J’ai embrassé Louise. Quand elle a posé sa main sur la mienne, j’ai perdu pied. J’y suis allée sans réfléchir, je l’ai embrassée fort. Je me fichais qu’elle soit une femme. Puis là, elle était mon amie, quelqu’un qui était là pour moi quand j’avais besoin d’elle — peut-être de toutes les façons possibles.

On a suffoqué de passion, haletant pour respirer. « Désolée », j’ai dit.

« Non, ne le soyez pas », dit-elle en souriant. Nous nous sommes embrassés à nouveau, cette fois beaucoup plus lentement. Nos mains se sont dirigé l’une vers les cheveux de l’autre, nos lèvres se sont caressées, nos langues se sont subtilement rencontrées au milieu.

On ne pouvait pas s’arrêter. Je ne voulais pas qu’elle le fasse.

Louise m’a repoussée, grimpant sur moi, me chevauchant sur mon canapé. Nous n’arrêtions pas de nous embrasser et de nous embrasser encore, c’était si doux et doux.

Louise a mis fin au baiser. « Normalement, je n’aime pas ça. »

« Moi non plus. Mais, je pense que j’en ai besoin », lui regardai-je dans les yeux.

« Alors je suis là. Tout cela pour vous », a dit Louise. Elle a ensuite fait quelque chose qui m’a fait élargir les yeux et avoir une montée d’envie de sexe. Elle a retiré sa robe et m’a montré ses seins nus.

« Suce-les », m’a-t-elle dit. Elle a apporté sa main à un de ses seins, la tenant pour que je le prenne bien en bouche.

« Je, euh, » j’ai bégayé.

« C’est bon, il n’y a que nous. Prenez-le, vous en avez besoin », dit-elle.Retrouvailles coquines de deux copines de fac après un divorce 7 - Retrouvailles coquines de deux copines de fac après un divorce Partie 3

J’ai hoché la tête, tapoté ma langue sur son mamelon en érection, je lui ai jeté un dernier regard, puis j’ai attrapé ce gros nichon et je l’ai sucé aussi fort que j’ai pu.

*

Oh merde ! J’ai presque atteint l’apogée en regardant une autre femme, enveloppé ces grandes et belles lèvres autour de mon mamelon. Thierry a eu de la chance de l’avoir. Je peux imaginer ces mêmes lèvres enroulées autour de sa bite. C’était un imbécile de tout jeter.

« Sophie ! » J’ai gémi. Elle a arrêté de sucer ma poitrine, de lécher ses lèvres, de me regarder.

« Oui ? »

« Est-ce qu’on va, tu sais ? » J’ai demandé.

« J’ai besoin de ça. J’ai besoin de toi. Oui, nous allons faire l’amour toutes les deux », dit-elle. « Embrasse-moi encore. »

J’ai fait ce qu’elle m’a demandé, en plantant ma bouche sur la sienne. Les deux s’ouvrent, les deux langues coulissent vers l’extérieur, les deux bouches sont jointes et fermées l’une sur l’autre.

Je me frottais contre elle, la chevauchant, à travers l’un des baisers les plus chauds que je n’aie jamais eus.

J’ai grignoté et tiré sur sa lèvre inférieure, souri, et je suis rentrée dans sa bouche avec ma langue cherchant le fond de sa gorge. J’aurais pu le faire toute la nuit — l’embrasser, lui sucer les lèvres et la langue.

Finalement, elle a mis fin au baiser, nous deux haletant pour respirer. Sophie a regardé son autre sein, puis m’a regardée.

« Oui », j’ai souri. « Je suis ton médicament, tu te souviens ? »

Elle a léché ses grosses lèvres et a hoché la tête lentement.

*

« Mmm, délicieux », pensai-je en suçant l’autre sein de Louise. J’aurais aimé qu’il y ait du lait dedans. C’était si bon, comme si tous mes problèmes et mon chagrin d’amour étaient emportés par ma meilleure amie qui me donnait son corps.

Elle a joui dans mes bras. Je n’arrivais pas à y croire. J’ai donné un orgasme à une femme. J’ai continué à sucer et sucer son sein, me demandant si j’étais lesbienne maintenant.

En lui souriant, en libérant son mamelon de ma bouche, j’ai encore dit le mot « lesbienne » dans ma tête.

« Allons nous coucher », ai-je suggéré.

« Vous êtes sûr ? »

« Oui, » répondis-je.

Louise m’a lâché, je me suis levée, on s’est tenu les mains et on s’est couché.

« Tu m’as fait jouir », dit-elle en marchant, poussant une longue mèche de cheveux derrière son oreille. Ses seins massifs traînaient encore.

« Je sais », nous sommes arrivés au pied de mon lit.

« J’aimerais vous rendre la pareille, » dit-elle.

« Comment ça ? » J’ai demandé.

Louise n’a rien dit, elle n’a fait qu’enlever le reste de sa robe. Elle se tenait nue devant moi, souriant doucement. J’ai regardé son corps désirable.

Je me déshabille ensuite tout en maintenant le contact visuel. Nous nous sommes tenues en face l’une de l’autre pendant un moment. J’imaginais qu’elle pensait la même chose que moi.

« Je suis sur le point d’avoir ma première expérience lesbienne », pensai-je. Je me suis rapprochée, nous nous sommes saisis du visage de l’autre et, une fois de plus, nous avons envahi la bouche de l’autre avec nos langues.

*

Retrouvailles coquines de deux copines de fac après un divorce 8 - Retrouvailles coquines de deux copines de fac après un divorce Partie 3N’enlevant pas ma bouche de celle de Sophie, je l’ai guidée jusqu’au lit, doucement sur son dos. Sur elle, j’ai embrassé son cou, entre ses seins, sur son ventre sexy et jusqu’à sa chatte.

Je l’ai malaxée un peu, j’ai attrapé ses jambes, ses genoux sur mes épaules et je me suis mis au travail. J’ai enfoncé ma langue dans sa grotte, goûtant quelque chose de familier, quelque chose que j’ai goûté sur mes propres doigts – humide, juteux, un bon gout de chatte.

Mes mains ont voyagé sur tout son corps, son estomac, ses seins. Mes pouces caressaient les lèvres de sa bouche, tandis que ma langue séparait les lèvres de sa chatte.

Je voulais tellement qu’elle éjacule, qu’elle oublie Thierry, qu’elle oublie le chagrin d’amour qu’il lui a causé. Avec ma langue enrobée de son délicieux nectar, j’ai léché et sucé son clitoris. La voir cambrer son dos, attraper ses propres seins et gémir bruyamment était incroyable. C’est ce dont elle avait besoin, et j’allais le lui donner.

Alors qu’elle gémissait, sa bouche s’est ouverte. J’ai glissé mes doigts pour qu’elle les suce. En tapotant continuellement ma langue contre son clitoris, j’ai enfoncé ces doigts trempés de salive dans sa chatte.

« Allez, bébé. Allez, » chuchotais-je à mon amie, regardant son visage, son corps, cherchant des signes en la doigtant.

J’ai continué à m’occuper de son clito. J’ai léché partout, j’ai mordillé ses lèvres de chatte ; j’ai oublié de respirer. Je l’embrassais sur l’intérieur de ses cuisses tout en retenant mon souffle.

« Allez, Sophie », j’ai encore chuchoté, l’exhortant à lâcher prise.

Elle a courbé le dos une fois de plus, j’ai vu ses muscles abdominaux tendus, et ses cuisses tremblent légèrement contre le côté de ma tête. « Oui, » pensai-je, « joui pour moi, bébé. S’il vous plaît ! »

« Louise ! » Sophie a crié, ses mains saisissant ma tête, me tenant en place, ma bouche couvrant son clitoris et mes doigts entrant et sortant d’elle.

« Oui ! » s’exclama-t-elle. C’était génial de la voir culminer, la regarder trembler, la regarder lâcher prise.

Le final demain ! 

Bantabouesv2 - Retrouvailles coquines de deux copines de fac après un divorce Partie 3

plan cul france
1 Commentaire
  1. Lisa & Lucie
    adrien 2 mois Il y a

    De mieux en jeux cette histoire. Elle me donne envie de faire l’amour à ma femme, j’y vais de ce pas. Vivement la suite

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

©2018 XFR - Histoires taboues et téléphone rose - Mentions Légales  - (DMCA) Remove content - CGU - Cookies et confidentialité

Thanks!

NOUVELLES FILLES ! 

5 nouvelles amatrices coquines ont rejoint le service depuis la rentrée ! Anne-Lise la méditerranéenne, Lara l'italienne, Camélia la vicieuse, Adèle la cougar, et Alexandra la rouquine ! 

Envie d'un dial chaud en direct sans attenteT'es chaud et tu as envie de jouir avec une femme au téléphone rapidement?

Appelle notre service maintenant et discute avec des amatrices coquines et libertines qui sont chez elles. Plus de 25 filles t'attendent 24h/24h et 7j/7j pour te donner du plaisir avec leur voix sensuelle et sexy. Elles feront tout pour te faire jouir !

Clique sur le numéro pour appeler directement.

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account