Vous êtes ici : Accueil > Un petit moment torride avec mon petit ami Rémi
Bi - Gay - Lesbien Histoires taboues

Un petit moment torride avec mon petit ami Rémi

Des hommes gays montrent leur bite et le reste

 Si comme chaque semaine je suis à mon bureau le mercredi pour la matinée, sachant mon patron en déplacement privé pour la semaine, je profite de ce moment comme cela m’arrive à l’occasion et même au bureau, à me laisser à mes envies et petits plaisirs bien intimes. Et si de plus, à part le courant habituel, mon patron ne m’aura pas trop chargé en boulot, il m’aura curieusement laissé un posthite sur lequel, il m’informe m’avoir laissé une enveloppe contenant en liquide un montant de € 1500, me précisant que si nous devions encore une somme assez conséquente à un fournisseur info., ce dernier  nous envoyait une fois encore et de plus aujourd’hui où je suis seul, leur jeune assistant huissier se prénommant Rémi, semblant être un peu agressif, avec lequel, mon patron aura déjà eu des échanges un peu houleux. Il me remercie donc avec son posthite d’essayer de l’amadouer en lui faisant accepter un deuxième acompte me précisant devoir lui confirmer que le  solde leur serait versé sans faute pour fin mois.

Et si sans penser à mal ou autre,  de caractère calme et bien sur prévenu, , j’étais fin prêt à recevoir ce Rémi, où en attendant, assis derrière mon bureau à patienter, je ne manque pour mon moral, à visionner quelques petites vidéos de massages gay que j’adore, tout en faisant plaisir en  solitaire à  ma petite queue. Mais voilà que vers 9hrs 30, on sonne alors à la porte d’entrée, où si normal, un peu angoissé, j’appuie sur le bouton, après quelques instants, on frappe à ma porte, où si je me lève de suite ouvrant cette dernière,  se présente devant moi ce fameux Rémi, qu’au premier regard je trouve assez mignon, avec un air sympathique  portant de plus une jolie barbichette qui lui allait adorablement bien et qu’en se saluant réciproquement, une fois entré, me sourit d’un air déjà combien coquin, où je remarque ensuite, que sans faire attention avant son arrivée, j’avais mal reboutonné mon pantalon,  tout comme ma chemise là encore pas bien en place, m’en excusant par la même auprès de ce dernier, où sans le vouloir, quelques petits fantasmes me trottent dans la tête. Si le Monsieur comme je l’appelais alors, dépose ses affaires, de suite je l’informe que mon patron m’avait prévenu de son passage et lui propose dans un premier temps,  gentiment un café que ce dernier accepte avec plaisir.

Après cela, et avant d’en venir au problème de son passage,  nous nous laissons presque comme deux amis, à converser durant une bonne demi-heure de mille choses, me présentant déjà à lui, l’informant, que je me m’appelais Gérard, que si j’étais secrétaire à temps partiel de l’entreprise, je m’occupais encore de mille autres petites choses, comme celle de le recevoir aujourd’hui.  Ce dernier prend à son tour la parole pour me parler de lui, me fait part de son job, rajoutant un peu ingrat d’assistant huissier, à s’occuper des impayés des entreprises et même privés qui le sollicitent, nous laissant cette fois à un sourire bien partagé, décidant après ses premiers échanges et d’un commun accord, à nous tutoyer. Mais si malgré cette affinité soudaine, nous  en venons toutefois au problème de cette dette restante, si je  remets alors mon enveloppe à Rémi, dont ce denier prend compte de son contenu, il hoche un peu la tête ennuyé et cela même si je lui jure cette fois, de m’occuper moi-même à lui régler le solde en fin de mois. Et en effet s’il me dit que cela va faire la deuxième fois qu’on essaie de compenser par un acompte il va encore prendre un savon de la part de ses supérieurs.

Toutefois, si le Rémi me jette alors un regard, avec un sourire un peu coquin, pose soudainement sa main sur la mienne, semblant vouloir me rassurer, il ne manque de rajouter que s’il me trouve trop cool, honnête  et très franc et sympa, que rien que pour moi et du plaisir d’avoir fait connaissance,  il veut bien une fois encore prendre cela sur lui, mais cette fois, pas sans en tirer tout au moins un petit profit, ce que je n’aurais bien sur pas de suite compris où il voulait en venir avec son sous entendu « petit profit » Alors ne me laissant le temps de comprendre, voilà que mon Rémi, se penche soudain  vers moi au dessus du bureau, me saisit un peu vers lui et sans plus, sa bouche s’empare de la mienne, où dans une fougue j’avoue partagée, nos langues se roulent sans retenue l’une dans l’autre durant un moment sublime, où ensuite, relâchant son étreinte,  ce dernier cette fois venant derrière mon  bureau, où pour ma part, assis, les jambes un léger écartées, il se positionne entre ses dernières, et sans plus, fait glisser la tirette de son pantalon, en extirpe une jolie bien raide me lançant «  tu vas me la sucer mon Gérard…. vas-y prends là.., fais moi du bien » ce sera déjà un premier petit profit à mon crédit. Et si combien surpris, ne m’attendant à cela,  même si je l’avoue, l’envie ne me manquait  depuis son arrivée,  je me saisis de cette queue que je glisse ensuite dans ma bouche, y enroule ma langue, tout en ne me retenant en rien à laisser partir mes mains sur le petit profiteur, lui défaisant son pantalon, qui tombe sur ses chaussures tout comme son joli boxer qui une fois tombé, laisse encore mieux apparaître cette superbe jolie queue, dont il se saisit et me la glisse lentement au fond de ma bouche. Et si de suite je me délecte de cette dernière, je profite par la même à promener mes mains partout sur lui, le voyant grimacer et gémir de ces plaisirs, où si de plus,  l’une de mes mains s’attarde un moment sur ses jolies fesses, très vite le majeur de ma main longe sa petite raie, s’attardant ensuite sur son trou de cul où lentement mon doigt s’y enfonce alors, lui prodiguant tout en continuant à me délecter de sa queue une masturbation anale à ma façon, lui limant de mon doigt, les entrailles de son petit trou. Et si ce dernier de plus ne se retient à des petits va et viens à sa queue au fond de ma bouche, se lâchant à quelques reprises à des «  Ohhh…, ouiiiiii..,  continues…, comme c’est bon Gérard…, encore…, encore », faisant durer son jeu de torrides minutes, allant jusqu’à me bloquer ses mains sur ma tête, où alors sans plus, ni prévenir, il  ne se retient plus en rien et dans  une jouissance démesurée, il se laisse à exploser et gicler avec force quelques jets de sperme bien tiède au fond de ma bouche, desquels avec combien de plaisir,  je me délecte un bon moment.

Si je suppose un peu apaisé, il retire ensuite cette queue de ma bouche, me remercie de ce moment divin, je me lève pour reprendre la bouche de mon Rémi, où cette fois cela nous laisse à profiter tous deux tout en se roulant nos langues l’une dans l’autre, des dernières gouttes de sperme restant de ce moment pervers. Voyant ensuite que nous étions près de 11hrs, mon Rémi remontant son boxer et son pantalon,  me fait alors part qu’il a encore un client à voir avant midi et que si cela ne lui prendra que trois petits quart d’heures il me propose de nous retrouver à midi  au restaurant sur la petite place pour déjeuner ensemble me précisant avec gentillesse et un petit bisou, que je serais son invité. Quant à notre dossier en cours, il me rajoute en souriant  si toutefois j’en avais le temps, de revenir un moment encore en début d’après midi pour signer les papiers concernant le solde restant à payer.

Et s’il est juste 11 hrs 00 , lorsque mon petit coquin me laisse non sans partager encore une torride petite gamelle, mon envie de lui était toujours aussi démente tout comme je n’en doutais la sienne,  passant ensuite un coup de fil chez moi pour prévenir que je ne rentrerais aujourd’hui que vers 16 hrs, ce qui ne pose bien sur aucun problème. S’il est alors 11 hrs 45 passé et combien excité avec la hâte de retrouver mon petit salaud et surtout espérer encore en début d’après midi à encore baiser tous les deux. Je quitte alors mon bureau, pour faire les cent petits mètres qui me séparent de notre lieu de rendez-vous où de loin mon Rémi,  déjà installé, me fait signe, je remarque de plus qu’il avait choisit une table un peu à l’écart ce qui était trop cool, où aussitôt rejoint nous échangeons juste un petit bisou, où je décide ensuite de m’installer à coté de lui ce qui semble tout à fait lui convenir. Et si je lui demande alors si son dernier rendez-vous c’était bien passé, il me répond en souriant «  bien plus rapidement que le notre…. ».  Nous passons alors commande de notre repas et bien sur d’un petit apéro que nous prenons et trinquons en se souriant du plaisir d’avoir fait connaissance et ce, grâce à ce petit litige de mon entreprise et surtout à mon patron qui sans le savoir aura été l’instigateur de cette chaude petite rencontre.

Toujours est-il que nous déjeunons cette fois encore, en conversant de mille choses, pour après cela prendre encore un café, où à un moment, où heureusement notre table était assez bien située à l’abri des regards, je sens alors la main de mon petit pédé, se poser sur mon genou et remonter lentement jusque entre mes jambes, où lui jetant un sourire, complice, il rajoute, « combien j’ai encore trop envie de toi mon Gérard…, laisses moi un peu te toucher..» . Et si j’écarte alors un léger ses dernières, cela permet à ma petite pute à ouvrir ma baguette, y glisser sa main et se saisir de ma petite queue et lui prodiguer tout comme à mes petites couilles, quelques caresses, allant après un moment jusqu’à se baisser entre mes jambes pour se délecter quelques instants de ma queue, ce  qui bien sur n’aura manqué de me faire un bien indescriptible.

Et si le temps passait et que nous allions  vers 14hrs 00 et combien excité je lui dis alors en souriant, «  et si nous rejoignions mon bureau Rémi…, » où terminant  ensuite notre café, ce dernier comme promis, règle l’addition, remettant pour ma part discrètement ma queue en place, pour alors nous lever et après quelques minutes nous retrouver à nouveau dans mon bureau.  Et si déjà dans l’escalier en montant vers le bureau, mon Rémi derrière moi,  ne se retient à quelques petits gestes bien pervers, à peine entré, le temps que je tourne la clef sur la porte, il se jette sur moi comme un petit dément, nous laissant quelques minutes à se bouffer avec folie nos bouches mélangeant et roulant nos langues avec une envie partagée où si ma petite pute, se lâche encore à des «  combien j’ai envie de te baiser mon Gérard.., te faire gémir et hurler de plaisir… ». Et là si nos envies folles à tous deux ne se retiennent en rien, continuant à se bouffer, frottant mon visage et ma bouche autour cette barbichette que j’adore nous laissant lentement  à nous retirer réciproquement nos vêtements jusqu’à être à poil tous les deux, se retrouvant  rapidement sur le tapis bordant le sol de mon bureau, où dans des ébats et des positions démentielles, nous finissons à un moment, au plaisir de se dévorer réciproquement nos queues tout en se prodiguant mille caresses jusqu’à se doigter les entrailles de nos trous de culs dans des gémissements et des râles combien réciproques.

Et si dans ces ébats fous, je me laisse à dire à mon petit pervers, combien j’avais envie de jouer au petit soumis, de me donner à lui sans retenue, à ses mots, ce dernier redouble de plus belle à me dévorer de partout jusqu’au moment où s’il me fait «  il est vrais que j’ai une envie démente de t’enculer mon Gérard…, de te défoncer ton joli petit cul… », me faisant  très vite me relever de ce tapis, m’empoigne par derrière et m’entraîne sur le coin avant de mon bureau, où si je laisse y déposer mon torse,  les bras pendants le long du bureau, les jambes écartées,  ma petite salope se positionne très vite derrière moi, passant ses mains autour de ma taille, me faisant déjà sentir sa queue toute en érection se promener autour de mes fesses, puis  lentement se poser sur mon petit trou de cul, où lui lançant alors «  vas-y mon Rémi….mets la moi…., je sais combien tu en as envie…, alors défonces moi… ». Et si à présent dans cette perverse position où je me trouvais, mon petit pédé se saisit de plus de ma queue entre mes jambes pour lentement me la branler, je sens soudain avec un plaisir indescriptible, sa queue se poser, puis pénétrer lentement mon trou de cul, où si je me remets très vite à des «  Ouiiiiii..,  Oh ouiiiiii.., vas-y mon Rémi…, plus fort…, mets la moi… » sentant alors très vite cette queue entrer au plus profond de mes entrailles dans des va et viens indescriptibles mais combien torrides tout en continuant à me branler et me palper mes couilles, quelques sublimes secondes combien divines, suffiront pour alors, dans des râles et des gémissements de folies partagées, à partir tous deux dans une jouissance démesurée, laissant gicler avec force et sans retenue nos spermes, pour mon Rémi toujours dans des va et viens bien au fond des entrailles de  mon trou de cul, quant à moi, ne me retenant en rien à lui emplir ses mains et ses doigts de ce sperme tiède.

Si après cela, combien apaisés l’un et l’autre, mon complice petit pervers me remercie de ce moment dément que nous aurons passé ensemble, nous laissant tous deux à reprendre nos bouches auxquelles mon petit salaud ne manque de rajouter ses doigts encore emplis de mon sperme autour et dans nos bouches dont nous nous délectons tous deux encore durant un dernier et torride moment. Si enfin nous finissons par aller nous nettoyer autour du lavabo situé aux toilettes, voyant de plus qu’il était alors 15hrs passé, nous nous rhabillons tous deux pour enfin signer ses papiers relatifs au solde restant à régler, ne manquant de nous promettre de se revoir très vite et cela comme prévu pour le règlement du solde en fin de mois où mon coquin, ne manque de déjà noter une date à laquelle nous aurons alors le bonheur de nous retrouver à nouveau pour encore quelques torrides moments.

Gégé

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

recap

2 Commentaires

Cliquez ici pour poster un commentaire

  • J’ai adoré vous faire plaisir avec cette petite aventure qui me sera arrivée en début mai. Alors j’espère qu’elle vous fera un peu bander. Et libre à vous de prendre contact avec moi par mon adresse mail.

    • Effectivement, j’ai eu beaucoup de plaisir à lire cette superbe aventure et ma queue n’est pas restée insensible à cette histoire. ♂️♀️♂️

Catégories

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Bons plans coquins

Visio Skype

skype tel rose amateur

Bons plans

Médias de la Communauté

Sexe à distance

téléphone rose pas cher

Remontons le temps