« Qu’est-ce qui te fait rire ? » m’a-t-elle demandé.

Je me suis assise, essuyant mes yeux, « Oreillers nichons ! »

« Oh, ça ? » elle a regardé ma poitrine. « N’hésite pas à les utiliser ! »

J’ai souri, m’effondrant à nouveau contre elle. J’entendais son cœur battre.

« Peut-être qu’on pourrait sortir ce soir », a-t-elle suggéré. « Prendre quelques verres, peut-être aller danser. »

« Oh, non, pas question. Je ne vais pas dans un club avec des mecs qui essaient de draguer des filles. Je ne veux même pas être avec des mecs en ce moment. »

« Alors, on pourra aller dans un bar gay », a dit Louise. « Tu n’aurais pas à faire face à des mecs qui te draguent. Je veux dire, regarde-toi, je vois à quel point c’est un problème. »

Je n’ai pas pu m’empêcher de rougir. « Désolée, je ne suis pas lesbienne. »

« On va devoir faire semblant », m’a fait un clin d’œil. Je sais qu’elle essayait de me remonter le moral, de me sortir de l’appartement, de me changer les idées. Je suppose que si je faisais semblant d’être avec une femme, elle serait la femme avec qui je ferais semblant d’être. Si nous allions dans un club gay, je n’aurais pas à faire affaire avec des gars qui viennent me voir — non pas qu’ils le feraient, à mon avis. »

J’ai souri, j’ai pris une grande respiration. « Bien sûr. Pourquoi pas. »

*

Sophie m’a mise en colère en pensant que Thierry a renoncé à tout cela – l’a abandonnée.

Nous buvions, nous dansions ; c’était elle et moi, perdus dans notre monde ensemble.

Je l’ai vue sourire. Ses belles lèvres, pleines, étaient si incroyablement désirables. J’ai failli le faire. Je suppose que j’aurais pu mettre ça sur le dos de l’alcool.

Une femme s’est approchée d’elle alors que nous discutions au bar. J’ai haussé les épaules, hochant la tête à Sophie, lui disant qu’elle devrait danser et la chasser.

J’ai regardé de loin. La femme était derrière Sophie, les mains sur les hanches. Sophie grinçait contre elle, se moquant d’elle-même, s’amusant de la situation. J’avoue j’étais jalouse.

Quand la chanson s’est terminée, les femmes ont ramené Sophie vers moi. Elle m’a remercié de l’avoir laissée danser avec mon partenaire. Nous avons simplement souri, nous nous sommes saisis des mains l’une de l’autre et nous sommes parties.

« Alors, tu t’amuses à danser avec cette femme ? » J’ai demandé en allant à l’appartement.

Retrouvailles coquines de deux copines de fac après un divorce 4 - Retrouvailles coquines de deux copines de fac après un divorce Partie 2« Yep. Tu sais ? Elle était plutôt sexy. »

« Oh, c’est vrai ? »

« Oui, mais il y avait une femme beaucoup plus sexy. Elle avait de longs cheveux foncés, de gros seins, son nom était Louise, je crois », plaisante Sophie.

« Ah oui ? Vous auriez dû avoir son numéro, peut-être rentrer à la maison avec elle, » dis-je.

« Ou j’aurais pu la ramener à la maison avec moi. Ça ne t’aurait pas dérangé, n’est-ce pas ?  » me demanda-t-elle.

« Pas du tout ! Mais j’aurais ramené une fille à la maison aussi. C’était la plus sexy. Une blonde nommée Sophie. Mmm, » lui ai-je souri.

« Ah, on dirait qu’on a raté quelque chose. Je suppose qu’on va se contenter l’une pour l’autre. Peut-être que la ruine de Thierry a fait de moi une lesbienne ! »

« Eh bien, bébé », j’ai ri, « Je serai gay avec toi ! »

*

On est rentrées chez nous, on s’est changé en pyjama, on a pris du vin et on est allées se coucher. J’utilisais à nouveau les seins de Louise comme oreiller.

« Merci d’être ici, encore une fois », ai-je dit à Louise.

Je n’ai pas pu m’empêcher de sourire. Son bras s’est drapé sur moi, me frottant le dos.

« Je suis heureuse d’être ici. Tu m’as manqué. Je sais que ça ne fait pas si longtemps que tu as emménagé ici, mais j’ai l’impression que ça fait une éternité. J’ai pensé à passer devant la maison de Thierry et à lui jeter des œufs », a dit Louise.

« Tu aurais dû ! » Je me suis assise, j’ai pris mon vin, je l’ai avalé. « Ah. Retour à mon oreiller à nichons. »

Louise a étendu son bras en souriant pendant que je me blottissais contre elle.

En passant ma main sur son ventre, son coussin chaud contre le côté de ma tête, j’ai dit à Louise que je l’aimais.

« Je t’aime aussi », elle a embrassé le haut de ma tête.

Dans ses bras, chauds, confortables, en paix, je me suis endormie avec un sourire sur mon visage — quelque chose qui ne s’était pas produit depuis longtemps.

*

Je me suis levée tôt pour préparer le petit-déjeuner pour Sophie. J’ai conduit jusqu’à une épicerie à proximité et j’ai pris du bacon et des œufs. On adore les petits dej continentaux ! Je me tenais là, dans la cuisine, en tournant le bacon, quand j’ai senti son corps chaud contre mon dos. J’ai posé la fourchette, je me suis retournée et je l’ai serrée dans mes bras.

« Je t’emmène faire du shopping aujourd’hui », lui dis-je, en lui embrassant la joue. « Ce soir, on sort dîner. »

« Louise, tu n’es pas obligée de faire ça, » dit-elle.

« J’en ai envie. Va prendre une douche, économise de l’eau. À moins que tu ne veuilles que j’y aille avec toi. Mais ces gros seins prendraient beaucoup de place », plaisantais-je.

Sophie a regardé ma poitrine, « Oui, oui, oui ils le feraient. » Elle s’est léché les lèvres de façon ludique.

« Mmm, vilaine fille », j’ai souri en m’occupant du bacon.

Quelques heures plus tard, nous nous sommes retrouvées en train de nous tenir la main alors que nous marchions de magasin en magasin. Ça ne me dérangeait pas. Elle n’en avait pas l’air non plus. Je pensais que c’était doux — tout ce qui lui apportait le bonheur.

Je lui ai acheté plusieurs choses, beaucoup à sa protestation. De nouvelles chaussures, une robe, figuraient parmi les articles.

Je suis retournée à son appartement, ma main reposant sur sa cuisse. « Nous allons manger quelque part ce soir. Ce sera très romantique. »

Je lui ai frotté la cuisse. « Ooh, je pourrais utiliser ça, » dit Sophie, caressant ma main.

« Bien. Tu es ma femme, ce soir », ai-je souri en pensant que Thierry était stupide de lui faire du mal.

*

On s’est assises dans une belle cabine isolée. Louise avait raison, c’était très romantique. Pour une raison quelconque, peut-être la solitude, ou la joie qu’elle était là était avec moi, je lui ai tenu la main pendant tout le dîner. Elle m’a dit que j’étais belle. J’ai rougi, mais je l’ai laissée parler. Je me suis dit qu’elle me disait ça parce qu’elle était gentille avec moi, espérant me remonter le moral. Ça marchait.

Retrouvailles coquines de deux copines de fac après un divorce 8 - Retrouvailles coquines de deux copines de fac après un divorce Partie 2Louise est rentrée chez moi après. J’ai tenu son bras, et elle m’a conduit à mon appartement.

Je l’ai arrêtée à la porte, lui faisant un gros câlin. « Merci pour ce merveilleux, euh, rendez-vous », j’ai souri.

« Non, merci. J’adore passer du temps avec toi », a dit Louise.

Je me suis penchée, j’ai réfléchi et j’ai embrassé Louise sur la joue. « Voudriez-vous entrer ? » J’ai plaisanté.

« Mmm, absolument », sourit Louise, me saisissant la main, alors que je nous conduisais à l’intérieur.

Je pose mon sac à main et je me dirige vers la cuisine. Louise s’assit sur le canapé, jouant avec ses longs cheveux foncés. J’ai pris deux verres à vin et je les ai remplis. Si c’était un rencard, c’était un super rencard. J’étais si heureuse que ma vieille copine de fac était là avec moi.

Je me suis assise à côté d’elle et je me suis tournée vers elle. Louise en face de moi. Nous étions surtout tranquilles, sirotant notre vin, donnant des caresses simples à une main, un avant-bras, un genou, des sourires d’échange.

*

Sophie était si belle. J’étais impressionnée par elle. Son cœur était brisé, elle s’est éloignée, détruite, mais elle était là, sur le canapé à côté de moi, rayonnant de beauté.

Ses lèvres, je n’ai pas pu m’empêcher de les regarder. Elles sont si grandes, pleines, belles.

« Tu as besoin d’être embrassée », ais-je dit sans réfléchir.

« Hein ? »

« J’ai dit que tu avais besoin d’être embrassée. Avec des lèvres comme les vôtres, ces beautés ont besoin d’être embrassées tous les jours. Ce serait stupide de ne pas vouloir le faire », lui dis-je.

« Louise », elle rougit de nouveau, regardant ailleurs. « Je sais que tu essaies juste de… »

Je me suis jetée sur Sophie, lui saisissant le visage, lui plantant un gros baiser sur la bouche. Elle a été choquée et s’est éloignée. « Désolée », j’ai dit. « Je, euh… »

« Non, non, non, c’est bon. C’est bon, » dit-elle en souriant maladroitement.

« Je pensais que je pourrais peut-être, je veux dire, tu aurais aimé… »

« Non, oui, je l’ai fait. J’ai bien aimé. Je ne pensais pas que tu le ferais. Je suppose que je pourrais peut-être te rendre un baiser. Ou deux », dit Sophie.

« Ou deux ? » J’ai souri.

« Eh bien, peut-être plus. Il n’y a que toi. Mon amie », a-t-elle encore détourné le regard.

J’ai posé ma main sur la sienne.

La suite demain ! 

Bantabouesv2 - Retrouvailles coquines de deux copines de fac après un divorce Partie 2

tel rose sans attente
2 Commentaires
  1. Lisa Lucie
    adrien 4 mois Il y a

    Cette histoire est très romantique, vivement la suite.

  2. Lisa Lucie
    Dany 4 mois Il y a

    Très jolie histoire sais quand la suite

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

©2018 XFR - Histoires taboues et téléphone rose - Mentions Légales  - (DMCA) Remove content - CGU - Cookies et confidentialité

 
hébergement de qualité
Thanks!

NOUVELLES FILLES ! 

5 nouvelles amatrices coquines ont rejoint le service depuis la rentrée ! Anne-Lise la méditerranéenne, Lara l'italienne, Camélia la vicieuse, Adèle la cougar, et Alexandra la rouquine ! 

Envie d'un dial chaud en direct sans attenteT'es chaud et tu as envie de jouir avec une femme au téléphone rapidement?

Appelle notre service maintenant et discute avec des amatrices coquines et libertines qui sont chez elles. Plus de 25 filles t'attendent 24h/24h et 7j/7j pour te donner du plaisir avec leur voix sensuelle et sexy. Elles feront tout pour te faire jouir !

Clique sur le numéro pour appeler directement.

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account