Vous êtes ici : Accueil > Retrouvailles très chaudes avec mon prêtre Bertrand et son ami Antoine de passage dans notre belle Région
Bi - Gay - Lesbien Histoires taboues

Retrouvailles très chaudes avec mon prêtre Bertrand et son ami Antoine de passage dans notre belle Région

Si après les deux épisodes relatifs à cette aventure avec mon prêtre que j’avais écrit il y a un moment, même si comme convenu nous aurons continué notre relation intime, mais ne pensant pas récrire encore sur cette dernière, il ce sera toutefois passé après quelque temps, une aventure assez cocasse de laquelle j’avais trop envie de vous faire encore profiter. Si en effet mon Bertrand et moi avions pris l’habitude de nous voir une fois la semaine, et ce le vendredi, voilà qu’en ce mardi, début de semaine mon petit coquin me passe un coup de fil, pour m’informer qu’il avait reçu en cours de journée, la visite d’un ancien collègue prêtre tout comme lui, se prénommant Antoine, et ce pour deux jours. Il me fait aussi part que ce dernier venant d’une petite ville du nord de la France, se rendant à un séminaire dans le Haut-Rhin, aura profité de ce voyage, pour lui faire une petite visite. Et sans me dire plus sur ce Antoine, mon prêtre Bertrand trop envie de me présenter son ami auquel il semble avoir parlé de cette amitié un peu spéciale qu’il entretient avec l’un de ses paroissiens, me confirme toutefois, ne pas lui en avoir dit plus, mais que ce dernier aurait bien sûr plaisir à faire ma connaissance.

Alors même si comme je l’écrivais déjà, notre habituel rendez-vous était le vendredi il profite lors de son appel téléphonique à me solliciter pour venir déjeuner avec eux demain mercredi à midi si bien sûr cela me restait possible. Et si bien sûr pour lui faire plaisir, j’accepte alors cette sympathique invitation, sans à aucun moment penser à mal. Et en informant ma moitié du coup de fil du prêtre Bertrand, si celle-ci semble même ravie de cette invitation, je me rends donc ce mercredi vers 11 h au presbytère avec une bonne bouteille, où si arrivé, mon Bertrand me reçoit avec un petit bisou de merci d’avoir accepté, où ensuite, je découvre ce prêtre Antoine, qui lui aussi bien sympathique, je vais dire de notre âge, joli sourire, ne manque à son tour d’échanger un bisou avec moi, rajoute de plus, « alors c’est vous ce paroissien privilégié dont m’a parlé Bertrand.. » Si je lui confirme ses dires, je ne manque de plus à laisser quelques éloges sur ce dernier, en disant que c’était un prêtre unique, super cool et gentil et combien apprécié de sa gentillesse auprès des paroissiens et surtout que je l’adorais.

Si nous entrons alors tous trois dans le presbytère, n’étant pas loin de midi, où mon Bertrand n’avait bien sûr manqué de nous préparer un bon apéritif avec quelques gâteries. Et si cette fois encore mon chou de prêtre nous fait part avoir commandé notre repas chez le traiteur qui ne devrait pas tarder à nous livrer. Si en attendant notre repas, nous conversons ensuite tous les trois de mille choses nous nous attardons un bon moment sur cette période où mon prêtre Bertrand et son collègue Antoine avaient fait leurs écoles ensemble durant une bonne année et c’étaient durant cette période liée d’amitié, où si je leur demande par curiosité s’il y aura peut eu un petit plus entre eux, se souriant l’un et l’autre ils me font part que bien sûr que non, mais cela en se laissant très vite à d’autres sujets, me laissant sans insister à soupçonner quelques petits secrets. Et si nous ne manquons bien sûr de trinquer à cette belle journée arrive à un moment le traiteur qui nous livre nos repas, où si Bertrand ne manque de le remercier, lui donne un petit pourboire, aussitôt ce dernier reparti, je remarque alors un peu surpris, que mon coquin comme il en avait l’habitude, mais cela, lorsque nous étions seuls, tourne ensuite le verrou de la porte ce qui me laisse très vite à de drôles de pensées. Toujours est-il que nous passons ensuite à table, où durant presque une bonne heure, nous déjeunons et profitons de ce bon repas, toujours à converser et à finir surtout pour ma part à mieux connaitre ce prêtre Antoine qui avait lui aussi fait son petit chemin. À présent le repas terminé, mon Bertrand nous convie alors à nous installer au salon où il nous servira le café et un petit dessert. Si Antoine et moi prenons alors place lui proposant le fauteuil, me mettant dans le canapé juste en face de lui, où arrive ensuite mon chou à moi, qui nous sert gentiment café et dessert, pour ensuite jeter un œil souriant sur moi et si je pensais qu’il se poserait dans l’autre fauteuil près de Antoine, ce dernier aura choisi à venir s’installer bien près de moi ce qui bien sûr m’aura fait plaisir.

Et si tout se passe au mieux toujours à converser, parlant à présent avec Antoine un peu de moi Gérard, je lui raconte quelques anecdotes de ma petite vie de fidèle paroissien, de mes loisirs, mes responsabilités associatives auprès de la Commune, finissant même à lui dévoiler mes petites tendances et envies parfois de me laisser au plaisir de petits jeux coquins, et cela sans vouloir être bien sûr vulgaire avec des personnes du même sexe que moi. Si le Antoine a compris, il rajoute que cela pouvait arriver et me remercie de toute cette franchise. Et si bien sûr cela n’a laissé mon petit chou de Bertrand insensible, de plus à dévoiler cela à son ami, se souriant réciproquement tous deux, ce dernier ne manque soudain tout en me déposant un petit bisou, de faire partir ses mains sur moi, ouvrant la chemisette que je portais, pour ensuite laisser lentement remonter sa main dans mon dos où si un peu gêné, je jette un regard vers le Antoine qui, s’il me sourit, ne semble à présent plus dupe de cette liaison que nous pouvions avoir son ami Bertrand et moi-même.

Et si combien je prends ensuite conscience du peut être jeu de mes deux petits prêtres comprenant alors pourquoi mon coquin de Bertrand aura tourné le verrou de la porte après le départ du traiteur. Si toutefois je me laisse en toute innocence aller à la suite, où si les mains de mon petit chou de prêtre continue à me râper lentement le dos, voilà qu’il se laisse de plus à me mordiller le cou, jusqu’à finir par s’emparer de ma bouche et cela devant le Antoine stupéfait, qui à cet instant nous mate comme une petite pute, à nous dévorer nos bouches et rouler nos petites langues avec fougue. Et si tout en nous bouffant Bertrand et moi, jetant tous deux un œil à notre Antoine, nous remarquons de suite que ce dernier, toujours à nous mater, ne se retient à passer une main entre ses jambes nous doutant qu’il n’aura pu se retenir à se caresser discrètement son sexe à travers sa soutane.

Et continuant pour ma part à penser que ses petits jeux jusqu’alors, étaient un peu prémédités par les deux petits salauds, ne portant à présent plus que mon pantalon, si mon coquin de Bertrand, se remet un moment à me bouffer de partout, il finit par ouvrir la braguette de mon pantalon sous lequel si bien sûr j’étais à poil, ce dernier me le retire ensuite, où si je me laisse faire avec quelques gémissements, j’écarte de plus un peu mes jambes ce qui permet à mon petit prêtre adoré et sans tenir compte de la présence de son confrère, de s’emparer de ma queue tout en érection et la laisse partir dans sa bouche me prodiguant une fellation torride. Et si je me laisse avec excitation grimacer et gémir de ce plaisir, surtout avec assis en face de nous le prêtre Antoine, toujours à se caresser discrètement, où ce dernier se laisse alors à : « Je n’aurais jamais pu imaginer assister à autant de perversion entre un prêtre et un fidèle ». Mais à voir combien vous semblez tous deux partager ces plaisirs, je comprends qu’avec le soutien du démon du vice, tu auras su un peu détourner mon ami Bertrand duquel je connaissais malgré son sacerdoce son petit faible quant à ses jeux coquins.

Il continue alors et rajoute, je vais même t’avouer Gérard, que Bertrand et moi, durant notre année d’études avions en cette période, déjà eu quelques petites relations bien intimes et coquines, ce dont je me doutais au fond de moi, ne manquant à mon tour de le remercier de ses aveux. Alors même si mon chou relâche ensuite ma queue, un peu mal à l’aise de la révélation de son ami, dont il n’avait pas souhaité me parler, je le rassure de suite que je ne lui en voulais pas. Ce dernier rajoute toutefois, qu’il est vrai qu’avec la visite de son ami Antoine et de plus ma présence au milieu des deux coquins, se doutant que cela pourrait à un moment dégénérer, il aurait pu me faire part de ce petit secret et me remercie par un bisou de ne pas lui en tenir rigueur.. Et si tout ce petit imbroglio pas méchant, mais combien pervers, aura fait sourire le Antoine, qui ensuite se lève de son fauteuil, vient vers le canapé, me doutant un peu de la suite, où en effet mon Bertrand relâche alors ma queue me sentant à cet instant et comme je m’y attendais un peu piégé il se laisse juste à « vas-y Antoine… vas-y.. , » surtout à présent que tu lui auras dévoilé être toi aussi attiré à ses petits plaisirs, me doutant que notre Gérard va adorer cela… ».

Et si le Antoine, sans plus se jette très vite sur moi, prend quelques instants avec fougue ma bouche dans la sienne, il se relève ensuite, déboutonne sa soutane, sous laquelle à mes yeux ébahis et surpris ce dernier était tout simplement à poil et laisse à ma vue une jolie queue bien en érection, qu’il me tapote alors autour du visage et sans plus, la fait glisser au fond de ma gorge où il se laisse à des « suces la mon petit salaud, il paraît mon Gérard que tu adores, alors profites-en et fais-moi un peu de bien…, » et si combien avec un plaisir dément je me délecte de cette superbe queue, ne manque par la même de lui malaxer ses couilles pendantes, je laisse de plus partir mon index se glisser dans son trou de râper les entrailles de ce dernier, faisant durer ce jeu encore un moment torride, où si mon Antoine ne se retient à des gémissements et râles de plus en plus fort, il se met de plus à laisser sa queue à des va et viens effrénés au fond de ma bouche pour après encore quelques sublimes instants, finir dans une jouissance indescriptible et laisse gicler sans retenue et avec force, plusieurs jets de sperme au fond de ma gorge. Si apaisé il retire ensuite sa queue de ma bouche, si mon chou de Bertrand, assis près de moi, avait assisté à ce torride spectacle, je me jette sur sa bouche, roule ma langue dans la sienne et profitons tous deux à se délecter du reste de sperme qui avait envahi ma bouche.

Si nous décidons ensuite tous trois d’une petite pause, allant pour ma part discrètement me rincer sous la douche où si mon chou de Bertrand me rejoint un instant pour me remettre un joli peignoir de bain sans manche pour me couvrir, nous voilà réinstallés au salon où si notre Bertrand nous a préparé une boisson bien fraiche un peu alcoolisée précise-t-il.  Si je jette à un moment un œil à l’heure, voyant qu’il n’était que 16 h 30, nous reprenons à converser, où à un moment, mon chou, tout en s’adressant à son ami Antoine, le coquin tout souriant, se laisse alors sans tenir compte de mon avis, envers ce dernier à lui proposer « et si on se laissait tous les deux à baiser notre petit paroissien Gérard…, à s’occuper de lui avec nos deux queues et pourquoi pas lui faire sentir l’une d’elles enculer la petite pute… ». Et si bien sur à entendre ses mots, son petit confrère Antoine lui sourit en retour et lui réponds « je suis bien sûr oh !!!!, combien de la partie avec toi mon Bertrand…, » où ensuite, de mon côté, faisant semblant d’être un peu un peu effrayé à l’idée des perversités qui leur viendront, je me laisse à leur rétorquer pas cela mes petits salauds, svp…, svp.. , vous n’allez pas vous mettre à deux sur le pauvre petit fidèle que je suis.

Si sans plus, les petits salauds se laissent à se sourire réciproquement, mon chou de Bertrand, nous ressert alors encore un verre de cette boisson fraiche même alcoolisée, pensant pour ma part que leurs intentions envers moi, n’auront été que des bavardages. Et si en effet pour le moment tout se passe au mieux, toujours à converser, après une dizaine de minutes, je remarque le temps d’un instant que mes deux petits prêtres se jettent un regard complice, pour ensuite se lever tous deux, venant près de moi pour alors m’empoigner chacun d’un côté m’obligeant à me relever, où faisant mine de me débattre, quelques secondes suffiront à mon chou de Bertrand, pour faire tomber le peignoir qu’il m’avait gentiment prêté et finir comme ils le souhaitaient tous deux par me retrouver tout à poil à la merci de toutes leurs envies. Et si de plus le mon Bertrand tire par sécurité le double rideau des fenêtres, mes deux petits pervers laissent soudain tomber leurs soutanes, bien sûr là encore à poil tous les deux où si alors cela n’est plus un partage de plaisirs, mais devient une orgie démentielle où prisonnier entre mes deux petites salopes, me sentant comme drogué je leur lance « allez-y mes salauds.. , Gérard est à vous… laissez-vous à toutes vos envies…. Faites-moi tout ce dont vous aurez envie… » Et si à cet instant, l’un devant moi, l’autre derrière moi, tous deux laissent partir leurs bouches, leurs langues, leurs mains dans mon dos, sur mon torse, ne manquent de plus tout en me serrant entre eux, à se dévorer entre eux à quelques instants, puis reprendre leurs jeux sur moi, l’un me dévorant mes fesses, puis mon trou de cul, alors que l’autre me bouffe les couilles, s’empale sur ma queue, me laissant à des petits cris et gémissements de folie où si je me remets à des « encore…, encore mes petites putes…,. donnez à votre petite salope…, ne vous retenez en rien…. , j’adore… »

 Et si le plaisir d’être à ce point et sans aucune retenue, pris par mes deux petits hommes d’Église, voilà qu’arrive un moment, où si mon chou de Bertrand lance à son ami Antoine « c’est le moment de l’enculer, vas-y mets lui ta queue, je me doute que tu en as envie, défonce-lui son petit cul…. », ce dernier se saisit alors de moi, pour me bloquer contre le canapé, m’y retenant de mes deux mains sur la rampe, où sentant très vite derrière moi, le Antoine passer ses mains autour de ma taille où si de plus, j’écarte un léger mes jambes, sans plus, je sens alors sa queue se poser, puis entrer lentement et encore… et encore dans mon trou de cul, me sentant presque défaillir de ce plaisir indescriptible, surtout lorsqu’en plus, ce dernier empoigne ma queue entre mes jambes et se laisse à me la branler.

Et si bien sûr le pire était à venir, lorsque mon chou de Bertrand ne manque de vouloir lui aussi participer à ses ébats de déments, il vient se mettre sur le canapé, au bord duquel bien sûr je me retenais toujours les jambes écartées avec la queue de mon Antoine qui me limait avec démence les entrailles de mon cul. Et là mon chou de Bertrand finit par me glisser sa jolie queue bien dure dans ma bouche où je profite avec fougue à me délecter comme je l’adore de cette dernière. Et si les positions et jeux torrides perdurent encore de longues et sublimes minutes, cela permet à notre petit trio de petites putes déjantées à gémir et lancer des râles déments de cet échange insoutenable de perversités, où encore quelques minutes suffiront où si mes deux pervers prêtres se mettent de plus à des va et viens effrénés l’un avec sa queue au fond de mon cul et l’autre me bloquant l tête avec la sienne au fond de ma bouche, nous finissons tous trois dans une jouissance de folie indescriptible, laissant chacun gicler avec force et sans retenue nos spermes dans ses positions démentes dans lesquelles nous nous trouvions à cet instant.

Si à présent apaisés tous trois, nous nous remercions de ses ébats fous, nous dévorant encore durant de longues minutes nos bouches à tour de rôle pour ensuite nous rhabiller et prendre en toute sérénité un dernier verre.

FIN

Gégé

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

recap

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Catégories

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Bons plans coquins

Visio Skype

skype tel rose amateur

Bons plans

Médias de la Communauté

Sexe à distance

téléphone rose pas cher

Remontons le temps