Bi - Gay - Lesbien Histoires taboues et histoires de sexe Vieux - Jeunes

Sophie vit sa première expérience lesbiennes avec sa patronne Maria

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

« Sophie, tu vas bien ? »

Ne détestez-vous pas cette question ? Surtout quand vous essayez de faire croire au monde que tout va bien ! En ce moment, Sophie, 22 ans, détestait beaucoup de choses, mais son dégoût le plus profond était pour son ex-petit ami qui, après 7 ans, l’avait larguée pour une milf de 38 ans. Le simple fait d’y penser lui faisait monter les larmes aux yeux, alors elle les séchait et passait à autre chose. Cependant, cinq minutes plus tard, dans la salle de bains, elle regarde ses fesses dans le miroir et secoue la tête, persuadée que son petit cul serré est plutôt joli. Les mêmes pensées sur le reflet d’une belle fille mince, à la peau impeccable, aux jolis yeux et aux seins parfaitement proportionnés. Sa tenue de travail, un short rouge et un T-shirt blanc (sans soutien-gorge), lui allait à ravir. Elle a souri et, jugeant la décision de son ex, a dit : « Ouais, c’est un con ! ».

De retour derrière le comptoir du bowling, Sophie arpentait la salle vide. Il était tôt, mais les mardis soirs étaient merdiques en été alors qu’elle a lu son magazine. Peu après, Maria, sa patronne, entre en trombe. Sophie admire Maria, une femme de 34 ans, élégante et sûre d’elle, qui s’occupe toujours de ses employés.

« Hey ! » Elle dit en souriant : « Mardi occupé, alors ? »

Sophie soupire, « Ouais ! Génial ! »

Maria a fait une pause. Elle l’avait vu. Et puis c’est arrivé !

« Sophie ? Tu vas bien ? »

Sophie commence une réponse répétée, mais ses émotions la laissent tomber et elle se met à pleurer, réussissant à révéler que Chris l’avait larguée avant que sa tête ne tombe sur sa poitrine et que les sanglots ne prennent le dessus.

Maria s’installe derrière la chaise de Sophie, l’entoure de ses bras, l’embrasse sur la joue et lui chuchote des mots réconfortants à l’oreille, essayant de chasser la tristesse. Sophie sent la chaleur la parcourir et se sent soudain prise en charge et en sécurité. Maria l’a serrée fort dans ses bras et Sophie dans ceux de sa patronne, mais elle a fait par inadvertance quelque chose qui a changé la nuit. C’était une petite allusion à un message adressé à Maria et elle a répondu en embrassant à nouveau la joue de Sophie. Sans réfléchir, Sophie a doucement caressé les bras de Maria avec ses pouces. C’est assez innocent, mais cela a déclenché des sentiments de désir pour sa jeune et sexy employée, jusque là réprimés.

Maria rompt l’étreinte et Sophie se tourne vers elle, l’air un peu penaud. Maria lui dit doucement : « Donne-moi une minute, pas besoin de bouger ! ». Maria se penche et embrasse le front de Sophie, testant la jeune fille. Sophie sourit. Sa patronne se dirige vers les portes principales, actionne le loquet et éteint les lumières avant de revenir vers Sophie. Elle a atteint le fauteuil pivotant, l’a fait tourner loin d’elle et a demandé : « Maintenant, où en étions-nous ? ».

Sophie a gloussé et a laissé les bras de sa patronne croiser sa poitrine et n’a pas bronché lorsque les mains de Maria ont effleuré la base de son t-shirt et qu’elle a senti des doigts sur sa peau de chaque côté de son corps. Elle a remercié Maria d’être si gentille, mais a dit qu’elle ne devait pas fermer l’endroit.

« Fais-moi confiance Sophie, ce n’est pas grave ! » Elle a dit, en embrassant le cou de la jeune fille. Elle a ensuite fait un pas de plus avec ses mots, « Je préfère te tenir dans mes bras que de regarder un club vide ! ». Ajoutant rapidement, « Je ne peux pas avoir des employés contrariés ! » Mais instantanément, les pouces de Sophie se sont arrêtés. Avait-elle été trop loin ? Maria a alors posé CETTE question !

« Sophie ? Tu vas bien ? »

Sans être vue par la femme plus âgée, Sophie sourit, « Jamais mieux ! ». Et avec cela, Sophie a commencé à caresser doucement les bras de Maria avec toutes ses mains et a posé sa tête contre celle de Maria, donnant un signal clair de conformité.

Sophie sentit des baisers descendre dans son cou et les bras de Maria se décroiser et passer sous sa chemise pour caresser son ventre doux et plat. Elle soupire et ferme les yeux alors qu’ils remontent vers ses seins fermes. Le toucher n’avait rien à voir avec celui de son ex et sa respiration devint plus lourde. Elle tourne la tête vers Maria, leurs lèvres se rencontrent et les deux filles gémissent doucement. Maria pousse fort contre Sophie, leurs langues se touchent et dans la chaleur du désir, une main pince un téton tandis que l’autre se déplace rapidement vers la ceinture du short de Sophie. Maria a retiré son visage et leurs yeux se sont rencontrés. Sophie fait un tout petit signe de tête en s’avançant pour embrasser à nouveau et halète lorsqu’un doigt expert glisse le long de ses poils pubiens taillés et se faufile dans son trou incroyablement humide. Elle s’est agrippée aux bras de la chaise tandis que les doigts errants massaient, sondaient et taquinaient sa chatte. Quelques minutes auparavant, Sophie n’avait jamais envisagé d’être avec une autre fille, mais maintenant, elle s’abandonnait complètement.

Maria n’avait jamais imaginé qu’elle serait un jour intime avec Sophie. En tant que femme gay et excitée, elle avait souvent bavé sur son employée, mais en embrassant cette belle fille, en caressant ses seins divins et en baisant avec ses doigts la chatte la plus humide qu’elle ait jamais touchée, elle n’en revenait pas de sa chance ! Sentant l’orgasme de Sophie monter, elle a rompu le baiser, retiré ses mains, fait pivoter la chaise pour lui faire face et s’est mise à genoux. Elle a agrippé les côtés du short de la fille haletante. Sophie a soulevé ses fesses et le short avait disparu. Elle a crié quand la langue chaude a plongé en elle. Oui, elle avait déjà eu du sexe oral, mais rien de comparable à la langue et aux doigts qui lui faisaient l’amour maintenant.

Maria ne pouvait pas se passer du nectar de Sophie et quand elle a su que l’apogée était proche, elle a glissé ses deux mains vers ces seins parfaits en pinçant fort les petits tétons et c’était tout. Le corps mince sous elle se tordait d’extase et Maria buvait abondamment le flux supplémentaire.

Sophie flottait sur un nuage euphorique de plaisir sexuel et lorsqu’elle a commencé à se calmer, elle a crié « C’était génial ! ».

Maria s’approche de son visage et l’embrasse doucement : « Ça ne doit pas forcément s’arrêter là ! On pourrait aller chez moi ! »

Sophie sourit, acquiesce et prend son short. Elle embrasse à nouveau sa patronne et elles se préparent à quitter le bâtiment. Alors qu’elles marchent vers la voiture de Maria, Sophie sourit à la question suivante de Maria, sûre de sa réponse.

« Sophie ? Tu vas bien ? »

Merci de votre lecture…… Maintenant une demande…… si vous avez aimé cette histoire ou d’autres, S’IL VOUS PLAÎT, donnez un vote positif à ces histoires ! Merci xx

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

20€ offerts chez Octopus électricité

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou