comme situation : n’importe qui à l’intérieur pouvait me voir en train de sucer et de me faire caresser. Étrangement, j’étais aussi plus excitée… Un frisson a parcouru tout mon corps en prenant conscience de ce qui m’arrivait. Bob avait de la suite dans les idées. Il a enfoncé sa main encore plus profond sous mon collant pour arriver jusqu’à ma chatte. J’ai mouillé au moment même où ses doigts sont entrés en contact avec ma vulve. Bob était très excité, je le sentais à son souffle et au timbre de sa voix :

– “C’est qu’elle aime avoir 2 hommes pour elle, la Sophie…”

J’ai poussé sans le vouloir un petit gémissement lorsqu’il entra un doigt dans ma chatte humide. Un flash a traversé mon esprit : je voyais Bob me prendre par-derrière pendant que je suçais David. Je voulais que Bob me prenne. Mais le destin en a voulu autrement… Un équipier qui était devant s’est réveillé puis s’est retourné vers nous et, étonnamment, n’a pas vraiment compris ce qui était en train de se jouer, certainement à cause de l’obscurité :

– “Sophie s’est endormie ?”

Oh que non… j’étais TÉTANISÉE, mais on ne peut plus réveillée. Je ne bougeais plus, le sexe de mon chéri ramollissait dans ma bouche et Bob retira sa main délicatement pour ne pas que l’équipier devine ce qu’il se passe. Les coéquipiers se sont mis à parler entre eux et nous avons tout stoppé. Arrivés au stade, nous nous sommes dit au-revoir et Bob nous a proposé de venir prendre un verre chez lui un jour. Nous avons accepté. Mais ce qu’il s’est passé ce soir-là vous sera raconté une autre fois… ;)

Voilà le premier chapitre de nos aventures coquines !

Lire la suite

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

postrecap

4 Commentaires

Cliquez ici pour poster un commentaire

Hôtesses tél rose

Bons plans coquins

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Visio Skype

skype tel rose amateur

Bons plans

Webcam Skype

telrosegol

Médias de la Communauté

Rencontres

Sexe à distance

téléphone rose pas cher