Vous êtes ici : Accueil > Une journée spéciale promotion Chapitre 4
Bi - Gay - Lesbien Histoires taboues Inceste Récit érotique

Une journée spéciale promotion Chapitre 4

Un journée spéciale promotion Chapitre 4

Suite de la journée spéciale promotion.

Le lendemain au réveil de mon mari, Sylvie change de lit et vint se blottir tout contre moi.

Elle attendait que Philippe soit sorti de la chambre pour poser ses lèvres sur les miennes. Sa langue chercha la mienne la trouva et un long baiser nous unissais.

Ses lèvres déposaient sur tout mon corps des baisers, elles s’attardèrent sur mes seins, mes tétons qui durcissais, puis descendirent sur mon ventre, mon bas ventre et trouvèrent la fente humide ? Ses lèvres furent rejointes par ses mains et les doigts écartèrent mes lèvres intimes pour permettre à mes lèvres de pénétrer mon vagin, de trouver mon clitoris, le prendre entre ses lèvres, le sucer, le mordiller, l’aspirer. Puis ses doigts prirent le relais, un puis deux doigts pénétraient au fond de ma chatte fouillant le moindre recoin, ce qui m’amenait à avoir un premier orgasme.

Elle s’allongea ensuite sur le dos et ce fut moi qui lui faisais à l’identique ce qu’elle m’a fait auparavant elle eut un orgasme violent, puis après une petite pause enlacée, nos mains caressant nos corps, nous nous sommes mis en 69 pour un long cuni. Nous avons fini par avoir un orgasme ensemble, lorsque Manon pénétrait dans la chambre alors que nous étions encore dans cette position et vint prévenir Sylvie que Marion est en pleurs.

Sylvie s’est levée à enfiler une robe de chambre et c’est rendu dans la chambre des enfants.

Marion a fait un mauvais rêve, Sylvie la consolait et elle resta auprès d’elle jusqu’à ce qu’elle se rendorme. Elle revint alors chez Brigitte s’allongea, mais aucune des deux ne retrouvait le sommeil alors, elle ne pouvait plus s’empêcher de penser à ce qui c’est passer la veille et des larmes se son mis à couler sur ses joues.

Brigitte lui sécha les larmes et la rassura de son soutien. Quoi qu’il arrive tu seras toujours la bienvenue, et je suis certaine que tout s’arrangera entre vous deux, cette nuit vous dormirez de nouveau ensemble. Brigitte, je suis tombée amoureuse de toi et j’aimerais vivre avec toi et devenir ton amante, mais cela est impossible.

Pourquoi impossible ? Sylvie tout est possible, il suffit de se rencontré régulièrement soit chez moi soit chez toi.

C’est aussi à cause des enfants. Attend Sylvie réfléchie un peu, ce que nous avons fait avant c’est quoi d’après toi ? L’amour ! Et les enfants ils sont où ? Dans leur chambre. Ben voilà et ils ne nous ont pas vu ni entendu. Et quand tu fais l’amour avec ton mari, les enfants sont où ? Dans leur chambre.

Sylvie, tu vas prendre ta douche, je la prendrais après et ensuite tu t’occupes des enfants.

Sylvie prépara d’abord ses habits qu’elle va porter aujourd’hui, à savoir une jupe, un t-shirt, son soutien-gorge et une culotte qu’elle remit dans son sac, décidée à n’en plus en portée à partir d’aujourd’hui sauf exception.

Elle se rendit à la salle de bain en ouvrant la porte, elle se rendit compte qu’elle était occupée par Manon qui venait de prendre sa douche s’apprêtait à s’habiller pour aller au travail.

Sylvie a eu un mouvement de recul, mais Manon lui demanda de rester. Manon embrassa Sylvie à pleine bouche, lui retira sa robe de chambre caressa ses seins et s’accroupit lécha sa chatte. Nouvelle façon de dire bonjour, elle apprécia ce geste même si cela ne l’a pas fait gémir.

Sylvie se doucha, et à peine sortit de la cabine que Muriel entrait. Cette dernière se dirigea vers Sylvie l’embrassa sur la bouche et caresse la chatte de Sylvie, elle en profita pour lui demander si elle ne peut pas lui laver sa partie intime, seule elle n’arrive pas bien à cause de sa grossesse.

Hum, Sylvie s’exécuta, elle prit du gel douche et enduisit la chatte et le cul de Muriel pendant que cette dernière s’occupait à enduire le haut.

Merci, Sylvie, je t’appelle quand je me rince si tu veux bien. Muriel, je t’adore !

En attendant, je vais m’habiller, j’hésitais à mettre un soutien-gorge ou pas ?

J’ai vu que Manon est partie travailler, elle n’en portait pas, alors je vais faire de même.

J’ai mis un t-shirt blanc et me suis adressée à Muriel :

Muriel est ce que l’on remarque que je ne porte pas de soutien-gorge ?

Un peu Sylvie tes tétons pointent, mais tu es plus belle ainsi sans qu’avec.

J’ai mis ma jupe courte, fendue sur une cuisse.

Muriel me complimenta, elle me trouve mignonne ainsi et encore plus belle qu’avec la mini robe que je portais hier.

Muriel s’habillait en mettant une nouvelle robe de grossesse que sa maman lui avait achetée et elle me proposa de m’aider à m’occuper des enfants.

Sylvie d’abord un peu réticente à cause de l’état de Muriel, et vu l’insistance de cette dernière accepta.

Pendant que Brigitte prenait sa douche, Sylvie et Muriel, sont aller rentrer dans la chambre, Marion et Kevin était déjà réveillé et jouait avec leur console de jeux.

Muriel tu t’occupes de Kevin si tu veux j’emmène Marion dès que Brigitte à fini dans la salle de bain.

Muriel aujourd’hui je ne les douches pas, juste une toilette au lavabo et tu ne fais que le surveiller, ils sont assez grands pour se laver seul.

La toilette des enfants terminez que nous sommes tous descendus en cuisine ou Brigitte vêtue de la tenue de la veille préparait le petit déjeuner.

Sylvie dit à Brigitte :

Bonjour, madame la directrice des Ressources humaines.

Sylvie arrête ne te moque pas de moi, qu’est ce qu’il ne faut pas faire pour que ton mari soit convaincu. Tu va certainement devoir aller à la gendarmerie aujourd’hui c’est pour cela que j’ai remis cette tenue.

Muriel est ce que tu peux surveiller les enfants si je dois aller à la gendarmerie ?

Bien sûr, Sylvie, il n’y a pas de souci.

À peine fini de poser la question à Muriel que le téléphone de Brigitte sonna.

Allo ! Bonjour Mme Brigitte ………. Gendarmerie nationale, vous hébergez actuellement Mme Sylvie ………

Oui ! Vous pouvez lui laisser un message ?

Oui, bien sûr !

Nous la convoquons à passer à la gendarmerie ce matin à onze heures.

D’accord nous y serons.

Merci et au revoir !

Cela nous laisse encore un peu de temps Brigitte ?

Oui, encore une demi-heure, pourquoi ?

Pour faire la vaisselle, je ne veux pas te laisser tout sur les bras, tu as déjà assez de travail sans nous, alors laisse moi et Marion va m’aider, elle le fait aussi à la maison.

Muriel : Sylvie laisse la vaisselle, Marion Kevin et moi nous la ferons déjà. Pas vraie Marion, oui, Muriel !

Brigitte suit moi, viens, je veux te montrer quelque chose.

Sylvie entraina Brigitte dans la salle de bain et ferma la porte à clé, enlaça Brigitte et l’embrassa goulument.

Que veux-tu me montrer Sylvie, rien ce n’était qu’un prétexte pour avoir un peu d’intimité avec toi avant d’aller à la gendarmerie. Qui sait si cet après-midi, je suis encore ici.

Ma chérie tu te fait trop de souci même si tu retournes vivre avec ton mari nous nous reverrons régulièrement. Maintenant tu te calmes, ne stress pas, cela va s’arranger.

Brigitte, je n’ai pas mis de culotte aujourd’hui ni de soutien-gorge, j’espère que mon mari ne va pas trouver un prétexte.

Mais non rassure toi.

Alors Sylvie troussa ma jupe passa sa main sur ma chatte et mes fesses et rabaissa ma jupe. Que t’arrive-t-il, Sylvie, tout d’un coup ?

Rien, Brigitte, je voulais seulement m’assurer que je ne suis pas la seule à être cul nu.

Puis il était l’heure d’aller à la gendarmerie. Nous sommes descendus, Brigitte prit les clés de la voiture, j’embrassais les enfants en leur disant :

Marion et Kevin vous resterez avec Muriel, maman n’aura pas pour longtemps. Oui, maman !

Bon courage Sylvie.

Merci, Muriel, c’est gentil !

Brigitte et Sylvie se sont rendues à la gendarmerie, elles ont été reçues par une assistante sociale de la gendarmerie, ainsi qu’un gendarme.

Le mari de Sylvie qui après avoir passé en cellule de dégrisement reconnaît qu’il a passé l’après-midi dans un bar à boire, laissant les enfants seuls dehors d              ans la cour. Ensuite je ne me rappelle plus ce qui s’est passé. Le gendarme lui rappelant les faits suivants :

Vous avez pris le volant dans un état d’ébriété, vous êtes rentré à votre domicile au numéro 16 rue des capucines et vous avez perdu le contrôle de votre véhicule en vous encastrant dans le muret de votre propriété.

Reconnaissez-vous les faits ?

Je ne sais pas, je ne me rappelle plus !

Ensuite vous êtes sorti de votre véhicule, votre épouse voulant vous aider, vous l’avez traité de sale pute, et d’autres injure incompréhensibles puis vous l’avez bousculé, elle a chuté.

Vous reconnaissez les faits, peut être, je ne me rappelle plus. Si j’ai dit cela, je m’excuse auprès d’elle.

De toute façon il y a des témoins, dont Mme Brigitte ……… Et des voisins.

Mme Brigitte …….. Confirmé, vous les faits cités ?

Oui je confirme.

Venons-en au fait qui a provoqué ces faits

Mme Sylvie …. vous êtes secrétaire de direction à la société ………… Et dans la soirée du 20 septembre vous appelez votre mari pour lui signifier que vous avez du travail urgent en retard et que vous rentrerez tard est ce exact ?

Oui c’est exact.

Vers dix-neuf heures M Roger ….. Votre mari s’inquiète et se rend à l’entrée de l’entreprise. Il demande au gardien si votre épouse est encore au travail. Ce dernier vérifie et répond que Mme Sylvie a badgé à dix-sept heures zéro trois, heure normale de fin de travail.

M Roger …… Très en colère, vous, soupçonne, d’avoir un amant et que ces heures supplémentaires ne sont qu’un prétexte.

Mme Sylvie …….. Qu’avez-vous à dire.

C’est faux, je n’ai pas d’amant, j’ai eu du travail urgent en retard que j’ai effectué chez Mme Brigitte ……. Qui est la sous-directrice de l’entreprise.

Ce travail, vous n’avez pas pu le faire chez vous à domicile ?

Non, car il fallait la signature et il fallait l’envoyer le soir même.

J’ai prévenu mon mari, mais il m’a envoyé promener. Alors Mme Brigitte m’a hébergé pour la nuit.

Mme Sylvie ……. Avez-vous quelque chose à ajouter ?

Oui, je ne peux admettre que mon mari à laisser les enfants dehors dans la cour sans même avoir accès à l’intérieur, pendant de longues heures et sans surveillance et de m’avoir traité de sale pute, etc. … devant les enfants.

S’adressant directement à son mari :

Je te signale que les enfants sont très choqués.

L’assistante sociale remplit son rapport et le gendarme remit Roger en liberté.

Nous l’accompagnons à notre domicile en lui signifiant qu’elle doit récupérer les enfants chez Brigitte.

C’est alors que Roger demanda à Brigitte de s’arrêter. Elle s’arrêta sur un petit parking et demanda à Sylvie de descendre de voiture.

Pourquoi ?

Descends, je veux te parler.

Sylvie n’était pas rassurée, elle s’attendait à une mauvaise nouvelle.

Il prit Sylvie par le bras et la tira à l’arrière de la voiture et lui annonça qu’il la quitte, car il ne croit pas un seul mot de ses heures sup et qu’il est persuadé que j’ai un amant.

Il serra son bras lui faisant mal, elle lui répondit à voix forte pour que je l’entende :

Oui j’ai un, deux, trois mêmes dix amants si tu veux le savoir, dans toute la ville partout, ou je vais j’ai des amants et arrête tu me fais mal.

Ça suffit maintenant Sylvie, tu peux rester chez ton amant, je te quitte.

Tu me quitte d’accord, mais tu quittes aussi la maison, tu prends tes affaires et ton épave et je ne veux plus te voir. La maison ne t’appartient pas, tu le sais très bien Roger.

Je veux aussi revoir les enfants avant de te quitter.

Soit je ne puis pas refuser seulement tu ne le mérites pas, tu les as laissés seuls sans surveillance pendant des heures.

Brigitte a tout entendu elle avait baisser légèrement les vitres, elle avait aussi envoyé un SMS à Philippe de les rejoindre à domicile.

Ils remontèrent en voiture et demandèrent à Brigitte de faire demi-tour et de rentrer, il veut voir les enfants.

Je te préviens et ne touche pas aux enfants sinon je préviens les gendarmes.

Vous arrêter maintenant de vous disputer !

Serge répondit à Brigitte

Mêlez-vous de ce qui vous regarde !

Mais de quel droit vous prenez pour me parler sur ce ton ? Je n’ai jamais gardé les cochons avec vous !

Il se tut un moment, croyant même qu’il s’était endormi, puis parla pour lui à voix basse croyant que Sylvie n’entend pas ce qu’il radote.

Sylvie ne comprit pas la totalité de ce qu’il marmonnait, mais à malgré tout compris qu’il a une maitresse qui se prénomme Yvette et qu’elle baise mieux que cette salope.

Alors Sylvie s’est emportée et lui a dit :

Si cette Yvette baise mieux que la salope alors tant mieux pour toi, je croyais que monsieur est un saint qui ne regarde pas les femmes et ose prétendre que la salope a un amant. Tu t’es vendu, et ta salope te dit ;

Oui j’ai un amant et si tu veux savoir qui c’est je te le donne en mille : elle est assise à côté de moi.

Hé oui Serge ce n’est pas un homme c’est une femme et nous aurons pu faire des jeux ensemble à trois ou à quatre, tu as tout gâché, et je comprends mieux maintenant pourquoi tu ne me baises plus qu’une fois par semaine certainement que cette Yvette t’épuise.

Alors cet après-midi tu rassembles tes affaires, tu te démerdes pour le déménagement et n’oublis pas de faire dépanner ta voiture et va rejoindre ton Yvette cette salope cette pute pardon sale pute !

Bien Sylvie, mais il faudra que tu me donnes ta voiture c’est moi qui te l’a achetée. Tu prends ce qui est à toi et tu te casses je ne veux plus te voir.

J’ai au moins le droit de garde de temps à autre des enfants.

Ça, c’est un autre problème c’est la justice qui décidera, en tout cas les enfants eux tu les a choqués ils ne voudront pas te voir.

Sylvie ma chérie calme toi maintenant nous arrivons.

Nous arrivons à destination, je me suis dit heureusement que nous ne faisons pas de naturisme à cause des enfants sinon il aurait encore un prétexte en plus pour enfoncer Sylvie.

Mon mari était déjà là, Muriel était assise dehors et jouait avec les enfants à la balle.

Je me suis de suite dirigée vers mon mari et en gros lui a expliquer la situation,

Sylvie quant à elle se dirigea vers Muriel et les enfants suivis par son mari.

Dès que Marion et Kevin ont vu maman ils se sont précipités vers elle, mais ont ignoré leur père ce qui d’habitude est juste le contraire.

Sylvie dit aux enfants aller embrasser votre papa, Marion refusa et dit à son père, tu as fait du mal à maman, je ne t’aime plus. Alors il croyait que Kevin qui d’habitude penchait plus vers son papa voulut le prendre dans ses bras, refusa lui aussi et lui dit que tu es méchant papa !

Alors Sylvie lui dit que je t’avais prévenu.

Alors Serge lui demanda les clés de la voiture, elle alla les chercher et avant de le lui remettre elle vidait ses affaires personnelles.

Pendant ce temps Serrge s’en prit à Philippe en l’accusant d’être l’amant de sa femme. Philippe affirma que Sylvie n’est pas ma maitresse, mais celle de sa femme.

Et toi tu a bien une certaine Yvette et cela depuis bien plus longtemps, alors tu peux la fermer, et maintenant tu prends la voiture et tu dégages d’ici au plus vite tu prends tes affaires et tu va voir ta pute !

Brigitte calme toi ce n’est pas la peine de discuter avec lui.

Cela ne va pas se passer comme ç’a fait attention à vous et surtout aux enfants je suis leur père.

Philippe prévient les gendarmes stp

Puis furieux il prit la voiture et s’en alla.

Philippe, appela la gendarmerie et ses derniers conseillaient à Sylvie de déposer plainte et de se rendre chez un médecin pour constater une dépression nerveuse la mettre en arrêt de travail afin que la plainte pour harcèlement moral soit valable.

Sylvie au bord de la crise de nerfs, les enfants en pleur, Brigitte et Muriel avait du mal à les consoler.

Que faire Sylvie pour te calmer, il faut te changer les idées ma chérie, tu ne veux pas faire l’amour cela t’aidera certainement à te remonter le moral. Elle changea brusquement de tête et se leva et demanda à Muriel de s’occuper des enfants, en croisant Philippe qui devait retourner au travail et nous fit en vitesse un baiser sur la bouche.

Rentrée dans la chambre c’est Sylvie qui a commencé à me dévêtir et à m’embrasser avant que je retire sa jupe et son t-shirt.

Chérie, nous n’allons pas faire l’amour pendant des heures, car tu dois aller aux urgences te faire faire un arrêt de travail et passer à la gendarmerie pour déposer plainte.

Oui je sais Brigitte si seulement tu me fais changer les idées.

Nous te ferons l’amour plus longuement cette nuit et même pourquoi n’irait tu pas dormir avec une autre pour changer !

Nous nous sommes mis en 69 pour une séance rapide de léchage et doigtage de nos chattes, cela nous a déjà fait du bien en attendant la suite cette nuit.

Ça va mieux Sylvie ? Oui Brigitte, habille-toi, je vais juste me mettre une robe sur mon dos. Un conseil met une culotte pour aller à l’hôpital, le soutien-gorge tu peux le laisser.

À suivre !

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

        
            

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Supprimer la publicité en devenant donateur

Merci

En devenant donateur, vous nous soutenez et pour vous remercier, nous supprimons toute la publicité. En prime, vous avez accès à des histoires taboues rien que pour vous !

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Plan sexe

Nouvelle Coquine

Solange 9

Bons plans coquins

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Visio Skype

skype tel rose amateur

Webcam Skype

telrosegol

Médias de la Communauté

Rencontres

Sexe à distance

téléphone rose pas cher
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings