Vous êtes ici : Accueil > Un autre moment de dépravation avec mon petit ami le médecin Fabien
Bi - Gay - Lesbien Confession Intime Histoires taboues

Un autre moment de dépravation avec mon petit ami le médecin Fabien

Un autre moment de dépravation avec mon petit ami le médecin Fabien

Lire le premier épisode

Si je ne pensais revenir souvenez-vous à ce moment combien agréable et chaud avec mon sympathique docteur du prénom de Fabien, qui lors de mon petit footing autour de mon étang lors de cette journée de mi-juin, où après m’être laissé à une chute et m’étant blessé à la cuisse aura eu la gentillesse de s’occuper de moi, me soigner et bien plus encore…, (à lire dans ma première histoire que j’avais faite paraître sur notre site le 04/07).

Et si je lui avais promis de repasser pour vérifier ma cuisse, après quelques jours, n’ayant plus de ressenti après ses bons soins, si toutefois quelques petites pulsions, avec bien des envies encore déviantes envers ce dernier me reviennent, ses dernières me poussent alors ce lundi matin après quelques jours écoulés, à lui passer un coup de fil pour encore le remercier. Et si combien ce dernier semble heureux d’entendre ma voix, ne manque de me préciser que si son cabinet est encore fermé jusqu’au 23/7 et que même si je me sentais à nouveau super bien, cela lui aurait tout de même été agréable de me revoir et de vérifier l’état de ma cuisse et rajoute « que pour le rassurer, nous pourrions même faire un petit essai de footing ensemble cet après-midi si cela pouvait peut être me convenir. ». Et tout en conversant je remarque de suite que mon pervers petit docteur ne devait encore manquer de fantasmes me concernant, allant tout en bavardant à réussir à me faire bander au téléphone et me laisse alors, combien excité de lui répondre que cela ne me déplairait pas, où sans plus, mon Fabien me propose de le rejoindre chez lui pour 13 h, où comme la fois passée, nous pourrons nous rendre avec sa voiture pour un peu se dégourdir, à l’endroit où nous nous étions rencontrés lors de mon petit accident.

Si de plus, la météo était très belle ce jour, je me couvre alors juste d’un léger polo et d’un petit short bien serré, pour alors partir de chez moi après 12 h 30, informant ma moitié que j’allais faire un saut à mon étang, où un bon quart d’heure me suffira pour alors me retrouver déjà bien bandant devant le cabinet de mon docteur. Je sonne alors, où si ce dernier m’ouvre très vite, où je le retrouve lui aussi en short et polo tout comme moi-même, combien son visage rayonnait à cet instant du plaisir de me revoir, me fait alors entrer, où si j’ai à peine le temps de déposer ma sacoche, la petite pute me bloque un instant dans l’entrée contre le mur, où si comme sa petite drogue, il laisse partir sa bouche dans la mienne, se dévorant avec envie ses dernières tout en roulant quelques instants avec fougue et plaisir nos langues l’une dans l’autre, comprenant de suite que l’après-midi allait être chaud. Relâchant après un moment déjà bien chaud notre étreinte, mon docteur m’entraîne alors dans sa salle de soins pour me dit-il avant de partir, s’assurer de l’état de ma cuisse, profite en plus à laisser promener quelques instants ses mains, remarque bien sur l’état de ma queue, mais trop content pour sa part de constater qu’en effet ma cuisse en apparence semblait se porter mieux. Et s’il ne manque de me dire combien il me trouve trop mignon dans mon petit accoutrement de sportif, je lui réponds qu’il ne manque pas lui aussi d’être trop cool.

Si nous quittons ensuite son domicile, installés dans la voiture de mon Fabien à rejoindre notre point de départ, où même si une dizaine de minutes suffiront, je ne manque à profiter dans ce court moment à laisser à mon tour ma main partir entre les jambes de mon coquin, à caresser quelques minutes même à travers son short, sa queue que je sens elle aussi déjà en érection et qui ne manque de gémir de ce petit plaisir. Heureusement, arrivés, il stationne et ferme sa voiture, où comme bien des joggeurs, nous voilà partis pour une petite heure à notre footing à travers champs et chemins ruraux où nous croisons et saluons pas mal de monde. Et bien sur si mon Fabien tout en courant lentement, ne manque de me demander des nouvelles de ma cuisse, je lui confirme que tout semble aller très bien, ce qui le ravit. Un autre moment de dépravation avec mon petit ami le médecin Fabien

  Si un peu plus d’une heure bien cool aura passé, tous deux un peu éreintés, nous décidons alors de rebrousser chemin, après nous être bien donné à ce footing et n’ayant plus vingt ans ni l’un ni l’autre, pas mécontent de retrouver très vite notre véhicule où comme à l’aller une dizaine de minutes passent mais cette fois un peu en sueur et trop content de retrouver le domicile de mon chou de docteur. Et combien à cet instant heureux tous deux de retrouver son appart bien frais. Ce dernier nous cherche ensuite très vite un petit rafraîchissement, où s’il revient et malgré notre état un peu en sueurs et cette fois à mon initiative, je ne peux me retenir à me saisir de lui, pour comme il s’y était laissé avant notre départ, à se dévorer un moment comme deux petits démons, où ensuite mon petit pervers me propose tout en souriant, « et si nous allions un moment sous la douche mon Gérard ce qui devrait nous faire énorme de bien ». Et si combien cela me convenait, quelques secondes suffisent pour se retrouver tous deux à poil à se rendre à la salle de bains, sous cette douche où si cette bonne eau fraîche nous fait un bien énorme, bien sur très vite avec cette envie un peu folle de laquelle nous nous étions retenus l’un et l’autre jusqu’alors, tout dégénère très vite, ne se retenant à aucun plaisir, se jetant nos corps nus l’un sur l’autre à se chamailler avec une frénésie et une envie partagée.

Et cela déjà, jusqu’à ce que ma petite pute de docteur, se laisse à un moment tomber entre mes jambes, pour se saisir de ma queue, la faire partir dans sa bouche et me la sucer avec envie où il ne manque de plus de laisser son index et son majeur se glisser dans mon trou de cul et me branler ce dernier, tout en ne relâchant en rien cette queue bien au fond de sa bouche. Et si de plaisir, je m’agrippe à la barre retenant le rideau de douche, les jambes écartées, je ne me retiens à des « Oh ouiiiiii.. , ouiiiiii.., vas-y ma salope.. , suces moi, comme c’est bon… ». Et si je laisse faire mon petit pervers encore quelques minutes, je finis par le supplier à me laisser moi aussi lui bouffer sa jolie queue dont j’avais une envie folle. Si souriant il relâche alors son jeu, très vite il me glisse la sienne que j’engloutis alors au plus profond de ma bouche, où ce dernier ne se prive alors de bloquer ses mains sur ma tête, pour se laisser à des va et viens déments, laissant ce jeu durer encore un torride moment. Si je me relève ensuite pour repartir dans d’autres ébats de folies, heureusement la salle de bains étant grande et spacieuse, à se chamailler comme les deux petits pédés que nous étions, nous finissons à un moment tous deux, à moitié dans la douche, à moitié à l’extérieur, où profitant du tapis de bain au sol et là encore dans des ébats et positions les plus perverses, où arrive un moment, allongés à contre sens l’un sur l’autre, cela nous permet alors à se dévorer nos queues réciproques. Et là, si de plus nos mains ne manquent de se promener à tous les endroits possibles, finissant autour de nos fesses, nos doigts ne se privent en rien de se glisser bien profond dans nos trous de culs que nous nous branlons avec force dans quelques gémissements et râles indescriptibles, où quelques secondes encore nous suffisent pour alors laisser gicler nos spermes dans une jouissance démentielle bien au fond de nos bouches durant quelques minutes insoutenables d’apaisement et de plaisir combien encore partagé.

Après avoir repris quelques instants nos esprits, nous nous relevons pour retourner sous la douche pour rincer nos corps à présent un peu apaisés, non sans reprendre nos bouches et nos langues avec gourmandise. Si enfin nous nous couvrons de nos shorts, où en jetant un œil à l’heure, voyant qu’il n’était que 16 h, faisant alors part à mon Fabien combien j’étais heureux de voir que j’avais encore bien du temps pour rester ensemble, ce qui fait sourire le coquin qui ne manque de rajouter « j’ai plaisir à imaginer que le petit Gérard dépravé, a encore peut être bien des envies…, » pour alors passer près de moi, me dépose un petit bisou et combien souriant me fait part aller nous préparer un bon petit café. Et si je profite à lui répondre « en effet mon coquin, j’ai encore trop envie toi, que tu me fasses du bien et surtout combien encore sentir ta jolie queue partout en moi…, » où ce dernier se laisse juste à un petit sourire. Me rendant alors dans son petit salon prenant place dans le canapé où après quelques minutes, mon Fabien revient, nous sert le café et vient mettre près de moi, si nous conversons encore un long moment en prenant le café, arrive cet instant où je sens alors les mains de ma petite pute repartir sur moi, qui me laisse bien sur faire, de plus rajoutant pour le plaisir, « Oh ouiiiiii…, ouiiiiii mon petit docteur, vas-y…, laisses toi aller mon chou.. , fais moi encore du bien…, combien j’ai encore envie de me donner à toi ». Et bien vautré dans le canapé, si de plus j’écarte vicieusement un peu mes jambes ce dernier se jette alors sur moi, se dévorant encore comme deux petites salopes.

Après cela, si quelques secondes suffisent où mon chou de docteur se lève alors, fait tomber son short qu’il avait remis après la douche pour venir se mettre à califourchon sur moi, et laisse repartir sa queue bien au fond de ma bouche, dont je me délecte de longues minutes tout en me remettant à lui doigter son trou de cul, il ne manque à un instant de gémir « comme tu suces bien mon petit pervers…, vas-y mon Gérard…, roules bien ta langue autour.., comme c’est bon.. » tout en ne manquant de se laisser à encore pousser sa queue au plus profond de ma bouche… » où si je laisse repartir un deuxième doigt dans son trou de cul, le moment partagé devient de plus en plus dément ma petite pute ne se retenant à quelques râles de ce pervers moment. Et si cela dure encore quelques sublimes minutes, si mon Fabien retire sa queue de ma bouche, les yeux remplis d’une perversion démente, il me dit « j’ai vraiment encore envie de ton cul et de t’enculer ma petite salope…, » je lui rétorque souriant, laisses toi aller mon chou, ne te retiens pas, je suis à toi avec toutes tes envies les plus perverses… ». S’il se saisit ensuite très vite de moi, reprend un instant avec démence ma bouche, me demande de tirer ma langue qu’il roule autour de la sienne, il me somme ensuite de me relever, fait tomber mon short, pour alors me faire pencher sur le canapé, les jambes bien écartées, se jette entre ses dernières et me fait sentir sa petite langue déjà à me lécher les couilles, puis se promener entre la fente de mon cul pour ensuite se glisser dans mon trou et lentement s’y introduire encore et encore. Et si combien la langue de ma petite pute, me démange avec folie les parois de mon trou, ne pouvant à cet instant me retenir à des gémissements de plus en plus fort de ce démentiel moment. Si je profite de plus à donner encore plus de piment à mon petit salaud, me lâchant dans des « Oh ouiiiiii.. , comme ta langue est bonne mon coquin.. , ouiiiiii, ouiiiiii, continues encore un peu j’adore trop me faire bouffer ainsi par toi, pour après me laisser sodomiser par ta jolie queue… ».

Et là, si ma petite pute de docteur ne se retient plus, , il retire alors sa langue de mon trou, puis m’empoigne comme une poupée autour de la taille, pour me faire basculer au sol sur le dos, s’empare d’un coussin pour se jeter entre mes jambes qu’il maintient bien écartées, place ce coussin sous mes fesses, laissant à présent à sa seule vue, mon joli trou de cul. Et si combien je me sentais bien et heureux d’être ainsi soumis à ma petite pute lui lançant encore « Ouiiiiii.. , vas-y.. , baises moi mon petit pervers.. , combien j’ai envie de cela », où sans plus, ce dernier laisse sa jolie queue bien longue et dure se promener un instant sur le bas de mon ventre pour ensuite s’en saisir et la laisse lentement entrer dans mon trou de cul. Et si une envie de hurler du plaisir de sentir une fois encore cette queue me défoncer, je me laisse à faire mine me débattre sous les yeux de ma petite salope, qui de plus se laisse à des mouvements de va et viens qui me permet de sentir cette queue me limer avec démence mes parois internes, comme alors son petit esclave sexuel qui me laisse à plaisir presque insoutenable. Et là, s’il ne manque de plus de me couvrir de caresses le torse, puis s’empare à présent de ma queue toute en érection, qu’il me branle lentement, me palpant de plus mes couilles, où ne pouvant se retenir après encore quelques divines minutes de ce moment pervers, nous sentons tous deux, dans une osmose combien partagée et nous laisser sans retenue, partir dans des râles de plus en plus fort et dans une jouissance démentielle, ma petite pute de docteur après quelques secondes, m’emplissant de plusieurs jets de sperme les parois de mon trou de cul, me laissant pour ma part à exploser et lui inonder de ma semence sa main, où mon coquin tout souriant, ne manque ensuite de porter cette dernière autour de ma bouche et de mes lèvres, me laisse à me délecter de mon sperme.

 Si enfin il retire ensuite sa queue de mon trou de cul pour alors revenir sur moi me remercier de ce torride et surtout apaisant après-midi, reprenant nos bouches l’une dans l’autre tout comme nos langues qui toutes deux se délectent quelques instants encore des quelques gouttes de sperme restantes. Et enfin reprenant tous deux nos esprits, passant encore quelques minutes sous la douche à nous câliner, remettant ensuite nos quelques vêtements et prenant un dernier petit verre, je quitte alors mon petit docteur non sans un dernier échange de bouche, qui sur le pas de la porte ne manque de me rappeler que s’il reprend sous peu ses consultations, il compte bien sur ne pas se passer de moi et me joindra par téléphone où mail pour encore se revoir très vite.

FIN —Gégé.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

recap

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Catégories

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Bons plans coquins

Visio Skype

skype tel rose amateur

Bons plans

Médias de la Communauté

Sexe à distance

téléphone rose pas cher

Remontons le temps