Vous êtes ici : Accueil > Un sublime Weekend avec ma petite filleule adorée Chapitre 1
Histoires taboues Inceste Vieux - Jeunes

Un sublime Weekend avec ma petite filleule adorée Chapitre 1

Géraldine est une coquine chapitre 2

Un sublime week-end avec ma petite filleule adorée

Ce petit récit se passe en juin 2020, où si ce mois-là, ma filleule Isabelle fêtait ses 39 ans, comme chaque année je lui aurais passé mon petit coup de fil, lui souhaitant ce dernier, nous laissant de plus à converser longuement ce jour là. Et ce même si nous ne manquons pas en cours d’année d’entretenir notre relation de toujours par mail ou SMS. Et si ma petite coquine de filleule avait déjà eu pas mal d’aventures avec des hommes, lui ayant laissé trois enfants, cette dernière était depuis quelque temps, malheureusement une nouvelle fois abandonné par son dernier mec, mais toujours le moral. Et de plus, elle me confirme encore qu’elle ne souhaite plus s’encombrer d’un homme à temps complet, se laissant juste au plaisir d’une petite aventure de temps à autre et cela ne me précisant de plus et en toute franchise, juste pour baiser un peu. Toutefois elle me fait malgré cela part qu’elle était en manque depuis un bon moment, ce qu’au fond de moi je comprends un peu vu qu’avec ses 45 berges, physiquement pas trop mal foutue (sourire) malgré qu’avec les années elle avait un peu changé, me souvenant encore que si je l’avais vu en février dernier, elle me semblait un léger plus costaud (sourire) malgré son visage toujours aussi mignon. Et bien sûr son job actuel de vigile lui allait très bien.

Toutefois elle reste ma petite filleule que j’adore, même si elle réside à une cinquantaine de kilomètres de chez moi, ne nous permettant pas souvent de nous voir comme nous le souhaiterions tous les deux. Et si toujours à converser, cette dernière, me fait part que si nous étions alors vendredi, au retour de leurs cours, en soirée, vers 18 h, ses enfants seraient cherchés par leurs pères respectifs pour le week-end et qu’une fois encore, elle allait s’emmerder toute seule se laissant alors tout en conversant, à me proposer de lui faire une visite, me précisant bien sûr avec marraine, rajoutant qu’elle aurait sans problème la place pour nous faire dormir chez elle la nuit de samedi à dimanche. Si malheureusement je lui fais alors part que je ne pensais pas que cela conviendra à sa marraine sachant bien que notre fils Ludovic qui vit avec nous, elle ne tiendra pas à le laisser seul presque deux jours. Toujours est-il, que je dis à mon Isa, attends quelques secondes, je vais toutefois essayer de lui en parler. Si cela aura pris un peu plus de temps, je reprends mon téléphone pour alors, comme je le pensais informer ma coquine, que comme je m’en doutais, cela ne lui disait rien et surtout bien sûr qu’il y avait notre fils, faisant toutefois part à mon Isa, que sa marraine aura précisé que si je voulais, je n’avais qu’à y aller juste moi seul, que cela ne la dérangerait en rien. Et si mon Isa.. n’en pas ses oreilles, elle me fait presque d’un air ravi « c’est vrai parrain… c’est vrai, je ne peux le croire.. », bien sûr lui répondant que c’est bien ce qu’elle m’a dit. Et semblant combien heureux, profitant, à se laisser me dire, tu vas venir mon parrain !!!!!… tu vas vraiment venir tout seul mon parrain chéri !!!!!! Si après une courte hésitation me disant pourquoi pas ???, je lui confirme alors vu son insistance, que si cela pouvait lui faire autant plaisir, que oui mon Isa, je vais passer le week-end avec toi.

Et si nous étions comme je le disais déjà vendredi et qu’il n’était que 15 h je rajoute que si cela pouvait lui convenir, je partirais encore aujourd’hui en fin d’après-midi, ce qui me permettra d’arriver chez elle pour 19 h. Et là, je ne vous dis pas la réaction de bonheur qu’avait cette dernière qui n’arrête de me dire « merci… merci.. . mon parrain chéri, comme j’ai hâte de te voir et surtout en plus, du privilège de t’avoir juste pour moi ??????, me doutant que tu resteras jusque dimanche dans l’après-midi.

Si je lui confirme alors ses dires, un petit bisou encore pour alors raccrocher et me mettre à préparer mes affaires. Et sans rentrer plus dans les détails, quittant ma moitié qui me souhaite un bon week-end, je prends ensuite la route profitant encore qu’il fasse bien jour, ayant aussi calculé et espérant, que les enfants à mon arrivée soient partis.

Et si j’avais bien calculé mon coût (sourire), comme je le pensais j’arrive chez mon Isa vers 18 h 45, où j’aperçois déjà cette dernière guetter mon arrivée, où si de plus, je klaxonne un léger, très vite elle vient m’ouvrir pour ensuite se jeter comme une petite folle dans mes bras du plaisir que je lui apportais alors, nous laissant à plein de petits bisous bien gentils. Et si là, tout étonné, je trouvais que mon Isa avait bien maigri depuis Février que je ne l’avais revue, son visage toujours aussi mignon et de plus à présent, avec un physique qui lui allait super bien. Et nous voilà dans son appartement qu’elle me fait bien sur visiter, très sympa, plusieurs pièces pour bien sur ses enfants, salon, salle à manger, chambre à coucher de mon Isa, je dormirais semble-t-il dans l’une des chambres de l’un de ses fils, où là je dépose alors mes affaires.

Si la coquine qui souriante, n’arrête de me remercie depuis mon arrivée, elle me fait ensuite part nous avoir préparé une belle et bonne pizza, me proposant alors de prendre l’apéro ensemble, où si nous voilà installés dans le joli canapé de son salon, où à présent elle nous aura servi son apéro, un bon petit porto avec des salés, nous nous laissons enfin à converser de nos vies à chacun, surtout celle de mon Isa, ses enfants, son job, sa vie courant etc.. Jusqu’à en arriver à sa vie un peu plus intime où elle m’avoue et cela sans gêne et en toute franchise, être en grand manque de tendresse, de câlins, allant même jusqu’à me dire de sexe, ce qui m’aura fait sourire lui déposant alors un gentil petit bisou qu’elle me rend de suite. Si après cela nous nous installons à table nous dînons alors tous les deux une bonne heure, avec une bonne petite bouteille que j’avais ramené et ce, toujours en conversant, mon Isa se laisse à un instant à me dire “je ne peux pas croire que tu sois là mon parrain chéri, de plus sans marraine, me permettant à ma guise et à mes envies, de profiter toute seule en petite égoïste de toi. Et si l’heure passe et que nous venions de terminer de dîner, la petite garce, me dit vouloir un peu se changer et se mettre un peu plus à l’aise, me proposant aussi un café, m’invitant à me réinstaller dans son joli canapé où alors, si elle me branche la télé, éteignant le lustre, pour allumer quelques discrètes petites lampes, me lançant ensuite coucou mon parrain chéri, je reviens dans quelques minutes.

Et si cela lui aura tout de même pris une dizaine de minutes (sourire), j’aurais tout compris, la voyant de retour ramenant notre café, où en effet elle ce sera comme dit changée et mise une jolie petite chemisette rose, garnie de fleurs, descendant à la limite de ses genoux ce que j’avoue m’aura sans lui faire remarquer très vite troublé, remarquant très discrètement, que de plus, elle semblait ne rien porter sous cette dernière. Et si enfin, voilà ma coquine réinstallée près de moi à converser de tout et de rien, se souriant du plaisir d’être ensemble et surtout en toute intimité, à déguster notre café, jetant un œil de temps à autre vers la télé, jusqu’au moment où étant à cet instant assis très près l’un de l’autre et je pense sans l’avoir ni elle ni moi fait exprès, nos mains se frôlent alors discrètement, nous laissant juste à nous regarder l’un et l’autre, sans relâcher ni elle ni moi nos mains l’une dans l’autre alors, où si je ne résiste à me laisser à lui déposer un petit bisou sur le front, la petite chipie à cet instant, relevant un léger son visage, sa bouche frôle alors un léger la mienne, se laissant à se sourire, finissant ensuite, comme attirés à se jeter l’un sur l’autre, se dévorant avec démence et sans aucune retenue où reproche quelconque, nos bouches, laissant nos langues se rouler avec fougue l’une dans l’autre tout comme aussi nos mains à chacun qui partent se promenant à tous les endroits accessibles et possibles.

Et si tout cela dura une bonne dizaine de minutes démentes, se reprenant alors tous deux, la première chose qui vient à mon Isa…, c’est « que faisons nous parrain, que faisons nous ? ?, où alors pour toute réponse, ne pensant à plus rien, ni même à la différence d’âge qui nous sépare, juste à ce moment de plaisir, je reprends sans plus, la bouche de mon Isa… qui alors toute gémissante se laisse à des Oh Ouiiiiii… Encore mon parrain chéri…. Encore…… Combien j’étais en manque… Ouiiiiii… Oh Ouiiiiii », écartant un léger le haut de sa joli chemisette, laissant ensuite mes mains se saisir de ses jolis petits seins, sentant combien les petites pointes de ses derniers auront durcis, et qu’en relâchant sa bouche, je me laisse à dévorer comme un petit dément, ma petite cochonne ne pouvant se retenir à des râles indescriptibles de plaisirs.

Si toutefois après cela, une petite pause s’impose, reprenant encore un petit café où là encore ma coquine se laisse toute souriant à me dire « on est fous mon parrain chéri… on est trop fous toi et moi… Imagine si quelqu’un savait », rajoutant de plus, même si je l’avoue, combien cela me manquait et me fait du bien, se remettant à me couvrir de tendres et chauds bisous, jusqu’à l’instant où alors pire, je sens sa main glisser le long de ma jambe, puis dans mon entre jambes où si je lui fais « arrêtes mon Isa….STP… STP… Arrête…. » Elle me fait en toute réponse « laisses faire parrain… laisses aussi un peu profiter ta Schtroumpfette…. » Et là, si lentement elle fait glisser la tirette de mon jeans, ne portant pas de caleçon comme cela m’arrive en cette période, sa main part s’emparer de ma petite queue, bien sur de suite en érection, qu’elle laisse ensuite émerger de derrière mon jeans, se laissant lentement à me la branler un moment pour alors la glisser dans sa bouche et me prodiguer une fellation, tout en me caressant mes petites couilles ne pouvant à mon tour, me retenir à des « Ouiiiiii mon Isa…. Continues ma petite filleule adorée… Suce moi si cela te fait plaisir… C’est trop bon…. » arrêtant juste un instant se laissant à me dire qu’une belle et bonne queue comme la mienne, lui manquait depuis trop longtemps, reprenant ensuite cette dernière de plus belle en bouche ne pouvant me retenir là encore à des « comme c’est bon ma petite garce,… Oh Ouiiiiiii encore… encore… »

Et si cela dura encore et encore mon Isa arrête un instant ce sublime petit jeu, où là, je me laisse à lui demander tout en souriant si je dormirais toujours tout à l’heure dans la chambre de son fils ??????, où toute souriante et rayonnante, me disant, comme tu voudras, tu auras bien sur le choix mon parrain chéri. Et si le temps passait à mille petits jeux pervers et réciproques, qui semblaient faire tellement plaisir et de bien à ma petite Schtroumfette adorée, je lui fais alors que je souhaiterais bien prendre une douche avant de se coucher, rajoutant « tous les deux ». Cette dernière, souriante, se lève alors pour sortir un instant la voyant revenir avec les affaires que j’avais en arrivant déposées dans la chambre de l’un de ses fils, pour déménager tout cela dans sa chambre à elle, allant ensuite me chercher une grande serviette. Et si à mon tour je me lève combien heureux à penser à la suite que je me doutais serait encore bien torride, je me laisse donc à me rendre dans la chambre de mon Isa, où si je retire mes vêtements, me retrouvant alors tout à poil, je me couvre alors juste un peu de cette serviette, pour me rendre à la salle de bains. Et si bien sur, je laisse la porte entrouverte, me voilà sous cette bonne douche bien tiède, qui je l’avoue me fait un bien énorme. Et si cela dura encore quelques minutes, je vais avouer pas surpris, je vois arriver la petite salope, toute nue, souriante, les yeux combien pétillants, me demandant si elle pouvait me rejoindre.

Et si bien sur avec combien de plaisir, je l’y invite moi aussi souriant, étant à présent tous deux sous cette bonne douche où si l’eau nous coule abondamment sur nos corps nus, ne se retenant à se dévorer encore, laissant nos mains sans retenue jouer avec nos corps où après quelques instants encore, à gémir l’un et l’autre, bloquant mon Isa contre les parois de cette douche, je me jette alors entre ses jambes pour dévorer quelques instants, sa jolie chatte, laissant y entrer ma petite langue jusqu’à sentir son petit clitoris combien en érection comme une queue, où là une fois encore la chipie se laisse à des « Ouiiiiiii parrain chéri…., bouffes moi ma petite chatte.. , c’est trop bon…, encore… encore… » Et si tous ces ébats des plus pervers durent encore quelques minutes, sortant de derrière cette douche, nous essuyant réciproquement, tout en reprenant avidement nos bouches, je me laisse alors sans peser mes mots, à dire à ma petite perverse adorée, que je n’avais pas terminé avec elle et que j’avais encore mille jeux bien pervers à lui faire partager. Et là, comme seule réponse, la petite chipie se laisse juste à me rétorquer, « Oh Ouiiiii mon parrain chéri… fais de moi ce que tu voudras, je suis toute à toi », où, ne me retenant en rien, je me saisi de ma petite garce bien sur tous deux à poil, où tout en reprenant encore nos bouches, je la porte jusque dans sa chambre pour alors la faire basculer sur ce grand lit défait.

Si je me jette ensuite entre les jambes que ma Schtroumfette ne manque d’écarter, laissant partir ma bouche dévorer cette jolie chatte, où si ma langue doucement s’y joint, se glissant dans cette fente encore et encore, jusqu’à finir à un instant à la sentir arriver au contact de son petit clito dur comme une queue toute humide de cyprine, dont je me délecte sous les gémissements de plus en plus fort de ma Schtroumfette « Ouiiiiii parrain, Oh Ouiiiiiii…… bouffes moi….. Encore…. Encore »

Et jetant à un instant un petit œil vers celle qui tout de même était ma petite filleule adorée, la voyant fermer ses yeux et grimacer de ce plaisir divin que lui donnait son parrain chéri, je décide alors au fond de moi et sans lui en dire un mot, de l’emmener à ma façon, très vite dans une première jouissance pour après cela lui proposer une petite pause et bien sur par la suite continuer à baiser une partie de la nuit. Mais en attendant, si j’étais toujours à titiller ce petit clito de ma langue, à mon plus grand plaisir, les petits gémissements reprennent alors, mon Isa se laissant juste à me murmurer, qu’elle n’aurait jamais pensé un jour et de plus avec son parrain chéri, ressentir un tel plaisir.

Et combien heureux de ses mots gentils de ma petite garce adorée, dévorant de plus belle ce clito que je sens dur comme une queue, profitant de plus à laisser partir ma main entre les cuisses de cette dernière, où si, mon index se promène autour de son petit trou de cul et lentement s’y enfonce lui branlant avec fougue ce dernier. Et bien sur, si ma petite chipie se laisse à des râles insoutenables, me lançant « Oh Ouiiiiii parrain… Encore… encore.. Ça me vient… désolé mais je ne vais pouvoir me retenir… » Et si la branlette de son trou de cul se fait plus forte encore, limant avec douceur les parois de ce dernier et toujours ma langue qui ne relâche en rien ce clito trempé, quelques instants suffisent alors où mon Isa se laisse toujours dans des râles et des petits cris de bonheur, se tortillant de plus comme un petit chat à finir dans un orgasme indescriptible qui dura de longues minutes dans les « Ouiiiiii… Oh Ouiiiiiii… je jouis mon parrain chéri… », sentant alors ma langue de plus en plus imbibée de cette cyprine et combien heureux à cet instant d’avoir donné dans un premier temps autant de plaisir à ma petite Schtroumfette adorée.

Si enfin, je me retire alors de cette petite chatte dont je m’étais délecté comme jamais je ne l’avais encore fait avec aucune femme, proposant à présent à ma Schtroumfette une petite pause, prenant sa main, pour la remettre assise sur le bord de ce lit, échangeant sans un mot un torride bisou, elle se laisse juste à me dire merci mon parrain chéri… merci… Et si je me lève, pensant rejoindre tous deux le salon, elle me retient, laissant partir sa main entre mes jambes, se saisit sans un mot de ma petite queue qui bien sur était après ses ébats à la limite de l’explosion, me laissant sans plus à des « Ahhhhh…. Ouiiiiiii… Ohhhh Ouiiiii… tu es trop chou mon Isa… », lui avouant de pas m’être attendu à cela sur le moment. Mais vu l’insistance de ma petite garce adorée, de cette envie de se délecter juste quelques instants de ma queue, pour me dit-elle, me remercier de ce torride moment, je laisse faire, où alors debout devant elle, qui toujours assise sur le bord du lit, fait ensuite entrer ma queue tout au fond de sa gorge, laissant sa bouche à glisser le long de cette dernière et de plus laissant partir l’une de ses mains entre mes jambes, pour avec son index se mettre cette fois à son tour à me branler mon petit trou de cul, cela restait encore plaisir si fort, que quelques secondes suffiront, prévenant ma Schtroumfette que je ne pouvais me retenir, la chipie me bloque sur elle, ne relâchant en rien ma queue, qui alors dans une jouissance terrible se laisse à gicler mon sperme au fond de sa gorge, où là, mon Isa s’en délecte quelques merveilleux instants.

Alors même si ne voyant pas le temps passer dans nos moments de folies, combien heureuse mon Isa se lève à son tour, me déposant un petit bisou pour aller un peu se couvrir tout comme moi-même me lançant toute souriante alors, et si nous nous prenions un peu de champagne mon parrain chéri ????. je me laisse à lui dire comme tu voudras mon petit Ange pervers, ce qui encore la fait sourire. Et si nous revoilà installés au salon avec nos petites lumières tamisées et discrètes, nous ne manquons ensuite de trinquer tous deux tout en grignotant quelques petites gâteries. Et tout en conversant sur ces moments divins que nous avions jusqu’alors passé, ma petite chipie ne manque pas de me dire avec un petit sourire pervers, qu’elle avait encore toujours autant envie, précisant de plus, que si nos mille petits jeux jusqu’alors restaient divins et torrides, mais qu’elle a encore trop envie de quelques vrais moments de baise partagée. Et si je la tire vers moi avec trop envie de sa langue qu’elle m’offre sans retenue, je me laisse par la même à lui dire « tu es un vrai petite petit démon du sexe ma Schtroumfette » mais laisses nous encore un moment après quoi, pour changer de tous nos petits jeux auxquels nous nous serons laissés jusqu’alors, je te promets cette fois de te baiser de partout ma petite chipie à te faire hurler de plaisir….. , ce qui laisse ma petite garce adorée à me jeter un regard d’envies terribles.

Et si le temps passait et qu’il était à présent 23 h 30 passé, si de plus nous avions alors vidé cette bonne bouteille de champagne, qui je l’avoue aura fait son effet, nous laissant un peu pompette tous les deux, la preuve, mon Isa allongée sa tête sur mes genoux, me déposant de temps à autre un petit bisou, tout en ne manquant pas même un léger pompette, de laisser ses petites mains caresser mon entre jambe, ne laissant en rien insensible ma petite queue, où là, si je me lève, me saisissant très vite de ma dévergondée, qui toute souriante ne bronche pas même lorsque je lui fais tomber cette petite chemisette qu’elle portait pour son confort avant de prendre notre verre, pour alors la porter dans mes bras jusqu’à la chambre, où si je la dépose sur le lit, elle se laisse à me lancer tout en douceur, « tu viens mon parrain chéri… viens STP…. J’ai besoin…. et combien envie de toi et ta jolie queue…. »

Et si à ses mots, plus rien pour moi ne comptait à présent que cette envie de baiser ma petite garce, je laisse à mon tour tomber ma petite protection, me retrouvant alors tout à poil, venant m’allonger auprès de ma petite garce, où si je me laisse déjà à lui prodiguer mile caresses des plus perverses, la faisant gigoter dans tous les sens, je laisse aussi ma bouche dévorer un moment ses merveilleux petits seins où les tétons durs comme jamais me font comprendre l’envie de ma petite chipie. Si je continue ensuite à promener mes mains entre ses jambes, finissant avec douceur à lui branler son petit minou, jusqu’à y introduire cette fois encore mon majeur, où là elle se laisse juste à me lancer « Oh Ouiiiiiii mon parrain chéri.. Continues.. Continues..Encore.. »

Après quelques instants encore de ce petit jeu, je saisie alors ma petite queue dans une érection torride que doucement je laisse promener sur cette jolie chatte déjà bien imbibée à nouveau de ce liquide tiède et laisser cette queue très lentement s’introduire dans cette chatte, où si bien sur ma petite chipie aura très vite ressenti le plaisir, elle se laisse à des « Oh .. Ouiiiiii… parrain…… Ouiiiiii…. Continue…. Baises moi… ». Et si comme elle se laissait à le dire en prenant notre champagne qu’elle avait envie que je la prenne de partout, si une envie démente de me faire plaisir et surtout, la faire profiter elle en allant un moment sodomiser son joli petit cul, si pour le moment ma queue était toujours bien au fond de cette chatte, me laissant de plus à des petits va et viens, cela laisse ma petite perverse à encore gémir se laissant toujours à des « comme c’est bon mon parrain chéri… se trémoussant comme un petit chat, où si à un moment je lui fais “tu en veux encore ma petite chipie adorée… Dis-moi si tu en veux encore” se laissant alors juste à me lancer bien sur parrain, continues, je suis à toiii. Fais-moi jouir….

Et si l’envie de son petit cul devenait démente en moi, lentement je retire ma petite queue de cette chatte où si ma Schtroumfette se laisse alors à “mais que fais-tu mon parrain chéri… que fais tu…. Continues… STP… STP, je lui réponds laisses faire parrain mon petit jouet d’amour….. rajoutant ‘Tu voulais te faire baiser de partout ma chipie adorée.. Alors profites de ce moment, où sans un mot, je la fais pivoter sur le ventre, sans lui laisser le temps de comprendre, où là très vite, je me saisi de ma queue, la promenant un instant autour de son petit trou de cul et là, me laisse y faire pénétrer cette dernière avec combien de plaisir, jusqu’à sentir mon bas ventre se cogner à ses petites fesses, heureux à présent de sodomiser ma petite filleule comme personne ne l’aura jamais fait, avec ce plaisir partagé avec elle, qui se trémousse comme jamais, relevant de plus son petit cul pour encore mieux sentir ma queue qui la sodomisait, se laissant à des gémissements indescriptibles de ce plaisir nouveau qu’elle n’avait jusqu’à alors jamais connu, mais qu’elle semblait alors adorer, continuant dans des ‘Oh Ouiiiiii, Encules moi… Défonces moi mon petit cul.. C’est trop bon… Continue mon parrain chéri…. Encore… Encore’

Et si ce jeu dément auquel je me laissais alors et le plaisir fous qu’en ressentait ma petite chipie adorée, cela dura encore quelques bonnes minutes, où sentant que je ne tiendrais plus longtemps, je me retire de ce trou de cul, faisant très vite se retourner ma Schtroumfette, pour alors laisser repartir ma queue dans chatte toute trempée et tout en me laissant ensuite à des va et viens incessants et torrides, où si elle se laisse encore à des ‘Oh Ouiiiiii parrain… Ouiiiiii… Continue…. Plus fort parrain chéri… fais la jouir ta petite filleule adorée’ Et à ses mots forts et combien excitants, ne pouvant plus me retenir et en laissant mes va et viens de plus en plus forts, quelques secondes encore suffisent pour alors dans une osmose partagée et dans des petits cris de plaisirs démesurés ma chipie, se laisse partir dans un orgasme indescriptible tout comme moi-même qui, alors laisse exploser et gicler mon sperme bien au fond de cette chatte nous laissant tous deux à un moment de bonheur indescriptible, mais combien cette fois partagé.

Et si combien alors apaisés tous deux de cette soirée de folie, se reprenant nos bouches avec démence pour se remercier, nous serons partis encore sous la douche nous rincer, ne manquant bien sur pas de se câliner encore un peu réciproquement, alors qu’il était 1 h 30 du matin, pour après cela aller nous coucher, où là si ma chipie me fait promettre que la baiserais encore une fois avant mon départ demain, enlacés comme deux amants que nous étions alors, quelques minutes auront suffi pour nous faire nous endormir, corps enlacés et passer une superbe nuit tous les deux.

FIN

Gégé

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

4 Commentaires

Cliquez ici pour poster un commentaire

    • Bonjour Harold…

      Je voulais juste vous remercie quant à vos éloges concernant l’histoire avec ma jeune filleule.
      Et si j’ai plaisir à lire que cela vous rappelle de très bons souvenirs, il me serait agréable à mon tour
      de pouvoir peut être un peu bander à en savoir un peu plus

      Peut être au plaisir de converse par mail ????????????
      Gégé

Bons plans coquins

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Catégories

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Visio Skype

skype tel rose amateur

Bons plans

Webcam Skype

telrosegol

Médias de la Communauté

Rencontres

Sexe à distance

téléphone rose pas cher

Remontons le temps