Un frère fasciné par la pisse de sa sœur salope Partie 1

« Tu dois te ranger », ai-je crié.

« Je ne m’arrêterai plus », a dit mon grand frère, « ce n’est pas ma faute si tu as eu ce café supplémentaire, je t’avais prévenu ».

« T’es vraiment un connard », ai-je marmonné.

J’étais désespérée, ma vessie était si pleine et j’avais une sensation de brûlure à l’entrejambe. Mon demi-frère pouvait être un tel connard parfois.

Il était venu me chercher à l’université pour me ramener à la maison pour les vacances de Noël, ce qui était très gentil de sa part, mais maintenant il faisait le con. J’avais vraiment besoin de pisser et il n’arrêtait pas.

« Je vais me pisser dessus dans une minute », ai-je prévenu, « sur vos beaux sièges en cuir ». Je bougeais mon cul sur le siège, la gigue semblait m’aider mais je savais que j’allais bientôt me pisser dessus. J’ai bougé mes mains entre mes jambes, en appuyant fort sur ma chatte.

Mon demi-frère, Ben, me fixait sur les genoux, les mains appuyées contre l’entrejambe de mon jean moulant. « Regarde la route », criai-je, « trouve un endroit où te garer ».

« Je n’arrêterai pas Beth », dit-il, les yeux retournant à la route, « si tu pisses sur mon siège, tu vas payer. »

« Je n’y peux rien », ai-je dit, « vous devez arrêter ».

« Non », répondit-il finalement, ses yeux se plaçant entre mes jambes puis retournant sur la route.

J’ai brossé mes longs cheveux blonds derrière mon oreille. Merde, qu’est-ce que j’allais faire, j’avais 18 ans et j’allais me pisser dessus, j’étais désespéré. Je l’avais pourtant prévenu et il n’a pas écouté, peut-être que je devrais me pisser dessus, je me suis dit, ça lui donnerait une leçon.

À ce moment-là, l’idée de me pisser dessus bizarrement m’a vraiment excitée, de me soulager dans mon jean. J’y avais déjà pensé, mais je m’en suis débarrassé comme d’un pervers. L’idée que mon demi-frère me voit le faire a ajouté à la perversion et m’a excité encore plus.

Plus j’y pensais, plus j’avais besoin de faire pipi, je poussais maintenant si fort sur mon entrejambe, en essayant de l’arrêter. Cela ne servait à rien, je le sentais venir, j’étais désespérée de le libérer. Mon urètre me brûlait.

Oh mon dieu, j’allais me pisser dessus définitivement, une partie de moi tellement honteuse l’autre partie désespérée pour la sortie, en partie excitée par l’idée de mouiller mon jean et de remplir l’entrejambe, en le regardant s’étendre.

La pensée était trop forte et ça a commencé, j’ai bougé mes mains alors qu’une petite tache humide commençait à apparaître sur mon entrejambe, ça faisait tellement de bien de se laisser aller.

« Je pisse », ai-je crié, « Je ne peux pas l’arrêter ».

Ben s’est retourné et sa bouche est tombée d’horreur en regardant mes jambes ouvertes, la tache humide qui s’étend, des perles de pisse poussant à travers mon jean serré.

Dieu que c’était si bon, la chaleur se répandant sur mon entrejambe, commençant à dégouliner dans la fente de mon cul, me chatouillant l’anus.

Ben a fait tourner la roue à gauche sur la bande d’arrêt d’urgence en me faisant crier.

« Sortez », a-t-il crié, « vous abîmez ma voiture ».

J’ai ouvert la porte et je me suis mis debout dehors, la voiture protégeant la vue des autres voitures, la pisse coulant toujours de mes lèvres de chatte, la tache humide s’étendant à l’arrière des jambes, je pouvais sentir la pisse couler à l’intérieur de mes cuisses et sur mes mollets.

C’était une sensation tellement incroyable, ma vessie pleine de désespoir, la douleur qui s’est atténuée, toute cette pisse qui mourrait d’envie de sortir, libérée dans mon jean. Ça me mouillait la chatte, et pas seulement la pisse.

Ben a regardé mon cul serré et mes longues jambes maigres alors que la pisse tachait mon jean de l’entrejambe vers le bas, il a regardé avec fascination la pisse couler au bas de mon jean, par-dessus mes chevilles et mes baskets, puis il s’est mis à faire du billard sur le sol.

J’ai fini par m’arrêter, mon jean trempé de pisse, une petite flaque dans l’entrejambe de ma culotte. Je pouvais sentir les yeux de Ben brûler dans mon cul, je me sentais si excitée maintenant, qu’est-ce qui n’allait pas chez moi.

« Je ne peux pas croire que tu t’es juste énervé », a dit Ben, « et dans ma voiture ».

« Va te faire foutre », ai-je dit avec colère, en me retournant « Je t’avais prévenu et regarde ce que tu m’as fait faire ».

Ben avait un peu honte de lui, ses yeux regardant mon ventre plat et tonique, et mes hanches étroites, mon jean était bas sur mes hanches, montrant les muscles qui descendaient jusqu’à ma chatte. Ses yeux se sont enfoncés entre mes jambes, une énorme tache humide.

J’étais sûr que c’était sa bite qui tentait son short, ça m’a rendu un peu plus humide. Je sais qu’il était mon demi-frère, mais on ne pouvait pas nier qu’il était en forme. Cheveux courts et foncés, corps musclé, mais svelte et athlétique.

Il a levé les yeux, « peu importe, » a-t-il dit, « vous n’êtes pas assis à côté de moi maintenant, montez à l’arrière, il y a une serviette sur laquelle vous pouvez vous asseoir. »

Je ne pouvais pas être baisé pour discuter, je me suis mis sur le siège arrière, assis derrière lui, je ne voulais pas qu’il puisse me voir.

« Vous allez payer pour me faire pisser », ai-je dit.

« Peu importe », a-t-il répété, et il s’est mis à conduire.

Je me suis assis à l’arrière, les fesses couvertes de ma propre pisse. Ma culotte était si humide et pas seulement à cause de la pisse, j’étais tellement excitée que je pouvais sentir la chaleur dans ma chatte, les jus qui s’écoulaient, mes lèvres gonflées.

J’ai enfoncé une main dans mon entrejambe, mes jambes se sont fermées mais ma main s’est insérée dans l’espace entre mes cuisses. L’autre main me serrait un de mes petits seins à travers mon t-shirt serré de roses de pierre. Je me suis tordu les tétons en envoyant des coups à travers mon corps jusqu’à ma chatte.

Le t-shirt était court, alors j’ai passé ma main sur mon ventre plat et à la taille de mon jean, en défaisant silencieusement le bouton.

J’ai commencé à me frotter avec la main entre les jambes, en poussant sur ma chatte, en appliquant une pression. J’ai dû m’empêcher de gémir. Ma main se mouillait avec mon pipi, couvrant mes doigts. J’ai vérifié dans le rétroviseur pour voir si Ben me regardait, il ne me regardait pas, alors j’ai levé la main vers ma bouche et j’ai sucé un doigt, goûtant ma pisse. C’était tellement amer, mais le goût m’a excité.

J’ai poussé ma main droite sur le devant de mon jean, passant mes doigts sur ma culotte trempée, les poussant dans mes lèvres de chatte engorgées. J’ai fait courir deux doigts de haut en bas dans ma fente, les recouvrant de mon jus, puis jusqu’à mon clitoris. Un petit gémissement m’a échappé.

« Tu vas bien derrière Beth », me demanda mon demi-frère, en regardant mon visage rouge dans le rétroviseur.

« Oui », ai-je répondu, « juste un peu mal à l’aise dans mon jean mouillé. »

« Enlevez-les si vous voulez », a-t-il suggéré.

« Non, ça va aller », ai-je dit. Je savais que si je les enlevais, je me baiserais la chatte avec les doigts en un rien de temps. « Ramène-moi juste à la maison pour que je puisse prendre une douche. »

Il m’a regardé dans le miroir, juste capable de voir mes yeux, mon doigt frottant encore doucement mon clitoris.

J’étais déjà proche de l’orgasme avec un rythme lent et régulier sur ma chatte. Je sentais mes jus s’écouler de moi, se mêler à ma pisse dans l’entrejambe, rendant ma culotte plus humide.

J’ai levé ma main et l’ai poussée sur le devant de ma culotte, poussant instantanément deux doigts dans ma chatte palpitante, les enrobant dans mon jus, sentant mes entrailles.

J’ai bougé mes doigts dégoulinants vers mon clitoris et j’ai commencé à frotter aussi vite que possible sans faire de bruit.

J’ai imaginé Ben assis devant et sachant ce que je faisais, un rageur en short, se caressant à travers le tissu. J’ai imaginé qu’en sortant de la voiture, la pisse coulait encore le long de ma jambe, qu’elle enrobait mon jean, que Ben descendait mon jean et ma culotte, que la pisse coulait entre mes jambes, que Ben enfonçait grossièrement sa bite dans ma chatte et commençait à marteler, que la pisse jaillissait encore.

C’était ça, les pensées de trop et j’ai eu un orgasme. Je me suis rapidement enfoncé deux doigts en arrivant, en serrant ma chatte, les contractions serrant mes doigts. Mes jus ont giclé hors de moi, sur mes doigts et ont à nouveau trempé mon entrejambe.

Mes cuisses tremblaient légèrement, j’essayais de ne pas me laisser envahir par la maladie ou je savais que je crierais. L’orgasme m’a déchiré le corps, ça m’a fait du bien, même si je le retenais. Je poussais doucement mes hanches vers l’avant, en enfonçant mes doigts plus profondément.

J’étais assise là, les yeux fermés, les doigts à l’intérieur de moi, encore parfois serrée par ma chatte, mon orgasme s’atténuant. Au bout d’un moment, ma respiration s’est stabilisée et j’ai ouvert les yeux.

Ben me regardait dans le miroir. « Tu es sûre que ça va, Beth ? » Il m’a dit.

« Je vais bien », ai-je dit sèchement, « regardez la route ».

« La dernière fois que je suis venu te chercher », a-t-il répondu.

« J’apprécie que tu viennes me chercher », ai-je dit, « c’est toi qui me fais pisser dessus, ça m’ennuie ».

« Ce n’est pas parce que vous êtes un gros bébé et que vous ne pouvez pas contrôler votre vessie », a-t-il dit.

« Oh, va te faire foutre », ai-je dit, en coupant la conversation. Nous avons voyagé en silence le reste du chemin, je suis resté assis en sentant ma propre pisse.

Quand nous sommes revenus, j’ai pris mes sacs et je suis entré dans la maison en laissant Ben me suivre.

« Je vais directement sous la douche », ai-je dit, « merci pour le trajet ».

Ma mère et mon beau-père, le père de Ben, étaient partis pour le week-end, ce qui m’a sauvé la vie, car je n’avais pas envie de les serrer dans mes bras couverts de pisse sèche.

J’ai fait tomber mon sac, j’ai couru à l’étage et j’ai fait irruption dans la salle de bain. J’avais désespérément besoin d’une douche, mais j’avais aussi besoin de faire pipi, la pression sur ma vessie étant loin d’être aussi forte que dans la voiture, mais je devais y aller.

Je l’ai trouvé à nouveau en train de m’exciter, me rappelant quand j’ai lâché prise après avoir été si désespérée, le pur soulagement et la sensation qui coulent dans mon corps, pas aussi bon qu’un orgasme mais toujours une grande sensation. Je me mouillais à nouveau entre les jambes.

Je suis allé m’asseoir sur les toilettes et je me suis dit que non, je vais aller sous la douche et laisser couler l’eau sur mes jambes, puis une autre idée m’est venue, celle de me mouiller la chatte. Je pouvais à nouveau faire pipi dans mon jean, c’était si bon la dernière fois, personne ne le saura, je peux juste me doucher après, dire que je l’ai rincé si Ben m’attrape.

J’ai enlevé mon haut et mon soutien-gorge, en passant mes mains sur mes seins voyants et sur mon ventre plat, en poussant ma vessie avec ma main, forçant presque la pisse à sortir maintenant. J’ai passé ma main à l’entrejambe de mon jean et j’ai serré ma chatte, j’ai gémi.

Je me suis installé dans la cabine de douche et j’ai déplacé la pomme de douche vers le côté, je ne voulais pas encore me mouiller, pas avec de l’eau en tout cas, j’ai allumé la douche, je voulais que le bruit cache mes gémissements, le besoin de jouer avec moi-même devenant de plus en plus fort.

J’ai défait le bouton du haut de mon jean serré et j’ai forcé la main dans mon pantalon, j’étais tellement mouillé que l’entrejambe était déjà trempé.

J’ai mouillé un doigt dans mon jus et je me suis approché de mon clitoris, en appliquant une pression, l’envie de faire pipi étant forte maintenant, presque douloureuse. Je me suis tendu puis j’ai senti la libération béate de ma vessie se vider sur ma main et dans mon jean. J’ai regardé avec fascination l’entrejambe de mon jean s’assombrir, en profitant cette fois-ci sans le mélange de honte de tout à l’heure.

La pisse chaude a coulé sur ma main dans mon pantalon, coulant sur mes doigts, je suis retournée me frotter le clitoris, alors que la tache humide s’étendait sur la face interne de mes cuisses et sur le bas de mes fesses. Je sentais la chaleur se répandre le long de mes jambes, ruisselant le long de ma peau.

La pisse a finalement atteint mes chevilles et s’est écoulée hors de mon jean, et sur le sol de la douche. Lorsque le débit de pisse a commencé à ralentir, j’ai plongé quelques doigts dans ma chatte, mélangeant la pisse avec mes jus, j’ai retiré ma main et l’aigle les a léchés proprement, savourant le goût.

J’ai repoussé ma main dans mon entrejambe mouillé et j’ai commencé à me frotter furieusement la chatte. Il n’a pas fallu longtemps pour que j’atteigne l’orgasme dans mon jean, en mouillant encore plus mon entrejambe en faisant gicler un peu de jus de chatte. Mon orgasme se déchira à travers mon corps, faisant trembler mes jambes.

Je me suis penché contre le mur de la douche quand mes jambes ont commencé à céder et j’ai glissé sur le sol, en levant les genoux, ma chatte toujours en mouvement.

« Merde », gémissais-je doucement. Je n’avais jamais eu un orgasme comme ça avant, c’était putain de génial. J’avais un peu peur que mon fétichisme du pipi ne devienne un peu incontrôlable.

Plans Chauds Covid Négatif

profils dating
histoires taboues
telephone rose amateur

Tél rose avec webcam

bantelskype

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

1 réflexion sur “Un frère fasciné par la pisse de sa sœur salope Partie 1”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Deviens un membre privilégié !
Rejoins nous ;)
GRATUIT !!!
100%
XFR
Overlay Image
Rejoins la communauté
100% GRATUIT
Tu ne seras pas déçu ;)
Merci !
XFR
Overlay Image
Tu ne seras pas déçu ;)
MERCI !!!
Retour haut de page
De nouvelles annonces de rencontres paraissent chaque jour !
Nouvelles annonces !!