Vous êtes ici : Accueil > Un frère fasciné par la pisse de sa sœur salope Partie 2
Histoires taboues Inceste Uro - Scato

Un frère fasciné par la pisse de sa sœur salope Partie 2

Un frère fasciné par la pisse de sa sœur salope Partie 2

Je me suis levé et j’ai tourné la pomme de douche sur moi et j’ai enlevé mon jean et mon pantalon, pour enfin commencer ma douche. J’ai rincé mes vêtements en pisse et j’ai nettoyé mon corps encore sensible.

Le reste de la soirée s’est déroulé sans incident, j’ai dîné avec Ben, et nous avons regardé un film, sans mentionner le fait que je me suis pissé dessus, et nous avons passé une bonne nuit. C’était agréable de le rattraper. Nous avons dit nos bonnes nuits et je me suis branlé pour dormir, en me rappelant ma première et, espérons-le, ma dernière expérience de pipi, garçon, je me suis trompé.

Le lendemain matin, il faisait très chaud et après le petit déjeuner, Ben et moi avions décidé de passer un peu de temps au bord de la piscine.

J’ai mis mon nouveau bikini et je me suis admirée dans le miroir, un petit chiffre jaune, la moitié supérieure couvrant juste mes petits seins perçants, le bas montrant juste la bonne quantité de fesses.

J’ai passé mes mains sur mon corps mince, en étirant mon corps, en sentant mon ventre plat, mes côtes proéminentes et mes hanches étroites, je me suis brossé les mains entre les jambes, putain j’étais encore excité ce matin, heureusement j’ai passé une nuit en ville avec mes anciens camarades de classe ce soir, j’espère que je pourrais trouver quelqu’un pour satisfaire cette envie.

Je me suis ressaisie et je suis descendue, Ben était au bord de la piscine et faisait le ménage avec le filet. Il était en short de bain. Oh mon Dieu, s’il avait fait de l’exercice, son corps était un pur muscle, scintillant sous le soleil brûlant. Sa carrure moyenne était tonique pour baiser, ses abdominaux étaient solides, je ne pouvais pas m’empêcher de regarder fixement en marchant, sentant un pincement familier entre mes jambes. J’étais visiblement une fille complètement défoncée.

“Quelqu’un a fait de la musculation”, lui ai-je dit en le rejoignant.

“Euh, oui merci”, a-t-il dit, “je me suis maintenu en forme”. Il a regardé dans ma direction, ses yeux ont brièvement remonté mon corps en levant la tête.

“Vous aussi, hein ?” Il a ajouté. Il m’a fixé du regard, en rougissant légèrement.

“Oui, j’aime prendre soin de moi”, lui ai-je répondu. “Je peux entrer, il fait chaud ?” A plus d’un titre, je n’ai pas ajouté.

“Oui, bien sûr, je vous rejoindrai”, dit-il en rangeant le filet.

Nous avons nagé et puis Ben est sorti, j’ai regardé son cul ferme se relever sur le côté, les bras et le dos se resserrer. Ses cuisses étaient dures et musclées. Il fallait que je fasse attention.

J’ai nagé pendant un certain temps encore, je faisais des longueurs, je me baladais, je profitais à nouveau de notre piscine, cela faisait un moment.

Ben était allongé sur la pelouse à proximité, son casque dans les oreilles, je l’entendais ronfler légèrement, jouissant d’une sorte de rêve épicé, car je pouvais voir sa queue légèrement tendant son short.

Je me suis tenu dans l’eau, les bras sur le côté, et j’ai fixé son semi-rigide. À ce moment-là, j’ai réalisé que j’avais besoin de pisser, que j’avais avalé beaucoup d’eau et que je devais faire mes besoins quelque part. J’étais sur le point de tout laisser sortir dans la piscine, légèrement excité par l’idée, quand une pensée maléfique m’a traversé l’esprit, je l’ai rapidement écartée mais elle ne voulait pas partir.

La vengeance était encore chaude dans mon esprit, je devais encore récupérer Ben pour m’avoir fait pisser dessus, et maintenant j’ai vu l’occasion parfaite. C’était vraiment sale, mais le remboursement parfait, il m’avait fait pisser, alors pourquoi ne pouvais-je pas faire de même.

La pensée de ce que j’avais en tête a fait brûler ma chatte d’excitation, à ce moment-là j’avais atteint le point de non-retour.

Je ferais mieux d’être rapide, me suis-je dit, ma vessie me fait mal maintenant, désespérée de lâcher prise.

Je me suis sorti de la piscine et je me suis mis à sécher rapidement, je ne voulais pas dégouliner au mauvais moment. Je me suis approché de Ben, sa poitrine se soulevait et sa respiration lourde indiquait qu’il dormait. J’ai jeté un coup d’œil à sa bite semi-dure sous son short.

J’ai failli partir à ce moment-là, je pouvais encore retourner à la piscine et pisser dans le bas de mon bikini, peut-être rester sur le côté et jouer un peu avec moi-même. Ben avait besoin d’être remboursé, mais je me suis dit que cela n’avait rien à voir avec la satisfaction de soi. C’est vrai !

J’ai enjambé le torse de Ben, les jambes de chaque côté s’étirant largement, face à sa tête. J’ai fait une tension, forçant ma vessie à expulser son contenu, la sensation de soulagement étant proche de l’extase. Je me suis approchée du bord, alors j’ai tiré l’entrejambe de mon bikini, révélant ma chatte rasée. J’ai ouvert légèrement les lèvres de ma chatte, scintillant avec le jus de ma chatte, si Ben se réveillait maintenant il allait avoir une vue magnifique.

J’ai gémi quand une sensation de brûlure s’est élevée dans mon urètre et puis je l’ai senti s’ouvrir quand ma pisse est sortie de moi en frappant Ben dans le cou, j’ai poussé plus fort et elle s’est déversée sur son visage, le faisant sauter et sniffer en éveil, sa bouche s’ouvrant et prenant un jet dans la bouche.

Le bonheur de la libération que j’ai ressenti était incroyable, et voir Ben le prendre en pleine face m’a fait frissonner de plaisir.

Ben a réalisé ce qui se passait et a tendu la main pour bloquer la pisse, sa main saisissant mon entrejambe, poussant contre lui pour bloquer le flux, son pouce entrant accidentellement dans ma chatte. La pisse a frappé sa main et a éclaboussé mes cuisses, courant le long de son bras.

“Qu’est-ce que tu fais, putain”, cria-t-il. “Ça va partout.” Il essayait d’essuyer la pisse de ses yeux avec sa main libre.

“Voilà ce que vous obtenez”, ai-je répondu en riant comme un fou. En poussant sur son pouce. Mon urine ralentit jusqu’à un filet.

Ben a réalisé à ce moment-là où sa main était, “ah putain, lâchez-moi”, a-t-il dit, en me poussant en arrière avec sa main entre les jambes, son pouce est entré complètement en moi et est ressorti en volant à reculons sur l’herbe.

“Vous allez payer pour ça”, cria-t-il, en se bousculant.

J’ai crié et j’ai essayé de courir, en me rattrapant sur mes pieds avant qu’il ne m’attrape par la taille et me soulève, me tirant contre lui, sa bite se blottissant entre les joues de mon cul, me poussant en moi, en me lançant à fond.

Je me suis tortillé pour essayer de me libérer, en me frottant contre lui alors qu’il me portait vers l’eau. J’ai senti sa bite pousser contre mon trou de cul, bon travail, le bas de mon bikini était dans le passage, l’entrejambe était trempé de ma pisse et maintenant le jus de ma chatte s’écoulait.

Ben m’a porté jusqu’à la piscine et m’y a lancé, en lançant facilement mon corps léger, j’ai volé et je suis passé sous l’eau, en remontant à la surface, je me suis levé et je lui ai fait face.

“Qu’est-ce qui ne va pas chez toi,” dit-il, “sale connard.” Il se tenait sur le bord de la piscine, les cheveux dégoulinants de mon pipi, sa bite se frottant contre son short de bain.

“On dirait que ça vous a plu”, lui dis-je en hochant la tête. Ma chatte me faisait mal pour qu’on me touche maintenant, je pouvais sentir comme j’étais gonflé et mouillé en bas, il fallait que j’aille régler ça.

“Oh merde”, dit-il en regardant en bas, “ce n’est pas bien, tu es ma soeur.” Il a plongé dans la piscine pour se laver la pisse.

Je me suis sorti de là, “je vais prendre un bain”, ai-je dit.

“Peu importe”, grogna Ben.

C’était inattendu, ça m’avait beaucoup excité, surtout son pouce en moi alors que la pisse coulait hors de moi. Putain, j’avais des problèmes.

Je suis allée dans la salle de bains en poussant la porte derrière moi et j’ai pris un bain, j’ai enlevé mon bikini et j’ai attendu qu’il se remplisse, mes doigts explorant ma chatte mouillée.

Quand c’était prêt, je me suis glissé dans le bain peu profond et j’ai ouvert les jambes, l’eau chaude coulant sur ma chatte, je me suis penché et j’ai plongé quelques doigts dedans, en poussant profondément et en gémissant. Je me suis levée et j’ai commencé à me frotter le clitoris, je n’allais pas tarder à atteindre l’orgasme.

Je me frottais fort, la main frénétique sur mon clito, les yeux fermés, gémissant bruyamment, perdu dans l’instant, imaginant la bite de Ben, la sentant pressée contre mon trou de cul. “Oh Ben”, ai-je dit à bout de souffle.

J’ai eu un orgasme intense, j’ai poussé un gémissement, j’ai attrapé ma chatte et j’ai enfoncé mes doigts, je l’ai sentie se contracter et gicler sur eux.

C’est à ce moment que l’eau chaude m’a frappé au menton et à la bouche, la bouche ouverte par le gémissement, le liquide coulant dans ma bouche, amer et sec.

Je me suis étouffé en ouvrant les yeux, Ben se tenait au-dessus de moi, sa bite dure à la main, en me pissant dessus. Un regard étonné sur son visage.

Je l’ai voulu instantanément, mes doigts plongeant plus fort, mon corps toujours tremblant, mes cuisses tremblantes. J’ai réussi à me mettre rapidement à genoux alors que Ben continuait à pisser sur ma poitrine, sa nage avait aussi rempli sa vessie.

J’ai attrapé sa bite et je me suis penché en avant en la prenant toujours en pissant dans ma bouche, le débit diminuant, j’ai avalé sa pisse, sentant le liquide chaud couler dans ma gorge.

Ben a été frappé de mutisme, il n’a pu que murmurer un gémissement alors que je prenais encore de sa bite dans ma bouche, sa vessie a fini de se vider. J’ai fait courir mes lèvres le long de son axe, en me forçant à ouvrir la bouche, il était grand, de 15 cm au moins, épais et palpitant.

J’ai poussé ma gorge loin, en essayant de le prendre à fond, j’ai bâillonné, et je suis remonté, en le tirant, des cordes de crachats qui ont fait le pont, je l’ai refait, en crachant en serrant les côtés pendant que je le poussais dans ma gorge, en bâillonnant à nouveau.

Ben a attrapé mes cheveux et m’a tenu la tête immobile, commençant à pousser sa bite dans et hors de ma bouche, me baisant le visage, forçant sa bite dans ma gorge à chaque poussée. Il avait perdu le contrôle et j’aimais chaque minute, les cordes de crachat bavant sur mon menton et son manche.

“Je vais jouir”, gémissait-il et essayait de se retirer, j’ai rapidement attrapé ses joues serrées et l’ai empêché d’aller où que ce soit, en enfonçant sa bite plus profondément dans ma bouche.

Ben a gémi bruyamment et a éjaculé dans ma gorge, son sperme m’a presque fait vomir, j’en ai instinctivement avalé un peu et j’ai ensuite essayé de garder le reste, le sperme de Ben s’accumulant au fond de ma bouche, c’était comme des charges.

La bite de Ben me lançait dans la bouche, elle tremblait à chaque giclée, elle commençait à s’atténuer, Encore quelques faibles giclées avant de s’arrêter. Je me suis assuré de sucer jusqu’au dernier goutte à goutte.

J’ai tiré la tête en arrière et je suis sorti de sa bite, le sperme coulant sur mon menton. J’ai levé les yeux et Ben me regardait, j’ai ouvert la bouche en lui montrant son sperme, puis je l’ai avalé, le sentant glisser dans ma gorge.

“Putain, t’es canon”, a-t-il dit.

“Vous n’avez encore rien vu, je le veux en moi”, lui dis-je, j’étais excité à mort, ma chatte était toute mouillée, il fallait la satisfaire maintenant, et j’avais besoin d’un autre petit coup, plus amusant je pense.

“Mais tu es ma soeur”, dit faiblement Ben.

“Demi-frère”, ai-je répondu, “et qui en a quelque chose à foutre, allonge-toi”.

Il a fait ce que j’ai dit, allongé sur le sol de la salle de bain. Je me suis accroupie sur sa poitrine, quelques doigts caressant mon clitoris, je me suis forcée à pisser, pas désespérée cette fois, je voulais juste le couvrir à nouveau.

La pisse coulait de moi, frappant Ben au visage, il a ouvert la bouche et l’a laissée se remplir, la crachant sur son cou et ses épaules, elle a trempé ses cheveux. Il n’en est pas sorti autant cette fois-ci, mais c’était quand même très chaud.

Lorsque le ruisseau s’est terminé, j’ai avancé mes hanches et j’ai poussé ma pisse couverte, gonflée de désir de chatte dans son visage, la langue de Ben m’accueillant avec empressement. J’ai gémi bruyamment en glissant le long de sa langue, en commençant à moudre en arrière et en avant.

Ben m’a attrapé les cuisses et m’a tenu immobile, il a commencé à tapoter mon clitoris avec sa langue, c’était si bon et nous sommes restés comme ça pendant un moment, je gémissais fort, mais ce n’était pas suffisant. J’ai senti à l’envers la bite de Ben, je l’ai trouvée et elle était encore dure, parfaite.

J’ai descendu son corps et j’ai positionné l’ouverture de ma chatte contre la tête de sa bite, en la laissant s’enfoncer un peu, le bout m’ouvrant vers le haut. Nous avons tous les deux gémi, puis encore plus fort quand j’ai poussé vers le bas et le pénis de Ben s’est glissé en moi, mes sucs rendant la pénétration douce.

La sensation de la bite de mon beau-frère qui me remplissait était un pur plaisir, mon besoin de jouir contrôlant maintenant toutes mes actions, me faisant commencer à rebondir sur la tige de Ben, claquant mon bassin durement, le forçant à s’enfoncer profondément.

“Je me sens si grand”, ai-je gémi.

“Oh putain de soeur.” Ben répondit en gémissant. Il m’a attrapé par la taille, une main glissant vers le haut et serrant mes seins, pinçant doucement mes tétons.

J’ai continué à monter sa bite, c’était si bon, j’étais si désespéré après ces derniers jours. Après un certain temps à m’écraser avec sa bite en moi, je me suis accroupie sur mes pieds, en écartant les jambes, permettant à Ben de m’enfoncer, sa bite entrant et sortant de moi, me rapprochant de l’orgasme. Je me suis perdue dans l’instant, ne voulant pas que ça s’arrête.

Au bout de quelques minutes, je me suis levé, la bite de Bens m’a lâché et a giflé ses abdos. Je me suis penché sur le lavabo, j’ai écarté mes jambes et j’ai utilisé mes doigts pour écarter mes lèvres de chatte sur la tête de Ben.

Ben a compris le message et s’est levé, se plaçant derrière moi, le bout de sa bite contre mon ouverture. Sans aucun avertissement, il a attrapé mes hanches osseuses et m’a frappé avec sa bite, me faisant crier à haute voix. Il s’est mis à me frapper, son bassin se cognant contre mon cul.

“Putain”, j’ai crié. “Continuez, ne vous arrêtez pas.”

Ben grognait tout en continuant à me pomper dessus, me poussant au bord du gouffre. Je me suis penchée en arrière vers lui, me voyant dans le miroir, le corps étiré, les seins poussés vers l’extérieur, le corps serré et les côtes apparentes.

Ben regardait mon corps, il a levé les mains et serré mes seins, tandis que je m’étendais et frottais vigoureusement mon clitoris, désespérément pour jouir.

“Je vais jouir”, j’ai crié.

Et je l’ai fait, fort, mes sucs ont inondé ma chatte pendant que j’étais en plein orgasme, mon corps se crispait et tremblait, la bite de Bens me tenait en l’air alors que mes jambes cédaient, sa longueur entière me remplissait. J’ai tremblé, empalé sur sa bite, mais il n’avait pas fini, alors il m’a penché alors que j’éjaculais encore et a continué à me baiser fort.

Le plaisir était presque insupportable, mon orgasme se poursuivant alors que sa bite glissait de l’intérieur vers l’extérieur. Il gémissait bruyamment.

J’ai essayé de lui dire de ne pas jouir en moi, mais tout ce qui en est ressorti est un gémissement. J’ai essayé de m’éloigner, mais j’étais coincée contre la cuvette.

Ben a gémi bruyamment quand il a arrêté de pousser et j’ai senti sa bite exploser en moi, sa bite palpitante se tordant et se contractant. Son sperme m’a rempli. Il m’a pénétré de toutes ses forces à chaque giclée, et a asséché sa bite avec mes lèvres de chatte.

Nous sommes restés comme ça pendant un moment, nos orgasmes diminuant, ma chatte poussant enfin la bite flasque de Ben, son sperme s’écoulant de moi, et éclaboussant le sol.

“Désolé”, a dit Ben en regardant le temps passer.

Je me suis retourné et je l’ai senti en moi, en enfonçant mes doigts.

“Ne vous inquiétez pas”, ai-je dit, “ça fait du bien”.

Nous sommes restés là, maladroitement, Ben me regardant jouer avec le sperme en moi.

“Je ferais mieux d’y aller”, dit-il en se retournant et en sortant des toilettes.

“Eh bien, c’était amusant”, me suis-je dit dans le miroir.

La fin.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bons plans coquins

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Catégories

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Visio Skype

skype tel rose amateur

Histoires lues en ce moment

Bons plans

Webcam Skype

telrosegol

Médias de la Communauté

Rencontres

Sexe à distance

téléphone rose pas cher

Remontons le temps